Tendances TIC           2010  OBSERVATOIRE AQUITAIN DE L’ECONOMIE NUMÉRIQUE        Marché des TIC en 2010-2011 : chiffres ...
2
E         n cette période de sortie de crise économique, le secteur des Technologies de                  l’Information et ...
SOMMAIRECHIFFRES CLES TIC 2010     TIC et particuliers en Europe ............................................................
CHIFFRES CLES TIC 2010       TIC et particuliers en Europe                                                 Internet mobile...
Plus de 25% des Français ont commandé en 2010exclusivement par Internet les 4 principales familles de                     ...
E-commerce BtoB       TIC et entreprises en Europe                                                                        ...
lUE à 27), le nombre déchanges de factures électroniques                               Selon une étude de Pierre Audoin Co...
TENDANCES TIC 2010-2011                                                                                          est avéré...
48La presse magazine et quotidienne est contrainte de se                              Si 2200 Serious Games ont déjà été r...
promotionnelles dannonceurs proches de lendroit où lon se                      léthique des sociétés qui les conçoivent. S...
2011 devrait être l’année des outils collaboratifs et desréseaux sociaux. Le Gartner recommande aux entreprises demettre r...
Nouveaux marchés et mutations de fonctions dentreprises versles TIC en 2010Dans le cadre de létude de conjoncture TIC 2010...
PHOTOGRAPHIE DE LA FILIERE TIC 2010Pour notre 11ème édition du rapport de lObservatoire de léconomie numérique en Aquitain...
Analyse de la filière TIC en AquitaineMéthodologie de létude filière TIC 2010Constitution de la base détude               ...
Taille du périmètre TIC retenuComme lillustre le schéma de la page précédente, la croissance de la filière TIC vient des h...
Code NAF                                                  Libellé dactivité                                               ...
Rapport observatoire tic aquitaine 2010
Rapport observatoire tic aquitaine 2010
Rapport observatoire tic aquitaine 2010
Rapport observatoire tic aquitaine 2010
Rapport observatoire tic aquitaine 2010
Rapport observatoire tic aquitaine 2010
Rapport observatoire tic aquitaine 2010
Rapport observatoire tic aquitaine 2010
Rapport observatoire tic aquitaine 2010
Rapport observatoire tic aquitaine 2010
Rapport observatoire tic aquitaine 2010
Rapport observatoire tic aquitaine 2010
Rapport observatoire tic aquitaine 2010
Rapport observatoire tic aquitaine 2010
Rapport observatoire tic aquitaine 2010
Rapport observatoire tic aquitaine 2010
Rapport observatoire tic aquitaine 2010
Rapport observatoire tic aquitaine 2010
Rapport observatoire tic aquitaine 2010
Rapport observatoire tic aquitaine 2010
Rapport observatoire tic aquitaine 2010
Rapport observatoire tic aquitaine 2010
Rapport observatoire tic aquitaine 2010
Rapport observatoire tic aquitaine 2010
Rapport observatoire tic aquitaine 2010
Rapport observatoire tic aquitaine 2010
Rapport observatoire tic aquitaine 2010
Rapport observatoire tic aquitaine 2010
Rapport observatoire tic aquitaine 2010
Rapport observatoire tic aquitaine 2010
Rapport observatoire tic aquitaine 2010
Rapport observatoire tic aquitaine 2010
Rapport observatoire tic aquitaine 2010
Rapport observatoire tic aquitaine 2010
Rapport observatoire tic aquitaine 2010
Rapport observatoire tic aquitaine 2010
Rapport observatoire tic aquitaine 2010
Rapport observatoire tic aquitaine 2010
Rapport observatoire tic aquitaine 2010
Rapport observatoire tic aquitaine 2010
Rapport observatoire tic aquitaine 2010
Rapport observatoire tic aquitaine 2010
Rapport observatoire tic aquitaine 2010
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Rapport observatoire tic aquitaine 2010

3,790

Published on

Rapport 2010 de l'Observatoire Aquitain de l'Economie Numérique réalisé par l'Echangeur Bordeaux Aquitaine, service TIC de la CCI de Bordeaux avec le soutien financier du CR Aquitaine, de l'Europe et de

Published in: Technology
0 Comments
1 Like
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

No Downloads
Views
Total Views
3,790
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
2
Actions
Shares
0
Downloads
45
Comments
0
Likes
1
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Transcript of "Rapport observatoire tic aquitaine 2010"

  1. 1. Tendances TIC 2010 OBSERVATOIRE AQUITAIN DE L’ECONOMIE NUMÉRIQUE Marché des TIC en 2010-2011 : chiffres clés, tendances Photographie de la filière TIC en Aquitaine en 2010 Enquête de conjoncture TIC 2010 Analyse financière des entreprises 2006-2009 1
  2. 2. 2
  3. 3. E n cette période de sortie de crise économique, le secteur des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) apparait plus que jamais comme un élément clé pour relancer la croissance par le développement de nouveaux produits et services et par lémergence de nouveaux usages numériques. Plusieurs exemples récents montrent que des entreprises ont su créer de nouvelles offres ou renouveler leurs modèles économiques.L’Observatoire Aquitain de l’Economie Numérique poursuit sa mission de mettre en lumière lévolution desTIC et de fournir une photographie annuelle dune filière qui représente plus de 3 700 entreprises et prèsde 23 000 emplois dans notre région. Cest aussi loccasion de mettre en évidence les tendances dumarché et de l’environnement dans lequel évoluent les entreprises du secteur des TIC.L’édition 2010 voit un approfondissement de l’analyse qui est complétée par une approche cartographiquedes différents secteurs dactivités, ainsi qu’une étude de limpact du nouveau régime dauto-entrepreneursur la création dentreprises dans les TIC.Une version plus complète des études de l’Observatoire sera présentée sur un support numériqueaccessible par internet sur les sites de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Bordeaux(www.bordeaux.cci.fr et www.numeriglobe.com) et de ses partenaires. On pourra également le retrouversur une plate-forme de ressources numériques prochainement développée par la Chambre Régionale deCommerce et d’Industrie d’Aquitaine en collaboration avec des partenaires aquitains (agences territoriales,associations, Chambres de Commerce et d’Industrie…).Lannuaire des entreprises aquitaines sera consultable sur le site web support du programme régional "Unclic pour ma boîte". Cet outil, créé par les CCI dAquitaine avec le soutien de lUnion Européenne et duConseil Régional d’Aquitaine, permettra de faire connaître les savoir-faire des entreprises aquitaines dusecteur TIC à leurs partenaires potentiels.Enfin, l’activité internationale de l’Observatoire se poursuit cette année avec la 4ème édition du ForumInternational de l’Entreprise Numérique, NUMERIGLOBE, le 27 janvier 2011, qui voit la participationde chefs d’entreprise et d’experts japonais, canadiens et français. Elle traitera de la relation client autravers du développement de nouveaux services sur téléphones mobiles et de lexploitation des médias etréseaux sociaux, mais aussi des enjeux de la e-réputation dans les comportements dachat desconsommateurs tant en ligne que dans les circuits traditionnels.Nous tenons, une fois encore, à remercier vivement le Conseil Régional d’Aquitaine et lUnion Européennepour leur soutien financier, et tous nos partenaires techniques qui ont permis la réalisation des travaux delObservatoire et lorganisation du Forum NUMERIGLOBE. 3
