• Share
  • Email
  • Embed
  • Like
  • Save
  • Private Content
Lire envendeedecembre2009juin2010
 

Lire envendeedecembre2009juin2010

on

  • 2,089 views

lire en vendee

lire en vendee

Statistics

Views

Total Views
2,089
Views on SlideShare
1,803
Embed Views
286

Actions

Likes
0
Downloads
3
Comments
0

1 Embed 286

http://ecrivainsvendee.wordpress.com 286

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Lire envendeedecembre2009juin2010 Lire envendeedecembre2009juin2010 Document Transcript

    • lire en vendée ivre n° 20 du l décembre 2009 - juin 2010 t emPs Prin aigu ont avril à m u 12 du 9 a Les Prix DES Écrivains deVendée -vous n nez 5 € abo pourÉchos muséesspécial bande dessinée en vendée :les enfants de Benjamin Lire en Vendée - Décembre 2009 - Juin 2010 1
    • Éditorial L’événement de l’année, c’est finalement Le Refuge de Grasla se mobilise lui aussi pour un pour nous la création d’une association livre de contes à paraître en juillet 2010 et un autre pour la mémoire de Jean Huguet concours est lancé à cet effet (voir infra). Enfin, nous participons maintenant mensuelle- ment à l’émission « Prise Directe » de RCF Vendée animée par René Moniot-Beaumont, de la Maison des écrivains de la Mer, sur l’actualité littéraire de la Vendée. Les Amis de l’Historial de la Vendée viennent dans ce numéro apporter leur concours axé sur les éditions de la Conservation des Musées et une approche approfondie de Serge Perrotin sur la bande dessinée vendéenne à l’occasion de l’exposi- tion Benjamin Rabier à l’Historial. C’est donc aussi un nouveau départ pour les publications de cette association. N’hésitez pas à nous faire part de vos rencontres Cette association s’est créée à l’initiative de et de toute initiative cherchant à promouvoir les Madame Huguet, Geneviève, de son neveu, Roger lettres vendéennes. Lescop, et de tout un groupe d’amis fidèles. Bonne lecture et bonne année 2010 ! Elle a pour siège la Maison Chaumoise, 12, rue du Moulin aux Sables d’Olonne. Elle s’est officiel- La Rédaction lement constituée le 4 juillet 2009, compte déjà plus de 145 membres et a réalisé de nombreuses images sommaire pour un DVD du souvenir à paraître en 2011. 2 Éditorial Elle a publié son premier bulletin d’informa- tion trimestriel, L’aile de la Mémoire, lancé les bases 3 les Prix des écrivains de vendée d’un prix Jean Huguet, concours de nouvelles sur le thème « Racontez-nous la mer » et projette l’orga- 4 louis CHevalier, nisation de « cafés littéraires ». professeur au Collège de France Une manifestation s’est déroulée à la salle des fêtes de La Chaume le 13 novembre ; les premières 5 les salons images du DVD y ont été dévoilées. 9 la vendée en gaspésie La société des écrivains de Vendée s’associe de tout cœur aux initiatives des Amis de Jean Huguet et 10 un peu d’histoire lui prêtera tous les concours qu’elle sera en mesure de lui apporter. Jean est l’un des premiers fonda- 11 « Échos-musées » Historial teurs des Écrivains de Vendée avec Joseph Rouillé. Longue vie donc aux Amis de Jean Huguet ! 13 la bande dessinée en vendée Notre association se mobilise actuellement aussi 23 de la peinture à l’écriture pour notre prix, qui sera maintenant double. Le Crédit Mutuel Océan souhaite en effet nous accom- 24 ronsard en vendée pagner concrètement lors de cette action. 27 nos sélections Nous ne manquions pas d’œuvres dignes du Prix ; la qualité est toujours au rendez-vous. Vous 33 autres parutions jugerez vous-mêmes en lisant comme nous tous les auteurs sélectionnés. 35 les écrivains de la mer2 Lire en Vendée - Décembre 2009 - Juin 2010
    • Les prix des écrivains de Vendée Prix des Écrivains de Vendée Les chants de la lune noire. Là où voyagent les feux du ciel (tome 3) Yves Bulteau Seuil, 248 p., 10 € Prix Crédit Mutuel Océan des Écrivains de Vendée Le maître et le violoncelle anne H.tallec Éditions J.C. Lattès, 300 p., 19 € Nous avions fait notre marché dans les sélections trouver à la Capitale une oreille attentive à leur talent :de notre dernier numéro de Lire en Vendée ; nous avi- déjà tout de même une première consécration.ons repris quatre titres et trouvé le dernier parmi ceux Moralité : oubliez la crise, la grippe et le crachin,reçus depuis : Le Dernier Canasson de Marcel Grelet. vous avez deux livres à lire avant la fin de la semaine, L’heureuse initiative du Crédit Mutuel Océan, trois autres à suivre et le reste de nos sélections avant laconjuguée à celles du Conseil Général de la Vendée, parution de notre prochain numéro.du Conseil Régional des Pays de Loire et de notresponsor l’Imprimerie Offset’5, nous permet de cou- Nous vous laissons donc redécouvrir les Prix, deuxronner deux livres qui ont, avec les trois autres, suscité romans qui avaient suscité l’enthousiasme d’Yves Viol-bien des échanges passionnés lors de notre jury le 2 lier dans notre précédent numéro.décembre à la Brasserie Le Clemenceau. Les palmes Deux livres qui sortent des sentiers battus et fontreviennent donc à un auteur prolifique (sous divers honneur à la littérature et à la Vendée.pseudonymes), chevronné, et à un premier roman. Merci, Yves, Des membres éminents de notre jury regrettent Merci, Anne,que les lauréats n’aient pas été publiés par des éditeurs nous garderons vos livres !vendéens. Les autres aussi, mais ils sont heureux que Le jurydes vendéens de souche ou d’adoption aient réussi àLes autres nominés : L’Angélique Aux portes si pimento des Olonnes Joseph violleau France duclos Éditions Amalthée, Geste éditions, 416 p., 23 € 240 p., 18 €Le dernier Canasson ferme pour s’installer à La Roche-sur-Yon chez Forget,marcel grelet comme charretier-livreur de marchandises. Toute sa vie les chevaux seront sa compagnie et incarneront uneÉditions Cheminements, 350 p., 18 € certaine conception du travail. Après l’autre guerre, les camions remplaceront les animaux de trait. Fernand À son retour de la Guerre de sera le conducteur du dernier canasson yonnais, à la14, Fernand ne retrouve plus rien fois fier et contraint par un ancrage dans la traditionde sa jeunesse. Son frère et sa mère dont il ne se départit jamais. Une belle évocation d’uneont laissé un grand vide dans sa période disparue. A.P.vie et dans son cœur. Il quitte saLire en Vendée - Décembre 2009 - Juin 2010 3
    • Mémoire louis Chevalier, professeur au Collège de France Homme de lettres et de sciences, historien et sociologue, il fut une figure emblématique de la sociologie des temps contemporains. L’Aiguillon-sur-Mer est un vil- les us et coutumes de l’entre deux-guerres, pouvant lage du littoral atlantique du sud faire des comparaisons avec ce qu’il a découvert, étant vendéen, riche de ses cultivateurs, étudiant, puis professeur, dans les ouvrages d’écrivains de ses marins, de son port, à la fois plus anciens. fluvial et maritime. Louis Chevalier évoque aussi les aventures de la Il y aurait bien d’autres richesses jeunesse du village d’alors, avec une remarque particu- à signaler, mais nous évoquons lière pour une certaine Mimi, jeune fille élevée par une aujourd’hui, Louis Chevalier, per- mère et une grand-mère captatrices. sonnage d’exception. L’ouvrage possède aussi une autre richesse, l’analyse Né en 1911 à l’Aiguillon-sur- d’une société qu’il a vu évoluer durant 80 ans, avec Mer, c’est le fils d’un marchand de charbon, le petit- deux événements majeurs, les deux guerres mondiales. fils d’un marchand de grains. L’origine de sa famille Autre intérêt encore de ce travail de plus de 450 n’était pas aiguillonnaise. En ses veines coulait du sang pages, les figures que l’on découvre au cours des cha- anglais et du sang breton, avec des apports plus loin- pitres, celle de Couzinet, l’instituteur, père d’Emile tains. De brillantes études lui ouvrirent les chaires les Couzinet, l’avionneur, ou de Girardeau, ce vendéen plus prestigieuses des universités françaises. Il enseigna professeur à Polytechnique, l’abbé Poirier, curé et à l’Institut d’Études Politiques de Paris sur le thème futur professeur à l’Université catholique d’Angers, ou Cinéma et civilisation. le médecin Pigeanne et son rôle sous l’Occupation. Il assura, durant de nombreuses années, un cours Pour mieux saisir l’écriture de Louis Chevalier et d’Histoire du XXème siècle. Au Collège de France ses sa manière de présenter ses remarques, voici quelques recherches et son enseignement portaient sur le thème citations prises dans cet ouvrage. Histoire et structures sociales de Paris et de la région pari- Parlant des deux aspects de L’Aiguillon, Louis sienne. Il a toujours gardé attache et affection pour Chevalier écrit : Considérées sur une centaine d’années, L’Aiguillon, comme il l’affirmait dans la préface don- rares sont les familles où l’on ne trouve, pour une même née à Hervé Louboutin pour son ouvrage LE PUY époque, des branches exclusivement maritimes, d’autres DU FOU : « L’Aiguillon-sur-Mer, mon village natal qui s’adonnaient à la fois aux travaux de la terre et de la où je cherche tous les ans l’inspiration de l’Océan et mer, à la culture des champs et à celle des vases, d’autres des dunes. » Il s’éteignit en 2001. enfin qui passent brutalement de la terre à la mer, beau- Un de ses ouvrages nous fournit le sujet de cette coup plus rarement, presque jamais de la mer à la terre. chronique : LES RELAIS DE MER, paru en 1983, il (page 30) y a donc plus de 25 ans. Il y évoque la vie et l’évolu- Évoquant la population de cette région de L’Ai- tion de ce petit village vendéen, où le monde agricole guillon-sur-Mer, il note : Comme les relais, le terreau côtoie une population de marins, modeste, mais plus humain n’a guère changé : la plupart des familles dont il évoluée. Nous avons eu alors l’honneur de le rencon- vient d’être question sont celles-là mêmes que nous retrou- trer. Il rayonnait de bonheur quand il parlait de la vons un siècle et demi plus tard dans ce livre. Quant aux Vendée et surtout de L’Aiguillon. caractères de cette population, ils s’apparentent à ceux des Le sous-titre est expressif quant au sujet de l’ou- relais eux-mêmes et s’expliquent en partie par eux. En vrage : « Un village de la côte vendéenne de la veille de somme, ces relais qui désignent les pays ne sont pas loin de la guerre de 14 aux lendemains de la deuxième guerre désigner aussi les hommes. (page 27) mondiale ». Guy Perraudeau En sociologue, l’auteur nous décrit, avec réalisme et parfois un brin d’humour, ce qu’il a vécu étant jeune, et observé autour de lui durant ses études et quand Louis Chevalier : LES RELAIS DE MER il revenait pour quelques vacances. Souvenirs fami- Éditions Fayard - 1883 - 456 p. liaux, avec le départ à la guerre de son père en 14, les Parmi ses travaux scientifiques, on remarque, parmi tant visites au front avec sa mère, sa vie scolaire, les petits d’autres études : riens des habitants de « la venelle », où habitaient ses Histoire de la nuit parisienne -1940-1960. parents ; en observateur de la vie sociale, il souligne Éditions Fayard, 1982.4 Lire en Vendée - Décembre 2009 - Juin 2010
