• Save
le journalisme appliqué au web, entre médias de l'offre et médias de la demande
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

le journalisme appliqué au web, entre médias de l'offre et médias de la demande

on

  • 3,119 views

Mémoire de Maeva Demay, étudiant en dernière de communication à l'EFAP Bordeaux.

Mémoire de Maeva Demay, étudiant en dernière de communication à l'EFAP Bordeaux.

Elle a contribué sur Infolab ( http://blogs.lexpress.fr/infolab )

Statistics

Views

Total Views
3,119
Views on SlideShare
2,536
Embed Views
583

Actions

Likes
3
Downloads
0
Comments
0

6 Embeds 583

http://comwalpole.wordpress.com 380
http://www.doyoubuzz.com 107
http://blogs.lexpress.fr 78
http://m.doyoubuzz.com 16
http://webcache.googleusercontent.com 1
http://www.google.fr 1

Accessibility

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

le journalisme appliqué au web, entre médias de l'offre et médias de la demande le journalisme appliqué au web, entre médias de l'offre et médias de la demande Document Transcript

  • REMERCIEMENTSEn premier lieu, je souhaite remercier toutes les personnes qui m’ont aidée, soutenue et encouragéedurant la réalisation de ce mémoire :Joël Aubert, directeur de publication du site Aqui !, qui a soutenu ma démarche en acceptant de devenirmon parrain, pour son inspiration aussi et la passion avec laquelle il évoque sa profession ;Caroline Perret, directrice de mon mémoire, pour ses conseils, son écoute et sa disponibilité,Thierry Guillemot, rédacteur en chef de TV7, pour m’avoir reçue, écoutée et guidée alors même quemon mémoire n’était qu’une suite d’interrogations personnelles ;Laurent François, responsable marketing et développement du groupe L’Express Roularta, pour letemps qu’il m’a accordé lors de nos divers entretiens, les informations qu’il a accepté de me communi-quer, d’une aide précieuse tout au long de la réalisation de ce mémoire, mais aussi pour l’intérêt qu’il y aporté ;Alexandre Kara, journaliste au service politique de France 2, pour avoir pris le temps de répondre à mesinterrogations ;L’équipe pédagogique de l’EFAP, pour leur écoute, leur disponibilité et l’occasion qu’ils m’ont offertede travailler sur la réalisation de ce mémoire de fin d’études. 1
  • SOMMAIREINTRODUCTION………………………………………………………………………………………….3PREMIERE PARTIE : ETUDE D’UNE SOCIETE ET DE SON SYSTEME D’INFORMATION………9I. HISTORIQUE .................................................................................................................................................... 10 A. La presse écrite : ............................................................................................................................. 10 B. La radio : ......................................................................................................................................... 13 C. La presse filmée : ............................................................................................................................ 14 D. Du Grand au petit écran : ................................................................................................................ 15II. JOURNALISTE ET JOURNALISME, DÉFINITION D’UNE PROFESSION: ................................................ 17 A. Quelques définitions du mot “journalisme”: ................................................................................... 18 B. Quelques définitions du mot “journaliste”: ..................................................................................... 18III. GRANDS PRINCIPES ET TEXTES FONDATEURS : .................................................................................... 20IV. INTERNET ......................................................................................................................................................... 25 A. Historique ........................................................................................................................................ 25 B. Le web 2.0 ....................................................................................................................................... 27 a) Origines et définition : ................................................................................................................ 27 b) Eléments constitutifs: .................................................................................................................. 29 c) Les enjeux actuels ....................................................................................................................... 31V. LE CONSOMMATEUR..................................................................................................................................... 31 A. Le consommateur et internet: .......................................................................................................... 32 a) “All about me” : Lheure du réseautage et du personnal branding : ............................................ 32 b) La géolocalisation et la mobilité: ................................................................................................ 33 c) Le mode collaboratif et le Cloud Computing:............................................................................. 34 B. Le consommateur, ses médias et son actualité ................................................................................ 34 C. Le consommateur et ses attentes ..................................................................................................... 37SECONDE PARTIE : A LA RECHERCHE DUN NOUVEAU MODELE…………………………40I. LES MEDIAS TRADITIONNELS REORGANISENT LA TRADITION ........................................................ 41 A. Une information professionnelle rassurante.................................................................................... 41 2
  • B. De nouvelles fonctionnalités intègrent l’internaute au fonctionnement du journal en ligne ........... 42 a) Les commentateurs : ................................................................................................................... 42 b) Les blogueurs associés : .............................................................................................................. 43 c) Les communautés :...................................................................................................................... 44 C. Leurs limites : ................................................................................................................................. 45 a) Un dialogue unilatéral : ............................................................................................................... 45 b) Une externalisation vers des blogs internes: ............................................................................... 46 D. Synthèse : ........................................................................................................................................ 47II. LES PURE PLAYERS, LINFORMATION RÉINVENTÉE : ........................................................................... 48 A. Les pionniers, à la découverte d’un nouveau mo(n)de d’information: ........................................... 48 B. Les créatifs, les laboratoires de développement du web 2.0 : ......................................................... 52DE LOPTIMISATION DU TRAITEMENT DE LINFORMATION…………………………………56I. LA QUALITE DE L’INFORMATION : ............................................................................................................ 57 A. La vérité : ........................................................................................................................................ 57 B. La responsabilité : ........................................................................................................................... 57 C. La contextualisation et l’aide à la compréhension : ........................................................................ 58 D. La diversité : ................................................................................................................................... 59II. LE TRIPTYQUE DE L’INFORMATION : ....................................................................................................... 60 A. Les faits : ......................................................................................................................................... 61 a) La source : ................................................................................................................................... 61 b) La vérification : ........................................................................................................................... 62 c) Les données :............................................................................................................................... 63 B. Les opinions : .................................................................................................................................. 64 a) Le billet/ Le post : ....................................................................................................................... 64 b) Le commentaire : ........................................................................................................................ 65 c) L’enquête : .................................................................................................................................. 66 C. La conversation ............................................................................................................................... 67 a) Principe : ..................................................................................................................................... 67 b) Spécimen : ................................................................................................................................... 68CONCLUSION………………………………………………………………………………………….70SOURCES………………………………………………………………………………………………..73ANNEXES………………………………………………………………………………………………..76 3
  • La presse et les journalistes font face, depuis quelques années déjà, à une véritable crise des mé-dias. Entre perte d’Audimat et fuite des budgets publicitaires, les groupes de presse s’effondrent. Le jour-nal Libération passe de 137 000 ventes quotidiennes en 2005 à moins de 112 000 ventes pour l’année2009; Le Monde subit une perte de près de 33 000 lecteurs sur cette même période citée, le tout lui valantune dette de plus de 125 millions d’euros1, qui force la direction à mettre le groupe en vente en juin 2010.La fin des journaux est décrite dans un certains nombres de livres, tous traitant le sujet sous un angle dif-férent mais la grande majorité prévoyant le déclin de la presse écrite et la fin du journalisme.Véritable crise des médias, la profession doit aussi essuyer de nombreuses critiques : Manqued’autonomie, autocensure, liaisons politiques et économiques, sensationnalisme, conformisme... Sontautant de reproches auxquels les journalistes doivent aujourd’hui faire face. Nous assistons à une réellecrise de confiance du public vis à vis de leurs médias. Florence Aubenas, consciente de cette probléma-tique, introduit son livre La fabrication de l’information, les journalistes et l’idéologie de la communica-tion par un constat assez sombre : « Après avoir longtemps cru qu’une chose est vraie ‘parce qu’elle est écritedans le journal’, la conviction populaire s’est inversée. De paroles sacrées, les nouvelles données par la presse sesont faites, aux yeux de ceux qui les lisent, forcément fausses, ou toujours suspectes. En se branchant sur le journaltélévisé, la première curiosité est devenue ‘Qu’est ce qu’ils vont encore nous faire croire?’ Il n’y a aujourd’hui plusune analyse de taux de lecture qui n’a intégrée cette méfiance dans ses évaluations. » En effet, on peut notam-ment citer le baromètre de confiance des médias, édité chaque année par TNS Sofres pour le journal LaCroix et aujourd’hui repris et analysé par l’ensemble des médias. Cette crise de la presse débute alorsmême que parallèlement, internet connaît une expansion sans précédent. Il apparaîtra même comme l’unedes plus grandes menaces que les journalistes aient du affronter. Pourtant, Internet permet aussi de nou-velles possibilités. Bien longtemps restés sourds face à la réalité du marché, les médias se réorganisent et tentent unenouvelle approche du journalisme. Mêlant les codes journalistiques à ceux de la communication, la pressecherche à retrouver son lecteur sur la base d’un nouveau fonctionnement, d’une nouvelle vision del’information. Il apparaît que ces réponses aux maux du journalisme passent, pour la majorité, parl’interaction, la participation de l’internaute. Qu’il soit placé comme simple participant au débat surl’actualité ou, à son extrême, comme rédacteur à part entière, l’internaute a enfin la possibilité de cons-truire un média qui lui ressemble. Ces tentatives, aujourd’hui reconnues, font l’objet de nombre1 Source OJD, 2010 4
  • d’admirations. Créatifs, inventifs, en osmose complète avec la société actuelle, ces médias réussissent unpari périlleux : Relancer l’intérêt du lecteur, et notamment des jeunes, pour l’information.Cette mutation constitua l’un des items abordés aux états généraux de la presse écrite, lancé en 2005 parle Président de la République ; mais a aussi donné lieu, depuis, au Spiil, Syndicat de la Presse Indépen-dante en Ligne. Nous assistons à une réelle prise de conscience nationale. La réorganisation d’un systèmequi n’avait pas subit de telles modifications depuis l’avènement de la télévision. Alors que ce processusdure depuis un peu plus de 5 ans déjà, il commence seulement à s’introduire réellement dans les mœursdu public et de la profession. Pour preuve, le prix Pulitzer du journalisme d’investigation a, pour la pre-mière fois en 2010, récompensé deux journalistes web : Sheri Fink, pour un article publié sur le site Pro-Publica, The Deadly Choices at Memorial, sintéressant de près à un centre médical de la Nouvelle-Orléans après le passage de l’ouragan Katrina; Le second récompensant le site du San Francisco Chro-nicle dans la catégorie du meilleur dessin de presse. Ces deux récompenses sont, pour les journalistesweb, le signe tant attendu d’une reconnaissance de leurs pairs vis à vis de leur travail. C’est aussi, pourmoi, l’occasion de m’interroger sur la profession et ses évolutions. Passionnée de communication et fascinée par le monde du journalisme, il était tout naturel dechoisir un sujet de mémoire en lien direct avec ces deux domaines, différents par certains aspects, maistoujours liés, complémentaires. C’est en premier lieu pour cette raison que je me suis intéressée de près àl’évolution des médias d’information sur internet, leur mutation résultant d’une étude de marché, d’uneétude du consommateur d’information. C’est en m’entretenant sur le sujet avec Thierry Guillemot, rédac-teur en chef de TV7 Bordeaux, qu’une première interrogation est apparue : A l’instar de la télévision, lessites web d’informations sont ils plutôt des médias de l’offre ou des médias de la demande ?L’intervention de l’internaute dans le choix de l’information, la capacité à « zapper » d’un site à un autrerappelait ainsi, dans un processus plus évolué puisque facilité par les nouvelles technologies, des pro-blèmes déjà soulevés pour la télévision, entre programmes culturels et divertissements.Nous en arrivions donc à parler de l’émergence du « journalisme lol », terme désignant des articles néces-sairement tournés sur un angle comique de manière à attirer le lecteur et provoquer « le clic ». Tant desujets qui tournaient finalement tous autour des deux même notions : Le public, que nous appellerons icil’internaute ; et la qualité de l’information. Ainsi, au fil de la conversation, et après réflexion, ma problé-matique avait évoluée : L’intervention de l’internaute dans le processus d’information nuit-elle à la qua-lité du journalisme ? 5
  • Je partais alors avec une idée bien précise de la réponse que j’allais y apporter, la solution ne pouvantêtre, selon moi, que négative. C’est avec ces aprioris que j’ai rencontré mon parrain, M. Joël Aubert, di-recteur de publication d’Aqui.fr. Véritable entretien autour du journalisme, nous avons eu la possibilitéd’échanger autour des diverses problématiques que j’avais en tête, autour de l’actualité des médias, maisaussi et surtout autour de leur avenir. Enrichissant en tout point, c’est pourtant la fin de notre entrevue,teintée d’optimisme et marquée par le plaisir que mon interlocuteur ressentait en parlant de son métier,que ma réflexion a évoluée, mûrie. Cette rencontre a été décisive quant à l’évolution de mon mémoire2.Trop orientée, elle ne correspondait pas suffisamment aux réelles problématique actuelle, ne laissant laplace ni au doute, ni à d’éventuelles solutions. Ainsi, il m’a semblé plus cohérent d’ouvrir cette probléma-tique de manière à introduire un aspect plus positif à ma réflexion. Ainsi, la problématique retenue pource mémoire est : L’intervention de l’internaute améliore ou détériore t’elle la qualité de l’information ?C’est donc cette problématique qui me guidera tout au long de mes recherches, à l’instar du journalistesouhaitant créer un nouveau média répondant aux attentes des internautes, tout en conservant la qualité del’information qu’il y fournira. De la même manière, nous commencerons ici par revenir sur les fondamen-taux de la profession. Le journalisme étant intrinsèquement lié à son histoire et à la société dans laquelle ilévolue, il est évident que ce sont deux facteurs qu’il nous faudra étudier en priorité. De même, le métierde journaliste subissant aujourd’hui une réelle remise en cause, nous tenterons d’apporter une définition,la plus actuelle possible, de la fonction, du rôle et des missions dont doivent s’acquitter tout bon journa-liste. Nous y parviendrons notamment par l’étude des textes fondamentaux de la profession, encore au-jourd’hui à la base de son fonctionnement.Internet est un média complexe et en perpétuelle évolution, nous devrons donc y accorder une attentiontoute particulière, détaillant son histoire, ses diverses transformations et les fonctionnalités qu’il renddésormais possible. Nous nous pencherons plus particulièrement sur l’étude de ce qui fait aujourd’huison franc succès, entre web 2.0 et nouveaux usages des médias.Bien sûr, l’internaute étant l’un des pivots de notre problématique, nous ne pourrions traiter de notre sujetsans définir au préalable ce qu’est aujourd’hui le consommateur d’information. Entre son usage2 Le compte rendu de cette interview est disponible en annexe 6
  • d’internet, son rapport aux médias mais aussi ses attentes réelles, nous tenterons d’établir une analyse laplus précise possible d’un acteur devenu désormais indispensable à l’information. Pour y parvenir, nousnous baserons en grande majorité sur une étude, encore inédite, menée cette année par le service marke-ting du groupe de presse l’Express Roularta ; et dont certains résultats m’ont été expliqués par LaurentFrançois, son directeur marketing et développement. Une fois les limites et les notions fondamentales de notre sujet définies, son traitement nécessiteforcément une approche plus pratique ; une analyse de ce que l’internaute peut aujourd’hui retrouver surla toile, en termes de médias d’information. Il s’agit donc d’établir un benchmark1 de ce qui se fait actuellement comme sites d’information, d’analyser et comparer nos différentsexemples et d’en retirer une critique la plus objective possible des médias internet et du métier de journa-liste tel qu’il est sur le web. Pour ce faire, nous étudierons dans un premier temps l’évolution des médiastraditionnels et leur mutation sur internet ; leur réorganisation, les nouvelles fonctionnalités qu’ils ontintégrés et ce, au travers des commentaires, des blogs associés et de la mise en place de véritables com-munautés de lecteurs. Par la suite, nous nous intéresserons aux médias qui, plutôt que de muer, ont fait lechoix de se réinventer intégralement. Crées spécialement pour fonctionner sur internet, nous verronsl’émergence des Pure Players, leur singularité et la valeur ajoutée qu’ils apportent à l’information surinternet. Etant aujourd’hui nombreux, nous les classerons en deux catégories distinctes : Les pionniers, àla découverte d’un nouveau monde d’information et les créatifs, véritables laboratoires de développement.Bien sûr, il s’agit par la suite de fournir une synthèse, la plus réaliste possible des pratiques actuelles dujournalisme web, du traitement de l’information et d’en analyser les avantages, comme les inconvénients. En définitive, cette analyse approfondie, couplée aux recherches effectuées en premier temps,nous permettront d’apporter un certain nombre de réponses à la problématique initiale. Après une pre-mière phase durant laquelle nous établirons nos conclusions quant à cette étude, nous verrons par la suitecomment mettre en place un traitement de l’information utilisant les possibilités offertes par Internet touten conservant les notions fondamentales qui permettent au journaliste de fournir une information la plusqualitative possible.11 Le benchmarking (ou analyse comparative) est une technique utilisée en marketing qui consiste à étu-dier et analyser les techniques de gestion, les modes dorganisation des autres entreprises afin de seninspirer et den retirer le meilleur. 7
  • Tout l’intérêt de mon mémoire se retrouve dans la mise en place d’un système d’information appliqué àinternet, prenant en compte l’internaute et sa participation, mais aussi et surtout, la place que doit au-jourd’hui occuper le journaliste. 8
  • PREMIERE PARTIEETUDE D’UNE SOCIETE ET DE SON SYSTEME D’INFORMATION 9
  • Afin de comprendre les enjeux de notre sujet et de parfaitement en appréhender les tenants et lesaboutissants, il est primordial de commencer ce mémoire par les premières fondations de la presse et dumétier de journaliste à travers les différents types de médias d’information (journal, radio et télévision). Ils’agit d’en établir un rapide historique, afin de saisir l’évolution et les mutations qu’il a subi à travers letemps. En effet, le journalisme est un métier nécessairement lié à la société, à l’histoire et aux diversestransformations du monde qui nous entoure. Son futur et les bouleversements qu’il subit actuellementsont donc obligatoirement liées à son passé. I. HISTORIQUE A. LA PRESSE ECRITE :La presse est, comme nous l’avons dit, liée à l’Histoire. Révolutions technologiques, économiques et so-ciales accompagnent son développement. On associe ainsi très naturellement la naissance de la presse àcelle de l’imprimerie, par Gutemberg en 1430, puisque cette dernière permet une plus large diffusion desécrits et donne donc la possibilité à un plus large public d’y avoir accès. L’information n’est plus uneaffaire de privilégiés, elle concerne le peuple dans sa grande majorité.Le premier journal à être reconnu en tant que tel dans notre pays, est celui d’un médecin français quiobtint, en 1631, le privilège royal de pouvoir imprimer une parution de 4 pages. C’est alors qu’apparaît laGazette de Théophraste Renaudot, le père de la presse écrite française. Avec cette gazette, plusieurs con-cepts toujours d’actualité verront le jour. C’est le cas des illustrations qui, encore aujourd’hui, viennentappuyer les informations quotidiennes ; des espaces publicitaires et des éditoriaux. C’est aussi la premièrefois qu’est introduit en France le principe d’informations factuelles. « Les faits, pas les commentaires »est devenu, depuis, l’un des dictons favoris des journalistes et des rédacteurs en chefs.Tirée à plus d’un million d’exemplaires entre 1631 et 1638, la Gazette et son fondateur se heurtent alors,en moins de 7 ans, à la censure royale. La panique du roi face à cette publication, dont l’importance dulectorat devient de plus en plus incontrôlable, ralentit le développement de la Gazette. A l’époque, lesrédacteurs ne sont pas des hommes faisant profession d’informer mais des hommes politiques, des écri-vains, des philosophes ou des artistes.En 1788, le premier quotidien fait son apparition et les français peuvent désormais lire, chaque jour, lejournal de Paris. Un an plus tard, un journal de référence dans le monde journalistique est crée en Grande 10
  • Bretagne, le Times. Inchangé depuis, il fait office de symbole et d’exemple pour la plupart des rédactionset étudiants en journalisme.La liberté de la presse est introduite par l’article 11 de la déclaration des droits de l’homme et du ci-toyen, stipulant que « la libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux del’homme ; tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement (...) ».Il s’agît de la première déclaration officielle de ce qui sera, par la suite, l’un des principes les plus impor-tants, mais aussi les plus disputés de l’histoire du journalisme.Le XIXème siècle est historiquement considéré comme l’âge d’or de la presse. A cette période, les An-glais mettent en place la fameuse règle de trois, appelé le LEAD, soit l’importance des trois questionssuivantes : où, quand et comment. Depuis, chaque journaliste apprend à construire son sujet de manière àrépondre à ces interrogations.C’est aussi l’époque de la révolution industrielle. La presse se multiplie et devient, au fur et à mesure, uneinstance si importante qu’on la considère alors comme le quatrième pouvoir. C’est grâce à cette considé-ration qu’elle gagne ses lettres de noblesses. Face à la politique, à l’économie et à la société, la presses’oppose. C’est notamment à cette période que survient la fameuse affaire Dreyfus, première réelle oppo-sition médiatique au pouvoir politique en place.Bien que plus largement diffusée, la presse de l’époque reste tout de même une affaire intellectuelle, ré-servée aux bourgeois et aux grands penseurs. La majorité des journalistes n’en sont pas réellementpuisque le terme ne sera utilisé qu’à partir de 1870 et qu’il s’agît en grande partie d’hommes de lettres,d’hommes politiques, de scientifiques ou encore de philosophes.En février 1863, Moïse Polydore Millaud lance Le Petit Journal, notamment grâce à l’invention de lapresse cylindrique, permettant une impression à plus grand tirage. Avec ce quotidien, il devientl’initiateur de la presse populaire. Mélange de publicité et d’histoires racoleuses (beaucoup de faits di-vers), il est tiré en 1880 à plus d’un million d’exemplaires.L’année 1881 marque une étape primordiale pour le journalisme : la première loi sur la liberté de lapresse est votée. Elle n’est pas conséquente mais énonce clairement l’idée voulue : « l’imprimerie et lalibrairie sont libres ». C’est grâce à cette simple phrase, première déclaration légale à protéger les journa-listes, que la presse est officiellement libre. 11
