• Share
  • Email
  • Embed
  • Like
  • Save
  • Private Content
éCo du maroc
 

éCo du maroc

on

  • 1,606 views

éco du maroc

éco du maroc

Statistics

Views

Total Views
1,606
Views on SlideShare
1,606
Embed Views
0

Actions

Likes
1
Downloads
55
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Microsoft Word

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    éCo du maroc éCo du maroc Document Transcript

    • Léconomie du Maroc est une économie de marché, classé comme faisant partie des paysémergents. Le Maroc est le premier producteur et exportateur au monde de phosphates, cedernier constitue une entrée importante en devises pour le pays.Dès lindépendance, les dirigeants ont décidé dexploiter les possibilités immédiates quoffraitle pays. Les objectifs gouvernementaux, avaient plusieurs buts : la valorisation de laspect rural et agricole du pays afin de bâtir une agriculture moderne et performante, malgré les conditions climatiques dont souffre le pays. Ceci dans lobjectif dalimenter lexportation, les marchés intérieurs du pays, et lindustrie agro-alimentaire. Il faut aussi noter que le secteur de la pêche contribue fortement aux exportations ; lexploitation à grande échelle des gisements de phosphates dont le pays possède environ un tiers des réserves mondiales connues à ce jour, entraînant ainsi la mise en place dun important pôle chimique pour la transformation et la mise en valeur des phosphates ; Le développement secteur de lindustrie de transformation, domaine dans lequel le pays cherche toujours à attirer de plus en plus dinvestisseurs étrangers. Le gouvernement vise le renforcement de plusieurs secteurs comme le textile, les industries de transformation légère, lindustrie mécanique, automobile, pharmaceutique, électronique, les nouvelles technologies et dernièrement le secteur de laéronautique grâce aux entreprises nationales et surtout aussi aux nombreuses délocalisations européenne dans ce domaine vers le Maroc ; le développement du tourisme, qui a retenu une grande attention de la part du gouvernement dailleurs ce dernier a depuis toujours fortement attiré les investisseurs privés marocains et les grands groupes internationaux ; Le développement du domaine tertiaire, qui sest fortement accéléré depuis plus dune dizaine dannées, avec notamment, les secteurs de la banque, de la finance, de la grande distribution, de la téléphonie mobile et de loffshoring (délocalisation des centres dappels, et de services, ainsi que des SSII européennes…).Aujourdhui, les grandes réformes et les grands chantiers entamés par le pays ont commencé àdonner de bons résultats, notamment avec la hausse continue du PNB, et ceci même durant lesmauvaises saisons agricoles dues à des périodes de sécheresse aigües.Léconomie marocaine dispose aujourdhui dun cadre macroéconomique sain susceptible deconstituer un levier efficace pour la réalisation des objectifs de croissance durable, derésorption de chômage qui est de lordre de 9,6 %8et de réduction de la pauvreté qui est delordre de 10 %9.Sommaire 1 Histoire économique 2 Indicateur économique o 2.1 PIB et croissance o 2.2 Consommation, investissement et épargne o 2.3 Inflation o 2.4 Chômage o 2.5 Finance publique
    • o 2.6 Endettement o 2.7 Commerce extérieure 3 Notation 4 Accords bilatéraux 5 Entreprises 6 Agriculture o 6.1 Les céréales o 6.2 Les fruits et légumes o 6.3 Viticulture au Maroc o 6.4 Les exportations agricoles 7 Lélevage 8 La pêche o 8.1 Les 14 principaux ports de pêches au Maroc o 8.2 Exportation 9 Lextraction minière o 9.1 Les ressources minières 10 Industrie 11 Services o 11.1 Banques, finances o 11.2 Le marché boursier de Casablanca o 11.3 Les services aux entreprises (délocalisations) o 11.4 Le commerce et la grande distribution 12 Le tourisme o 12.1 Tourisme culturel o 12.2 Tourisme balnéaire o 12.3 Tourisme de découverte écologique o 12.4 Tourisme sportif o 12.5 Tourisme médical 13 Infrastructures o 13.1 Routes o 13.2 Autoroutes o 13.3 Chemin de fer o 13.4 Infrastructures aéroportuaires  13.4.1 Aéroports  13.4.2 Compagnies aériennes marocaines o 13.5 Infrastructures portuaires o 13.6 Barrages, canaux et irrigation  13.6.1 Les barrages  13.6.2 Les canaux  13.6.3 Les zones irriguées o 13.7 Les ressources dénergie : électricité. 14 Notes et références 15 Voir aussi o 15.1 Liens externesHistoire économiqueCette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue !
