Edith Jolicoeur Portfolio Jan 2010
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Edith Jolicoeur Portfolio Jan 2010

on

  • 748 views

Découvrez le portfolio de l\'artiste... Cliquez sur les flèches pour « tourner » les pages

Découvrez le portfolio de l\'artiste... Cliquez sur les flèches pour « tourner » les pages

Statistics

Views

Total Views
748
Views on SlideShare
748
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
2
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Edith Jolicoeur Portfolio Jan 2010 Edith Jolicoeur Portfolio Jan 2010 Presentation Transcript

    • Edith Jolicoeur Artiste peintre - Fenêtres en trompe-l’oeil Portfolio www.edithjolicoeur.com
    • Edith Jolicoeur Artiste peintre - Fenêtres en trompe-l’oeil Portfolio Démarche artistique : • Influences… En 1994, après avoir complété avec succès des études à l'Académie Internationale du Design de Montréal, Edith Jolicoeur prend la décision de revenir chez elle, en Gaspésie. La mer, la montagne et les scènes de la vie quotidienne inspirent ses créations. Elle est également influencée par les souvenirs d'étoffes et de dentelles du magasin de tissu de ses parents ainsi que par son intérêt pour la mise en valeur du patrimoine et la préservation de l’environnement par l’utilisation de matériaux recyclés. Chacune des «fenêtres» qu’elle transforme en de véritables trompe-l'œil à emporter révèle une petite histoire, parfois vraie, souvent romancée, où la scène est le châssis, le décor est le rideau et les acteurs sont des éléments d'un paysage ou encore quelqu'un ou quelque chose qui traîne sur le bord de la fenêtre. Avec une matière aussi riche, l’artiste ne peut imaginer le jour où elle aura épuisé le potentiel d'histoires à raconter. • Recherche… Edith Jolicoeur ne prétend pas avoir inventé le trompe-l'œil, mais elle a su l'adapter, le transformer, le revamper de manière à le rendre mobile et accessible à un large public. Sur le fond, l’artiste privilégie les œuvres « intemporelles » qui lui donnent le sentiment qu'elles résisteront aux modes et au temps. Il lui arrive tout de même de travailler sur des thèmes spécifiquement patrimoniaux pour lesquels elle effectue, avec grand plaisir, des recherches quasi anthropologiques. Sur la forme, Edith Jolicoeur entretient une grande préoccupation environnementale. Elle réutilise des éléments architecturaux tels que les vieux châssis de bois et le contre-plaqué léger (préfini) afin d'éviter qu'ils ne soient acheminés vers les sites d'enfouissement. Lorsqu'elle le juge pertinent, l’artiste applique des dentelles, des cordes, des galons récupérés afin d'accentuer les textures. Ces derniers sont, soit des échantillons, des fins de lots, des bouts défectueux provenant de magasins de tissu, de dons de particuliers ou de brocantes. www.edithjolicoeur.com
    • Edith Jolicoeur Artiste peintre - Fenêtres en trompe-l’oeil Portfolio Première partie : •Œuvres de la production régulière De manière générale, l’artiste privilégie les œuvres « intemporelles » qui lui donnent le sentiment qu'elles résisteront aux modes et au temps. Il arrive que l’artiste crée de petites séries d’œuvres variant sur un même thème. Cependant, chacune des œuvres est unique. Elles sont d’ailleurs numérotées et accompagnées d’un certificat d’authenticité. Remarque : Le prix des œuvres est fixé au « pouce carré » (en 2008 : 1$/po2). Il arrive que le prix soit majoré en fonction de la rareté du support ou du travail exceptionnel effectué. (On peut considérer environ 300 $ pour les œuvres les plus petites, jusqu’à environ 3 000$ à 5 000$ pour des œuvres de grande taille ou présentant un travail exceptionnel) www.edithjolicoeur.com
    • Edith Jolicoeur Artiste peintre - Fenêtres en trompe-l’oeil
    • Edith Jolicoeur Artiste peintre - Fenêtres en trompe-l’oeil
    • Edith Jolicoeur Artiste peintre - Fenêtres en trompe-l’oeil