  4. 4. SOMMAIRECHIFFRES CLES TIC 2010 TIC et particuliers en Europe ................................................................................................................................................... 5 TIC et entreprises en Europe .................................................................................................................................................... 7TENDANCES TIC 2010-2011 Une économie de commodités numériques consommées à la demande ............................................................................ 9 Une autre vision du monde .................................................................................................................................................... 10 Lindividu (numérique) sous (cyber)surveillance ................................................................................................................. 10 10 Tendances technologiques pour 2011 selon le Gartner ................................................................................................. 11 Nouveaux marchés et mutation de fonctions dentreprise vers les TIC en 2010 .............................................................. 13PHOTOGRAPHIE FILIERE TIC AQUITAINE 2010 Activités TIC ............................................................................................................................................................................ 14 Analyse de la filière TIC en Aquitaine .................................................................................................................................... 15 Le rôle croissant des entreprises individuelles dans les TIC ............................................................................................. 32 Création dentreprises de lInformation et de la Communication sous le régime dauto-entrepreneur en 2009 ............. 33CONJONCTURE FILIERE TIC AQUITAINE 2010 Situation du Chiffre dAffaires et de la Trésorerie ................................................................................................................ 35 Ressources humaines ............................................................................................................................................................ 37 Typologies de clientèles et de marchés ................................................................................................................................ 38 Capacité à innover et investir de nouveaux marchés .......................................................................................................... 40ANALYSE FINANCIERE FILIERE TIC AQUITAINE 2010 Note méthodologique : justification des choix de l’étude ................................................................................................... 43 Zoom sur quelques indicateurs financiers majeurs ............................................................................................................. 44 Conclusions ............................................................................................................................................................................. 50 Lexique ..................................................................................................................................................................................... 50CONCLUSION Bilan 2010 et perspectives 2011 ............................................................................................................................................. 51ANNEXES Détail de la méthodologie détude de la filière TIC 2010 ....................................................................................................... 52 Représentation de la filière TIC sous forme de cycles .......................................................................................................... 54 Achats déquipements TIC par les particuliers en Gironde .................................................................................................. 56VOS CONTACTS TIC A LA CCI DE BORDEAUX ........................................................................................................................... 57 4
  5. 5. CHIFFRES CLES TIC 2010 TIC et particuliers en Europe Internet mobile Les usages mobiles progressent : 17% des possesseurs d’unDiffusion des TIC téléphone mobile de plus de 15 ans en France s’en servent pour naviguer sur internet, soit 7 millions d’utilisateurs. 9% (4Sources : 1 2 3 4 millions d’individus) ont téléchargé au moins une application (gratuite ou payante).Equipement en téléphones fixe / mobileAvec 83%, le taux déquipement en téléphones mobiles La demande de contenus pour mobile (Images, sonneries,continue de progresser en France et tend à rattraper celui du vidéos, musique par les opérateurs, applications, jeux) restefixe (87%). 70% des individus disposent à la fois d’un stable en volume et les ventes devraient stagner en 2010téléphone fixe et d’un téléphone mobile. Le succès des autour de 168,2 millions deuros. 15% seulement desboîtiers multiservices (Box) ne se dément pas : 54% des possesseurs de mobiles téléchargent ces contenus dont 1/3français en sont équipés et 60% des appels nationaux et 79% sont gratuits. Les sonneries et images, qui étaient autrefoisdes appels internationaux transitent désormais par eux. les principaux contributeurs subissent un nouveau déclin en 2010. Le marché est néanmoins soutenu par la montée enEn un an le nombre moyen de SMS envoyés par semaine a puissance des jeux mobiles qui contribuent à 52% despresque doublé : 57 SMS en moyenne par semaine en 2010 revenus de contenus pour mobile et celui des applicationscontre 30 en 2009. Ce chiffre bondit à 182 en moyenne pour pour smartphones avec 11%.les 12-17 ans ! GéolocalisationInternet fixe 65% des français possèdent un équipement deLaccès à Internet se généralise : selon Eurostat, en 2010, géolocalisation dont 19% un téléphone GPS. Si ces systèmes70% des foyers européens sont connectés à Internet et 61% sont considérés comme utiles, 72% des Français se montrenten haut débit. En France ils sont respectivement 74% et 67%. inquiets quant à la diffusion sur Internet de leur localisation enIl faut cependant noter que ces chiffres restent très éloignés temps réel.de ceux de plusieurs pays de l’OCDE (Corée, Pays-Bas 91%,Norvège 90%, Suède 88% …) Réseaux sociauxLes utilisateurs d’Internet sont en moyenne 69% dans l’UE Le phénomène des réseaux sociaux samplifie et concerne(65% pour les utilisateurs réguliers) contre respectivement 36% des français (23% en 2009). Les adolescents et jeunes79% et 75% en France. 62% des français s’y connectent adultes sont les premiers adeptes avec 77% pour les 12-presque tous les jours. 99% des 12-17 ans français utilisent 17 ans et 76% pour les 18-24 ans, mais 55% des 25-39 ansInternet. ont aussi ouvert un compte. Désormais Facebook compte 16 millions dutilisateurs en France loin devant CopainsdavantLa présence denfants influe sur les équipements et usages (7,5 millions). Les sites de partage de vidéos font aussi demultimédia des ménages : 55% des maisons qui abritent un nombreux adeptes : YouTube (5 millions) et Dailymotionadolescent sont "multi-équipées" en informatique, contre (3 millions).seulement 27% des familles en moyenne. Dans lUE lesménages avec enfant(s) ont un plus fort taux de connexion à 80% des jeunes internautes âgés de 16 à 24 ans de lUnionInternet (84% contre 65%) que ceux qui nen ont pas. Ce taux Européenne ont posté des contenus sur des réseaux sociaux,est de 90% en France et atteint même 99% au Pays-Bas. des blogs ou des forums en 2010. Cette part grimpe à 82% en France et même à plus de 90% au Portugal, en Pologne et en Slovénie.Consommation des jeux et média20% de la population française - soit près de 11 millions depersonnes - jouent à des jeux en réseaux sur internet. La E-Commerce BtoC / CtoCconsommation de média en ligne influe sur celle de latélévision : 15% de la population, soit 8 millions de Sources : 5 6 7personnes, regardent la télévision sur un ordinateur connectéà internet. Les cadres et les adolescents passent désormais Cyberacheteurs (ou e-shoppers)plus de temps sur internet que devant la télévision 72% des internautes français ont acheté en ligne en 2010(respectivement 17h vs 11h et 16h vs 14h). (soit 26,4 millions de cyberacheteurs ; en progression de 17% par rapport à 2009). 60% des internautes de lUE ont acheté en ligne en 2010 voire même 79% au Royaume-Uni. 43% des cyberacheteurs français achètent exclusivement sur Internet.1 CREDOC: "Diffusion des TIC dans la société française" décembre 2010(PDF) http://bit.ly/hAjwiP2 5 IFOP "Les Français et la géolocalisation" novembre 2010 (PDF) CREDOC: "Les acheteurs à distance et en ligne" octobre 2010 (PDF)http://bit.ly/hy0Uav http://bit.ly/g9CXFp3 6 GfK Retail & Technology "Marché des contenus pour téléphones mobiles et FEVAD / Médiamétrie : Classement des sites de E-commerce au 2èmeSmartphones en 2010" http://bit.ly/hfhtaY trimestre 2010 http://bit.ly/hxspn54 7 Eurostat "Utilisation dinternet en 2010 - ménages et particuliers" Décembre FEVAD / Médiamétrie : Classement des sites de E-commerce au 3ème2010 http://bit.ly/fxP66o trimestre 2010 http://bit.ly/feykfc 5
