Your SlideShare is downloading. ×
Veille medias et tendances 09121
Veille medias et tendances 09121
Veille medias et tendances 09121
Veille medias et tendances 09121
Veille medias et tendances 09121
Veille medias et tendances 09121
Veille medias et tendances 09121
Veille medias et tendances 09121
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

Veille medias et tendances 09121

1,717

Published on

Published in: News & Politics, Business
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
1,717
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
22
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. Veille concurrentielle Décembre 2009 - 1 ère quinzaine Sommaire Sources : CB News, Stratégies, Correspondance de la Presse, Presse News, Tarif Média… Pôle Info Business
    • Actualités : La Retro interactive de lexpress.fr, bonnes ventes pour Le Figaro, La Tribune donne la priorité au numérique payant, lancement d'investirama.com, Mediapart publie un cahier spécial, 4 nouvelles éditions pour 20 Minutes
    • Hors Séries, Suppléments : Télérama, Le Nouvel Observateur
    Pôle Femme
    • Actualités : 1 hors-série Jardin pour 100 Idées Déco en mars, Envy avec BETC Euro RSCG, 24h00.fr lance un observatoire de la e-shoppeuse
    • Lancement : Style Déco
    Actualité des médias
    • "Rien ne sera plus comme avant" dans les agences media : le point de vue de S.Renie, DG de Carat France
    • TF1 et Samsung partenaires pour la TV connectée
    • Vevo, la dernière chance de l'industrie musicale sur internet ?
    Marché Publicitaire
    • Actualités : le SNPTV en campagne, Facebook 1 er support français de pub. display selon comScore, Grazia.fr chez Webedia, Doitinparis.fr chez Lagardère
    • Offres commerciales : les Ventes Exclusives de Mondadori, Offre Equipement+ de Lagardère, Offre Emploi/formation de Régie Obs
    • Opérations Spéciales : Tiffany sur l'appli iPhone du Monde
    Revue de web
    • Les usines à contenus, une menace pour les media, les blogs et Google
    • A Day in the Internet
    • Google Goes After Social-Network Search With Facebook, MySpace
    Pôle Culture Jeunes
    • Lancement : PopCorn
    • Actualités : Les Inrockuptibles reconnus comme magazine de Presse d'Information Générale et Politique, FHM relancé par 1633 ?, Hollywood mise de plus en plus sur la VOD aux dépens des salles de cinéma
  • 2. Actualité des médias "Rien ne sera comme avant" dans les agences media : le point de vue de Stéphane Renie, DG de Carat France - 59 % des hommes japonais regardent la TV en même temps qu’ils naviguent sur le web… contre seulement 24 % des britanniques ; - 22 % des italiens trouvent intéressant de recevoir des informations commerciales sur leur mobile contre 5% des américains et des allemands ; - 77 % de la population britannique interrogée est membre d’un réseau social … contre 38% des allemands ( Source : CCS - Étude Internationale Aegis Media ) Émergence de la dimension sociale, délinéarisation (consommation d’un contenu "à la carte" y compris sur un autre support que son vecteur de diffusion d’origine), convergence… Nous sommes tous conscients de ces bouleversements en tant que "professionnels de la profession" ou simples citoyens/consommacteurs. Pour ne citer que l’exemple de la TV, la catch up TV, le podcast, la VOD complètent les audiences du « live »… mais pourraient bien, demain, être supplantées par des macro-plateformes de diffusion des contenus comme Hulu aux États-Unis. Et la même révolution est en cours sur les autres médias.  Au final, et c’est à la fois une bonne et une mauvaise nouvelle, la recherche d’un contenu spécifique, quelque soit le support sur lequel il est consommé, pourrait bien primer sur la fidélité à un média ou à une ligne éditoriale.  Dès lors, comment toucher les consommateurs dans un monde délinéarisé ? Comment assurer l’impact d’une campagne dans un monde où les réseaux sociaux prennent parfois le pas sur les contenus issus des médias traditionnels ?  