Mythes ou réalités - Régis Lebigre 2014 - Un temps d'avance - Carnet de Campagne n°2

821 views
733 views

Published on

Mythes ou réalités
Régis Lebigre 2014
Un temps d'avance
Carnet de Campagne n°2

Published in: News & Politics
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
821
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
230
Actions
Shares
0
Downloads
2
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Mythes ou réalités - Régis Lebigre 2014 - Un temps d'avance - Carnet de Campagne n°2

  1. 1. Régis Lebigre 2014 Élections Municipales, Vence Un temps d’avance www.lebigre2014.fr Tandis que nous sommes au travail, des petites phrases courent les rues, les terrasses, les petits apéros du soir… Leurs auteurs prétendent connaître et maîtriser la réalité Vençoise. Leur objectif : dénigrer le travail accompli, semer le trouble et la confusion par des accusations systématiques et sans fondement. Mais les chiffres sont têtus et les faits rendent dérisoire toute tentative de polémique. Alors mythe ou réalité… Vous découvrirez à l’intérieur de ce document ce que les Vençois doivent savoir. Les donneurs de leçons se sont-ils seulement souciés de solidarité, de vieillissement de notre population, de précarité énergétique, d’emploi, de logement… ? Et l’équilibre financier en période de crise, mesurent-ils toutes les difficultés qui préoccupent nos habitants ? Le Mythe sur la ZAC Saint-Jean : «Le Maire aurait dû s’opposer au projet de la ZAC Saint-Jean» n «Vence va payer 21.39% des 20 millions d’€uros de travaux contre l’inondation (…)». n «Les parkings seront gratuits». n La Réalité : Critiquer les voisins et mani- puler les chiffres ne font pas fleurir le commerce. S’ingérer dans le projet d’une Commune voisine est vain et prétentieux. Semer l’angoisse avec des accusations et des chiffres faux n’a qu’un but : faire croire qu’un Maire aurait le pouvoir de participer aux choix des Communes voisines ou de s’y opposer ! Qui peut croire que le Maire de Vence soit responsable d’un projet commercial porté par Cagnessur-Mer depuis 2000 ! Aucun Maire ne saurait interférer dans le développement d’une Commune voisine comme aucun Maire n’apprécierait se faire dicter son action par un élu voisin. Avant toute chose rappelons que la ZAC Saint-Jean est située sur le Malvan en zone inondable. Le Programme d’Actions et de Préventions contre les Inondations (PAPI) est piloté par le Service gestion des risques du Conseil général sous l’égide de l’élue chargée de mission prévention des risques naturels. Concernant le programme de travaux, le Syndicat Intercommunal regroupant 8 Communes* du bassin versant participera à hauteur de 5.920.500€ dont 21,39% pour Vence et 50% pour Cagnes-sur-Mer. Annoncer que Vence va payer 21.39% de 20 millions d’euros est un mensonge ! De même que faire croire à la gratuité des parkings alors que le projet les a toujours prévus payants. Pour ma part, je préfère œuvrer concrètement pour développer et soutenir nos petits commerces de proximité et leur fabriquer un écrin idéal dans une Ville exceptionnelle. Plans FISAC (800.000€ dont 150.000€ financés par la Ville), rénovation urbaine (2 M€), enfouissement des réseaux électriques (24.000€ pour la Ville), rénovations des façades (75.000€ par an), travaux d’accessibilité, navettes urbaines gratuites (80.000€), gratuité du stationnement tous les samedis et tickets commerçants (95.000€), signalétique des parkings (25.000€), collectes spécifiques des déchets (10.000€)… voici quelques actions concrètes en faveur du commerce local menées sans l’aide des opposants trop occupés à contrer toute réalisation qui modernise Vence et conforte son identité de Ville dynamique et rayonnante. * Cagnes-sur-mer, Vence, La Colle-sur-Loup, La Gaude, Saint-Jeannet, Saint-Paul de Vence, Coursegoules et Bezaudun-les-Alpes.