    • Edith Jolicoeur Artiste peintre - Fenêtres en trompe-l’oeil
    • Edith Jolicoeur Artiste peintre - Fenêtres en trompe-l’oeil
    • Edith Jolicoeur Artiste peintre - Fenêtres en trompe-l’oeil
    • Edith Jolicoeur Artiste peintre - Fenêtres en trompe-l’oeil
    • Edith Jolicoeur Artiste peintre - Fenêtres en trompe-l’oeil
    • Edith Jolicoeur Artiste peintre - Fenêtres en trompe-l’oeil
    • Edith Jolicoeur Artiste peintre - Fenêtres en trompe-l’oeil
    • Edith Jolicoeur Artiste peintre - Fenêtres en trompe-l’oeil
    • Edith Jolicoeur Artiste peintre - Fenêtres en trompe-l’oeil
    • Edith Jolicoeur Artiste peintre - Fenêtres en trompe-l’oeil
    • Edith Jolicoeur Artiste peintre - Fenêtres en trompe-l’oeil
    • Edith Jolicoeur Artiste peintre - Fenêtres en trompe-l’oeil
    • Edith Jolicoeur Artiste peintre - Fenêtres en trompe-l’oeil
    • Edith Jolicoeur Artiste peintre - Fenêtres en trompe-l’oeil
    • Edith Jolicoeur Artiste peintre - Fenêtres en trompe-l’oeil
    • Edith Jolicoeur Artiste peintre - Fenêtres en trompe-l’oeil
    • Edith Jolicoeur Artiste peintre - Fenêtres en trompe-l’oeil
    • Edith Jolicoeur Artiste peintre - Fenêtres en trompe-l’oeil
    • Edith Jolicoeur Artiste peintre - Fenêtres en trompe-l’oeil
    • Edith Jolicoeur Artiste peintre - Fenêtres en trompe-l’oeil
    • Edith Jolicoeur Artiste peintre - Fenêtres en trompe-l’oeil
    • Edith Jolicoeur Artiste peintre - Fenêtres en trompe-l’oeil
    • Edith Jolicoeur Artiste peintre - Fenêtres en trompe-l’oeil
    • Edith Jolicoeur Artiste peintre - Fenêtres en trompe-l’oeil
    • Edith Jolicoeur Artiste peintre - Fenêtres en trompe-l’oeil
    • Edith Jolicoeur Artiste peintre - Fenêtres en trompe-l’oeil
    • Edith Jolicoeur Artiste peintre - Fenêtres en trompe-l’oeil
    • Edith Jolicoeur Artiste peintre - Fenêtres en trompe-l’oeil
    • Edith Jolicoeur Artiste peintre - Fenêtres en trompe-l’oeil
    • Edith Jolicoeur Artiste peintre - Fenêtres en trompe-l’oeil
    • Edith Jolicoeur Artiste peintre - Fenêtres en trompe-l’oeil
    • Edith Jolicoeur Artiste peintre - Fenêtres en trompe-l’oeil
    • Edith Jolicoeur Artiste peintre - Fenêtres en trompe-l’oeil
    • Edith Jolicoeur Artiste peintre - Fenêtres en trompe-l’oeil
    • Edith Jolicoeur Artiste peintre - Fenêtres en trompe-l’oeil
    • Edith Jolicoeur Artiste peintre - Fenêtres en trompe-l’oeil
    • Edith Jolicoeur Artiste peintre - Fenêtres en trompe-l’oeil
    • Edith Jolicoeur Artiste peintre - Fenêtres en trompe-l’oeil
    • Edith Jolicoeur Artiste peintre - Fenêtres en trompe-l’oeil
    • Edith Jolicoeur Artiste peintre - Fenêtres en trompe-l’oeil
    • Edith Jolicoeur Artiste peintre - Fenêtres en trompe-l’oeil
    • Edith Jolicoeur Artiste peintre - Fenêtres en trompe-l’oeil
    • Edith Jolicoeur Artiste peintre - Fenêtres en trompe-l’oeil
    • Edith Jolicoeur Artiste peintre - Fenêtres en trompe-l’oeil
    • Edith Jolicoeur Artiste peintre - Fenêtres en trompe-l’oeil
    • Edith Jolicoeur Artiste peintre - Fenêtres en trompe-l’oeil
    • Edith Jolicoeur Artiste peintre - Fenêtres en trompe-l’oeil
    • Edith Jolicoeur Artiste peintre - Fenêtres en trompe-l’oeil
    • Edith Jolicoeur Artiste peintre - Fenêtres en trompe-l’oeil
    • Edith Jolicoeur Artiste peintre - Fenêtres en trompe-l’oeil
    • Edith Jolicoeur Artiste peintre - Fenêtres en trompe-l’oeil Portfolio •Œuvres de la collection patrimoniale Passé simple et Châssis doubles Le volet original du projet Passé simple et Châssis doubles qui s’est achevé en octobre 2007, comprend douze œuvres présentant une mise en valeur d’une partie importante du patrimoine vivant et bâti de la région de Carleton-sur-Mer dans une interprétation figurative de scènes de la vie quotidienne vues et peintes à travers d’anciens châssis doubles, témoins d’une époque pas si lointaine. Plus en détails… Depuis près de neuf ans déjà