  6. 6. Plus de 25% des Français ont commandé en 2010exclusivement par Internet les 4 principales familles de Les indicateurs de performance progressent peu : le taux de èmeproduits suivantes : transformation sétablit à 1,73% au 3 trimestre 2010 ème (1,69% 3 trimestre 2009) et le panier moyen se stabilise Vêtements, chaussures, bijoux, accessoires de mode : autour de 92 € (+3% sur un an). 31% Billets de train / avion, séjours / voyages, réservation Globalement, la bonne expérience dachat en ligne se traduit dhébergement, location de voitures : 36% par un niveau de confiance de 65,1% et un taux de satisfaction de 97% de la part des cyberacheteurs. Livres, CD, DVD, jeux vidéo, abonnements à des revues, musique : 28% Produits informatiques, photo, vidéo, hi-fi, téléphonie, e-administration électroménager : 33% Le-administration continue sa progression : 58% des internautes français ont réalisé leurs démarches administratives ou fiscales sur internet en 2010 soit 23Sites marchands millions de personnes (+2 millions / 2009). 42% desLe e-commerce poursuit sa croissance à deux chiffres avec européens ont utilisé Internet pour interagir avec les pouvoirs73 200 sites de e-commerce actifs en France en 2010 (+27% publics. La palme revient aux scandinaves : 78% pour lespar rapport à 2009, soit 15 000 nouveaux sites). Le chiffre Danois et 76% pour les Norvégiens.daffaires global pour 2010 est évalué à 31 milliards d’euros(+22% par rapport à 2009) avec des ventes pour Noël enforte croissance : 6,1 milliards d’euros (+22% / 2009). FRANCE Equipements et usages TIC dans les entreprises de 10 UE 27 Moyenne 10 à 49 50 à 249 250 salariés salariés et plus de lUnion Européenne à 27 nationale salariés salariés et plus Ordinateur 97% 99% 99% 100% 100% Accès internet 94% 97% 95% 99% 100% Haut débit fixe 86% 93% 92% 98% 100% Haut débit mobile 27% 28% 23% 46% 68% Intranet 34% 41% 37% 64% 87% Extranet 21% 32% 28% 41% 46% Site web 69% 58% 48% 65% 71% % salariés utilisant linformatique 51% 55% 48% 54% 60% % salariés utilisant internet 41% 42% 40% 42% 43% Réseau local 72% 74% 67% 88% 94% Réseau local sans fil 32% 29% 26% 41% 62% Partage électronique dinformation interne sur les ventes ou 40% 41% 39% 61% 67% achats Partage électronique dinformation externe avec les 14% 11% 8% 14% 19% fournisseurs ou clients ERP 22% 24% 11% 36% 48% CRM 27% 22% 16% 30% 36% Outils de travail collaboratif NC 13% 7% 18% 37% Workflow NC 7% 3% 8% 26% Recours aux services bancaires et financiers via internet 79% 82% 82% 85% 75% Relation avec les administrations par Internet 70% 73% 70% 81% 81% Déclarations administratives en ligne 42% 69% 65% 79% 76% Achats électroniques EDI et web 32% 26% 26% 28% 28% Ventes électroniques (e-commerce) EDI et web 13% 13% 10% 16% 20% Ventes électroniques (e-commerce) en% du CA 14% 13% NC NC NC Système dexploitation open source 14% 15% 12% 25% 40% Technologies RFID 3% 3% 2% 5% 11% 8 Sources : Eurostat - Sélection et compilation des indicateurs CCI Bordeaux Données 20098 Eurostat - Information society statistics http://bit.ly/hDTFNn 6
  7. 7. E-commerce BtoB TIC et entreprises en Europe LEDI incontournable en commerce BtoBEquipement TIC des entreprises 10% des ventes BtoB en Europe sont réalisées en EDI contre 3% par les sites web. 9% des sociétés reçoivent desSources : 9 10 11 commandes par les sites web et seulement 6% par l’EDI. Cependant, la part des ventes réalisées via l’EDI (10%) est leEquipement en ordinateurs triple de celles réalisées par les sites web (3%).Si 97% des entreprises de l’UE sont équipées en ordinateurs,seulement 51% en moyenne des salariés en utilisent un Si les sociétés sont quatre fois plus nombreuses à acheterrégulièrement. La quasi-totalité des entreprises françaises par les sites web que par l’EDI (26% contre 6%), le montantsont équipées en ordinateurs mais seulement 55% des des commandes passées en EDI est deux fois plus importantsalariés les utilisent contre 60% en Suède, aux Pays-Bas et que celui traité par les sites web (10% contre 5%).en Allemagne. Vente électronique (web et EDI)Connection Internet Pour les ventes par voie électronique (Web ou EDI), laEn France, 97% des sociétés de 10 salariés ou plus sont France se situe au niveau de la moyenne de l’UE (13%).connectées à internet et 89% en moyenne pour celles de 1 à L’Allemagne, le Royaume-Uni et la Finlande font mieux que la9 salariés. Dans tous les secteurs dactivité au moins 95% France (18%). Elle est distancée par la Suède, le Danemark,des sociétés de 10 salariés et plus disposent d’un accès à et surtout les Pays-Bas, où les sociétés sont deux fois plusinternet, sauf dans l’industrie agroalimentaire et le secteur nombreuses (26%).hébergement-restauration (84%). LIrlande domine lUE pour la part du Chiffre dAffaires réaliséAu Danemark, en Finlande, en Suède et aux Pays-Bas près en ligne avec 24%. Avec 13% la France se situe en dessousde 60% des salariés utilisent internet régulièrement (au moins de la moyenne européenne et se trouve distancée par tousune fois par semaine) au travail contre 42% en France, les pays scandinaves ainsi que l’Allemagne (18%) ou lelégèrement au-dessus de la moyenne de l’UE 41%. Royaume-Uni (17%). En 2009 les plans de rigueur mis en place par deHaut débit fixe nombreuses sociétés ont directement affecté les sites de e-Avec plus de 90% des sociétés connectées au haut débit, commerce BtoB et le chiffre d’affaires du secteur na 12lIslande (95%), la Finlande, l’Espagne et la France (93%) se progressé que de 2%. Selon la FEVAD , les sites desituent au-dessus de la moyenne européenne (86%) dans e-commerce BtoB en France ont néanmoins enregistré enl’UE à 27. 2010 une croissance de 17% par rapport à 2009.Haut débit mobile Achat électronique (web et EDI)Par contre, pour les équipements en téléphonie mobile haut L’adoption du commerce électronique est beaucoup plusdébit, la France, avec 28%, se situe tout juste au dessus de la fréquente à l’achat qu’à la vente dans tous les pays de l’Unionmoyenne de lUE et se trouve largement distancée par les européenne : 32% en moyenne des sociétés le pratiquent àpays scandinaves : Finlande 68% et Suède 55%. l’achat contre 13% à la vente. En France, le commerce électronique concerne 26% desRéseaux locaux sociétés à l’achat, et représente 15% des achats en valeur (contre 13% des ventes). La France se situe très en dessousAux Pays-Bas, au Danemark et en Finlande, plus de 85% des de la moyenne de 32% pour lUE à 27 (37% pour l’UE à 15) etsociétés ont des réseaux locaux, contre 74% en France où ils très en retard par rapport aux grands pays européens : 60%se développent lentement. des sociétés en Allemagne, en Suède et au Danemark, pratiquent l’achat à distance. Elles sont 40% aux Pays-Bas etLogiciels de gestion en Finlande et 33% au Royaume-Uni et en Italie.La Suède et le Danemark sont en tête des usages des ERPavec 30%. Avec 24% de sociétés équipées, la France se Facturation électroniquesitue au-dessus de la moyenne européenne, presque aumême niveau que l’Allemagne, les Pays-Bas et la Finlande. BtoBSans parler dERP, 38% des petites entreprises françaises de Si 42% des grandes entreprises déclarent recevoir ou1 à 9 salariés informatisées ne possèdent même pas de envoyer des factures électroniques, les PME sont encore loinlogiciel de comptabilité ! derrière avec 22%13. Cest ce qui explique que le taux moyen de pénétration du marché demeure relativement faible enSites web Europe : on estime14 que les factures électroniques représentent actuellement environ 5% des opérationsPlus de 80% des entreprises des pays scandinaves ont un annuelles de facturation entre entreprises.site web, ce qui les place devant l’Allemagne et le Royaume-Uni. Alors que dans l’UE, 69% des sociétés sont équipées en Si 23% des entreprises déclarent recevoir ou envoyer desmoyenne dun site Internet, la France, avec seulement 58%, factures électroniques (le taux varie de 8% à 41% au sein deest le seul pays dEurope où la proportion des sites webdentreprise stagne depuis 2006. 