    • Salonsle salon du livre vendéenau refuge de graslaAffluence record cette année encore à Grasla,le dimanche, après que la pluie ait chassé lesinconditionnels du samedi. Claude Mercier, conteur errant Un appel à l’écriture « Notre premier objectif est de mettre en valeur la Ven- dée par le biais de ces contes originaux (c’est-à-dire écrits pour l’occasion). ... Cette édition 2009 a commencé par la douche Notre souhait est de réunir vingt à trente textes deécossaise redoutée depuis le début de l’aventure. qualité et de créer une synergie autour de ce projet litté- Maussade le temps, samedi, rares les fidèles, grises raire ambitieux, avec le soutien du Conseil Général de lales têtes, sombres les mines... et ce fut le déluge, des Vendée.vagues de hallebardes se sont abattues sur le refuge. Partis les chalands, partis les auteurs, à la rescousse Notre deuxième objectif est d’agiter des talents, puisles bénévoles et les libraires. de les révéler. En un tour de main tout était rangé, tous étaienttrempés. Créer des liens, se rapproprier son environnement, Le lendemain, au petit jour, le refuge rutilait, les écrire des histoires, raconter des lieux, faire connaître desnappes changées, les livres revenus, secs, les auteurs et hommes au cœur de l’Histoire, favoriser la lecture au seinla foule aussi ; le sourire sous le soleil. d’un public familial et mettre en valeur le patrimoine local sera le fil conducteur de notre projet. Après les Québécois, c’était au tour des Bourgui-gnons de faire diversion : ils sont venus avec leurs Nous reproduisons en encadré les modalités delivres, leur barriques, leurs bateleurs et leur bonne cet événement qui verra son aboutissement dans unehumeur, communicative ! publication à venir lors du prochain Salon du Refuge La forêt résonne encore de leurs cris, de leurs qui sera donc encore un moment majeur pour l’acti-chants, de leur joie de vivre, du choc de leurs verres, vité culturelle vendéenne...de l’explosion de leurs bouchons, annonciatrice d’un Jean de Raigniacnouvelle explosion de rires. Jean-Pierre Soisson et satroupe peuvent être fiers... La foule habituelle, dimanche L’écho des récits des conteurs et des musiciens tam-bourine toujours aussi à nos oreilles. Les conteurs,la nouveauté du millésime, ils ont fait un tabac ;Wilfrid Montassier nous rappelle que la pluie ne lesavait pas arrêtés, que les spectateurs étaient suspendusà leurs lèvres... Ce succès inspire la prochaine innovation del’équipe de Grasla : un nouveau livre de contes ven-déens pour la prochaine édition. Un appel est lancé à tous ceux que la plumedémange. Nous donnons ici la parole aux organisa-teurs avec un extrait des modalités de ce concours :Lire en Vendée - Décembre 2009 - Juin 2010 5
    • refuge de grasla, le Prix Charette Cinq livres étaient sélectionnés pour le troisième prix Charette remis dans la forêt de Grasla : L’éveil d’un petit Vendéen de Jean Billaud (Geste) Là où voyagent les feux du ciel d’Yves Bulteau (Seuil) Marie-Jeanne la Vendéenne de René Charrier (Che- minement) Une blessure française de Pierre Péan (Fayard) Pour mon plaisir et ma délectation charnelle de Pierre Combescot (Grasset) Ces contes visent à donner un nouveau coup Le prix Charette 2009 a été attribué à Pierre Péan de projecteur sur notre département (son histoire, pour Une blessure française. ses mystères, ses cours d’eau, ses forêts, ses hommes, ses pierres, ses animaux, ses plantes, son océan, ses Ce n’est pas un roman mais un essai sur l’insur- vies !). rection vendéenne. On connaît Pierre Péan pour ses En accord avec « Le Refuge de Grasla » et le enquêtes, souvent retentissantes, sur « Kouchner », Conseil Général de la Vendée, GRRR…ART Édi- « Le Monde », le « Rwanda ». On serait tenté de dire tions publiera au plus tard en juillet 2010 ce recueil qu’on ne l’attendait pas sur ce sujet-là. Mais il a déjà de contes et légendes. Le premier tirage sera de écrit Les Chapelières. Il a appliqué aux guerres de 3000 exemplaires. Vendée ses méthodes habituelles de journaliste d’in- … vestigation. Il y a ajouté, sans doute, un plus, affectif L’action est impérativement située en Vendée. celui-là, parce que le lieu à partir duquel il décortique Prendre un territoire, une légende inventée ou les événements est Maumusson, le village d’origine non, un monument, un personnage, un animal, de sa famille, entre Ancenis et Angers. Il y démontre, un arbre, une source et narrer son histoire hors du preuves à l’appui, que l’insurrection était bien une commun, le texte de 2 à 13 pages s’adressera à un révolte populaire au nom de la liberté de conscience public familial. contre la révolution bourgeoise et ses a priori antire- L’envoi des textes par mail à refugedegrasla@ ligieux. wanadoo.fr ou comlec85@voila.fr doit être effectué Distinguer Pierre Péan, c’est reconnaître un écri- avant le 20 décembre 2009 et au plus tard le 10 vain dont le parcours et les prises de position ne peu- janvier 2010. vent être suspects de complaisance. Il contribue à La diffusion de l’ouvrage est prévue pour juillet faire bouger les lignes car les idées anciennes sur les 2010, la sortie officielle ayant lieu lors du Salon du guerres de Vendée ont la vie dure. Mais Pierre Péan Livre Vendéen « Le Refuge du Livre » en forêt de fait vivre les personnages et les lieux de Maumusson, Grasla, les 17 & 18 juillet 2010. qu’il connaît bien. Les auteurs des textes retenus seront informés Et Une blessure française se lit comme un roman. en avril. C’est aussi pour cette qualité-là qu’on lui a remis le Prix Charette. Autres précisions sur le site refugedegrasla.fr Yves Viollier6 Lire en Vendée - Décembre 2009 - Juin 2010
    • Les Chantuseries, une nouvelle maisond’édition vendéenne Beaucoup de maisons d’édition doivent, hélas, se Quand un éditeur et écrivain organise son salonrésigner à disparaître. Raison de plus pour saluer la à Maulévriernaissance en Vendée de la petite dernière, Les ÉditionsLes Chantuseries. Elle a vu le jour au Poiré-sur-Vie, Les passionnés de livres et d’histoire régionalesous la forme de l’auto-entreprise. Son créateur, Ber- étaient choyés dimanche 8 novembre à l’espacetrand Illegems, journaliste et auteur, a obtenu le grand Foulques Nerra à Maulévrier lors de la 14e édition deprix de la Société des Écrivains de Vendée pour son la fête du livre. On pouvait y rencontrer des écrivains,roman L’écharpe rouge. Il est aussi l’auteur de Pigeon régionaux ou non, venus présenter leurs œuvres. OnVole, qui vient d’obtenir le prix du Lions’ Club de pouvait bavarder avec l’association du Souvenir ven-Nantes des audio-lecteurs. déen, mémoire importante de l’histoire régionale. On « Cette maison d’édition, dit-il, a choisi d’éditer pouvait aussi échanger avec Michaela Trillon, auteuredes « petits » livres : nouvelles, théâtre, poésie, récits, roumaine venue dédicacer son livre Jamais seule, tra-souvenirs... En fait, de publier ce qui lui plaît. Avec duit en français.prudence, passion, modestie. » Cette grande fête rassemblant une quinzaine d’au- teurs était présidée par Jean de Raigniac, président Le premier ouvrage de cette maison, sorti des de la Société des écrivains de Vendée et organisée parpresses de l’imprimerie Jauffrit, du Poiré-sur-Vie éga- le spécialiste local André Hubert Hérault. Celui-cilement, est un petit roman policier intitulé Pourquoi conclut :rue des Écus dont l’action se situe, au Poiré toujours, Cette édition est une réussite. Il est regrettable qu’unedans les années 1950. Ce livre a été écrit par les 14 telle manifestation ne déplace pas une foule plus impor-membres de l’atelier d’écriture que Bertrand Illegems tante.anime depuis deux ans. Françoise Supiot, Ouest-France G.B. Rentrée littéraire réussie le 19 septembre 2009 Éditions Les Chantuseries, 12, rue de la Chapelle, à Saint Gilles Croix de Vie,85170 Le Poiré-sur-Vie. E-mail : editions.leschantuseries@gmail.com Le Salon des Ecrivains « Temps Livre »a eu lieu les samedi et dimanche 10 et 11octobre à Aizenay Il rassemblait une trentaine d’écrivains dans la salle avec Jean-Pierre Matzer et Michel Fourage, dedes Quatre Rondes. l’Arée. une quinzaine d’auteurs régionaux, Maud L’un des temps forts de cette 3e version de la mani- Bianchi Atamian, François Bossis, Bernard Brunelière,festation (qui est organisée tous les deux ans, années Claude Burmeau, Claude Cailleau, Charles d’Estève,impaires) a été la remise des prix du concours de nou- Michel Gautier, Bernard Grasset, Monique Guibert,velles. Jean-Pierre Leclère, Gérard Loiseau, Jean-François Autre temps fort : la marche lecture, le dimanche Marival, Jacques Pinscloux, Joseph Tesson, Evelinematin. Y. V. Thomer sous les œuvres lumineuses du peintre Charles Atamian. Eveline ThomerLire en Vendée - Décembre 2009 - Juin 2010 7
    • le salon du livre de mer dernière minute... à noirmoutier Le 3ème Salon du Livre de Mer avait lieu les samedi et dimanche 13 et 14 juin 2009 à L’Herbaudière, face à la mer. Il mettait plus particulièrement à l’honneur les skippeurs et skippeuses français sous le titre « Les Aventuriers de la Mer ». Et, dans un cadre superbe- ment marin, sous un chapiteau ouvert sur la mer, il affirmait la volonté des organisateurs de faire de cet événement le grand rendez-vous des amoureux de la mer et des livres. Pari réussi. La fête a été belle. Le soleil avait rendez-vous avec le public, les écri- vains et la mer. Le 4ème Salon du livre de Mer devrait confirmer et amplifier le succès de la manifestation. Il se situera dans la continuité des réflexions du Grenelle de l’Envi- ronnement et de la Mer, et il aura pour fil conducteur : « Mer, Climat et Environnement ». Un cycle de confé- rences intitulé « La Mer : un Océan de Connaissances » Les Amis de René Bazin sera proposé au public, englobant tous les sujets envi- ronnementaux sensibles du moment. Une nouvelle association s’est créée pour perpétuer Le souhait des organisateurs est d’y associer tous et développer le rayonnement littéraire de René Bazin les écrivains qui ont le large pour horizon mais aussi ainsi que de veiller à la conservation de ses écrits. ceux dont le désir de mer est grand même si leur art Elle présente à Luçon, à l’amphithéâtre Sainte- est terrestre. Le salon englobera toutes les thématiques Ursule, le 15 décembre, une réédition par Siloë des liées à la mer, à travers les romans, les récits, les beaux Noellet, roman paysan de la Vendée angevine avec la arts, l’histoire, les ouvrages gastronomiques, la bande participation d’Armel René-Bazin de Jouy et du Géné- dessinée, la littérature jeunesse et, bien entendu, l’éco- ral Jacques Richou. logie tant il est vrai que la préservation du monde maritime, de sa flore, de sa faune est un enjeu crucial. Vaste programme donc. Préparez-vous à embarquer pour Noirmoutier, à la veille de l’été, les 11, 12 et 13 juin 2010 ! Y.V.8 Lire en Vendée - Décembre 2009 - Juin 2010