  2. 2. Régis Lebigre 2014, un temps d’avance - Mythes ou réalités : Réponse aux détracteurs jourd’hui, la Ville n’est pas en mesure de répondre aux besoins des 431 familles Vençoises en liste d’attente, éligibles au logement à loyer maîtrisé. Il faut savoir que le seuil de revenu pour être éligible au logement social pour un couple varie de 19.834€ à 34.433€ par an. À Vence, près de 60% de la population peut y prétendre. la suite… social contre ceux qui ont la chance de ne pas en avoir besoin), prétendre dans le même temps être capable de rassembler tous les Vençois… est une supercherie ! Le Mythe : «Vence a perdu son identité et se trouve impuissante devant la montée du communautarisme» La Réalité : À Vence la loi de la Répu- Le Mythe : «Ils bétonnent tout Vence avec Notre priorité a été et reste de rénover le bâti ancien plutôt que de construire revalorisant ainsi notre patrimoine. Mieux vaut acquérir et rénover des logements insalubres plutôt que de payer une lourde pénalité et voir l’Etat imposer d’office à la Commune des emplacements de constructions. blique s’impose dans tous les lieux publics. Je suis le garant du respect de la laïcité et en particulier à l’école. L’avenir des enfants est notre responsabilité. L’Éducation Nationale comme la Commune offrent toutes les conditions de réussite scolaire pour que chacun prépare son avenir au mieux de ses capacités et dans le respect des valeurs républicaines. Quant à prétendre «avoir informé les autorités compétentes de la montée du communautarisme», il est vain, en réalité de se parer des plumes de l’autorité quand ce n’est pas sa compétence. Je suis, en tant que premier magistrat de la Commune, en contact permanent avec les services de sécurité de l’Etat qui sont parfaitement au fait de tout ce qui pourrait enfreindre la loi. Le Mythe : Le Mythe : ce PLU (…) et la proportion d’espaces naturels ne cesse de décroitre». La Réalité : Seuls 25% du territoire sont en zone urbaine. Les zones naturelles de la Commune occupent 2.876 hectares soit 73,34% du territoire. «Vous allez faire monter la «Il est grand temps de réveiller population du quartier des Moulins à Vence». (…) Vence, la belle endormie» «Le Suve est transformé en quartier ghetto et en zone concentrationnaire» Vence aurait alors un sommeil bien agité ! Il n’est pas un weekUne offense ! end sans événement et sans que le service Ce propos tenu en Conseil Municipal est inju- des fêtes de la Commune ne soit mobilisé et rieux pour les 60 familles stigmatisées comme à pied d’œuvre, sans que des manifestations pour l’ensemble du quartier. Les habitants du ne soient organisées par la Ville ou par des Suve ne sont-ils pas notre facteur, notre chauffeur associations subventionnées. de bus, notre employé de commerce… Ces propos cherchant à effrayer les Vençois ne sont que mensonges et discours anxiogènes. La technique est ancienne et couramment utilisée : faire peur par de fausses informations puis se positionner en sauveur… comme par hasard à la veille des élections municipales ! Qui peut imaginer qu’un Maire puisse déplacer des populations alors que seule une Commission d’attribution, suivant des règles strictes imposées par la Loi, est seule habilitée à attribuer les logements sociaux. L’activité commerciale revitalisée par l’embellissement de l’avenue Marcellin Maurel n’a jamais été si dynamique. Mais la vitalité de la ville se mesure surtout à ses réalisations. Ainsi, «la belle endormie» a vu naître : la Villa Berthe pour les associations, une salle d’orchestre pour le conservatoire, la maison relais pour les plus démunis, la résidence sénior pour rompre l’isolement du 3eme âge, la crèche qui accueillera 60 nourrissons, un skate parc, le stade entièrement rénové, un nouveau CCAS, un ciTant que je serai Maire, aucun nouveau logement néma municipal, un parking gratuit de 70 places social ne sera édifié au Suve et le terrain