Your SlideShare is downloading. ×
C OMMUNIQUÉ“Follow Me”   en tournage...     SUPPLÉMENT COLLECTOR DE STUDIO CINÉ LIVE N°43 - DÉCEMBRE 2012 - NE PEUT ÊTRE V...
C        e qui frappe quand on arrive le premier jour sur        le tournage de Follow Me c’est la jeunesse et la        v...
JOANNE, une beauté sauvage« Dans Follow Me, je suis une apprentie comédienne, une city-girl qui a les pieds sur terre mais...
plusieurs ! Des Parisiennes, jeunes, naturelles, créativesaux tempéraments bien trempés et aux choix de viemarqués. Des fi...
DORIA, une élégance déconcertante« Dans Follow Me, je travaille dans une agence de publicité. Je suis moitié intello, moit...
devenir dans leur vie personnelle, elles sont vulnérables,mon challenge est de les diriger avec exigence bien sûrmais auss...
LILA, un naturel rock’n roll« Dans Follow Me, j’interprète une chanteuse dans les affres de la création, une fille telleme...
MAJE REMERCIE :ELEPHANTEpour l’idée originale,le scénario et la productionLe réalisateur :FRÉDÉRIC DE PONTCHARRALes comédi...
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Studio Ciné Live Magazine - Follow Me

811

Published on

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
811
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
2
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Transcript of "Studio Ciné Live Magazine - Follow Me"