    • Reportage2009 aura été une année chargée pour Yolande Mamelle, fondatrice d’Amitié Vendée Gaspésieil y a trois ans à peine. France pour ce glorieux anniversaire. Hommage appuyé aux Gaspésiens, comme tous les Québécois si attachés à notre pays, à notre langue, la leur, à notre histoire, la leur, et qui savent si bien nous le montrer quand ils nous reçoivent. Conférence débat très ani- mée de M. Mario Mimeault surBruno Berger, Yolande Mamelle et les élus québécois devant la Jacques Cartier,plaque Jacques Cartier témoignage de la véritable passion Elle avait pleinement rempli son rôle en invitant qu’il inspire aux Discours de Bernard Brunelièrepar deux fois déjà des écrivains vendéens au Salon Gaspésiens. Radio-international du livre à Québec et en amenant l’été Télé Canada interviewe, non ! , interroge, longuement2008 toute une délégation d’écrivains québécois au notre délégation.Salon de Grasla. Cette année, Yolande nous invitait Après ce moment d’émotion, visite du Nouveauencore pour le Salon de Québec puis pour le 475 ème Brunswick puis de New-Richmond où nos artistes etanniversaire de l’arrivée de Jacques Cartier dans la Baie écrivains présenteront leurs œuvres, «discourreront»des Chaleurs. encore et se feront offrir un souper au homard à la François Bossis, Bernard Brunelière et deux Pointe Taylord, toujours en compagnie de Yolandeartistes sablais, Jean Briand et Stéphane Davesne, Mamelle et de Bertrand Berger qui veillent aux des-avec Gabrielle Brunelière et Éva, nous représentaient tinées de nos échanges culturels, économiques et gas-au pied levé. Bernard nous a fait un compte-rendu tronomiques.minutieux et émouvant. Nous l’avions déjà ressenti, La soirée se terminera en fanfare avec un récital depersonne ne sort intact d’une telle immersion en Nou- Roch Harvey, fils de l’écrivain Louis, qui scellera dansvelle France ; un pèlerinage qu’il faut avoir fait. ses chansons l’amitié Vendée-Gaspésie. Accueillis au Québec le 6 juillet par Yolande, reçus Rendons hommage à Yolande Mamelle, qui aprèsle 7 à Pointe-à-la-Croix en Gaspésie, par nos amis ce bouquet final, a voulu laisser la présidence de sonJocelyne et Jean-Pierre Parent, ils visitaient le 8 le association à Anne-Marie de Raigniac, en lui pro-Parc de Miguasha, inscrit au Patrimoine mondial de mettant de toujours tout mettre en œuvre pour nousl’UNESCO. accueillir et favoriser les échanges Vendée-Gaspésie.Ce Réception à l’Hôtel de Ville, visite du lieu histo-rique de la bataille de la Ristigouche, bataille à ajou-ter comme celle des Plaines et celle d’Abraham à laliste des batailles qui nous ont fait perdre pied dansce continent. Souper au Cercle littéraire La Tourelle àPetite-Rivière-du-Loup ; c’était bien au Canada ! Le jeudi 9 juillet, Carletown, visite de la galerie d’artde Johanne Landry, du Mont St-Joseph, de l’OratoireNotre-Dame, conférence ; nos amis admirent la rivièreRistigouche et la Baie des Chaleurs. Réception par le maire, M. Boudreau, rencontre Jean Briand, François Bossis, Sylvie Dessurault, Louis Harvey,avec M. Bertrand Berger, président de la Conférence Yolande Mamelle, Bernard Brunelière, Jocelyne Morency,Régionale des élus de la Gaspésie, interlocuteur privi- Jocelyne Mallet-Parent à New Richmondlégié de notre Conseil Général pour la Gaspésie. 19 heures, heure H à la Pointe Tragadigash : dévoi- trop bref extrait des exploits de Bernard et Françoislement de la plaque commémorative de l’arrivée de sur les pas de Jacques Cartier n’a pas d’autre but queJacques Cartier. Discours de Michel Lacroix, maire de de vous inviter à chausser vous aussi les bottes de notreCarletown, de Bertrand Bergé, précité, et de... Bernard grand explorateur et à goûter la chaleur de la Gaspésie.Brunelière qui ne dérogera pas à la tradition et repré- J.R. d’après le journal de Bernard Brunelièresentera dignement la Vendée, les Pays de Loire et laLire en Vendée - Décembre 2009 - Juin 2010 9
    • Histoire versailles et les russes Les démarches de la Russie bolchevique auprès des Alliés La Conférence de Versailles avait pour but d’établir un traité de paix avec l’Allemagne. Cependant, très vite, les par- ticipants eurent l’ambition de définir un nouvel équilibre en Europe. Le président américain, Wilson, était persuadé qu’il avait reçu la mission de construire une réforme universelle. Plus réaliste, Clemenceau cherchait simplement à assurer la sécurité de la France et à éviter une nouvelle guerre. À son arrivée au pouvoir, Lénine prônait le Révolution mondiale. Toutefois, il s’est trouvé confronté à une réalité économique catastrophique que la guerre civile n’avait fait de rencontrer les Rouges), en fait pour des questions poli- qu’empirer. Il avait traité avec l’Allemagne pour avoir les tiques. Ainsi, début février, Wilson, démocrate, est retourné mains libres à l’intérieur. Dans le même esprit, il comptait en Amérique pour défendre sa politique devant la nou- s’entendre avec les Alliés victorieux afin de faire reconnaître velle majorité républicaine du Congrès. Par ailleurs, Lloyd son nouveau régime et de recevoir des aides extérieures. Georges, le Premier ministre anglais, affronte à Londres une Le 3 novembre 1918, une note diplomatique est présen- violente réaction de son opposition. Quant à Clemenceau, tée à la légation de Suède, pays neutre, pour que celle-ci il est victime d’un attentat, le 18 février. Dans les pays alliés, la transmette aux Alliés. En même temps, une autre note il existe alors une psychose antibolchevique. Les journaux, est envoyée directement à Washington. Puis, en décembre, reflets de l’opinion publique, souhaitent, avec le maréchal Lénine envoie Litvinoff à Stockholm. Ce seront les débuts Foch, que soit menée une véritable croisade et refusent de la carrière de ce diplomate qui sera employé par le gou- l’idée d’une négociation. Le récit des atrocités subies par les vernement soviétique, chaque fois que ce dernier voudra réfugiés russes, la victoire annoncée des armées blanches, s’entendre avec l’Occident. À son arrivée dans la capitale les déclarations de Lénine qui se proclame le successeur de suédoise, personne ne veut le recevoir. Mais il ne se décou- Robespierre, le vengeur de la Commune de Paris, le secta- rage pas et finit par rencontrer quelques diplomates. Enfin, teur de l’athéisme marxiste, enfin les tentatives révolution- il écrit une lettre personnelle à Wilson. Impressionné, ce naires en Hongrie, à Berlin et à Munich, tout cela fortifie dernier dépêche à Stockholm un représentant, Buckler, qui les convictions de la majorité populaire et aucun homme confère plusieurs fois avec Litvinoff entre le 13 et le 16 jan- politique n’a jamais pris le risque de s’opposer au sentiment vier. Les propositions russes sont les suivantes : général, c’est à dire à son électorat. 1/ Remboursement des dettes du régime tsariste En l’absence de Wilson, son bras droit, le colonel House (emprunts russes) en échange de l’importation de machines tente depuis Paris de relancer le contact. Il envoie à Moscou et autres produits industriels. Bullitt, un jeune membre de sa délégation. Arrivé le 8 mars, 2/ Arrêt de toute forme de propagande. Lénine reconnaît il rencontre aussitôt Lénine qui développe ses propositions. que « la Révolution à la Russe n’est pas possible actuellement En particulier, il propose de ramener la Russie à ses limites dans les pays alliés ». historiques, c’est à dire à ce qu’elle est aujourd’hui, entre 3/ Amnistie générale pour tous les combattants contre- Moscou et Saint-Pétersbourg. Tous les autres territoires, révolutionnaires. y compris la Sibérie, devront faire l’objet de discussions. 4/ Principe de l’autodétermination pour la Pologne, la Finlande et l’Ukraine. Bullitt rend compte au colonel House et s’attend à rencon- 5/ Soutien à la future Société des Nations, chère à Wil- trer le Président. son. Mais Wilson, victime d’une migraine tenace, ne le rece- Le président américain est troublé. Le 20 janvier 1919, il vra jamais. Quant à Lloyd Georges, il affirmera devant le présente le rapport Buckler au Conseil des Alliés qui donne Parlement anglais qu’il n’a jamais entendu parler de cette son accord pour préparer une conférence avec les Russes. Elle affaire. Un article, paru le 27 octobre 1919, dans le Chicago doit se tenir le 15 février à Prinkipo, une île de la Mer Noire, Daily News, fut la dernière tentative de Lénine pour s’en- au large de la Turquie. Des représentants sont désignés et tendre avec les Occidentaux. des invitations envoyées à d’autres participants. De son côté, Pour régler le problème russe, les Alliés ont choisi d’éta- le 4 février, Lénine renouvelle ses propositions auxquelles il blir un « cordon sanitaire » autour de l’Union Soviétique. Ce ajoute la promesse de concessions minières et forestières. Rideau de Fer, établi par eux, eut pour résultat le développe- La conférence n’aura jamais lieu. Sans avoir fait l’objet ment d’une famine qui fit des millions de morts et la possi- d’aucune discussion, l’offre soviétique est rejetée, en prin- bilité pour Staline de mener, en toute impunité, la politique cipe pour des raisons techniques (les Russes Blancs refusant criminelle que l’on sait. Michel Dillange10 Lire en Vendée - Décembre 2009 - Juin 2010
    • i Échos-musées Les amis de l’Historial de la Vendée les musées conservent et exposent les lettres vendéennes le château maintenant disparu de Bouillé-Courdault et que le luçonnais oublié Robert de Sallenove avait écrit lui aussi sur la chasse au XVIIème siècle. Une édition de 1665 de La Vénerie Royale (Sallenove) est exposée à la Chabotterie. Les Vendéens ont tous entendu parler de l’Historial de Deux exemplaires de deux éditions différentes, 1585 et la Vendée mais tous ne l’ont pas encore visité. Les Amis de 1864, de La Vénerie (du Fouilloux) sont exposés. l’Historial se sont fixés pour but de les convaincre et de les Un autre auteur renommé est Auguste de Chabot avec amener à visiter les expositions organisées par la Conserva- Chasse à courre et à tir, La Chasse à travers les âges et La Chasse tion des Musées et le Conseil Général de la Vendée. du chevreuil et du Cerf, dont la Conservation des Musées possède un exemplaire. La superbe exposition sur Benjamin Rabier vient de se terminer. C’était une exposition d’art et... de lettres. Ben- L’exposition montre encore jamin a écrit et dessiné plus d’une centaine d’albums qui un Traité de la chasse du lièvre furent nos premières bandes dessinées. L’exposition est à courre en Poitou, édition de décrochée mais vous pouvez encore trouver à la boutique des 1888, de Louis de La Rou- rééditions de Gédéon et autres volatiles ainsi que le magni- lière. fique catalogue réalisé par la Conservation et leur éditeur Silvana Editoriale. Ces auteurs ont eu la consécration de l’imprimerie Cette exposition a été l’occasion de se rappeler que le mais l’exposition montre de dessinateur de Gédéon était vendéen. Serge Perrotin a rédigé nombreux carnets ou récits de chasse qui mériteraient d’être pour nous un article à suivre sur la bande dessinée de Benja- édités, comme les Récits de Chasse de l’équipage Vendée-Poi- min Rabier à nos jours. tou, du début du XXème siècle, les Récits de chasse de l’équipage Une nouvelle exposition sur la chasse, à la Chabotte- de Bois-Sorin, de la même époque. rie, met en évidence le rôle de la Conservation des Musées de Vendée dans l’édition de catalogues d’art et le rappel des Il en est de même pour des ouvrages depuis longtemps auteurs vendéens oubliés, méconnus ou introuvables. épuisés comme les Souvenirs de Vénerie en Bas Poitou de C’est ainsi qu’il convient de se rappeler que le célèbre Louis Blanpain de Saint-Mars, dont les musées conservent Jacques du Fouilloux appartenait à une famille qui possédait une édition de 1933. Lire en Vendée - Décembre 2009 - Juin 2010 11
