Formation keolis
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Formation keolis

on

  • 544 views

 

Statistics

Views

Total Views
544
Views on SlideShare
544
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
1
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

Formation keolis Formation keolis Presentation Transcript

  • Mobilité et cognitionFonctions cognitives et informationen situation de mobilité
  • Elena Pasquinelli• Réhabilitation• Philosophie• Philosophie des sciences cognitives (PhD: illusions haptiques)• Percro Lab-SSSA, Enactive Network of Excellence
  • Qu’est-ce que c’est que les Un domaine de recherche sciences cognitives? encore jeune
  • action, perception, vie de relation l’étude interdisciplinaire du fonctionnement de ... esprit, cerveau émotionsintelligence
  • ses racines puisent dans les années 50 ... à vrai dire dans Platon et Aristote1956, MIT mais une nouvelle vague s’est produite aux années 80-90
  • Il s’agit d’une famille de domaines derecherche, mais aussi d’approches
  • La nouvelle vague de sciences cognitives a introduit thèmes de recherche, perspectives et“le cerveau n’est pas un disciplinesordinateur !”“les processus cognitifs ne sontpas centralisés (dans le cerveau) !”“la cognition ne se limite pas à lapensée logique et symbolique !”“les processus cognitifs ne sontpas nécessairement des opérationsformelles sur des symboles(représentations) !”
  • Qu’est-ce que on peut $faire avec les sciences cognitives? !
  • Mieux connaître le voyageurBesoinsCapacitésStratégiesErreurs
  • Tout au long de son parcoursPlanificationExécutionCheck et replanification éventuelle
  • RationalitéPerceptionCognition Et répondre à quelques préjugés communs
  • Les cho“La influencplanificationest l’effet émotionsde choix raisonnempurementrationnels” Hypothèse des marqueurs somathiques : les émotions éprouvées lors d’une action marquent ce choix de manière positive ou négative et que cette association se réactive face à une situation similaire et influence les choix Damasio, A.R. (1994). Descartes Error: emotion, reason, and the human brain. New York: Grosset/Putnam./ (1997). L’erreur de Descartes. Paris: Odile Jacob.
  • Bias dans les jugements de probabilités : représentatitivité : la probabilité d’un évenement A par rapport à B est évaluée sur la base de la ressemblance entre A et B disponibilité : la probabilité d’un évenement futur est jugée sur la base d’exemples disponibles ancrage : l’estime de probabilité dépend des évenements présentés Les cho“La influencplanification Bias induits par les expérimentateurs :est l’effet émotionsde choix la description peut introduire des ancrages et l’interprétation peut oublier de raisonnempurement prendre en compte la regression et le facteur dimension de l’échantillonrationnels” Heuristiques : support pour le le raisonnement et le choix en conditions incertaines, mais aussi introduction de biais et d’erreurs récourants Kahneman, D. Tversky, A, & Slovic, P. eds. (1982) Judgment under Uncertainty: Heuristics & Biases. Cambridge, UK, Cambridge University Press. Poulton, E.C. (1994). Behavioral decision theory: a new approach, Cambridge: Cambridge University Press.
  • Figure de Poggendorff (1860). La ligne droite qui croise le rectangle apparaît déplacée Figure de Müller-Lyer (1889). Les flèches Les cho“La dirigées à l’extérieur produisent une influencé expansion de la ligne qu’elles contiennent,perception celles dirigées à l’intérieur une contraction émotionhumaine est du rsans faute” (h Figure de Ponzo. Quand des lignes parallèles de la même longueur sont contenues entre deux lignes convergentes, celle des lignes parallèles qui se trouve plus proche de la convergence apparaît plus longue Gregory, R. L. (1997). Perceptual illusions and Brain models, Proc. Royal Society B 171 179-296
  • Figure de Zöllner (1860). Les lignes parallèles apparaissent déplacées Les cho Figure de Hering (1861). Les lignes influencé“La parallèles apparaissent converger ouperception diverger émotionhumaine est du rsans faute” (h Contours illusoires ou triangle de Kanisza (1955). Gregory, R. L. (1997). Perceptual illusions and Brain models, Proc. Royal Society B 171 179-296