qu’Edith Jolicoeur pratique l’« Art de la récupération ». Son support favori : les vieilles fenêtres qu’elle transforme en de véritables trompe-l’œil à emporter… Les fenêtres qu’utilise l’artiste datent, pour la majorité, du début du siècle passé. Elles lui sont souvent offertes par des gens d’ici qui ne savent plus quoi en faire. Certaines d’entre elles proviennent d’anciennes maisons de pêcheurs, d’agriculteurs; quelques-unes parmi les plus grandes proviennent même de sa propre maison, dont la construction remonte à 1900. Elles font partie du patrimoine bâti de la région. Edith Jolicoeur s’est souvent interrogée sur les gens qui ont fabriquées ces fenêtres, qui les ont installées, qui les ont lavées, sur ceux qui y regardaient et sur ce qu’ils pouvaient y voir. Quelles émotions pouvaient bien passer par les carreaux ? Le projet Passé simple et Châssis doubles a été rendu possible grâce à une bourse en recherche et création du Fonds régional des arts et des lettres offerte conjointement par le Conseil des Arts et des Lettres du Québec ainsi que par la Conférence Régionale des Élu(e)s de la Gaspésie et des îles-de-la-Madeleine.
    • Edith Jolicoeur Artiste peintre - Fenêtres en trompe-l’oeil Passé simple et Châssis doubles Ma grand-mère maternelle a eu 9 Photo : courtoisie Martine Parent enfants. Ma grand-mère paternelle en a eu 10! Combien en ont eu les vôtres? Par ce tableau, j'ai voulu rendre hommage à nos grands-mères. Au courage qu'elles avaient d'élever de grandes familles. À l'époque, pas de couches jetables, de laveuse à chargement frontal ou de four à micro-ondes ou de CPE ! Bien sûr, on peut y arriver encore aujourd'hui sans tout ça, mais on a le choix. Et pourtant... Malgré toute la besogne que j'imagine qu'elles pouvaient avoir, les femmes que j'ai vues sur les photos de mes recherches sont toutes bien mises, souvent sobres, mais soignées, les cheveux toujours bien coiffés. Et quoi dire de leurs enfants? Les vêtements? Les coiffures? ... Tout simplement impressionnant! Madame Élisabeth Bujold, Les enfants d'Edmond Allard son mari monsieur Louis Bujold Photo : album patrimonial Courtoisie Écomusée Tracadièche et de leur fils Jean. Photo : album patrimonial Courtoisie Écomusée Tracadièche 1 C.P.E. : Centre de la Petite Enfance Être en famille : adv.[Québec] [Familier] être enceinte. La voisine est en famille. (Source Logiciel Antidote) Marie-Hélène et ses quatre enfants... 40" X 56" ref. : 200610-070 EN FAMILLE ... ENCORE !
    • Edith Jolicoeur Artiste peintre - Fenêtres en trompe-l’oeil Passé simple et Châssis doubles «Quand, le 29 août 1867, les premières Soeurs de la Charité de Québec arrivaient à Carleton, elles apportaient des âmes de www.mef.qc.ca/marguerite_d_youville.htm courage, de noblesse et de vaillance qui, par des chemins d'honneur, allaient tracer à la jeunesse, des routes montantes en toute certitude. Dans la plaine immense des source coeurs de jeunes, elles venaient jeter la 1 semence d'éternité.» J'ai personnellement fréquenté «L'école du Vieux Couvent» entre 1982 et 1984 alors que j'étais en troisième et quatrième années du primaire. Les Soeurs n'y étaient plus, nos enseignantes étaient laïques. J'ai ensuite pris mes premiers cours de peinture au sous-sol, dans la défunte «Galerie du Vieux Couvent», je devais avoir 10 ou 11 ans. Les Sœurs du Couvent de Carleton Puis j'y suis finalement retournée Photo : album patrimonial pour les études collégiales. Le Courtoisie Écomusée Tracadièche «Vieux Couvent» avait été transformé en Cégep. Il avait perdu cette odeur de bois huilé qui m'était familière, mais il avait gagné quelques centaines de jeunes étudiants qui le 1 Soeur Marie-de-Grâces s.c.q., supérieure générale faisaient revivre. Extrait tiré du livre Couvent de Carleton 1867 - 1869 S.C.Q. Sous l’œil de Mère Sainte-Marie-Madeleine ! 44" X 66" ref. : 200611-073 Marie-Ève en soeur...
