• Save
BlackBerry n'est pas mort !
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Like this? Share it with your network

Share

BlackBerry n'est pas mort !

on

  • 661 views

BlackBerry n'est pas mort. ...

BlackBerry n'est pas mort.

Les résultats sont catastrophiques, avec -35,1% de parts de marché sur 1 an, selon IDC, BlackBerry vient de sortir du Top 3 des vendeurs mondiaux d’OS pour Smartphones (1) et est désormais devancé par un flegmatique Windows 8.

Certes la situation de la firme canadienne semblait déjà moyennement engagée et ce bien avant la désormais célèbre prédiction de son CEO Thorsten Heins "In five years I don't think there'll be a reason to have a tablet anymore" (2), phrase en réalité sortie d’une partie de son contexte par les journalistes, mais il semblerait que BlackBerry ne soit pas forcément en train de foncer droit dans le mur.

En effet, au delà de l’annonce de son nouvel OS BB10, une vision à long terme du marché, construite autour de 2 axes stratégiques pertinents, semble donner beaucoup plus de crédit à l'hypothèse d'un retour en force des parts de marché BlackBerry.

1- Axe 1 : Le renforcement de sa position sur le marché du Mobile Device Management (MDM). Ainsi, le BlackBerry Entreprise Server (BES) évolue, "Secure Work Space" vient combler une brèche et permet dorénavant aux DSI de faire du BYOD (Bring Your Own Device) et ce sur de l'Android ou de l'iOS tout en continuant à s’appuyer sur un puissant module de sécurité. Certes les ventes de BlackBerry s’effondrent au 1er trimestre 2013, mais on ne change pas du jour au lendemain ni sa flotte de Smartphone entreprise ni son outil de gestion de flotte dédiée, qui plus est lorsque ces derniers répondent en tout points aux attentes de la DSI. Tout comme l’effet d’inertie joue en faveur de Windows sur le marché des OS en entreprise, il jouera en faveur des entreprises engagées avec BlackBerry.

2- Axe 2 : Le "Mobile Computing". Vision que le PDG de BlackBerry résume de la sorte : au lieu d'avoir un Smartphone à 600€ et une tablette à 600€, pourquoi ne pas avoir un Smartphone à 600€ et n devices périphériques "écrans" bien moins chers qui se contenteront d'afficher des informations "Powered" par un Smartphone… BlackBerry évidemment ! En effet, si la mésaventure de l’unique tablette BlackBerry « Playbook », n’a pas entrainé la faillite du groupe, elle semble avoir fortement incité les administrateurs de la firme à se poser la question de la pertinence pour les fabricants et utilisateurs du modèle « 1 device, 1 OS » (3) tel que proposé par Apple sur le haut de gamme et Android sur l’ensemble des gammes. BlackBerry propose ainsi avec son « Mobile Computing » une alternative séduisante au modèle classique, reste à voir comment et quand ce mobile computing va se matérialiser.

Loin de s'avouer vaincu, BlackBerry semble ainsi jouer, plus que jamais, la carte du marché des OS pour Smartphones corporate autour d'une véritable vision orientée utilisateur. Vision qui à également le mérite de ne pas être celle de ses deux premiers concurrents Apple et Android.

Reste donc à ju

Statistics

Views

Total Views
661
Views on SlideShare
661
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
0
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Microsoft PowerPoint

