Illusions cognitives
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Illusions cognitives

on

  • 567 views

 

Statistics

Views

Total Views
567
Slideshare-icon Views on SlideShare
557
Embed Views
10

Actions

Likes
0
Downloads
3
Comments
0

1 Embed 10

http://elenapasquinellicognition.blogspot.fr 10

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Illusions cognitives Illusions cognitives Presentation Transcript

    • Le  cerveau.  Limites  et  merveilles     Elena  Pasquinelli     La  main  à  la  pâte   Ins3tut  Jean  Nicod   Compas  –  Educa3on  Cogni3on  Tecchnologies  
    •  Les  illusions  percep2ves  ouvrent  une  fenêtre  sur  notre  fonc2onnement  mental  :  sur  la  manière  qu’a  le  cerveau  d’extraire  des  informa2ons  grâce  aux  organes  de  sens    et  de  leur  donner  sens      
    • L’art  aussi    
    • programme   •  Les  illusions  percep3ves   •  Les  illusions  cogni3ves   •  Les  neuro-­‐mythes   •  Le  cerveau  face  à  la   technologie  :  est-­‐il  en   train  de  changer?  
    • ILLUSIONS  ET  MÉTA-­‐COGNITION  :  LA  CONNAISSANCE  DE  NOTRE  PROPRE  FONCTIONNEMENT  MENTAL  
    • !ANen2on!  
    • Surprise  U3lisée  pour  révéler  connaissances  et  aGentes  chez  le  bébé  et  l’adulte  
    • Mémoire  A  l’aide  da  la  famille  des  par3cipants  à  l’étude,  les  chercheurs  fournissent  aux  par3cipants  la  courte  descrip3on  de  plusieurs  événements  (trois  typiquement)  de  leur  enfance  plus  des  faux  souvenirs  et  leur  demandent  d’en  développer  la  descrip3on  selon  ce  qu’ils  arrivent  à  s’en  rappeler.    Si  environ  68%  des  vrais  événements  suscitent  un  souvenir,  environ  25%  des  faux  le  font  aussi.      
    • Souvenirs  induits  (LoRus  et  al.)  Un  intérêt  pra3que  :  les  témoignages    •  Faux  souvenirs  d’enfance  (abus)  
    • Souvenirs  induits  (LoRus  et  al.)  Un  intérêt  pra3que  :  les  témoignages    •  Souvenirs  qui  se  forment  après  avoir  reçu  des  informa3ons  erronées  •  dans  une  étude,  les  par3cipants  regardent  la  simula3on  d’un  accident  de  voiture.  Il  y  a  un  carrefour  et  un  signal  de  stop.  Après  avoir  vu  le  film,  la  moi3é  des   par3cipants  est  informée  que  le  panneau  de  signalisa3on  était  du  type  cédez  le  passage.  Lorsqu’on  leur  demande  quel  signal  ils  ont  vu,  la  moi3é  qui  a  reçu   l’informa3on  erronée  se  rappelle  avoir  vu  un  signal  cédez  le  passage.  Des  fois,  une  simple  ques3on,  et  la  manière  dont  elle  est  formulée,  peut  suggérer  une  fausse   informa3on  et  modifier  ainsi  le  souvenir  d’un  témoin.  Par  exemple,  suite  à  la  vision  de  la  vidéo  d’un  accident  de  voiture,  on  peut  demander  à  la  moi3é  des   par3cipants  quelle  était  la  vitesse  de  la  voiture  quand  elle  a  dépassé  le  signal  de  stop.  CeGe  moi3é,  se  rappellera  alors  avoir  vu  un  signal  de  stop,  même  si  celui-­‐ci   n’existe  pas.    
    • •  Nous  ne  pouvons  pas  nous  fier  seulement  à   nos  intui3ons  concernant  la  manière  de   fonc3onner  de  notre  mémoire    •  un  regard  scien3fique  porté  sur  notre   cogni3on  peut  améliorer  nos  ins3tu3ons   sociales  
    • Confiance,  connaissance,  compréhension  Deux  médecins  vous  proposent  un  diagnos3c  :  -­‐  Le  premier  va  droit  au  but  -­‐  Le  deuxième  consulte  des  livres  et  sites  internet  Lequel  vous  préférez  ?      