    • Edith Jolicoeur Artiste peintre - Fenêtres en trompe-l’oeil Passé simple et Châssis doubles Jeune enfant, je disais d'elle qu'elle était ma «grand-mère par en arrière». Quand on m'a prêté cette photo de Marie- Louise, j'ai été frappée par sa grande beauté. Puis mon attention a été attirée par la dentelle de son corsage ainsi que par ses bottines de cuir verni. Je me suis bien demandé comment une jeune femme de famille «ordinaire» pouvait se permettre de si beaux atours? J'ai aussi remarqué le poinçon du photographe au bas de l'image: "GAUCHER CAMPBELLTON N.B.". Je sais que lorsqu'elle était fille, Grand-Mère habitait les Grands- Platins. J'imagine que ce devait être toute une aventure pour des jeunes femmes comme sa soeur et elle de se rendre de l'autre côté de la Baie pour se faire Marie-Louise Parent et sa soeur photographier. Photo : Courtoisie Martine Parent Mon arrière-Grand-Mère est décédée en 1989 à l'âge de 87 ans, j'avais alors 14 ans et je me souviens encore comme elle était fière et Photo : courtoisie Martine Parent coquette. Récemment, on m'a parlé de «L'oncle Jos» qui travaillait dans le domaine de la pelleterie (commerce des fourrures). Joseph Parent On raconte qu'il était vieux garçon et qu'il avait beaucoup d'argent. On raconte aussi qu'il aimait gâter ses nièces en leur achetant de beaux vêtements. Ce qui expliquerait comment Marie-Louise pouvait être aussi bien parée. MARIE-LOUISE, BELLE COMME UN CAMÉE 27" X 54" ref. : 200701-0708
    • Edith Jolicoeur Artiste peintre - Fenêtres en trompe-l’oeil Passé simple et Châssis doubles Mes recherches m'ont permis d'en apprendre beaucoup sur la vie des pêcheurs d'ici. Tout comme ceux de plusieurs amis gaspésiens de ma génération, mon père et mes grands-pères n'ont pas pratiqué la pêche. En en discutant ensemble dans les derniers mois, nous nous sommes rendu compte Monsieur Sylvestre Alain et ses enfants que bien des aspects du Photo : Courtoisie Écomusée Tracadièche Et Madame Lina Alain métier nous étaient complètement inconnus. Nous avons, entre autres, appris que ces bouées alignées en forme de flèche que nous voyions flotter juste au sud du Banc de Laroque quand nous étions enfants retenaient des filets qui formaient des pièges pour prendre le saumon. Jusqu'à cette année, je croyais que c'était pour la morue! Je ne savais même pas que, jusqu'à récemment, on pêchait le saumon commercialement aussi près dans la Baie. Sylvestre Alain 1968 Photo : Louis Bosman - Curé Tout ceci me fait réaliser à quel point il Courtoisie Écomusée Tracadièche est important de transmettre ce volet de Et Madame Lina Alain notre histoire aux générations qui nous suivent. 41" X 28 1/2" ref. : 200702-079 JOUR DE CAMBUSE
    • Edith Jolicoeur Artiste peintre - Fenêtres en trompe-l’oeil Passé simple et Châssis doubles Les pêcheurs d'aujourd'hui achètent des filets de nylon tout faits directement dans les commerces spécialisés. Mais autrefois, les pêcheurs profitaient des longs mois d'hiver pour fabriquer eux-mêmes leurs filets à l'aide d'aiguilles et de gabarits de tailles différentes selon le type de poisson à prendre. Au départ, ils étaient faits de corde de chanvre ; noeuds simples, mais moins résistants. Ensuite est Sylvestre Alain brochant du rets arrivée la corde de nylon de Photo : Courtoisie Écomusée Tracadièche différents calibres; plus résistante, Et Madame Lina Alain mais requérant des doubles noeuds pour ne pas glisser. www.civilization.ca/tresors/barbeau/mbp0204f.ht fabriquant un filet de pêche, [19--]. 1 Un Peu de vocabulaire : Les mains d'un pêcheur BROCHER : Verbe ¨Tisser en entremêlant sur le fond des fils de soie, d’argent ou d’or, source : ml de façon à y faire apparaître des dessins en relief. ¨[Acadie] [Familier] Tricoter. Brocher un beau chandail. RETS : Nom masculin ¨[Vieux] Filet. ¨[Soutenu] Piège. Prendre qqn dans ses rets. 1 Source : Logiciel Antidote L’HOMME QUI BROCHAIT DU RETS Monsieur Gérard Leclerc, 84 ans. 36" X 71" ref. : 200702-080