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

BlackBerry n'est pas mort ! Presentation Transcript

  • 1. « BLACKBERRY NEST PASMORT ! »JUIN 2013ERIC GARENCE,DIGITAL MANAGER EN AGENCE DE CONSEIL
  • 2. 2WINDOWS 8VSBLACKBERRY
  • 3. DES RESULTATSCATASTROPHIQUES…Les résultats sont catastrophiques, avec -35,1% de parts de marché sur 1 an, selonIDC, BlackBerry vient de sortir du Top 3 desvendeurs mondiaux d’OS pour Smartphones(1) et est désormais devancé par unflegmatique Windows 8.3
  • 4. LA FIN DES TABLETTESDANS 5 ANS ?Certes la situation de la firme canadiennesemblait déjà moyennement engagée et cebien avant la désormais célèbre prédiction deson CEO Thorsten Heins "In five years I dontthink therell be a reason to have a tabletanymore" (2), phrase en réalité sortie d’unepartie de son contexte par les journalistes,mais il semblerait que BlackBerry nesoit pas forcément en train de foncerdroit dans le mur.4
  • 5. BLACKBERRYREVIVALEn effet, au delà de l’annonce de sonnouvel OS BB10, une vision à long termedu marché, construite autour de 2 axesstratégiques pertinents, sembledonner beaucoup plus de crédit àlhypothèse dun retour en force des partsde marché BlackBerry.5
  • 6. AXE 1 : RENFORCER SA POSITION SUR LEMARCHÉ DU MOBILE DEVICEMANAGEMENT (MDM)Ainsi, le BlackBerry Entreprise Server (BES) évolue, "SecureWork Space" vient combler une brèche et permet dorénavantaux DSI de faire du BYOD (Bring Your Own Device) et ce surde lAndroid ou de liOS tout en continuant à s’appuyer sur unpuissant module de sécurité. Certes les ventes de BlackBerrys’effondrent au 1er trimestre 2013, mais on ne change pas dujour au lendemain ni sa flotte de Smartphone entreprise ni sonoutil de gestion de flotte dédiée, qui plus est lorsque cesderniers répondent en tout points aux attentes de la DSI. Toutcomme l’effet d’inertie joue en faveur de Windows surle marché des OS en entreprise, il jouera en faveur desentreprises engagées avec BlackBerry.6
  • 7. AXE 2 : LE « MOBILECOMPUTING »Vision que le PDG de BlackBerry résume de la sorte : au lieudavoir un Smartphone à 600€ et une tablette à 600€, pourquoi nepas avoir un Smartphone à 600€ et n devices périphériques"écrans" bien moins chers qui se contenteront dafficher desinformations "Powered" par un Smartphone… BlackBerryévidemment ! En effet, si la mésaventure de l’unique tabletteBlackBerry « Playbook », n’a pas entrainé la faillite du groupe, ellesemble avoir fortement incité les administrateurs de la firme à seposer la question de la pertinence pour les fabricants et utilisateursdu modèle « 1 device, 1 OS » (3) tel que proposé par Apple sur lehaut de gamme et Android sur l’ensemble des gammes.BlackBerry propose ainsi avec son « MobileComputing » une alternative séduisante aumodèle classique, reste à voir comment et quand cemobile computing va se matérialiser.7
  • 8. BLACKBERRY VSIPHONE VS ANDROIDLoin de savouer vaincu, BlackBerry sembleainsi jouer, plus que jamais, la carte dumarché des OS pour Smartphonescorporate autour dune véritable visionorientée utilisateur.Vision qui à également le mérite de ne pasêtre celle de ses deux premiers concurrentsApple et Android.8
  • 9. 12 MOIS POUR CONVAINCREReste donc à juger les paroles par desactes avec la mise sur le marché de son alternative.La véritable variable semble donc être celle du Time tomarket, quand la firme sera t-elle en mesure deporter son alternative dans les rayons de nosdistributeurs High Tech favoris ?On peut raisonnablement penser que si d’ici 12 moisBlackBerry n’a pas su raviver la flamme des directionsachats de très grands groupes… la voix royale seratracée pour Windows 8.9
  • 10. SOURCES(1) « Android and iOS Combine for 92.3% of All Smartphone OperatingSystem Shipments in the First Quarter While Windows Phone LeapfrogsBlackBerry, According to IDC »16 May 2013 /http://www.idc.com/getdoc.jsp?containerId=prUS24108913(2) « Thorsten Heins Predicts the Demise of Tablets » April 30, 201311:41AM / http://www.cio-today.com/story.xhtml?story_title=Thorsten_Heins_Predicts_the_Demise_of_Tablets&story_id=0010003JGN82&full_skip=1(3) Un système d’exploitation pour chaque terminal10