Faune endémique corse oncfs
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Faune endémique corse oncfs

on

  • 1,142 views

 

Statistics

Views

Total Views
1,142
Views on SlideShare
1,142
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
1
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

Faune endémique corse oncfs Faune endémique corse oncfs Document Transcript

  • Chapitre II-C La faune sauvage endémique : une priorité pour les ORGFH de Corse R. Maupertuis/PNRC Mouflon de Corse. L’insularité de la Corse en fait une région originale aux spécificités multiples. La flore et la faune sauvage insulaires n’échappent pas à ce particularisme. Elles sont caractérisées par une forte proportion de taxons n’existant nulle part ailleurs : les endémiques. La nécessité de protéger ce patrimoine exceptionnel est apparue comme une priorité absolue lors de la définition des ORGFH. qui ont une aire de répartition restreinte à de réintroduction du Cerf de Corse et les Corinne Piétri1, la Corse et à la Sardaigne. D’autres enfin, plans de restauration de la Sittelle corse et Marie Luce Castelli1, peuvent avoir comme aire de répartition de l’Autour des palombes cyrno-sarde. Marie-Cécile Andrei-Ruiz2, la Corse et d’autres territoires voisins. A contrario, certaines endémiques, dont Bernard Boisaubert3 La taille réduite de leur aire confère une la plupart sont des invertébrés, restent 1 Office de l’environnement de la Corse – Corte. fragilité aux espèces endémiques. Ainsi peu connues, tant du point de vue de 2 Office de l’environnement de la Corse/Observatoire en va-t-il de la Sittelle corse, par exem- leur biologie que des tendances d’évolu- conservatoire des insectes de Corse – Corte ple ; bien que son effectif paraisse sta- tion des populations ou de leur fonction- 3 ONCFS – Délégation régionale Alpes-Méditerranée- ble depuis plusieurs décennies, sa nement écologique. Des informations Corse – Aix-en-Provence. pérennité demeure néanmoins mena- manquent sur les habitats, notamment cée par sa répartition mondiale limitée en termes de localisation ou de réparti- à quelques km2. tion régionale. Ces lacunes nuisent à la Qu’est-ce qu’une endémique ? Il existe, en Corse, une dynamique mise en place de mesures pertinentes de C’est un taxon possédant une aire de locale concernant certaines espèces gestion de ces espèces. rares et menacées et particulièrement La conservation d’une espèce animale distribution bien délimitée et réduite dans les endémiques. implique d’en connaître tous les aspects le monde. Une des grandes orientations régionales biologiques et écologiques. Pour ce faire, En Corse, certaines espèces sont des est de conforter les actions existantes, en une orientation intitulée « Améliorer la endémiques strictes, présentes unique- l’occurrence le programme Life « Conser- connaissance et le suivi de certaines espè- ment dans l’île. D’autres, plus nombreu- vation et extension des populations de ces de la faune sauvage et de ses habitats » ses, sont des endémiques cyrno-sardes, mouflons corses en Corse », le programme concerne de nombreuses endémiques78 faune sauvage n° 270/janvier 2006
  • dont le Nacré tyrrhénien (lépidoptère), leDiscoglosse corse ou l’Euprocte de Corse(batraciens). Toujours dans un soucid’améliorer la connaissance, une orienta-tion régionale spécifique a été rédigéepour le Porte-queue de Corse.Deux exemples d’actionsà conforter : le développementdes populations de Mouflonet de Cerf de CorseLe Mouflon de Corse :une figure emblématiqueLe Mouflon de Corse (Ovis gmelini musi-mon) compte trois variétés : Mouflon deCorse (var. corsicana), Mouflon de Sardai-gne (var. musimon) et Mouflon de Chypre(var. ophion). La population de mouflonsprésente sur le territoire corse est l’uniquereprésentante de la variété corsicana. R. Maupertuis/PNRCAlors que plus de 2 000 mouflonsavaient été recensés en Corse en 1827 ,on estime actuellement la population àenviron un millier d’individus. Cet effectifest divisé en deux noyaux distincts, l’unau Sud dans le massif de Bavella, l’autreau Nord dans le massif du Cinto, et répar- Le retour du Cerf de Corse En 1985, un programme d’élevagetis respectivement autour des réserves de du cerf insulaire fut engagé par le PNRC Le Cerf de Corse (Cervus elaphus corsi-chasse et de faune sauvage de Bavella et en vue de le réintroduire dans l’île (voir canus) est une sous-espèce dont lad’Asco. C’est très certainement grâce à l’encadré 1). répartition mondiale se limite à la Corseces deux sanctuaires que l’extinction et à la Sardaigne. Lors de l’élaboration des ORGFH, il estdéfinitive du Mouflon a pu être évitée. En Corse, il était bien répandu jusqu’à la apparu important de conforter cetteL’enjeu régional est donc le maintien et le fin du 18e siècle, occupant la plupart des action et de préconiser de poursuivredéveloppement des populations de régions de basse et de moyenne alti- cette politique de réintroduction duMouflon de Corse en Corse. L’orientation tude. Mais durant la première moitié du Cerf de Corse en multipliant les lâchers,régionale est apparue comme évidente 19e siècle, ses effectifs ont subi une dimi- avec l’objectif, à terme, de permettre deslors des réunions des groupes de nution constante due à une pression prélèvements par plan de chasse. Lestravail : rétablir une aire de répartition du cynégétique excessive et au bracon- orientations régionales visent égalementMouflon de Corse continue sur l’ensem- nage, jusqu’à le faire disparaître complè- à mettre en place un suivi des effectifs etble de la montagne corse. Des actions tement de l’île dans les années 1960. de la répartition spatiale de l’espèce.sont déjà engagées dans ce sens. Ils’agit du programme européen Life-Nature « Conservation et extension des Encadré 1 – L’expérience positive du Cerfpopulations de mouflons corses en Un programme d’élevage du Cerf de Corse est engagé par le Parc naturel régional de Corse depuisCorse ». Ce programme est conduit vingt ans, en vue de le réintroduire dans l’île.par le Parc naturel régional de Corse En 1985 puis en 1987, un total de huit cerfs en provenance de Sardaigne sont introduits dans un enclos sur la commune de Quenza. Dès 1987, les premières naissances en enclos sont observées.