    • Indicateur économiquePIB et croissanceÉvolution du PIB de 1990 à 2005.Répartition du PIB par secteur de 1980 à 2007.Selon les dernières statistiques, le PIB du Maroc en 2010 est de 103,5 milliards de dollars10.Sur le plan économique Africain, le Maroc se classe 5e puissance économique derrièrelAfrique Du Sud, lAlgérie, le Nigeria et lÉgypte.Le Maroc évolue sur un rythme de croissance rapide. Elle a enregistré durant les cinqdernières années un taux de croissance moyen de 6,5 %. En effet, en 2001 et dans un contextede contre-performance du secteur agricole, de morosité de la conjoncture internationale,léconomie marocaine a enregistré un taux de croissance estimé à 6,5 % contre 1 % en 2000,5,2 % en 2002, 6,5 % en 2003 plus de 8 % en 2006 et quasiment 5 % en 2010[réf. nécessaire].Le PIB du Maroc se répartit en 2010 à 17,1 % dans lagriculture, à 31,6 % dans lindustrie et à51,4 % dans les services11,12.Évolution du PIB du 2004– 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 Maroc (IMF)13 2010PIB du Maroc (enPPA) en milliards de 101,904 108,171 120,365 126,943 138,177 148,109 175,007 NA$PIB du Maroc parpersonne (en PPA) en 3 409 3 585 3 945 4 093 4 432 4 725 7 025 NA$Évolution du PIB du 4,4 5,4 Moy. de 4,8 3,0 7,8 2,7 6,5Maroc (est.) (est.) 5,8 %Dette publique (en 51,8 47,1pourcentage du 59,4 63,1 58,1 53,6 51,9 NA (est.) (est.)PIB)14
    • Consommation, investissement et épargneLa reprise de linvestissement est également très nette dans le bilan de l’année 2003. Cettereprise a connu une hausse de 8 % par rapport à 2002. Le lancement de grands travaux dans lesecteur du bâtiment et travaux publics explique largement cette embellie des investissements.Autre signe de consolidation macroéconomique, le niveau de l’épargne nationale qui se situeaux environs de 26 % du PIB, grâce essentiellement à la progression des transferts desmarocains résidents à l’étranger (4,7 %), au maintien à un niveau élevé des placements desavoirs extérieurs à létranger et à la baisse des charges et intérêts de la dette extérieurepublique.InflationLinflation est de 6,1 % en 1995, la hausse des prix a été ramenée sous la barre des 3 %. En2000, elle a été contenue à 2,5 %, à 1,4 % en 2001, à 2,1 % en 2002, à 1,2 en 2003 et 1,5 en2006 et est en 2011 de 1 %[réf. nécessaire].Chômage- Le taux de chômage atteint les 9,9%Le Maroc aussi a vu le nombre de ses chômeurs augmenter. Avec près de 1 130000 de personnes sans emploi, le taux de chômage national a atteint, aupremier trimestre de 2012, les 9,9%, soit une hausse de 0,8 par rapport à2011. Ils sont ainsi 93 000 chômeurs en plus, selon le Haut-Commissariat auPlan (HCP), qui avait publié le jeudi 3 mai 2012 , une étude relative à lasituation du marché du travail au Maroc.Le taux de chômage est plus élevé dans les zones urbaines, précise le HCP. Il est, en effet, de14,4% dans le milieu urbain, contre 4,8% dans les zones rurales. Les jeunes sont les plusaffectés par le chômage, avec des taux de 19,2% enregistré chez les 15 à 24 ans, et de 14,5%chez les 25 à 34 ans, ajoute le HCP. 15Finance publiqueLes équilibres financiers ont été progressivement restaurés ces dernières décennies. De 12 %du produit intérieur brut (PIB) en 1982, le déficit budgétaire a été ramené à 2,7 % en 2001 et à3,5 % en 2003[réf. nécessaire].EndettementLa dette extérieure publique marocaine sest établie à environ 13,6 milliards de dollars auterme de lannée 2006, enregistrant ainsi une légère baisse de 0,6 %, alors que le tauxdendettement extérieur sest amélioré de 2,3 points du PIB, pour passer à moins de20 %[réf. nécessaire].Commerce extérieure
    • Représentation graphique des exportations du Maroc dans 28 catégories de couleurs.Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue !NotationStandard & Poor’s a rehaussé, le 23 mars 2010, la note du Maroc du crédit souverain de ladette à long terme en devises de « BB+ » à « BBB- » et de la dette en monnaie locale à longterme de « BBB » à « BBB+ » avec des perspectives stables.Standard & Poor’s a également relevé la note du Maroc à court terme en devises de « B » à« A 3 » et la note à court terme en monnaie locale de « A3 » à « A2». Ce saut qualitatif faitpasser le Maroc à la catégorie « Investment grade ».Accords bilatérauxLe Maroc se caractérise par une grande ouverture vers lextérieur, à ce titre nous pouvons citerles différents accords de libre échange que le Maroc a ratifié avec ses principaux partenaireséconomiques : Laccord de libre échange avec lUnion européenne dans lobjectif dintégrer la (ZLE) (Zone européenne de libre échange à lhorizon 2012). Laccord dAgadir, signé avec lÉgypte, la Jordanie, et la Tunisie, dans le cadre de la mise en place de la Zone Arabe de Libre Échange. Laccord de libre échange avec les Émirats arabes unis. Laccord de libre échange avec la Turquie. Et dernièrement laccord de libre échange avec les États-Unis est rentré en vigueur le 1er janvier 2006.EntreprisesArticle détaillé : Liste dentreprises marocaines.Comme toute autre économie, léconomie Marocaine possède des entreprises privées commepubliques. LÉtat Marocain a procédé à une vague de privatisations pour collecter lesfinancements nécessaires soit pour faire avancer ses grands projets, soit pour payer les salairesdes fonctionnaires (Budget de fonctionnement). LÉtat a procédé à la privatisation de 112entreprises juste après le vote de la loi de la privatisation N°256-89. On peut lister lesentreprises suivantes.