    • Confiance  dans  notre  exper2se  Nous  nous  faisons  confiance  plus  que  les  faits  ne  le  jus3fient  peut  arriver  que  67%  des  sujets  inteviewés  pour  des  études  sur  l’illusion  de  confiance  se  considèrent  au-­‐dessus  de  la  moyenne  pour  leur  intelligence,  93%  au-­‐dessus  de  la  moyenne  pour  la  capacité  de  conduire.      notre  capacité  de  juger  notre  ignorance  est  suffisamment  bonne  lorsqu’il  s’agit  de  faits  (le  nombre  de  capitales  que  nous  connaissons)  et    par3culièrement  mauvaise  lorsque  nous  en  venons  à  la  compréhension  de  «  comment  ça  marche  »,  y  compris  dans  le  cas  d’objets  familiers  qui  nous  entourent.            
    • Compétence  et  compréhension  profonde  (Keil  &   Rozenblit)  Ainsi  la  confiance  en  nos  connaissances  (indiquées  numériquement  sur  une  échelle  de  1  à  7)  est  haute  quand  on  nous  demande  si  nous  saurions  expliquer  le  fonc3onnement  d’un  certain  objet  (une  scie,  un  hélicoptère,  une  montre  au  quartz,  un  cadenas,  …),  elle  baisse  après  qu’on  a  fait  un  effort  pour  l’expliquer  et  encore  plus  quand  on  est  soumis  à  une  ques3on  diagnos3que  et  quand  on  lit  une  explica3on  d’expert  de  son  fonc3onnement,  pour  remonter  au  dessus  du  niveau  ini3al  quand  on  nous  demande,  à  la  lumière  de  l’explica3on  reçue  combien  on  es3me  avoir  compris.    
    • Compétence  et  compréhension  profonde  (Keil  &  Rozenblit)  Complexité  :  Différents  niveaux  d’analyse  Visibilité  
    • Compétence  et  compréhension  profonde  (Keil  &  Rozenblit)  Maîtrise  par3elle  et  pra3que  plus  adapta3ve  qu’une  quête  sans  fin  
    • Illusion  de  compréhension  et  confiance  Tend  à  décliner  avec  l’augmenter  du  niveau  d’exper3se    Les  moins  experts  sont  plus  confiants  dans  leurs  connaissances    
    • Effet  de  Dunning-­‐Kruger   Les  moins  experts  sont  plus  confiants  dans  leurs  connaissances  
    • •  Les  illusions  «  op3mistes  »  concernant  notre   fonc3onnement  mental  ont  des  conséquences   poten3ellement  fâcheuses  •  Mais  elles  comportent  aussi  des  avantages  :   –  bénéfices  immédiats  en  termes  d’op3misme  et   projec3on  vers  le  futur  
    • Elles  pourraient  avoir  joué  un  rôle  adapta3f  posi3f  au  cours  de  notre  évolu3on  (Trivers)    S’auto-­‐tromper  pourrait  aider  à  mieux  cacher  notre  jeu  lorsque  l’on  trompe  les  autres     Eliminer  les  signes  qui  révèlent  notre  tromperie  aux  autres  :   mouvement  des  yeux,  mains  moites,  ton  de  la  voix    Aussi  :  à  avoir  prêtes  des  narra3ons  convaincantes  qui  nous  servent  bien       Nous  font  apparaître  altruistes,  font  apparaître  nous  ou    notre   groupe  comme  moins  bien  servi  que  les  autres,  ….    Donc  à  être  plus  persuasifs  par  rapport  aux  autres  et  à  nous  permeGre  de  plaider  pour  un  meilleur  statut  social  
    • Construc2on  de  narra2ons  chez  le  pa2ent  avec  sévrage  des    hémisphères  (Gazzaniga)  Notre  cerveau  passerait  pas  mal  de  temps  à  cosntruire  une  fausse  image  et  des  ra3onalisa3ons  de  nos  ac3ons  
    • Construc2on  de  narra2ons  chez  le  pa2ent  avec  sévrage  des    hémisphères  (Gazzaniga)  Notre  cerveau  passerait  pas  mal  de  temps  à  cosntruire  une  fausse  image  et  des  ra3onalisa3ons  de  nos  ac3ons  
    • Notre  cerveau  passerait  pas  mal  de  temps  à  construire  une  fausse  image  et  des  ra3onalisa3ons  de  nos  ac3ons    Ce  qu’on  appelle  le  “moi”  (self)  serait  en  réalité  cons3tué  d’une  constella3on  de  modules  qui  agissent  du  moins  par3ellement  indépendemment  les  uns  des  autres  
    •  Le  prix  à  payer  est  une  fausse  percep3on  de  la  réalité,  en  par3culier  sociale  Les  coûts  de  l’auto-­‐tromperie  peuvent  être  élevés  :  guerres,  accidents  d’avion  et  voiture,  le  désastre  du  Challenger  