  • En 1887, la France connaît les débuts de la presse spécialisée avec la première édition du journal Améri-cain à tendance économique, le N.Y Herald tribune.Le XXème siècle débute en pleine guerre mondiale. Les premiers correspondants de guerre font leurapparition, le plus célèbre d’entre eux étant Robert Capa. Pour l’anecdote, il est important de se souvenirque les correspondances de l’époque se faisaient à l’aide de pigeons voyageurs, les citoyens n’ayant pasaccès aux technologies auxquelles nous sommes habitués. Mais cette époque marque aussi une forte rup-ture dans l’histoire de la presse et du journalisme. En effet, 2 facteurs vont forcer la profession à serestructurer: d’une part, les journalistes ont pour la plupart participé à la propagande de guerre, perdantainsi l’essence même du métier. D’autre part, la guerre a fortement touchée l’économie française, causantla fragilité de l’économie de la presse. En réaction à la censure et à la propagande dont les journaux sesont fait l’outil, Maurice et Jeanne Maréchal créent en 1915 le Canard Enchaîné, journal satirique et con-testataire, aujourd’hui encore, bien connu des français.Pour les même raisons, le 10 mars 1918, à l’initiative de 15 journalistes voulant structurer et défendre laprofession, le Syndicat National des Journalistes est crée. Il a pour mission de défendre et de disciplinerla profession, bien trop discréditée lors de la guerre. Afin de regagner la confiance de la population, leSNJ met en place, en juillet 1918, “la charte des devoirs professionnels des journalistes français”.Entre 1922 et 1938, il se bat pour obtenir une véritable reconnaissance de la profession. Le statut légal dejournaliste ne sera obtenu qu’en mars 1935, lors de la mise en place de la loi Gernut-Brachard et lacréation, un an plus tard, de la commission de la carte d’identité des journalistes et de la carte de presseen mai 1936.Malgré tous ces efforts, la seconde guerre mondiale provoquera la même utilisation des médias à des finspropagandistes. En effet, nombreux sont ceux qui participeront à l’expansion du régime de Vichy. Pour-tant, une nouvelle forme de presse, clandestine, continue de lutter avec la résistance et participe ainsi aurenouvellement de la presse française. A la libération, les ordonnances de 1944 vont imposer une véri-table épuration : Tous les journaux ayant collaboré sont supprimés, les membres de leur rédaction serontmême, pour la plupart, jugés. C’est à cette période, en 1945, qu’est signée “La charte des droits et desdevoirs de la presse”.A dater de ce moment, la presse est désormais dotée d’un devoir de service public aux yeux des citoyens. 12
  • La seconde moitié du XXème siècle sera marquée par l’expansion de la presse magazine, les journauxse diversifient pour répondre notamment à un nouveau besoin de divertissements et de sujets de fonds.Notons la création en 1953 du premier newsmagazine français, l’Express, par Jean Jacques ServantSchreiber et Françoise Giroud. S’en suivrons, les créations du Nouvel Observateur, de Marianne, duPoint et en 1990 du magazine Courrier International.Dix ans plus tard, un nouveau type de presse vient chambouler l’organisation en place, il s’agit del’arrivée des premiers journaux gratuits. Le premier à faire son apparition en France est le quotidienMetro. Suivit de près par 20 minutes, ils seront longtemps (aujourd’hui encore), considérés comme lapremière cause du déclin de la presse écrite payante. En effet, alors que la presse traditionnelle perd deslecteurs, la presse gratuite, elle, est en pleine croissance. Pourtant, ce n’est pas la première fois que lapresse doit affronter l’arrivée d’un nouveau média sur le marché : elle a déjà fait face, entre autre, àl’avènement de la radio. B. LA RADIO :En 1896, Guglielmo Marconi, physicien italien, réalise de nombreuses expériences sur la transmission desondes hertziennes. Il participe ainsi à la création de l’une des plus grandes inventions du siècle : la radio.En France, c’est Radio Tour Eiffel qui émet, le 24 décembre 1921, les premiers programmes à destinationdu public. Son nom, est tout naturellement trouvé du fait qu’elle émet depuis le sommet de la Dame defer, sur lequel était installée une antenne. Elle n’est diffusée qu’une trentaine de minutes par jour et n’estaccessible qu’aux très rares français possédant alors un poste de radio. La première information parléerévolutionne les mœurs le 3 novembre 1925 et marque le début d’un fort développement des radios fran-çaises.Ce n’est que dans les années 30 qu’apparaîtra le premier modèle de radio tel qu’on le connaît aujourd’huiavec la création par Marcel Bleustain Bleuchet, de Radio Luxembourg. Elle mêle alors la publicité, lesinformations et la chanson française. C’est cette première radio qui deviendra RTL en 1956, la radio laplus écoutée de nos jours.Il faut savoir que la guerre provoque une forte politisation de la radio et un contrôle de celle-ci par lapropagande. Il s’agît en effet d’un moyen efficace et populaire qui permet une forte prolifération desidées. Rappelons que c’est par voie radiophonique que le général De Gaulle lance l’appel du 18 Juin, très 13
  • largement entendu par la population. Cette emprise de l’état sur la radio durant la guerre mènera, lors dela libération, à l’instauration du monopole de l’Etat sur les ondes, par ordonnance du 26 mars 1945.Elle restera effective durant près de 40 ans, puisqu’il faudra attendre l’investiture de François Mitterrand,en 1981, pour obtenir la loi de liberté de la radio, le 9 mars de la même année. Entre temps, un nombreconsidérable de radios pirates feront leur apparition, dans l’illégalité la plus totale, elles sont très large-ment suivies par les jeunes générations, entretenant un vent de liberté bercé par la musique contestataireet rebelle de l’époque. Parallèlement, la presse filmée se développe. C. LA PRESSE FILMEE :En effet, tout commence avec la création en 1896 de la compagnie Gaumont par Léon Gaumont. Peu detemps après, Léon Pathé fonde lui aussi sa société, la société Pathé. Toutes deux débutent avec la diffu-sion d’actualités filmées, jonglant entre images authentiques et reconstitutions. Le but étant de créer dusensationnel. La guerre est lancée entre les deux concurrents, c’est à celui qui provoquera le plusd’émotion auprès d’un public déjà conquis.L’année 1896 marquera les esprits à tout jamais puisque pour la première fois, les parisiens pourront vi-sionner un événement important : la visite du Tsar Nicolas II à Paris. Un an plus tard, « le premier repor-tage » retransmet les images de la bénédiction du Pape Léon XIII.En 1900, l’exposition Universelle qui se déroule à Paris et présente le cinématographe confirmel’engouement de la population pour le 7ème art. Neuf ans plus tard, Pathé lance Pathé actualité ciné-matographique, dont le principe est de diffuser chaque semaine des images du monde entier, en 35 mi-nutes. Ce sont les images de guerres qui feront le succès de ce programme. Gaumont le suit de près enlançant, en 1910, Gaumont actualité, un programme similaire de 15 minutes. L’alimentation de ces pro-grammes demande de l’organisation et un déploiement important : un réseau mondial fonctionnant nuit etjour est mis en place afin de couvrir tous les domaines d’actualité nécessaires : culture, sport, politique etvie mondaine.Durant la guerre de 14-18, les actualités filmées tombent dans le domaine de la censure, le pouvoir mili-taire n’appréciant que très peu d’être filmé sur le champ de bataille. Mais le cinéma devient très vite unobjet de convoitise pour les pouvoirs politique, y voyant, comme pour la presse, un bon moyen de diffu-ser le plus largement possible ses idées. La propagande s’empare donc de ce nouveau moyend’information, de cette fenêtre ouverte sur le monde. Jean Louis Croze et Pierre Marcel fondent le Service 14
  • Cinématographique aux Armées, et diffusent les annales de la guerre, un programme diffusé juste avantle grand film, afin de relayer leur actualité hebdomadaire.En 1918, Gaumont crée l’événement et diffuse le défilé de la victoire française en couleur. A cette inno-vation vient s’ajouter, en 1927, le tout premier sujet sonore, diffusé par Fox Movietone. La couleur et leson sont donc désormais possibles.Quelques années plus tard, en 1932, Gaumont permet, encore une fois, une nouveauté incroyable en lan-çant le premier numéro du journal commenté. On peut alors considérer qu’il s’agît là de l’ancêtre duJournal Télévisé tel que nous le connaissons aujourd’hui. Débute alors les années fastes de l’actualitécinématographique, son public étant de plus en plus conséquent. Il s’agît d’une source importanted’information pour les classes populaires. Les grands événements de l’époque y seront tour à tour relayés. D. DU GRAND AU PETIT ECRAN :Les actualités filmées connaissent donc un succès grandissant mais l’information n’est disponible qu’ausein des cinémas et reste donc dans le domaine de l’exceptionnel, du divertissement. Les familles se dé-placent pour assister à ces représentations particulières. Ce sera le cas jusqu’à l’invention et la démocrati-sation des postes de télévisions. En effet, en 1934, très peu de temps après l’apparition des premières ac-tualités commentées au cinéma, René Barthélémy met en place le premier programme expérimental detélévision. Un an plus tard, l’installation d’un émetteur ondes-courtes, ici encore au sommet de la tourEiffel, permet la diffusion d’émissions régulières.Ce média aussi, comme l’ont été la presse et la radio pour la Grande Guerre, s’est heurté aux difficultésde la Seconde Guerre mondiale. Les avancées technologiques sont très fortement ralenties, la science etles industries étant mobilisées pour l’armement du pays. Il faudra donc attendre la fin de la guerre pourvoir réapparaître les programmes télévisés.En 1947 l’exploitation régulière de la télévision reprend donc et 124 heures de programmes sont diffuséeschaque semaine. Cette émergence de la télévision provoque la fin des actualités cinématographiques. Parla suite, le 2 octobre 1949 marquera a jamais le début d’un nouveau journalisme, d’une nouvelle formed’information : le premier journal télévisé, présenté par Pierre Sabagh, est diffusé sur les postes de télé-vision. C’est le « JT ». Quotidien au départ, il deviendra très vite biquotidien, en novembre. 15
  • A l’instar de la visite du Tsar Nicolas II à Paris, la diffusion du couronnement de la reine Elizabeth II, le 2juin de la même année, sur les écrans de télévision, marquera à tout jamais les esprits. La cérémonie estretransmise dans 5 pays différents.C’est à partir de ce moment que les pouvoirs politiques s’intéresseront réellement à la télévision. Entre1955 et 1956, les élections législatives permettent la première campagne électorale télévisée et les pre-mières « soirées électorales ». C’est aussi la première fois qu’une caméra est acceptée à Matignon puisqueGuy Mollet, alors président du conseil, consent à répondre aux questions de Pierre Sabagh.En 1958 les français observent l’apparition de la publicité sur leurs écrans. L’importance de la télévisionest en forte croissance mais il nous faut rappeler que seulement 13% de la population dispose à l’époqued’un poste de TV, son pouvoir est donc à relativiser.S’en suivra, en 1960, la première intervention présidentielle du général De Gaulle sur les écrans. Asavoir qu’un an plus tôt, en 1959, au moment des élections présidentielles des Etats-Unis, Nixon utilise àson avantage le pouvoir de la télévision. C’est le début de la politisation de la télévision.En 1963, la création de « 5 colonnes à la Une », marque le début des magazines d’information télévi-sés. Un an plus tard, les stations régionales apparaissent. Jusque là, les français ne connaissent pas la di-versité des chaînes de télévision puisqu’il aura fallu attendre 1964 pour voir l’apparition d’une secondechaîne.Dix ans plus tard, en 1974, au moment de l’élection de Valéry Giscard d’Estaing face à François Mitter-rand, l’Office de Radio et Télévision Français est défait pour laisser place à Télé Diffusion France.C’est aussi l’année de création de l’Institut National de l’Audiovisuel et de la Société Française de Pro-duction. La même année, la création de TF1, Antenne 2 et France 3 viennent diversifier l’offre télévisée.L’Etat exerce toujours son monopole sur les chaînes de télévision jusqu’en 1982, ce qui va, à la libération,impulser la création de nouvelles chaînes privées. En effet, le 4 novembre 1984, à 8 heures du matin,les français peuvent désormais s’abonner à Canal +. C’est la première fois que le public doit payer pouraccéder à un programme télévisé. Peut de temps après, en 1986, deux autres chaînes désormais célèbresfont leur apparition : La 5 et TV6. Initialement vouées à la diffusion de clips musicaux, elles ciblent lesjeunes de moins de 25 ans, l’intérêt étant de ne pas se positionner sur le même marché que TF1 et FR2. 16
  • Elles proposent alors un tout nouveau genre de contre programme : alors que les chaînes proposent desfilms, elles proposeront elles, des émissions thématiques.Le 4 avril 1987, TF1, première chaîne de télévision française, est privatisée. En 1989, la création duConseil de Surveillance de l’Audiovisuel, permet d’encadrer les modalités de diffusion. Doté d’un rôleconsultatif il n’a pas le pouvoir de censure mais peut, si besoin, sanctionner une chaîne de télévision.En 1996, Internet étant en pleine période d’expansion, les français débutent leur entrée dans l’ère du toutnumérique. Ainsi, la création cette année là, de TPS et Canal Satellite marque une très grande diversitédes chaînes de télévisions et la profusion de thématiques multiples. Les français peuvent cibler leur be-soins et choisir une chaîne plutôt qu’une autre en fonction de leurs centres d’intérêts. On peut dire quec’est aussi le début d’une aire d’ultra-ciblage, la télévision approfondit et précise son offre pour répondreà une forte demande de personnalisation. En 2005, la création de la Télévision Numérique Terrestreforcera ses deux derniers à fusionner, au profit de Canal Sat.En octobre 2008, le gouvernement français met en place la TNT HD qui comprend quatre chaînes gra-tuites: TF1 HD, France 2 HD, M6 HD et ARTE HD. La même année, Nicolas Sarkozy, Président de laRépublique, annonce la suppression de la publicité sur les chaînes publiques. II. JOURNALISTE ET JOURNALISME, DÉFINITION D’UNE PROFESSION:Pour la commission de la carte d’identité des journalistes professionnels, est journaliste toute per-sonne remplissant les conditions fixées par la loi du 29 mars 1935 (notamment dans son article L 7111-3): “Le journaliste professionnel est celui qui a pour occupation principale, régulière et rétribuée lexercice de saprofession dans une ou plusieurs publications quotidiennes ou périodiques ou dans une ou plusieurs agences depresse et qui en tire le principal de ses ressources.”On sait donc que le statut légal de journaliste dépend d’une condition économique. Hors, quels sont lesrôles et missions du journaliste ? Quelle est la définition de la profession ? 17
  • A. QUELQUES DEFINITIONS DU MOT “JOURNALISME”: ● Dictionnaire Larousse:1. Ensemble des activités se rapportant à la rédaction dun journal ou à tout autre organe de presse écriteou audiovisuelle (collecte, sélection, mise en forme de linformation) ; profession du journaliste.2. Manière décrire, de présenter les événements, propre aux journalistes. ● Le Dictionnaire.com(Nom masculin singulier) métier de ceux qui informent le public dans les journaux, à la télévision ou à laradio. ● Dictionnaire de TV5 Monde:(Nom masculin) Etat, profession de journaliste.On constate donc que le journalisme est une profession, un métier. Fondamentalement lié à l’information,il est très souvent associé à l’écriture. Selon le dictionnaire Larousse, le journalisme est aussi une façonpropre à la profession de traiter les événements. Il peut être lié à différents médias, que ce soit la presseécrite, la radio et la télévision. Internet n’est pas cité ici, pourtant, ces trois définitions proviennent deversions numériques disponibles sur internet. On peut donc supposer que le web journalisme n’est pasencore assez développé pour être intégré à la définition de la profession.On retrouve aussi la notion de public, sans laquelle le journalisme ne peut exister. B. QUELQUES DEFINITIONS DU MOT “JOURNALISTE”: ● Dictionnaire Larousse:(Nom) Personne qui a pour occupation principale, régulière et rétribuée, lexercice du journalisme dans unou plusieurs organes de presse écrite ou audiovisuelle. (Titulaire de la carte didentité professionnelle, toutjournaliste peut se prévaloir de la clause de conscience.) ● Le Dictionnaire.com:(Nom singulier)1. Personne qui informe le public par les journaux, la télévision ou la radio2. Personne qui traite de l’information dans un système médiatique 18
  • ● Dictionnaire de TV5 Monde:(nom commun) personne qui collabore à la rédaction d’un journal.Là aussi, la profession de journaliste est toujours associée aux organes de presse, qu’elles soient écrites ouaudiovisuelles, mais là encore, internet n’est pas nommé. Les notions de collaboration, de traitement del’information et de système médiatique font leur apparition. On comprend bien que l’un des rôles du jour-naliste est de traiter l’information qu’il reçoit, en équipe, et de la diffuser à un public par le biais d’unmédia. la notion de système médiatique implique que le journaliste ne peut exercer cette profession indé-pendamment de la société qui l’entoure.Nous retrouvons aussi le critère officiel pour la reconnaissance de son exercice du métier, la rémunéra-tion.La Fédération Internationale des Journalistes décrit, dans La Charte Qualité de l’Information, le métiercomme suit: « Le journaliste est celui dont le métier est de rechercher des informations, les vérifier, les sélection-ner, les situer dans leurs contextes, les hiérarchiser, les mettre en forme et éventuellement les commenter. Il le faitau travers d’un média imprimé, radiodiffusé, télévisé ou numérique, au moyen de textes, de sons, d’images fixes ouanimées. »On constate que chacune de ces définitions lient le journalisme, et par là même, le journaliste, àl’information. Cette notion leur étant absolument indissociable. Si l’information est à la base du métier, ilest indispensable pour nous d’en connaître la définition, l’essence même de cette notion sans laquelle lejournaliste n’est rien. C’est notamment l’une des questions que se sont posées l’Express Roularta etIligo au travers d’une étude qualitative et quantitative sur le mode de consommation actuel del’information : « Without information : Are we nothing ? Une étude sur les nouveaux modes de consom-mation de l’information ». Réalisée auprès de 1001 personnes représentant au mieux la diversité de lapopulation française, cette enquête dispose d’un caractère inédit puisqu’avant d’interroger la populationsur sa consommation de l’information, ils sont en fait repartis des fondamentaux avec la volonté de com-prendre ce qu’est l’information pour cette population. Définition pas si simple si l’on considère que cellequi en est donnée par le dictionnaire Larousse n’est pas si explicite : “Action d’informer quelqu’un, ungroupe, de le tenir au courant des événements : la presse est un moyen d’information”.Cette étude, dont la diffusion publique est prévue pour mars 2011, est complétée par une expérience deprivation de l’information réalisée sur des étudiants de Sciences Po et du Celsa. En contact avec LaurentFrançois, responsable Marketing et Développement du groupe l’Express Roularta, j’ai pu obtenir 19
  • quelques uns des résultats de cette enquête, ce qui nous permettra de nourrir notre réflexion quant à ladéfinition de l’information.Pour 98% des personnes sondées, l’information est “un sujet d’échange avec les autres” et l’une des étu-diantes ayant participé à l’expérience de privation d’information, Clara Guilliet, interrogée à posteriori, endonne, elle, la définition suivante: « Linformation cest de la nourriture quotidienne pour pouvoir se positionnerdans ses choix, ses décisions etc. et pour pouvoir avoir une vision globale du monde dans lequel on évolue, desrapports de force etc ».On constate donc que l’Information, notion très impersonnelle si l’on considère qu’il s’agît d’un messageextérieur dont le sujet est, lui aussi, externe à l’individu, a pour la majorité des français une vocation per-sonnelle. Plus simplement, l’information nous donne des renseignements sur ce qui ce passe autour denous, mais son utilité est en fait interne à chaque personne. Elle a un objectif primordial : le lien social.La définition donnée ici par Clara Guilliet est très intéressante puisqu’elle évoque l’idée que l’informationest indispensable à l’être humain, lui permet de se développer lui même au sein d’une société, d’ungroupe. De plus, suite à l’expérience, le service marketing de l’Express Roularta fait un constat importantconcernant l’essence même de l’information : « Les participants déclarent avoir été dans une situationd’extrême solitude, en étant privés d’information, ils ont en fait été privés d’une monnaie d’échangesociale. » III. GRANDS PRINCIPES ET TEXTES FONDATEURS :Nous l’avons déjà partiellement abordé tout au long de l’historique, la profession de journaliste est enca-drée par la signature de plusieurs chartes. Contrairement aux déontologies qui font foi en médecine ou enjustice, celles-ci ne font pas force de contrainte. Elles n’ont aucune valeur juridique et aucune sanctionn’est définie dans le cas où elles ne seraient pas respectées. Il sagirait plutôt d’une ligne de conduite né-cessaire à la bonne pratique de la profession. Or, cette spécificité porte aujourd’hui à de nombreux débatset se trouve être à la base des problèmes de confiance du public vis-à-vis des journalistes. Nous le verronsplus en détails dans une partie prochaine, dédiée aux lecteurs et à leurs attentes.Avant même la signature de chartes spécifiques à la profession, un texte fondamental est à la base du sensque prend la notion de liberté d’information, c’est La Déclaration des droits de l’Homme et du Citoyende 1789 : « La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de 20
  • l’Homme : tout Citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cetteliberté, dans les cas déterminés par la Loi.»La première en France est la charte des devoirs professionnels des journalistes français. Crée en 1918,au sortir de la première guerre mondiale par le Syndicat national des journalistes, elle a pour but de re-donner à la profession la crédibilité perdue lors de la guerre. Révisée depuis, en 1938, elle inspire encoreaujourd’hui de nombreux journalistes. Très simple, composée de 13 préceptes fondamentaux, on peutconsidérer qu’elle définit le métier même de journaliste. La toute première phrase de cette charte: « Unjournaliste digne de ce nom prend la responsabilité de tous ses écrits, même anonymes » introduit pour la pre-mière fois le principe de responsabilité, aujourd’hui encore primordial et en plein cœur de l’actualité.Elle considère « la calomnie, les accusations sans preuves, laltération des documents, la déformation des faits, lemensonge, pour les plus graves fautes professionnelles ». La base même du journaliste tient donc, selon lacharte des devoirs professionnels des journalistes français, dans l’idée de faire passer la vérité.Elle est suivie et complétée en 1971 par la déclaration des droits et des devoirs des journalistes, aussiappelée Charte de Munich, signée par les représentants des fédérations de journalistes de la Communau-té européenne, de Suisse et d’Autriche, ainsi que par diverses organisations internationales de journa-listes. Le préambule de cette charte définit clairement les enjeux auxquels la profession a dû faire face,des années durant:« Le droit à linformation, à la libre expression et à la critique est une des libertés fondamentales de tout être hu-main. De ce droit du public à connaître les faits et les opinions procède lensemble des devoirs et des droits desjournalistes. La responsabilité des journalistes vis-à-vis du public prime toute autre responsabilité, en particulier àlégard de leurs employeurs et des pouvoirs publics. La mission dinformation comporte nécessairement des limitesque les journalistes eux-mêmes simposent spontanément. Tel est lobjet de la déclaration des devoirs formulée ici.Mais ces devoirs ne peuvent être effectivement respectés dans lexercice de la profession de journaliste que si lesconditions concrètes de lindépendance et de la dignité professionnelle sont réalisées. Tel est lobjet de la déclara-tion des droits qui suit. »On observe ici qu’outre les notions de responsabilité, d’indépendance, de liberté d’information etd’expression... Une notion bien plus complexe encore selon moi est introduite : celle des limites de lamission d’information. Loin de promouvoir l’autocensure, cette valeur met en avant le caractère réfléchitet le recul nécessaire à l’exercice de la fonction de journaliste. L’information est primordiale, à l’originemême des libertés fondamentales de tout citoyen, mais elle doit être livrée en toute conscience de l’impact 21