    • Enfin, ce n’est pas un Vendéen mais il est incontour- nable, Gaston Phébus est présent à la Chabotterie avec Le Livre de la chasse, copie manuscrite du début du XVIème- siècle, prêtée par le Musée Dobrée de Nantes. N’oublions pas sur le sujet, l’exposition n’y a pas pensé, le livre L’Adieu aux Maîtres, Vénerie en Bretagne du Sud de 1815 à nos jours, de Claude Pédron, paru aux éditions de Bonnefonds en 2004, ouvrage dans lequel on retrouve de nombreux veneurs vendéens. Ce livre L’exposition révèle aussi d’autres albums de croquis ou nous permet également de planches sur la chasse et la vénerie comme Silhouettes, charges retrouver à la préface Diégo et croquis vendéens, de Louis Esgonnière du Thibeuf, 1905, de Bodard, célèbre veneur que les connaisseurs s’arrachent maintenant dès qu’un exem- et auteur de Premiers Souve- plaire resurgit d’une bibliothèque dispersée (Louis Esgon- nirs, évoqué dans ce numéro nière, « LET », a également réuni d’autres figures vendéennes à la rubrique « Autres Paru- dans Chasseurs et veneurs d’autrefois, dont les illustrations à tions » et l’illustrateur Bruno l’aquarelle et gouache sont représentées à l’exposition). de La Pintière, représenté à l’exposition avec ses compères vendéens Antoine de La Bou- laye, Henry Simon, Auguste Lepère, Charles Milcendeau, Albert Deman, Roland Chaigne, Georges Légeron, Baudry d’Asson et... Benjamin Rabier. Autre manque, ou défaut, pour parler vénerie, la réédi- tion de 2009 évoquée par Yves Viollier dans notre précédent numéro de Lire en Vendée, de La Vénerie en Anjou de Charles Valentin des Ormeaux, par les éditions Hérault, où l’on retrouve également veneurs et territoires vendéens. À propos d’Yves Viollier, un autre livre emprunte son titre à la geste vendéenne, je veux dire à la chanson, La Chasse au loup, publiée en 1984 par Flammarion. Plus loin dans le temps, un livre du La Fédération départementale des chasseurs de Vendée a comte de Tin- prêté d’autres ouvrages parmi lesquels on distingue : guy, La Chasse de la Loutre aux - Grassouillet devient Chasseur, livre illustré pour enfants, chiens courants, 1930-1940. Nantes, Gri- - Le Tir à la Chasse, de H. Simon, 1947, livre technique. maud, 1895. La - Le Vieux chasseur, recueil de recettes, dictons, trucs et famille Tinguy ayant ses racines en Vendée et dans les Deux- poèmes sur la chasse, XIXème siècle. Sèvres, c’est dans ces régions que les chasses sont décrites. Et encore Chasse sanglante en Vendée, de Joël Bonnemai- son, éditions l’Étrave, 1998. Finalement, finalement... il faut parfois conjuguer Arts et Lettres, Patrimoine et Culture ; il n’y a pas de chasse gar- dée dans la recherche de la Connaissance (mot aussi utilisé en vénerie : il recouvre les marques auxquelles on reconnaît l’animal après lequel on courre !). J.R.12 Lire en Vendée - Échos-Musées - Décembre 2009 - Juin 2010
    • la bande dessinée en vendée :les enfants de Benjamin rabierDepuis une quinzaine d’année, la bande dessi-née occupe une place importante dans le pay-sage éditorial vendéen. Non par le nombre deses créateurs, tout au plus une dizaine d’au-teurs, mais par l’importance quantitative etartistique de leur œuvre, leur diffusion natio-nale et internationale et le large succès publicrencontré pour chacun d’entre eux (la ventecumulée des albums des auteurs vendéens estde plusieurs millions d’exemplaires). Mais sila bande dessinée est aujourd’hui solidementimplantée en Vendée au travers de ses créa-teurs, ses festivals dédiés (Abracadabulles à dessinée le plus célèbre reste Gédéon le canard, dontOlonne-sur-Mer, Bulles de Sèvre à St Laurent- les histoires ont été publiées entre 1923 et 1939 en 16sur-Sèvre…) ou ses librairies spécialisées, elle albums.le doit principalement à trois auteurs majeurs :Benjamin Rabier, Charles Auclair et Crisse. Benjamin rabier, le père fondateur Il est en effet difficile de par- ler de la bande dessinée dans le département sans souligner l’im- portance du Vendéen qui, par son travail, influença nombre d’auteurs majeurs du 9ème art. Benjamin Rabier est né le 30 décembre 1864 àLa Roche-sur-Yon. Il commence à travailler en 1890comme comptable au Bon Marché à Paris. Grâce àl’appui de Caran d’Ache, il publie ses dessins dans« La Chronique Amusante », « Gil Blas Illustré », «Le Rire » et « Pêle-Mêle ». Au début du XXème siècle,Benjamin Rabier s’impose comme un auteur à succès.En témoignent ses publications dans « L’Assiette auBeurre » ou « Le Chat Noir ». Il se lance dans l’éditionpour enfants, en publiant Histoire comique et naturelledes Animaux (1907-1908). Il est également un acteurimportant dans le domaine de la publicité. En 1921,Léon Bel s’inspira d’un dessin de Benjamin Rabierpour créer le logo de sa marque La vache qui rit. Il Quant au personnage de Tintin Lutin, habillé endessina aussi la célèbre baleine des Salins du Midi. pantalon de golfeur, il inspire Hergé quelques an- L’œuvre éditée de Benjamin Rabier est parsemée nées plus tard. Celui-ci écrit : J’ai été immédiatementd’animaux. En 1906, il publie chez Jules Tallandier conquis. Ces dessins étaient très simples, frais, robustesune édition entièrement illustrée des Fables de La Fon- joyeux, et d’une lisibilité parfaite. En quelques traits bientaine. Il illustre aussi Le Roman de Renard et L’Histoire charpentés tout était dit : le décor était indiqué, les ac-Naturelle de Buffon. Mais son personnage de bande teurs en place ; la comédie pouvait commencer.Lire en Vendée - Échos-Musées - Décembre 2009 - Juin 2010 13
    • Claude auclair l’humaniste Claude Auclair est né le 1er mai 1943 à La Barre-de-Monts. Après une enfance vendéenne, il déménage à Nantes lorsqu’il a 10 ans. Déména- gement qu’il vit comme un déracinement. Il suit des études aux Beaux-Arts et devient, au milieu des années 1960, décorateur de théâtre. Lassé, il se lance dans l’illustration de science-fic- tion pour les revues des éditions OPTA (Galaxie-Bis ou Fiction). Redécouvrant la bande dessinée, il étudie Jijé, Alex Raymond ou Harold Foster afin de trouver son style. Il publie une histoire dans « Phénix » en 1968. Jean Giraud repère son travail et lui propose de collaborer à « Pilote ». Il entre dans l’hebdomadaire en 1970 avec la série post-apocalyptique Jason Muller (dont les deux premiers épisodes sont écrits par Gi- raud puis Pierre Christin). En 1971, il crée dans « Tin- tin », La Saga du Grizzly, western pro-indien, puis Les Naufragés d’Arroyoka (avec Greg). L’année suivante, Goscinny refusant de publier la suite de Jason Muller, et la collaboration avec Greg ne s’étant pas avérée fructueuse, il livre à « Record », Ca- triona Mac Killigan, traitant de la révolte des Écossais contre Londres (avec Jacques Acar). Il poursuit sa collaboration à « Tintin », pour le- quel il crée la formidable série post-apocalyptique éco- logiste Simon du Fleuve qui le fait connaître du grand public. Le tome 1, inspiré par Le chant du Monde, de Giono, ne paraît jamais en album. Les héritiers inter- disent sa publication en accusant l’auteur de plagiat. Il réalise ensuite cinq nouvelles histoires de Simon du Fleuve avant qu’un différend avec les éditions « Le Lombard » arrête la série en 1978. Le tome 5 est la dernière bande dessinée qu’il scénarise lui-même.14 Lire en Vendée - Échos-Musées - Décembre 2009 - Juin 2010
    • Il entre alors, dans un monde ayant régressé technologiquement, où dès le premier nu- les villes sont abandonnées. Simon du Fleuve entérine méro, dans l’équipe complètement l’engagement d’Auclair en faveur d’une d’ « (A SUIVRE) », société nouvelle. La caractéristique de cette série est où il s’intéresse tout son aspect pédagogique marqué. Reprenant les clichés d’abord au monde du post-apocalyptique (malfaisance de la science, fo- celte en créant l’in- lie humaine, régression de la civilisation), il décrit une contournable Bran utopie dont les aspects idéalistes (vie dans les champs, Ruz (1978-1981, sans héros ni régime politique, exaltation de l’« indi- avec Alain Des- vidu moyen ») sont tempérés par un certain réalisme champs) et Tuan Mac : Simon utilise la violence, et est gêné par son impos- Cairill (1982, avec sibilité d’appartenir à une nouvelle société qui se veut Deschamps) puis à sans distinction. Cette volonté sincère d’apporter une l’esclavagisme dans réponse au problème de la violence et des rapports Le Sang flamboyant humains reste handicapée par l’ancrage très fort de(1984, avec François Migeat). l’auteur dans l’idéologie des années 1970. À cet égard, En 1988, il entame une collaboration avec Alain Simon du Fleuve reste typique des courants de penséeRiondet, réalisant en deux ans quatre nouveaux épi- de ces années.sodes de Simon du Fleuve. En 1989, il publiedans « (A SUIVRE) » Crisseavec le même scéna- le chef de banderiste Celui-là dont illaisse le second volume Didier Crisse est l’artiste qui, parinachevé à sa mort pré- son œuvre et son activité pédago-maturée, le 20 janvier gique, a le plus contribué au déve-1990, à Beauvoir-sur- loppement de la bande dessinée enMer. Afin que l’album Vendée.puisse être proposé au Il est né à Bruxelles, le 26 février 1958. Il com-public, Jacques Tardi mence par faire du dessin sur textile à Lyon à l’âgeet Jean-Claude Mé- de dix-huit ans. Il débute une carrière dans la bandezières l’achèvent dans dessinée avec Ocean’s King pour le magazine « Spirou »un dernier hommageposthume. Claude Auclair est le « chantre des minorités ». Ilbase son travail sur la démonstration du « mal quefont les cultures dominantes ». Réalisateur d’un despremiers westerns pro-indien en bande dessinée, ilmet en scène en 1973, dans Catriona Mac Killigan,la Révolte des Écossais contre les Anglais. Il dénonceensuite ce qu’il perçoit comme l’oppression des Celtesdans Bran Ruz, en 1978, en conférant à l’histoire uneportée universelle. Il s’est également intéressé à l’escla-vagisme dans Le Sang du flamboyant. Sa mise en scène d’un monde obsédé par le pro-grès est évidente dans ses œuvres de science-fiction.Elle a pour corollaire un écologisme marqué, la na-ture jouant pour lui un rôle fondamental et protec-teur dans la construction de l’individu. Nostalgiquede l’ordre pré-industriel, Auclair attache une grandeimportance aux éléments naturels et leur confère unlourd rôle symbolique. Cette prédilection pour les mondes disparus, uto-piques, ressort chez Auclair d’une vision humanistedu monde. Il met en scène une humanité survivantLire en Vendée - Échos-Musées - Décembre 2009 - Juin 2010 15
    • en 1979 et Nahomi, une princesse japonaise, pour N’Guessan), Luuna (dessin de Kéramidas), et Canari « Tintin » en 1980. (dessin Carlos Meglia)… Il s’installe en Vendée au début des années 1990 et se lance dans l’héroic fantasy en créant, en colla- Lorsque Crisse s’installe au cœur de la Vendée, boration avec Jacky Goupil, la série L’Épée de cristal, lieu de ses villégiatures d’enfance, il a déjà une œuvre (éditions Vents d’Ouest). Cette série est un succès et conséquente derrière lui. Il est rapidement contacté devient une référence du genre. par le peintre Jacques Golly, le fondateur de l’atelier « Ma Gomme », qui lui propose d’animer la section Il enchaîne avec la série Perdita Queen avant d’être BD de la structure yonnaise. Crisse va alors former recruté par les Éditions Soleil pour lesquelles il dessine trois formidables jeunes dessinateurs : Richard Gué- plusieurs séries. Notamment Kookaburra, Atalante, rineau, Cyril Trichet et Sébastien Damour qui seront fascinante amazone devenue depuis son personnage rapidement connus dans le Landerneau du 9ème art. vedette, et Ishanti, jeune apprentie danseuse au temple Mais Crisse se rend compte que l’atelier « Ma Gomme » d’Isis. Il participe également comme scénariste, tou- est un lieu trop restrictif pour accueillir la nouvelle jours pour cette même maison d’édition, aux séries Les vague des auteurs vendéens. Il crée alors les rendez- Ailes du Phaéton (dessins de Serge Fino), Private Ghost vous du Pichet, du nom d’un bar yonnais aujourd’hui (dessins de Serge Carrère), Petit d’homme (dessins de disparu. C’est un espace ou chacun, auteur confirmé ou débutant, dessinateur, scénariste ou coloriste, peut montrer son travail, recevoir des conseils et lancer des collaborations. Les premiers auteurs publiés, issus du pichet, sont les scénaristes Jean-Charles Gaudin et Serge Perrotin, les dessinateurs Gaël Séjourné, Chami, Fred Peynet, Wyllow, et le coloriste Jean Verney. Un peu plus tard écloreront les talents sablais Pol- pino, Cécile Brosseau et le scénariste Anton. Tous ces artistes forment actuellement les forces vives de la bande dessinée vendéenne. Une bande des- sinée qui rayonne dans tous les pays francophones et dont de nombreux titres sont également publiés en Es- pagne, Allemagne, Hollande, USA, Italie…16 Lire en Vendée - Échos-Musées - Décembre 2009 - Juin 2010