  1. 1. C OMMUNIQUÉ“Follow Me” en tournage... SUPPLÉMENT COLLECTOR DE STUDIO CINÉ LIVE N°43 - DÉCEMBRE 2012 - NE PEUT ÊTRE VENDU SÉPARÉMENT
  2. 2. C e qui frappe quand on arrive le premier jour sur le tournage de Follow Me c’est la jeunesse et la vitalité ambiante. Jeunesse du cast bien sûr maisaussi jeunesse de l’équipe technique, de la styliste, desstaffs de l’agence de pub et de la production et, plussubtilement encore, jeunesse de l’esprit, du mood, del’esthétique qui flotte sur le plateau et va y perdurertrois jours. En effet, pendant trois jours – et presquetrois nuits – cette famille fraîchement composée autourd’un même projet ne va jamais se départir de cet état degrâce renforcé par une chaleureuse complicité née d’unemême vision, de références partagées, de backgroundssimilaires et d’enthousiasme communicatif... Ainsid’un cours de théâtre à un studio d’enregistrement, desquais du canal Saint-Martin à une agence de pub, d’unappartement parisien à un dance-floor, va-t-on partagerdes instants de vie de trois jeunes et jolies Parisiennes...FLASH-BACKMaje est la marque de mode créée par Judith Milgromque l’on sait. Raffinée, sexy, élégante, tendance, rock,bohème, pointue, au goût d’aujourd’hui et déjà dedemain. Maje est une marque moderne. Une marquequi, loin des archétypes et des codes inhérents aumilieu, a choisi de communiquer différemment. « L’idéede départ, confie Judith Milgrom, par ailleurs grandefan du cinéma des années 1960, était d’imaginer descontenus digitaux innovants, avec nos clientes au cœurde ceux-ci, dans la continuité de tous nos projets liés àl’image. Nous voulions pousser plus loin l’univers de lamarque que je situe entre rêve et réalité, en racontantune histoire qui mette en lumière une génération denouveaux talents.» Maje confie donc sa stratégie onlineà Eléphante, une jeune agence digitale, qui cogiteet propose alors... un film pas tout à fait comme lesautres ! Loin d’elle la prétention de « faire du cinéma »mais plutôt une capsule vidéo, avec de vraies filles dansla vraie vie, en droite lignée avec les collections capsulesque Judith Milgrom crée à chaque nouvelle saison.L’idée séduit aussitôt.FEMME MULTIPLEEntre alors en scène Mary-Noëlle Dana, directricedes contenus de l’agence qui s’attelle à l’écriture duscénario. « Très vite, dit-elle une évidence s’est imposée :la femme étant par essence multiple et je sais de quoije parle (rires), il fallait non pas une héroïne mais
  3. 3. JOANNE, une beauté sauvage« Dans Follow Me, je suis une apprentie comédienne, une city-girl qui a les pieds sur terre mais aussi la têtedans les nuages... Le problème c’est qu’elle perd son book justement le jour où il ne le faut pas...»« Je viens de Nice. Très jeune j’ai eu envie de faire du théâtre, j’ai suivi des cours au centre méditerranéenJean Cocteau au Cap d’Agde et je suis montée à Paris où j’ai intégré l’école Actors Factory, où on a d’ailleurstourné mes scènes... J’ai répondu au casting sur Facebook... Une des questions était : «Quelle est la premièrechose à laquelle vous pensez le matin ?» et j’avais répondu: « Au rêve que j’ai fait !». Sauf que là, maintenant,mon rêve je le vis grâce à Follow Me ».
  4. 4. plusieurs ! Des Parisiennes, jeunes, naturelles, créativesaux tempéraments bien trempés et aux choix de viemarqués. Des filles aimant Maje et considérant lesvêtements comme une expression d’un état d’espritparticulier à un moment particulier.» Des têtes bienfaites et bien pleines donc. Très vite Mary-Noëlle Danaopte pour une structure narrative peu conventionnelle.Un scénario qui brise le rythme linéaire classique,téléscope les situations, brouille les pistes. Ainsisuit-on dans Follow Me trois jeunes filles aux profilsbien distincts, toutes à la recherche de quelque chosequ’elles ont perdu et dont les destins vont s’entrecroisersous le regard fasciné d’un narrateur. Un Rubik’s Cubeau féminin pluriel...GIRL+GIRL+GIRLReste à trouver les trois jeunes filles en question.Et c’est sur Facebook que se déroule le casting. D’abordpar un questionnaire un peu farfelu auquel répondentdes centaines de prétendantes fans de Maje qui doiventégalement se raconter et expliquer leurs motivations. Lasélection de cette folle aventure virtuelle prend plusieurssemaines avant le choix définitif qui se fait à la suited’essais : les trois élues devant bien évidemment êtreà l’aise devant la caméra ! Entrent donc Lila, Doria etJoanne, trois jeunes filles à peine sorties de leurs vingt ans,toutes trois avec des parcours originaux et des projetspersonnels bien particuliers que Follow Me, comme unebonne étoile, va mettre en exergue..TRUFFAUT, GONDRY ET EUXParallèlement, Mary-Noëlle Dana peaufine son scénarioet retrouve pour la réalisation son complice Frédéric dePontcharra. Ensemble, ils ont déjà signé pour l’agenceElephante plusieurs portraits de femmes. Entre cet ancienphotographe et chef-opérateur passé à la mise en scènede clips et de documentaires au ton posé, à l’attitudediscrète et l’effervescente scénariste l’osmose est complète.L’équilibre parfait. La créativité complémentaire.Et les références de l’un nourrissent celles de l’autre etde retrouver dans leur bouche les noms de Truffaut,Gondry, Luhrmann, Godard, Tati, Tim Burton ouSpike Jonze. « Je parle avec des images, dit Frédéric dePontcharra, et Mary-Noëlle voit des mots à la place desimages ! C’est pourquoi nous formons un bon tandemqui souhaite s’amuser, et surtout pas nous prendre ausérieux. Nos trois héroïnes sont des jeunes filles en plein