  • qu’elle peut avoir. L’affaire Wikileaks et les débats d’opinion qu’elle a engendrés par la suite se trouveêtre l’application idéale de ce préambule.D’autre part, on constate que les devoirs du journaliste doivent être mis en application « dans la recherche,la rédaction et le commentaire des évènements ». Par conséquent, la fonction même du journaliste est définie.Lié à un événement, le journaliste a pour mission fondamentale de chercher l’information, de la rédigermais aussi, de la commenter de manière à la rendre intelligible au plus grand nombre.Ici aussi, le principe de vérité est énoncé en premier lieu: « Respecter la vérité, quelles quen puissent être lesconséquences pour lui-même, et ce, en raison du droit que le public a de connaître la vérité. » Le journaliste sedoit donc de faire passer l’intérêt commun, l’intérêt public avant ses propres besoins. Il est doté d’unemission de service public. C’est en cela, et parce qu’il se doit de faire respecter le droit à l’information età la liberté d’expression, qu’il est considéré comme l’un des piliers de la démocratie. Très souvent nom-més “le quatrième pouvoir”, les médias ont le devoir d’appliquer et de développer ces libertés fondamen-tales, elles même définies dans la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789. Le journalistese doit, non seulement de se placer comme le fer de lance de ces libertés mais a aussi pour mission d’endénoncer les dérives.Editée en 1954, puis révisée en 1986, la déclaration de principe de la FIJ (fédération internationale desjournalistes) sur la conduite des journalistes, a été reléguée au second plan par la signature de la Charte deMunich. Elles intègrent toutes deux une notion politique et internationale fort intéressante: « Reconnaissantle droit connu de chaque pays, le journaliste nacceptera, en matière professionnelle, que la juridiction de ses pairs,à lexclusion de tout intrusion gouvernementale ou autre. »Par conséquent, tout en respectant la loi en vigueur dans le pays où il se trouve, le journaliste a pour mis-sion de respecter, plus que tout autre chose, les préceptes énoncés dans la présente charte. Il s’agit, làencore, de faire passer l’intérêt public, le droit à l’information et la liberté d’expression avant son propreintérêt. Par extension, l’exercice du métier de journaliste doit être le même dans tous les pays, quelle quesoit le droit en vigueur, et ce, parce qu’il s’agit de faire respecter et d’entretenir les libertés fondamentalesde l’Homme et du Citoyen. Libertés applicables à tout être humain, sans distinction. Nous ne sommes passans savoir que chaque pays n’est pas dirigé de la même manière ou soumit au même régime politique.Les lois, les droits et les devoirs des hommes ne sont pas les mêmes pour tous, et la déclaration des droitsde l’homme et du citoyen n’est malheureusement pas un texte sacré pour toute les nations. Or, un journa-liste, si l’on considère qu’il se doit d’appliquer les règles énoncées dans les chartes susnommées, se trou- 22
  • vera donc parfois en situation dillégalité. L’application de ces chartes n’ayant aucune valeur juridique,qu’elle soit nationale ou mieux encore, internationale, n’a pour garde fou que la conscience profession-nelle. Ajoutons que les organismes de défense internationale des droits de l’Homme prennent tout demême en compte cette problématique. Là encore, on constate que le métier de journaliste est intrinsèqueaux droits fondamentaux de l’Homme et du Citoyen.Plus récemment, lors des premières Assises Internationales du Journalisme, en mai 2008, un groupede travail constitué de syndicats, d’organisations professionnelles, d’associations, de sociétés de journa-listes et d’universitaires ont mis en place une nouvelle proposition déontologique: La Charte Qualité del’Information. En voici le principe comme définit dans son préambule « Le droit à lʼinformation est uneliberté fondamentale de tout être humain, comme le droit à la critique et à la libre expression affirmé par la Décla-ration des Droits de l’Homme et du Citoyen. Il est aujourd’hui garanti par la Constitution Française et par la Con-vention Européenne des Droits de L’homme. Il n’est pas dʼexercice de la démocratie sans une information honnête,rigoureuse, fiable, pluraliste et responsable. Le droit du public à une information de qualité fonde la légitimité dutravail des journalistes telle qu’elle est reconnue par la loi du 29 mars 1935. Une information de qualité déterminela confiance du public et qualifie la valeur des médias qui les éditent. La présente Charte de la Qualité delʼInformation sʼinscrit dans le droit fil des chartes qui ont structuré le débat sur les exigences dʼune informationlibre et indépendante. Celle de 1918 et celle ratifiée par les syndicats européens de journalistes en 1971. Les édi-teurs et les journalistes signataires en portent aujourd’hui les valeurs. »Y sont développées plusieurs notions considérées comme indispensables à la création d’une informationde qualité:- L’honnêteté- Le souci de la vérité des faits- le respect des personnes- le respect de la diversité des opinions- le refus de la manipulation des consciences- le refus de la corruption- le devoir de publier ce qui est dʼintérêt public- La culture du douteParallèlement, chacune de ces chartes rappellent que le journaliste n’est ni policier, ni juge. Il ne doit enaucun cas se substituer à ces professions. Par conséquent, le respect de la présomption d’innocence ou laprotection des sources, et ce, même si il s’agît d’un cas judiciaire, en sont des principes fondamentaux. En 23
  • revanche, les journalistes sont légalement contraints de dénoncer tout crime et délit dont ils auraient con-naissance. Dans ce cas, deux exemples forts illustrent la problématique que soulève ce principe : En 1975,la population et les médias restent bouche bée devant le New York Times : Le journal accepte de laisser 40jours en prison Myron Farber, l’un de ses journalistes, plutôt que de divulguer les notes confidentiellesqu’il récoltait sur le cas d’un médecin qui assassinait ses patients. En 2010, l’agence de presse françaiseCAPA, à l’origine de la production de l’émission « Les infiltrés », diffusée sur France 2, dénonce 23 pé-dophiles présumés après les avoir rencontrés pour le tournage d’une émission. Il est inutile de préciserque l’affaire a provoqué un débat sans précédent. Pour quelles raisons et dans quelle mesure peut-on dé-cider que l’un des principes énoncés dans ces chartes ne tient plus ? Il sagit ici d’une illustration parfaitedes dérives déontologiques du métier de journaliste. N’ayant aucune valeur juridique et s’opposant mêmeparfois à la loi, les règles du métier sont sujettes à la conviction et à la conscience personnelle de chacun.La liberté des sources, pierre angulaire de la liberté de la presse, doit-elle prévaloir sur la sécurité de lapopulation ? Si l’on pousse la réflexion plus loin, cela mène à se demander si la liberté de la presse, et parlà même la liberté d’information, est plus, ou moins importante que la sécurité des personnes. La problé-matique se retrouve très largement dans l’actualité, qu’il s’agisse d’une confrontation entre libertéd’information et droit à la vie privée, liberté d’information et sécurité nationale, liberté d’information etdiffamation... les exemples sont nombreux et leur dénouement toujours sujet à débat.De plus, les organes de presse eux-mêmes ont pour certains établis leur propre charte déontologique. Oncitera par exemple la charte de l’Equipe, celle de Radio France Internationale, du Nouvel Observateur,du Monde1 ou encore de la Tribune. Chacun y ajoute donc ses propres règles, et la déontologie propre àleur spécificité, leur ligne éditoriale. Par conséquent, bien que la grande majorité des journalistes et desrédactions considèrent réellement les chartes établies de la profession, il reste le risque qu’une rédactionfasse primer ses propres intérêts. Là encore, le sujet se prête facilement au débat de société.Dans son livre Déontologie journalistique: simple formule magique? Sabrina Lavric, docteur en droit àl’université de Nancy dénonce l’absence de distinction entre la morale et le droit en ce qui concernel’application de la déontologie journalistique. Le journalisme dépendant donc plus de sa propre cons-cience morale que d’une loi établie. Elle affirme aussi que « Si par déontologie, on désigne la norme dontl’irrespect produit une sanction par les « pairs », on doit, en matière de journalisme, conclure à son ab-sence… Pour le code du travail, le journaliste professionnel est celui qui a pour occupation principale,régulière et rétribuée l’exercice de sa profession dans une ou plusieurs publications quotidiennes ou pé-1 La charte déontologique du journal Le Monde est disponible, à titre d’exemple, dans le corps des annexes. 24
  • riodiques ou dans une ou plusieurs agences de presse et qui en tire le principal de ses ressources (art. L.761-2). L’obtention de la carte de presse n’est nullement conditionnée par le respect d’une démarcheéthique mais par un critère purement économique ».Le problème est donc lancé, la déontologie journalistique, bien que chargée de sens et de valeurs fortes,est aussi à la base de nombreux questionnements liés à l’avenir de la profession. IV. INTERNET A. HISTORIQUEInternet, au sens large du terme, tient ses origines d’une initiative du département américain de la défense,prise à l’époque de la Guerre Froide, dont le but était de réaliser un réseau de transmission de donnéesà grande distance entre différents centres, capable de résister à une attaque nucléaire. Alors nomméARPANET, le projet est développé par l’Advanced Research Project Agency en 1969. Le principe estsimple: si l’on met en place un maillage dépourvu de centre, cela devrait permettre de conserverl’essentiel des informations dans le cas où une partie du réseau devait être détruite dans un affrontementEst-Ouest.Le ministère de la défense finance alors la mise en œuvre du projet par divers centres de recherche uni-versitaire. Au départ, le réseau relie entres elles les universités de Standford, de Los Angeles, de SantaBarbara et de l’Utah. En 1972, il s’étend encore jusqu’à relier une quarantaine de sites. En mars de lamême année est envoyé le premier courriel de l’histoire d’Internet. L’arobase est déjà utilisé afin dedéfinir l’adresse du destinataire. En 1973, le partage d’information est facilité par la création des serveursFile Transfert Protocol, encore utilisés de nos jours.De la même manière, d’autres réseaux informatiques autonomes reliant des centres de recherches sontcrées aux Etats-Unis, mais aussi en Grande Bretagne et en France. Leurs créations se multiplient à unevitesse folle et personne ne peut réellement la contrôler.Il est évident qu’il s’agît encore d’une technologie accessible et connue de très peu de personnes, il ne faitalors l’objet que d’une utilisation militaire et scientifique. De plus, Internet, soit la connexion entre tousles réseaux existants, n’est rendu possible qu’après la création du protocole de communication Transmis-sion Control Protocol/Internet Protocol, élaboré en 1974 par Vint Cerf et Robert Kahn. En effet, il permet 25
  • la définition d’un langage commun rendant possible la communication entre tous les ordinateurs et lesréseaux existants.En 1978 est adoptée la première loi relative aux traitements des informations personnelles. C’est laloi « informatique et liberté », instaurant la mise en place d’une autorité administrative indépendantechargée de veiller à son respect: le CNIL (commission nationale de l’informatique et des libertés), encoreen vigueur aujourd’hui, bien que naturellement réévaluée.En 1983, l’intérêt civil du projet est véritablement pris en compte et l’aspect militaire est isolé sous lenom MILNET. Le projet ARPANET devient entièrement civil et adopte officiellement la norme TCP/IP.La même année, les serveurs DNS font leur apparition. Ils permettent d’attribuer des noms plus simplesaux postes d’ordinateurs, et se substituent ainsi aux adresses chiffrées. A l’époque, seuls les établisse-ments scientifiques utilisent le réseau, ce qui revient à un millier de postes connectés environ.Les entreprises et les particuliers n’accèderont au réseau qu’en 1992, réseau qui est alors géré et intégré àla National Science Foundation depuis 1990 et ce, jusqu’en 1995. Le terme ARPANET disparaît. A lamême époque est crée l’Internet Society (ISOC) une organisation américaine à but non lucratif dontl’objectif est de promouvoir ainsi que de coordonner le développement des réseaux informatiques mon-diaux. L’une des branches de cette société est l’Internet Activities Board, ayant pour but de mettre enplace les normes et les standards d’internet. C’est le début des tentatives de gestion et d’uniformisationd’un projet qui ne cesse d’évoluer.Malgré son ouverture à la sphère privée, il est évident qu’Internet n’est pas encore véritablement acces-sible au grand public. Il faudra pour cela attendre la mise en place en 1991, à l’occasion du Conseil Euro-péen pour la Recherche Nucléaire, du World Wide Web. Crée par Tim Berners-Lee, il s’agît d’un systèmed’interface graphique facilitant l’utilisation du réseau grâce à une ergonomie plus avancée. L’utilisateurpeut désormais se déplacer d’un site ou d’une page à une autre en cliquant sur un lien. Il n’est donc plusnécessaire de connaître le langage du code informatique, Internet est désormais accessible au plus grandnombre, connaisseurs ou non. C’est à partir de cet instant que les sites web se multiplieront. En quelquesmois, les utilisateurs s’approprient la toile qui devient alors un véritable instrument de publication. Leprincipe d’ouverture et de libre participation était déjà au cœur d’Internet, il deviendra de plus en plus réelet concret, sans jamais freiner son développement jusqu’à aujourd’hui.En 1994, nous assistons à l’essor du WWW, à la généralisation du langage HTML, des URL et desadresses web. C’est aussi l’année de création d’un célèbre moteur de recherche: Yahoo! 26
  • En 1995, les sites de ventes en ligne Amazon et eBay apparaissent sur la toile. Un an plus tard, alors que10 millions d’ordinateurs sont désormais connectés, Hotmail est crée.En 1997, la bibliothèque nationale de France met en place Gallica, sa propre bibliothèque numérique. Elleregroupe les documents du domaine public.En 1998 est crée l’ICANN, Internet Corporation for Assigned Names and Numbers, chargé del’attribution des noms de domaines dans le monde. La même année, un autre moteur de recherche fait sonapparition, Google. Ce sont les débuts de celui que l’on appelle aujourd’hui “le géant du net”. Un an plustard, en 1999, un jeune étudiant américain crée Napster, considéré comme le premier site de partage enPeer to Peer. Il permet de partager en ligne de la musique en format mp3. En 2001, après une longuepériode de procès, le site sera forcé de fermer, condamné pour violation de copyright.Parallèlement, les premiers réseaux sociaux tels qu’on les connait aujourd’hui, font leur apparition: Co-pains d’avant, Meetic et Wikipédia. Tous trois fonctionnent entièrement sur la participation des inter-nautes. En 2002, lors de la création de Skyblog, le monde connaît alors une émergence impressionnantede blogs. Ces journaux intimes en ligne deviennent une véritable mode, un phénomène toujours en vogue.Facebook, Twitter et Flickr (site de partage de photos) sont crées en 2004, un an plus tard, les sites departage de vidéos Youtube et Dailymotion font leur apparition sur la toile. A ce moment, Internet comp-tabilise 1 milliard d’ordinateurs connectés.Suite à cet historique non exhaustif de l’évolution d’Internet, un constat s’impose comme une évidence :Depuis ses débuts, l’expansion et le développement de ce nouveau média ne cesse d’accroître et ce, à unevitesse considérable. Alors qu’il n’existe réellement que depuis une vingtaine d’année, Internet a déjàmué vers une nouvelle version, de nouveaux usages, caractéristiques d’une nouvelle époque. C’est le web2.0. B. LE WEB 2.0 a) ORIGINES ET DEFINITION :Alors qu’il y a peu de temps nous parlions d’Internet, aujourd’hui le terme semble désuet et laisse plusvolontiers la place à celui de Web 2.0. Utilisé pour décrire les changements qu’à subit internet au cours de 27
  • ces dernières années, l’emploi de cette notion est devenu un véritable phénomène de mode. Pourtant, peude personnes sont finalement capables d’en définir le sens exact. En effet, à la question « Qu’est ce que leweb 2.0 ? », de nombreuses personnes se contentent d’affirmer qu’il s’agît de la version actuelled’Internet, de l’Internet moderne. Pour preuve, les diverses bévues d’hommes politiques qui ont pu tour-ner sur le net à l’époque, la plus marquante étant celle de Frédéric Lefevbre et son fameux « euuuuuuh »retenu par la majorité des internautes. Or, la réflexion que nous menons ici sur les sites d’information et laparticipation de l’internaute nécessite obligatoirement une bonne compréhension de la notion, de ses ca-ractéristiques et de ses enjeux. Il s’agît ici de l’une des pierres angulaires de ce mémoire.La notion de web 2.0 est prononcée pour la première fois en 2003 par Dale Dougherty, co-fondateur dela société d’édition O’Reilly Media, alors qu’il intervient lors d’une conférence sur les transformations duweb. La seule explication qu’il donne sur cette nouvelle notion est une comparaison de quelques sites quisont, ou ne sont pas, 2.0. Voici quelques-uns des exemples qu’il propose : WEB 1.0 WEB 2.0 DoubleClick Google Ad Sens Ofoto Flickr Akamai Bitorrent Mp3.com Napster Brittanica Online Wikipedia Site web personnel BlogUn an plus tard a lieu la toute première conférence du Web 2.0. Le 1er octobre 2005, Tim O’Really pro-pose une première définition de cette notion, devenue depuis un phénomène social : « Le Web 2.0 est leréseau en tant que plateforme, enjambant tous les dispositifs reliés ; les applications du Web 2.0 sont celles quitirent le meilleur des avantages intrinsèques de cette plateforme : fournissant un service de logiciel mis à jour enpermanence, offrant plus et mieux aux utilisateurs, consommant et ré-agençant des données de sources multiples,incluant les particuliers qui peuvent fournir leurs propres données et services sous une forme qui autorise le retrai-tement par dautres, créant des effets de réseau au travers dune architecture de participation, et allant au-delà de lamétaphore de page du Web 1.0 pour fournir des expériences riches dutilisateur. »11 Traduction proposée par le site Les Infostratèges. 28
  • On comprend que le web 2.0 est devenu le terme adopté par tous pour désigner les nouvelles interfaces,les applications qui offrent aux internautes la possibilité d’interagir sur le contenu d’un site, mais aussicelle d’interagir les uns avec les autres. Cette notion sociale, d’interaction entre les personnes est ici pri-mordiale. Composé des blogs, des réseaux sociaux, des flux RSS… il constitue donc tout ce qui est colla-boratif et social.Dans le web 2.0, l’internaute n’est plus uniquement consommateur ou lecteur mais il est aussi acteur deson site, et c’est là toute l’importance de notre sujet. b) ELEMENTS CONSTITUTIFS:Nous l’aurons compris, l’utilisation du terme de web 2.0 est en fait dû, en premier lieu, à l’arrivée surInternet de nouvelles fonctionnalités, de nouveaux processus plaçant tous les internautes au centre desréflexions, qu’elles soient technologiques, sociales ou de l’ordre du design.La notion étant définie par l’émergence de ces nouvelles fonctionnalités, elles-mêmes issues de nouveauxsites, il est primordial d’en définir les plus importants.Les blogs sont devenus un phénomène remarquable, particulièrement représentatifs de cette transforma-tion des usages du web. Le blogueur publie des billets qui apparaissent par ordre chronologique. Ce typede sites s’apparente très fortement à un journal intime. Son succès est dû à la facilité de publication, lagrande liberté d’expression qu’il offre à l’usager ainsi que la capacité d’interaction immédiate avec sonlectorat, via la possibilité pour les lecteurs de poster des commentaires et pour le blogueur d’y répondreinstantanément. Les blogs permettent donc un réel échange entre internautes. Leurs émergences provo-quent aussi une rupture dans le traditionnel schéma qui opposait vie privée et vie publique. Le blog étantun site d’expression personnelle, son utilisateur place donc sa vie privée au centre de la place publique laplus fréquentée de nos jours : Internet.Bien sûr, l’émergence des réseaux sociaux, MySpace1, Facebook et Twitter en tête, ont une grande partde responsabilité dans le basculement entre le web 1.0 et le 2.0. La formation de communautés et deréseaux d’internautes liés les uns aux autres, soit par des liens d’amitiés (Facebook), soit par le statut desuivis/suiveurs (Twitter). Cette caractéristique sociale joue pour une part importante dans la définition decette nouvelle aire de l’Internet.1 Une étude récente de Emarketer portant sur les réseaux sociaux aux Etats-Unis place MySpace en 1ere place. 29
  • Le wiki est un autre de ces éléments aujourd’hui indissociables du web 2.0. Inspiré de l’expressionhaïtienne Wiki Wiki signifiant rapide, il sagit de permettre aux internautes d’agréger un contenu cons-tamment modifiable par les visiteurs du site. L’exemple le plus frappant, parce qu’aujourd’hui totalementintégrer aux usages, est l’encyclopédie participative Wikipedia. Le fonctionnement de ces wiki permet laconstruction collective de bases de données.Ici, le partage de texte est mis en avant mais il est évident qu’Internet étant un média fondamentalementmultimédias, de nombreux sites, en tête desquels se trouvent les bien connus Flickr et Youtube, permet-tent aussi le partage simplifié d’images et de vidéos. Tout deux permettent aux utilisateurs l’agrégation decontenus multimédias facilement identifiables grâce à un système de mots clés, les tags, apposés parl’auteur du post. Cette classification collaborative des contenus internet reposant sur l’attribution de motsclés par des utilisateurs lambda est appelée la folksonomie. Particulièrement représentative de cette èredu web 2.0, elle associe deux notions majeures : Les gens “folk” et le processus de classification qu’est lataxinomie.Dans ce nouvel internet, les usagers sont donc considérés comme des co-développeurs du site web, ilsdeviennent la valeur ajoutée d’un site. Tim O’Really, dont nous avons déjà parlé plus tôt, décrit cette évo-lution comme l’arrivée dans une ère d’intelligence commune. Selon lui, « Le web 2.0 repose sur un en-semble de modèle de conception: des systèmes architecturaux plus intelligents qui permettent aux gens de les utili-ser, des modèles d’affaires légers qui rendent possible la syndication et la coopération des données et des services.Le web 2.0 c’est le moment où les gens réalisent que ce n’est pas le logiciel qui fait le web, mais les services. »Nous sommes donc, et ce depuis déjà quelques années, entrés dans un Internet nouveau qui ne cessed’évoluer et de produire toujours plus de service afin d’en faciliter l’utilisation, la personnification etl’appropriation de tous. Or, nous l’aurons facilement compris, internet est un média qui ne cessed’évoluer, de changer, il est en devenir permanent. Aujourd’hui qu’il fait désormais partie du quotidien detout un chacun, les évolutions technologiques et sociales se poursuivent et continuent de bousculer lesusages. Alors que certains n’ont pas encore cerné les caractéristiques fondamentales du web 2.0, les ex-perts débattent déjà sur notre entrée dans l’univers du web 3.0, une troisième version de l’Internet, dé-sormais basée sur la sémantique. 30
  • c) LES ENJEUX ACTUELSInternet est donc un lieu public sur lequel les populations du monde entier publient, échangent, modifient,ajoutent du contenu et de l’information de toute sorte. Considérant que plus de 17,5 millions de foyersdisposent désormais d’un accès à internet, (dont 95% en haut débit) et ce rien qu’en France1, et que tousparticipent, à leur échelle, à l’ajout de contenu internet, que tous sont devenus de véritables sourcesd’information en puissance, affirmer qu’Internet est devenu un lieu de surinformation est un euphémisme.L’internaute est en permanence sollicité par de nouveaux signaux.Qu’il s’agisse de flux RSS, de fil Twitter, de page Facebook, de générateurs de contenu, de moteurs derecherche, de blogs... L’information est partout, en tout temps et faite par tous.Alors qu’il fut une période où les acteurs du web imaginaient de nouveaux moyens d’engendrer ce conte-nu, une source d’information en temps réel, les préoccupations actuelles sont différentes. Les spécialistesse consultent désormais afin de trouver des solutions de gestion, pour guider l’internaute dans ce bouillond’information. Le tri, la qualité, le sens, l’orientation... Autant de sujets mis aujourd’hui au centre desdébats Internet. Loin de chercher à réduire cette masse d’information, il semble plutôt que le but soit de-venu de la rendre plus digeste, plus compréhensible pour l’internaute lambda. D’une information perpé-tuelle et instantanée, il semble que le mouvement se dirige désormais vers des problématiques différentes,vers une consommation intelligente et une gestion réfléchie de cette masse d’information. V. LE CONSOMMATEUROn ne saurait traiter de la participation de l’internaute dans le processus d’information sans définir aupréalable la relation actuelle qu’entretient le consommateur avec les médias d’information ainsi que sonrapport à internet. Toute la problématique à laquelle nous tentons de répondre repose sur les attentes d’unconsommateur qui a évolué avec sa société. Désormais, le lecteur est devenu un consommateurd’information, un internaute acteur. C’est ce que nous étudierons dans cette partie réservée à l’étude duconsommateur d’information, de l’internaute du web 2.0, du citoyen.1 Etude Médiamétrie, premier trimestre 2010 31