    • Edith Jolicoeur Artiste peintre - Fenêtres en trompe-l’oeil Passé simple et Châssis doubles Mademoiselle Laferté, devant l’école qui deviendra plus tard la salle municipale de Carleton-Centre Photo : album patrimonial - Courtoisie Écomusée Tracadièche Autrefois, les enfants de la campagne n’allaient pas à l’école du village ou de la ville. Les autobus scolaires n’existaient pas et les parents n’avaient pas le temps de les conduire eux-mêmes à l’école. Afin de permettre aux enfants d’y aller, on a alors pensé construire, un peu partout dans la campagne, des petites écoles qu’on a appelées les écoles de rang.1 Pendant de nombreuses années, les écoles de rang ont meublé le paysage rural québécois. Pour plusieurs personnes, les écoles de rang représentent le seul lieu d'instruction qu'ils aient connu.2 L’âme de l’école de rang, c’était la maîtresse d’école. Après les parents et le prêtre, elle jouait le rôle le plus important dans la destinée des enfants. À la fois surveillée et soutenue par l’inspecteur d’école, le curé du village, les commissaires et les parents, l’institutrice véhiculait nos valeurs sociales et religieuses.1 1 Tiré d'un texte d'Hélène Renault : www.ssjbmauricie.qc.ca/souverain/peuple/ecole.php 2 Source : www.museevirtuel.ca/CommunityMemories/ERII/000a/Exhibits/Francais/index.html Magali qui prend la pause afin de retrouver un gabarit 276 12" X 55" ref. : 200702-081 de traits…et des doigts! L’INSTITUTRICE
    • Edith Jolicoeur Artiste peintre - Fenêtres en trompe-l’oeil Passé simple et Châssis doubles Sur la côte est du Canada, une légende perdure depuis plus de 500 ans. Par les soirs de tempête, lorsqu'un ouragan se prépare, de nombreux pêcheurs ont vu une boule de feu surgir de la mer, prendre la forme d'un navire, puis disparaître. Ces apparitions sont souvent accompagnées de bruits de chaînes et de cris. Mais lorsque les pêcheurs s'approchent de la scène, tout disparaît. Née à Nouvelle, Québec, le 22 mars 1915, ma grand-tante, Catherine Jolicoeur, est une véritable fierté pour la famille. Pendant son adolescence, elle prend goût à la littérature. En 1934, elle entre chez les Filles de Marie de l'Assomption où elle obtient son brevet d'enseignement. En 1950, elle obtient un baccalauréat ès arts de l'Université Sacré-Coeur de Bathurst, N.B. Après avoir obtenu un baccalauréat en sciences sociales à l'Université Saint-Louis Maillet d'Edmundston, N.B., l'institution lui décerne en 1955 une maîtrise dans la même discipline et l'année suivante un baccalauréat en pédagogie. L'aboutissement de cette longue période d'études est l'obtention à l'Université Laval en 1963 d'un doctorat en sciences sociales dont la thèse est intitulée «Le Vaisseau- Fantôme». De 1963 à 1984, elle effectue de nombreuses recherches sur les légendes, tout particulièrement sur celles de l'Acadie. En 1984, la maladie d'Alzheimer la force à prendre sa retraite. Elle réside alors à la maison mère à Campbellton, N.-B., où elle reçoit des soins prodigués par sa communauté. Soeur Catherine Jolicoeur rend l'âme le 17 mars 1997. Sources : http://www.umoncton.ca/etudeacadiennes/centre/etatgen/etat000/p0063.html http://archives.radio-canada.ca/IDC-0-10-1268-7139/vie_societe/monstres_legendes/ Ma grand-tante : Sœur Catherine Jolicoeur en l,honneur de qui j’ai fait ce tableau. 19 1/2" X 28" ref. : 200703-082 LA LÉGENDE
    • Edith Jolicoeur Artiste peintre - Fenêtres en trompe-l’oeil Passé simple et Châssis doubles Je suis convaincue que chaque époque, chaque culture, chaque village a son lot de badauds, d'écornifleuses et de commères... L'idée de représenter une commère à la fenêtre est venue très tôt dans mon projet. J'ai tout de même mis un certain temps à trouver la bonne façon de le faire. Puis j'ai eu la révélation! Jusqu'à présent, dans chacune des fenêtres que j'illustre, le spectateur était à l'intérieur de la pièce où se déroulait l'action et observait le sujet comme s'il était un «petit oiseau». L'arrière- plan avait