12 FEVAD / Médiamétrie : Classement des sites de E-commerce au 3ème9 DGCIS "Tableau de bord des TIC dans les entreprises" novembre 2010 trimestre 2010 http://bit.ly/feykfc 13http://bit.ly/eiqEyE Eurostat - Information society statistics - Entreprises utilisant des factures10 Eurostat - Information society statistics http://bit.ly/hDTFNn électroniques à la sortie et/ou à lentrée, 2009. http://bit.ly/hDTFNn11 14 Baromètre Ciel / IPSOS Mai 2010 http://bit.ly/ebYpGH "E-invoicing – E-billing in Europe", Billentis, 2009. 7
  8. 8. lUE à 27), le nombre déchanges de factures électroniques Selon une étude de Pierre Audoin Consultants pour 24structurées reste faible, surtout chez les PME. l’OPIIEC , la France est le pays le plus "intensif" en logiciel libre. Le Logiciel Libre représente un marché de 1,1 milliard d’Euros en France en 2009 ; soit 3,6% de la demande enBtoGov logiciels et services, en croissance de plus de 30% par anEn France, la loi de modernisation de léconomie (LME) a fixé malgré la crise. Daprès les experts, ce marché va croîtrequ’à compter du 1er janvier 2012 les administrations d’Etat fortement (32,7% de croissance annuelle moyenne) sur les 4devraient être en mesure d’accueillir des factures prochaines années (2009-2012), pour atteindre près de 10%électroniques. Les enjeux financiers et écologiques sont de la dépense en logiciels et services.considérables15 : Selon cette étude, le libre est déjà fortement implanté dans Au niveau européen16, 40 milliards d’euros par an lentreprise, sous de multiples formes. Ainsi, 54% des d’économie pourraient être réalisés sur le coût de responsables des systèmes dinformation déclarent utiliser traitement pour les administrations fiscales. des composants libres dans leur système dinformation. 78% des développeurs interrogés déclarent utiliser du logiciel libre. Les émissions de CO2 pourraient être réduites dun 17 million de tonnes par an au niveau de lUE . 18 Depuis février 2005 au Danemark la transmission par EDI des 18 millions de factures annuelles de l’État et des collectivités locales représente 94 millions d’euros d’économies annuelles. En France, l’Etat reçoit environ 3 millions de factures par an et les collectivités 60 millions. La consommation de papier pour le traitement comptable et financier, représente plus d’un milliard de feuilles A4 par an dans le secteur public local 19.E-AdministrationSelon la DGCIS20, les pays scandinaves (Finlande 95% et leDanemark 90%) sont en tête des pays européens pour lessociétés ayant recours à internet dans les relations avec lesautorités publiques. La France se situe au niveau de lamoyenne de l’UE à 15 (72%), largement devant l’Allemagne,le Royaume-Uni et l’Espagne.Pour le traitement des formalités administratives par internet,la France est en tête de l’UE à 27, avec près de 70%d’entreprises concernées en 2008, loin devant la Finlande(54%), le Royaume-Uni (49%) et le Danemark qui sepositionnent au niveau moyen de l’UE à 15 (45%).En revanche, la réponse aux appels d’offres publics parinternet est beaucoup moins répandue et sa progression estlente : seulement 13% des sociétés lutilisaient en 2008.Logiciels libresLa France 1ère pour lutilisation des LLSelon les études de RedHat 21 et Markess International22, laFrance est le pays le plus avancé en usage des logicielslibres au sein de l’OCDE. La France dispose de nombreuxatouts23 : des compétences en logiciel libre, des cursusadaptés, des formations dispensées dans les écoles etuniversités, des entreprises spécialisées et des compétencesinternes aux entreprises client final.15 Pour plus de détails voir le Livre blanc "Dématérialisation des factures : étatde l’art et enjeux pour le secteur public en France et en Europe" par b-process,cabinet d’avocats Taj et CDC Arkhinéo http://bit.ly/eFMQwe16 Source : CAPGEMINI «SEPA: potential benefits at stake», (PDF)http://bit.ly/icSHTu17 Source : Commission européenne Rapport « Faire profiter pleinementlEurope des avantages de la facturation électronique » http://bit.ly/eJSy1f18 Source : ePractice.eu http://bit.ly/gCBeWt19 Source : Direction Générale des Finances publiques (DGFiP)20 DGCIS "Tableau de bord des TIC dans les entreprises" novembre 2010http://bit.ly/eiqEyE21 Etude Georgia / Red Hat Tech Avril 2009 http://bit.ly/fJ1r6F22 Selon le cabinet détude Markness International, 96% des administrations 24françaises utilisaient des logiciels libres en 2009 Observatoire Paritaire des Métiers de l’Informatique, de l’Ingénierie, des23 http://bit.ly/i7mfB0 Études et du Conseil : http://bit.ly/hXheEr 8
  9. 9. TENDANCES TIC 2010-2011 est avéré, certains annoncent leur disparition31 au profit du téléchargement sur Internet, de la vidéo à la demande (VOD) Une économie de et du streaming haute définition ou très haute définition qui 32 devrait concerner la télévision , lindustriecommodités numériques cinématographique ou lédition musicale. La montée enconsommées à la demande puissance des offres de connexion à lInternet par la fibre optique devrait doper la croissance du streaming qui nen est encore quà ses débuts. Néanmoins, Comscore prédit que laDes nuages et des flux vidéo devrait représenter la moitié du trafic dInternet en 2012.Le vieux rêve de linformatiqueimmatérielle Cloud gaming : les jeux dans les"Virtualisation", "Cloud Computing" ("Informatique dans les nuagesnuages") : derrière limage futuriste dun équipement La disparition des supports physiques concerne aussiinformatique peu à peu réduit pour lutilisateur à un terminal lunivers des jeux vidéo qui bascule vers la distribution enconnecté, se cachent des concepts vieux de 50 ans. Les 33 ligne , un moyen efficace de lutter contre le piratage et debonds technologiques en termes de puissance de calcul, de simplifier la logistique de diffusion. A limage de lécosystèmestockage et de débits des réseaux (fixes/mobiles) permettent quApple a su créer pour les applications pour mobiles (iPod,désormais de revisiter lépoque où les entreprises louaient du 25 26 iPhone, iPad) des magasins virtuels (App Stores34 ou Videotemps machine (time-sharing ) sur des mainframes à base 27 Game App Stores) permettent le téléchargement en ligne desde machine virtuelle . logiciels (applicatifs, jeux …). LIdate estime35 que la vente de jeux dématérialisés devrait générer près des deux tiers desAinsi, les infrastructures (publiques, privées ou mixtes) de revenus du secteur à lhorizon 2014."Cloud Computing" offrent aujourdhui la possibilité de louer àla demande des capacités dinfrastructures informatiques Autre tendance en matière de jeux vidéo : le "Cloud(IaaS Infrastructure as a Service), de bénéficier de plateforme 36 37 Gaming" ; un nouveau marché initié par Onlive , une start-technique de développement (PaaS Platform as a