  • A. LE CONSOMMATEUR ET INTERNET:Selon une étude Médiamétrie du 10 février 2011, Internet compte 22 millions d’internautes français sup-plémentaires depuis 2001. La France compte désormais 38 millions d’Internautes. L’utilisation du réseaus’est démocratisée, s’est ouvert à d’autres profils de consommateur : Toujours selon la même étude, 31%des plus de 65 ans ont surfé sur internet au cours du mois précédent l’enquête, contre 4% en 2001.L’enquête Profiling 2010 mené par Ipsos Media, ajoute qu’entre juin 2002 et Juin 2010, internet compte900 000 femmes, 600 000 personnes âgées de 50 ans et plus et 600 000 CSP- supplémentaires sur le ré-seau français.Des chiffres probants qui confirment qu’internet est bien devenu un média populaire dont l’utilisationn’est plus le monopole d’une catégorie de technophiles avides de nouveautés. Aujourd’hui le phénomèneconcerne bien l’ensemble de la population française, dont les pratiques actuelles, les modes de consom-mations correspondent à plusieurs tendances identifiables : a) “ALL ABOUT ME” : LHEURE DU RESEAUTAGE ET DU PERSONNAL BRANDING1 :Nous l’avons vu, internet offre désormais des possibilités multiples à l’internaute. Placé au centre du ré-seau, chacun dispose d’une place privilégiée au cœur de cet espace public mondial. L’émergence du web2.0 a permis au citoyen lambda de s’exprimer sur la place publique, de mettre en avant ses idées, sesatouts, ses centres d’intérêts... Chacun s’exprime désormais librement, utilise les réseaux sociaux et leblogging pour faire passer ses idées et échanger avec ses amis sur les sujets qui lui sont chers. Une au-baine pour cette génération du dialogue social, de la transparence et de la personnalisation. Nous le sa-vions dans la communication, le citoyen n’est plus dans une ère du one-to-many (d’un émetteur vers unemasse) mais bien dans une relation en one-to-one (de l’émetteur vers le consommateur, personnalisé),dans un schéma de dialogue social et d’échange. L’internaute, bien que s’exprimant sur un réseau mon-dial fréquenté par des milliards d’individus, souhaite être considéré comme une entité, une personnalité àpart entière: La masse n’est plus d’actualité, c’est la personne qui compte désormais. Ainsi, l’une despréoccupations première des français sur internet devient la gestion de la marque personnelle “le personalbranding”. Selon une étude Scanblog réalisée en mars 2010, 70% des internautes français ont déjà tapéleur nom sur un moteur de recherche. L’internaute a compris que le web 2.0 lui permettait de se construire1 Titre tirés d’une étude réalisée par la société Isobar ; Le Personnal Branding est le terme anglais pour évoquer latendance actuelle de gestion de sa propre image : L’internaute gère son image comme s’il s’agissait d’une marque. 32
  • facilement une notoriété, une image publique. La difficulté du moment étant devenue de contrôler cetteimage. L’internaute exprime un besoin de reconnaissance évident.Ajoutons, toujours selon Médiamétrie au 10 février 2011, que 22 millions de nos concitoyens sont inscritssur au moins un réseau social, soit près de 6 internautes sur 10. 156 163 889 de blogs sont identifiés sur latoile par le site blogpulse.com au mois de février 2011. b) LA GEOLOCALISATION ET LA MOBILITE:La floraison d’applications liées à la géolocalisation permet à l’internaute de se situer sur le réseau mon-dial. Foursquare, Places, Flipboard (iPad)... Sont autant de sites communautaires qui offrent la possibi-lité au citoyen d’indiquer sa position en temps réel. Ainsi, je peux informer mes amis de mes déplace-ments, et ce à la seconde à laquelle je quitte mon domicile. Ce phénomène est renforcé par la mobilitéqu’offre aujourd’hui les smartphones et autres tablettes. D’après l’étude Ipsos de mars 2010 citée plushaut, 25% des internautes sont aussi des mobinautes1. Un pourcentage élevé si l’on considère la jeunessedu phénomène et sa forte croissance : En 2009 ils n’étaient que 14% au premier semestre contre déjà 18%au second.Plusieurs applications dérivées ont permises à l’internaute de croiser les données qu’il fournit à sonréseau : Certains sites communautaires d’évaluation de restaurants par exemple, demandent à leurs inter-nautes d’indiquer le restaurant où ils se trouvent et d’envoyer, au même moment, une photo de leur platsaccompagnée d’une note. Les applications sont donc mises en commun afin de fournir une information, etune participation, la plus complète possible.Si l’on croise ce phénomène de géolocalisation à celui du tout personnel, d’autre sites sont alors à noter,tel que Yuback qui permet à l’utilisateur de géolocaliser son coup de foudre : Nous connaissions les an-nonces affichées sur les panneaux électroniques du métro (à Toulouse) ou les petites annonces de lapresse, aujourd’hui l’internaute indique le lieu précis où il est tombé sous le charme d’un inconnu et es-père ainsi le retrouver.1 Qui utilisent leur téléphone mobile, leur smatphone, pour se connecter à internet. 33
  • c) LE MODE COLLABORATIF ET LE CLOUD COMPUTING:La majorité des grands groupes internet proposent, depuis quelques années déjà, aux internautes de colla-borer en ligne. Ce système s’est très vite adapté à une utilisation professionnelle du phénomène. Justeavant l’utilisation de messagerie instantanée (47%), la principale occupation des français sur Internet restela consultation de leurs emails (86%) selon les chiffres communiqués par Médiamétrie au 10 février 2011.Ceci s’explique notamment par l’usage professionnel qui en est fait. De plus en plus de services sont doncmis à la disposition de l’utilisateur afin qu’il puisse travailler en ligne avec ses collègues en toute simpli-cité. Le partage de document s’est donc très vite transformé vers une forme plus élaborée : Le documenten ligne. Ainsi l’internaute réalise désormais ses projets directement sur le réseau et peut donc les consul-ter via n’importe quels ordinateurs ou écrans numériques. L’exemple le plus marquant est bien entendul’application Google document qui permet à l’utilisateur de facilement participer et collaborer à la réalisa-tion d’un document qu’il partage avec d’autres utilisateurs. Le document n’est plus conservé surl’ordinateur de l’utilisateur mais directement sur le réseau. C’est l’émergence du Cloud Computing,l’informatique dans les nuages. Les documents de l’utilisateur (textes, vidéos, sons, images...) ne sontplus stockés sur son disque dur mais dans un espace infiniment plus important, toujours à disposition : Leréseau. Picasa, Youtube, Google document... Autant de sites internet qui permettent donc de conservernos contenus multimédias directement en ligne. L’une des prospectives actuelles étant l’extension de ceprincipe afin de mettre à disposition un bureau entièrement en ligne. De nombreuses entreprises travail-lent désormais sur la possibilité de mettre en place un véritable bureau informatique (comme celui denotre ordinateur) en ligne. L’utilisateur pourra par exemple y télécharger tous les logiciels dont il a besoinet les retrouver par la suite sur n’importe quel ordinateur, tout simplement en se connectant sur internet.On constate donc que le consommateur a désormais accès à de nombreuses fonctionnalitésl’accompagnant au quotidien, que ce soit dans le cadre de la vie privée ou dans celui de la vie profession-nelle. Instantanéité, collaboration, échange, partage... Sont autant de notions auxquelles l’internaute s’esthabitué depuis déjà quelques années et ne pourrait renoncer aujourd’hui. B. LE CONSOMMATEUR, SES MEDIAS ET SON ACTUALITELa crise des médias est un sujet dont on ne se lasse pas. Lavènement d’internet et des médias gratuitsayant modifié les modes de consommation du lecteur, les médias traditionnels font face à de grosses diffi-cultés financières, ce n’est plus une nouveauté. Depuis 2004, la chute des médias est le sujet préféré desjournalistes eux-mêmes. De nombreux titres de presse écrite ont déposé le bilan au cours de ces dernières 34
  • années et les parts d’audiences ne cessent de diminuer. Nous ne nous arrêterons pas ici sur ce constat,mais plutôt sur la relation qu’entretiennent les français avec leurs médias. Alors que certains annoncentencore la mort des médias traditionnels d’ici à 2025, nous préférerons en comprendre les raisons. Plutôtque d’analyser le nombre de pertes estimées, nous nous pencherons donc plus volontiers sur les modes deconsommation actuels des médias par les français et le regard critique qu’ils leurs portent.Se basant sur le dernier baromètre de confiance dans les médias publié par TNS Sofres et la Croix enjanvier 20111, nous pouvons commencer par constater qu’Internet, bien que jouissant d’une croissancesans précédent d’histoire de médias, n’est pas le préféré des français lorsqu’il s’agît de se tenir au fait del’actualité. La télévision reste sans nul doute le média le plus plébiscité dans ce domaine, qu’il s’agisse del’actualité nationale ou internationale, et ce pour 82% de la population. En seconde place arrive la radiopour 44% des Français puis la presse écrite à 38%. Internet est donc le dernier média d’information pourl’ensemble de la population française, à 27%. Il est important de préciser en revanche que les moins de 35ans le placent en seconde place, juste derrière la télévision, puisque 50% d’entre eux s’informent sur leréseau.Ces résultats sont très différents de ceux obtenus aux Etats Unis par le Pew Research Center qui constateen revanche une moindre importance de la télévision et de la radio, alors qu’Internet est, chez nos voisinsd’Outre Atlantique, plébiscité à 41% en tant que média d’actualité. C’est sans nul doute l’exemple Amé-ricain qui inquiète les médias français de nos jours, ajouté aux importantes pertes financières auxquellesils ont fait face.La chute des médias français est donc à relativiser en 2011. Pourtant, il reste que les journalistes ne béné-ficient pas d’une côte de popularité très élevée auprès de leurs concitoyens. En effet, les français accor-dent de moins en moins de crédit aux journalistes de médias traditionnels. On constate qu’ils sont unemajorité à estimer que la qualité des médias s’est détériorée au cours des 10 dernières années: 49% chezles catégories sociales supérieures, 49% ayant obtenu un diplôme supérieur et 45% des lecteurs fréquentsde presse écrite. A l’inverse, les catégories plus populaires sont moins intransigeantes puisqu’ils ne sontque 31% à estimer que les médias aient baissés dans leur estime.De la même manière, alors que les français considèrent à 56% que les médias bénéficient d’une certaineneutralité politique, 63% estiment à l’inverse que les journalistes sont sujets à une forte dépendance auxpressions politiques et 58% pensent qu’ils ne sont pas suffisamment indépendants aux pressions finan-1 Analyse disponible en annexes 35
  • cière. Ainsi, les français entretiennent une méfiance croissante envers l’information qu’ils reçoivent de lapart de ces journalistes professionnels. En lien avec ce problème de confiance, les français estiment que lejournaliste ne couvre pas la totalité des sujets mais au contraire, oriente celui-ci en fonction des pressionsqu’il subit.Cette problématique est moins présente sur internet, dont la neutralité semble être avérée pour tous : 60%de la population française considère qu’il s’agit d’un média particulièrement neutre et 70% parmi les in-ternautes. Seulement 6% le jugent partisan. Cette considération est primordiale pour notre sujet puis-qu’elle démontre l’une des raisons pour lesquelles les internautes considèrent à 77% que les sitesd’informations gratuits sur la toile seront d’avantages consultés au fil des dix prochaines années.Cette gratuité est un autre des problèmes liés aux médias de nos jours. Amplifiée par le succès de lapresse gratuite et l’immensité du contenu disponible gratuitement sur la toile. La population est de moinsen moins apte à payer pour obtenir l’accès à un contenu. Nous sommes entrés depuis quelques annéesdans une ère de la disponibilité sans frais. Vidéos, musique, texte, illustration... Le modèle de la gratuité afait du chemin dans les esprits français, et plus particulièrement chez les jeunes générations ayant gran-dies avec le phénomène.Concernant l’intérêt porté par les français à l’actualité, il semble que nous ayons fait fausse route lorsquela crise des médias était associée à un déclin d’intérêt de la part de la population, et plus particulièrementdes jeunes, au sujet de l’information. Au contraire, être informé est devenu l’une des principales préoccu-pations de notre époque. Pour preuve, l’étude réalisée par l’Express Roularta et Iligo1 sur les modes deconsommation de l’information, et dont les résultats encore inédits nous ont été communiqués. Plusieursrésultats dénotent un intérêt très fort des français pour l’actualité : 97% d’entre nous s’informent de ma-nière quotidienne et ce, à raison de 2h16 par jour en moyenne. A cela s’ajoute une part de 30% de la po-pulation qui déclare ne pas pouvoir se passer d’information sur une journée. Ce chiffre augmente lors-qu’un événement important a lieu dans la journée. Concernant l’expérience de privation de l’informationqui a été menée, elle relève que les participants ont ressenti un sentiment de solitude intense durant lapériode d’expérimentation. Privés d’information, ils auraient donc été privés d’une monnaie d’échangesociale primordiale. Il en ressort que l’information est considérée comme très importante pour cette popu-lation.1 Déjà introduite dans la partie « Journalisme et journalistes, définition d’une profession » 36
  • En revanche, cette étude confirme que nous sommes bien dans une société de surinformation au sein delaquelle le lecteur se sent impuissant. 76% de la population interrogée affirme se sentir submergée parl’information, et ce chiffre est d’autant plus impressionnant, 82%, chez les jeunes de 15 à 24 ans.Face à ces résultats, il est évident que l’information a encore de beaux jours devant elle mais que les at-tentes du consommateur ont évoluées, c’est ce que nous nous attacherons à définir au sein de cette pro-chaine partie. C. LE CONSOMMATEUR ET SES ATTENTESNous l’avons vu, le surplus d’informations auquel le lecteur est constamment en contact provoque nonpas un rejet, comme nous aurions pu le penser durant une période, mais une attente nouvelle, celle d’êtreguidé. Ayant des difficultés à traiter la multitude de signaux qu’il reçoit en permanence, ayant donné nais-sance à un mot nouveau sur la toile “l’infobésité”, le lecteur attend d’être orienté. Cette fonction est de-venue un véritable phénomène sur internet, laissant place à un nouveau terme, celui de curator, de cura-tion. En Anglais, le curator est un conservateur de musée, il met donc en lumière les pièces qui lui sem-blent les plus intéressantes. En France, le curateur est lié aux systèmes de tutelle. Une personne qui n’estpas apte à prendre des décisions par elle même est mise sous curatelle, c’est un curateur qui prendra lesdécisions importantes à sa place. Il me semble qu’une fois les origines du mot expliqué, il prend alors toutson sens : Il s’agît de guider le lecteur vers l’information, le contenu, qui semble être le plus pertinent, defaire un tri. Les premiers pas de la curation étant tout simplement la possibilité d’envoyer un lien à unami. Lorsque je poste un lien sur le profil Facebook d’un ami par exemple, je lui sers, à mon échelle, decurator : Je lui conseille un contenu qui me semble pertinent, lui facilitant ainsi l’accès à l’information.Rappelons la définition de l’information donnée par 98% des français lorsqu’ils ont été interrogés parl’Express Roularta et Iligo, « un sujet d’échange avec les autres ». On constate donc que l’informationn’est plus le but en soi, mais c’est bien l’entretien du lien social qui l’est devenu. C’est une évidence lors-que l’on se réfère aux parties développées précédemment (Internet, le web 2.0, et les pratiquesd’internautes). Ajoutons que, toujours dans le cadre de cette même étude, 60% des français recherchent,au sein de l’information, une opinion différente de la leur. Il s’agit bien ici d’un indicateur de cette ten-dance sociale. Par le biais de cette altérité, le lecteur cherche à se construire une opinion, à entretenir undébat. Hors on ne débat jamais seul. L’information se doit donc d’être le lien entre le lecteur et l’autre, lasociété ou le réseau. 37
  • Face à cela, un paradoxe est à relever: alors que 60% des personnes interrogées souhaitent avoir accès àune opinion différente, ils sont aussi 78% à rechercher une information la plus neutre possible. Plutôt quede considérer ces résultats comme une contradiction étrange, Laurent François1, l’explique assez simple-ment: “Le lecteur recherche une information qui lui permettra d’entretenir une conversation, un débat. Imaginonsque vous devez retrouver vos amis pour le dîner, vous allez vouloir débattre entre vous des sujets qui fontl’actualité. Pour cela, il vous faut non seulement un sens critique, c’est là qu’intervient le besoin d’altérité; maisaussi et surtout un savoir suffisamment important pour vous permettre de comprendre l’information, ses enjeux etses limites. C’est là qu’intervient l’information neutre : elle apporte une base solide sans laquelle vous ne pourriezparticiper à la conversation, vient alors le sentiment de solitude.”Par ailleurs, cette même étude démontre qu’alors qu’il était annoncé que la population appréciait toutparticulièrement les informations divertissantes, laissant place au “journalisme lol”, il semble que ce cri-tère arrive finalement après. En premier lieu, les français souhaitent avant tout une information qui leurpermette une certaine ouverture, un échange, de s’intégrer puis de se créer une opinion. Le divertissementau travers de l’information arrive alors.Concernant les notions dinstantanéité et de mobilité, 40% de la population déclare vouloir être informéeen temps réel d’un événement majeur. Ce chiffre augmente lorsque l’on interroge les mobinautes, à 53%.Le consommateur a donc besoin, toujours dans un but de développement social, d’avoir accès à une in-formation différente, à une opinion. Mais aussi à un contenu, à une source d’information la plus neutrepossible. Le data journalisme est une des réponses qui a été apportée à ce dernier besoin, nous en étudie-rons certains exemples plus en détails, ainsi que d’autres réponses apportées par les journalistes en ligneet intégrant tous, d’une manière ou d’une autre, la participation de l’internaute.1 Responsable Marketing et Développement du groupe l’Express Roularta 38
  • SECONDE PARTIEÀ LA RECHERCHE D’UN NOUVEAU MODELE 39
  • En offrant aux citoyens une information plurielle, immédiate et gratuite, Internet a bouleversé les modesde consommation des médias, et par là même, de l’actualité. Nous l’avons vu, le phénomène ne signifiepas la fin de l’actualité mais sa complète, et inévitable réorganisation. Loin de signer l’arrêt de mort dujournalisme et de l’information, il en bouleverse les codes et les pratiques. La profession est obligée, de seréinventer, d’expérimenter, afin de proposer un nouveau modèle d’information qui établisse le lien entrele besoin de médias qu’expriment les français et leurs nouvelles attentes, leurs habitudes, fondamentale-ment liées à la pratique d’Internet et aux nouveaux réflexes de consommation qui en ont émergés.Ainsi, comment offrir une information de qualité, tout en permettant aux consommateurs de conservercette liberté d’expression, inévitable à l’ère du 2.0, et regagner la confiance du lecteur, en baisse constanteces dernières années ?Nombre de médias aujourd’hui présents sur la toile se sont posé la question, qu’il s’agisse de médias réfé-rences : Le Monde, Le Figaro, Marianne, Libération... Ou de nouveaux médias, entièrement créés pourfonctionner sur internet. Tous intègrent, de façon plus ou moins marquée, la participation de l’internaute,sa collaboration au processus d’information.Nous étudierons ici les exemples les plus représentatifs des usages français actuels, afin de répondre à unequestion fondamentalement liée à l’avenir de la profession de journaliste. A savoir, cette mutation desmédias sur internet, forcés d’intégrer le lecteur au processus de fabrication de l’information, est-elle une menace pour la qualité de l’information ou, à l’inverse, pourrait-elle devenir un atout ma-jeur pour les journalistes?Pour répondre à cette question, il nous faut rappeler les critères sur lesquels nous nous baserons pour ju-ger de la qualité d’une information. Ainsi, suite aux différentes analyses retranscrites lors de nos re-cherches théoriques, il semble qu’une information de qualité soit d’abord liée à la vérité. Ce critère nepeut être effectif que si les données sont vérifiées auprès de sources sûres et que l’information est parfai-tement comprise, dans son contexte. C’est ce qui nous mènera vers ce deuxième critère: la contextualisa-tion. Une information ne peut être justement retranscrite que si le lecteur en connaît le contexte. La con-naissance de l’environnement qui entoure les faits est primordiale à la bonne compréhension de ceux-ci.Ainsi, une information n’en est une que si elle est accompagnée d’explications, de détails qui permettentde faciliter la compréhension du sujet dans sa globalité. Si l’on admet que l’information est importanteparce qu’elle permet la bonne compréhension du monde dans lequel nous évoluons, nous en venons doncà un quatrième critère : la diversité. L’information ne saurait être partielle ou orientée. L’information doit 40
  • se faire l’écho de la diversité du monde et des événements qui s’y passe. Ni l’intérêt personnel, ni celuides lecteurs ne doit passer avant cette diversité. De la même manière, cette diversité passe par l’altérité :Une information doit être complétée des différentes perspectives qu’elle donne à voir à son lecteur. Cesperspectives résultent de l’exposition des différents regards portés sur cette information, de plusieurs opi-nions.Il est évident que cette définition de la qualité de l’information reste subjective, liée à mon propre ressentisuite aux recherches effectuées et au recoupement des diverses opinions qui traitent chacune d’une visionpersonnelle de cette notion qualitative. Cependant, c’est bien sur cette notion que nous nous baseronspour établir une analyse des atouts et des défauts des différents supports d’actualité dans cette recherchede l’information de qualité. I. LES MEDIAS TRADITIONNELS REORGANISENT LA TRADITIONDe nos jours, la grande majorité des médias traditionnels ont compris la nécessité d’être présents sur In-ternet. Ce sont eux qui représentent la plus grande part d’audience parmi les sites d’informations présentssur internet puisque 51, 5% du temps consacré sur internet à l’actualité est consacré aux sites de presse 1.Nous nous baserons sur l’étude de plusieurs exemples afin de comprendre leurs fonctionnements, les dif-férences apportées vis à vis de leurs versions papier, la qualité de l’information fournie et bien sûr,l’intégration du lecteur au processus d’information. A. UNE INFORMATION PROFESSIONNELLE RASSURANTETout d’abord, il est important d’établir le constat suivant : les informations fournies sur les sitesd’actualité en ligne tel que le Figaro.fr, Marianne 2, l’Express... Étant issues du contenu des éditionspapier et rédigées par de véritables journalistes, représentent peut-être la forme la plus qualitative del’information disponible sur Internet. Chaque article étant écrit par un journaliste, elle est donc soumiseaux chartes déontologiques de la profession et il semble que la marge d’erreur soit moindre que lorsque1 Source Médiamétrie « L’année internet 2009 » 41
  • l’information est fournie par un particulier dont ce n’est pas le métier. En effet, si les sites d’informationdes groupes de presse sont les plus consultés en France, c’est bien que le lecteur considère qu’il prendmoins de risques quant à la véracité de l’information qui lui est proposée. Lors des études réalisées sur lesujet, la majorité des spécialistes s’accordent pour affirmer que la marque média reste une valeur sûre auxyeux des français.Ainsi, selon l’OJD, Lemonde.fr enregistrait 51 328 999 visites au mois de janvier 2011, suivi de près parlefigaro.fr, qui enregistrait 35 577 978 visites. De plus, la grande majorité des informations circulant surinternet provient, d’une façon ou d’une autre, des sites de groupe de presse. Les internautes accordentdonc du crédit à cette information professionnelle. Or, le changement de support (du papier vers la toile)implique forcément un changement des comportements, et les médias ont donc dû se réorganiser afin deproposer des formules toujours plus proches des attentes de leurs lecteurs. B. DE NOUVELLES FONCTIONNALITES INTEGRENT L’INTERNAUTE AU FONCTIONNEMENT DU JOURNAL EN LIGNELorsque l’on surfe sur les différents sites de médias en lignes, il est évident que tous ont retravaillé leuroffre afin de s’adapter, le mieux possible, aux modes de consommation usuels du réseau. L’internauten’étant plus uniquement lecteur sur internet, les médias en ligne ont dû se réorganiser de manière à inté-grer les fonctionnalités de ce média en pleine mutation. Bien loin de pouvoir se contenter de proposer untexte à sens unique à son lectorat, un journal en ligne est aujourd’hui obligé d’intégrer les fonctionnalitésparticipatives et collaboratives induites par l’utilisation d’internet. a) LES COMMENTATEURS :C’est face à ce constat que les médias proposent désormais aux internautes de réagir aux différents ar-ticles, de donner leur point de vue sur l’actualité. Ainsi, chaque sujet est suivi d’un onglet “commen-taires” ou “réagir” afin de laisser libre cours à l’opinion publique, à ce que beaucoup d’internautes consi-dèrent comme la panacée du web : l’expression de la démocratie. Cette possibilité de s’exprimer sur unsujet d’actualité est très appréciée des internautes puisque l’on peut remarquer que beaucoup réagissent etparticipent à l’enrichissement d’une information en y apportant des précisions, des points de vue... Ainsi,sur un seul article du figaro.fr, le nombre de commentaires peut très vite monter, atteignant par exemple1533 commentaires sur une information donnée un peu plus tôt dans la journée. C’est le cas égalementpour les sites Marianne2.fr; Lemonde.fr ou encore Lexpress.fr. L’internaute se prête très facilement au jeu 42