    • Maroc Télécom (lÉtat dispose encore de 30 % du capital de cette compagnie) ; La Régie des Tabacs ; CTM ; La SAMIR CIOR CIH BMCEMais LÉtat Garde encore sa main sur certaines entreprises stratégiques telles que : LOCP (Office Chérifien des Phosphates); La RAM (Royal Air Maroc); LONCF (Office National des Chemins de Fer),AgricultureArticle détaillé : Agriculture au Maroc.Le Maroc est un pays avec 40 % de vivant du secteur agricole qui dispose dune surfaceagricole utile (SAU) estimée à environ 9 500 000 hectares ce qui représente 95 000 km²léquivalent de 3,11 fois la surface dun pays comme la Belgique. Les principales productionsagricoles du pays sont constituées par les céréales (le blé, lorge et le maïs), la betterave àsucre, la canne a sucre, les agrumes (oranges, clémentines…), le raisin, les légumes, lestomates, les olives, et lélevage. Mais la production céréalière en particulier et la productionagricole générale restent très dépendantes des conditions et des aléas climatiques querencontre le pays.Les céréalesChamps de céréales au Maroc, près dAït Iazza, non loin de Taroudant.Les céréales figurent comme étant la principale culture agricole du Maroc. La productioncéréalière fait vivre une grande partie de la population rurale du pays, mais malgré les progrèsde lirrigation dans le centre et le sud du pays, les céréales restent dépendant dune bonnepluviométrie, leurs volumes de production peut d’une année à une autre varier du simple autriple (de 30 000 000 à 100 000 000 q) en fonction des conditions climatiques. Au Maroc lesecteur céréalier présente plusieurs facettes, on trouve lexistence dun secteur d’exploitationmoderne concentré sur la cote Atlantique, et le centre du pays, cohabitant avec une agriculturede subsistance.Les fruits et légumes
    • Grâce à la construction de nombreux barrages et à la mise en valeur dimportantes zonesirriguées le secteur des fruits et légumes est celui qui offre à long terme les plus grandespossibilités dévolutions. Ce secteur a permis le développement d’une production arboricoleperformante (agrumes, pommes, nectarines, …) qui offre de nombreux avantages. Le secteurpermet aux populations rurales dobtenir de très bons revenus, leurs évitant de venir fairegrossir les flux dexodes en direction des centres urbains. Les récoltes permettent dalimenterles exportations du pays, tout en leurs offrant dimportants débouchés vers l’industrie agro-alimentaire locale. Les principaux produits d’exportations sont la tomate, les agrumes(oranges, mandarines, clémentines, etc.), ainsi que les légumes comme la pomme de terre, lacourgette, et les aubergines produits principalement dans le sud du pays, (région d’Agadir).Viticulture au MarocArticle détaillé : Viticulture au Maroc.Les exportations agricolesLe Maroc est lun des plus grands producteurs dolives et dhuile dolives : 3e mondial enolives derrière lEspagne,LItalie mais loin devant La Turquie, lAlgerie,La Tunisie, LePortugal, La Grèce. Les exportations dagrumes sont également lune des plus grandesressources agricoles du pays. Le Maroc est le 2e exportateur mondial dagrumes. Quant auxautres exportations agricoles le Maroc exporte divers produits dont la valeur ajoutée estestimée à 2,6 milliards € 16.LélevageTroupeau bovin : 17,5 millions de têtes16. *La pêcheArticle détaillé : Économie de pêche au Maroc.Le pays est lun des plus grands producteurs de poisson dans le monde. Avec 17 ports leMaroc affiche une production de 589 928 tonnes en 2003 et 593 966 tonnes en 2004 pour unevaleur respective de 227 627 400 € et 246 368 700 € soit une variation 0,7 % en volume et8,2 % en chiffre daffaires. Le port tanger med est lun des plus grands ports artificiels aumonde et le plus grand port de lAfrique.Les 14 principaux ports de pêches au Maroc
    • Les sardines "Titus" sont pêchées et mises en boîte au Maroc. Nador Al Hoceima El Jadida MDiq Tanger Larache Mehdia Casablanca Safi Essaouira Agadir Tan-Tan Mohammédia JebhaPour les 9 premiers mois de lannée 2005 le volume des débarquements sélève à 593.966tonnesExportation Exportation en 2003 : 340 169 t pour une valeur de 1 964 243 900 € 17 Exportation en 2004 : 267 336 t pour une valeur de 1 727 333 800 € Exportation en 2005 : 465 174 t pour une valeur de 3 936 897 900 €Lextraction minièreLextraction minière est dominée par le phosphate, prélevé essentiellement de la région deKhouribga, qui représentait en 1999 95 % de lactivité minière18.En 2006, le Maroc est le troisième producteur mondial de phosphates, avec 29,5 millions detonnes. En 2009, cette production de phosphore était chiffrée à un montant de 14,49 milliardsde dollars US (Chine : 30,7 ; États-Unis : 30,1)19. La production est effectuée par lOfficechérifien des phosphates (OCP). Le Maroc est le premier exportateur de phosphates aumonde.