Service), up californienne qui propose aux internautes disposant dunede stocker des données ou dutiliser des applications en ligne connexion (très) haut débit daccéder en streaming à des jeux(SaaS software as a service). vidéo. Il s’agit de déporter toute la partie de calcul des jeux 28 (qui requiert des équipements toujours plus puissants) surLe Gartner prédit un bel avenir aux services en "Cloud" dont des serveurs distants pour s’affranchir des contraintesle marché mondial devrait dépasser les 68 milliards de dollars technologiques et rendre les jeux accessibles à distanceen 2010 et atteindre 148,8 milliards de dollars en 2014. Dans depuis divers terminaux (PC, consoles, téléphonesles cinq prochaines années, les entreprises devraient mobiles…). Le “Cloud Gaming” est un marché évalué à 304dépenser 112 milliards de dollars au total en services de 38 millions d’euros en 2014 selon Screen Digest , dont 252SaaS, PaaS et de IAAS. La combinaison du "Web millions d’euros aux Etats-Unis et 60 millions d’euros enComputing" et du "Cloud Computing" devrait devenir la Europe.stratégie clé en matière de TIC pour de nombreusesentreprises dans les 10 ans qui viennent.Une étude macro-économique du cabinet CEBR29 réalisée (Re)naissance de léditionpour EMC a chiffré les gains du "Cloud Computing" et la numérique ?France pourrait être lun des principaux pays dEurope àbénéficier de ce phénomène. Les revenus générés par Les journaux amorcent aussi avec plus ou moins de bonheurladoption du "Cloud Computing" pourraient ainsi atteindre une reconversion de leurs modèles économiques en mixant37,4 milliards deuros en 2015 en France, sur un total de 177 contenus gratuits, tarification à lusage, offres dabonnementmilliards deuros pour les cinq principaux pays européens payant, publicités géociblées. Deux projets plus audacieux(Allemagne, France, Royaume-Uni, Italie, Espagne). Le exclusivement réalisés pour liPad vont êtres suivis à lamontant net des économies cumulées en France entre 2010 loupe : celui de News Corporation ("The Daily") un journalet 2015 pourrait sélever à 26 milliards deuros et réalisé par une équipe dédiée de 100 personnes et celui de 39469.400 emplois directs et indirects pourraient être créés. Au Virgin ("The Project") un magazine lancé en grande pompetotal 2 396 000 emplois pourraient être générés parmi les cinq aux USA fin 2010.principaux pays européens. 31 Apple et Microsoft ont fait des déclarations dans ce sens. Sur les nouveaux MacBook Air dApple un stockage flash remplace le disque dur et une clé USBFini les DVD ! Vive les flux ! remplace le DVD dinstallation de MacOS X (voir http://tcrn.ch/aj6clA) 32 La NHK travaille sur le "Super Hi Vision" un projet de flux vidéo duneAutre cible de la vague de dématérialisation : les supports définition de 7680 x 4320 pixels, soit une image seize fois plus riche que lephysiques tels que les DVD (même Blu-Ray). Si leur déclin30 1080p des téléviseurs actuels http://bit.ly/dBJUin – Reportage de la BBC http://bit.ly/dBsXEo 33 Sur 20 millions de ventes de jeux pour PC au 1er semestre 2010 aux USA, plus de la moitié lont été en téléchargement.25 34 http://bit.ly/gLkCco Le Mac App Store permettra de télécharger les applications sur son PC26 http://bit.ly/fDAUgT comme pour les iPhone / iPad / iPod http://tcrn.ch/cm8Uhu27 35 http://bit.ly/fqfs3k http://bit.ly/aEIhqp28 36 http://bit.ly/caclE5 Lire http://bit.ly/cRAEst et plus récemment http://bit.ly/bruDhb. SFR devait29 Présentation http://bit.ly/eDQZvI - Téléchargement (pdf) http://bit.ly/guJ8Gr lancer en octobre 2010 son offre de "Cloud Gaming"30 37 Selon Strategy Analytics le chiffre daffaires mondial des ventes et location de http://bit.ly/drOzJv 38DVD devrait perdre plus de 50% entre 2009 (50 milliards $) et 2013 avec 24,1 http://bit.ly/grp4xA 39milliards $ en 2013 http://bit.ly/9ttMRd http://bit.ly/e3keSr 9
  10. 10. 48La presse magazine et quotidienne est contrainte de se Si 2200 Serious Games ont déjà été référencés , ce marchéréinventer : elle nest plus seulement écrite mais produit aussi reste encore limité en France avec 10 millions deuros en 49de la vidéo et diffuse des brèves sur Twitter ou les sites de 2009 mais semble appelé à un fort développement . Il a reçumédias sociaux. Un tournant a été amorcé par le New York un coup de projecteur à loccasion de lappel à projets50 dotéTimes qui a désormais plus de lecteurs sur Twitter que pour de 20 millions deuros, lancé dans le cadre du plan "Franceses exemplaires papiers40. Avec 2,7 millions dinscrits sur son Numérique 2012"51. 48 projets52 ont finalement été 53compte Twitter, le New York Times est lun des médias les sélectionnés sur les 166 déposés pour un budget total deplus suivis sur Twitter41. En France, Le Monde, avec plus de l’ordre de 145 M€ et une demande d’aides de près de 67 M€. 42120 000 lecteurs sur Twitter, est le journal le plus consulté . Plusieurs initiatives régionales ont vu le jour en FranceDe son côté, lindustrie du livre tente elle aussi laventure de comme lappel à projet lancé par Imaginove et financé par lalédition numérique et de la consultation à partir de tablettes Région Rhône Alpes, le Grand Lyon (communauté urbaine) et(kindle, iPad …) depuis que ce marché connait (enfin) une le Conseil Général pour des projets de 100K€ à 400K€ ; ouvéritable envolée43. Amazon a triplé ses ventes de livres létude54 sur les Serious Games en Aquitaine réalisée par la 55numériques au premier semestre 2010 par rapport à la même société SolidCreativity pour le compte du PASI .période de lannée 2009 et a annoncé quil vendait désormaisplus de livres électroniques que papier : 143 dématérialiséscontre 100 traditionnels. To be or not to be socialSelon lAssociation des éditeurs américains44 (AAP) les Il est devenu difficile de saffranchir des réseaux sociaux (àventes cumulées de livres numériques sur les 10 premiers vocation personnelle ou professionnelle) et de toutes lesmois de 2010 aux Etats-Unis ont représenté 345,3 millions de communautés qui continuent de fleurir sur Internet.dollars, soit une progression de 171,3% en moins dun an. Fin Facebook, avec ses 500 millions de membres, truste2010, les e-books représentaient 8,7% du marché de lédition désormais les premières places : nombre de recherches,américaine, contre 3,3% en 2009. nombre de vidéos visualisées, nombre de publicités affichées … Un signe qui ne trompe pas : suite à un accord avec le géant de le-commerce Amazon, la page Facebook de Pampers (Groupe Procter & Gamble) permet désormais Une autre vision du monde 56 dacheter directement des produits en ligne . Après le e-commerce voici venue lère du "social shopping".3D partout Réseaux ou média sociaux ("Social networks" / "socialAlors qu’en 2009 la 3D était une technologie encore media"), jeux sociaux ("Social gaming57"), commerce social 58émergente, 2010 est l’année de son essor. Cinéma, ("social shopping"), production communautairetéléviseur, lecteur de DVD, ordinateurs, consoles de jeu, ("crowdsourcing" - expertise et production de contenu par laappareils photographiques, caméscopes, bornes interactives, foule - ou "crowdfunding"59 - financement par la foule -) …imprimantes… la 3D envahit peu à peu tous les domaines. hors du "social" pas de salut !Pour beaucoup dindustries la 3D arrive à point pour relancerdes marchés en perte de vitesse, saturés ou fortement Désormais la question pour les entreprises nest plus "Faut-ilconcurrentiels. En 2010, 8 des 20 meilleurs films au box office y aller ?" mais "Comment ajouter la dimension sociale à maont été en 3D (3 films en 2009). En 2015, 15% des films relation clients … et ne pas se tromper ?".devraient être produits en 3D et 1 foyer sur 3 devrait êtreéquipé d’un téléviseur 3D.Les études45 PWC sur les technologies 3D mettent en Lindividu (numérique) sousévidence lémergence de véritables écosystèmeséconomiques dans les secteurs du cinéma, de