Le travail des agences média et des annonceurs, a fortiori dans une perspective internationale, s’en trouve nécessairement bouleversé. L’ère du marketing de masse n’est pas complètement dépassée, mais il y a urgence à adapter nos recettes et à changer nos modes de fonctionnement : s’il faut rester modeste sur notre capacité à prévoir (qui aurait imaginé un effondrement aussi rapide de Second Life ?), nous avons obligation de prendre les virages au bon moment, au risque de finir dans le mur des communicants, à savoir l’indifférence ou l’inattention du consommateur. Quelques réflexions sur ce qui pourrait constituer notre "feuille de route" en compagnie des annonceurs et des médias :   - Être extrêmement vigilant sur les fondamentaux du "media bought" (efficacité, coût du GRP) dont l’apport reste fondamental pour alimenter le dispositif de communication, mais engager davantage le consommateur pour qu’il se transforme lui-même en vecteur de communication (générant ainsi du "media earned") ;  - Travailler les prises de parole "above the line" en étroite synergie avec les activités de communication sur le point de vente, autrement dit rapprocher le média de l’activation, la publicité du commerce, afin de minimiser la déperdition des messages dans cet univers de consommation sursaturée ;  - Donner toute sa place au digital sans pour autant tomber dans la dictature du buzz ou du story telling, dont on peut douter de l’efficacité marketing et commerciale dans la durée : mettre le digital au service d’un plan de communication global dans une vraie logique d’intégration ;  - Se donner les moyens de comprendre le comportement du consommateur avec des outils les plus spécifiques et actualisés possibles sur les comportements de consommation et la relation au média, et traduire des enseignements dans les plans média… en pensant audience et contenu avant de penser choix média ;  - Contribuer à (re)donner de la valeur aux marques sur le moyen et long terme, en mettant en scène leur histoire au plus près de la vérité des produits et du service qu’ils rendent aux consommateurs.  Au global, un travail beaucoup plus compliqué assurément, mais définitivement passionnant… Source : Tarif Media L’univers des médias vit décidément une période charnière. Alors qu’il paraît de plus en plus évident que la double crise économique et financière influera durablement sur le comportement des acteurs de l’écosystème des médias, il ne se passe pas une semaine sans que de nouvelles statistiques confirment l’étendue des différences de comportements des consommateurs à travers le monde, et l’ampleur des bouleversements en cours en termes de consommation média. À titre d’exemple :
  • 3. Actualité des médias Le site web d'hébergement de clips musicaux Vevo.com a été lancé aux Etats-Unis et au Canada. Fruit d'une alliance entre YouTube et les majors Universal Music et Sony Music Entertainment, cette nouvelle plate-forme de contenus vidéo-musicaux est la dernière tentative en date des majors de parvenir à tirer parti et profit de l'Internet. Vevo marie très légalement contenus vidéos et musique avec l'énorme communauté d'utilisateurs de Youtube. Avec cette plateforme, les maisons de disques font le pari qu'un portail de contenus sur lequel on peut effectuer une recherche représente une telle amélioration de l'expérience-utilisateur que les consommateurs seront prêts à visionner de la publicité ou même à payer une petite somme pour bénéficier de ce privilège. Un pari risqué, car si ce modèle fonctionne avec les séries télévisées - pour lesquelles une version en HD peut représenter une amélioration (Hulu.com) - difficile de comprendre quelle plus-value les maisons de disques peuvent apporter à des contenus que l'on peut déjà trouver gratuitement, sans publicité et dans une qualité correcte sur une pléthore d'autres sites. Tout le plaisir est pour Google bien sûr. Le moteur de recherche en profite pour se racheter une