toujours été un paysage extérieur. Dans ce tableau, pour la première fois, le spectateur est à l'extérieur et il voit le sujet regarder à l'extérieur. La Méchante Interprétée par Marie-Lise Pilote Source : www.lebothum.com Cette perspective m'amuse énormément. Voici l'écornifleuse écorniflée. Quand on la regarde, on peut supposer ce qu'elle surveille : la durée de la visite du laitier chez «Madame Unetelle», le fils de la voisine qui embrasse la fille d'à côté, ce que vous voulez... Mais ce qu'elle ignore, cette écornifleuse, c'est qu'au moment où elle observe les autres, nous, les spectateurs, on l'observe aussi. On regarde chez elle. On devine son mobilier en travers l'épais rideau de dentelle. Écornifleuse : n.f. [Québec] [Familier] Personne curieuse et indiscrète qui surveille les faits et gestes des gens. Un écornifleux qui épie ses voisins. Source : Logiciel Antidote 33" X 31 1/2" ref. : 200703-083 Mimi qui a accepté ce rôle ingrat L’ÉCORNIFLEUSE
    • Edith Jolicoeur Artiste peintre - Fenêtres en trompe-l’oeil Passé simple et Châssis doubles J'imagine sans aucun doute que la période des Grandes Guerres fut très importante pour les gens de l'époque. Je ne pouvais donc faire un travail sur la première moitié du siècle sans aborder ce thème. «Salvaged from air crash» Mars 1944 MG30 E 494, boîte 1 Source : http://www.collectionscanada.ca L'idée de présenter des militaires en Catalogue EATON ÉTÉ 1943, p. 11 - Courtoisie Roseline Arsenault uniforme prêt à partir ou revenant du front ne m'enchantant pas, j'ai choisi d'exploiter le thème sous un angle différent. J'ai donc imaginé un scénario où une jeune femme reçoit une lettre de son amoureux. Robe pour jeune femme Derrière elle, c'est comme si le paysage s’était évanoui. Plus rien d'autre n'a d'importance que sa lettre et elle. Pourtant à l'époque, pas d'Internet ou de téléphone portable pour correspondre. J'imagine qu'il pouvait se passer un bon moment entre l'envoi et la réception de courrier. Qu'à cela ne tienne pour le moment l'amoureuse du tableau est pleine d'espoir dans sa robe Rouge Liberté (Éclatant) de chez Eaton. 32" X 59 1/2" ref. : 200704-085 Nancy qui joue l’amoureuse LA LETTRE
    • Edith Jolicoeur Artiste peintre - Fenêtres en trompe-l’oeil Passé simple et Châssis doubles Je crois que bien des grands- mères ont tricoté des bas. Ceux de ma Grand-Mère Jolicoeur étaient tout particulièrement appréciés. Je me souviens qu'à un moment, elle renforçait la pointe des orteils et le talon en Trois dames se reposant... à travailler! doublant sa laine d'un fin fil de Source : Au pays de Matane nylon. Volume XLI, Numéro 2 - décembre 2006 - p.26 Source : 20e calendrier de photographies anciennes de Matane Hommage aux pionniers de Saint-Léandre 1906-2006 La Grand-Mère de mon tableau a posé dans la chaise berçante authentique de mon arrière-grand- père maternel. Celle-ci a bercé plusieurs générations page du mois d'août de grands-mères et de bébés. J'en ai vu des semblables dans le catalogue EATON qu'on m'a prêté pour mes recherches. Disponibles pour seulement 4.25$ transport inclus. Inspiration pour les vêtements Dans la chaise de mon arrière-grand-père 32" X 62" ref. : 200704-086 LES BAS DE GRAND-MÈRE Matante Yvette se berçant
    • Edith Jolicoeur Artiste peintre - Fenêtres en trompe-l’oeil Passé simple et Châssis doubles Quelles belles prises! Benoît Lapointe revenant de la petite pêche Courtoisie Denise Leblanc et Lionel Lapointe On imagine mal aujourd'hui revenir de la petite pêche dans un ruisseau près de la maison avec un tel quota! Il faut dire qu'à l'époque, les bouches à nourrir étaient plus nombreuses. J'ai eu beaucoup de plaisir à confondre les générations en faisant poser un arrière-petit-fils de Ben interprétant en fait un jeune frère de son grand-père. Chandail de coton Catalogue EATON ÉTÉ 1943, p. 133 Courtoisie Roseline Arsenault 27 1/2" X 52" ref. : 200606-088 James, l’arrière-petit-fils de Ben et sa cousine Catherine AS-TU VU QUI ARRIVE?