(PNRC) depuis novembre 2003 avec La nécessité de garantir la pérennité de l’opération, en cas d’accident majeur sur l’enclos dele concours de l’ONCFS, l’INRA, l’OEC, Quenza, conduisit à créer deux nouveaux enclos à Casabianda et à Ania di Fium’Orbu.la DIREN, l’ONF… Il se propose essen- En 1991, 11 animaux issus de Quenza peuplent l’enclos de Casabianda et en 1994, 14 cerfs sonttiellement de relâcher des individus introduits dans l’enclos d’Ania di Fium’Orbu.dans le centre de la Corse, grâce à En 1997, l’effectif en enclos dépassait les 100 individus, permettant alors d’envisager la réintro-des élevages (enclos) créés à Bavella et à duction d’un premier noyau de repeuplement. Un lâcher de 24 animaux a été effectué en 1998Asco et eux-même alimentés par des ani- dans la vallée d’Asinao sur la commune de Quenza. Onze mois plus tard, ces animaux occupaientmaux capturés sur place. Cet ambitieux un espace proche du lieu de lâcher.travail est couplé à une amélioration du En 1999, un deuxième lot comprenant également 24 individus a été lâché sur la commune desuivi des effectifs actuels et à une sensibi- Chisa. En 2002, un renforcement de la population existante dans la vallée d’Asinao s’effectuelisation accrue des scolaires et du grand grâce au lâcher de 16 cerfs. En 2004, Saint-Pierre de Venaco est le troisième site de relâcher. L’opération a concerné une trentaine d’animaux.public à la protection de cette espèce.faune sauvage n° 270/janvier 2006 79
  • Un exemple d’action Les ORGFH en Corse ont été conduites Contacts à mettre en place : par la DIREN puis par l’OEC après le • Office de l’environnement de la Corse le suivi coordonné transfert de compétences prévu par la Loi – Avenue Jean Nicoli, 20250 Corte des populations Chasse de juillet 2003. Passé sous la res- de Porte-queue de Corse (tél. : 04 95 48 1 82). 1 ponsabilité de la Collectivité territoriale de • ONCFS, Délégation régionale Alpes- Corse, le dossier a continué de bénéficier Méditerranée-Corse – DIREN PACA – Le Une espèce phare de l’appui technique de l’ONCFS. Tholonet, BP 120, 13603 Aix-en-Pro- de l’entomofaune insulaire La collectivité territoriale de Corse, qui vence cedex (tél. : 04 42 66 65 28). s’est beaucoup impliquée dans l’élabora- Bien que relativement uniformément Liste des sigles utilisés tion de ces ORGFH, regrette que la Loi réparti sur le territoire corse, Papilio hospi- DIREN : Direction régionale de l’environ- DTR votée en 2005 ait ensuite supprimé ton montre des densités généralement nement cette possibilité offerte aux régions ». faibles. Cette relative rareté s’explique INRA : Institut national de recherche par des facteurs liés à la biologie de Ces orientations régionales, qui se sont agronomique ce papillon qui n’a pratiquement qu’une attachées à intégrer au mieux toutes les OCIC : Observatoire conservatoire des seule génération, très étalée dans le spécificités corses, sont le fruit d’une insectes de Corse temps. Elle s’explique également par concertation élargie à tous les acteurs OEC : Office de l’environnement de la des facteurs écologiques, tels que les impliqués dans la gestion de la faune Corse incendies et le parasitisme qui s’avèrent sauvage et de ses habitats. Cette mise ONCFS : Office national de la chasse et être de véritables menaces. en commun exemplaire des compétences de la faune sauvage a permis de donner à ce travail sa ONF : Office national des forêts Enfin, il ne faut pas oublier que cette crédibilité et sa viabilité. espèce a été et est encore, malgré PNRC : Parc naturel régional de Corse ■ les conventions de Berne et de Washington, l’objet de la convoitise des collectionneurs. Une des actions à mettre en place pour protéger le Porte-queue est le réseau d’observation des insectes protégés de Corse. Cet outil innovant vise à mieux connaître l’entomofaune de l’île, afin de mieux la gérer. La mise en place effective de ce réseau d’observation est prévue pour début 2006. Un CD-Rom de forma- tion à la reconnaissance des neuf insectes protégés présents en Corse vient d’être réalisé par l’unité Observa- toire conservatoire des insectes de Corse (OCIC) de l’Office de l’environ- nement de la Corse. Il sera distribué fin 2005, en parallèle avec la mise en ligne d’un site Internet destiné à faire le lien entre les membres du réseau d’observation. Une base de données, en accès réservé, permettra la saisie directe des observations réalisées sur le terrain. Ce réseau contribuera à améliorer notre connaissance sur la répartition actuelle, la biologie, l’étho- logie, ainsi que sur les densités de population des insectes protégés. Les informations recueillies serviront à proposer la mise en œuvre de V. Ruiz/@robase mesures de gestion indispensables à la conservation de ces espèces menacées. A ce titre, une attention toute particulière sera portée à l’endé- mique cyrno-sarde Papilio hospiton. Porte-queue de Corse.80 faune sauvage n° 270/janvier 2006