Nouvelles politiques urbaines de l’énergie

1,362 views
1,298 views

Published on

Published in: Education
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
1,362
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
113
Actions
Shares
0
Downloads
24
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Nouvelles politiques urbaines de l’énergie

  1. 1. Eric VerdeilCNRS, LyonLe 7/3/2011 – IFEA IstanbulNOUVELLES POLITIQUES URBAINESDE L’ÉNERGIE. EXEMPLES DEQUELQUES PAYS ARABES
  2. 2. Introduction L’énergie : De nouveaux enjeux politiques à l’échelle des métropoles  Développement urbain durable et décentralisation énergétique  « Peak oil »  Sécurisation de l’approvisionnement des firmes  Un enjeu dans la compétitivité globale des métropoles  Des enjeux sociaux : la question de la précarité énergétique (chauffage, migrations alternantes) Implication des villes dans :  Nouveaux outils : promotion des énergies renouvelables, économies d’énergie, plans climat
  3. 3. Introduction (suite) Métropoles des pays émergents et en développement et question énergétique  Quelle prise de conscience?  Quels enjeux sociaux et politiques?  Quels outils et légitimité des approches « occidentales »?  Quelle place dans la gouvernance de l’énergie, généralement un enjeu « national », aujourd’hui fortement transformé par les logiques libérales? Pays arabes  Pays producteurs de pétrole / pays dépendants  Tradition de forte centralisation politique  Enquêtes principalement menées au Liban, en Jordanie et en Tunisie. Centrées sur le secteur bâtiment (pas transport)  Energie et révolutions arabes, quels liens?
  4. 4. Introduction (fin) Plan  L’énergie, symbole du développement  Géopolitique et micro-politiques des coupures d’électricité  L’énergie et les réformes libérales  Les réformes de l’énergie dans les villes
  5. 5. L’électricité, outil etsymbole du développement L’Etat, acteur majeur de l’électrification  L’initiative privée à l’origine de l’électricité (Liban, Jordanie, Tunisie…)  Nationalisation quasi-totale entre les mains d’entreprises publiques ou d’administrations étatiques dans les années 1950-1960  Intégration du territoire national  Prix unique  Développement industriel hors des capitales et des grandes villes  Complexe intégré (barrages, irrigation, électricité)
  6. 6. L’électricité, outil etsymbole du développement L’électricité comme symbole de la modernité Beyrouth, Années 1960 http://www.skyscrapercity.com/showthread.php?t=345563&page=14
  7. 7. L’électricité, outil et symbole du développement Les mutations de l’équipement domestique : électro-ménager Air conditionné Liban JordanieTV 95% 96%Réfrigérateur 93% 95%Fer à repasser 91% 91%Machine à 65% 95%laver http://www.flickr.com/photos/costi-londra/sets/72157605625875041/
  8. 8. La soif d’énergie
  9. 9. La soif d’électricité
  10. 10. Géopolitiques et micropolitiques des coupuresélectriques  Les Etats sous tension géopolitique :  Liban  Palestine  Irak  Les sociétés et les économies simplement avides d’énergie  Egypte, Syrie, Jordanie  Golfe  Coupures estivales
  11. 11. Micropolitiques del’électricité: Le cas irakien
  12. 12. Géopolitiques de l’électricité : le cas des territoires palestiniensLa centrale de Nusseiratà Gaza (source : Yahoo.com)
  13. 13. Micropolitiquesdes coupuresélectriques auLiban
  14. 14. Les palliatifs àl’absenced’électricité auquotidien
  15. 15. Micropolitiques des coupures d’électricité au Liban  Un enjeu politique majeur  La dette de l’EDL (un tiers du déficit public)  Une redistribution inversée  Un fardeau très lourd pour les ménages (notamment hors de Beyrouth)  La dénonciation des fraudeurs mais leur difficile identification sociologique et confessionnelle  Une conflictualité sourde (habitants « fraudeurs » contre agents publics  Un thème de mobilisation politique (30 janvier 2008 : émeutes mortellesSource : AbdelHalim Hammoud – à Beyrouth) http://english.moqawama.org/uploaded/carimages/b20100823021141.jpg Comment organiser et réguler les générateurs?