  5. 5. DORIA, une élégance déconcertante« Dans Follow Me, je travaille dans une agence de publicité. Je suis moitié intello, moitié créative. Je suis très ancréedans la vie active, je lis beaucoup, je suis, disons, l’intello de la bande (rires). Mon problème, j’ai perdu un livrequi m’est cher et que j’ai truffé d’annotations...»« Dans la vie, je suis étudiante. J’ai une formation littéraire, j’ai fait deux ans de prépa, je vais passer une licencede cinéma et suis inscrite à la Sorbonne en « écriture de théâtre ». Et je viens de tourner cet été en premier rôle,La fille publique de Cheyenne Carron. Je ne sais pas ce que l’avenir me réservera mais l’écriture y aura forcémentune grande place.»
  6. 6. devenir dans leur vie personnelle, elles sont vulnérables,mon challenge est de les diriger avec exigence bien sûrmais aussi avec tact et douceur.»TROIS EPISODES, UNE HISTOIREFin septembre arrive enfin le tournage. Le scénario esttrès découpé. Les plans nombreux. La lumière naturelle.Certaines séquences sont story-boardées. L’ambiancestudieuse mais décontractée. « Plus qu’un film, expliqueFrédéric de Pontcharra, Follow Me est un objet visuelpuisqu’il s’y intègre des effets spéciaux avec desartifices mécaniques et numériques qui seront intégrésen post-production.» Poétiques et oniriques a-t-onenvie d’ajouter, puisque dans cet univers les mots ontune vie propre, les pavés sont dorés et laissent échapperdes notes de musique et les réveils en carton font unbruit d’enfer... « Le web implique une écriture clairemais aussi un rythme soutenu afin de garder l’attentiondu spectateur, de le fidéliser, précise Mary-Noëlle.Follow Me segmenté en trois épisodes, durera une grossedizaine de minutes et sera diffusé sur le site Maje.comet les réseaux sociaux. Rendez-vous dès le 24  octobrepour le premier épisode, le 14 novembre pour ledeuxième et le 5 décembre pour le dernier.»PARISTroisième jour de tournage. Retour sur le plateau...Même si les yeux sont un peu marqués, les planss’enchaînent à un rythme soutenu et dans un tourbillonde bonne humeur. On pense forcément au mot deFrançois Truffaut « le cinéma est l’art de faire faire dejolies choses à de jolies femmes.» À côté de la caméra,un photographe capte et filme d’autres images du filmen train de se faire. Elles seront proposées en marge deFollow Me, en pastilles behind the scenes avec un focussur les tenues de Doria, Lila et Joanne, avec aussi desphotos de tournage et des portraits intimes des troishéroïnes... On quitte l’intérieur du studio d’enregistrement.La nuit est tombée sur Paris, l’autre personnage dufilm. Reste à faire quelques plans voiture de nuit dansla capitale avant l’ultime clap de fin.Philippe SalanchesPhotos : Marion MaîtrejeanMaquillage : Bobbi Brown
  7. 7. LILA, un naturel rock’n roll« Dans Follow Me, j’interprète une chanteuse dans les affres de la création, une fille tellement stresséequ’elle en perd l’audition, ce qui est un comble pour une musicienne !»« J’ai débuté à 8 ans au cinéma dans Demi-Tarif d’Isild Le Besco. Avec un père musicien et une mère comédiennej’ai baigné très tôt dans le milieu artistique mais je n’ai jamais suivi de cours. Même si je viens de tourner dansAmour et turbulences d’Alexandre Castagnetti avec Nicolas Bedos et Ludivine Sagnier, je veux devenir chanteuse.C’est à 15 ans, en écoutant Murray Head que je l’ai décidé. Pour l’instant je peaufine les quatorze morceauxde mon premier album qui sortira chez Because ».
  8. 8. MAJE REMERCIE :ELEPHANTEpour l’idée originale,le scénario et la productionLe réalisateur :FRÉDÉRIC DE PONTCHARRALes comédiennes et le narrateur :DORIA ACHOUR,JOANNE PALMARO, Make-up artist : LA FABRIQUE À IDÉES :LILA SALET et JÉRÔME CHARVET AMÉLIE ESTUBLIER Directrice de la fabrique à idées :Image et montage : pour BOBBI BROWN CONSTANCE BUCAILLEFRÉDÉRIC DE PONTCHARRA Coiffeur : RICHARD GONZALEZ Directrice de la productionet LAURENT ROCHETTE L’école Actors Factory : et coordinatrice Editoriale :Sound design : KOUZ PRODUCTION TIFFANY STERN, CAROL BENQUETMusique : PAUL HOMEM-CHRISTO FLORINE CLAP et LES ÉLÈVES Textes : PHILIPPE SALANCHESProduction déléguée : Le studio d’enregistrement : Conception graphique : DIDIER FITANYANN RIMBAUX (ONIRIM) PAUL HOMEM-CHRISTO Impression : La Galiote-PrenantPrise de son : HARALD BALLIÉ Le Bus Palladium : CYRIL BODIN,Régie : ERWANN SCHMIDT CYRIL TALLON, ANAÏS DUQUESNE www.maje.comChef électro : ELYAN CHARVETDesign d’objets : VINCENT FLOURET, STUDIO CINE LIVENONE FUTBOL CLUB Directeur délégué :Décoration : SARAH VON SAURMA SÉBASTIEN LOIZONPhotographe plateau : Directrice du publicité :MARION MAÎTREJEAN CAROLINE FERREIRA PAGES

×