d’évolu- aux Meillières, deux centrales photovoltaïques tion proche de l’école restera un site ouvert à tous. sur des bâtiments publics, des jardins familiaux, Répandre ainsi des bruits sur des sujets aussi deux navettes urbaines gratuites, la création d’un graves, alimenter des craintes sur des questions diplôme universitaire, l’acquisition de 5 véhicules vitales de mixité sociale, monter les Vençois les électriques, la Cathédrale restaurée… sans compuns contre les autres (ceux relevant du logement ter deux dossiers de sécurité aboutis : le Prat de La Réalité : 51 hectares sont désormais inscrits en réserve agricole afin de restaurer l’agriculture de proximité et l’alimentation en circuit court. La zone urbaine représente 994 hectares sur une superficie totale de 3.923 hectares. 25% du territoire sont en zone urbaine. Cette zone a vocation à être densifiée compte-tenu de l’obligation pour la Ville de fournir du logement et de permettre aux propriétaires d’optimiser leur patrimoine. Le Mythe : «L’urbanisation galopante est dictée par la Métropole». La Réalité : Vence décide seule de son avenir et de l’équilibre de son urbanisme. Notre Plan local d’urbanisme a nécessité 4 ans de travail et 25 réunions techniques et publiques. La Métropole n’est jamais intervenue dans les décisions municipales. Au contraire, nous avons bénéficié des meilleures compétences techniques mobilisées pour respecter l’équilibre de notre territoire. Notre PLU a d’ailleurs été adopté par le Conseil Municipal le 29 Mai 2013. Le Mythe : «Logements sociaux, il y en a déjà beaucoup…». La Réalité : Vence répond à la loi et aux besoins de ses habitants. Avec moins de 5% de logements sociaux, Vence est loin de répondre à ses obligations telles que fixées par la loi et le quota de 25%. Or, au- La Réalité :
  3. 3. Régis Lebigre 2014, un temps d’avance - Mythes ou réalités : Réponse aux détracteurs Julian et la gestion de la forêt de La Sine… «La belle endormie» ne dort que d’un œil : 27 caméras de vidéo-protection veillent à la sécurité des biens et des personnes. En résumé, jamais aucune mandature n’avait réalisé autant de projets en si peu de temps et malgré un contexte de crise sans précédent. l’heure à 1€ la journée. «Revenir dans le centre-ville ?» Tous les parkings enregistrent une fréquentation en hausse de 1,27% soit + 5 670 entrées en 2012. La gratuité est une fausse bonne idée. L’expérience ayant démontré que le parking gratuit engendre inévitablement des voitures ventouses. Le Mythe : «À Vence, on ne peut jamais Le Mythe : «La sécurité baisse et les camse garer !». briolages augmentent (…). La vidéo protection a un côté terrifiant et n’a pas de résultat tangible» La Réalité : Encore une fois, les chiffres* sont têtus ! Du 1er janvier au 31 août 2013, la délinquance a reculé de - 23,08%. Les cambriolages enregistrent une baisse spectaculaire : - 61,84%. L’atteinte aux biens baisse de 22,41%. Les vols reculent de moins 24,21%. Les dégradations chutent de moins 23,08%. Les escroqueries, infractions économiques et financières sont en recul de 23,81%. 1 565 places de stationne- Seules les atteintes volontaires à l’intégrité phyment dont 616 gratuites. sique augmentent de 9,26%. Elles incluent le Vence compte 3 parkings en ouvrage soit 644 nombre des femmes battues tristement en hausse places en centre-ville auxquelles s’ajoutent 921 sur le territoire Français et en particulier dans les Alpes-Maritimes… places sur voirie (dont 616 places gratuites). La Réalité : Le Mythe : trop chers». «À Vence, les parkings sont La Réalité : 95.000€ par an : rien n’est jamais gratuit ! Ce sont les contribuables qui subventionnent les mesures de gratuité. Sur les 305 places payantes sur voirie, 188 places sont en zone verte. Les zones bleues gratuites réglementées ont été étendues (81 places) comme la durée de stationnement, passant de 1h30 à 2h. Tous les samedis le stationnement est