  • Les cho“La influencéperception émotionhumaine est du rsans faute” (h Illusion de la dimension- poids : deux objets de Illusion de la balle de golf. dimensions différentes mais Illusion du poids qui même poids seront perçus consiste à surestimer le comme ayant un poids poids de balles de golf sur différent; notamment, le la base de connaissances plus petit sera perçu acquises par expérience comme étant plus lourd Ellis, RR. & Lederman, S. J. (1998). The golf-ball illusion: evidence for top-down processing in weight perception. Perception, 27, 193-201
  • YELLOW BLUE ORANGE BLACK RED GREEN PURPLE YELLOW RED ORANGE GREEN BLACK Les cho BLUE RED PURPLE“La GREEN BLUE influencéperception Illusion du flash ORANGE émotionhumaine est visuel induit par un du rsans faute” son : un stimulus visuel accompagné (h d’un certain nombre Effet Stroop : nommer la couleur de bips sonores est sans se faire distraire par la perçu comme un signification du mot est très difficile certain nombre de flash visuels http://www.cns.atr.jp/~kmtn/soundInducedIllusoryFlash/ index.html Stroop, J. R. (1935). "Studies of interference in serial verbal reactions". Journal of Experimental Psychology 18: 643–662. Retrieved 2008-10-08. Shams, L., Kamitani, Y. & Shimojo, S. (2000). What you see is what you hear. Nature, 408, 788.
  • “Laperceptionhumaine estsans faute” Illusion de McGurk : stimulus visuel “ga” + stimulus sonore “ba” = perception de “da” McGurk, H. & MacDonald, J. (1976). Hearing lips and seeing voices, Nature, Vol. 264, No. 5588, pp. 746–748
  • “La Les choperception influencéhumaine émotionfonctionnecomme un Clignement attentionnel : Change/Inattentional du rappareil quand deux stimuli sont blindness : on ne voit pas (hphoto” présentés au même endroit tout ce qu’on a devant et à un court interval nous, spécialement si on temporel (200-500 ms) le ne fait pas attention ou si deuxième n’est pas on est distrait consciemment perçu http://nivea.psycho.univ-paris5.fr/ http://nivea.psycho.univ-paris5.fr/ECS/dottedline.gif http://www.scholarpedia.org/article/Image:Atten_blink_fig3.gif Raymond JE, Shapiro KL, Arnell KM (1992). "Temporary suppression ORegan, J. K., Change blindness, in Encyclopedia of Cognitive Science, Nature Publishing group. of visual processing in an RSVP task: an attentional blink?". Journal of experimental psychology. Human perception and performance 18 (3): Noe, 1., & O’Regan, K. (2000). Perception, Attention and the Grand Illusion, 849–60 PSYCHE, 6(15)
  • “Laperceptionhumainefonctionnecomme unappareilphoto” Awareness test
  • “Laperceptionhumainefonctionnecomme unappareilphoto” http://www.dothetest.co.uk/ London Road Safety Units Awareness test advert
  • “La Les choperception influencéhumaine émotion Conflit entre vision et Attention et multisensorialité : un stimulusfonctionne attire les autres modalités sensorielles afincomme un audition : les du r probabilités de de créer une convergence entre cartesappareil spatiales qui représentent les stimuli au (h s’orienterphoto” niveau du cerveau (colliculus supérieur). correctement diminuent Des stimuli multimodaux peuvent drastiquement (chez augmenter la réponse neurale à un le chat), alors que la stimulus singulier, et faciliter les réponses présence de stimuli attentionnelles et d’orientation cohérents augmente les réponses correctes à de faibles stimuli Stein, B, & Meredith, M. (1993). The merging of the senses. The MIT Press, CA.
  • “La Les choperception influencéhumaine émotionfonctionnecomme un du rappareil (hphoto” Exposition à des cartes normales et “impossibles” : 4 paradigmes de réponse ; mais en général on tend à ne pas percevoir le conflit avec nos attentes Bruner, J. S. & Postman, L. (1949). On the perception of incongruity: A paradigm. Journal of Personality, 18, 206-223
  • “Ce qui estexterne estpurementaccéssoireà lacognition” Otto souffre de maladie d’Alzheimer et utilise son cahier comme mémoire externe ; quelle différence avec Inga, qui utilise sa mémoire interne ? Clark, A., & Chalmers, D. (1998). The extended mind, Analysis, 58, 10-23
  • “Ce qui estexterne estpurementaccéssoire Faire un puzzle sans comparer les pièces et Faire des calculs complèxesà la sans stylo et papiercognition” les confronter avec les espaces vides Clark, A. (1998). Being there: putting brain, body and world together again. The MIT Press