la télévision et (cyber)surveillance ?des jeux vidéo. Néanmoins rien nest certain et la sur-taxationdes films en 3D et les excès dans la promotion des Géolocalisationéquipements 3D font peser un réel danger sur ces marchés En essayant dapporter toujours plus de servicesen devenir. personnalisés et à proximité (immédiate) des individus, la géolocalisation est sortie du monde restreint et spécialisé des GPS bien connus des automobilistes pour concerner desSerious Games : les jeux cest du domaines de plus en plus nombreux.sérieux La puce GPS embarquée dans les smartphones permetLes Serious Games ("jeux sérieux") combinent plusieurs désormais dinterroger des annuaires pour trouver desaspects : enseignement, apprentissage, communication, commerces ou restaurants aux alentours, de consulter unentrainement, information sur une base vidéo-ludique. plan, de générer un itinéraire, dêtre averti si des amis sont àJusquici surtout réservé aux grandes entreprises (telles que proximité, de savoir doù ont été émis des messages (depuis 46BNP, Renault ou LOréal ) le marché des Serious Games Twitter, Foursquare, Facebook, …), de recevoir des offrespourrait passer de 1,5 milliard deuros en 2010 à 10 milliards 47deuros en 2015 dans le monde, selon lIdate qui parie sur 48 http://bit.ly/dvFmZPleurs succès auprès des PME et table sur un taux de 49 http://bit.ly/cHUEidcroissance annuel de 47% sur la période 2010-2015. 50 http://bit.ly/aP27qH 51 http://bit.ly/bmjcea 5240 http://bit.ly/9PjUlj 53 http://bit.ly/ajR2Cz http://bit.ly/bIeG5P41 54 http://bit.ly/bhWGtN http://bit.ly/aJjKYm42 55 http://bit.ly/9Y9B1t Pôle Aquitain pour la Société de lInformation (PASI) - http://bit.ly/bKs8zR43 56 Selon les dernières projections du Gartner Group, les ventes de tablettes http://read.bi/cctG6p 57pourraient atteindre 53 millions en 2011 Inexistant il y a seulement deux ans, le social gaming pèse déjà plusieurs44 http://bit.ly/eKYEjZ centaines de millions de dollars. Certains jeux réunissent plusieurs dizaines de45 Etudes PWC 2009 http://bit.ly/flki8C et 2010 http://bit.ly/gzJOQQ millions d’utilisateurs. http://bit.ly/a7wp7246 58 http://bit.ly/dC3Cvx ou http://bit.ly/b8ilua http://bit.ly/9g2lgB47 59 http://bit.ly/c1tVIs http://bit.ly/dq4Y66 10
  11. 11. promotionnelles dannonceurs proches de lendroit où lon se léthique des sociétés qui les conçoivent. Sans nous entrouve … rendre compte nous risquons de devenir les victimes consentantes de tous nos objets du quotidien (nos 66Dernier domaine à exploiter ces possibilités : la sécurisation "entourages" bardés de capteurs) et des services en lignedes transactions bancaires. Visa Europe va proposer des que nous utilisons qui chacun enregistrent dune façon oucartes de paiement géolocalisées60 afin de limiter la fraude et dune autre nos faits et gestes souvent sans notreprotéger ses clients. Visa Europe compte mettre en place un consentement.nouveau système permettant de localiser le possesseur dunecarte de paiement grâce à son téléphone portable. Un Nous nous approchons de plus en plus de lunivers du mangaétablissement bancaire pourra ainsi vérifier si un de ses Ghost In The Shell 67 de Masamune Shirow, peupléclients se trouve bien physiquement à lendroit où la dindividus reliés en permanence au Réseau Numériquetransaction est réalisée. mondial (évolution d’Internet), voire cyber-améliorés68, dont lidentité (pas seulement numérique) risque à tout moment 69 dêtre compromise et piratée .Intelligence ambiante et langagecorporel : nouveaux moyensdinteraction avec les "machines" 10 tendances technologiquesNintendo avec la Wii et ses périphériques associés équipés pour 2011 selon le Gartnerde capteurs (mouvement, pression …) a révolutionnélinteraction avec les jeux et a su ainsi gagner de nouveaux A loccasion du Gartner Symposium/ITxpo, qui sest tenu duadeptes auprès des non-joueurs traditionnels (femmes, 17 au 21 octobre 2010 à Orlando, le cabinet Gartner70 aadultes, séniors). Microsoft avec son nouveau dispositif présenté les 10 technologies stratégiques et incontournablesKinect for X360 de capture de mouvement fait la promesse de qui se profilent pour l’année 2011.saffranchir totalement de la manette de jeu pour interagir àdistance par la gestuelle avec la console de jeux ou les Le Gartner définit une technologie stratégique comme celleéquipements multimédia de la maison. ayant un potentiel dimpact significatif sur lentreprise au cours des trois prochaines années. Les facteurs qui décrivent des 61Au-delà du domaine du jeu, lintelligence ambiante va peu à répercussions importantes comprennent un fort potentiel depeu gagner notre quotidien avec des objets aussi différents perturbation de linformatique ou de lentreprise, la nécessitéquun escalator qui analyse le comportement des personnes dinvestissement financier majeur, ou le risque dêtre enqui lempruntent pour repérer s’il se passe quelque chose retard à ladopter.d’"anormal" (par exemple si quelqu’un est tombé) et prendreles mesures qui s’imposent ; quun pèse-personne Une technologie stratégique peut être une technologiecommunicant62 ou quun système danalyse des existante qui arrive à maturité et/ou devient disponible pourcomportements des clients en magasin pour en tirer des une plus grande variété dusages. Il peut aussi sagir duneconclusions sur les réflexes d’achats. technologie émergente susceptible dapporter un avantage stratégique aux premières entreprises qui ladopteront ou quiLe projet européen MIAUCE63 développe des techniques ont le potentiel dintroduire une rupture du marché dans les 5danalyse du comportement multimodal des utilisateurs prochaines années. De telles technologies ont des impacts(mouvements oculaires, direction du regard, clignement des sur les projets et plans dactions à long terme de lentreprise.yeux et mouvements du corps) dans le cadre dapplications Le cloud computing figure en première position. Nouvelleréelles en marketing et sécurité. Dautres projets à lUniversité tendance clé au sein des entreprises après la vague de lade Stanford, au MIT, ou à luniversité de Barcelone virtualisation, cette technologie présenterait deux grandssintéressent à la mesure des battements du cœur, à la avantages : permettre d’accéder à un large panel de servicesrespiration, aux taux de résistance électrique de la peau (le et d’applications, tout en opérant une réduction des coûts deparamètre mesuré dans les détecteurs de mensonges), ou au 64 fonctionnement.rythme de la parole (la prosodie ) pour animer des avatarsou pour être intégrés dans un miroir de salle de bain, par La seconde place tient compte de l’émergence des tablettesexemple, afin de mesurer létat de santé et physiologique65. numériques et des applications mobiles en général. Avec l’arrivée de l’iPad et l’explosion des ventes de smartphones en 2010, c’est une tendance lourde qui s’annoncerait doncHyper-connectivité ou pour les entreprises. Selon le Gartner fin 2010 1,2 milliard dehyper-surveillance ? mobinautes utiliseront un terminal mobile, ce qui en fait loutil idéal de la convergence du Web et de la mobilité. Bien queLa généralisation des hauts et très hauts débits fixes (ADSL, des milliers d’applications mobiles soient déjà disponibles, lefibre optique) et mobiles (3G/3G+, wifi, wimax, …) nous a fait cabinet d’études estime qu’une plus grande compatibilité auentrer dans un monde de dhyper-connectivité à Internet et niveau des systèmes d’exploitation et des processeursdubiquité grâce à des terminaux de plus en plus "intelligents" permettrait d’accélérer le développement d’applications(ordinateurs, téléphones mobiles, pda, consoles de jeu, mobiles.télévisions, appareils ménagers, …).A force de déporter sur des systèmes tiers nos donnéespersonnelles (messages, photos, vidéos, centres dintérêts,affinités, réseaux personnels et professionnels) nousdevenons tributaires de leur bon fonctionnement et de60 66 http://bit.ly/ezL4eo Référence au manga Ergo Proxy http://bit.ly/eL7A7V61 67 http://bit.ly/ddxEHA http://bit.ly/dDeKfh62 68 Withings - La balance connectée bardée dindicateurs (poids, IMC, masse Nous nen sommes plus très loin avec ces projets http://bit.ly/933MRm ougrasse et masse maigre) - http://bit.ly/hlo7aJ http://bit.ly/eebWDI / http://bit.ly/fhZZRb63 69 http://bit.ly/bvWTks 28/10/2010 1ère édition du Forum Européen sur le "Crime organisé et la64 http://bit.ly/fHGuhH fraude identitaire" http://bit.ly/aV877D65 70 http://bit.ly/dMc9wY Voir http://bit.ly/capNhp 11
