Les modèles d'affaires des prestataires en logiciels libres
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Les modèles d'affaires des prestataires en logiciels libres

on

  • 749 views

 

Statistics

Views

Total Views
749
Views on SlideShare
568
Embed Views
181

Actions

Likes
0
Downloads
12
Comments
0

4 Embeds 181

http://www.robertviseur.be 154
http://localhost 15
http://robertviseur.be 10
http://abtasty.com 2

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

Les modèles d'affaires des prestataires en logiciels libres Les modèles d'affaires des prestataires en logiciels libres Presentation Transcript

  • [ ABE, Bruxelles – Mercredi 27 mars 2013 ]Les modèles daffaires des prestataires en logiciels libres Auteur : Dr Ir Robert Viseur
  • Qui suis-je ?• Robert Viseur • Ingénieur Civil, Mastère en Management de lInnovation, Docteur en Sciences Appliquées. • Spécialisé dans les questions relatives à léconomie des logiciels libres et aux pratiques de co-création, ainsi que dans les technologies de recherche et de traitement de linformation (outils dindexation, API,...). • Assistant à la Faculté Polytechnique de lUniversité de Mons (www.umons.ac.be). • Conseiller technologique au CETIC (www.cetic.be). 2
  • Quest-ce que le CETIC ?• Centre dExcellence en Technologies de lInformation et de la Communication basé à Charleroi (Belgique).• Trois départements (et types de services) : • Software & System Engineering : qualité logicielle (fiabilité, sécurité, respect des normes internationales, processus,...). • Software & Services Technologies : cloud computing, architectures orientées services et sémantique. • Embedded & Communication Systems : prototypage de systèmes embarqués communicants et nouvelles technologies électroniques. 3
  • Piqure de rappel de définitions... 4
  • Quest-ce quun logiciel libre ?• Défini sur base de quatre libertés par la Free Software Foundation (www.fsf.org, www.gnu.org): • liberté dexécution (liberté 0), • liberté détude (liberté 1), • liberté de redistribution (liberté 2), • liberté de distribution de versions modifiées (liberté 3).• Condition nécessaire et non suffisante: accès au code source. 5
  • Quest-ce quun logiciel open source ?• Défini sur base de 10 critères par lOpen Source Initiative (opensource.org). • Dont la liberté de redistribution, laccès au code source, la permission de créer des œuvres dérivées, la non-discrimination vis-à-vis de personnes, groupes de personnes ou secteurs dactivité,... • = Open Source Definition (OSD) 6
  • Y a-t-il une différence entre « logiciel open source » et « logiciel libre » ?• Approche idéologique de la FSF (logiciel libre). • Centré sur léthique et les valeurs de partage.• Approche pragmatique de lOSI (logiciel open source). • Centré sur les modèles daffaires et de développement coopératif.• Remarque : ce genre de distinction existe parfois aussi parmi les entreprises (« prestataires open source » vs « sociétés de services en logiciels libres »).• Point commun: les licences de logiciels libres sont open source, et réciproquement (à de rares exceptions près).• Les licences garantissent les propriétés des logiciels libres et open source. 7
  • « Attention » aux licences « Canada Dry »• « Ça ressemble à lopen source, cest open comme de lopen source... mais ce n’est pas de lopen source »• Nouvelle famille de licences propriétaires sinspirant des licences open source...• et autorisant certaines formes de collaboration autour du code source...• ou permettant dorganiser une transition vers dauthentiques licences libres et open source.• Voir les publications de Laure Muselli (« licences hybrides »).• Exemples actuels ou passés : Jahia, Sun Microsystems (SCSL), voire le programme Shared Source de Microsoft. 8
  • Quelles sont les grandes familles de licences libres et open source ? (1/2)• Deux grandes familles : • les licences permissives / académiques, • les licences copyleft / gauches dauteurs / réciproques.• Trois sous-familles de licences réciproques : • les licences à réciprocité faible, • les licences à réciprocité forte, • les licences à réciprocité de réseau. 9
  • Quelles sont les grandes familles delicences libres et open source ? (2/2) 10
  • Les modèles daffaires 11