  • “Ce qui estexterne estpurementaccéssoireà la Les actionscognition” épistémiques améliorent Le pilotage d’un avion est une les prestations : bouger action cognitive complèxe qui les pièces de Tetris s’étend aux différentes pendant qu’elles personnes et objets présents tombent Kirsh, D., & Maglio, P. (1995). On Distinguishing Epistemic from Pragmatic Actions. Cognitive Science, 18, 513-549. Hutchins, E. (1995). Cognition in the Wild. Cambridge, MA: MIT Press. Hutchins, E. (1995). How a cockpit remembers its speeds. Cognitive Science(19), 265-288.
  • “Ce qui estexterne estpurementaccéssoireà lacognition”
  • Les choix rationnels sont influencés par les émotions (de manièrepositive) et par des biais du raisonnement qui peuvent induire des erreurs systématiquesLa perception humaine est influencée par une quantité de facteurs (structure du stimulus, interactions entre modalités perceptives, connaissainces) : Les ch elle ne se limite pas à “photographier” le monde influen émotion raisonnLes conflits ont un effet disruptif sur notre capacité à répondre à l’environnement Etudier la cognition humaine comme système plus large que lecerveau d’un seul individu considéré comme un cerveau dans unecuve peut aider à comprendre certains aspects du fonctionnement cognitif
  • Sciencescognitives en pillules ? Non, juste des exemples pour réflechir
  • Que ferais-tu pourmieux connaitre le voyageur ?
  • Etudes quantitatives ou Etudes basées sur statistiques : pourcentagesl’observation directe et d’utilisateurs qui préfèrent une participante dans des certaine configuration à uneconditions écologiques autre, souhaits majoritaires, ...
  • Exemple : Observation de terrain des stratégies cognitives employées pour faire face aux défis réels d’un déplacement complèxe
  • But : identifier les stratégies que les sujets adoptent pour atteindre leur but principal, les objectis satéllites, et pour résoudre les problèmes qui se posent au fur et à mesure Méthodologie : ententiens et observation participante, menéede manière à dégager les stratégies adoptées, de la planification à la fin de l’itinéraire Contraintes : Une observation en profondeur de ce genre exige un terrain significatif, des conditions parlantes. Elle ne selimite pas à ce que le sujet fait, mais à la manière dont il réagit à son environnement, intéragit avec les autres et utilise les objets de l’environnement ou personnels
  • Qu’est-ce qu’on observe ? Les objets, outils, Les fonctions informations, Le trajet cognitives autres sujets quematériel, avec mobilisées dans le sujet utilise lorsses obstacles, le parcours de son parcours objets, (comportements comme sources utilisateurs cognitifs) d’échafaudage externe
  • Modèle : L’observation en diagnostic préalable à la rééducation (bilan en psychomotricité), en particulier l’observation du jeu spontané ou dans des situations “amenagées”
  • Quelques résultats de l’observationLes stratégies sont planifiées à l’avance sur la base de la tâche principale, mais aussi de tâches secondaires, croyances, informations à dispositionIl existe plusieurs typologies d’itinéraire : aller/retour, néophyte/ initié, avec des problématiques et stratégies différentes, une différente utilisation de la signalétique et des objetsLes objets sont présents tout au long du déplacement, dès laphase de planification : objets informationnels, en particulier. A défaut d’objets, les autres voyageurs sont transformés en sources d’information La routine joue un rôle important dans la tâche : une fois leparcours automatisé, ou les contraintes temporelles éliminées, d’autres activités peuvent habiter le voyage
  • Chacun fait son parcours (avec ses buts, ses émotions, désirs, difficultés, capacités, ...). En même temps nous connaissons (commençons à connaître) des contraintes générales et universelles qui valent pour tout sujet cognitif.Il faut arriver à bien doser ce qu’on sait à propos des contraintes cognitives, perceptives, émotionnelles, relationnelles, etc. avec l’identification des tâches et pièges du parcours et avec l’observation de ce que les sujets peuvent/savent faire pour faire face.
  • merci !