Politiques et espaces de la transition énergétique au sud de la Méditerranée
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Politiques et espaces de la transition énergétique au sud de la Méditerranée

on

  • 1,020 views

intervention Ecole Energies Recherches 2014 Roscoff

intervention Ecole Energies Recherches 2014 Roscoff

Statistics

Views

Total Views
1,020
Views on SlideShare
267
Embed Views
753

Actions

Likes
0
Downloads
0
Comments
0

4 Embeds 753

http://rumor.hypotheses.org 739
http://rumor.hypotheses-devel.org 10
http://feedly.com 3
http://127.0.0.1 1

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Microsoft PowerPoint

Usage Rights

CC Attribution-NonCommercial-ShareAlike LicenseCC Attribution-NonCommercial-ShareAlike LicenseCC Attribution-NonCommercial-ShareAlike License

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

Politiques et espaces de la transition énergétique au sud de la Méditerranée Politiques et espaces de la transition énergétique au sud de la Méditerranée Presentation Transcript

  • Politiques et espaces de la transition énergétique au sud de la Méditerranée Eric Verdeil CNRS Université de Lyon Environnement Ville Société
  • Introduction • Un point de vue SHS/géographie=> énergie • Tunisie/Jordanie : deux pays « émergents » – revenus intermédiaires, forte croissance de la demande énerg. – mais forte dépendance aux hydroc. – => des candidats évidents à une transition vers les renouvelables et le solaire? • Transition énergétique souvent réduite à: – Enjeu technologique: rentabilité (par ex. CSP/PV/ligne HVDC) – Enjeu institutionnel: question de l’exportation vers l’Europe – Enjeu éco/financier : suppression des subventions aux énergies carbonées pour rendre les ER compétitives
  • Transition énergétique: du potentiel aux collectifs socio-techniques • Transition énergétique souvent définie par son potentiel technologique: – Réduction des émissions CO2; gains économiques – Perception de la société (routines et intérêts constitués) comme obstacle, résistance – Cette conception sous-estime les « recompositions réciproques » entre technologies et milieu social. « Le potentiel est à construire » (Nadai et Labussière) – « la transition énergétique croise et met en tension des dynamiques transnationales, nationales et locales, portées par des collectifs sociotechniques émergents, pris dans des relations mutuelles de cadrage/habilitation et travaillant à orienter le cours de cette transition. Elle offre en cela une opportunité de suivre les recompositions de nos sociétés au fil des collectifs et des processus qui portent l’émergence et les configurations des NTE. » (Nadai et Labussière) • Deux dimensions à explorer particulièrement – « Politics » (≠ policy)=> conflits vs. consensus – Géographie: situation / échelle / territorialité / inégalité spatiale /dépendance au sentier (Bridge et al. 2013)
  • Tunisie: la transition énergétique bloquée? • L’opérateur historique national, acteur dominant – STEG, fondé en 1962: indépendance nationale, maîtrise technique, intégration territoriale – Vecteur du progrès social : 100% connectés en ville, 99% dans le rural (années 1990-2000) – Outil de légitimation du régime Ben Ali – Années 2000: fin de l’indépend. énergétique => pol. nationale de devt des ENR: plan solaire tunisien (2009) et création de la STEG ER
  • the Sidi Daoud wind power plant in Cap Bon
  • 2011: Révolution politique et énergétique? • Fragilisation de l’opérateur historique – Protestations sociales contre les hausses de tarifs et boycott des factures • => lourdes pertes pour STEG (+400 M DT – 16% du CA) • => augmentation de la dette publique – Syndicat de l’élec s’oppose à la filialisation de l’activité dans la STEG ER (crainte d’une privatisation) – Critique ouverte d’une centrale éolienne à Bizerte-El Alia : absence de concertation, faiblesse des retombées locales (emplois)
  • Constitution d’un collectif alternatif • 1985: création de l’ANME – Agence nationale de maîtrise de l’énergie • Appui de la coopération internationale (ADEME+GIZ+MedEner) • Nombreux industriels et exploitants veulent se lancer dans les ENR (éolien + PV) • Critiques de la STEG: – Plus de justification de son rôle historique – Absence de maîtrise technolog. des ENR – Collusion avec le régime – => ouverture du marché / fin du monopole • Débat national sur la stratégie énergétique • Résistance de la STEG (capacité du réseau + pb de l’intermittence); résistance syndicale (privatisation); crainte d’une hausse des tarifs
  • Trois collectifs en concurrence pour une transition énergétique Enerciel Desertec Ind Initiative Tunisia TUNUR Acteurs Filiale locale d’une entreprise US, dirigée par un homme d’affaires tunisien consortium de firmes transnationales Firme UK (Nur Energy Ltd) Vision, Objectif, Intérêt, échelle Éolien pour le marché local (industriels) Produire 90% des besoins d’électricité EUMENA à partir du « Desert Power » en 2050 2 GW CSP dans le sud tunisien pour le marché européen Technologie éolien Wind farms PV CSP + ligne HVDC vers la Sicile CSP (satisfaire la demande lors du pic de consommation du soir en Europe+ ligne HVDC vers Rome Instruments politiques, légaux, financiers Nouvelle loi ( feed-in tariff + libre accès au réseau jusqu’à 30 MW + ventes à long termes + stratégie locale Géopolitique euroméd. + finance globale + libéralisation du marché électrique tunisien lobbying auprès du gvt tunisien + échelle locale (inhabitants + q° eau). Loi spéciale. Invest. européens Enerciel vision