  • Quest-ce quun modèle daffaires ?• Un modèle daffaires est « la nécessaire conjonction dune création de valeur et dune rémunération » (Muselli, 2008). 12
  • Comment crée-t-on de la valeur ? (1/2)• Investissement dans le développement du logiciel. • Création ex nihilo (éditeurs open source) ou... • Contributions sous forme de « patches ».• Mise en place de communautés, décosystèmes daffaires. • Collaboration avec les concurrents (« coopétition »). • Extension possible par recrutement de développeurs clefs.• Exemples: Linux, OpenOffice.org et LibreOffice.org, Eclipse,... 13
  • Comment crée-t-on de la valeur ? (2/2)• Cas particulier des marchés concentrés (oligopoles).• Création dun écosystème alternatif et ouvert. • Conséquences : • Dynamique susceptible dattirer de nombreux partenaires. • Affaiblissement du concurrent par lérosion de la profitabilité de ses produits phares. • Exemples : OpenOffice.org vs Microsoft Office, OpenERP vs SAP,... 14
  • Comment capte-t-on de la valeur ?• Diversité des sources de rémunération...• Et fréquents panachages pour une même entreprise.• Principales sources de revenus : • Prestation de services. • Mise à disposition de plates-formes. • Systèmes de double licence. • Open core. • Cloud computing (IaaS, PaaS, SaaS). • Vente de matériel. 15
  • Source de revenus: prestation de services• Offre de service classique : installation sur site, intégration de logiciels, développements sur mesure, garantie de performance, formation, hébergement,...• Approche la plus courante.• Valable aussi pour les éditeurs (principe du « best knowledge here »). 16
  • Source de revenus: mise à disposition de plates-formes• Projets de logiciels libres souvent nombreux et gérés de manière distincte.• Apparition de « plaform providers ».• Évolution dune approche B2C vers le B2B (cas des distributions GNU/Linux).• Offres souvent associées à un système dabonnement.• Exemples : Red Hat, SuSE,... mais aussi Adacore (www.adacore.com). 17
  • Source de revenus: systèmes de double licence (1/2)• Trois pratiques: • Licences chronodégradables (rare), • Exemple : Ghostscript (anciennement : GNU Ghostscript vs Aladdin Ghostscript). • Différenciation fonctionnelle, • Exemples : Compiere, Alfresco,... • payer pour ne pas devoir divulguer son code source (GPL vs licence propriétaire). • Exemple : Trolltech QT (avant lacquisition par Nokia). 18
  • Source de revenus: systèmes de double licence (2/2)• Quatre clefs: • Être capable de maintenir un équilibre avec la communauté. • Attention aux forks. • Disposer des droits patrimoniaux. • Moyens : ré-implémentation des contributions, accords de contributeurs, incitants financiers. • Savoir convertir en clients une partie des utilisateurs de la version libre. • Exemple : ~0,1% pour MySQL. • Protéger la marque (et la diffuser au maximum). 19
  • Source de revenus: modèle « open core »• Architecture noyau-extension caractérisée par...• un noyau générique libre ou sous double licence et...• quelques extensions standards.• Mise en place de magasins dextensions.• Possibilité de prise de commissions sur les ventes dextensions.• Proche du principe de la double licence (dual licensing) avec différenciation fonctionnelle. 20
  • Source de revenus: Cloud computing (IaaS, PaaS, SaaS)• Mise en place de services de « cloud computing » avec paiement à la consommation.• Nouvelle source de revenus pour les éditeurs (OpenERP) et les prestataires ICT en général.• Omniprésence des logiciels libres dans les offres IaaS et PaaS (Amazon, Windows Azure,...). 21
  • Source de revenus: vente de matériel• Mise à disposition de logiciels en support à la vente de matériels. • Cas particulier des pilotes. • Exemple : imprimantes. • Exemple : Digium et IPBX Asterisk (www.digium.com, www.asterisk.org).• Nouvelles opportunités liées à lopen hardware. • Exemple : Smart Projects et Arduino (www.smartprj.com, www.arduino.cc). 22
  • Exemple : la société Magento• Éditeur dune plate-forme ecommerce éponyme (magentocommerce.com).• Base : édition communautaire Magento Community Edition.• Accès aux sources (sous licence OSL) via SVN, bug tracker,...• Services : conseil en architecture, développement de modules sur mesure, analyse de performances, formation,...• Deux versions commerciales : Magento Professional et Magento Enterprise (support et plus de fonctionnalités).• Version hébergée Magento Go (150.000 clients).• Extensions gratuites ou payantes via son magasin en ligne Magento Connect. 23