    • richard guérineau sébastien damour Richard Guérineau est né le 18 Sébastien Damour est né le 19 novembre 1969, à La Roche-sur-Yon. juillet 1972 à La Roche-sur-Yon. Dès son plus jeune âge, il est envoûté Il dessine dès son plus jeune âge par le démon de la bande dessinée et et s’initie à la dévore avec frénésie les passionnantes bande dessinée à neuf ans. Il re-aventures de Bibi Fricotin, Bill Tornade, et Blek-le- joint Jacques Golly à l’atelier « MaRoc. Assez rapidement, ses proches lui affirment que Gomme », et après un bac C, entre« le dessin n’est pas un métier ! » De nature conci- à la section Arts plastiques de laliante, il suit leurs conseils et passe un bac scientifique. faculté de Bordeaux, avec l’idéeIl entame ensuite des études d’arts plastiques. Plus il de devenir professeur de dessin.réfléchit sur l’Art en général, et plus il a envie de faire Il décide cependant de vivre de sade la bande dessinée en particulier. passion pour la BD et rencontre En 1991, sa rencontre avec le scé- les Éditions Delcourt au salon d’Angoulême en 1994. nariste Corbeyran aboutit à une fruc- Un projet cyberpunk voit alors le jour avec Jean-Pierre tueuse collaboration : L’As de Pique Pécau pour le scénario. Les 10 tomes des aventures de est édité d’abord chez « Dargaud », Nash Tulsa paraissent jusqu’en mai 2007. Damour y puis aux éditions Delcourt en inté- révèle son attirance pour la science-fiction et sa prédi- gralité dans la collection Encrages. lection pour l’ambiance des mégalopoles surpeuplées et leur faune interlope. Son esthétique graphique est Parallèlement, le duo signe un bien sûr ins-thriller aux pirée de Bladefrontières Runner, maisdu réel, Le aussi d’Era-Chant des serhead de Da-Stryges, tou- vid Lynch, oujours chez du baroque« Delcourt ». Phantom ofPour cette sé- the Paradiserie, il adapte de Brian Deson style Palma.graphique : En BD,son trait ner- ses réfé-veux et ses rences vontcadrages ser- du tandemrés servent Jodorowsky-brillamment Mœbius à Li-un récit mené beratore, entambour bat- passant par Bernet.tant ! Parallèlement, il réalise le T1 de la série Le silence de la Terre (scénario : Anne Ploy – éditions Humanoïdes C’est toujours en compagnie Associés). de Corbeyran, son voisin bor- En 2006, Da- delais, qu’il réalise une histoire mour dessine un au sein du collectif Paroles de épisode de Pan- Taulards. dora Box sur un scénario d’Alcante (éditions Dupuis). En 2008, il re- En 2009, il publie trouve son com- le western crépuscu- père Pécau et en- laire Après la nuit tame l’illustration avec le scénariste du Testament du Meunier. docteur M aux édi- tions Delcourt.Lire en Vendée - Échos-Musées - Décembre 2009 - Juin 2010 17
    • Cyril trichet Jean-Charles gaudin Pour Cyril Trichet, le dessinateur Né en 1963 à Challans et résidant d’Aubigny, la BD est un rêve d’enfant. à Saint-Jean-de-Monts, Jean-Charles Dès l’âge de 6 ans, il décide d’en faire Gaudin s’intéresse très tôt au cinéma son métier, se nourrissant de « Spirou», et à la bande dessinée. Il écrit et réalise « Margerin », « P’tit Luc », « Le Journal de Mickey ». ses premiers films Super 8 à partir de 1983 avant de En s’inscrivant dans un atelier de dessin à La Roche- passer aux formats 16 et 35 mm. Après une formation sur-Yon, il rencontre Didier Crisse qui lui prodigue ses d’écriture de scénarios, il écrit, produit et réalise plu- conseils pendant plusieurs années. sieurs courts-métrages et films institutionnels avant de Après son bac Arts Appliqués, et toujours sous l’aile se lancer dans la bande dessinée. de Crisse, il rencontre des dessinateurs et scénaristes de la région, dont Jean-Charles Gaudin avec qui il pu- En 1998 bliera sa première série : il débute Les Arcanes de Midi-minuit la série Mar- aux éditions Soleil. Sept tomes lysa chez ont paru à ce jour. « Soleil » avec Jean- Pierre Da- nard au des- sin. Série qui est ce jour son plus grand suc- cès. Paral- lèlement, Gaudin écrit la série Ga- rous dessinée par D’Fali. En 2000, il enchaîne sur la série Galfalek avec Franck Biancarrelli. En 2002, il crée une nouvelle série fantastique avec le jeune dessinateur Cyril Tri- chet : Les Arcanes du Midi-Minuit. Fin 2004, il signe un thriller fantastique L’ombre du cinéphage et une série fantasy Les Princes d’Arclan. Avec Frédé- ric Peynet, il ouvre une trilogie de fantasy réaliste avec Le Feul dont le premier album paraît en 2005 et est primé au festival d’Angoulême. Ses dernières créations sont Lans Sirling (dessin Pi- caud), L’assassin royal (dessin Sieurac, puis Picaud) et Angor (dessin Armand). Tous les albums de Gaudin sont publiés aux éditions Soleil.18 Lire en Vendée - Échos-Musées - Décembre 2009 - Juin 2010
    • serge Perrotin Serge Perrotin vit sur la côte ven- déenne où il partage son temps entre l’enseignement et l’écriture. Amateur de Science-Fiction, c’est cependant unehistoire policière qui retient en premier l’attention deséditeurs. Il signe les scénarios de la série Lance CrowDog (dessins Gaël Séjourné), un polar indianiste pu-blié par les éditions Soleil. Avec Terra Incognita (des-siné par Chami – éditions Thé-loma), Serge Perrotin revient àses premiers amours et abordele genre de la science fictionsous un angle novateur. Ici pasde combats intersidéraux nid’explosions tonitruantes. Lespersonnages (et leurs doutes),perdus sur une planète hostile,sont au cœur d’un récit hale-tant. Il écrit également le tomeIV de la série policière FrankLincoln, dessiné par MarcBourgne, publié aux éditionsGlénat. Ses deux dernières publi- Chamications sont L’Autre Terre, unrécit de SF Steam punk des- Le dessinateur Chami - de sonsiné par Beno (éditions Soleil) vrai nom, Bernard Jamilloux - vitet Sphères, un cycle d’anticipation mis en images par à La Roche-Sur-Yon. Il apprendLaurent Libessart (éditions Soleil). très tôt les fondamentaux du dessin sur les bancs de l’École Brassart, à Tours. Cette formation réputée l’entraîne ensuite vers le monde de la publicité. Il exerce successivement les fonctions d’illustrateur, de maquettiste et d’infogra- phiste dans différentes entreprises vendéennes. Ses rêves de bandes dessinées sont cependant toujours présents. Sa rencontre avec le scénariste Serge Perro- tin, lors d’une séance de travail organisée par le des- sinateur Crisse, est déterminante. Les deux compères élaborent ensemble le projet Terra Incognita. Un projet de SF en trois volumes aux Editions Thé- loma.Lire en Vendée - Échos-Musées - Décembre 2009 - Juin 2010 19
    • gaël séjourné Wyllow Gaël Séjourné est né le 9 juillet Yohann Puaud alias Wyllow est 1966 à Saint-Nazaire. Il découvre né en 1975. Il grandit en Vendée, à la bande dessinée très tôt avec « Titi Saint-Avaugourd-des-Landes. Il rêve magazine », « Pif Gaget », « Tintin depuis son plus jeune âge de faire magazine » et « Fluide Glacial ». In- de la BD son métier. Pendant deux ans, il étudie le fluencé par Gotlib, Franquin, Maester et Binet, ses dessin d’exécution en publicité au Lycée Saint-Joseph premiers essais sont humoristiques, privilégiant la cari- à la Joliverie, à Saint- cature et la dérision. Un bac littéraire, option Arts Plas- Sébastien-sur-Loire. Il tiques en poche, suivi de deux années à la Fac d’Arts suit ensuite les cours Plastiques, lui permettent de trouver un poste de gra- de l’École Pivaut, tech- phiste aux Sables d’Olonne, dans une maison d’édi- niques d’arts appliqués tion spécialisée en sécurité routière. Il y rencontre Jean à Nantes, de 1995 à Verney qui devient son coloriste. 1997. Après de multiples échecs édi- Après divers bou- toriaux, il rencontre Serge Perrotin lots, il décroche son qui lui propose un scénario ayant premier contrat en retenu l’attention des éditeurs. Il 2003 pour Au-delà des change de style graphique et aban- Merveilles chez l’édi- donne, pour un temps qui dure teur Clair de Lune. Le encore, son second tome paraît en style humoris- août 2005. tique pour le dessin réaliste. Cela Un troisième album est en préparation. ne se fait pas sans peine. Grâce aux conseils éclairés de Didier Crisse, il publie le premier tome de la série Lance Crow Dog en 1998. Quatre Pour cette autres tomes suivront. C’est en série il signe dédicaçant cette série qu’il fait la le scénario connaissance du scénariste Joel Callède. Ils lancent en- de son nom semble la série Tatanka aux éditions Delcourt en 2005. et utilise le pseudonyme Wyllow pour le dessin. Il souhaite ainsi distinguer ses deux métiers tout en ren- dant hom- mage au film Willow de Ron Howard. Toujours chez Clair de Lune, il réalise ensuite la trilogie La fabuleuse histoire en prenant pour thèmes le Café, le Chocolat et le Thé sur des textes de Pas- cal Davoz. Wyllow prépare actuellement une BD his- torique dans la collection Jacques Martin, un one- shot intitulé Alix raconte Alésia, prévu pour mai 2010.20 Lire en Vendée - Échos-Musées - Décembre 2009 - Juin 2010
    • Cécile Polpino Cécile Brosseau est née en 1975 Polpino est certainement l’au- à Saint-Nazaire. Elle grandit à teur de bande dessinée le plus Olonne-sur-Mer. Dès le collège, par connu sur la côte vendéenne. Ou, amusement, elle se met à dessiner pour le moins, Alban Dmerlu, son de petites bandes dessinées sur les personnage fétiche. En effet, toutesélèves qu’elle côtoie. Très logiquement, Cécile choisit, les semaines, Paul Pineau, dit Pol-au lycée, d’intégrer une filière arts plastiques. pino, raconte les aventures d’un irrésistible Chaumois Deux rencontres sont décisives : celle de Serge Per- dans l’hebdomadaire Les Sables Vendée Journal.rotin et celle de Didier Crisse qui la met définitive- Deux recueilsment sur les rails. Un premier album voit le jour en des aventures d’Al-2005, Cédille, aux éditions ban Dmerlu ontClair de lune. Puis tout ré- paru à ce jour auxcemment Edlyn aux éditions éditions Le jour-Soleil. Elle travaille actuel- nal des Sables.lement sur une nouvellesérie à paraître aux éditionsLe Lombard. En 2008, il s’asso- cie au scénariste sablais Anton et publie aux éditions Théloma le pre- mier tome d’un cycle d’anticipation post-apocalyp- tique intitulé Eno One. Serge PerrotinLire en Vendée - Échos-Musées - Décembre 2009 - Juin 2010 21
    • 22 Lire en Vendée - Échos-Musées - Décembre 2009 - Juin 2010
    • De la peinture à l’écritureLes sept pieds de la SavateRoger Ducrot et Jacques Malenfant Attention ! Vous ne trouverez pas ce livre en librai-rie ! Cet ouvrage (dixit R. Ducrot) « à prétentions hila-rantes » n’a été imprimé qu’à une cinquantaine d’exem-plaires réservés aux amis et familiers des auteurs. C’est,bien sûr, ce qui le rend si rare et si précieux. Vous medirez alors : pourquoi le présenter puisqu’il est introu-vable ? Précisément parce qu’il est introuvable, il estimportant de signaler à ceux qui connaissent et ap-précient la peinture de Ducrot, qu’existe ce « récitbucolico-vinicolo-humoristique et outrancier », unesorte de condensé de l’esprit frondeur et irrévérencieuxde l’artiste. On y rencontre Gontran de Becquebois,Frédéric, Fernand Boulenbuit, Auguste Lurin, Gé-gène, Eusèbe Mathelem, Timothée Mironton et beau-coup d’autres, tous bien sûr soigneusement croqués.Leur devise est : « L’essentiel n’est pas de savoir où l’on « …On fixa une grande pancarte portant en grossesva ; c’est d’y aller. » On les rencontre dans un village de lettres : SAVATE, avec au-dessous la devise : Tous d’unVendée qui ressemble furieusement à Aubigny. Leurs bon pied, à pied d’œuvre, d’arrache-pied, pour un grandaventures sont le fruit des esprits fertiles de Roger pied.Ducrot et Jacques Malenfant, alors qu’ils avaient un Pour fêter joyeusement et comme il se doit la fon-peu plus de vingt ans, dation de la société, on organisa un fastueux banquet,et qu’ils travaillaient auquel assistèrent tous ceux ayant participé aux tra-ensemble dans un ate- vaux de ces derniers temps. Pour la véracité du ré-lier de réparation de cit, nous sommes obligés de reconnaître que chacunmachines à écrire. Le se porta bien au-delà de la limite de la tempérance,manuscrit était resté et même de l’intempérance… À l’issue du banquet,dans un tiroir depuis le tonton fit un discours beaucoup moins académiqueplus de cinquante ans qu’à l’habitude qu’il termina par ces mots : Je lèveet il fallut l’affectueuse heu !… péniblement mon verre, à la prospérité de notrepression des amis du entreprise… et je crie bien haut : Vive la Société Auto-peintre pour l’en ex- nome de Valorisation et d’Amélioration des Terrains Em-humer. broussaillés ! Vive la S.A.V.A.T.E. ! … L’un des mérites de ce livre, outre le vrai plaisir Les quelques lignes qu’il procure, c’est qu’on y trouve déjà tous les thèmesqui suivent permettent truculents que Roger Ducrot abordera ensuite dansd’en juger le ton et de sa peinture. Mine de rien, il permet de mieux com-comprendre de quoi il prendre son œuvre. Et c’est en cela qu’il est incontour-s’agit quand on parle nable. Voire indispensable.de « savate ». Y.V.Lire en Vendée - Échos-Musées - Décembre 2009 - Juin 2010 23