    • Les principaux sites dextraction se trouvent à Khouribga, Benguérir/Youssoufia, Meskala etBoukraa (Sahara occidental)20.Selon lUSGS21, le Maroc (en incluant le Sahara occidental) détient les deuxièmes plusgrandes réserves prouvées de phosphate du monde, avec 5,7 milliards de tonnes (Chine : 6,6),et les plus grandes réserves potentielles, avec 21 milliards de tonnes (Chine : 13).Les ressources minièresLes principaux produits miniers qui sont actuellement en cours dexploitation au Maroc sont : Le phosphate : 1er producteur mondial / 1er exportateur (2006) Le charbon: 15e producteur mondial / 7e exportateur Le plomb : 10e producteur mondial. Largent : 10e producteur mondial Lor Le zinc : 16e producteur mondial Le cobalt Le manganèse Lantimoine Le fer La barytine La fluorine Le sel Le gypse Les argiles smectiques Le feldspath Le mica La calcite et le talc Le sable de silice : Depuis 2006, avec TraspexIndustrieSucrerie de Sidi Bennour.Depuis lindépendance, le Maroc sest lancé dans dimportants investissements pourdévelopper et doter le pays dinfrastructures industrielles de bases. Le secteur industrielreprésente près de 28 % du PIB. Longtemps dominé par les industries agro-alimentaires, dutextile et du cuir, le secteur industriel s’est diversifié rapidement grâce à l’essor des secteursde la chimie et parachimie, du papier et des cartons, des équipements automobiles et de
    • montage de véhicules, les services aux entreprises, l’informatique, l’électronique et l’industrieaéronautique.Les différentes branches industrielles existantes au Maroc : Lindustrie manufacturière : Le Maroc est un pays moyennement riche en matière de ressources énergétiques et minières, (surtout les phosphates). Donc dès son indépendance le gouvernement a veillé à mettre sur pied une industrie manufacturière pour la transformation des produits locaux qui vise à satisfaire le marché intérieur et à nourrir les exportations. Lindustrie textile : 22Lindustrie textile est un des secteurs clef de léconomie marocaine, il représente 42 % de lemploi et 34 % du secteur manufacturier. Face à la concurrence asiatique, le Maroc veut profiter de sa proximité avec lEurope et mise sur le Fast Fashion23,24. Lindustrie agroalimentaire : Lindustrie agroalimentaire au Maroc est très performante, le Maroc exporte une bonne partie vers létranger il sagit principalement de biscuits, de boissons, de conserves, de produits laitiers et ses dérivés, doléagineux, de poissons et produits de mer, de transformation de légumes et fruits. Lindustrie navale : Le Maroc produit des bateaux de pêche modernes principalement des chalutiers et des navires de transport…) la principale ville qui abrite cette industrie est Agadir. La société Chantier Naval Agadir Founty (CNAF) a vu le jour en 2002. Elle a pour activité la construction de bateaux de pêche : en 2007 un premier bateau de pêche marocain fut exporté vers lAlgérie. Lindustrie pharmaceutique : 25L’industrie pharmaceutique marocaine est la troisième en termes de taille et de chiffre d’affaires au niveau du continent africain après lAfrique du Sud et lAlgérie. Cette industrie génère un chiffre d’affaires de 900 000 000 €/an soit 9 milliard de Dhs/an. Le Maroc assure entre 80 % et 90 % de ses besoins en termes de médicaments. Le pays exporte notamment vers de nombreux pays européens et africains. Le reste des besoins sont importés depuis l’étranger et principalement depuis la France. Lindustrie de lautomobile : Le Maroc produit et assemble depuis 1959 des voitures mais aussi des camions de transports à Casablanca où la société marocaine SOMACA produit les modèles automobiles "Dacia Logan", "Peugeot Partner", "Citroën Berlingo" et "Renault Kangoo". En février 2007 plus de 5000 voitures marocaines ont été exportées vers lEspagne et la France [réf. nécessaire]. LÉgypte constitue un marché automobile potentiel important à la suite des accords commerciaux. Par ailleurs, le Maroc a un concessionnaire de voitures de luxe et de hautes performances, il sagit de la marque Laraki créée en 2000 par le designer Abdeslam Laraki. En 2007, Renault- Nissan a signé avec lÉtat marocain des contrats pour la construction dune usine de production automobile près de Tanger pour une valeur dun milliard d’euros et qui va assurer à terme lexportation de 400 000 véhicules par an à lhorizon 2012, ce qui conduira à un total de 440 000 voitures exportés par an26. Début 2009 une levée demprunt bancaire dun montant de 400 millions (sur un plan dinvestissement de 500 millions) de dirhams a été réalisé par la SOMACA auprès de 3 banques marocaines.