    • Edith Jolicoeur Artiste peintre - Fenêtres en trompe-l’oeil Passé simple et Châssis doubles Je me souviens d'avoir vu chez mon Grand-Père Jolicoeur tout plein de photos de Hockey. Je ne crois pas me tromper en disant que ce sport était très important à l'époque, peut-être encore plus que maintenant. Un groupe de personnes patinant Armand Allard et l'équipe de hockey sur le barachois de Carleton. les Castors de Carleton. On voit aussi quelques maisons, Photo : album patrimonial dont celle d'Honoré Bernard (Monti). Courtoisie Écomusée Tracadièche Photo : album patrimonial Courtoisie Écomusée Tracadièche Couvertures à points de la Compagnie www.hbc.com/hbcheritagef/faq/pointblanketfaq/ Catalogue EATON ÉTÉ 1943, p.259 Courtoisie Roseline Arsenault de la Baie d'Hudson Radio PHILCO Source : 40" X 23 1/2" ref. : 200706-089 LA « GAME »
    • Edith Jolicoeur Artiste peintre - Fenêtres en trompe-l’oeil Passé simple et Châssis doubles Quelques images du vernissage… Un aperçu de la salle d’exposition de l’Oratoire Notre-Dame-du-mont-Saint-Joseph Tout le « gratin » de Carleton-sur-Mer y était... Même les filles du bureau qui a assuré les pièces En plus des quelques cent visiteurs sur place au vernissage... Tous mes modèles vivants présents! durant l'exposition! Merci :-)
    • Edith Jolicoeur Artiste peintre - Fenêtres en trompe-l’oeil Passé simple et Châssis doubles Remerciements Passé simple et Châssis doubles fut le premier projet d'envergure d’Edith Jolicoeur. Elle tient à remercier toutes celles et ceux qui l'ont aidé, appuyé et soutenue jusqu'à maintenant... et qui continuent à le faire encore :-) Merci! Merci aux organismes partenaires Merci aux membres de la collectivité qui ont collaboré Écomusée Tracadièche Johanne, Yves, Roch, Kate, Serge, Pascal, Antoine, Élise, Samuel, Geneviève, Danielle, Renaud, Diane, Martin, Corporation de gestion et de mise en Catherine, Hélène, Martine, Isabelle, valeur du Mont St-Joseph Marie-Ève, Jeane, Paule, Marie-Hélène et les enfants, David, Roseline, Madame Madeleine, Madame Lina, Karen, Monsieur Leclerc, Magali, Mimi, Nancy, Maximum 90 - Festival La Virée Matante Marie, Matante Yvette, Denise et Lionel, James et Caroline, Zita, Marilyn, Alex, Gilles, Nicole, Virginie, les filles chez Promutuel Quai des arts et tous les autres! Ville de Carleton-sur-Mer Le projet Passé simple et Châssis doubles a été rendu possible grâce à une bourse en recherche et création du Fonds régional des arts et des lettres offerte conjointement par le Conseil des Arts et des Lettres du Québec ainsi que par la Conférence Régionale des Élu(e)s de la Gaspésie et des îles-de-la-Madeleine.