    • 24 Lire en Vendée - Échos-Musées - Décembre 2009 - Juin 2010
    • Et si Ronsard Gonzague Saint-Brism’était conté.... et François Ier à l’Historial de la Vendée Journées d’études Ronsard i.C.e.s. Éditions Cujas, 200 p., 10 € Conférence de Gonzague Saint-Bris à l’Historial de la Vendée Gonzague était déchaîné ce mardi 10 novembre. Avec la carrure de François 1er et le panache d’Henri IV, il lâchait ses mots comme des traits ven- geurs et charmeurs devant « Le hasard, pour la détermination de l’objet de cette une cour ébahie.journée d’étude, écrit Jean-Marc Joubert, directeur du Tour à tour Henri VIII,département Lettres à l’ICES, aura été d’apprendre Anne Boleyn, Charles-Quint, Léonard de Vinci, Jésusincidemment l’existence d’une fort belle demeure ven- ou Juda, il prenait finalement les traits de Soliman ledéenne, « La Chevillonnière » -sise à une demi-heure Magnifique pour décocher sa dernière harangue et ser-de route de la Roche sur Yon-, laquelle demeure aurait vir un public exsangue, haletant, rendu.été la propriété de la mère de Ronsard. De là à imagi- Ils étaient donc plus de 150 fidèles à suivre laner que le poète l’eût visitée, il n’y avait qu’un pas, qui conférence de novembre des amis de l’Historial de lafut vite franchi au moins par ses heureux propriétaires, Vendée aux Lucs-sur-Boulogne, magistralement don-M. et Mme de Raigniac… » née cette année par Gonzague Saint-Bris, prétendant De là ce colloque organisé sur place par le Centre au titre de chef de file des Nouveaux Romantiques.de Recherches Hannah Arendt, les 29 et 30 avril, et ce Son Henri IV était à paraître, l’auditoire a souscritlivre des actes. On pourra y lire de fort passionnantes d’avance. J.R.et savantes études sur La rhétorique courtisane dans laContinuation des Amours de Ronsard par Jean-BaptisteAmadieu, ou Le sang et l’amour : discours médical ettexte poétique par Sabine Lehman. Et puis, bien sûr,un inattendu Ronsard et la Vendée par Jean de Rai-gniac, où le spécialiste des blasons et des châteaux deVendée, nous apprend comment Jeanne Chaudrier, laPoitevine, épousa Louis de Ronsard. Une belle et fortromanesque histoire. Y.V.Lire en Vendée - Échos-Musées - Décembre 2009 - Juin 2010 25
    • Les Amis de L’Historial de la Vendée Historial de la Vendée, allée Paul Bazin 85170 Les Lucs-sur-Boulogne permanence le mercredi à l’Historial, 02 51 47 61 77 www.ami-historial-vendee.com e-mail : conservation-musée@vendee.fr Les Soldats sur François 1er, conférence suivie par plus de cent cin- de l’Historial quante personnes et suivie aussi d’un dîner comme lors de chacun de leurs rassemblements. Les Amis de L’Historial se Ils étaient enfin à l’inauguration de l’exposition sur sont associés aux Écrivains de les Soldats du Feu, exposition superbe par la qualité Vendée pour illustrer dans Lire et la richesse en Vendée le rôle de la Conserva- des matériels tion des Musées en faveur de la présentés (une mémoire et de la mise en valeur autopompe des auteurs vendéens. échelle Dela- haye 1928 !). La Conservation des Musées réalise de nombreuses Ils se prépa- expositions et édite à chaque fois de somptueux cata- rent à assister à logues qui sont autant de pierres nouvelles à ajouter à toutes les animations prévues pour Noël à l’Historial notre patrimoine. avec notamment le concert du 20 décembre et le spec- Elle permet à ces occasions d’exhumer et de rassem- tacle pyrotechnique du 23. bler des œuvres oubliées, inattendues ou dispersées. Ils organiseront encore une sortie vers divers musées Les associations d’amis ont pour but de faire de Nantes en mars 2010 et attendent vos suggestions connaître toutes ces actions, de contribuer à leur réa- pour les conférences à venir. lisation et d’ouvrir les portes des musées à tous les esprits curieux. Les amis des Musées aident la Conservation pour Les amis de l’Historial initient à leur tour diverses de petites actions ponctuelles pour lesquelles leur faci- manifestations destinées à concourir à la meilleure lité et leur rapidité d’intervention sont un complé- notoriété et à la plus grande fréquentation possible des ment apprécié. Ils ainsi pu acquérir sur e-bay un petit musées de Vendée. tableau de Clemenceau. Vous pouvez vous aussi aider la Conservation qui En 2009, les amis de l’Historial ont ainsi visité prépare actuellement une exposition sur Madagascar en mars la ville de Richelieu et la chapelle royale de et recevra avec bonheur tous renseignements sur des Champigny-sur-Veude pour faire suite à l’Année objets provenant de ce pays. Richelieu et à la mémorable conférence donnée en Cette fin d’année est la période de renouvellement 2008 à l’Historial par Mme Derrien. des cotisations et nous vous invitons donc à renouveler Ils ont organisé avec leurs ou initier votre cotisation 2010. amis de la Fondation du Patri- Avec nos remerciements, moine un rallye-auto le 8 Les Amis de l’Historial mai dans les marais vendéens entourant l’abbaye de Saint- Michel-en-l’Herm et la tour de LES AMIS DE L’HISTORIAL DE LA VENDÉE Moricq. Historial de la Vendée, Allée Paul Bazin Ils ont été très nombreux à 85170 Les Lucs-sur-Boulogne entourer le 17 mai les person- nels des musées pour la tradi- Bulletin d’adhésion année 2010, 10 €/personne tionnelle Nuit des Musées. à adresser aux amis de l’Historial aux Lucs Ils se retrouvaient pour l’exposition Benjamin Rabier puis en août lors de leur assemblée générale avec notamment un exposé de Christophe Vital sur M. Mme Mlle les objectifs d’acquisition des Musées et d’Erwan NOM : Calonnec sur la fréquentation et les activités de l’His- Prénom : torial. Adresse : Ils se rassemblaient encore pour les Journées du Code postal Ville Patrimoine en septembre puis le 10 novembre avec Patrice Vignial et les Amis du château de la Flocellière Tél : E-mail : pour organiser la conférence de Gonzague Saint-Bris26 Lire en Vendée - Décembre 2009 - Juin 2010
    • Nos Sélections Éditions Soc & Foc Poésie Trois parutions en cet automne pour des éditions qui fêtent leurs trente ans. C’est une double belle perfor- mance par la longévité – quand on sait les difficultés des éditeurs de poé- Les Éphémères sie – et par la qualité des réalisations. dan Bouchery Éditions Soc & Foc, 44 p., 12 € Elle gardait De somptueuses pein- Son souriretures d’Anne Lamali qui Elle ne haussaitfont corps avec la scansion Pas le tonalerte de Dan Bouchery. Maman était une dameComme un récitatif au Distinguée.millimètre qui inventoriele paysage, et la vie par lamême occasion. Quatre fois vite Sur le rythme de la comptine et un chuchotis par le jeu des sons, s’écoule un chuchotis qui va Jacqueline Persini-Panorias dans le vent et séduit, Éditions Soc & Foc, 48 p., 12 € les enfants comme les grands. Une découverte Flac ! des mots et des sensations, Qui est celles qui les créent comme sur le lac ? celles qu’ils créent eux-mêmes. Petite goutte de pluie Une richesse que rehaussent les Flac ! Bivouaque sur le lac. illustrations naïves et magnifiques, de Célia Chauffrey. Sillons Sillages, l’Anthologie Trente ans de parutions et de choix, presque autant soc & Foc d’auteurs et autant d’illustrateurs, la vitrine d’un tra- vail de lustrage qui a pris encore du poli avec l’âge. Éditions Soc & Foc, Redécouvrons de vrais poètes et de vrais illustra- 64 p., 12 € teurs au travers de ce livre qui est une image de marque, juste un cadeau dont il faut remercier les concepteurs, pour l’éclectisme et la qua- lité. Alain PerrocheauLire en Vendée - Décembre 2009 - Juin 2010 27
    • Poésie (suite) Serment d’amour Chavagnes-en-Paillers Marchant dans ces pâturages de Vendée roman loaëc Sirotant une fraîche boisson à la paille Sol’Air, 60 p., 10 € Entouré par ces fleurs d’été Insouciance et légèreté forgent la Le cœur en fête, les yeux en jaille quintessence de ce très beau recueil E.T. de poésies. Le pied au vert fraîcheur et légèreté. Une certaine rareté des verbes, Pascale albert qui sont parfois présents mais jouent à cache-cache sur les sentiers de l’émotion. L’introspection progresse Éditions Écho Optique, 60 p., 12 € à chaque pas. La randonnée de l’âme devient la ran- donnée de l’Homme. Et les photographies de Georges La randonnée des pieds sur des Vrignaud sous-tendent La même randonnée / jamais la rythmes très courts qui conjuguent même. A.P. Autoportrait à la fenêtre Il se regarde dans le miroir. Il est seul, comme gabriel arnaud tous les autres, face au miroir de sa fenêtre. Éditions Geha, 65 p., 8 € Avec des mots simples, accessibles, il dit le bon- heur : J’ai croisé le jour sur un chemin d’écureuil. Et l’angoisse de la mort qui viendra : Chaque jour nous Un homme derrière sa fenêtre. entaille. Un sentier initiatique pour ceux que la poésie Il contemple en silence le monde qui impressionne, déconcerte ou décourage. l’entoure. G.B. La Voix de l’Autre se demande : qu’est-ce-qu’un poème ? Charles d’estève Paul illustre donc avec quelques lavis les mots Les Introuvables, non paginé, numéroté, susurrés par Charles, des mots d’un autre bréviaire ; 20 € une autre rencontre avec l’Autre. Faut-il situer davantage, offrir l’anecdote... Les mots ne seraient-ils que condiments, Épicé aux encres de Chine de La poésie feuillage de l’âme ? Paul Toublanc, irisé par la lumineuse Des poèmes, comme l’humour de Charles, avec un préface d’Yvon Quiniou qui avec peu de recul et beaucoup de portée. J.R. Charles d’Estève en 4e de couverture essais Bréviaire à l’usage quelque chose à quoi l’on n’avait jamais pensé, des mal-pensants quelque chose qu’on aurait aimé avoir pensé, quelque chose qu’on voulait que personne ne pense, Paul toublanc autre chose qu’on croyait ou voudrait être le seul à L’Harmattan, 178p., 17 € penser... Au-delà des mots, un auteur se livre dans ses maximes et vous transforme tour à tour en adepte Un mot d’esprit qui vous fait sou- docile ou en violent détracteur. rire, quelque chose que l’on a tou- Paul aurait dû demander à Charles de lui faire un jours pensé, dessin. J.R.28 Lire en Vendée - Décembre 2009 - Juin 2010