  • sur les sites de ces grands quotidiens nationaux, notamment parce que le fait de commenter un contenu,une actualité est monnaie courante aujourd’hui sur internet. L’opinion publique est au centre de tous lesusages.Cette possibilité de réagir permet donc d’entretenir le débat, de faire vivre l’information. Puisque, nousl’avons dit, l’information est au centre des relations sociales et que le débat en est l’expression la plusparfaite. b) LES BLOGUEURS ASSOCIES :La majorité des sites d’information en ligne ont très vite compris l’intérêt de la blogosphère. La presseprofessionnelle étant considérée comme sujette aux pressions politiques et économiques, la qualité del’information n’est pas remise en cause mais son indépendance, elle, l’est très vivement. Les blogueursn’étant pas sujets à ce type de dépendance, ils sont considérés par les internautes comme les plus libres,pouvant ainsi réellement dire ce qu’ils pensent, haut et fort. Le traitement de l’information y est différentemais c’est aussi l’information elle même qui l’est. Là où les médias traditionnels traitent tous de la mêmeactualité selon l’internaute, les blogueurs sont perçus comme beaucoup plus libres et le choix des sujetsqu’ils traitent plus subversifs. Prenants conscience de l’intérêt porté à ces bloggeurs, les médias marqueont trouvé une alternative : Les blogs associés. Ainsi, de grands bloggeurs, jouissants d’une véritable no-toriété sur la toile, sont désormais associés à un média, assermentés Marianne2, Le Figaro, Libération...Si l’on prend l’exemple de Marianne2, neuf blogs sont recommandés : Cinq sont dans la catégorie “lesblogueurs de Marianne, trois dans “les blogueurs invités” et un “blog thématique”. Lefigaro.fr comptelui cinquante deux blogs associés, tous affichant les mentions “Figaro blogs”, “blogs invité” ou encore“blog expert”. Cette hiérarchisation des très nombreux blogs associés du journal offre un conseil supplé-mentaire au lecteur, le média joue ici un rôle de curateur de l’information. Cette association entre médiasréférences et blogs permet au site de proposer à ses lecteurs une offre complémentaire répondant aux at-tentes de l’internaute. De plus, le fait qu’ils soient conseillés par le site représente pour le lecteur une véri-table valeur ajoutée : il sait alors qu’il y trouvera une information de qualité, réfléchie, validée par le mé-dia qu’il a l’habitude de consulter. C’est aussi la garantie de visiter un blog dont la ligne éditoriale mecorrespond. Le média joue son rôle de traitement et de tri de l’information puisqu’il sélectionne pour sonlecteur un contenu jugé pertinent. 43
  • Si l’on considère que les blogueurs ne sont pas des professionnels de l’information, il s’agit ici d’uneautre manière de laisser place à l’expression démocratique. C’est admettre que le journaliste ne détientpas le monopole de l’information et que les internautes peuvent parfois apporter une valeur ajoutée, uneexpertise sur un sujet qu’ils connaissent mieux : la justice, la médecine, la politique... Cette réflexion esttrès souvent avancée comme argument des détracteurs de la presse traditionnelle et les internautes aimentconsidérer qu’ils sont tout aussi à même de fournir une réflexion qualitative. c) LES COMMUNAUTES :Nous l’avons vu à maintes reprises, l’internaute actuel est un véritable animal social. Son usage d’Internetest majoritairement dirigé dans le but d’échanger, de dialoguer... Le nombre fulgurant de compte Face-book et Twitter en témoigne. Les médias l’ont bien compris et il est désormais possible, sur tous les sitesde grands médias français, de s’inscrire au fil Twitter de celui-ci ou de devenir fan de la page Facebookde tel-autre. Ainsi, non seulement les médias sont désormais partie intégrante de ces communautésd’internautes, mais cette intégration permet aussi un accès facilité et mobile à l’information pour celui-ci.En effet, il peut ainsi avoir accès à l’information de son quotidien directement depuis Facebook ou surTwitter et ce, sous forme de flash actus ou de dépêches, à approfondir sur le site donc. Ce principe permetune information plus rapide, facilitant ainsi une information mobile, à tout moment de la journée.Dans la même mouvance de réseau de lecteurs, chaque média propose désormais à ses internautesd’intégrer une communauté. Ainsi, Libération.fr propose “mon libé” offrant au lecteur la possibilité decréer sa “page perso”, définie ainsi par le site : « Archivez des articles, partagez votre humeur du jour et dialo-guez avec les autres membres de la communauté Libe+». En pratique, l’internaute peut, une fois inscrit, ajou-ter des amis, avoir des fans, participer aux forums de discussion... Libération a donc ici intégré un véri-table réseau social autour de l’actualité.Bien sûr, de nombreuses fonctionnalités supplémentaires sont accessibles aux abonnés. Cette versionpersonnalisée mais payante des sites de médias en ligne donne lieu à une toute autre problématique, lasolvabilité financière de ces nouveaux médias. Nous ne nous pencheront donc pas ici sur la question.Ainsi, nous pouvons affirmer que les médias ont su apporter une véritable valeur ajoutée à leur versionnumérique, répondant tant bien que mal aux attentes d’un lecteur toujours plus exigent, et dont les usages,les modes de consommation de l’information évoluent à une vitesse considérable. Pourtant, bien que ces 44
  • nouvelles pratiques connaissent désormais un franc succès sur les médias en ligne, on peut noter quelquesdysfonctionnements venants ternir cette apparente évolution. C. LEURS LIMITES : a) UN DIALOGUE UNILATERAL :Un constat majeur émerge des différents entretiens menés lors de mes recherches : Ce sont les communi-cants qui répondent désormais aux nouvelles problématiques des médias sur Internet. Que ce soit chezFrance Télévision ou à l’Express, les personnes les plus à même de s’exprimer sur ces nouveaux enjeuxsont les chargés de communication ou les directeurs marketing. Une raison principale à ce phénomène,expliquée par Gillmor, journaliste et auteur de Nous, les médias lorsqu’il dit « Auparavant, les médias assi-milaient les informations à une leçon, mais à l’avenir, elles ressembleront d’avantage à une conversation ». Or, làoù les journalistes avaient l’habitude de donner l’information à un public de masse, les communicantsavaient déjà compris la nécessité de personnifier le destinataire et d’élaborer une stratégie de communica-tion qui permette l’échange, le dialogue, la conversation. Nous étions, nous communiquant, déjà dans unschéma transversal de l’information.Cet aspect du dialogue social est encore nouveau chez les journalistes et peine à entrer dans les mœurs.Ainsi, les commentaires laissés par les internautes sur chaque article en ligne restent sans réponses. Seulles internautes dialoguent, les journalistes eux, sont absents de cet échange. On constate par exemple surle Figaro.fr que chaque journaliste dispose d’une fiche personnelle sur le site. Très bonne initiative,d’autant que chaque fiche permet directement d’accéder à tous les articles rédigés par celui-ci, aux com-mentaires liés à ces articles, aux commentaires déposés par le journaliste ainsi qu’aux liens qu’il a con-seillé. Un espace formidable donc, si seulement il était entretenu. En effet, en pratique cet onglet nouspermet de prendre conscience d’un véritable manque : aucun des journalistes dont j’ai consulté la fichen’a posté de commentaire. Ce qui signifie que d’une part, les journalistes ne participent pas au débatd’actualité dont ils sont pourtant les initiateurs, d’autre part, une fois que l’article est rédigé, quel’information est donnée, le journaliste ne joue donc pas son nouveau rôle d’animateur de communauté.L’information étant au centre de l’échange social, l’information donne lieu à de nouvelles communautésqui, si l’on souhaite qu’elle soit constructive et qu’elles apportent une véritable valeur ajoutée au sujet,doivent être animée par le journaliste lui même. 45
  • De nos jours il est primordial que le journaliste participe à la conversation qui a lieu, basée sur ses propos.Ainsi, plusieurs exemples sont à relever, durant lesquels les internautes posent des questions supplémen-taires, s’interrogent sur le sujet et le journaliste ne répond pas, n’entretient pas ce dialogue aujourd’huiplus que nécessaire. La participation du journaliste à cette conversation en ligne permettrait aussi unmoyen supplémentaire de modération, sans qu’elle ne soit considérée comme liberticide. En effet, lesimple fait de participer au débat permettrait de le recadrer, de le diriger de façon à rester dans le cœur dusujet ou tout du moins dans sa contextualisation. On constate notamment que suivant la politique de mo-dération des commentaires, qu’elle soit effectuée à posteriori ou à priori, la qualité du débat en est altérée.D’une part, chez marianne2, on constate que la modération a priori laisse place à des commentaires sansaucun lien avec le sujet, c’est le cas de quelques exemples que j’ai pu y trouver, tel qu’un lien vers unedémonstration personnelle des qualités artistiques de l’internaute ou un autre renvoyant le lecteur sur unsite de philosophie religieuse. D’autre part, la modération à priori des commentaires effectuée sur le sitedu figaro.fr est souvent mal vue chez les internautes, qui soupçonnent le journal de sélectionner les com-mentaires de manière à ce qu’ils correspondent fortement à la ligne éditoriale de celui-ci.Toujours sur ces mêmes profils de journalistes, on constate que l’onglet lien est, lui aussi, toujours vide.Ainsi, aucun journaliste ne considère son rôle de curateur nécessaire et laisse l’internaute prendre cetteplace. Or, dans un monde où, nous l’avons vu, le lecteur attend d’être guidé vers une information de qua-lité, c’est bien au journaliste de valider l’information, et cela passe aussi par le fait de proposer des liensde qualité. Si l’internaute est le seul à le faire, le rôle du journaliste en sera grandement diminué, et ceparce que le lecteur laissera le choix de son information à une autre personne, qu’il jugera à même de lefaire. Cette place de curator, est une véritable aubaine pour le journaliste moderne. Cela implique qu’ilpourra agrémenter ses sujets d’un contenu qu’il juge pertinent et donc de qualité, tout en valorisantl’importance du journaliste au sein de cette société d’infobésité. Le rôle du journaliste a toujours été derechercher, de trier et de valider l’information, entre autre, sur internet cela ne change pas, il doit justeréapprendre à le faire de manière différente. Les liens représentent selon moi l’une de ces manières. b) UNE EXTERNALISATION VERS DES BLOGS INTERNES:Le système de blogueurs associés est un très bon compromis selon moi, il permet de faire le lien entre lesjournalistes et les blogueurs, le tout, autour d’une information de qualité et sous la forme d’une collabora-tion efficace dont le lecteur profite grandement. Or, on constate que de nombreux blogs estampillés d’unmédia marque sont en réalité rédigés par des journalistes officiants pour ce même Titre. La diversité est 46
  • donc moindre et l’aspect collaboratif s’en trouve grandement réduit. L’idée n’est pas mauvaise, puisquenous l’avons vu, le blog permet une plus grande liberté d’expression, mais l’internaute est ici laissé decôté, en marge de son actualité. L’aspect participatif est donc moindrement mis en pratique et le journa-liste reste seul analyste de l’actualité.Dans d’autres rédactions, comme Marianne.fr, les blogs affiliés n’ont pas été trouvés et cherchés par lesjournalistes. Ce sont les blogueurs qui doivent faire la démarche, en sollicitant l’appui du média. La de-mande est alors évaluée est portée à la décision du rédacteur en chef, Philippe Cohen. Ce fonctionnementest tout à fait compréhensible en ce sens qu’il permet une analyse, une vérification du blog demandeur.Or, il me semble que si un journaliste prenait en charge cette recherche, la diversité de blogs affiliés n’enserait que meilleure, et le journaliste tiendrait là encore, un rôle de conseiller, de guide au sein del’actualité. D. SYNTHESE :On peut déduire de cette analyse approfondie des médias en ligne et de leur réajustement vis à vis desattentes nouvelles de leur lectorat, que cette réorganisation, bien que partiellement réussie et très promet-teuse quand à l’avenir des médias en ligne et de leurs journalistes, reste à approfondir. En effet, de nom-breuses idées, expérimentations, sont à encourager et semblent fonctionner auprès des internautes, mais ilreste de nombreux changements à effectuer, notamment concernant l’implication des journalistes en ligne,trop peu au fait de ces évolutions. Il est primordial que ceux-ci évoluent avec leur média et prennent part àla vie numérique de leurs articles. Internet offre aux journalistes la possibilité d’entretenir un lien fortavec leur lectorat, tout en apportant une valeur ajoutée à l’information qu’ils traitent. Il s’agît d’une véri-table opportunité pour un métier qui a trop longtemps travaillé cloisonné de l’autre côté de son média,séparé de son public. La possibilité est offerte au journaliste de se repositionner vis à vis des lecteurs, dereprendre sa place de leader d’opinion, il lui faudra pourtant, afin d’y arriver, prendre conscience de cetenjeu et des moyens mis à sa disposition. 47
  • II. LES PURE PLAYERS, LINFORMATION RÉINVEN- TÉE :Alors que les médias traditionnels se réorganisaient pour muer sur internet, d’autres journalistes ont préfé-ré réinventer totalement l’information en proposant de nouveaux sites, entièrement créés pour fonctionnersur Internet. Appelés les Pure Players de l’information, l’expression désignant à l’origine une entreprisedont l’activité est exclusivement menée sur internet, ils sont très souvent cités en opposition aux médiasmarques. Pourtant, leurs objectifs sont très similaires : Traiter de l’actualité et fournir une information dequalité tout en considérant les évolutions de consommation dues à un média en pleine expansion, internet.La différence étant que là où les marques médias ont du se réorganiser, les Pure Players eux, se sont tota-lement inventés, réinventant ainsi le principe même d’information. Nous en étudierons les différents mo-dèles existants en France, entre journalisme citoyen, participatif ou collaboratif. Nous analyserons lesinnovations d’un monde journalistique en pleine expérimentation, ses réussites et ses difficultés et quoiqu’il en soit, ses essais. A. LES PIONNIERS, A LA DECOUVERTE D’UN NOUVEAU MO(N)DE D’INFORMATION:Tout a réellement débuté grâce à Carlo Revelli et Joël de Rosnay, lorsqu’ils créent, en mars 2005, lepionnier des médias citoyens français : AgoraVox. S’inspirant du modèle coréen OhmyNews, ce site pro-pose une information “100% participative, 100% citoyenne”, comme défini par les créateurs du médiaeux même. Soit, entièrement rédigée par les internautes eux-mêmes, formés en une communauté de ré-dacteurs. Depuis sa création, le site propose aux internautes quatre solutions différentes pour publier leursarticles et ainsi faire partie de « la société des rédacteurs » d’AgoraVox : Publier un article, envoyer desvidéos ou des photos via MMS, publier une dépêche par téléphone ou encore mettre en place un flux RSSqui permette le renvoi automatique des articles provenant de son blog vers AgoraVox. Les rédacteursayant publiés au moins trois articles sur le site deviennent automatiquement modérateurs, pouvant ainsiavoir un droit de regard sur la publication ou non des articles proposés. L’internaute prend ici la place dujournaliste, en ce sens qu’il devient rédacteur à part entière de l’information publiée.Les enquêtes, elles aussi, sont entièrement réalisées par les rédacteurs, bien que gérées en amont par unjournaliste professionnel. A ce jour, nous pouvons compter cinq enquêtes participatives sur le site, le der-nier sujet traité étant “Comment et jusqu’où dire «non» en famille?”, nous nous baserons sur celui-ci afin 48
  • d’analyser la mise en pratique de son fonctionnement. En effet, le sujet choisit en exemple est une bonnereprésentation de l’ensemble des sujets traités dans cette catégorie. En premier lieu, nous pouvons consta-ter que la participation est en fait effective dans les commentaires liés aux sujets, l’article étant lui rédigépar l’un des rédacteurs de la société AgoraVox et se terminant par un certain nombre de questions quel’auteur se pose. Or, le fonctionnement, comme le sujet choisi, mène plus à une conversation argumentéesur l’expérience personnelle de chacun et donc par là même, de son ressenti du sujet, qu’à une enquêtejournalistique, si tant est que nous considérons que l’enquête se différencie du recueil de point de vue.C’est bien ce sur quoi nous nous baserons, l’enquête se doit d’être un travail approfondie de recoupementde sources, expertes et plus populaires, mais toujours analysées et traitées de manière à rendre un toutcohérent et complémentaire. Le but final étant d’apporter de nouveaux éléments de réflexions.L’exemple choisi ici dénote bien d’une multitude de sources diverses, les commentaires étant très nom-breux et les rédacteurs différents les uns des autres, les points de vue sont effectivement variés et baséssur des expériences très différentes les unes des autres ; Or, le lecteur devrait pouvoir y trouver une véri-table analyse des retombées qu’il en résulte, analyse que je n’ai pas trouvée.On ne peut pourtant pas nier l’aspect conversationnel qui en ressort, le rédacteur de l’enquête étant aussiun membre actif du débat, le tout de manière à réguler et cadrer la réflexion collective. Ce suivi n’étantmalheureusement pas présent sur les sites de médias traditionnels en ligne. Pourtant, les informations nesont pas toujours très productives, la plupart (certains sont écrit par des spécialistes en la matière, et doncbasés sur de réelles données) étant surtout issues d’une réflexion personnelle assortie d’une expérienceintime du sujet. Je reste donc sceptique quand à la réelle valeur ajoutée qu’apporte ce type d’informationau lecteur, tout en étant persuadée que ce modèle d’information laisse de grande possibilités quant à untraitement plus poussé de l’actualité. AgoraVox est sans nul doute la version la plus évoluée actuellementdes possibilités offertes en terme de traitement participatif de l’actualité puisque l’internaute est placécomme rédacteur à part entière du média, mais cette information n’est pas suffisamment traitée selon moi,et son modèle n’est pas le plus apprécié du public actuel d’internautes. Pourtant, ils restent les précurseursd’un phénomène ayant conquis de très nombreux lecteurs.L’un des modèles les plus appréciés des internautes actuels est celui du média Rue 89, créé en 2007 parPierre Haski et deux autres journalistes, tous des anciens de Libération. Comptabilisant deux millions devisiteurs pas mois, il est bien l’un des médias préférés des internautes français. Dès sa création, la ligneéditoriale est claire: Site d’information et de débat participatif à 3 voix : journalistes, experts et inter-nautes. Dans le numéro du magazine Clés du mois de février, Pierre Haski présente le projet initial: « A 49
  • l’époque, deux mondes se faisaient la guerre : les médias professionnels qui s’estimaient seuls habilités à parler etla blogosphère où tout le monde a pris la parole. Nous même étions des journalistes blogueurs, convaincus que lesdeux parties avaient tord. Le bouleversement qui se produit fait que les journalistes perdent leur monopole. Mais enmême temps, se passer de leurs règles professionnelles et déontologiques serait un risque majeur d’affaiblissementde la qualité de l’information que notre société n’a pas envie de courir. Le système pouvant gérer la collaborationentre deux mondes qui ne sont pas de grands amis sera le gagnant. » Rue 89 a t-il réussi ce pari risqué? Ilsemble que le site présente une ergonomie plus proche de celle d’un blog, les articles étant publiés les unsà la suite des autres, un peu à la manière de billets. Ici, les internautes peuvent publier des photos, desvidéos ainsi que proposer des textes à la rédaction. En revanche, aucun espace rédacteurs n’est mis à dis-position des internautes, la totalité des articles étant écrits et rédigés par une équipe de journalistes profes-sionnels. Le monopole journalistique est donc ici conservé, malgré la volonté inverse des créateurs. Aussi,à la manière des sites d’information, quelques blogs sont mis en avant sur la page d’accueil, leurs rédac-teurs étant tous experts dans leur domaine.Plusieurs déclinaisons du site ont été mises en place depuis sa création, sorte de magazines en ligne, telque Eco89, Rue69 ou encore Marseille89.Selon moi, le succès de Rue 89 s’explique en grande partie par un fonctionnement proche de celui desmédias traditionnels, inspirant ainsi un sentiment de confiance aux yeux des lecteurs, tout en conservantune image disruptive. L’idée même que ce média ait été créée pour Internet, lui assure un positionnementdifférent. Dans l’esprit des lecteurs, il fait partie des médias alternatifs. Le sentiment d’être manipulé oud’avoir accès à une information écrite sous pression, qu’elle soit politique ou économique, est moindresur ce type de média, se voulant rompre avec la tradition journalistique. Cette similitude a l’avantage,selon moi, de réduire la différence entre pure Players de l’actualité et sites de médias traditionnels, lais-sant entrevoir la possibilité de fondre ses deux modèles et den proposer un nouveau, assemblant les quali-tés de chacun.Pourtant, rassembler ces deux communautés ne semble pas être un pari facile. Le pure Player Mediaparten est un très bon exemple. Nous ne nous pencherons pas ici en profondeur sur les différentes fonctionna-lités que le site propose à ses lecteurs, pour la simple raison que la grande majorité des services y sontaccessibles uniquement sur abonnement, et donc moyennant une rémunération. Comme nous l’avons ditplus en avant dans le texte, ceci étant une problématique à part entière, et méritant donc un raisonnementbien plus approfondi, nous laisserons ici le fonctionnement de Mediapart de côté. L’analyse que je sou-haite en faire est plus particulièrement portée sur les différents regards, les différentes opinions existantes 50
  • vis à vis du site. En effet, deux écoles se distinguent fortement sur la toile, quant à l’appréciation de cemédia. Une forte polémique avait déjà mobilisé les internautes quant à la tête d’affiche du site: EdwyPlenel. Ancien rédacteur en chef du Monde, le créateur bénéficiait déjà d’une plume, d’une reconnais-sance et d’un réseau certain. Cette position a fortement dérangé, notamment au sein de la blogosphère quiestimait, à l’époque de la création du site, qu’il était donc plus facile pour celui-ci de fonctionner,s’appuyant sur cette forte personnalité. Pourtant, cette problématique était bien moins présente pourRue89, par exemple, alors que ses créateurs étaient eux aussi issus du monde journalistique parisien. Deplus, Mediapart provoque deux courants de pensées bien distincts : D’une part, les journalistes plus tradi-tionnels, comme lesechos.fr dans un article intitulé « Chez Mediapart, les ‘Mediapartiens’ au cœur dusystème », propose des sujets très largement orientés sur la réussite du Pure Player; A l’inverse, les blo-gueurs ne cessent de blâmer le site, qu’ils considèrent bien plus proche du journalisme traditionnels, etmême d’un fonctionnement papier, que du Pure Player participatif. Nous citerons en exemple un postpublié sur l’observatoire des médias, intitulé « Mediapart : Un succès ? » dont le contenu n’est pas trèsflatteur pour le site, et l’est encore moins pour Edwy Plenel. En effet, ce dernier est très souvent cité sur lablogosphère qui en a fait une figure de proue du journalisme “hautain”. L’ancien rédacteur en chef duMonde n’ayant, selon eux, de considération que pour le genre journalistique.Ainsi, sans prendre particulièrement part au débat, un constat est évident : le journalisme et la blogos-phère, par extension l’internaute donc, n’ont toujours pas réussi à régler leurs contentieux. Certains pré-curseurs tentent pourtant de limiter le fossé qu’il existe entre ces deux mondes et la réussite de cet « ac-cord de paix » serait, selon moi, très bénéfique à chacun. Rappelons que l’objectif général étant de fournirune information de qualité, il me semble que les deux parties ont donc fort à gagner au sein d’une tellecollaboration.Une fois cette analyse établie, nous ne détaillerons pas ici le contenu du pure Player Slate.fr, bien qu’ilcompte parmi les véritables pionniers du genre, puisqu’il s’agit d’une extension de la version AméricaineSlate.com, fondé en 1996, or nous ne traiterons pas des modèles développés aux Etats-Unis. On noteratout de même qu’alors que la version française a été créée en 2007, son homologue Américain fut depuisracheté par le Washington Post. Selon son créateur, Jean Marie Colombani, il ne s’agit pas ici d’un sitecollaboratif mais d’un « nouveau média traditionnel » dont l’équipe de rédaction est uniquement consti-tuée de journalistes professionnels. J.M Colombani étant l’ancien patron du Monde, ceci nous emmène àsignifier que le groupe prend une part importante dans la recherche et le développement des nouveauxmodèles d’information sur Internet. 51