conduite auprès des maisons de disque. Le torchon brûlait entre eux : elles lui reprochaient  - à raison - de diffuser sur son site d'hébergement de vidéos Youtube des contenus protégés par le droit d'auteur et d'engranger grâce à celles-ci des recettes publicitaires. Le système de filtrage des contenus ou de partage des revenus publicitaires avec les ayant-droits lésés, que Google avait alors mis en place, a vécu  : dorénavant, Youtube est "clean" puisqu'il propose des vidéos fournies par les maisons de disques elles-mêmes. De quoi rassurer les annonceurs jusqu'ici très réticents à placer des publicités sur des sites dont le contenu est en grande partie produit par les internautes. On ne peut que sourire en songeant au chemin parcouru. Google était honni par les maisons de disques : il faisait partie des pilleurs sans vergogne qui précipitait leur commerce dans les tourments d'une crise qui semblait sans issue. Aujourd'hui, le moteur de recherche est l'expert qui fournit une solution technologique permettant à l'industrie de la musique d'encaisser (enfin !) des revenus publicitaires. Difficile de savoir si l'expérience Vevo sera une réussite à long terme et si elle va réorganiser la consommation de la musique. Mais ce qui est sûr c'est que Google et ses nouveaux partenaires peuvent aujourd'hui sourire sur la photo. Source : http://laweberaie.blogs.courrierinternational.com/ Vevo, la dernière chance de l'industrie musicale sur internet ? TF1 et Samsung partenaires pour la TV connectée Le nouveau service ne sera lancé qu'au mois de mars, mais TF1 ne voulait pas qu'un autre lui ravisse le titre de pionnier en matière de télévision connectée au web. La chaîne a présenté son partenariat stratégique avec l'équipementier Samsung, dont la gamme devrait être l'an prochain composée pour moitié de téléviseurs connectables à internet. TF1 inscrit ce partenariat dans sa stratégie 360°, en explorant une nouvelle voie de diffusion des contenus. Lorsque le téléspectateur visionnera la chaîne sur son téléviseur Samsung, d es applications dédiées comprenant les programmes de la chaîne, les infos (qu'il sera possible de faire apparaître sous forme d'une barre défilante en bas de l'écran), la météo et d'autres programmes interactifs seront disponibles depuis une touche de sa télécommande. La VOD payante sera également disponible à court terme tandis que la catch up devrait l'être un peu plus tard. L'offre de services devrait aussi peu à peu s'enrichir avec des jeux, ou la possibilité de voter directement avec sa télécommande, au fur et à mesure de l'équipement des ménages et des retours sur expérience. Si Samsung peut éventuellement nouer d'autres partenariats à l'issue de la phase de lancement (environ 6 mois), il est lié à trois ans en ce qui concerne l'analyse du marché et de la connaissance des attentes et usages du consommateur. Selon l'institut in-Stat, plus d'un tiers des téléviseurs numériques vendus dans le monde en 2013 seront connectés à internet. Pour en savoir plus sur ce nouveau marché, cliquez ici
  • 4. Pôle Info-Business Actualités Hors Séries, Suppléments Télérama HS Camus 7.90€ Le Nouvel Observateur HS Etudiants 8.90€ - Lexpress.fr fête la fin de l'année 2009 avec une grande rétro interactive . Au menu, une frise chronologique interactive (vidéo, photo, texte, vote internaute), qui s'inscrit dans la grande tendance web du "journalisme visuel". Cette frise s'organise autour : -d'un édito de Christophe Barbier -d'un zoom sur 17 temps forts de l'année (actu/styles/culture) traités exhaustivement avec : des charges basé notamment sur un retour au format tabloïd après un an d'une nouvelle formule qui avait opté pour le format Berlinois. L'édition papier du samedi est également supprimée, remplacée par une version exclusivement numérique. Enfin, La Tribune entend mettre l'accent sur le numérique payant : ainsi, dès janvier prochain, il sera possible aux possesseurs de smartphones de consulter le