• Share
  • Email
  • Embed
  • Like
  • Save
  • Private Content
EuraTech Trends : Open Data
 

EuraTech Trends : Open Data

on

  • 1,251 views

Pour tout savoir sur l'Open Data.

Pour tout savoir sur l'Open Data.

Statistics

Views

Total Views
1,251
Views on SlideShare
1,250
Embed Views
1

Actions

Likes
1
Downloads
20
Comments
0

1 Embed 1

http://paper.li 1

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    EuraTech Trends : Open Data EuraTech Trends : Open Data Document Transcript

    • EuraTech Trends 04 octobre 2011 Édition 1, Numéro 1 EuraTechnologies +(33) 320 191 855 Open the data ! Les institutions publiques sont depuis leur création dépositaires et productrices de données sur les citoyens, les entreprises, leur environnement, leur histoire. Elles sont aussi les garantes de leur conservation, de leur accès et de leur mise à disposition. 10 principes pour La diffusion des technologies numériques dans ces institutions, l’appétence grandissante des internautes pour les contenus numériques, la facilité d’accès à ces contenus, ont fait prendredéfinir l’Open Data (Sunlight Foundation) conscience à un certain nombre d’entre eux des gisements de données que ces institutions recélaient et des usages que l’on pouvait en espérer. Le concept d’Open Data venait deLes données sont : naître. Restait à définir les conditions d’accès et d’utilisation, les citoyens considérant qu’elles leur1. Complètes appartenaient de fait parce que financées par l’argent du contribuable, les institutions parce que détentrice séculaire de leur conservation et de leur mise à disposition auprès des2. Primaires citoyens. Les quelques étapes importantes ci-dessous donnent une idée du chemin parcouru et de celui qui reste à parcourir !3. Fraiches L’Open Data en quelques dates4. Accessibles Juillet 1978, loi CADA (Commission d’Accès aux Documents Administratifs), relative à la physiquement et liberté daccès aux documents administratifs et à la réutilisation des informations publiques. numériquement Novembre 2003, Directive européenne 2003/98/EC, concernant la réutilisation des informations du secteur public.5. Exploitables par une Mai 2004, création de l’Open Knowledge Foundation. machine Juin 2005, Ordonnance 2005-650 et Décembre 2005, Décret n°2005-1755, améliorent6. Accessibles sans l’accès aux documents administratifs et transposent la directive européenne. discrimination Avril 2006, création de la Sunlight Foundation.7. Formatées suivant Janvier 2007, création de DBpedia. des standards ou Mars 2007, Directive INSPIRE, établissant une infrastructure dinformation géographique normes dans la Communauté européenne.8. Disponibles sous Avril 2007, création de l’Agence du Patrimoine Immatériel de l’Etat, APIE. licence ouverte Octobre 2007, Liberty speech de Gordon Brown. Mars 2009, l’administration Obama décide l’ouverture des données publiques.9. Rémanentes ère Mai 2009, mise en ligne de la 1 version de data.gov.10. Gratuites Janvier 2010, mise en ligne officielle du site data.gov.uk, projet porté par Tim Berners- lee et Nigel Shadbolt. Avril 2010, création de la licence information publique librement réutilisable, dit LIP. Octobre 2010, Rennes est la première ville française à ouvrir sa plate-forme Open Data, data.rennes-metropole.fr. Janvier 2011, Paris ouvre à son tour sa plate-forme Open Data, opendata.paris.fr Février 2011, création de la mission ETALAB. Décembre 2011, lancement du site data.gouv.fr. Le diagramme en fond de page est le « LOD cloud diagram » qui représente les jeux de données publiées au format Linked Data (http://richard.cyganiak.de/2007/10/lod/).
    • 2 EuraTech Trends Où en est lopen data en France ? L’état La position du er gouvernement La circulaire du 26 mai 2011 du 1 ministre François Fillon rappelle à l’ensemble des ministères et des préfectures la stratégie du gouvernement en la matière. Elle s’appuie en grande partie français. sur la mission ETALAB.