  • A l’initiative de nombreux site ou blogs « tests », on notera par exemple la création du Post.fr, lui aussi en2007 : un pure Player entièrement participatif puisque les internautes peuvent tous publier leur article,relayé par la suite en Une suivant si le rédacteur est invité, vérifié ou membre de la rédaction. A savoirque ce fonctionnement a même donné lieu à une rubrique « Les posts vérifiés » impliquant que la majoriténe l’est pas. Dernièrement, le principe a créé la polémique sur la Toile puisque des internautes ayant vou-lu démontrer le manque de professionnalisme du site ont annoncé la mort de l’acteur Jean Dujardin. Viveréactions sur les réseaux, jusqu’à ce que l’information soit finalement démentie. Le Post.fr projette depuisde porter plainte contre les rédacteurs de l’information pour calomnie et se retrouve en fâcheuse posture,les salariés du site étant actuellement en grève. Cette anecdote est significative, non seulement du fonc-tionnement du site, mais aussi des risques pris par Le Monde interactif à la création de ces différents sites.Chacun ayant son propre jugement sur la question, il reste que le monde est l’un des groupes de presseayant pris le plus de risques, tous allant dans le sens de la participation et de la collaboration, propre aufonctionnement du média Internet. B. LES CREATIFS, LES LABORATOIRES DE DEVELOPPEMENT DU WEB 2.0 :Parmi les innovations lancées par le groupe du Monde interactif, il y en a une qui retiendra particulière-ment mon attention lors des diverses recherches effectuées : Les décodeurs. Il ne s’agit pas ici d’un PurePlayer à proprement parlé puisqu’il s’agît en fait d’un blog rattaché au site du Monde.fr. Il entrera tout demême dans cette catégorie car son fonctionnement pourra, selon moi, agrémenter notre réflexion sur cetype de sites et, par la même occasion, sur le traitement possible de l’information. Le fonctionnement dece blog est on ne peut plus simple : Chaque fois qu’une déclaration publique semble suspecte, Nabil Wa-kim, journaliste au Monde, propose aux internautes de l’aider à enquêter. Il publie la déclaration douteuseet demande aux internautes susceptibles de détenir plus d’éléments, de lui fournir des renseignementssupplémentaires. Ainsi, lorsque Michelle Alliot Marie, alors ministre de la justice, déclare lors d’une in-terview au Parisien que le Niqab est interdit à LaMecque, les médias s’interrogent. N. Wakim, lui, lanceun appel à participation tout en orientant les recherches et en demandant à ce que les informations soientapportées par des personnes ayant été récemment en Arabie Saoudite, qui y travaillent ou, mieux encore,qui reviennent de pèlerinage. Ainsi, l’enquête permet de démontrer que la déclaration de la ministre estfausse et, loin de se contenter d’apporter un jugement, l’article est alors détaillé de manière à expliquer cequi permet de réfuter l’information. L’internaute peut donc lire un article argumenté, composé de plu-sieurs sous parties, toutes classées selon que l’information est « Vrai », « Fausse », « Plutôt fausse » ouencore « Plutôt vrai »... 52
  • Non seulement la collaboration est ici le maître mot, mais le travail de recherche étant encadré par unjournaliste, le résultat me semble être d’une grande qualité. Les internautes commentent, expliquent, ar-gumentent, détaillent leur propos ; le tout afin de fournir une analyse exhaustive. Un véritable échange estici instauré. Pourtant, pourquoi se contenter d’un système isolé, finalement séparé du traitement del’information, lorsque le principe pourrait être intégrer à la chaîne de fabrication de l’information?Je pense notamment que l’idée, selon moi très enrichissante et porteuse d’une véritable valeur ajoutée,serait tout à fait adaptable au sein d’une rédaction entière, venant ainsi compléter et aider le travail journa-listique. Cette complémentarité est aujourd’hui indispensable, et le Pure Player Owni, l’un des plus ré-cents sur la Toile, semble l’avoir bien compris. Ainsi, outre un fonctionnement relativement similaire àses concurrents, le site propose à ses internautes de nouvelles fonctionnalités, toute plus ingénieuses lesunes que les autres.Ainsi, nous aborderons le cas du Data journalisme, très développé sur Owni, permettant aux internautesde participer à la création de base de données informatives, liées à l’actualité, simplifiant ainsi le travailde recherche des rédacteurs. Qu’il s’agisse de signaler sur une carte interactive l’emplacement des camé-ras de surveillance implantées sur Paris, ou de réaliser une chronologie des lois sécuritaires votées sur lesdix dernières années, renvoyant chacune sur plus d’information, la participation de l’internaute est icieffective et nécessaire. Le journaliste d’aujourd’hui manquent de temps, les internautes veulent se rendreutiles, pourquoi ne pas créer un espace collaboratif répondant à ces deux besoins et ce, dans le cadre d’unprojet complémentaire de l’information? En effet, il ne me semble pas que le Data journalisme puisse àlong terme se suffire à lui même, la qualité de l’information étant obligatoirement liée à un contexte, uneanalyse et une réflexion suivi. Il pourra en revanche, agrémenter cette information et devenir une sourcede visualisation, un contenu brut permettant à l’internaute d’ajouter les bases de connaissances néces-saires à la compréhension d’un article, d’un dossier... Sorte d’adaptation numérique et plus poussée desencadrés utilisés en presse écrite.Il est évident qu’il ne s’agit pas d’une réelle nouveauté sur internet, les Etats-Unis étant très avancés dansle domaine. Il est cependant très peu utilisé par les journalistes français, l’Open Data (source de donnéesouverte à tous) étant très mal considéré pour l’instant. C’est justement sur ce point précis qu’il me sembleque nous avons une vision erronée de la problématique : Selon moi, il ne s’agit pas de savoir si ce procédépeut être utilisé de manière qualitative dans le cadre d’une information journalistique, mais plutôt de sedemander comment encadrer ce phénomène, aujourd’hui très apprécié des internautes, de façon à intégrer 53
  • son fonctionnement à un processus d’information plus complet, facilitant ainsi le travail des journalisteset la production d’une information équilibrée.C’est précisément sur cette notion d’équilibre que nous travaillerons par la suite, notion selon moi indis-pensable à la création d’une information de qualité intégrant la participation, la collaboration del’internaute, le tout utilisant les possibilités offertes par Internet tout en replaçant le journaliste au centrede la chaîne de production de l’information, lui rendant ainsi son rôle de pilier au sein du traitement del’actualité. 54
  • TROISIEME PARTIE :DE L’OPTIMISATION DU TRAITEMENT DE L’INFORMATION 55
  • Nous l’avons vu au travers de nos divers exemples et de leurs analyses, il existe aujourd’hui de nombreuxmodèles, plus ou moins innovants, plus ou moins proches du métier de journaliste, s’y accrochant ou s’endétachant, mais tous à la recherche d’une nouvelle référence, d’une nouvelle manière d’informer la popu-lation. Toutes ces tentatives sont, selon moi, incomplètes. Nécessaires, ces essais ont, d’après mes re-cherches, le défaut d’oublier le rôle fondamental du journaliste au profit des besoins de l’internaute. Sansinsinuer que cette transformation est inutile, il est important de garder en tête l’essence même du journa-lisme et de ne pas se tromper sur la problématique qui malmène actuellement la profession. Il n’est pasquestion selon moi de transformer le journaliste en informaticien, ou de le remplacer par les internautes,qui ne le souhaitent pas non plus d’après ce que j’ai pu en apercevoir. Mais bien de recentrer la pratiquedu métier sur ses règles de base et d’envisager les nouvelles manières, les nouvelles voies par lesquelles yparvenir. De la même façon que la radio ou la télévision n’ont pas modifié le sens du journalisme et sesobjectifs premiers, internet ne le fera pas non plus. En revanche, l’enjeu est de comprendre que le but estle même mais que les moyens de l’atteindre ont évolués. Le journaliste doit se souvenir de son utilité etassimiler les nouveaux outils qui lui sont proposés. A l’instar du Journaliste Reporter d’Image, le journa-liste web doit seulement utiliser les nouvelles techniques mises à sa disposition pour mener à bien sesmissions. Internet est une aubaine mais il faudra que les rédactions s’organisent et gardent en vue le butoriginal de leur métier : Fournir une information vraie, sûre, compréhensible, contextualisée, diverse etvariée. Un certain nombre de critères qui ne peuvent, nous l’avons vu, être respectés que lorsque le jour-naliste est présent. Il représente un lien, un pilier pour la société. Il me semble que la population n’a ja-mais eu autant besoin du journaliste qu’en cette période de transition, de changements. Il lui faudra enprendre conscience, assimiler sa nécessaire intervention dans le monde de l’infobésité, tout en compre-nant le lecteur, en s’y intéressant sincèrement. J’ai bien conscience que mon analyse va à l’encontre des conclusions faites par un certain nombrede professionnels, bien plus au fait du sujet que je ne peux l’être aujourd’hui, mais je pense sincèrementque ceux-ci n’ont pas encore pris le recul nécessaire, ou trop peut être, pour envisager que le métier nesoit pas en disparition ou en pleine mutation mais que nous sommes visiblement face à une situationd’évolution des comportements. Situation durant laquelle le journaliste ne doit pas remettre en question sanécessité ou sa profession mais simplement se souvenir. Se souvenir des textes qui ont fondés son métier,se souvenir des raisons pour laquelle cette profession existe et, j’insiste sur ce point là, se souvenir desmotivations qui l’ont poussé à exercer cette fonction. Le journalisme n’est pas un métier que l’on peutcorrectement exercer si l’on ne ressent pas la passion de l’information. C’est selon moi, cette passion dela transmission qui aidera le journaliste à reprendre sa légitimité. L’histoire a souvent démontrée quemême malmenée, remise en question et réévaluée, la profession de journaliste n’a jamais cessée d’être 56
  • nécessaire pour la population. Le citoyen sait et à toujours su la nécessité d’être guidé, encouragé, etmême quelques fois forcé, dans sa recherche de l’information. Le journaliste sait lui, que pour y parvenir,il doit être formé. Que le journalisme n’est pas que la capacité à transmettre une information, mais qu’ils’agit d’un métier, un métier qui consiste à transmettre une information juste, et remplissant un certainnombre de critères, que nous rappellerons ici. I. LA QUALITE DE L’INFORMATION : A. LA VERITE :La vérité ne peut être transmise qu’à la suite d’un travail d’enquêtes, de recherches auprès de sourcesfiables et de recoupement des divers témoignages. Cette vérité s’apprend, personne ne la détient, il faut latrouver, la chercher. Hors un internaute lambda n’aura ni le réflexe, ni le temps, ni peut-être même l’envied’effectuer ce travail de recherche. C’est un véritable métier, exigeant un apprentissage des règles et unexercice de la pratique. On ne s’invente pas journaliste, on le devient. Rappelons que la charte des devoirsprofessionnels des journalistes français de 1918 tient pour l’une des fautes les plus graves « La calomnie,les accusations sans preuves, l’altération des documents, la déformation des faits et le mensonge ». Sans douter dela bonne foi des internautes, il est évident qu’une publication écrite dans le cadre de la vie privée, du di-vertissement, n’est jamais prise avec autant de sérieux que lorsqu’il s’agît de son métier. La responsabilitéincombe au journaliste de veiller à ce respect, aucune règle, si ce n’est celles ayant attrait à la loi,n’impose de cadre à l’internaute. Ainsi, si je souhaite écrire sur un sujet qui me préoccupe aucun cadrenest mis en place pour que je le traite d’une façon ou d’une autre. Mon écrit sera tout à fait subjectif etrien n’implique que je ne déforme ou nomette aucune information. Alors que je ne suis sujette qu’auxlimites imposées par la loi, le journaliste en est de sa responsabilité personnelle et professionnelle. B. LA RESPONSABILITE :« Un journaliste digne de ce nom prend la responsabilité de tous ses écrits, même anonymes ». La premièrephrase de la charte des devoirs professionnels des journalistes, implique que la responsabilité est une no-tion primordiale et inévitable en ce qui concerne l’information du public. Cette responsabilité pose un réelproblème dans le cadre d’Internet. En effet, il est très difficile d’imposer quoi que ce soit à un internautes’exprimant à titre personnel, au risque de paraître liberticide et contraire au respect du droit àl’expression personnelle. De plus, la répression est tout aussi difficile. Hors, dans le cadre de l’actualité 57
  • et de la diffusion d’une information, étant destinée à informer la population, il y a en effet cette notioninévitable de responsabilité. Restons sur l’idée qu’aujourd’hui peu de choses passent réellement avant laliberté d’expression aux yeux des internautes, cette liberté n’est possible et véritablement efficace que sielle est basée sur une information. Rien ne sert de s’exprimer si nous n’avons aucune connaissance. Cetteconnaissance passe par une information de qualité, qu’il est difficile d’assurer avec certitude lorsqu’elleest fournie à titre personnel. Ainsi, l’expression passe par la connaissance et la connaissance ne peut per-mettre l’expression qu’à la condition d’être parfaitement comprise. C. LA CONTEXTUALISATION ET L’AIDE A LA COMPREHENSION :Le journaliste, afin de permettre au lecteur de s’exprimer sur un sujet et de saisir la complexité d’un évé-nement, doit lui faciliter la compréhension de celui-ci. La charte de Munich déclare que « du droit aupublic à connaître les faits et les opinions procèdent l’ensemble des devoirs et des droits des journa-listes ». Ainsi, alors que l’on a longtemps reproché aux journalistes, de monopoliser la parole etl’expression publique, il faut se rappeler que le journaliste n’est pas une barrière à cette liberté, mais bienun moyen irrémédiable pour y parvenir. Il est du devoir du journaliste que de permettre aux citoyens deconnaître les faits, mais aussi les opinions. Afin d’accomplir ce devoir, il se doit d’informer le public enlui apportant les faits, les données nécessaires à la compréhension d’un article, mais aussi l’opinion, demanière à entretenir son esprit critique. Les données, afin de ne pas être mal interprétées, doivent entoutes circonstances, être accompagnées de leur contexte. Fournir une donnée sans en expliquer le sensreviendrait à s’exprimer en n’utilisant que des mots : l’information majeure est exprimée, mais sans lecontexte de la phrase, elle ne peut être comprise et n’a donc aucune utilité. Une information qui n’est pascomprise n’a, elle non plus, aucune utilité. Cette compréhension, cette contextualisation n’est pas du ré-flexe de tous. Le journaliste l’apprend, que ce soit au sein d’une école ou sur le terrain, grâce àl’expérience de ses pairs. Quand bien même un internaute a conscience de ces prérogatives, aura t-il lesmoyens de retransmettre l’information dans son contexte? De l’expliquer? Rien de moins sûr à cela, nonpas que les facultés intellectuelles d’un internaute lambda soient inférieures à celles d’un journaliste, maisses possibilités, ses ouvertures sont différentes : Prenons l’exemple d’une actualité politique, le journa-liste, de par sa profession, est désigné comme le représentant du peuple, il a accès à des informations, deslieux, et des personnes, avec lesquels le citoyen n’a aucun contact. Nous pourrions simplifier l’idée enprenant ici l’image d’un délégué de classe. En tant que tel, il est accueilli au sein des conseils de classe,peut interroger les professeurs, l’administration... Le tout afin de retransmettre, par la suite, ces informa-tions à l’ensemble de la classe. Il informera alors les élèves de ce qu’il a vu, entendu, des événements quiont eu lieu : des faits. Il est évident que la classe entière ne peut se rendre sur les lieux, elle n’a accès qu’à 58
  • un résumé de l’information. Par conséquent, si un autre élève souhaite retransmettre le compte rendu dudélégué, il devra, pour y arriver, se baser sur le résumé de ce dernier. L’information dans cette premièresynthèse est forcément diminuée, celui qui l’aura écrite aura choisi les faits qui lui semblait les plus im-portants, si le second fait de même, il est évident que le résultat en sera encore diminué. Selon moi, il enest de même pour l’actualité sur internet. Les informations auxquelles la population a accès proviennent,pour certaines, de ce qui a été écrit et retransmis par quelqu’un d’autre. Reécrire une seconde, une troi-sième ou une quatrième fois l’information de base ne permet pas une meilleure expression de la popula-tion mais une déformation obligatoire des faits, amenant ainsi à une connaissance diminuée. Pourtant, ilest évident que certaines personnes, n’étant pas journalistes, ont tout de même accès à certaines sourcesd’informations. Il peut s’agir d’experts, de passionnés, de connaisseurs... Leur opinion est nécessaire, elleapporte une valeur ajoutée, un discernement différent ou encore un complément d’information, mais elledoit être encadrée et en aucun cas ne se substitue à la profession de journaliste. D. LA DIVERSITE :L’information ne pouvant être partielle ou orientée, la diversité des opinions est obligatoire. Il s’agît defournir au lecteur des idées diverses, des informations altérées venant compléter les faits, et ce, de ma-nière à entretenir et à valoriser son esprits critique. Cette critique de l’information est obligatoire afin deconserver des esprits éveillés, à la recherche des faits et de leur impact sur notre société, sur nos vies. Lelecteur a besoin de cette altérité, nous l’avons vu, puisque c’est elle qui est au paroxysme du lien social.Ce débat d’idée représente le but final, tout l’intérêt de l’information. Il s’agit de sa fonction actuelle :l’information n’est utile et nécessaire que si elle permet aux citoyens de s’exprimer, de débattre, d’émettreune opinion ou une idée. En exerçant cette liberté d’expression, le lecteur converse avec les autres. C’esten cela que le lien social est entretenu. On comprend alors que toutes les étapes sont nécessaires et vitalesà la survie de l’information. Une information ne peut être qualitative que si elle englobe la totalité de cesaspects : Les faits, les opinions et la conversation. Ces trois étapes sont indissociables les unes des autres,sans l’une d’entre elles, les autres sont soit compromises soit complètement impossibles.Une fois ce constat établi et l’importance du journaliste dans le bon fonctionnement de ce triptyque del’information avérée, nos préconisations deviennent donc évidentes. Notre objectif est bien de créer unmodèle de fonctionnement et une organisation qui permettront à ces trois notions de cohabiter et de secompléter parfaitement au sein d’un même site d’information. Soit : comment fournir au lecteur, un lieuqui lui permette de retrouver les faits, les opinions et la conversation, le tout développé de manière à leurrendre leur objectif original : créer un lien social autour d’une information de qualité. Alors que nous 59
  • avons vu la nécessaire présence du journaliste au centre de ce triptyque qualitatif de l’information, il estimportant de rappeler que l’internaute ne doit pas être considéré comme une menace pour la profession,mais plutôt comme un outil aujourd’hui indispensable à la chaîne de construction de l’information. Il peutintervenir à plusieurs étapes, être d’une aide précieuse pour le journaliste, est à la base de l’altérité maisdoit, toujours, être en lien avec le journaliste. Ce lien est non seulement nécessaire à la crédibilité du jour-nalisme, à la reprise de confiance des internautes en cette profession, mais aussi et surtout, à nos troisétapes complémentaires de l’information. II. LE TRIPTYQUE DE L’INFORMATION :Nous l’avons vu, il existe désormais de nombreux sites qui tentent, créent et essaient de proposer un nou-veau modèle d’information. Tous recherchent la meilleure manière d’informer leur public, et donc del’intéresser. Nous verrons ici que toutes ces innovations, bien que porteuses d’espoir, ne peuvent plus sesuffire à elles mêmes. Aujourd’hui la qualité redevient l’une des principales préoccupations des lecteurs,comme des rédactions, et cette qualité ne peut être atteinte qu’en combinant les multiples formes que peutaujourd’hui prendre l’information. Il s’agit de la faire vivre, de la faire rebondir, entre ses différents ac-teurs mais aussi entre ses différentes expressions et utilisations. Il est important d’associer ces diversesdéclinaisons, de les lier entre elles, chacune ajoutant une valeur supplémentaire à l’autre. Elles doiventdevenir indissociables, se compléter parfaitement, de la même manière que le journaliste doit accepter quel’internaute complète son travail. Toutes ces déclinaisons de l’information répondent à l’une des trois 60
  • étapes indispensables de l’information : les faits, les opinions et la conversation. Ainsi, nous détailleronsici les différents modèles que l’on souhaite intégrer à notre site d’information, et ce, en reprenant chaqueétape une par une. A. LES FAITS :Les faits représentent la notion la plus pure, la plus simple de l’information. Sans les faits, on ne peutfournir une information, c’est bien la base de toute actualité. “Les faits, pas les commentaires” est un pré-cepte qui a longtemps dicté la conduite du journaliste dans son exercice de la profession. Il n’est plusréellement applicable et ne représente plus vraiment l’attente des citoyens vis à vis de l’information, maisil est évident que les commentaires ne sont envisageables que si les faits sont sûrs et communiqués defaçon claires et précises à l’internaute. Première notion établie dans notre triptyque de l’information, lesfaits peuvent intervenir à plusieurs étapes et sous plusieurs formes lors de la construction d’un sited’actualité. a) LA SOURCE :Nous l’avons vu, l’information qui circule sur internet provient bien souvent des médias traditionnels,ayant un accès facilité aux sources officielles. De temps en temps, il arrive que l’information soit lancéesur un réseau social, par des internautes ayant été témoins d’un événement. Ce fut le cas récemment pourla révolution Tunisienne, la crise grecque... L’une des premières fois que l’on a réellement entendu parlerde ce que l’on appelle aujourd’hui le journalisme citoyen, ce fut lorsqu’un homme pris en photol’amerrissage de l’airbus dans la baie de l’Hudson, en janvier 2009. Les photos, que celui ci avait direc-tement envoyé sur Twitter, ont non seulement été reprises par tous les médias pour illustrer leur sujet,mais ce fut aussi l’une des premières sources d’information sur l’événement. Ainsi, on comprend que lesinternautes peuvent aussi jouer un rôle d’alerte, à la manière des correspondants de presse, lorsqu’ils sonttémoins d’un événement. Hors, partant de ce constat, on ne peut pour autant considérer que les journa-listes puissent être supplantés par ces fils Twitter. D’une part parce que les informations peuvent aussi yêtre erronées, d’autre part, parce que l’afflux permanent d’informations qui circulent sur Twitter ne peutpermettre à l’internaute de s’y retrouver et d’effectuer une hiérarchisation de l’information par lui même.Il n’en a ni le temps, ni l’envie et se sentira rapidement submergé.Dans les deux cas de figure cités ici, le journaliste doit tenir un rôle majeur. De la même façon qu’il uti-lise les déclarations officielles, les communiqués de presse ou ses propres observations pour construire 61