    • BIAIS  ET  HEURISTIQUES  :  DES  SOLUTIONS  COUPE-­‐FILE    
    • Les  illusions  méta-­‐cogni3ves  sont  difficiles  à  corriger  :  le  plus  souvent,  nous  ne  sommes  pas  exposés  à  nos  erreurs  quand  nous  en  commeGons.    Nous  n’avons  donc  pas  de  retour  d’expérience  qui  nous  dit  que  nous  ne  percevons,  ne  souvenons,  ne  pensons  pas  à  la  hauteur  de  nos  aGentes.      En  d’autres  mots,  la  sta3s3que  nous  manque  pour  nous  apercevoir  de  nos  insuccès.  
    • Une  série  de  mécanismes  cogni3fs  par3culièrement  puissants  et  répandus  rendent  encore  plus  difficile  d’es3mer  correctement  nos  erreurs,  aussi  bien  que  la  probabilité  d’autres  événements  extérieurs.      Ils  sont  souvent  appelés  «  biais  »  ou  «  heuris3ques  »  et  ces  deux  termes  ont  en  quelque  sorte  révolu3onné  le  panorama  des  études  cogni3ves  sur  le  raisonnement  et  le  jugement.    
    • FRAMING   ANCHORING  AND  ADJUSTMENT   SUNK  COST   STATUS  QUO   CONFIRMATION     CONFIDENCE   PRUDENT  ESTIMATION   RISK  AVERSION   SELECTIVE  PERCEPTION   AVAILABILITY   GUESSING  AT  PATTERNS   REPRESENTATIVENES   MOST  LIKELY  SCENARIO   …       Heuris2ques  •  Mécanismes  inconscients  •  PermeGent  de  former    des    jugements  rapides  et  faciles  en  situa3on  d’incer3tute,   typiquement  avec  de  bons  résultats  •  Peuvent  nous  faire  défaut  :  devenir  des  biais    
    • Biais  de  confirma2on  
    • Biais  rétrospec2f  et  dissonance  cogni2ve  Est-­‐ce  qu’on  pouvait  vraiment  le  prévoir  ?    
    • Heuris2que  de  disponibilité  
    • Linda  est  une  femme  de  31  ans,  non  mariée,  extrover3e  et  très  brillante.    Elle  a  une  licence  en  philosophie  ;    quand  elle  était  étudiante  elle  était  très  impliquées  dans  les  batailles  contre  la  discrimina3on  et  pour  la  jus3ce  sociale,    et  elle  a  aussi  par3cipé  à  des  manifesta3ons  contre  le  nucléaire.    Laquelle,  d’après  vous,  est  l’op3on  plus  probable  :      1.  Linda  travaille  comme  agent  comptable  pour  une  banque  ;    2.  2.  Linda  travaille  comme  agent  comptable  pour  une  banque   et  elle  est  très  ac3ve  dans  le  mouvement  féministe.     Heuris2que  de  représenta2vité  
    • Heuris2que  de  reconnaissance  2/3  des  américains  répondent  correctement  La  totalité  des  allemands  répond  corectement  
    • Heuris2que  de  reconnaissance  Quel  est  le  meilleur  beurre  de  cacahuètes?    20%  préfère  le  beurre  jugé  meilleur  s’il  porte  une  é3queGe  inconnue  73%  préfère  un  beurre  moins  bon  mais  de  marque  connue  75%  un  beurrede  marque  connue  même  si  c’est  le  même  beurre  que  dans  les  autres  pots  
    • CONCLUSIONS  
    • Notre  fonc3onnement  cogni3f  répose  largement  sur  des  mécanismes  mul3ples  et  inconscients      Qui  peuvent  avoir  une  valeur  adapta3ve,  mais  peuvent  néanmoins  nous  amener  à  nous  tromper  dans  nos  jugements          
    • 1.  Est-­‐ce  que  les  fait  de   connaître  notre   fonc3onnement  mental   •  Les  heuris3ques  ne  sont   d’un  point  de  vue   pas  toujours  mauvaises   scien3fique    peut  nous   aider  dans  notre  vie   •  Système  1  (automa3que,   quo3dienne  ?     rapide,  intui3f)  +  Système   2  (éréflexif,  lent,  2.  Comment  peut-­‐on  faire   ra3onnel)   de  la  science  avec  un   organe  cogni3f  si  criblé   de  disfonc3onnements  ?        
    • Observa3on  of  a  new  par3cle  in  the  search  for  the  Standard  Model  Higgs  boson  with  the  ATLAS  detector  at  the  LHC  ☆  
    • Observa3on  of  a  new  boson  at  a  mass  of  125  GeV  with  the  CMS  experiment  at  the  LHC  ☆