« Faciliter l’accès en ligneaux informations publiques La mission ETALABdans un souci detransparence de l’action de ETALAB a pour mission la création du portail interministériel, data.gouv.fr, pour la mise àl’Etat et leur réutilisation afin disposition libre des données publiques. Elle coordonne et favorise les actions desde favoriser l’innovation administrations de l’état pour la réutilisation de ces données. Elle peut également mettreconstitue une priorité dans ses ressources et compétences à la disposition des collectivités, des personnes de droitla politique public ou de droit privé ayant une mission de service public.gouvernementale demodernisation de l’Etat etde développement de Interlocuteur unique ETALABl’économie numérique…. Chaque ministère doit disposer d’un interlocuteur unique ETALAB. Il est chargé : La réutilisation libre, - de réaliser la cartographie de jeux de données produites ou reçues,facile et gratuite des - d’assurer la mise en forme des jeux de données,informations publiques est - de définir le protocole d’échange de ces jeux de données avec data.gouv.fr,un levier essentiel pour - d’attribuer les droits d’accès, de gérer les relations avec les réutilisateurs,favoriser la dynamique - de coordonner les correspondants des établissements publics sous tutelle du ministère.d’innovation qui sera portée Ils ont été nommés le 12 juillet 2011.par la communauté desdéveloppeurs et desentrepreneurs à partir des Licence Gratuitedonnées mises en ligne sur«data.gouv.fr». Le principe de base soutenu par le gouvernement est la gratuité. ETALAB en coordination avec l’APIE, le COEPIA (Conseil d’orientation de l’édition publique et de l’informationExtrait de la circulaire du 26 mai administrative) et les administrations ont donc été mandatés pour l’élaboration d’une2011 du 1er ministre FrançoisFillon. licence d’utilisation gratuite pour les jeux de données mis à disposition sur data.gouv.fr. Cette licence pourra être adaptée s’il existe des conditions particulières pour la mise à disposition des jeux de données. Cette adaptation devra être validée par ETALAB qui en assurera la publication sur data.gouv.fr. De par le monde… Licence Payante USA : Bien que la volonté gouvernementale soit de favoriser un accès gratuit aux donnéesdata.gov met à publiques, le principe de licence payante est toléré.disposition 389 933 jeux Ce principe existe notamment pour les données publiques, pour lesquelles était déjà définiede données avant le 11 juillet 2011 une redevance pour réutilisation. Pour maintenir ce droit à er redevance, les titulaires ont obligation, avant le 1 juillet 2012, de faire une demande UK : d’inscription sur une annexe de la liste des licences payantes diffusée sur un site internetdata.gov.uk met à er créé sous l’autorité du 1 ministre.disposition 7500 jeux de er Les redevances pour réutilisation établies après le 1 juillet 2011 devront être motivées etdonnées. après avis de la COEPIA pourront être par décret inscrite sur la liste des licences payantes. Allemagne : data.gouv.froffenedaten.de met àdisposition 528 jeux de data.gouv.fr sera le dépositaire de tous les jeux de données publiques des ministères, dedonnées. tous leurs établissements de tutelle et des collectivités qui le souhaitent. Il sera également le dépositaire des différentes licences de mise à disposition et de Kenya : réutilisation de ses jeux de données et ce afin de garantir la sécurité juridique desopendata.go.ke met à réutilisateurs.disposition 452 jeux de Il sera l’interface avec les communautés de développeurs et les entrepreneurs.données. Il offrira à tous des services conçus à partir des données publiques dans le but de mettre en valeur les contenus produits par les administrations, d’améliorer la transparence de l’état et d’alimenter le débat public.
    • 3Les collectivités Les citoyens etSi l’état va à marche forcée pour l’ouverture et la réutilisation des données publiques, le train l’Open Datan’est pas le même dans les collectivités. Quelques unes des raisons invoquées sont les coûts de LiberTICtraitement et la complexité de mise à disposition, le flou législatif, la gratuité, l’utilisation Site de l’associationcommerciale de ces données. Il existe cependant quelques collectivités qui se sont affranchies de éponyme nantaiseces barrières et ont ouvert leur plateforme Open Data. La carte ci-dessous fait un état des lieux à d’informations et dejuin 2011 (source : LiberTIC.wordpress.com, 2011). promotion de l’Open Data et de l’Open Gov. Paris Sémantique Plateforme d’exploitation des données publiques de la municipalité de Paris. NosDonnées.fr Registre de jeux de données et animation de communautés. RegardsCitoyens.org Exploitation des données publiques parlementaires et sénatoriales. Les dernières nouvelles Le 30 septembre 2011 : le conseil général de Saône et Loire ouvre sa plateforme Open Data