gratuit sur l’ensemble de la voirie communale. Pour fidéliser la clientèle des commerces, la Mairie a financé en 2012, 28 400 tickets commerçants, soit 40.000€. Ces tickets (offrant 1h30 de stationnement) ne coûtent ainsi aux commerçants que 0,60 ct d’€ pièce au lieu de 3€, la différence étant payée par la Collectivité. La carte à décompte permet un paiement par tranche de 5 minutes afin de ne payer que la durée exacte du stationnement et pas plus. Le Mythe :«Augmenter la gratuité pour inciter les Vençois à revenir dans le centre-ville». La Réalité : La Gratuité… Mais pas La Réalité : Vence comme toutes les collectivités de France est soumise à la même loi des appels d’offres concernant la dépense publique. Les aménagements, créations ou réfections de voirie sont soumis à des appels d’offres lancés par La Ville ou la Métropole. Au-delà d’un seuil financier, cette consultation doit légalement être lancée à l’échelle européenne. Il arrive que les entreprises locales ne puissent, par des critères techniques et logistiques, se positionner sur certains types de travaux nécessitant un matériel de pointe. Notre SEM recourt régulièrement à des entreprises Vençoises que ce soit pour l’entretien et la réhabilitation de ses logements ou pour l’entretien et la rénovation des parkings. Le Mythe : «C’est la Métropole qui gouverne (…). Les élus doivent apprendre à faire à la Métropole des propositions réalistes mais fermes» La Réalité : Vence est très respectée et concrètement soutenue. La rénovation urbaine, la station d’épuration, l’aménagement des entrées de Ville… sont justement des propositions faites à la Métropole. Etaitce réaliste ? Sans doute puisque la Métropole a choisi fermement de les financer et de les réaliser. 18 millions d’€ pour la station d’épuration, 2 mil*Bilan chiffré Gendarmerie Nationale 2013. lions d’€ pour la rénovation du cœur de Ville, 800.000€ pour l’entrée de Ville… financés par l’ensemble des contribuables de la Métropole. «Le commerce Vençois en voie Nous avons décidément encore tout à apprendre ! de disparition» Pour chacun de ces projets, le Conseil Municipal a décidé ; la Métropole a financé. Qui fera mieux ? Vence, un «centre commercial» à ciel ouvert : une vraie Ville, une vraie identité. «Une quatre voies pour l’aveAucune zone commerciale ne pourra rivaliser nue Emile Hugues qui va devenir une autoroute». avec un ensemble de petits commerces de proxi1 voie descendante et 2 mité dans un lieu patrimonial modernisé, vivant voies montantes sont à l’étude dans le cadre et accueillant ! d’un éventuel projet d’aménagement. Si nous choisissons ce type d’aménagement, il sera financé par la Métropole. Bien loin d’une avenue «transformée en autoroute», il s’agirait de deux voies montantes accompagnées d’un tourne à droite vers le centre-ville (une seule voie descendante étant conservée). C’est ainsi que nous comptons prendre soin des habitants qui résident sur cette avenue comme de la sécurité des piétons. Faire croire aux riverains que nous allons construire une quatre voies sous leurs fenêtres a pour seul but de faire oublier toutes nos mesures d’embellissement et de sécurisation sur nos La rénovation urbaine a fortement bénéficié aux routes… Au lieu de se consacrer à répandre des petits commerces. De très belles enseignes ont rumeurs, il serait plus constructif de s’investir ouvert boutique en cœur de ville. Nous avons dans la promotion du transport en commun et encouragé la rénovation des façades en finançant du covoiturage. n 75.000€. Toujours en soutien du petit commerce, le plan FISAC coûtera in fine 800.000€. Nous multiplions les initiatives et les aides également envers l’artisanat local. Le Mythe : La Réalité : Le Mythe : La Réalité : pour tout le monde ! «Gratuit ?» Qui pourrait être contre le stationnement gratuit ? Personne, sauf à connaître le coût d’un parking financé par nos impôts : 1 place en ouvrage coûte à la Collectivité 20.000€ pour sa réalisation et 1.000€ par an pour son exploitation. «On privilégie les entreprises 65% des stationnements en centre-ville sont gratuits. Quant aux autres, leur prix varie de 2€ étrangères pour la réalisation des travaux» Le Mythe :