    • Ce qui permettra de porter la capacité annuelle de production de 45.000 à 90.000 à fin septembre27.Fabrication de la brique traditionnelle dans la région de Safi, au Maroc. Lindustrie artisanale : Une bonne partie du produit de cette industrie est exportée vers lEurope, les principales villes marocaines réputées pour leurs industries artisanales sont Marrakech, Fès, Essaouira et Safi. Lindustrie aéronautique : Cette industrie comporte deux branches : laviation civile et laviation militaire. Le Maroc possède une certification ISO dans le domaine de lentretien et de la réparation des engins davions notamment les réacteurs davions de tout type (Boeing, Airbus, Jets, avion à hélice). En outre, la fabrication de composants spécifiques pour les avions tels que les câblages et autres… est destinée à lexport. Les partenaires sont Snecma, Boeing et dautres firmes internationales. Le secteur aéronautique est un des secteurs ciblés par le plan émergence pour dynamiser léconomie du pays, les villes marocaines où lindustrie aéronautique est implantée sont par ordre dimportance sont Casablanca, Tanger et Rabat28. Ce secteur est en plein boom et une cinquantaine dentreprises sont installées au Maroc29. Le salon AeroExpo Marrakech est un carrefour incontournable de cette activité. Lindustrie chimique : Lindustrie chimique marocaine a vu sa production augmenter de 10 pour cent depuis 1997. Elle est restée dominée par la valorisation des phosphates. Les ports de Safi et de Jorf Lasfar ont une industrie pétrochimique extrêmement développée. Mais lindustrie chimique est également florissante à Tanger et à Nador (sidérurgie très développée). La production de ciment est également stimulée par la marché de la construction immobilière (en plein essor) et est très florissante grâce à limplantation de sociétés de calibre international comme "Lafarge". La raffinerie de pétrole de Sidi Kacem et surtout celle de Mohammedia sont parmi les plus grandes raffineries dAfrique. Lindustrie électronique : Le Maroc dispose dun certain nombre datouts pour développer le secteur de lélectronique : l’industrie électronique est née au Maroc dans le courant des années 1950-1960 avec l’implantation de « STMicroelectronics » en 1952, ex-Société de Fabrications Radioélectriques Marocaine. Aujourd’hui, le secteur connaît un véritable engouement pour les branches de montage de cartes électroniques, de circuits intégrés, de centraux téléphoniques et de fabrication de composants électroniques. Le pays compte plus de 30 unités industrielles, génératrices de près de 7000 emplois. Elles réalisent des exportations pour un montant global de
    • 940 millions de dirhams par an. La fabrication des composants électroniques dépend, à elle seule, de plus de 11 sociétés et réalise un chiffre d’affaires de plus de 1,2 milliard de dirhams dont 98 % de la production est destinée à l’exportation principalement vers la France, aux États-Unis et au marché local. Dans le domaine de lélectronique, les atouts du Maroc sont principalement sa proximité géographique avec lEurope, une disponibilité dingénieurs et de techniciens qualifiés et des infrastructures suffisantes et de bonne qualité. LASEL (Association du Secteur de lÉlectronique) regroupe les principales industries de lélectronique basées au Maroc. Cinématographie : Lindustrie du cinéma au Maroc, passant de quelques millions de chiffre daffaires à un volume dopérations qui dépasse deux cents millions de dollars par an. Lindustrie du cinéma au Maroc est concentrée dans la ville de Ouarzazate (sud-est) où beaucoup de films ont été tournés. Les nouvelles technologies de linformation : Classée cinquième mondial en termes de parts de marché, la technologie