  12. 12. 2011 devrait être l’année des outils collaboratifs et desréseaux sociaux. Le Gartner recommande aux entreprises demettre rapidement en place une stratégie de coordination deleurs modes de communication et de collaboration internesmais aussi de leurs initiatives en matière de réseau social endirection de leurs clients et des consommateurs.Les technologies analytiques avancées (Next GenerationAnalytics) devraient aussi permettre aux organisations, vial’optimisation et la simulation, d’utiliser des outils et desmodèles analytiques avancés pour améliorer l’efficacité desprocessus métier et des décisions en examinant des scénariialternatifs, avant, pendant et après l’exécution de cesprocessus. 1. Cloud Computing 2. Applications mobiles et les tablettes média 3. Communications "sociales" et collaboration  Social networking  Social collaboration  Social publishing  Social feedback 4. Vidéo 5. Analytique de nouvelle génération 6. Mesure des usages "sociaux" - Social Analytics 7. Informatique Context-Aware 8. Mémoire de stockage flash - Storage Class Memory 9. Linformatique ubiquitaire. 10. Infrastructure et ordinateurs modulaires - Fabric- Based Infrastructure (FBI) and Computers. 12
  13. 13. Nouveaux marchés et mutations de fonctions dentreprises versles TIC en 2010Dans le cadre de létude de conjoncture TIC 2010, une enquête téléphonique a été conduite en juin 2010 auprès dun panel de 464entreprises des TIC d’Aquitaine selon la méthode des quotas. Nous présentons ici les résultats des questions sur les nouveauxaxes de marché et les mutations vers les outils TIC détectés par les entreprises de la filière TIC dAquitaine. Les questions étant àchoix multiple, le total des pourcentages excède 100%.Tous les analystes saccordent sur le fait que les TIC sont poussées par les usages dInternet en situation de mobilité au traversdes marchés en pleine expansion de la téléphonie mobile (notamment smartphones) et des applications mobiles associées, destablettes (popularisées par liPad) ou plus généralement des NetPC conçus pour se connecter à Internet en 3G ou Wifi.De façon logique dans notre enquête, "Mobilité - Solutions embarquées" est laxe de marché qui prédomine avec 52% des citationsce qui prouve que les usages grands publics tendent à être intégrés par les entreprises et quune stratégie de marketing mobile estindispensable pour toucher les clients et leur apporter des services personnalisés. Si on y ajoute le thème de la Nouveaux axes "Géolocalisation" devenue courante avec de marché en 2010 lintégration de GPS dans la majorité des smartphones ou celui des "objets Gestion de lénergie communicants" (RFID, micro-capteurs par 19% exemple) nous avons là des axes de Externalisation des marchés en corrélation avec les mutations fonctions support 30% de fonctions dentreprises en TIC telles que Positionnement - la "Logistique – traçabilité" ou le "Marketing, géolocalisation 32% relation client et vente" qui sont les Sécurité premières citées. 33% Objets communicants Le développement du haut débit et limpact 41% de la crise économique font que la Dématérialisation des "Dématérialisation des échanges" et échanges et des… 42% "lexternalisation de fonctions support" se Mobilité - Solutions développent et trouvent un écho de plus en embarquées 52% plus favorable auprès des entreprises notamment pour les fonctions de "formation" 0% 20% 40% 60% (e-learning, Serious Games) / "gestion des connaissances" (travail collaboratif) ou de "gestion administrative" (Business Mutation de fonctions Intelligence, ERP, GED, logiciels en SAAS). dentreprise en TIC en 2010 Quatrième axe cité : la "Sécurité" reste une préoccupation importante et un domaine Achats 27% incontournable en raison des problèmes récurrents de virus, de spams mais aussi des Production 32% risques sur la protection des données de lentreprise (intrusion, actes de malveillance Conception 32% liés à la guerre économique) ou de protection des données personnelles. Gestion des connaissances 34% Les préoccupations environnementales ou simplement de contrôle des dépenses Gestion administrative 34% énergétiques (19%) trouvent encore peu décho et semblent concerner surtout les Formation 35% grandes entreprises. Marketing, relation client 40% Logistique, traçabilité 44% 0% 20% 40% 60% Source : CCI Bordeaux 13
  14. 14. PHOTOGRAPHIE DE LA FILIERE TIC 2010Pour notre 11ème édition du rapport de lObservatoire de léconomie numérique en Aquitaine, nous avons affiné notre méthodologiece qui nous a permis didentifier plus de 3 700 entreprises des TIC. Alors que les activités traditionnelles des TIC stagnent (voirerégressent pour certaines, comme la fabrication TIC), la filière numérique ne cesse de senrichir grâce à de nouvelles activités deservices liés au développement de lInternet et des contenus multimédia. La mise en place en janvier 2009 du nouveau régimedauto-entrepreneur a dopé la création dentreprises TIC et amplifié latomisation dune filière déjà principalement composée deTPE. Désormais 75% des créations dentreprises en TIC se font en entreprise individuelle. Activités TICNotre approche de la filière des Technologies de lInformation et de la Communication (TIC) se base sur le périmètre établi par 71lOCDE en 2007 et sur le panorama72 des activités de Services et Technologies de l’Information et de la Communication (STIC)réalisé lors des "Etats généraux de lindustrie" qui se sont déroulés doctobre 2009 à mars 2010. La définition des TIC que nousadoptons recouvre les télécommunications (infrastructures et services de communications électroniques, services internet etéquipements), les logiciels, les services informatiques et l’électronique au sens large (composants, systèmes, produits grandspublics et équipements informatiques).Notre étude des TIC en Aquitaine porte sur le domaine délimité par un cadre pointillé sur le schéma ci-dessous réalisé à loccasiondes "Etats généraux de lIndustrie". Il intègre les activités de commerce, de production de biens et de services TIC qui permettentde développer des services aux entreprises et aux particuliers et de répondre à de nombreux besoins sociétaux. Domaine détude 72 Source : "Etats généraux de lIndustrie"Cette photographie de la filière est par nature incomplète. En effet, bien que les TIC soient de plus en plus intégrées dans desproduits ou services destinés aux clients finaux (au point que 40% du prix dun véhicule haut de gamme et que 50% de celui dunavion sont imputables à lélectronique et à linformatique embarquée), il nest pas possible de mesurer la production TIC réalisée eninterne par les secteurs de lindustrie (transport, énergie, défense) ou du service (santé, tourisme) …71 Source : OCDE - Economie de linformation. Définitions sectorielles fondées sur la classification internationale type par industrie – 20/03/2007 http://bit.ly/br0Mqt72 Source : États généraux de l’Industrie - Rapport Groupe de Travail Industrie des TIC http://bit.ly/b0OxxT 14