quotidien en version numérique, un peu sur le modèle de l'application Libération, avec une version consultable dès 21h la veille, pour 1,59€ l'unité ou 8€/mois. La version "papier" de la Tribune perdra 7,9 millions d'euros en 2009 (contre 7,5 millions en 2008) et le site internet 6,1 millions, soit un peu plus que l'année d'avant, a précisé M. Weil. Le chiffre d'affaires publicitaire a reculé quant à lui de 4 millions d'euros. >une vidéo d'analyse de l'événement par un rédacteur en chef du magazine >une compilation de nos meilleurs contenus sur le sujet >un diapo photo >une sélection de réactions d'internautes -d'une sélection d'une dizaine d'événements plus "mineurs" pour chaque mois -de l'interactivité : les internautes sont encouragés à voter parmi plus de 100 événements qui les ont marqués. Qui de Mickaël Jackson, du Grand Emprunt, de La Burqa, d'Alain Bashung, de la réforme des collectivités, ou de Twitter aura retenu VOTRE attention ? A vos votes ... - Le Figaro confirme en novembre ses bons résultats de diffusion obtenus grâce à sa nouvelle formule : elle est en progression de +2.1%, après une hausse de +1.5% en octobre. - La Tribune , qui va perdre 14 millions d'euros cette année, prévoit de revenir à l'équilibre en 2010 grâce à un plan de réduction des coûts et la mise en place de services Internet et mobiles payants. Pour y parvenir, Alain Weill entend mettre en place un plan de baisse -Stéphane Mathieu, co-fondateur de Boursorama vient de lancer un nouveau site dédié à l'investissement : investirama . Destiné au grand public (sa baseline : démocratiser l'investissement), il a une forte dimension pédagogique grâce à de nombreux services et outils pour mieux s'informer, gérer, valoriser et développer son patrimoine (guides, dossiers, simulateurs, palmarès…). -Le site d'info d'Edwy Plenel Mediapart va éditer un cahier spécial titré "Dire Non" autour du débat sur l'identité nationale sur lequel le site internet a été en pointe. Ainsi, pour 2,50 euros, les lecteurs pourront découvrir tous les contenus de Mediapart autour du débat sur l'identité nationale et notamment l'appel au refus du débat qui a recueilli près de 40 000 signatures. Ce cahier spécial de 24 pages pourrait bel et bien préfigurer ce que serait la déclinaison papier du site internet. En effet, l'idée d'un hebdomadaire effleure les fondateurs du site depuis le lancement. - 20 Minutes va lancer quatre nouvelles éditions à Nice, Montpellier, Grenoble et Rennes, au cours de l'année 2010, dont deux devraient voir le jour avant l'été. Avec un tirage moyen d'environ 30 000 exemplaires, ces éditions viendront compléter les huit éditions du quotidien. Après un plan d'économie prévoyant vingt suppressions de postes en 2009 et une recapitalisation de 30 millions d'euros le mois dernier, 20 Minutes mise fortement sur les éditions locales.
  • 5. Pôle Femme Actualités
    • 100 Idées Déco , le nouveau titre du Groupe Marie Claire, prépare un hors-série Spécial Jardin qui paraîtra le 2 mars, tiré à 100 000 exemplaires. Au sommaire : Les Roses en vedette, Fleurissement de printemps, Décoration terrasses et balcons…
    • Selon la Correspondance de la Presse, c'est BETC Euro RSCG qui s'est vu confier le budget publicitaire de Envy, l'hebdomadaire du Groupe Marie Claire qui devrait sortir début 2010
    Lancements -Nouveau bimestriel d’Es Media Project (Déco Française), Style Déco est entièrement dédié aux tendances déco et nouveautés design. Le directeur de publication est Stéphane Haccoun, la chef d’édition, Marie de la Forest et la rédactrice en chef, Gina Scala. 2.90€ - 24h00.fr s'est associé à LaSer pour construire un observatoire de la e-shoppeuse . Publié deux fois par an, ce baromètre relèvera l'évolution de leur comportement dans le domaine de l'achat en ligne. La 1ère vague d'une cinquantaine de questions, exclusivement en ligne, a été envoyée dans le courant du mois d'octobre. Les premiers indicateurs seront publiés début 2010. 