    • romansAide-toi auprès des jeunes catholiques du diocèse. Un enga- et le Ciel... gement profond, total. Si total qu’elle ne voit pas les tourments, puis les désarrois de Simon, son grandYves viollier fils, engagé, lui, dans une organisation humanitaire àRobert Laffont, Haïti. Quand il revient en France, malade et décou-223p., 18 € ragé, Simon ne se supporte plus... C’est le drame, puis le combat pour retrouver la force et le goût de vivre. L’écriture incisive et brûlante de ce roman épouse au plus près les doutes et les déchirements des héros du Dans une veine plus grave et plus réaliste que roman. Il pose la question des chances et des risquesLa Flèche rouge ou La Route de Glace, Yves Viollier de l’engagement, même au service des causes les plusrenoue ici avec le climat de La Mère et d’Elle voulait justes et de l’idéal le plus élevé. Celle aussi de sestoucher le ciel. Parmi ses fidèles lecteurs, certains préfé- limites. Jusqu’où donner et se donner sans mettre enreront la première approche, d’autres la seconde. Mais péril sa vie personnelle et celle de ses proches ?tous seront touchés par le portrait de Marie, cette G.B.femme veuve qui se donne tout entière à sa missionElle Sur un ton guilleret, l’auteur traite d’un fait de société, la différence d’âge, avec humour et tendresse.La coulée douce Une histoire à deux vitesses où Alain Gouraud se pro-alain gouraud mène entre fiction et autobiographie entretenant leÉditions de Rouffignac, 20 € suspens et le cynisme. Quelle sera au final la sentence de son jury virtuel ? Lui permettra-t-elle de sauver sa tête ou, du moins, de ne pas la perdre ? E.T. nouvellesBleues nuits lequel ces nuits vous conduiront. À la manière d’Edgar Allan ou d’Alfred, vous n’échapperez pas à l’envoûte-Christoph Chabirand ment d’un conteur qui sait voir, imaginer et dire l’ex-Éditions Amalthée, 90 p., 11 € traordinaire, l’étrange d’histoires qu’il situe lui-même entre Éros et Thanatos, le désir et la mort. Quelques virgules indociles et L’auteur annonce un second livre, je l’attends avecune faute de syntaxe sont l’exception impatience. J.R.qui n’entache en rien le trouble dansOn a mis Papy qui sont semés et repiqués comme les légumes selondans le coffre de la voiture leurs affinités électives ; mais un jardin aussi attrape des maladies, tandis qu’un crabe ronge les poumons delouis dubost Papy : On a mis Papy dans le coffre de la voiture est plusÉditions Le bruit des autres, 120 p., 12 € qu’un éloge de la vie, c’est un hymne au vivant (quelle que soit sa figure d’être) qui rappelle que « la mort est Quand il n’est pas dans son jardin à l’aliment de la vie ».buter les patates, tuteurer les tomates, Les nouvelles qui suivent sont autant de contesretourner le tas de compost ou prépa- à mourir debout. Car si les dieux n’ont pas d’avenir,rer du purin d’orties, Papy est dans le salut des hommes est humain, seulement humain.son grenier-bureau - un jardin secret - rempli de livres Et cela ne va pas de soi. (L’éditeur)Lire en Vendée - Décembre 2009 - Juin 2010 29
    • nature La tortue d’Hermann à l’état naturel dans le pourtour du bassin méditerra- néen. sandrine sihol Découvrez la vie et les caractéristiques étonnantes Éditions d’Orbestiers, 13 € de cet animal depuis sa naissance jusqu’à sa repro- duction. Apprenez aussi comment on la protège pour Très jolie collection sur les animaux méconnus et qu’elle ne disparaisse pas un jour. en danger. Très beau livre bien illustré. À offrir à tous les La torture d’Hermann est une tortue tranquille, enfants fous de dinosaures, à tous les grands passion- la seule tortue terrestre française qui longtemps vécut nés d’animaux. E.T. aventures Henri de Monfreid, Cet ouvrage relate la vie passionnante d’Henri de l’aventurier Monfreid, sans doute le plus connu et le dernier des aventuriers français. de la mer Rouge Une jolie version écrite avec une encre particulière, georges Page celle de l’amitié mais aussi de l’admiration que porte Grancher, 18,5 € l’auteur à un personnage hors normes. Durant trois années, lors de leurs rencontres, Georges Pagé prend des notes puis, en 2007, il travaille en étroite collabora- tion avec Amélie de Monfreid, la fille du grand écrivain pour livrer un travail précieux, précis, bien écrit et qui se lit comme le meilleur des romans. E.T. témoignage Sœur Yvonne plus pauvres de notre planète. Comme cette Ven- didier giroud-Piffoz déenne, Sœur Yvonne, née à Saint-André-d’Or- nay, que le reporter Didier Giroud-Piffoz a rencon- Éditions du Losange, 130 p., 15 € trée à plusieurs reprises chez les lépreux de Bilhoda, en Inde. Il a recueilli ses souvenirs et ses écrits. Il témoigne ici de son dévouement sans limite pour ces malades exclus de leur famille et de la société. Le por- trait lumineux d’une sainte ignorée, décédée en 1994, Moins médiatisées que Sœur à l’âge de 101 ans. G.B. Emmanuelle ou Mère Térésa, de très nombreuses religieuses se sont totalement données au service des Chrétien et étranger sit la synthèse de la doctrine sociale de l’Église. Cela Paul de rugy va de Marc Sangnier à Benoît XVI, en passant par ECD, 152 p., 12 € Félicité de Lamennais, Frédéric Ozanam et, bien sûr, Jean-Paul II. Tous défendent un engagement chrétien « Pour qu’Il règne ». C’est ce que rappelle à sa manière Jean-Paul II lorsqu’il écrit : Il ne peut y avoir deux vies parallèles : d’un côté la vie « spirituelle » avec ses valeurs et ses exigences ; et de l’autre la vie dite « séculière », c’est-à-dire la vie de famille, de travail, de rapports sociaux, d’engagement politique… Le livre de Paul de Rugy donne envie de creuser Faut-il « confiner » la foi catholique dans l’esprit les messages de l’Église autour de la « civilisation de obscurci des fidèles et l’exercice du culte ? Paul de l’amour ». Et de s’engager. Y.V. Rugy dans un petit livre lumineux d’espérance réus-30 Lire en Vendée - Décembre 2009 - Juin 2010
    • régionalismeRichelieu. Les interventions des chercheurs décrivent ce jeunede l’évêque au ministre évêque de 23 ans découvrant un diocèse en piteux état. Il y apprend son métier d’homme d’État, se frotte auxrecherches vendéennes protestants et aux princes et se montre un bon évêqueEditions du CVRH, 590 p., 25 € représentatif de la Contre-Réforme. Un chapitre très intéressant déroule les représentations de RichelieuPour marquer le 400éme anniversaire dans l’Histoire de France. Elle le présente tour à tourde l’installation de Richelieu à Luçon, comme un démon, un nationaliste de choc, un Euro-un important colloque s’est tenu dans cette ville, le 25 péen avant l’heure, un guerrier sans pitié et un artisanavril 2008. Le CVRH en publie les actes. La couver- de la paix. Et le lecteur pourra réfléchir autour de cetteture, reproduction du célèbre tableau d’Henri Motte, question toujours actuelle : Richelieu fut-il un chré-le montre, cuirassé, botté et vêtu d’écarlate sur la digue tien en politique ?du siège de La Rochelle. G.B.Les vignes ancien directeur de la Fédération nationale des Coo-de mon enfance pératives d’utilisation du matériel agricole (CUMA), fait revivre dans un petit livre très attachant. La vignemarcel godreau de son enfance, accrochée au flanc d’une colline duÉditions Hérault, 101 p., 20 € haut bocage, celle de sa grand-mère Marie-Louise, née en 1888. Il évoque les travaux de la vigne et les métiers de la barrique, la cave et ses rites, les joies et C’est étonnant, mais pourtant vrai : les dangers du Noah et de l’Othello, l’expansion desla Vendée fut, dans les années 1930, le département hybrides répandus par le célèbre frère Bécot depuisqui comptait le plus de viticulteurs. Ou plus exac- l’École d’agriculture de La Mothe-Achard. Marceltement de propriétaires de vignes : toutes les fermes Godreau ramène avec bonheur à la mémoire les motspossédaient alors quelques « virées » dans des fiefs bien savoureux de la vigne : les arduois, le bareil, le prouinexposés. C’est cette époque que Marcel Godreau, et la pinette... G.B.La préhistoire pierre à celui du bronze. On découvre avec bonheur le langage du pédagogue, de l’instituteur et l’on suit,en Vendée enchanté, cette leçon de choses et d’humanité. Autourroger Joussaume de ces pierres levées, de ces chambres funéraires, ilÉditions du CRVH, 196 p., 25 € fait revivre les hommes qui les ont dressées, les ont construites, et ont bâti autour d’elles une civilisation. Photos et dessins illustrent ce parcours à la ren- Roger Joussaume, préhistorien vendéen, spécialiste contre de nos ancêtres, artistes et paysans, chasseursdu mégalithique, contemple, du haut de la pointe du puis agriculteurs. Ce livre invite à la connaissance duPayré, 4 500 ans de l’histoire des rivages atlantiques, passé, indispensable au développement de notre ave-celle de ces millénaires qui voient le passage de l’âge de nir. G.B.Luçon tégique du dispositif républicain aux franges du paysdans la guerre de Vendée insurgé, est moins connu. Raymond Williaume, le M. Histoire de Luçon,raymond Williaume a fouillé les archives révolutionnaires pour nous leÉditions du CRVH, décrire minutieusement. On y voit comment la petite410 p., 18 € ville, vidée de son clergé et de ses nobles, participe d’abord à l’allégresse révolutionnaire. L’opinion bas- culera en pleine Terreur, lorsque les luçonnais s’ima- Dans l’histoire des guerres de ginent de déposer et de faire condamner le sinistreVendée, Luçon est surtout connu pour le triple échec général Huché qui répand l’épouvante dans le pays,des Vendéens devant « ce village qui a une cathédrale », incendiant même les localités voisines, favorables auxà l’été 1793. Le quotidien de la petite ville, point stra- idées révolutionnaires. G.B.Lire en Vendée - Décembre 2009 - Juin 2010 31
    • régionalisme (suite) Une ville républicaine, Cet ouvrage fait suite à La ville de Napoléon, La Roche-sur-Yon La Roche-sur-Yon 1804-1870, du même éditeur. L’auteur, Henry Brunetière, a réalisé un important 1810 - 1914 travail de recherche, agrémenté par près de 200 illus- Henry Brunetière trations. Comme toujours aux éditions d’Orbestier, Éditions d’Orbestier, la réalisation de ce livre est attrayante. Ouvrage indis- 312 p., 27 € pensable pour tous ceux qui s’intéressent à l’Histoire du chef-lieu de la Vendée. On attend avec impatience le tome 3. Jacques Bernard. Beaulieu-sous-la-Roche Mémoire que le professeur restitue de façon perti- guy Perraudeau nente et très pédagogique, au détour de 101 questions, Les Dossiers d’Aquitaine, depuis la Préhistoire jusqu’à la fin du XIXème siècle. Qu’on dise aujourd’hui Beaulieu-sous-la-Roche, et 125 p., 18 € non pas Beaulieu-sur-la-Roche comme l’exigeraient l’histoire et le lieu, en dit long, par exemple, sur les rapports de pouvoir et de dépendance entre l’humble Nos lecteurs apprécient la chro- village et la principauté voisine.... nique érudite de Guy Perraudeau Guy Perraudeau propose là une méthode efficace sur les grandes figures vendéennes de la littérature et à tous ceux qui voudraient bien parler de leur petite de la culture. Il vit une partie de l’année à Beaulieu- patrie et qui ne savent pas bien comment s’y prendre. sous-la-Roche, commune dont il a fouillé la mémoire. G.B. Policiers De Préfailles au style épuré, retenu, racontée tour à tour par les deux en Saint-Nazaire protagonistes - ce qui est à la fois plein de charme et d’humour - bascule soudain dans le thriller le plus Christian denis noir. ECD, 152 p., 12 € Christian Denis n’a pas peur de parodier James Bond pour le décor, l’attirail et la panoplie de héros Christian Denis a plus d’un tour qu’il lâche dans une histoire parfaitement maîtrisée, dans son sac et plusieurs plumes implacable, sans pitié. dans son casier. Cette histoire, au À quand le prochain ? J.R. départ une sorte de roman d’amour Pourquoi rue des Écus au Poiré. Bertrand Illegems y anime depuis deux ans écriture collective un atelier d’écriture qui rassemble quatorze personnes. Les auteurs se sont visiblement amusés à imaginer et à Les Chantuseries, 67 p., 12 € écrire cette histoire loufoque, agrémentée de clins d’œil humoristiques, autour de traces de sang dans la neige, Il est tout petit et c’est le pre- aperçues un matin dans la rue des Écus. Une jolie ten- mier livre des Éditions Les Chan- tative, avec la fraîcheur et les hésitations inhérentes à tuseries du Poiré-sur-Vie. Un polar cet exercice collectif. G.B. dont l’action se déroule justement32 Lire en Vendée - Décembre 2009 - Juin 2010