marocaine dispose de « compétences hautement spécialisées et de solutions performantes, reconnues au niveau international dans les secteurs de la banque, de la poste, des télécoms, de la grande distribution, de l’e-gov et de l’identité électronique, le Maroc est un acteur mondial leader dans la conception et le développement de solutions permettant de dématérialiser les flux d’information, d’effectuer tout type de transaction électronique et de sécuriser les échanges informatisés. Cette industrie a été développée au Maroc fin des années 1990 elle concerne la technologie 3D. Le Maroc produit des cartes à puces, des cartes crédits…) Les hautes technologies : Elles concernent principalement laéronautique, lélectronique, linformatique, les technologies de communication militaire, spatiales, NTIC et offshoring. Les "H-T" sont situées dans la ville de Casablanca avec le TechnoPark située au Hay Hassani. Les zones franches : Le Maroc possède une zone franche à Tanger à 15 km de lEurope, appelée Tanger free zone qui est une terre dinvestissements grâce à sa proximité avec lEurope, aux facilités administratives, fiscales et logistiques. Sa stratégie consiste à être liée au Port Tangermed qui sera à terme le plus grand port de Méditerranée et d’Afrique. Renault-Nissan a prévu dy investir 600 millions deuros et dy produire 200.000 véhicules par an dès 2010 et 400.000 en 201230,31,32.ServicesLe secteur des services au Maroc est relativement développé. Les services sont trèsdynamique grâce notamment au secteur du tourisme (hôtellerie, services touristiques, servicesde loisirs…), et aux secteurs bancaires et de la finances. Aujourdhui Casablanca est le plusgrand centre financier et industriel du Maroc et au Maghreb. De nombreuses entreprisesmultinationales qui opèrent au Maghreb et en Afrique de louest ont leurs sièges à Casablanca.En 2008, Casablanca est devenu la deuxième place financière du continent Africain etreprésente 48 % des investissements et 60 % du PNB du Maroc33 . Casablanca est aussi ladeuxième place financière arabe derrière la bourse de Ryad en Arabie saoudite, avec unecapitalisation denviron 800 milliard de dirhams en 2008, ce qui équivaut à environ 87milliard $. Les années 2005 et 2006 ont été très profitables pour la place casablancaise grâce àun afflux record de capitaux en provenance du moyen orient.
    • Banques, financesArticle détaillé : Liste des banques marocaines.La banque centrale du Maroc (Bank Al-MaghribLes principales banques marocaines sont : Bank Al-Maghrib : la banque centrale du Maroc. Attijariwafa bank : premier groupe bancaire maghrébin et troisième à léchelle africaine. BMCE Bank : deuxième groupe bancaire marocain en termes dactifs, présent aussi en Afrique et en Europe. Banque populaire du Maroc : groupe composé de 11 banques populaires régionales. Il dispose du plus vaste réseau dagences et de la plus large base clientèle au Maroc. Arab Bank Maroc : filiale de la banque jordanienne Arab Bank. BMCI : filiale du Groupe BNP Paribas. Crédit agricole du Maroc. Crédit du Maroc : filiale du groupe Crédit agricole SA. CFG Group : banque dinvestissement marocaine. CIH : filiale depuis 2005 du Groupe CDG. Société générale Maroc : filiale du groupe Société générale. Citibank Maghreb : banque dinvestissement marocaine filiale du groupe Citibank. Poste Maroc : Société anonyme marocaine de droit public. Al Barid Bank : filiale bancaire de Poste Maroc.Le marché boursier de CasablancaArticle détaillé : Bourse de Casablanca.2 ème place financière dAfrique après celle de Johannesburg et devant celle du caire et 2e aléchelle arabe, La capitalisation boursière sélève à 125 milliards de dollars avec près de 130entreprises cotées34.