  • 6. Pôle Culture/Jeunes - PopCorn est un nouveau mensuel gratuit consacré à l'actualité du cinéma . Le titre de 24 pages est distribué à Paris, à la sortie des métros. "L'investissement nécessaire pour le N°1 a été de 10 000 euros", indique Romain Dubois, propriétaire de la société PopCorn et directeur de la publication. Il compte atteindre l'équilibre dès le n°3 en janvier, grâce aux recettes publicitaires, et "passer ensuite en bimensuel". Le titre, tiré à 40 000 ex., est réalisé par une douzaine de journalistes. Le magazine s'appuie aussi sur un site internet, popcornmag.fr , qui permet aux lecteurs de réagir aux critiques, de visionner des bandes annonces et de feuilleter en ligne, une fois inscrit, le magazine. PopCorn vise un public large et actif entre 18 et 40 ans. Lancement -Lors du rachat des Inrockuptibles , Mathieu Pigasse avait fait part de sa volonté de faire du titre un newsmagazine de référence. Première étape de cette évolution, la Commission paritaire des publications et agences de presse (CPPAP) a reconnu au magazine le caractère de presse d'information générale et politique et lui accorde le ciblage postal, au même titre que les autres news. Le "nouvel Inrocks" devrait voir le jour à la fin du premier trimestre 2010. - FHM , dont Mondadori a suspendu la parution en novembre, devrait être relancé avant la fin de l'année par le Groupe 1633 (Rolling Stone, Men's Health). - Hollywood mise de plus en plus sur la VOD. Pour lutter contre le téléchargement illégal et compenser le déclin des ventes de DVD, les grands studios de cinéma n'hésitent plus à battre en brèche la sacro-sainte fenêtre de quatre mois qui sépare habituellement aux Etats-Unis la sortie d'un film en salle et son arrivée en DVD ou en VOD . En dépit de la menace de boycott des exploitants de salles, Sony Pictures a décidé de diffuser directement chez le particulier son nouveau film d'animation "Tempête de boulettes géantes" quatre semaines avant sa sortie prévue en DVD. Depuis hier, les propriétaires de téléviseurs Sony Bravia HDTV et de lecteurs Blu-Ray connectés à Internet sur le territoire américain peuvent ainsi louer le film en streaming pour 24,99$. Sony a souligné que c'était moins cher que d'emmener toute la famille au cinéma… ce que goûtent modérément les gérants de salles obscures. La création de cette nouvelle fenêtre de diffusion, entre les salles obscures et le DVD, aura entraîné un manque à gagner non négligeable au box-office américain pour Sony. Les exploitants ont en effet boycotté son film d'animation et le nombre de salles qui le projetaient a brutalement chuté de 1.126 à 348. Mais la décision de Sony n'avait pas été prise à la légère : les revenus issus de la vidéo à la demande et des ventes de DVD sont plus de deux fois supérieurs aux recettes des salles aux Etats-Unis -soit 22,4 Md$ (en baisse de -1% par rapport à 2006), contre 9,78 Md$ en 2008. Le principal défi pour les studios va être de gérer l'opposition des exploitants de salles. Sony a déjà lâché du lest en renonçant à son projet d'offrir avant Noël "This Is It" sur DVD , deux mois après sa sortie en salles. Mais le japonais n'est pas isolé dans ses tentatives de briser le modèle actuel de la fenêtre de quatre mois. Début novembre, Paramount a commercialisé le DVD "GI Joe" 88 jours à peine après sa sortie en salles. Au même moment, la Motion Picture Association of America, l'organisation qui défend les intérêts des grands studios, demandait à la Federal Communications Commission (FCC) l'autorisation d'utiliser une technologie qui désactiverait toute connexion entre un décodeur TV et un enregistreur numérique pendant la réception de certains programmes. En éliminant tout risque de piratage, cette technologie permettrait aux studios, en partenariat avec les opérateurs de câble et de satellite, de diffuser des films à la demande avant leur sortie en DVD. Les groupes de défense des consommateurs sont montés au créneau. La FCC n'a pas encore donné sa réponse. Rappelons qu'en France, le délai entre diffusion en salles et distribution en DVD ou VOD a été raccourci à quatre moisen, selon un accord conclu en juillet entre organisations professionnelles du cinéma, chaînes TV et diffuseurs ou opérateurs numériques. Un accord contre lequel les exploitants ont symboliquement protesté en éteignant durant une heure leurs enseignes le 4 novembre dernier. Actualités