  16. 16. De nouvelles politiquespubliques Mobilisation de nouvelles ressources  Gaz naturel, schistes bitumineux, nucléaire  Interconnexions électriques et gazières  Energies renouvelables, économies d’énergie (négawatt)  Création de nouvelles institutions (ANME en Tunisie) Libéralisation et privatisation  Désintégration verticale des sociétés nationales  Transmission électrique reste publique  Production : concessions et IPP  Distribution : délégation de service au secteur privé  Limitation des subventions et augmentation des tarifs
  17. 17. Diversification de la production Sources de la production électrique100%90%80%70%60%50%40%30%20%10% 0% Liban Syrie Jordanie Israel Irak Territoires palestiniens source : Agence internationale de lénergie 2004 - Banque mondiale 2003 pour Palestine charbon pétrole gaz hydro importations
  18. 18. Nouvelle organisation du secteurélectrique Source : AFD-BCEOM
  19. 19. Nouvelle organisation du secteurélectrique : enjeux sociaux etpolitiques L’Etat et le secteur privé  Sociographie des nouvelles élites de l’électricité : le cas de Al Rifai, PDG de Jordan Dubai Capital et Premier ministre de Jordanie  Les anciennes bourgeoisies de l’électricité à la lutte  Liban, Tunisie : résistance du secteur public à la privatisation L’Etat et la question des hausses tarifaires : la prudence ou la révolution?  Prudence jordanienne (septembre 2009)
  20. 20. La nouvelle échelle des prix enJordanie
  21. 21. Les nouvelles politiqueslocales de l’électricité Changement de focale  Articulation avec les politiques territoriales (décentralisation)  Néolibéralisation des politiques urbaines  Rôle accru des acteurs privés / acteurs territoriaux  Montée des dispositifs de marché  « Clusterisation » et fragmentation institutionnelle et sociale  Quels liens avec l’électricité et l’énergie ?
  22. 22. Tunisie : quelle territorialisationde l’action énergétique? Création de l’Agence nationale pour la maîtrise de l’énergie  Encouragement au solaire thermique (crédit PROSOL)  Encouragement au photovoltaïque STEG chargée de développer les énergies renouvelables (éolien, solaire)  Contexte du MDP Très faible implication des municipalités
  23. 23. Jordanie : les nouvelles politiquesénergétiques, entre renforcement deshiérarchies urbaines et contournement desélus locaux  Amman, nouvelle vitrine du développement urbain durable  BRT  Méthanisation des déchets et génération électrique  Ambitieux programme d’économie d’énergie (éclairage public et substitution d’ampoules)  Fort soutien d’agences d’urbanisme semi-privées et des institutions internationales (Banque mondiale, City Wide Strategy)
  24. 24. Jordanie : les nouvelles politiquesénergétiques, entre renforcement des hiérarchiesurbaines et contournement des élus locaux Maan, sud jordanien, nouveauIrbid, 2ème ville de Jordanie « hub solaire » Privatisation de IDECO,  Un schéma de ancienne société développement néolibéral d’économie mixte  Developement Area Law fortement ancrée  Allègement des contraintes Nouvelles relations légales (urbanisme et travail) difficiles avec la  Marginalisation des instances municipalité (terrains, locales travaux) Budget municipal subit la hausse des dépenses liées à l’électricité
  25. 25. Liban : informalisation etsingularisation territoriale  Les paradoxes de la régulation des générateurs électriques  Une tolérance temporaire durable par l’Etat  Une gestion de facto par les municipalités, entre pouvoirs locaux miliciens (Borj Hammoud) et petits entrepreneurs capitalistes (Jbeil)
  26. 26. Liban : informalisation et singularisation territoriale Les paradoxes de la régulation des générateurs électriques  Une tolérance temporaire durable par l’Etat  Une gestion de facto par les municipalités, entre pouvoirs locaux miliciens (Borj Hammoud) et petits entrepreneurs capitalistes (Jbeil) Emergence de micro- initiatives locales, parfois encouragées par des bailleurs de fonds étrangers
  27. 27. Conclusion Derrière les questions techniques et économiques, les enjeux sociaux et de nouvelles grammaires de l’action publique

×