  • ses sujets, il doit être capable d’effectuer le même travail sur les informations obtenues par les internautes,via n’importe quel canal de communication. Ainsi, de la même manière qu’il existe des correspondantslocaux, chargés de faire remonter l’information d’une ville, d’une commune... vers la rédaction, il seraitintéressant de mettre en place un système de “correspondant réseaux sociaux”. Cette fonction, en pleineexpansion aux Etats-Unis, permettrait non seulement d’être au fait des informations qui circulent sur in-ternet et témoignent de ce qui se passe dans le monde, en temps réel ; mais aussi d’effectuer un tri, unehiérarchie professionnelle dans un monde d’information permanente. Il est important d’identifier un jour-naliste en charge de cette curation. b) LA VERIFICATION :Nous avons établi plus haut que la vérification des faits est une étape indispensable à la livraison d’uneinformation de qualité. Il s’agit de l’une des bases journalistiques, sans laquelle l’information ne peut êtreprise avec sérieux. Il incombe directement au journaliste d’établir ce travail de vérification, et ce, notam-ment en recoupant les informations recueillies auprès de ses différentes sources. Si l’on admet quel’internaute est l’une de ces sources, le projet du monde interactif les décodeurs prend alors tout son sens.L’idée d’effectuer un travail de recherche en complète collaboration avec l’internaute est intéressant icipour plusieurs raisons : D’une part, il s’agit d’admettre que le citoyen peut apporter son aide, ses connais-sances sur un sujet afin d’aider le journaliste en charge du dossier; c’est aussi accepter qu’un travail devérification ne peut se faire sans le journaliste, laissant l’internaute travailler en complète autonomie. Deplus, la transparence qu’apporte ce type de projet est extrêmement bénéfique à la reprise de confiance dela population envers la profession de journaliste. Enfin, il s’agit de déléguer une tâche souvent fastidieuse,longue, à un moment où le temps est devenu un réel problème pour la profession. Si l’internaute et larapidité d’action intrinsèque à internet peuvent venir soutenir le travail journalistique, alors, ce type defonctionnement ne peut être que bénéfique. Contrairement à la version actuelle de ce type de travail, il estimportant selon moi que le travail de vérification soit directement intégré au site, et non lié à un blog in-dépendant. Ce travail de vérification ne peut être utile que s’il est directement lié aux différents traite-ments proposés sur la même information. Ainsi, si l’on prend l’exemple des déclarations publiques, tellesqu’elles sont vérifiées sur le site, la contribution de l’internaute doit être demandé chaque fois qu’un ar-ticle est basé sur une déclaration incertaine, une annonce suspecte. Chaque journaliste doit être capable defaire appel aux citoyens pour l’aider à vérifier la dite déclaration avant même de rédiger son article. Il estbien plus bénéfique que ce soit le journaliste concerné qui en fasse la demande et non un journaliste déta-ché pour ce type de travail, puisque le suivi de la recherche ne pourra en être que plus effectif et permetde mettre en place un réel échange entre le journaliste et ses lecteurs. Cette recherche collaborative doit 62
  • être directement publiée aux côtés de l’article en question, dans un encadré spécifique par exemple, carelle apporte un complément d’information, une sorte de making-off utile à la compréhension du texte quien émergera. De plus, si chaque membre de la rédaction n’est pas impliqué et totalement intégré à cefonctionnement, son intérêt ne sera que mal interprété par le journaliste et son utilité en sera donc amoin-drie. Il en est de même pour les enquêtes. c) LES DONNEES :Nous l’avons vu, l’une des prospectives d’internet à notre époque est le data-journalisme, ou fournir unebanque de données brutes à l’internaute. L’idée est simple, fournir des faits bruts permet à l’internauted’être informé tout en poussant à son paroxysme la neutralité que l’on exige très souvent des journalistes.Hors nous nous sommes rendu compte que la neutralité n’est pas la principale qualité de l’information,d’autant moins sur internet alors que le citoyen est à la recherche d’une information et d’une opinion, letout étant complémentaire. Le Data-journalisme c’est aussi l’art et la manière de rendre visuelle une in-formation qui ne l’est pas naturellement. De faciliter la compréhension du lecteur en créant des gra-phiques, des infographies représentatives de l’information. Hors la compréhension va de pair avec le con-texte de l’information et il est évident que les faits ne peuvent se suffire à eux mêmes. Ils complètent, euxaussi, un travail de rédaction, de recherche, de vérification, de mise en perspective de l’information. Rienne sert, nous le rappelons, d’exprimer des mots si ceux-ci ne sont pas intégrés à une phrase construite. Ilen est de même pour les données qui n’ont que peu de signification lorsqu’elles sont séparées d’une in-formation construite. Il est alors important de laisser la possibilité au lecteur de retrouver plus de préci-sions sur les faits qui ont menés à un article en consultant la base de données mise à sa disposition. Elleaussi doit donc être directement mise en avant sur la page de l’information. 63
  • B. LES OPINIONS :Les faits sont primordiaux, c’est une évidence, mais ils doivent aujourd’hui être accompagnés des com-mentaires. On ne saurait les dissocier l’un de l’autre, au risque de supprimer la valeur sociale del’information. Internet est le symbole de la liberté d’expression et celle-ci passe irrémédiablement parl’opinion. L’internaute a donc besoin d’exprimer ses opinions, ses observations sur un sujet et d’en dé-battre. Le journaliste a le devoir de proposer une information altérée qui permette ce débat, qui pousse àl’émergence d’opinions diverses et variées. En complément des faits, et seulement en complément, lesopinions peuvent donc être apportées par le journaliste lui même, ou se reposer sur l’intervention desblogueurs et des internautes. Plusieurs possibilités de traitement de cette opinion sont possibles. a) LE BILLET/ LE POST :L’initiative des médias traditionnels de s’associer aux blogueurs influents sur la toile est l’une des formesque peut aujourd’hui prendre l’information altérée. Il s’agit en effet d’apporter le point de vue d’une per-sonnalité reconnue soit pour son expertise, soit pour son sérieux, soit pour la qualité de ses réflexions.Déjà appréciés des internautes, ces blogueurs ont l’avantage de pouvoir traiter subjectivement d’une in-formation et de donner une opinion sur un sujet. Hors, mon avis est que la sélection n’est pas suffisante àl’heure actuelle. Bien que le site d’information permette une première mise en avant des blogs affiliés enproposant un espace dédié à cette sélection, le choix de blogs vis à vis de leur simple ligne éditoriale n’estselon moi que trop légère. En effet, le lecteur a ainsi une sélection de blogs sur lesquels se rendre, maisdans quel but ? En complément d’information, sur quel sujet ? Bien que cette sélection permette la décou-verte de nouveaux blogs, tous pertinents, elle ne facilite que trop peu la recherche d’information. Horsc’est bien dans ce cadre là que le journalisme est nécessaire. Ainsi, il me semble plus opportun d’ajouterune sélection de liens vers des posts, des billets, en lien direct avec le sujet. Le journaliste conseille alorsl’internaute, le dirige vers un complément d’information. On peut aussi imaginer un transfert des billetsdirectement sur la page, en emportant le post sur la page de notre site d’information.Cette association doit se réaliser après un véritable travail de recherche des billets les plus pertinents surle sujet. Le journaliste doit faire un choix, une sélection. Il joue alors pleinement son rôle de curator enorientant le lecteur vers une information qui lui semble compléter la sienne, offrir une ouverture à sonarticle, une opinion intéressante... Ce fonctionnement permet aussi à l’internaute de découvrir des blo-gueurs différents, suivants la pertinence qu’ils apportent aux divers sujets traités. C’est aussi l’occasionpour le journaliste d’identifier au fur et à mesure les blogueurs qui correspondent le plus à leur travail, 64
  • avec qui ils envisagent de travailler à long terme. On peut alors imaginer que les deux parties puissent seconsulter sur un sujet, le journaliste traitera alors des faits, des dossiers, des interviews...et le blogueurfournira lui un contenu moins officiel, plus ancré sur sa vision, ses connaissances personnelles du sujets.Une telle collaboration est réellement envisageable, étant bénéfique aux deux parties. Mais c’est aussi uneaubaine pour le lecteur, à qui l’on permet alors d’accéder à une information complète, détaillée et déclinéequi lui facilite ainsi la réflexion et l’emmène plus facilement à participer. b) LE COMMENTAIRE :Bien sûr, l’expression de l’opinion publique est très largement favorisée par la possibilité pour les inter-nautes de réagir à un article, à une information. Nous le voyons, les sites d’information traditionnelscomptabilisent des milliers de commentaires, parfois, sur un même article. La participation y est effective,chacun ayant une opinion sur le sujet et souhaitant prendre part au débat. Conversant entre eux, les inter-nautes affirment leur liberté d’expression et soulèvent de nouvelles problématiques, bien souvent intéres-santes. Le problème étant que cette participation n’est pas utile à l’information en l’état actuel des choses.Ces commentaires, dans leur fonctionnement présent répondent au seul besoin d’expression des inter-nautes, mais leur participation n’est pas réelle. En effet, bien qu’un grand nombre de citoyens se prennentau jeu du commentaire, ceux ci ne seraient réellement utiles que si un journaliste contribuait lui aussi àcette participation et qu’il transformait le principe du commentaire en un réel échange autour del’actualité. Nous avons constaté que les journalistes étaient bien trop peu à prendre part à cette mouvance,et cette absence est très regrettable. Si chaque journaliste prenait conscience de l’importance de leur parti-cipation aux commentaires des internautes, l’information n’en serait que plus qualitative. En effet, onobserve que beaucoup de commentaires permettent en fait de soulever d’autres problématiques, liées ausujet, sur lequel l’internaute s’interroge ; le journaliste doit impérativement répondre à ce type de com-mentaires, ceci permettant d’approfondir un sujet. D’autres réagissent, s’insurgent ou corrigent les éven-tuelles erreurs faites par le journaliste dans son sujet ; c’est ici l’occasion pour ce dernier d’expliquer seschoix, de rectifier son erreur s’il s’avère qu’il ait eu tord, de relancer le débat... Le journaliste se placealors dans un rôle d’animateur de l’information. Au même titre que le journaliste radio répond aux audi-teurs qui appellent, le journaliste web doit aussi intégrer cette pratique à sa profession. A l’instar du microtrottoir par exemple et du Journaliste télé, pour qui il est impensable de laisser le débat se dérouler sansson intervention (il interroge, il relance, il réagit). Considérons ici que le commentaire est au web ce quele micro-trottoir est à la télé : Une source supplémentaire d’information, un moyen d’illustrer ses proposainsi qu’une véritable occasion d’élargir le débat. J’insisterais donc sur ce point, il est selon moi impen-sable que le journaliste web n’est toujours pas assimilé cette nécessité. De plus, le journaliste qui suit son 65
  • sujet jusqu’au bout a, par là même, l’occasion de regagner la confiance de son lecteur, d’entretenir uneréelle relation journaliste/lecteur, primordiale de nos jours. c) L’ENQUETE :En analysant le contenu des enquêtes collaboratives menées par Mediapart, on se rend bien compte que lerésultat n’est pas forcément celui escompté. Les participations ne sont basées pour la plupart que sur uneexpérience très personnelle, offrant un résultat plus proche du sondage que de la réelle enquête. Ainsi, ilest impossible de fournir une information de qualité en proposant ce seul contenu, au risque de ne pasapporter les trois étapes indispensables de l’information. En revanche, le fonctionnement est intéressanten ce sens qu’il permet d’ajouter des informations complémentaires aux faits initiaux. C’est aussi un bonmoyen d’emmener le lecteur à s’interroger sur des problématiques connexes, d’envisager les faits autre-ment. Ainsi, il me semble que là aussi il est important d’intégrer cette fonctionnalité aux autres. Cettedéclinaison n’a selon moi aucun intérêt lorsqu’elle est isolée. Au contraire, elle complète un travail deréflexion, en y apportant des éléments supplémentaires, mais toujours en lien avec le sujet traité. Il estpossible d’aller plus loin au sein de la réflexion en emmenant les lecteurs à s’interroger sur les circons-tances, par exemple, mais c’est aussi l’occasion de traiter le sujet sous un angle différent, tout aussi inté-ressant mais auquel nous n’aurions pu attribuer le temps nécessaire. Ici aussi, le journaliste doit être enlien permanent avec les internautes. Il ne s’agit en aucun cas de lancer une réflexion pour la laisser évo-luer seule, sans aucune intervention de sa part : Le journaliste souhaite aborder un sujet complémentaireavec ses lecteurs, il les mobilise afin de réfléchir ensemble et de converser sur le sujet. Il est importantque le journaliste réponde, réagisse, s’enrichisse des différentes interventions des lecteurs. L’enquêtecollaborative pourrait tout aussi bien mener à un nouveau sujet, le journaliste doit être à l’écoute et fournirdes précisions au fur et à mesure de l’évolution du projet.  Vérifications  Posts de blogs  Data journa-  Commentaires lisme LINFORMATION Article  Enquêtes col- Angle choisit laborative LES FAITS LES OPINIONS 66
  • C. LA CONVERSATIONL’aspect conversationnel de l’information est non seulement sa finalité mais aussi le moyen d’y parvenir.De nos jours, il est impossible de parvenir à une information de qualité sur internet si on ne prend pas encompte l’aspect transversal qu’il permet et qui en est même devenu le processus obligatoire. a) PRINCIPE :Nous l’aurons compris, un journaliste ne peut travailler sur internet s’il n’assimile pas cette nouvelle ap-proche du lecteur. Il est primordial qu’il comprenne que désormais, le lecteur n’est plus une entité loin-taine mais bien une personne qui lit et interagit à ses articles. La présence de ce lecteur doit être prise encompte dans la chaîne de fabrication de l’information. Son intervention permet de faire vivrel’information, d’ajouter des éléments de réflexion qui la fassent évoluer. Tout au long des différents itemsdéfinit ci-dessus, nous avons établi un constat primordial : Chacune de ses applications de l’informationne peuvent être menées à bien que si le journaliste reste perpétuellement à l’écoute. Dans le cas contraire,elles ne sont d’aucune utilité véritable, si ce n’est d’offrir une illusion à son lecteur. On ne trompe paslongtemps un lecteur et sa vision n’en sera que plus détériorée vis à vis de notre média et des journalistes,au risque d’enterrer définitivement la profession à un moment où elle devrait au contraire démontrer sanécessité. Le journaliste doit se souvenir que son métier est d’intérêt public, nécessaire à la population. Ence sens, puisqu’il est au service de la population, il doit aussi être à son écoute, de la même manière quelui est écouté. L’information n’est plus un discours, un long monologue, mais bien une conversation, unéchange autour des événements qui transforment chaque jour le monde. Ainsi, alors que l’informationdoit être déclinée en trois temps, ses acteurs aussi doivent se considérer au nombre de trois, échangeantperpétuellement afin d’enrichir et d’ajouter une valeur supplémentaire aux faits. 67
  • Il est impossible de donner de plus amples détails sur cet item, étant plutôt un rappel du comportement àadopter pour s’assurer que le journaliste fournisse une information de qualité. Il s’agirait plutôt d’un pré-cepte à ajouter aujourd’hui dans la charte des devoirs du journaliste. b) SPECIMEN :Ainsi, bien que les nouvelles tentatives qui fleurissent aujourd’hui sur la Toile soient toutes de grandequalité et très innovantes, alliant pour la plupart les préceptes d’un journalisme professionnel aux possibi-lités offertes désormais par internet, elles me paraissent incomplètes, puisque isolées. La qualité journalis-tique tient, selon moi, à la complémentarité de tous ces procédés. Pour fournir une information complèteet qualitative, le journaliste doit permettre à l’internaute d’accéder à l’ensemble des données récoltées etsélectionnées pour valoriser cette information.Ainsi, si l’on suit cette logique, le lecteur doit pouvoir cliquer sur un sujet qui apparaît en page d’accueildu site d’actualité et accéder à une page qui traite l’information sous toutes ses formes, de manière com-plémentaire. Un article ne doit pas être séparé des données qui permettent sa compréhension, des com-mentaires, blogs ou enquêtes qui le complète… Cette page pourrait se présenter de la sorte : 68
  • 69
  • CONCLUSION Depuis les débuts de la profession, le journalisme n’a eu de cesse de s’organiser, de se structureret d’évoluer. Avec les évolutions technologiques qui ont rythmées chaque époque, il s’est adapté,construit, utilisant les nouveaux outils qui lui étaient fournis pour faciliter ou améliorer son travail. Ce futle cas avec l’avènement de la presse cylindrique, l’invention de la radio, l’apparition des premièresimages, de la couleur, du son, du numérique... Chaque fois, ces innovations ont fasciné, emportant avecelles les foules et gagnant l’opinion publique avec toujours plus de rapidité. De la même manière,internet se présente lui aussi comme un nouvel outil. Ayant très vite gagné les faveurs du public, ilconnaît une expansion et une évolution plus rapide encore que tout autre média avant lui. Pourtant, loin detout détruire sur son passage, il faudra apprendre à l’apprivoiser, l’utiliser afin qu’il réponde aux besoinsjournalistiques.De son côté, l’internaute a acquis de nouveaux réflexes, de nouvelles normes. Pourtant, il n’est pasdevenu en tout point différent et bien que l’époque ait indubitablement fait évoluer ses codes deconsommation, il reste un citoyen en recherche d’information, en soif de connaissances ; La qualitén’étant en aucun cas devenue une préoccupation secondaire, bien au contraire. Cette qualité, nous l’avonsétablie selon plusieurs principes : Le triptyque de l’information, liant les faits aux opinions pourparvenir à la conversation ; La complémentarité des nouveaux modèles d’information, entre principesfondamentaux et innovations ; La nécessaire collaboration entre journalistes, blogueurs etinternautes et bien sûr, l’équilibre de ces principes. C’est à cet équilibre, cette complémentarité, auqueldoit aujourd’hui répondre le traitement idéal de l’information.Le journaliste, loin de perdre son rôle d’informateur est au contraire arrivé à une période charnière pour laprofession : L’occasion lui est offerte de réaffirmer sa nécessité. Dans un monde de surinformation, il estprimordial que le journaliste intervienne. Son métier, bien qu’utilisant les qualités et les contraintes d’unnouveau support, doit toujours répondre aux mêmes objectifs de tri, de sélection, de clarification et decontextualisation de l’information. Les missions du journaliste sont inchangées, seuls les moyens d’yparvenir diffèrent désormais. Il lui faudra adapter sa manière de travailler sans pour autant remettre enquestion les fondamentaux de la profession, toujours valables aujourd’hui. Il lui est même nécessaire derevenir à ces bases, de se souvenir de ce qui a fait le succès du journalisme et l’importance de sa placedans la société pour enfin parvenir à se repositionner au centre de la chaîne de l’information. 70
  • Nous l’avons vu, la participation de l’internaute est un principe désormais acquis. On ne peut revenir surce fonctionnement qui est aujourd’hui indubitablement lié à celui d’internet et par là même, de notresociété. C’est un fait, le citoyen participe désormais à la construction de son information. La questionn’est plus de savoir si il faut ou non permettre cette « intrusion » mais plutôt comment l’utiliser demanière à ce qu’elle se rende utile au fonctionnement du journalisme.Selon moi et pour tenter d’apporter une réponse à la problématique exposée ici, l’intervention del’internaute dans le processus d’information n’est ni favorable, ni contraire à la diffusion d’uneinformation de qualité. Qu’elle penche soit d’un côté, soit de l’autre, est inéluctablement lié à l’utilisationqui en est faite. Alors que ma première approche était de me demander si oui ou non nous devionspermettre cette participation, et dans quelles mesures ; la construction de ce mémoire m’a permisd’appréhender le problème différemment. Aujourd’hui, il me semble plus approprié de réfléchir aupositionnement que doit adopter le journaliste face à cette nouveauté et à la valeur de traitement qu’il yapportera.C’est pour cette raison que mes préconisations se sont naturellement déplacées pour répondre à uneproblématique on ne peut plus actuelle : Quel traitement de l’information doit on mettre en place afind’associer qualitativement, et le professionnalisme du journaliste, et l’aide précieuse que peutreprésenter l’intervention de l’internaute dans le fonctionnement d’un média d’information web?La réponse qui me semble être la plus appropriée aujourd’hui est qu’il est nécessaire d’associer lesdiverses innovations aujourd’hui proposées sur internet. Chacun ayant une opinion sur le sujet, chacun yapportant sa propre solution mais aucun n’a encore réalisé de proposition véritablement complète.Consciente qu’il ne s’agit pas là d’innovations, je pense tout de même apporter une valeur supplémentaireà l’information en proposant un modèle de site fédérant toutes les étapes nécessaires à l’optimisation de saqualité. La nouveauté de ce mémoire résidant peut-être dans le simple fait d’admettre qu’il existe desidées innovantes, créatives et intelligentes, qui une fois ensembles et intégrées au fonctionnement dujournalisme, dessinent enfin une information véritablement complète et construite.Le second volet de mes déductions repose sur le rôle du journaliste et la nécessité qui est la sienne dereprendre le contrôle sur sa profession. Il ne tient qu’à lui de redevenir un acteur actif dans le processusd’information. Il est primordial, pour cela, qu’il ne renonce pas à la place qu’il occupe mais prenneconscience qu’il doit s’imposer dans la conversation menée sur internet autour de l’information. Je pense 71
  • en effet que malgré les efforts, malgré les tentatives indéniables de certains journalistes, il s’agitmalheureusement d’une minorité. La profession semble avoir perdu espoir, le journaliste n’est plusconvaincu, il n’est plus certain de l’avenir de son métier. C’est cette démission, cette passivité qui selonmoi est à la base des maux du journalisme. Par extension, le journaliste étant initialement chargé detransmettre le reflet de la société, peut-on penser qu’il se fait désormais lui-même le reflet d’une sociétéen perte de repères, en perte d’espoir ? 72
  • SOURCESBIBLIOGRAPHIE :LES MEDIAS ET NOUS,François Jost,Editions Bréal, 2010VOUS DIRE LA VERITE, INITIATIVE POUR UN JOURNALISME ETHIQUE,Aidan WhiteFédération internationale des journalistes, Victoires éditions, 2010MEDIAS, LA FAILLITE D’UN CONTRE POUVOIRPhilippe Merlant et Luc ChatelEditions Fayard, 2009LA REVOLUTION DU NUMERIQUE - GLOSSAIRE,Eric Sherer,Dalloz, 2009LA FABRICATION DE L’INFORMATION, LES JOURNALISTES ET L’IDEOLOGIE DE LA COMMUNICATION,Florence Aubenas et Michel Benasayag,Editions La découverte, 1999LA LIBERTE DE LA PRESSE,Christine OckrentLes essentiels Milan, 1997UNE HISTOIRE DES MEDIAS - DES ORIGINES A NOS JOURS,Jeanneney Jean-Noël,Seuil, 1996 73
  • REVUES :LE DIGITAL AU CHEVET DE L’IMPRIME, MARKETING N° 142, SEPTEMBRE 2010Enquête : Des habitudes de lectures en pleine mutationL’INFO EST ELLE PRETE POUR SA REVOLUTION ?, REGARDS SUR LE NUMERIQUE, JUILLET 2010Enquête : Quel avenir pour le journalisme ?QUE VAUT ENCORE L’INFORMATION ? CLES, FEVRIER-MARS 2011Débat : Bruno Patino, à la direction de France 5 et du pôle de stratégie numérique de France Télévision, et PierreHaski, co-fondateur de Rue 89, dressent le portrait du journalisme de demain.SITOGRAPHIE :SITES ET BLOGS DE MEDIAS :http://lefigaro.frhttp://marianne2.frhttp://liberation.frhttp://lexpress.frhttp://lesechos.frhttp://sites.radiofrance.frhttp://lemonde.frhttp://rue89.frhttp://owni.frhttp://arretsurimages.frhttp://mediapart.frhttp://agoravox.frhttp://slate.frhttp://lesdecodeurs.frhttp://lepost.fr 74
  • LES SITES D’ASSOCIATIONS ET DE SYNDICATS DE JOURNALISTES, D’OBSERVATOIRES ETD’ETUDES DES MEDIAS :HTTP://WWW.JOURNALISME.COMLe site des assises du journalisme (les différentes chartes déontologiques)HTTP://MEDIAWATCH.AFP.COML’observatoire des nouveaux médias de l’AFPHTTP://SNJ.FR/Syndicat national des journalistesHTTP://WWW.IFJ.ORG/FRFédération Internationale des JournalistesHTTP://WWW.CCIJP.NET/Commission de la Carte d’Identité des Journalistes ProfessionnelsLES BLOGS ET SITES INFORMELS EXPERTS :HTTP://WWW.INTERNETACTU.NETHTTP://WWW.MINUTEBUZZ.COMHTTP://WWW.LESMOTSONTUNSENS.COM/HTTP://BLOG.SLATE.FR/LABO-JOURNALISME-SCIENCES-PO/HTTP://CITIZENL.FRENTRETIENS :JOËL AUBERTDirecteur de Publication d’Aqui!THIERRY GUILLEMOT,Rédacteur en Chef de TV7 BordeauxLAURENT FRANÇOIS,Responsable Marketing et Développement du groupe l’Express RoulartaGRAND DEBAT ORGANISE PAR CAMPUS CHARTRONS ET LE CLUB DE LA PRESSE« Journalistes, mode d’emploi » 75
  • ANNEXESINTERVIEW DE JOËL AUBERTCHARTES DES DEVOIRS PROFESSIONNELS DES JOURNALISTES FRANÇAISCHARTE DES DEVOIRS ET DES DROITS DES JOURNALISTESDECLARATION DE PRINCIPE DE LA FIJ SUR LA CONDUITE DES JOURNALISTESEXEMPLE DE CHARTE DEONTOLOGIQUE DE L’EXPRESS 76
