Tendances mondiales de l’école 2.0 au primaire et au secondaire
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Like this? Share it with your network

Share

Tendances mondiales de l’école 2.0 au primaire et au secondaire

on

  • 1,143 views

CEFRIO

CEFRIO

Document présenté dans le cadre de la rencontre nationale des gestionnaires de l'éducation, mars 2012

Statistics

Views

Total Views
1,143
Views on SlideShare
1,136
Embed Views
7

Actions

Likes
0
Downloads
10
Comments
0

1 Embed 7

http://storify.com 7

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

Tendances mondiales de l’école 2.0 au primaire et au secondaire Document Transcript

  • 1. Tendances mondiales de l’école 2.0 au primaire et au secondaire Faits saillants Document préparé par le Pour le ministère de lÉducation, du Loisir et du Sportdans le cadre de l’activité « Pourquoi parler de L’École 2.0 aujourd’hui? » Mars 2012
  • 2. Le CEFRIO Le CEFRIO est un centre facilitant la recherche et l’innovation dans les organisations, à l’aide des technologies de l’information et de la communication (TIC). Il regroupe plus de 150 membres universitaires, industriels et gouvernementaux ainsi que 60 chercheurs associés et invités. Sa mission : contribuer à faire du Québec une société numérique, grâce à l’usage des technologies comme levier de l’innovation sociale et organisationnelle. Le CEFRIO, en tant que centre de liaison et transfert, réalise, en partenariat, des projets de recherche-expérimentation, d’enquêtes et de veille stratégique sur l’appropriation des TIC à l’échelle québécoise et canadienne. Ces projets touchent l’ensemble des secteurs de l’économie, tant privé que public. Les activités du CEFRIO sont financées à près de 64 % par ses propres projets et à 36 % par le ministère du Développement économique, de l’Innovation et de l’Exportation, son principal partenaire financier.Recherche et réalisationRaphael Danjou, directeur de la veille stratégique, CEFRIOSous la direction de Vincent Tanguay, vice-président Innovation et transfert, CEFRIO.Québec MontréalSiège social 550, rue Sherbrooke Ouest888, rue Saint-Jean, bureau 575 Tour Ouest, bureau 471Québec (Québec) G1R 5H6 Montréal (Québec) H3A 1B9Téléphone : 418 523-3746 Téléphone : 514 840-1245Télécopieur : 418 523-2329 Télécopieur : 514 840-1275 Courriel : info@cefrio.qc.ca Site Internet : www.cefrio.qc.ca 2
  • 3. Résumé des tendances en éducation et TIC, au primaire et au secondaire 1Les TIC sont utilisées dans le monde principalement pour améliorer l’accès ou diffuser descontenus éducatifs (95 %). Un peu moins des deux tiers des pays de l’OCDE voient dans les TICun moyen pour collaborer entre enseignants, entre élèves, ou pour leur permettre decommuniquer.On rapporte que 85 % des gouvernements considèrent que les TIC pourraient offrir desformations adaptées aux besoins de chaque élève, mais seuls 62 % mettent en place despolitiques allant dans ce sens, avec du tutorat en ligne par exemple. Cette occasion deformation individualisée touche également les personnes ayant des incapacités, pour lesquellesles conditions de participation en classe sont déjà un défi.La plupart des pays de l’OCDE ont développé : Des normes d’enseignement avec les TIC ainsi que des portails en ligne comprenant du matériel éducatif et des outils informatiques; Des cours et des communautés de pratique en ligne.La moitié des pays de l’OCDE évaluent : Les compétences en TIC de leurs enseignants; La performance des élèves et leur accès aux TIC.L’intégration des technologies mobiles dans l’enseignement apparaît comme la nouvellepriorité des gouvernements dans le monde : le Canada, l’Autriche, l’Estonie, Israël, le Japon, LaNouvelle-Zélande, le Portugal et la Corée du Sud ont mis en place des programmes pourdévelopper la mobilité. Trois pays, notamment la France, Hong-Kong et la Corée du Sud, ontcommencé à remplacer les manuels scolaires par des livres numériques.L’éducation en ligne est également importante, sept pays ayant investi dans cette voie : laBelgique, le Canada, Le Danemark, la Finlande, Israël, Les Pays-Bas et la Corée du Sud.1. U.S. Department of Education, 2011, « International Experiences With Technology inEducation: Final Report ». En ligne (6 mars 2012) :[www2.ed.gov/about/offices/list/os/technology/iete-full-report.doc]. 3