    • Edith Jolicoeur Artiste peintre - Fenêtres en trompe-l’oeil Passé simple et Châssis doubles Article de presse
    • Edith Jolicoeur Artiste peintre - Fenêtres en trompe-l’oeil Portfolio Diffusion artistique Mars 2008 Expo | Trio | Plateau collectif / 3 créatrices : Edith Jolicoeur, artiste peintre | Marie-Hélène Beaulieu, Joaillière | Danou, Tisserande Galerie Le 1040, Montréal Été et automne 2007 Exposition solo : Passé simple et Châssis doubles Salle d’exposition de l’Oratoire Notre-Dame-du-mont-Saint-Joseph et Foyer du Quai des Arts, Carleton-sur-Mer Juin 2006 Réalisation d’une réplique d’une robe de la Princesse Louise Musée de la Rivière Cascapedia, Cascapedia-St-Jules Janvier à février 2005 Performance (collectif / 3 artistes : Gonthier, Lucier, Jolicoeur) Réalisation de trois fresques dans un lieu public (Patrimoine vivant/bâti) Magasin Coop IGA, Maria Décembre 2004 Exposition solo : Trompe-l’œil à emporter Café Bistro Les têtes heureuses, New Richmond Été 2004 Illustration du Guide de découvertes patrimoniales de Carleton – St-Omer Publié à 1 000 exemplaires, distribué dans la région Été 2004 Concours d’art Brise-Bise, Exposition estivale Bistro Bar Brise-Bise, Gaspé à Gaspé Juin 2004 Réalisation d’une fresque de 60 pi X 12 pi dans un lieu public Carrefour Baie-des-Chaleurs, New Richmond Avril 2004 9ème Symposium en Arts visuels de Drummondville Novembre 2003 Salon des Métiers d’Art du Bas-St-Laurent Rimouski (Corporation des Métiers d’Art et Conseil de la culture BSL) 2000 à 2003 Salon des Métiers d’Art de la Gaspésie Bonaventure, Sainte-Anne-des-Monts, Gaspé 2001 à ce jour Exposition permanente Galerie personnelle, Carleton-sur-Mer www.edithjolicoeur.com
    • Edith Jolicoeur Artiste peintre - Fenêtres en trompe-l’oeil Portfolio Reconnaissance professionnelle 2003 Conseil des Métiers d’art du Québec Famille de métier : Peintre décorateur Famille de matériaux : Autres matériaux Prix et distinctions Avril 2006 Fonds des arts et des lettres de la Gaspésie et des Ìles-de-la-Madeleine Conférence Régionale des Élus / Conseil des arts et des lettres du Québec Bourse à la création pour le projet Passé simple et Châssis doubles Novembre 2004 Gala Culturel Gaspésien, 2004 : Finaliste, Prix Émergence Télé-Québec Juin 2004 : Concours d’art Brise-Bise, 2004 : 2e Prix, Vote des artistes Juin 2002 : Mérites Gaspésiens et Madelinots 2002 : Prix Jeune Entreprise, chambre de commerce de Carleton. Mai et juin 2001 : Concours québécois en entrepreneuriat : Prix spéciaux, volet international : Séjour professionnel en France offert par l’office Franco-Québécois pour la Jeunesse. Volet national : 2e Prix National, catégorie commerce. Volet régional : Grand Prix d’Excellence, catégorie commerce, Réseau des CLD de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine. Volet local : Prix d’Excellence, catégorie Jeunes Entrepreneurs, MRC d’Avignon. www.edithjolicoeur.com
    • Edith Jolicoeur Artiste peintre - Fenêtres en trompe-l’oeil Portfolio Couverture médiatique Graffici, article, 07-2007 CHNC, radio, entrevues, 2007 MAGAZIN’art, Répertoire biennal des artistes canadiens en galeries, 2004 - 2005 La Gaspésie, livre, Éditions de l’Homme, 2003 CIEU-FM, radio, entrevues, 2001 à 2005 CHAU-TVA, télé, entrevues, 2001 à 2007 SRC, radio, Matane, entrevues, 2001 à 2007 Le Soleil, quotidien, articles, 05-2001, 07-2001 et 06-2007 Allo vedettes, article, 09-2001 Graffici, article, 08-2001 L’Écho de la Baie, article, 07-2001 Businest, article, 07-2001 www.edithjolicoeur.com
    • Edith Jolicoeur Artiste peintre - Fenêtres en trompe-l’oeil Un peu de contexte… Vitrine de la Galerie « Le 1040 » | Montréal Stand au Marché Public du Festival La Virée | Carleton-sur-Mer « La Porte Rouge » : Véritable porte de bois massif posée sur un socle à roulettes afin d’être mobile et Originaux, reproductions sur toiles et cartonnées… autoportante. www.edithjolicoeur.com