  • Cartographie du marché belge 24
  • Quelle est la méthodologie ?• Exploitation des données de lannuaire « logiciellibre.be » (données 2009 et 2011).• Détermination de lactivité des entreprises sur base de leur communication Web (site). 25
  • Quels sont les types dactivités supportées ? 26
  • Quelle est la distribution géographique ? 27
  • Quels sont les produits et services offerts ? (1/3) 28
  • Quels sont les produits et services offerts ? (2/3) 29
  • Quels sont les produits et services offerts ? (3/3) 30
  • A-t-on des champions nationaux ? (1/2)• OpenERP (www.openerp.com). • ERP développé en Python par la société OpenERP (Tiny). • 3 millions deuros investis par Sofinnova Partners, Xavier Niel et Olivier Rosenfeld (Iliad/Free) en 2010 (shrl.be/00009q).• Drupal (drupal.org). • CMS modulaire développé en PHP par Dries Buytaert (UAnvers). • Développement soutenu par Acquia (Dries Buytaert ; UK, USA).• CommunesPlone (www.imio.be). • CMS et outils métiers dédiés au secteur public (centré initialement sur les communes) et développés sur Plone. • Développement soutenu par diverses PME belges (Gednius, Geezteem,...). 31
  • A-t-on des champions nationaux ? (2/2)• Dokeos (www.dokeos.com). • Outil delearning. • Fork de Claroline (origine: UCL). • Lui-même « forké » en 2010 (Chamilo).• Ekiga (ekiga.org). • Client SIP et H323. • Anciennement GnomeMeeting. • Créé par Damien Sandras (co-organisateur du FOSDEM) sur base dun mémoire de fin détudes (shrl.be/00009r). 32
  • Conclusion 33
  • Conclusion• Forte interdépendance entre les licences appliquées et les modèles daffaires praticables.• Diversité de modèles daffaires et fréquent panachage de sources de revenus.• La couverture de services en matière de formation ou de mise en œuvre de technologies open source est globalement assez large...• Mais loffre en matière de développement Web est très fortement représentée, et loffre paraît encore limitée en matière de SIG et de technologies embarquées open source.• Aucune offre en matière dopen data ou dopen hardware na été identifiée. 34
  • Merci pour votre attention. Des questions ? 35
  • Quelques références• CNLL (2013), « Panorama de lOpen Source en France », Conseil National du Logiciel Libre, 24 janvier 2013.• Elie, F. (2009). Économie du logiciel libre. Eyrolles.• Gayler, M. (2012), « Microsoft, Open Source and the Cloud », Keynote at the Eighth International Conference on Open Source Systems (OSS 2012), Hammamet (Tunisie), September 10-13, 2012. URL: http://www.oss2012.org/uploads/talks/Mark_talk.pdf (consulté le 22 mars 2013).• Lerner, J., Tirole, J. (2005), « The Scope of Open Source Licensing », Journal of Law, Economics, and Organization, vol. 21, issue 1, 2005, pp. 20-56.• Montero E., Cool Y., de Patoul F., De Roy D., Haouideg H., Laurent P., « Les logiciels libres face au droit », Cahier du CRID, n°25, Bruylant, 2005.• Muselli, L., « Le rôle des licences dans les modèles économiques des éditeurs de logiciels open source », Revue Française de Gestion, Vol. 34 n°181, 2008, pp. 199-214.• Viseur, R. (2011), « Cartographie des marchés Open Source belges et français », Rencontres Mondiales du Logiciel Libre (RMLL), Strasbourg, juillet 2011.• Viseur, R. (2011), « La valorisation des logiciels libres en entreprise », Jeudis du Libre, Université de Mons, 15 septembre 2011.• Viseur R. (2012), « Gérer la propriété intellectuelle dans les projets à base de logiciels libres », Colloque 2012 de lAssociation Information et Management, mai 2012.• Viseur, R. (2013), « Mozilla : histoire dune libération ». In Camille Paloque-Berges et Christophe Masutti (sous la direction de), Histoires et Cultures du Libre. Des logiciels partagés aux licences échangée, Framasoft (sous presse). 36
  • ContactDr Ir Robert Viseur Email (@CETIC) : robert.viseur@cetic.be Email (@UMONS) : robert.viseur@umons.ac.be Téléphone : 0032 (0) 479 66 08 76 Internet : www.robertviseur.be Cette présentation est diffusée sous licence « CC-BY-ND ». 37