  • 7. Marché publicitaire Actualités -Au sortir d'une année 2009 qui devrait voir les investissements publicitaires en télévision chuter de -10% en net, le SNPTV s'offre une grande première en prenant la parole dans une campagne qui a pour objectif de "célébrer la publicité TV". Réalisée sous forme de mix d'extraits de 26 annonceurs et 24 agences diffusées ces derniers mois, la campagne se décline en trois spots. Les spots démarrent par la question "Et vous, la publicité TV, vous en pensez quoi ?" pour se terminer sur la signature "Action, émotion, humour, glamour. La pub télé c'est pour ça qu'on l'aime". La campagne sera visible du 15 décembre au 4 janvier dans les écrans publicitaires de 32 chaînes commercialisées par les régies du SNPTV. Vous pouvez visualiser les spots sur le mini-site dédié lapubtele.fr . - Avec 6.4 milliards d'impressions display, Facebook est le premier support de publicité display en France au mois de septembre , selon comScore Metrix, un service de comScore lancé pour la première fois en France. Selon l'institut, Facebook pèserait ainsi 10.3% du marché display, devant les sites de Microsoft (5.7Mds d'impressions, 9.3% de PDM) et 9.3% de PDM), et Skyrock (2.5Mds, 4% de PDM). Le premier groupe media, le Groupe TF1, se classe 6 ème , avec 1,4 Mds d'impressions et 2.2% de PDM. - Mondadori France Digital a confié la commercialisation de Grazia.fr à Webedia (Purepeople.com, Puretrend.com). -DoitinParis.fr vient enrichir l’offre de Lagardère Publicité sur le segment femmes CSP+. Présenté tel un magazine online, le site propose des informations pratiques et ludiques sur la mode et l’art de vivre à Paris, révèle et actualise les adresses préférées des Parisiennes. Offres commerciales Opérations Spéciales - Tiffany s'est associé à l'application iPhone du Monde pour mettre en avant sa collection Keys. - Mondadori a organisé des " Ventes Exclusives " d'emplacements Premium, sur le modèle des ventes privées en ligne. Le principe était simple : faire une offre de régie sur un nombre limité d'emplacement premium et le tout sur une durée limitée à 3 jours via une plateforme Internet. Ainsi, les agences médias ont pu acheter en ligne une trentaine de propositions exclusives sur 13 titres commercialisés par la régie. Il leur suffisait de choisir le titre et l'offre souhaités et de confirmer leur panier pour qu'un bon de commande leur soit envoyé automatiquement. -Destinée exclusivement aux annonceurs équipement, l'Offre Équipement+ de Lagardère Publicité permet de communiquer pour 39 K€ net espace, via une page quadri dans Art & Décoration, Le Journal de la Maison, Maison & Travaux et Mon Jardin & Ma Maison. -A l'occasion des dossiers Formation/Emploi à paraître dans le Nouvel Obs. et Challenges de janvier, Régie Obs commercialise une offre à 16 K€ HT net net la PQ. Cliquez ici pour voir l'offre A chaque ouverture de l'application, une page aux couleurs de l'annonceur s'affichait (inratable par le mobinaute), le temps que la page du Monde se charge. Une présence renforcée par une bannière sur la Home Page, qui renvoie vers une vidéo de 60 secondes mettant en scène les Keys de Tiffany. Une opération orchestrée par l'agence Universal McCann/ Mediabrands. Selon l'éditeur, l'application du Monde a été téléchargée plus d'1 million de fois, et compte aujourd'hui 4 millions de visites par mois.
  • 8. Revue de web (Pour suivre les liens, cliquez dessus en mode diaporama)
    • Les usines à contenus, une menace pour les media, les blogs et Google
    • Ces derniers temps, on a assisté à une véritable explosion de ce qu’il convient d’appeler des ‘usines à contenu’ telles que Demand Media ou Answers.com. Ces sociétés créent des milliers d’articles par jour et ont un impact considérable sur l’écosystème informationnel du web anglosaxon. Preuve de leur avancée, ces deux entreprises sont désormais bien installées dans le top20 du web américain, aux cotés de géants tels AOL et Apple.
    • A Day in the Internet
    • Un jour moyen d'activité sur internet illustré en une infographie
    • Google Goes After Social-Network Search With Facebook , MySpace
    • Latest Moves Focus on Real-Time Web, Mobile and Local
    Sur delicious.com/ roularta Retrouvez aussi toute l'actualité d'Express Roularta sur www.netvibes.com/expressroulartaservices

×