  15. 15. Analyse de la filière TIC en AquitaineMéthodologie de létude filière TIC 2010Constitution de la base détude Létude de la filière TIC a été conduite à partir de la base de données des entreprises de Commerce, Industrie et Services des CCI dAquitaine. La méthodologie mise en œuvre pour la constitution de la base de données détude (détaillée en annexes) est une généralisation et systématisation de celle adoptée en 2009, à savoir :  Sélection de codes NAF explicitement TIC (voir schéma ci-contre)  Agrégat73 dannuaires spécialisés, de listes dentreprises appartenant à des groupements ou associations professionnelles des TIC ou ayant participé à des manifestations TIC.  Recherches en texte intégral dans les libellés des raisons sociales, enseignes, description dactivités déclarées pour identifier les acteurs non répertoriés aux étapes précédentes et dont les codes NAF sont génériques ou théoriquement sans liens avec les TIC  Recherches sur Internet + Revue de presse pour compléter la liste des entreprises TIC identifiées Nous avons pris le parti de ne pas intégrer dans le périmètre de la filière TIC les acteurs du e-commerce (NAF de la Vente à distance 4791A et 4791B) dont le métier relève plusdu commerce par un nouveau canal (Internet) que des TIC. Il en est de même des services externalisés tels que les centresdappels, le télé-secrétariat ou la sous-traitance des saisies de données informatisées qui ne sont que des utilisateurs des TIC.73 Cette année plus de 30 sources ont été compilées et agrégées dont les annuaires de lADEISO, du PEBA, de Pro Libre, du SYRPIN, … 15
  16. 16. Taille du périmètre TIC retenuComme lillustre le schéma de la page précédente, la croissance de la filière TIC vient des hybridations qui apparaissent au pointde contact entre deux types dactivités jusqualors séparés et se traduisent par lapparition de nouveaux métiers. Les domainesdactivités TIC que nous avons retenus pour notre base détude rassemblent 3 713 entreprises soit 4 012 établissements etprès de 23 000 salariés. Léventail dactivités couvre 126 codes NAF. Ce nombre important donne une idée de la dispersiondes activités TIC au-delà du périmètre "traditionnel" du "cœur dactivités TIC" composé des 24 codes NAF.Convergence numérique et métissage dactivitésLa convergence numérique est le recoupement et le regroupement de services ou doutils désormais numériques qui étaientanciennement séparés. Ceux-ci couvrent les activités de production et de numérisation de linformation et des contenus (textes,audio, photos et vidéo) ; tous les aspects liés à leur stockage, aux moyens de communication, de transport ou de diffusion(téléphonie, télévision ou radio).La convergence numérique entre les activités informatiques et celles de la communication et de la production de contenusmultimédias se traduit par le fait que dans la sélection dentreprises TIC que nous avons retenues pour constituer notre basedétude, 29 des 33 codes NAF de la "Section J / Informatique et communication" de la nomenclature de lINSEE sont représentés.Des activités TIC dispersées sur un large éventail de codes NAFActivités de commerce et distribution TIC Dispersion des activités Dispersion des activités de commerce et distribution TIC de production de biens et services TIC 350 900 300 800 4741Z 6202A 700 Nb établissemnets 250 Nb établissements 600 6201Z 200 500 4742Z 4651Z 150 400 300 9511Z 100 4778C 4666Z 200 5829C 6311Z7022Z 50 100 6110Z 4652Z 4754Z 0 0 0 10 20 30 40 0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 Ordre des codes NAF Ordre des codes NAF 37 codes NAF de commerce de gros et de détail TIC 89 codes NAF de production de biens et services TIC 74 Source : CCI Bordeaux – Aquitaine - Périmètre TIC complet - Comment interpréter les graphiques ?:Les activités de commerces TIC sont dispersées dans 37 codes NAF dont 7 concentrent près de 90% des établissements. A elleseule lactivité de "Commerce de détail dordinateurs, dunités périphériques et de logiciels en magasin spécialisé" (code NAF4741Z) contribue à plus de 30% du nombre total détablissements de commerce TIC.Lactivité "Autres commerces de détail spécialisés divers" (code NAF 4778C) à laquelle sont rattachés de nombreux magasins devente de logiciels et déquipements de jeux arrive en 4ème position.Au final, 3 activités hors du périmètre "traditionnel" de la filière contribuent significativement aux activités de commerce TIC :"Autres commerces de détail spécialisés divers " (code NAF 4778C), "Commerce de gros (commerce interentreprises) dautresmachines et équipements de bureau " (code NAF 4666Z) et "Commerce de détail dappareils électroménagers en magasinspécialisé" (code NAF 4754Z).74 Laxe horizontal représente la liste des codes NAF. Laxe vertical représente le nombre détablissements par code NAF. Chaque code NAF est matérialisé par undisque de taille proportionnelle au nombre détablissements qui y sont rattachés. 16
  17. 17. Code NAF Libellé dactivité % 4741Z Commerce de détail dordinateurs, dunités périphériques et de logiciels en magasin spécialisé 30,2% 4742Z Commerce de détail de matériels de télécommunication en magasin spécialisé 18,7% Commerce de gros (commerce interentreprises) dordinateurs, déquipements informatiques 4651Z 17,4% périphériques et de logiciels 4778C Autres commerces de détail spécialisés divers 9,4% 4666Z Commerce de gros (commerce interentreprises) dautres machines et équipements de bureau 7,6% Commerce de gros (commerce interentreprises) de composants et déquipements électroniques 4652Z 2,9% et de télécommunication 4754Z Commerce de détail dappareils électroménagers en magasin spécialisé 2,4% Source : CCI Bordeaux – Aquitaine - Périmètre TIC completActivités de production de biens et services TICLes activités de production de biens et services TIC sont dispersées dans 89 NAF dont les 7 premiers totalisent près de 70% desétablissements. Ce dernier chiffre montre bien létalement de la "longue traîne"75 TIC. La plus grosse contribution vient de lactivitéde "Conseil en systèmes et logiciels informatiques" (code NAF 6202A) avec plus de 24% des établissements (741 établissements)devant la "Programmation informatique" (code NAF 6201Z) qui approche les 600 établissements.Lactivité "généraliste" de "Conseil pour les affaires et autres conseils de gestion" (code NAF 7022Z) arrive au 6ème rang avec plusde 120 établissements répertoriés dans notre base détude. Si ce nombre ne représente que 5,8% dune activité qui compte plusde 2 100 établissements en Aquitaine, il montre combien les activités TIC gagnent des domaines jusque-là périphériques difficilesà identifier et à quantifier. Cest ce qui rend indispensable la compilation dannuaires professionnels pour identifier un maximumdacteurs TIC de la filière. Code NAF Libellé dactivité % 6202A Conseil en systèmes et logiciels informatiques 24,4% 6201Z Programmation informatique 19,5% 9511Z Réparation dordinateurs et déquipements périphériques 8,9% 5829C Édition de logiciels applicatifs 4,6% 6311Z Traitement de données, hébergement et activités connexes 4,3% 7022Z Conseil pour les affaires et autres conseils de gestion 4,1% 6110Z Télécommunications filaires 3,6% Source : CCI Bordeaux – Aquitaine - Périmètre TIC completPoids respectif des activités de production et de celles de distribution TICNotre approche plus exhaustive des TIC par rapport à celle du rapport 2009 a pour effet daugmenter de 8% la part des activités de 76"commerce et distribution" au détriment de celles de "production de biens et services". Néanmoins ces dernières restentlargement prépondérantes avec 75% du total et concentrent près de 84% des effectifs. Répartition des établissements Répartition des effectifs Commerce / Distribution Commerce / 16,3% Distribution 25,3% Production Production de biens / de biens / services services 83,7% 74,7% Source : CCI Bordeaux – Aquitaine - Périmètre TIC complet75 Par analogie avec le terme de "longue traîne" utilisé en e-commerce (ou plus récemment en référencement) pour traduire le fait qu’une part importante du chiffred’affaires provient d’un très grand nombre de références vendues chacune en petite quantité.76 Cest-à-dire les activités de commerce de gros et de détail 17

×