  4. 4. Faute de propositions constructives pour Vence, des équipes en lice pour les municipales, cherchent à effrayer les Vençois. La technique est ancienne et couramment utilisée : faire peur par de fausses informations puis se positionner en sauveur… comme par hasard à la veille des élections municipales ! C’est ainsi qu’ils prétendent servir Vence… Je préfère vous montrer quelques réalisations qui transforment notre vie quotidienne. Aprés Avant Avenue Marcellin Maurel Place Antony Mars La Maison des Associations déménage à la Villa Berthe Mais encore… Le bâtiment Saint-Jacques La crèche de Vosgelade Le conservatoire L’entrée de Ville Voici ce qu’il faut savoir pour en finir avec les rumeurs toxiques. Seuls les faits et les actes vous permettront de juger. si loin de toute réalité Monsieur Dombreval a présenté un premier projet aux Meillières qui semble répondre aux vœux les plus chers de 700 Vençois : «des lieux pour faire la fête», «un pôle bienêtre» et un nouveau parking payant en lieu et place d’un parking gratuit ! Monsieur Dombreval, à force de prendre de la hauteur de vue, semble ne pas savoir que les préoccupations premières des Français sont le logement et l’emploi. Qui peut croire à cette opération de communication ? Si les rêves ont toute leur place en période d’abondance, la clairvoyance quant aux priorités et la rigueur financière s’imposent en période de crise. Un parking de 360 places (7,2 millions d’€ d’investissement + 360.000€ de fonctionnement annuel = 10 points d’impôts), une salle de spectacle, un centre d’affaires, des logements et un pôle bien-être (pour la seule salle de spectacle : 4 millions d’€ d’investissement et 250.000€ de fonctionnement annuel = 6 points d’impôts)… A ce premier projet estimé modestement à 12 millions d’euros, rajoutons 5 millions d’€ de patrimoine foncier que représente l’actuel parking gratuit + 300.000€ le coût de destruction et de reconstruction du dojo. L’addition s’élève à 17 millions d’€ pour un projet de loisirs et de bien-être, bétonnant tout un quartier et engloutissant dans ce seul projet bien plus que la capacité totale d’investissement de la Commune. Tout ceci sans compter qu’aucun investisseur ne réalisera un tel équipement sans des garanties de recettes équivalentes aux dépenses engagées et sans un échange de constructibilité qui reviendrait à vendre Vence à des privés... pour des équipements de fêtes et de bien-être ! Tout ceci bien évidemment sans augmenter nos impôts et en comptant sur la prise en charge totale de la Métropole, de la Région et du Conseil général ! Comme si ces institutions n’étaient pas elles-mêmes financées par nos impôts ! Comme si ces institutions avaient une santé financière suffisante pour financer de surcroît des projets ne relevant pas de leurs compétences !! Et que dire d’un barreau routier d’1 million d’€ qui serait situé à moins de 500 mètres du chemin de Cantemerle reliant déjà le centre-ville ? Si Monsieur Dombreval avait une connaissance minimum des dossiers de la Ville, il saurait que nous avons des dépenses incompressibles dans le domaine des risques majeurs et de la solidarité. Si nous pouvons diverger sur les projets pour une Ville, la gestion financière, elle, ne supporte en période de crise ni amateurisme, ni approximation. Régis Lebigre Imprimé sur papier recyclé par l’imprimerie TRULLI, SIRET : 350083796 00010 - Novembre 2013 - Directeur de publication : Richard Beltrame - CRÉDIT IMAGES : © — VU LE CANDIDAT. La réalité en images Un Mythe… NE PAS JETER SUR LA VOIE PUBLIQUE - Régis Lebigre 2014, un temps d’avance - Mythes ou réalités : Réponse aux détracteurs

×