  • INTERVIEW DE JOËL AUBERTDirecteur de publication d’Aqui.fr, journal régional diffusé sur internet. Anciennement rédacteuren chef de Sud ouest pendant 16 ans, ce journaliste de cœur et de métier a su évoluer avec son temps. Il nous livre ici ses impressions sur le métier et ses évolutions…Définition et expérience de la pratique du journalisme…Pour vous, qu’est réellement une information de qualité ?Le journalisme, ou l’information de qualité, découle d’un travail d’enquête. Une enquête pour rendrecompte de la réalité des faits passés, que vous aurez essayé de reconstituer ; présents, dont vous êtestémoins et dont vous allez essayer de rendre compte avec votre œil, votre subjectivité, mais en tout casavec votre honnêteté fondamentale par rapports aux événements et aux témoignages obtenus.Il s’agit donc de répondre à un certain nombre de critères, dont les plus importants seraient, en monsens : le respect des faits et la diversité des sources. La diversité des sources permet d’obtenir une in-formation plus fiable. Il s’agit de ne pas tomber dans le piège d’une manipulation dont vous pouvez fairel’objet.Mais l’information de qualité, c’est aussi conserver une déontologie, un respect vis-à-vis des personnes.Le rôle d’un journaliste est de rendre compte, sans juger une personne sur ses actes. Nous ne sommespas des juges. Nous nous devons de distinguer les faits de ceux qui les ont commis. Le journaliste n’a pasà changer de métier, il y a des juges pour juger et des journalistes pour dire.Pourquoi cette mutation de supports entre Sud Ouest (le papier) et Aqui.fr (le net) ?Pour faire très simple : Au départ, nous avons fait le choix de diffuser notre journal à travers les nouvellesmessageries de la presse parisienne, les NMPP, cest-à-dire des réseaux de diffusion, de distribution, dontla fiabilité est extrêmement aléatoire. Nous nous sommes heurtés à de gros problèmes de diffusion,surtout que moi je n’étais pas un magna de la presse mais un journaliste passionné qui continuait à es-sayer d’exercer son métier… Nous avons donc décidé d’arrêter avant la catastrophe absolue. Et puis aubout d’un an de réflexion, d’étude et de tergiversation j’ai rencontré un gentil informaticien qui cherchaità travailler avec les médias. Après avoir longuement discuté, il m’a dit « ben voilà Joël, tu pourrais êtremon labo de recherche développement ». A un âge ou normalement on prend sa retraite, l’idée qu’onme dise « tu va devenir mon labo de recherche développement » ca me plaisait bien. Pour être vivant,on a besoin d’un brin de coquetterie… je suis donc devenu labo de recherche développement de moninformaticien qui a mis en place une préfiguration du site. Dés le départ, à la création du journal papierAqui!, des amis me disaient « Joël, tu devrais aller sur le net » seulement je n’avais pas travaillé un peuplus de 30 ans sur le papier sans qu’il en reste quelque chose qui s’accrochait à moi. Nous avons fran-chit le pas un an après et basculer sur internet. Ca fait 3 ans et demi. Comme la majorité des journauxinternet, qui sont gratuits, on a vécu et on vit actuellement sur une économie de survie. On va être aidé,soutenus, notamment par le fond international de la presse en ligne, et on est en train de bâtir un vraiprojet de développement. Parce qu’en fait le paradoxe de cette forme de presse c’est qu’alors même quela presse d’où je viens perd des lecteurs, la notre en gagne ! 77
  • Comment fonctionne la participation de l’internaute sur votre propre site d’information ?Effectivement on a volonté d’être participatifs, mais pour l’heure il s’agit surtout de réactions, de remon-tées du public vis-à-vis des articles que l’on propose. Plus ou moins importante suivant les sujetsd’ailleurs. Ce qui nous permet, d’une part, d’être attentif à ce qui ce passe et d’autre part, de faire vivrenotre journal. Mais aujourd’hui nous avons une architecture de site qui date et nous allons essayer dedévelopper et d’encourager cet aspect au travers de la nouvelle version. Mais on a une pratique chezAqui! que je défendrait bec et ongles, c’est la modération. Cest-à-dire la validation préalable !Les usages, les utilisations sont en train de changer extrêmement vite, nous allons essayer de suivre cettemutation, par exemple, on prépare une application pour mettre Aqui.fr à la disposition des utilisateursd’I-Phone. Ca paraît primordial lorsque l’on sait qu’au mois de juin de cette année l’application duMonde.fr a passé la barre des 9 millions de vues par rapport aux 48 millions de visites du monde.fr etc’est en croissance régulière de 20 à 30% ...Analyse d’un monde en mutationL’actualité au sens large, mais aussi de ces derniers jours, fait écho à une forte critique des journa-listes, comment l’expliquez vous ?Dans nos société contemporaine, les pouvoirs et les journalistes ont très souvent étaient accusé d’un trèsvieux compagnonnage. On les confond souvent d’ailleurs, on dit « les élites politico-médiatiques », j’aientendu ça mille fois… les journalistes politiques du mundio parisien savent à peu près tout de la vie in-time de nos hommes politiques. Je vais jusque là pour dire que cette proximité a concourue à une critiqueassez radicale du citoyen. Un manque de confiance donc. Et là dessus arrive un outil, alternatif, qui per-met de dire des choses, et de les dire sans passer par le canal d’un journaliste installé… nous ne sommesplus la voix divine par laquelle passe toute les vérités. Rupert Murdock dit « il faut que l’on descende denotre olympe, nous ne somme plus la figure divine d’où descend la parole de l’oracle » et dieu sait queMurdock n’est pas ma tasse de thé, mais il l’a quand même conçue devant ses éditeurs en disant « crève,Il faut qu’on change». Et bien je pense que la profession que je représente est un peu victime, parfois, dece concubinage. Mais, l’arrivée du net, l’ouverture, ce qu’il a permis, en effet, soulève la question en di-sant « est ce que l’on n’est pas aussi bon journaliste en disant ce que nous observons, en faisant partici-per les autres puisqu’on peut le faire, NOTRE vérité vaux bien LA LEUR »D’après vous, le journalisme a-t-il un avenir ?Pour moi le journalisme a un avenir, l’information, la vraie information a un avenir. Parmi tout ces boule-versements, parfois aux allures de Maelstrom, il faut revenir aux fondamentaux du métier. Cest-à-dire :« Je vais travailler pour informer le citoyen de la réalité des faits ». C’est une exigence qui a toujours étéau cœur de l’activité journalistique, depuis la déclaration des droits de l’homme jusqu’à la charte de Mu-nich de 1971…etc. Il y a un fil rouge au travers de l’histoire qui crée une obligation constante pour lejournaliste d’avoir à participer à la recherche de la vérité, au service de la démocratie.La démocratie et le journalisme sont-ils toujours indissociable ?Oui ! C’est une vérité historique et qui prend d’autant plus de sens aujourd’hui. Nous sommes dans uneépoque de crise, de profonds bouleversements économiques. On voit qu’à l’heure de la mondialisation le 78
  • poids des états est décroissant face à celui de l’entreprise et des organisations financières ; donc le ci-toyen, sa part relative dans le système, devient de plus en plus faible en théorie : Il ne lui suffit plus devoter pour exprimer son opinion. La démocratie est une exigence quasi-permanente, il faut donc desespaces où les choses peuvent être dites, débattues. Le net est un outil qui permet aux gens de dire, defaire remontées des choses qui, autrement, ne remontraient jamais. Alors il y a un foisonnement. C’estune période de changement, il en est comme ça dans toutes les périodes de grandes mutations. Il y a desinitiatives qui vont survivre, d’autres qui ne survivront pas, mais en même temps, ils participent del’expression populaire et c’est une nécessité.Cet outil est un outil de grande ouverture, est une occasion de permettre à la démocratie de s’exprimer,d’approfondir les sujets. Il est important que le journaliste écoute mais il doit aussi être capable deprendre ou de ne pas prendre, de choisir. Donc de jouer son rôle de modérateur.Alors, cette phrase m’amène à vous demander, sommes-nous vraiment devenus « tous journalistes »comme on l’entend souvent au sein des débats actuels ?C’est un moment, un moment de notre histoire collective, le journalisme qui renaît aujourd’hui de sesvieilles cendres est porteur d’espoir. J’ai était vendredi dernier à la première réunion de la presse en ligneà paris, et ce que j’y observé m’a réellement fasciné. Cest-à-dire, des jeunes comme vous, des éditeursinconnus au bataillon qui surgissent de quelque part et qui disent « voilà ce que je fais et comment je lefais » et qui présentent des chartes éditoriales emplies d’une déontologie propre à racheter la confiancedu public. Cette situation nous oblige collectivement à réfléchir à notre métier, à la manière de le fairepleinement.Donc tous journalistes, non, parce que c’est un métier qui se construit, qui s’apprend. Alors journaliste,oui au sens de la démocratie au sens que ma vérité en vaut bien d’autres mais je crois en la forme, en« l’art du point virgule » : la maîtrise des mots mais aussi des genres journalistiques. Il y a des techniques,et ce ne s’apprend pas comme ca. Alors non, mais ce passage a le mérite de nous pousser à changer, àévoluer et ce n’est pas plus mal.Quels avantages pour la presse sur internet ?Internet est la réponse à un certain nombre de problèmes auxquels font face les médias aujourd’hui : lescoûts de production, la difficulté de rejoindre un lecteur dont les usages, habitudes sont en perpétuellemutations… Je crois qu’il y a des mutations importantes qui sont liées à la diversité des outils à disposi-tion du public, la presse écrite essai de s’adapter mais elle a pris du retard et elle aura beaucoup de mal àle rattraper. Une chose est certaine, Internet a permis de réveiller l’intérêt des lecteurs pourl’information.Regard sur les initiatives actuellesIl existe de plus en plus de « médias citoyens » sur le net, des sites comme Agoravox, LePost…en tantque journaliste, vous arrive-t-il de vous informer via ce type de journaux et qu’en pensez-vous ?Oui, il m’arrive de les lire. Je les lis pour me tenir au courant, l’avantage c’est qu’ils se renouvellent perpé-tuellement. Mais je butine, j’alterne entre l’actualité chaude de ces médias, plutôt dans le témoignage,l’information brute et des sources plus formelles, plus conséquente. Il me semble qu’ils sont tout à faitviables mais que l’on doit les associer à des médias de réflexion, plus profond, avec du recul. 79
  • Est-ce qu’ils représentent l’avenir du journalisme ?Non. Je pense qu’ils perdurerons, mais que même le lecteur a besoin de faire confiance à un journal pouraller plus loin dans sa compréhension des choses. Il y a un professionnalisme qui durera. Ces espacescohabiteront et c’est bien comme ca. Mais je ne suis pas sûr qu’il y ait un avenir au-delà de leur existencepropre, d’autant plus que je pense que souvent, ça finit par être un lecteur entre lui et lui. C’est sec, cane nous nourrit plus, on fait dans la subjectivité, on ne fait plus dans la réflexion analytique. Quelquesuns sortent du lot mais beaucoup sont répétitifs, donc je pense que ca s’usera c’est comme tout. Uneenquête ca ne se décrète pas, les enjeux sont très importants, on le voit bien avec l’exemple de Media-part sur l’affaire Bettancourt…Nous sommes dans l’excès aujourd’hui, dans l’émotion. Sans faire un demi-tour complet sur le compor-tement de notre société, il faudra que des médias mesurés émergent et se forgent une place.Lorsque l’on prend l’exemple des web documentaires, n’y a-t-il pas une substitution du lecteur aujournaliste, tout du moins dans la recherche de l’angle ?Oui, je crois que vous avez raison sur ce point, c’est une forme de facilité, c’est l’air du temps. Ce n’estplus un travail éditorial d’après moi c’est du marketing éditorial. Du marketing, on en a besoin ; sauf quec’est un outil de connaissance nécessaire à l’éditeur, pas aux journalistes. Maintenant, la question que jeme pose c’est : est ce que le lecteur est assez ouvert, assez éduqué pour faire le distinguo ?Pour finir, quel est votre sentiment vis-à-vis des initiatives tel que Spot.us, ou le lecteur mécène d’unjournalisme à la carte ?C’est un vrai débat ! Ma génération regarde ça avec une loupe binoculaire en disant « le monde à vrai-ment changé !» Ce fonctionnement ne prive pas, à priori, le journaliste de son esprit critique mais créeune relation quelque part tout à fait inversée : nous ne somme plus dans une relation de l’offre quis’intéresse à la demande, c’est une réponse à la demande. Nous somme dans une relation de dépen-dance, qui me permet suffisamment forte pour mériter au préalable de faire l’objet de Chartes drôle-ment costauds ! Il faut un garde fou. Ce n’est qu’à ce prix là que l’on pourra établir une relation équili-brée entre journaliste et lecteurs. Il reste que c’est le point le plus extrême aujourd’hui d’une démarchequi révolutionne complètement le métier, et la vision que l’on en a. 80
  • CHARTE DES DEVOIRS PROFESSIONNELS DES JOURNALISTES FRANÇAISCette charte a été adoptée en 1918 par le Syndicat national des journalistes, puis révisée et complétée enjanvier 1938 par le même syndicat. Aujourdhui, les autres syndicats sen réclament, comme dailleurs,implicitement tous les journalistes français.Un journaliste digne de ce nom prend la responsabilité de tous ses écrits, même anonymes;- tient la calomnie, les accusations sans preuves, laltération des documents, la déformation des faits, lemensonge, pour les plus graves fautes professionnelles ;- ne reconnaît que la juridiction de ses pairs, souveraine en matière dhonneur professionnel ;- naccepte que des missions compatibles avec la dignité professionnelle ;- sinterdit dinvoquer un titre ou une qualité imaginaires, duser de moyens déloyaux pour obtenir uneinformation ou surprendre la bonne foi de quiconque ;- ne touche pas dargent dans un service public ou une entreprise privée où sa qualité de journaliste, sesinfluences, ses relations seraient susceptibles dêtre exploitées ;- ne signe pas de son nom des articles de réclame commerciale ou financière ;- ne commet aucun plagiat, cite les confrères dont il reproduit un texte quelconque ;- ne sollicite pas la place dun confrère, ni ne provoque son renvoi en offrant de travailler à des conditionsinférieures ;- garde le secret professionnel ;- nuse pas de la liberté de la presse dans une intention intéressée ;- revendique la liberté de publier honnêtement ses informations ;- tient le scrupule et le souci de la justice pour des règles premières ;- ne confond pas son rôle avec celui du policier. 81
  • DECLARATION DES DEVOIRS ET DES DROITS DES JOURNALISTESCette déclaration a été rédigée et approuvée à Munich, les 24 et 25 novembre 1971. Elle a été adoptéedepuis par la Fédération internationale des journalistes (FIJ), par lOrganisation internationale des journa-listes (OIJ), et par la plupart des syndicats de journalistes dEurope.PréambuleLe droit à linformation, à la libre expression et à la critique est une des libertés fondamentales de toutêtre humain. De ce droit du public à connaître les faits et les opinions procède lensemble des devoirs etdes droits des journalistes. La responsabilité des journalistes vis-à-vis du public prime toute autre respon-sabilité, en particulier à légard de leurs employeurs et des pouvoirs publics. La mission dinformationcomporte nécessairement des limites que les journalistes eux-mêmes simposent spontanément. Tel estlobjet de la déclaration des devoirs formulée ici. Mais ces devoirs ne peuvent être effectivement respe tésdans lexercice de la profession de journaliste que si les conditions concrètes de lindépendance et de ladignité professionnelle sont réalisées. Tel est lobjet de la déclaration des droits qui suit.Déclaration des devoirsLes devoirs essentiels du journaliste dans la recherche, la rédaction et le commentaire des événementssont :1. Respecter la vérité, quelles quen puissent être les conséquences pour lui-même, et ce, en raison dudroit que le public a de connaître la vérité.2. Défendre la liberté de linformation, du commentaire et de la critique.3. Publier seulement les informations dont lorigine est connue ou dans le cas contraire les accompagnerdes réserves nécessaires; ne pas supprimer les informations essentielles et ne pas altérer les textes etdocuments.4. Ne pas user de méthodes déloyales pour obtenir des informations, des photographies et des documents.5. Sobliger à respecter la vie privée des personnes.6. Rectifier toute information publiée qui se révèle inexacte. 82
  • 7. Garder le secret professionnel et ne pas divulguer la source des informations obtenues confidentielle-ment.8. Sinterdire le plagiat, la calomnie, la diffamation et les accusations sans fondement, ainsi que de rece-voir un quelconque avantage en raison de la publication ou de la suppression dune information.9. Ne jamais confondre le métier de journaliste avec celui du publicitaire ou du propagandiste; naccepteraucune consigne, directe ou indirecte, des annonceurs.10. Refuser toute pression et naccepter de directive rédactionnelle que des responsables de la rédaction.Tout journaliste digne de ce nom se fait un devoir dobserver strictement les principes énoncés ci-dessus.Reconnaissant le droit en vigueur dans chaque pays, le journaliste naccepte en matière dhonneur profes-sionnel que la juridiction de ses pairs, à lexclusion de toute ingérence gouvernementale ou autre.Déclaration des droits1. Les journalistes revendiquent le libre accès à toutes les sources dinformation et le droit denquêter li-brement sur tous les faits qui conditionnent la vie publique. Le secret des affaires publiques ou privées nepeut en ce cas être opposé au journaliste que par exception et en vertu de motifs clairement exprimés.2. Le journaliste a le droit de refuser toute subordination qui serait contraire à la ligne générale de lorganedinformation auquel il collabore, telle quelle est déterminée par écrit dans son contrat dengagement, demême que toute subordination qui ne serait pas clairement impliquée par cette ligne générale.3. Le journaliste ne peut être contraint à accomplir un acte professionnel ou à exprimer une opinion quiserait contraire à sa conviction ou à sa conscience.4. Léquipe rédactionnelle doit être obligatoirement informée de toute décision importante de nature àaffecter la vie de lentreprise. Elle doit être au moins consultée, avant toute décision définitive, sur toutemesure intéressant la composition de la rédaction : embauche, licenciement, mutation et promotion desjournalistes.5. En considération de sa fonction et de ses responsabilités, le journaliste a droit non seulement au béné-fice des conventions collectives, mais aussi à un contrat personnel assurant la sécurité matérielle et moralede son travail ainsi quà une rémunération correspondant au rôle social qui est le sien, et suffisante pourgarantir son indépendance économique. 83
  • DECLARATION DE PRINCIPE DE LA FIJ SUR LA CONDUITE DES JOURNALISTESLa présente déclaration internationale précise les règles de conduite des journalistes dans la recherche, latransition, la diffusion et le commentaire des nouvelles et de linformation et dans la prescription des évé-nements.1. Respecter la vérité et le droit que le public a de la connaître constitue le devoir primordial du journa-liste.2. Conformément à ce devoir, le journaliste défendra, en tout temps, le double principe de la liberté derechercher et de publier honnêtement linformation, du commentaire et de la critique et le droit au com-mentaire équitable et à la critique loyale.3. Le journaliste ne rapportera que les faits dont il/elle connaît lorigine, ne supprimera pas les informa-tions essentielles et ne falsifiera pas de documents.4. Le journaliste nutilisera que des moyens équitables pour obtenir des informations, des photographies etdes documents.5. Le journaliste sefforcera par tous les moyens de rectifier toute information publiée et révélée inexacteet nuisible.6. Le journaliste gardera le secret professionnel concernant la source des informations obtenues confiden-tiellement.7. Le journaliste prendra garde aux risques dune discrimination propagée par les médias et fera son pos-sible pour éviter de faciliter une telle discrimination, fondée notamment sur la race, le sexe, les moeurssexuelles, la langue, la religion, les opinions politiques et autres et lorigine national ou sociale.8. Le journaliste considérera comme fautes professionnelles graves: le plagiat; la distorsion malveillante;la calomnie, la médisance, la diffamation, les accusations sans fondement; lacceptation dune quelconquegratification en raison de la publication dune information ou de sa suppression.9. Tout journaliste digne de ce nom se fait un devoir dobserver strictement les principes énoncés ci-dessus. Reconnaissant le droit connu de chaque pays, le journaliste nacceptera, en matière profession-nelle, que la juridiction de ses pairs, à lexclusion de tout intrusion gouvernementale ou autre."Adoptée au Congrès mondial de la FIJ en 1954. Amendée au Congrès mondial de 1986. 84
  • CHARTE SUR L’IDENTITE ET L’INDEPENDANCE DE L’EXPRESSEntre, d’une part, le Président du Directoire, Directeur de la rédaction de L’Express ; d’autre part, la So-ciété des Journalistes de L’ExpressPréambuleLa Société des Journalistes (S.D.J.) de L’Express, que composent les titulaires de la carte de presse sou-haitant y adhérer, a pour mission, en vertu de l’article 2 de ses statuts, de veiller au maintien de la « tradi-tion de qualité, d’indépendance et de liberté » à laquelle notre hebdomadaire doit l’essentiel de sa re-nommée. La rédaction se veut l’héritière et la dépositaire d’une exigence permanente de rigueur, de tolé-rance, de pluralisme, d’inventivité et d’engagement éclairé. Fidèles en cela au legs de leurs aînés, lesjournalistes de L’Express placent au dessus de tout le respect dû au lecteur, à son intelligence comme à sacuriosité. Ils considèrent que le succès n’a de meilleurs garants que la qualité du journal et l’indépendancede la rédaction. Sur l’identité et la vocation de L’ExpressL’Express est une œuvre collective. L’Express -News, Magazine, suppléments et site Web dans sa dimen-sion éditoriale- est et doit rester un journal d’information générale. Il s’assigne le devoir de fournir à unlarge public, et sous une forme attrayante, des informations fiables et approfondies. Il s’efforce de cou-vrir, au-delà des modes, un spectre très large de l’actualité et de l’activité humaine (politique, économie,étranger, santé, éducation, formation, vie sociale, services, sciences, culture, sports, loisirs, art de vivre,multimédia, etc). Dans tous ces domaines, L’Express se doit d’offrir à son lectorat, par le texte -reportages, enquêtes, analyses, commentaires, entretiens-, la photographie, l’infographie et la mise enpage, des clés de nature à l’aider à anticiper et à mieux saisir les élans et soubresauts du monde quil’entoure.Sur l’indépendanceL’indépendance rédactionnelle n’a de sens que si elle s’exerce sur un double registre.-D’une part vis-à-vis de tous les pouvoirs, politiques, économiques, philosophiques et spirituels. Cetteautonomie a un prix et ne peut s’accommoder de l’à-peu-près. La rédaction tient pour incompatible 85
  • l’exercice de responsabilités politiques partisanes et électives, à l’échelon national, régional ou départe-mental, et le statut de journaliste de L’Express. La préservation de l’indépendance suppose une extrêmevigilance envers toute démarche susceptible d’instaurer entre le journaliste et ses sources un rapport desoumission ou de gratitude (cadeaux, invitations et voyages de gratification). Les journalistes deL’Express doivent avoir le souci et les moyens de ne rien entreprendre qui ne soit dicté par le seul intérêtdu lecteur et de son information.-D’autre part vis-à-vis de l’actionnaire ou des actionnaires, dont l’intérêt ne saurait être durablement sau-vegardé en dehors du respect de cette indépendance. C’est au sein de la rédaction, sous l’autorité et laresponsabilité de la direction de la rédaction, que sont définis et mis en œuvre les choix relatifs au conte-nu du journal ainsi que sa ligne éditoriale. L’Express, dans sa version papier comme dans sa version enligne, demeure une entité autonome , dont l’évolution ne saurait être guidée ni infléchie par les intérêtsd’autres titres du groupe auquel il appartient, pas plus que par ceux des annonceurs (publicité commer-ciale et annonces classées). Ses collaborateurs apportent un soin particulier à éviter toute confusion entresle contenu rédactionnel et la communication publicitaire et promotionnelle. Ce principe vaut pour touteopération de partenariat ou de parrainage.Les auteurs restent, avec les chefs de service, la direction de la rédaction et le directeur de la publication,pleinement responsables de leurs écrits, à tous les stades de leur élaboration.Sur le devenir du journalL’Express est un organisme vivant. Ses journalistes sont ouverts au changement, pleinement conscientsdes impératifs de la concurrence et attentifs aux évolutions de la société dans laquelle ils évoluent. Con-vaincus de la nécessité de subordonner ces exigences aux valeurs mentionnées plus haut, ils se trouventassociés, notamment par le biais de leur instance élue, à la réflexion relative au devenir de L’Express etaux choix qui en découlent. Sur le rôle de la Société des Journalistes et de son Bureau Instance représen-tative élue, le Bureau de la S.D.J. a pour interlocuteur naturel et permanent la direction de la rédaction.Lorsqu’il le juge nécessaire, et dans le cadre défini par son mandat, la Bureau saisit le Directoire ou leConseil de surveillance.Confronté à un problème d’ordre déontologique, tout journaliste de L’Express est en droit de saisir leBureau de la S.D.J. afin qu’il l’examine, le soumette à la direction de la rédaction et, le cas échéant, con-sulte la rédaction de manière à suggérer une solution. La direction de la rédaction peut également saisir leBureau dans cette hypothèse. 86
  • Sur les modifications affectant la direction de la rédactionLa S.D.J. et ses représentants se déterminent, non en fonction des personnalités ou des équipes placées àla tête de la rédaction, mais en fonction des valeurs que celle-ci a pour mission de défendre. En cas dechangement à la tête de la rédaction, cette Charte sera soumise en termes identiques à toute nouvelle di-rection de la rédaction, afin qu’elle affirme solennellement son attachement aux principes énoncés ici.Sur les modifications affectant l’actionnariatTout nouvel actionnaire, majoritaire ou minoritaire, se verra de même soumettre cette Charte afin de ma-nifester explicitement son adhésion aux principes qu’elle affirme.Fait à Paris, le 30 juin 2000 Pour la Société desJournalistes, Le président, Vincent HugeuxDenis Jeambar,Président du DirectoireDirecteur de la rédaction 87