  • 4. 1- QuébecLa génération C2 :On observe que 95 % des jeunes Québécois utilisent Internet comme outil de travail au moins 1heure par semaine pour leurs études, et 11 % des 12-17 ans l’utilisent plus de 6 heures parsemaine.Seulement 13 % des étudiants de 12 à 17 ans déclarent que « la plupart des enseignants mefont utiliser un ordinateur durant les cours » (58 % parfois, 29 % jamais), alors qu’environ 35 %affirment que la plupart de leurs enseignants leur donnent à faire des travaux qui nécessitentl’utilisation d’un ordinateur avant ou après les cours.Par ailleurs, 40 % des 12-17 ans voudraient approfondir la question des outils de recherche àl’école, mais seulement un élève sur trois (35 %) croit qu’actuellement « la plupart » de sesenseignants « disposent des connaissances adéquates pour l’accompagner dans sonapprentissage des technologies ».Globalement, l’apprentissage mobile est en pleine effervescence3, avec notamment l’utilisationdes iPod Touch en baladodiffusion. La mise en réseau fonctionne dans des projets phares, telsque « Écoles éloignées en réseau », qui permettent aux élèves de développer leursconnaissances (sciences), leurs compétences techniques (écriture) mais aussi sociales(expression en vidéoconférence4). La collaboration est en développement également, avec desinitiatives comme ClavEd5 qui permettent aux professeurs et intervenants d’échanger et demaintenir à jour leurs compétences.Les tableaux blancs interactifs6, cependant, sont souvent utilisés comme de simples écransprojetés7, et de nombreuses commissions scolaires bloquent encore l’accès aux médias sociaux.En somme, le développement d’approches pédagogiques est assez hétéroclite ici au Québec. Etsi certaines pratiques sont en émergence, elles ne sont pas pour autant partagées ou renduesvisibles actuellement.2. CEFRIO, 2009, « Enquête Génération C ».3. http://www.fgamonteregie.qc.ca/spip/spip.php?article15624. http://www.eer.qc.ca/sites/eer.qc.ca/files/2011/Rapport%20E%CC%81E%CC%81R%20- %202011.pdf5. http://claved.posterous.com/6. http://ntic.org/dossiers/tbi-fonction-pedago/7. http://renard.effetdesurprise.qc.ca/?p=529 4
  • 5. 2- États-UnisUn nombre croissant de collèges offrent des services mobiles personnalisés et sécurisés8 : 42 % diffusent les notes sur mobile; 35 % tiennent à jour un calendrier général des cours et 37 % permettent de gérer son propre emploi du temps sur mobile; 33 % proposent le paiement des sessions par mobile; 31 % acceptent les inscriptions sur mobile.La plupart des collèges offrent aussi des cours en ligne et permettent la formation à distance : 92 % proposent des cours ou une assistance pédagogique en ligne; 77 % offrent des services en ligne aux étudiants; 76 % donnent accès à du tutorat en ligne.Par ordre d’importance, les dix technologies privilégiées par les collèges américains sont lessuivantes : 1. La mobilité; 2. La virtualisation des postes informatiques; 3. L’enregistrement et la numérisation des cours; 4. La virtualisation des serveurs; 5. Le renouvellement des outils technologiques; 6. La vidéoconférence; 7. Les réseaux collaboratifs; 8. Les réseaux Wi-Fi; 9. Le développement des portails Web; 10. L’infonuagique.Les enseignants du primaire et du secondaire utilisent9 : Pour 62 %, le multimédia fréquemment dans leur cours, pour 24 %, tous les jours; Pour 76 %, du contenu enregistré depuis leur télévision ou pris directement en ligne (streaming); Pour 40 %, le tableau blanc interactif pour améliorer leur cours, pour 59 %, y ayant accès au sein de leur établissement et pour 36 %, l’ayant directement dans leur salle de classe; Pour 54 %, des jeux en ligne; Pour 52 %, des plans de cours disponibles sur Internet; Pour 46 %, du contenu vidéo en ligne; Pour 40 %, des appareils photo numériques.8.http://www.govtech.com/education/Colleges-Moving-as-a-Group-to-Cloud-and-Online- Services-Survey-Finds-.html9. http://www.pbs.org/about/news/archive/2011/2010-grunwald-report/ 5