    • Autres Parutions L’appel du Gois Ultime pandémie Jocelyne le mellec marc lereah 151p., 17 € Éditions d’Orbestier, 200 p., 12 € C’est le second livre de Marc Ce court roman laisse à la fois Leréah ; faites comme moi, allez des espoirs et beaucoup de regrets. tout de suite chez votre libraire Sur un thème très classique – une acheter le premier. femme d’aujourd’hui explore le L’histoire est énorme, mais cela journal intime de sa grand-tante et fonctionne très bien. Le style y est, le souffle aussi, etpart sur les traces de son passé – Jocelyne Le Mellec il en faut. Je viens de recevoir sur le net un canularconstruit un récit sans surprise, mais non sans charme. dénonçant une machination mondiale de contamina-L’action se situe à Noirmoutier et le passage du Gois y tion par le vaccin anti H1 N1 ; après ce livre, vous netient un rôle très symbolique. Il y manque visiblement saurez plus non plus ni qui croire ; ni quoi faire !le travail indispensable d’un bon éditeur qui n’a pas J.R.été trouvé. Il aurait certainement évité l’empilage destypographies, raccourci des passages inutiles et gomméles trop nombreux clichés qui encombrent le paysage Pot pourri à la fleur de selnoirmoutrin. roger Coupannec Avis donc aux éditeurs : il serait dommage de ne pas Éditions d’Orbestier, 175 p., 15 €s’intéresser à l’appel du Gois... G.B. Une énigme policière bien fice- lée, originale même si elle recourt Le voyageur de l’île d’Yeu à toutes les ficelles du genre pour thierry delrieu atteindre la corde sensible. Hâbleuse Éditions du Bord du Lot, 240 p., 15 € mais pas trop, l’écriture est plutôt la gouaille d’un pilier du café des 4 as. Elle nous renvoie L’auteur, Thierry Delrieu, naquit à nos lectures de jeunesse, ce qui a son charme. J.R. il y a 43 ans, à Villeneuve-sur-Lot. Victime d’un accident de la route, Les châtelains de Linièresil demeure paralysé depuis plusieurs années. Il a jeté emmanuel Françoisl’ancre dans un petit village du Haut-Agenais, au seuil par l’auteur, 290 p., 19 €du Périgord noir. L’écriture, qu’il a découverte tardive- Ouvrage très documenté surment, lui apporte équilibre et plaisir, libérant les per- l’histoire de ce château reconstruitsonnages qui habitent son esprit. au XIXème, puis détruit au XXème L’histoire débute à la fin du XXIème siècle. Un malgré la richesse de la décorationscientifique travaille sur un projet de voyage temporel. intérieure.Il décide de tester lui-même cette possibilité de dépla- J.R.cement dans le temps. C’est ainsi qu’il se retrouve àl’île d’Yeu, durant la période du Haut Moyen âge. Ori- Saint-Brevinginal et intéressant. Pour les amateurs du genre. J.B. à travers les siècles andré duru Les descendants Éditions Hérault, 266 p., 26€ de Napoléon, La troisième édition de l’ouvrage eddie de tassigny d’un passionné de l’histoire locale Les Amis du Patrimoine Napoléonien, réunit les travaux d’André Duru, disparu en 2006. 240 p., 40€ C’est l’histoire de Saint-Brevin (sans accent aigu sur l’e...), un village qui s’est battu contre le sable et les Mais oui, Napoléon a de la des- dunes, contre l’administration et les villes voisines, uncendance, et même en Vendée ! village devenu station balnéaire qui, dès 1899, s’ap- C’est l’intérêt de ce livre exhaustif sur le sujet, un pelle Saint-Brevin-les-Pins. La clé du passage, avec lerecueil généalogique bien illustré et bien documenté, pont de Saint-Nazaire, entre Bretagne et Poitou. Verspour ne pas se limiter à l’Histoire des manuels. J.R. la Vendée... G.B.Lire en Vendée - Décembre 2009 - Juin 2010 33
    • Les Grandes Affaires Mémoire du temps passé criminelles de la Vendée Les sentiers ensanglantés de la liberté et égalité Jean-Henry Bouffard Christophe Belser Éditions Almathée, 15 et 20 € Éditions de Borée, 294 p., 24 € Deux livres de J.H. Bouffard en souscription Comme promis dans le titre, jusqu’à fin décembre, chez l’auteur ou l’éditeur. décliné par département, un petit Fontenay-le-Comte assortiment d’histoires criminelles ; je robert aujard préfère tout de même le style d’Emmanuel Caloyanni, Geste, 176 p., 25€ qui avait déjà traité le sujet en 1995. J.R. En souscription, chez l’auteur ou l’éditeur. Robespierre Tant que pleureront Jean artarit les genêts Éditions CNRS, 10 € Yann delbos Dernier livre de l’auteur fontenaisien, qui prépare Éditions Almathée, 170 p., 14 € encore une biographie de Pol Pot, pour 2010. La Vendée et Madame Parti pour le Nouveau Monde aux alexandre dumas côtés de La Fayette, Joël, un jeune Éditions Alphée, 268 p., 18,90 € médecin du Bas-Poitou va y rester Un inédit d’Alexandre Dumas publié en 1833 pour et y trouver l’amour. L’appel du pays le compte et sous le nom du général Dermoncourt, le ramène dix ans plus tard en Vendée, à la veille de qui mit fin à l’épopée malheureuse de Marie-Caroline. 1793. Pris dans la tourmente, Joël participe aux com- bats désespérés des Vendéens, avant de vivre d’autres aventures qui l’emmèneront jusqu’en Savoie. C’est un vrai roman. Malheureusement, l’éditeur le livre en l’état d’un brouillon sommaire, un festival de fautes grossières et de typographie incohérente. Dommage. G.B. Premiers souvenirs diégo de Bodard de la Jacopière Éditions Hérault, 192 p. Souvenirs de ce qui est, déjà, une autre époque ; Diégo les écrit pour sa Paysages de bocage famille et en fait pour lui, pour ne rien perdre de sa vie. La Flocellière C’est si juste que l’édition est déjà épuisée. Volez le si La Boulite,112 p., 25 € vous le voyez quelque part. J.R.. Voilà un très beau livre, et qui Le Grand almanach devrait faire école. Pour ses vingt ans, de la Vendée 2010 l’association La Boulite de La Flocel- Geste Éditions, 8,90 € lière a invité les habitants de la commune à observer, à questionner leur paysage pour l’exprimer dans toutes Futé, pratique, ludique, indispen- ses dimensions. Au final, un magnifique album en sable au fil des semaines, le Grand couleur, œuvre collective des photographes, auteurs, almanach de la Vendée est là, super- poètes, enfants, adultes et aînés de la commune. Ils bement illustré des œuvres des Très Riches Heures déclinent leur pays en regardant les collines, les ruis- du Duc de Berry. Remarquable source documentaire sur seaux et les étangs, les bois et les bosquets, le bourg, la vie au XVème siècle, époque de ces superbes enlumi- les villages et les métairies. Le géographe Jean Renard nures, cet ouvrage fourmille de petits trucs, d’histoires, éclaire in fine les mutations de cette commune très de recettes... Un bonheur ! E.T. attachante du Haut Bocage. G.B.34 Lire en Vendée - Décembre 2009 - Juin 2010
    • Les écrivains de la merun écrivain historien La vie des hommes ne saurait mentir face à la terre et à la mer. Cette œuvre est l’histoire du courage, devendéen : loïc du rostu l’amour, de l’amitié, de la mort, de l’homme face à son existence devant la formidable puissance de la nature. Loïc du Rostu, Une seule critique : quelques bévues orthogra- (1914-1992). phiques parsèment le texte ; j’ai constaté que ceux qui Né à Orléans, licencié en ont aimé le roman n’en parlent pas ; ceux, une mino- droit, maître en économie rité, qui ont détesté, les ont relevées ! politique de la faculté de Paris. René Moniot-Beaumont Sous-lieutenant dans les Chasseurs d’Afrique pendant la Seconde Guerre mondiale, démobilisé en 1946, mais Histoires pêchées rappelé en 1957, chef d’esca- dron en 1960. dans les ports de Vendée Jean-François marival À sa retraite de cadre commercial, il se retire à Saint- Éditions L’Étrave,Gilles-Croix-de-Vie, son épouse est de Croix de Vie. Il 112 p., 12 €y pratique assidûment la navigation de plaisance touten s’intéressant à l’histoire de la Marine et à sa litté-rature. Il publie en 1980 chez Flammarion un romanhistorique en deux volumes : Kerlouan, marin du Roi. Prenez une grande dose de bonne humeur, accom-Le naufrage du Maidstone est couronné par l’Académie pagnez-la d’une belle proportion de couleur locale,de Marine en 1982. Ensuite paraissent Une Petite his- alliant le piquant de la Côte à l’astuce réservée dutoire des grands vaisseaux du XVIIIème siècle, L’Histoire Bocage, ajoutez-y une bonne portion d’une émotionextérieure maritime des Guerres de Vendée, Le Dossier saine qui teinte de nombreuses pages, enrobez le toutKerguelen, et une plaquette fort intéressante au sujet de dans le tour de main savant et efficace du conteur, etl’histoire du port de Saint-Gilles-Croix-de-Vie. vous obtenez une délicieuse recette propre à satisfaire Pour tout le monde Loïc du Rostu est un historien tous les palais.de la marine. Quand son épouse me confie, dans le Il n’y a plus qu’à déguster sans modération. A.P.cadre des activités de la Maison des écrivains de la mer,les archives de son mari, je suis persuadé de recevoir La journéele travail remarquable d’un homme dont l’Histoire estla passion. Quelle fut ma surprise de découvrir, entre de la Maison des écrivains de la merdeux dossiers, un petit roman écrit dans les années À Saint-Gilles-Croix-de-Vie,1972-1974, intitulé Le soc et l’étrave. le 13 février 2010, salle de La Conserverie, boulevard Éga- Quel titre étrange, Le soc et l’étrave ! La terre et la lité, rencontre avec les écrivainsmer ? et découverte des activités de la Après une première lecture, l’image de l’historien, Maison des écrivains de la mer.de l’écrivain de roman historique, La liste des auteurs présents sera disponible survole en éclat. J’ai sous les yeux une notre site internet http://ecrivains-mer.fr en janvierœuvre qui, je ne sais pourquoi, me et ensuite par voie de presse. La journée se poursui-rappelle La vie d’un simple d’Émile vra en séance de dédicaces, interventions publiquesGuillaumin - écrivain du terroir, ori- diverses avec les auteurs et les responsables d’associa-ginaire de l’Allier – et Le vieil homme tions littéraires et maritimes de notre département.et la mer d’Ernest Hemingway. Sans À 11 h 30, nous vous invitons à un apéritif pourforcer le trait et en restant pudique, débuter cette journée littéraire. Si vous désirez déjeu-l’auteur raconte la vie d’un pay- ner, un buffet sera à votre disposition de 12 h 30 à 14san breton, orphelin et garçon de ferme mais bientôt h 30 pour la somme de 10 € (réservation au 02 51marin, une sorte d’amalgame entre le père Tiennon 98 55 04).et Santiago, l’un paysan et l’autre pêcheur, la pauvreté Venez nombreux participer à cette journée origi-comme lien. nale.Lire en Vendée - Décembre 2009 - Juin 2010 35
    • La BD et la Vendée, suite.... Beaucoup de Bd ont été consacrées à la vendée, écrivez à la rédaction si vous en connaissez quelques-unes, nous préparons un numéro sur ce sujet. merci d’avance. Lire en Vendée a pour mission de faire connaître les œuvres littéraires vendéennes. Merci de communiquer vos ouvrages à : LES ÉCRIVAINS Société des écrivains de Vendée, Bibliothèque pour tous DE VENDÉE 85280 La Ferrière Abonnez-vous à Lire en Vendée, LES AMIS 5 € pour 2 numéros. DE L’HISTORIAL Envoyez votre chèque à la revue, DE LA VENDÉE à La Ferrière. Lire en Vendée est une publication de la Société des écrivains de Vendée Mise en pages : J.R. sur une maquette de l’I.U.T. Infocom Impression : Offset 5, La Mothe-Achard Ce numéro est tiré à 6 000 exemplaires. Site Internet : www.ecrivainsdevendee.fr © Peinture de couverture Benjamin rabier La reproduction ou l’utilisation sous quelque forme que ce soit de nos articles, informations, illustrations et photos est interdite sans l’accord préalable de la société éditrice.36 Lire en Vendée - Décembre 2009 - Juin 2010