    • Les services aux entreprises (délocalisations)Aujourdhui et durant la période 1980-1995, le Maroc a réussi à tirer profit des mouvementsde délocalisation en Europe occidentale. Dans ce phénomène là, on peut mettre en évidencedeux périodes bien distinctes : La première concerne les délocalisations dans le secteur du textile, et de la petite industrie de transformation. La seconde concerne les délocalisations dans les domaines de lindustrie des hautes technologies, de lautomobile, et des services (centre dappel, services dédiés aux entreprises…)Les principaux pays émetteurs de mouvement de délocalisation sont la France qui arrivelargement en tête, suivie de lEspagne, de la Belgique et de lItalie. Mais aujourdhui le Marocdoit faire face à des pays très compétitifs au niveau de labsorption des flux de délocalisation,comme la Chine, les pays de lEst en Europe, lInde, lÉgypte, ou encore la Turquie.La France est le premier client du Maroc, le premier fournisseur, le premier investisseurétranger (en 1989, elle a investi 60 fois plus quen Algérie) ; 1200 entreprises françaisesenviron étaient installées au Maroc en 1990, tandis que les sociétés industrielles àparticipation totale ou partielle françaises étaient au nombre de 550.Le commerce et la grande distributionAu Maroc on dénombre environ 7 enseignes dans la grande distribution : Marjane Groupe ONA. Aswak Assalam appartenant au groupe Chaabi en collaboration avec le groupe Français Casino. METRO Maroc filiale du géant allemand Metro. LabelVie groupe marocain opérant dans la grande distribution en collaboration avec le géant français Carrefour. Acima Groupe ONA Hanouty operant dans les quartiers à proximité du client. BIM Géant Turque opérant dans le hard discount de proximité.Le tourismeArticle détaillé : Tourisme au Maroc.Tourisme culturel
    • Jamea el Fna de MarrakechVue sur la vieille Médina de Fès capitale spirituelle du RoyaumeLes villes impériales : Marrakech Fès Rabat MeknesLes monuments romains : Volubilis Banasa Lixus Tamuda Cotta Msoura Thamusida Sala Colonia
    • Tourisme balnéaireLes stations balnéaires méditerranéennes Saidia Cap de lEau Nador Al Hoceima Martil Cabo negro Mdiq TangerLes stations balnéaires atlantiquesCorniche dAgadir Agadir Safi Oualidia Sidi Bouzid Asilah Dakhla Essaouira El Jadida LarachePour dynamiser le secteur du tourisme, le gouvernement marocain a récemment lancé leprogramme Plan azur qui consiste en la création de 6 nouvelles stations balnéaires (Saidia,Lixus, Mazagan, Mogador, Taghazout et Plage Blanche) afin de drainer environ 10 millionsde touristes à lhorizon 2010. Le nombre de touristes qui ont visité le Maroc en 2009 était de8,8 millions.Tourisme de découverte écologique Tourisme saharien Tourisme de montagneTourisme sportif
    • Tourisme golfique et équestre SurfTourisme médicalDe nombreux étrangers affluent chaque année vers le Maroc pour se faire opérer (chirurgieesthétique et cardiaque en grande partie). Cela sexplique par le coût moyennement élevé desinterventions et une très bonne qualité des soins.[réf. nécessaire]InfrastructuresRoutesLe Maroc dispose dun réseau routier denviron 95 000 km en 2006.AutoroutesAutoroute A3 vers la sortie de TémaraArticle détaillé : Liste des autoroutes du Maroc.Le Maroc a le plus grand réseau autoroutier du Maghreb et 2e dAfrique après lAfrique duSud.Le Maroc compte 13 autoroutes dont 4 en construction.Larmature autoroutière est longue de 1 416 km (à fin juillet 2011) et 1 804 km sont prévus àlhorizon 2015, elle se compose de plusieurs tronçons : A 1: Rabat - Tanger (223 km) ; A 2: Rabat - Fès (182 km) ; A 3 :Rabat - Casablanca (90 km) ; A 4: Tanger - Port Tanger Med (54 km); A 5: Périphérique Casablanca (37 km) et Casablanca - El Jadida (81 km) ; A 6: Tétouan - Fnideq (28 km); A 7: Casablanca - Marrakech - Agadir (480 km);
    • A 9:Fès - Oujda (328 km); A 11: Berrechid - Beni Mellal (172 km) (ouverture en 2014);Chemin de ferTrain dans la Gare de Rabat-VilleArticle détaillé : Transport ferroviaire au Maroc.Le réseau ferroviaire marocain est lun des plus développés dAfrique, il relie la plupart desprincipales villes du pays. Ce réseau sétend sur une longueur de 2 120 km dont 1 060 km delignes électrifiées, 1 520 km de lignes à voie unique et 600 km de lignes à double voie. Les projets à court terme :LONCF est une entreprise publique et se trouve sous le tutelle du ministère des transports.Cette entreprise envisage à court et moyen terme la réalisation de plusieurs projets derénovations et dextensions du réseaux ferroviaire dont voici quelques exemples :- Construction dun tronçon denviron 50 km reliant la ville de Tanger au nouveau port TangerMed inauguré le 17 juin 200935.- Construction du tronçon reliant la ville de Taourirt à la ville de Nador sur une distancedenviron 120 km réalisé en 2009.- Construction du tronçon reliant Sidi Yahya à Mechra Bel Ksiri sur environ 40 km réalisé en2009.- Doublement de la voie entre Fès et Meknès sur 60 km réalisé en 2007.- Doublement de la voie entre Casablanca et Settat sur environ 60 km réalisé en 2008. Les projets à moyens termes :Pour les projets à moyen terme, lONCF envisage la réalisation de deux lignes de TGV auxalentours de 2020 en partenariat avec la France. La première reliera les villes de Tanger,Kénitra en 2014, les autres lignes seront réalisés entre 2015 et 2030 pour relier les autresvilles (Rabat, Casablanca, Marrakech et Agadir). La seconde reliera la ville de Rabat,Meknes, Fès, Taza et Oujda pour continuer vers lAlgérie dans le cadre du projet de TGVtrans-Maghrébin. Un autre projet est en cours détudes pour la construction dune ligneclassique reliant Agadir, Guelmim et Laâyoune sur une distance denviron 450 km.