  • 6. 6
  • 7. 3- FranceRepères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche10Au primaire : 61,9 % des écoles ont un projet comprenant un volet TICE (numérique); 11,6 % ont un livret de compétences des élèves en ligne; 6,8 % tiennent un emploi du temps virtuel des élèves ou de la classe; 63,7 % proposent des documents et ressources pédagogiques en ligne.Au secondaire : Nombre moyen délèves par ordinateur : 5,6; Nombre moyen de vidéoprojecteurs pour 100 élèves : 2,0; Nombre moyen de tableaux numériques interactifs pour 100 élèves : 0,3; 85,9 % des écoles ont un projet comprenant un volet TICE (numérique); 65,5 % rendent disponibles en ligne les notes des élèves; 51 % tiennent un emploi du temps virtuel des élèves ou de la classe; 64,2 % proposent des documents et ressources pédagogiques en ligne.Les ordinateurs pour l’enseignant ou pour les élèves et le matériel de vidéo projectionconstituent l’équipement « courant » de ± 90 % des répondants11.Le tableau numérique interactif a réussi une percée dans 60 % des établissements, mais uneminorité d’enseignants y recourent facilement (seulement 14 %).Les autres équipements sont encore peu répandus dans les établissements : visioconférence 20 % baladeurs 13 % téléphones avec accès Internet 3 %Un tiers des enseignants ignorent si leur établissement est ou non équipé.Donner des devoirs à la maison nécessitant un ordinateur et évaluer les élèves sont desutilisations qui « percent » (1/3 des enseignants le pratiquent, mais moins de 1 fois par mois).Faire communiquer les élèves entre eux grâce aux TIC savère une préoccupation peupromue...10. http://media.education.gouv.fr/file/2010/16/9/RERS_2010_152169.pdf11.http://media.eduscol.education.fr/file/ETIC/93/7/Enquete_PROF_et_TIC_2011_synthese_20 1937.pdf 7
  • 8. 4- SingapourLe gouvernement estimant que ses étudiants sont déjà suffisamment brillants n’utilise les TICque pour améliorer leurs compétences numériques (et non leurs notes), afin d’en faire desapprentis autonomes (self-directed learner). Les élèves de 6 à 16 ans doivent ainsi maîtriser : Les manipulations informatiques de base; La recherche sur Internet; L’éditeur de textes (Word); Les outils multimédias de communication; Les outils de collecte de données.Ils sont également formés à un usage éthique, légal et sécuritaire des TIC.5- Corée du SudLa Corée du Sud a mis l’accent sur le développement de contenus numériques, accessibles enligne par les enseignants comme par les élèves et les parents, ainsi que sur la communicationentre ces trois parties.Les élèves coréens étant « branchés » à haute vitesse dès la maternelle, les bases informatiquesn’ont pas besoin de leur être enseignées par la suite. Deux programmes viennent aider l’élèvedurant son parcours : Edunet, qui dispense des approfondissements des cours; Cyber Home Learning System (CHLS), qui offre des tuteurs en ligne et des outils adaptés au rythme de chacun (anytime, anywhere). Ces tuteurs sont répartis partout dans le pays, en service permanent, et sont chargés de répondre rapidement aux questions des élèves de 6 à 18 ans.Les élèves du primaire (6 à 12 ans) disposent déjà de livres numériques : ce programme doits’étendre d’ici 2013 au secondaire, pour leur fournir en plus des tablettes personnelles. 8