  • Trois collectifs en concurrence pour une transition énergétique Enerciel Desertec Ind Initiative Tunisia TUNUR Acteurs Filiale locale d’une entreprise US, dirigée par un homme d’affaires tunisien consortium de firmes transnationales Firme UK (Nur Energy Ltd) Vision, Objectif, Intérêt, échelle Éolien pour le marché local (industriels) Produire 90% des besoins d’électricité EUMENA à partir du « Desert Power » en 2050 2 GW CSP dans le sud tunisien pour le marché européen Technologie éolien Wind farms PV CSP + ligne HVDC vers la Sicile CSP (satisfaire la demande lors du pic de consommation du soir en Europe+ ligne HVDC vers Rome Instruments politiques, légaux, financiers Nouvelle loi ( feed-in tariff + libre accès au réseau jusqu’à 30 MW + ventes à long termes + stratégie locale Géopolitique euroméd. + finance globale + libéralisation du marché électrique tunisien lobbying auprès du gvt tunisien + échelle locale (inhabitants + q° eau). Loi spéciale. Invest. européens
  • Trois collectifs en concurrence pour une transition énergétique Enerciel Desertec Ind Initiative Tunisia TUNUR Acteurs Filiale locale d’une entreprise US, dirigée par un homme d’affaires tunisien consortium de firmes transnationales Firme UK (Nur Energy Ltd) Vision, Objectif, Intérêt, échelle Éolien pour le marché local (industriels) Produire 90% des besoins d’électricité EUMENA à partir du « Desert Power » en 2050 2 GW CSP dans le sud tunisien pour le marché européen Technologie éolien Wind farms PV CSP + ligne HVDC vers la Sicile CSP (satisfaire la demande lors du pic de consommation du soir en Europe+ ligne HVDC vers Rome Instruments politiques, légaux, financiers Nouvelle loi ( feed-in tariff + libre accès au réseau jusqu’à 30 MW + ventes à long termes + stratégie locale Géopolitique euroméd. + finance globale + libéralisation du marché électrique tunisien lobbying auprès du gvt tunisien + échelle locale (inhabitants + q° eau). Loi spéciale. Invest. européensSource TUNUR
  • Jordanie • Dépendance énergétique extrême: 97% – Intégration nationale via accès à tous à l’élec. (99%) subv. – Pétrole irakien / gaz égyptien – Interruptions de ces approvisionnements (guerre en Irak/sabotage répété du gazoduc du Sinai égyptien+évolutions politiques locales) – Explosion des subventions malgré hausse des tarifs + fort mécontentement social • Une stratégie de diversification énergétique – Nucléaire (Rosatom) / pétrole de schiste (oil shale) (resp. 20 et 14% en 2020) – Gaz naturel liquéfié (Qatar)+nouveau pipeline depuis l’Irak – Energies renouvelables + eff. énergétique (10-15% du mix en 2020)=>solaire+éolien
  • Un hub solaire à Maan, sud jordanien • Fort potentiel solaire • Une ville socialement et politiquement marginalisée • Projets PV+CSP 500 MW sur financements privés locaux et étrangers • Logique de « zone franche »: (suspension du droit de travail, de la fiscalité ordinaire et des règles d’urbanisme) • Fortes oppositions locales – Dépossession des ressources naturelles locales – Non-association à la décision – Faibles retombées en emploi
  • Conclusion • « geography matters » – Accès aux ressources énergétiques – Dépendance au sentier: technologique/usages sociaux – Enjeux d’échelle: inscription des technologies dans les territoires – Inégalités de développement conditionnent la perception des renouvelables (enjeu de l’emploi) • (Geo)politics too – L’accès à l’énergie est au cœur des politiques de modernisation et de construction de la légitimité politique • Subventions = sujet explosif => prudence politique (cf. contre-exemple de l’Egypte) – Les bouleversements politiques sont des moments de bouleversements des systèmes énergétiques (ex. Tunisie) – Poids de la géopolitique (pétrole, nucléaire (Russie), renouvelables (Allemagne, Chine))
  • Références bibliographiques • Bridge G., Bouzarovski S., Bradshaw M., Eyre N., 2013, Geographies of energy transition: Space, place and the low-carbon economy, Energy Policy, février 2013, vol. 53, p. 331-340. < http://dx.doi.org/10.1016/j.enpol.2012.10.066 > • Les collectifs socio-techniques de la transition énergétique, ANR SocInnov, Alain Nadai & Olivier Labussière (resp.), 2012-2015 • Rocher L., Verdeil É., 2013, Energy Transition and Revolution in Tunisia: Politics and Spatiality, The Arab World Geographer / Le géographe du monde arabe, vol.16-3, 277-298 • Verdeil É., 2011, Villes, énergie et développement durable en Jordanie : entre néolibéralisme et improbable décentralisation, in Barthel P.-A., Zaki L. (éd.), Expérimenter la « ville durable » au sud de la Méditerranée. Chercheurs et professionnels en dialogues, La Tour-d’Aigues, Editions de l’Aube, p. 291-319. < http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00460974 > • Verdeil É., 2013, The Contested Energy Future of Amman, Jordan: Between Promises of Alternative Energies and a Nuclear Venture, Urban Studies, 21 août 2013, n°Online First, < http://dx.doi.org/10.1177/0042098013500085 >