www.opendata71.fr, sousSur ces 5 plateformes opérationnelles (voir tableau ci-dessous), le nombre de jeux de données licence gratuite, avec desdisponibles, 330, et d’application développées, 25, confirme que l’Open Data en est encore à ses données financières etprémices. D’ici la fin de cette année 6 projets devraient aboutir, mais nous sommes encore loin budgétaires !du compte. Le débat, pour ne pas dire combat, sur les licences, gratuité, payante, mixte, Coût : 60 000€française, transposition de celles existantes mais dont la grande majorité est d’origine anglo- Le 25 septembre 2011, lesaxonne, pèse sur les projets des collectivités. Les retombées économiques, l’écosystème ou le Sénat publie les résultatsROI sont d’autres préoccupations qui intéressent les collectivités qui espèrent valoriser au mieux des sénatoriales sousleurs jeux de données et les applications qu’elles mettront à disposition et les entreprises qui licence gratuitevoient là une opportunité d’innover et de se développer.
    • 4 EuraTech Trends Quel modèle économique pour lOpen data ? Opérateurs privés Le contexte est favorable pour le développement de l’Open Data. Le Smartphone est une plateforme de développement et de diffusion idéale pour les applications etwww.data- usages dérivés de l’Open Data. De plus, le marché du Smartphone est un marché enrepublica.com : pleine expansion : près de 300 millions vendus en 2010 et plus de 200 millions sur leplace de marchéfrançaise créée en mars seul premier semestre 2011, dépassant même les ventes de PC (desktop et laptop) à2011 ;répertorie 6 800 jeux fin 2010. Ces chiffres laissent donc supposer un potentiel commercial intéressant.de données publiques, Par ailleurs, le marché émergent des villes intelligentes, pour lesquelles les donnéesprivées, gratuites ou et leur exploitation sont fondamentales, représenteraient sur les cinq prochainespayantes. années 116 milliards de dollars, pour atteindre plus de 39 milliards1 en 2016. Ces investissements seront consacrés entre autres aux initiatives de gouvernementwww.infochimps.com :place de marché électronique, aux systèmes de transports publics intelligents, aux initiatives deaméricaine fondée en gestion des déchets et de recyclage, et aux efforts de réduction de l’impact2009 ; disposant de plus environnemental.de 15 000 jeux de données Le potentiel est donc bien présent. Il reste à imaginer des modèles qui puissent faire tourner la machine. D’abord, la décentralisation du mouvement est de nature àdatamarket.com : favoriser l’innovation. La proximité, la souplesse sont des atouts considérables. place de marchéislandaise fondée en Citons l’exemple de Rennes Métropole dont la première phase du projet d’ouverture2010 ; disposant de plus des données publiques a coûté 100 000 euros dont une partie a été financée par desde 14 000 jeux de données acteurs privés. Ces derniers sont confiants. Les différents acteurs et principaux prestataires publics seront intéressés par le bouillonnement créatif qui peut naître de cette libération des données publiques. » 1 – Source: “Smart Cities: Municipal Networking, Communications, Traffic/Transportation, and Energy”, ABI Research, 6 juin 2011. Analyses économiques de projets Open Data Organismes Pays Coûts Gains estimés Gouvernement Danemark 2 000 000 € 62 000 000 € Municipalités Catalogne 1 500 000 € 2 600 000 € Bureau du directeur Washington 50 000 $ 2 000 000 $ technique Source : Jonathan Brun La région Nord-Pas de Calais et Lille métropole communauté urbaine ont pris l’initiative de créer un pôle d’excellence régional sur les usages et les applications Retrouvez-nous sur le ubiquitaires. Ce pôle est un réseau informel. Il est piloté par une gouvernance Web! dexperts qui sappuie sur un outil unique (EuraTechnologies). Il a pour objectif de positionner la région NPDC comme leader dun écosystème économique davenir,www.euratechnologies.com linformatique ubiquitaire. Ses enjeux majeurs sont de définir et appliquer une stratégie commune, de préfigurer les innovations structurantes et de fédérer les acteurs de cet écosystème. Dans ce contexte, l’Open Data et l’Open Gouvernment sont des cibles importantes pour le pôle ubiquitaire. Le pôle s’engage donc à soutenir les initiatives publiques et privées des acteurs de la région Nord-Pas de Calais dans ces domaines. Contact : Julien Boudani Mail : jboudani@euratechnologies.com Tel : 33 (0)3 20 19 18 60