    • Infrastructures aéroportuairesAéroportsAéroport Agadir - Al Massira.Article détaillé : Aéroports marocains classés par le nombre de passagers.Au Maroc, on compte environ 19 aéroports internationaux, dont celui de Casablanca est leplus important du pays et un des plus grands en Afrique. Aéroport Agadir - Al Massira Aéroport Essaouira - Mogador Aéroport Al Hoceima - Cherif Al Idrissi Aéroport de Errachidia Aéroport Casablanca Tit Mellil Aéroport Mohammed V de Casablanca Aéroport de Dakhla Aéroport Fès - Saïss Aéroport Kénitra Aéroport international Laâyoune - Hassan 1er Aéroport Marrakech - Menara Aéroport Internationale de Nador Aéroport de Ouarzazate Aéroport Oujda-Angads Aéroport international Rabat - Salé Aéroport Tanger - Ibn Battouta Aéroport Tétouan - Sania RmelCompagnies aériennes marocaines Royal Air Maroc Atlas Blue Jet4you Regional Airlines Tingair Air Arabia Maroc Casa Air Service RAM Express filiale de la RAM
    • Groupe Royal Air Maroc est le 2e plus grand groupe en Afrique dans les métiers de laviation,il est actionnaire en Air Sénégal International, Air Gabon International et Air Mauritanie.Infrastructures portuairesLe Maroc compte 18 ports de pêches dont le plus grand est celui de Tanger Med qui est parailleurs le plus grand dAfrique . Les ports de commerces et dindustries Les ports pétroliers et minéraliersBarrages, canaux et irrigationLes barrages Les plus grands barrages du Maroc Ville la plus Date de mise en Capacité Barrage Bassin proche service (Mm3)El Kansera Sebou Khemisset 1935 267,0Bine El Ouidane Oum Errabiaa Azilal 1953 1 384,0Mohamed V Moulouya Berkane 1967 410,0Moulay Youssef Oum Errabiaa Demnate 1969 175,0Hassan Addakhil Anti-Atlas Errachidia 1971 347,0 Souss-OuedYoussef Ben Tachfine Tiznit 1972 303,5 MassaMansour Eddahbi Sud Atlas Ouarzazate 1972 529,0Idriss 1er Inaouen Fès 1973 1 186,0Sidi Mohamed Ben Bouregreg Rabat - Salé 1974 486,0AbdallahOued El Makhazine Oued loukouss Ksar el-Kébir 1979 773,0Al Massira Oum Errabiaa Settat 1979 2 760,0 Souss-OuedAbdelmoumen Agadir 1981 216,0 MassaHassan 1er Oum Errabiaa Azilal 1986 262,5Mechra Hammadi Moulouya Debdou 1990 269,5 Souss-OuedAoulouz Aoulouz 1991 110,0 Massa09-avr-47 Nord Tanger 1995 300,0Saqui El Hamra Anti-Atlas Laayoune 1995 110,0Al Wahda Ouargha Ouezzane 1997 3 800,0Sidi Chahed Sebou Meknès 1997 170,0Asfalou Sebou Taounate 2000 317,0 ZaouiyatAhmed El Hansall Oum Errabiaa 2001 740,0 Echeikh
    • Les plus grands barrages du Maroc Ville la plus Date de mise en Capacité Barrage Bassin proche service (Mm3) Souss-OuedMoulay Abdallah Agadir 2002 110,0 MassaLa capacité de stockage des barrages au Maroc est passée de 2,3 milliards de mètres cubes en1967, à près de 16 milliards de mètres cubes en 2004.Plusieurs autres barrages sont en cours de construction, notamment sur loued Guir(Bouanane) et sur loued Aït Ameur (entre Essaouira et Agadir). Evolution du nombre de barrage au Maroc :Évolution du nombre des grands barrages au MarocLes canauxCette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue !Les zones irriguéesCette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue !Les ressources dénergie : électricité. Puissance installée (2006) : 5 232 MW36 En 2010, la puissance installée de lénergie éolienne a atteint 280 MW37 Énergie nette appelée (2006) : 21 105 GWh Production d’énergie électrique (2006) : 19 822 GWh
    • Répartition de la production : Énergie thermique : 18 053 GWh Énergie hydroéléctrique : 983 GWh Énergie STEP : 603 GWh Énergie éolienne : 183 GWh