Contribution des systèmes d’informations géographiques participatifs à l’aménagement du territoire et à la citoyenneté au Nord-Mali
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Contribution des systèmes d’informations géographiques participatifs à l’aménagement du territoire et à la citoyenneté au Nord-Mali

on

  • 1,661 views

Rencontres eAtlas FAO, Cotonou 2011 / Atelier 4 : TIC, Gouvernement, démocratie locale, citoyenneté…Communication d'Ousmane AG DALLA, Chef du Département des Études, de la Planification, de la ...

Rencontres eAtlas FAO, Cotonou 2011 / Atelier 4 : TIC, Gouvernement, démocratie locale, citoyenneté…Communication d'Ousmane AG DALLA, Chef du Département des Études, de la Planification, de la Coordination des projets Agence de Développement du Nord-Mali. Doctorant en SIG et gestion durables des territoires. Université Jean Monnet St-Étienne (France) et Université de Bamako (Mali).

Statistics

Views

Total Views
1,661
Views on SlideShare
1,661
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
52
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

Contribution des systèmes d’informations géographiques participatifs à l’aménagement du territoire et à la citoyenneté au Nord-Mali Contribution des systèmes d’informations géographiques participatifs à l’aménagement du territoire et à la citoyenneté au Nord-Mali Presentation Transcript

  • LOCALISER LA SOCIÉTÉ DE L’INFORMATION : « Les Collectivités territoriales et l’appropriation des TIC pour la gouvernance et le développement local » 3ème rencontre de l’eAtlas francophone de l’Afrique de l’Ouest l’eAtlas 25-26-27 Octobre 2011 – Cotonou (Bénin) 25-26- Contribution des systèmes d’informations géographiques participatifs à l’aménagement du territoire et à la citoyenneté au Nord-Mali. Nord- AG DALLA Ousmane sous la direction de T. Joliveau et P. D’Aquino ISTHME (Image, Société, territoire, Homme, mémoire,ADN(Agence de Développement du environnement) : UMR 5600- CNRS « EVS »Nord-Mali) -Primature-Bamako Université Jean Monnet(Saint-Etienne)
  • Objectif de la communication Un cadre de réflexion général et théorique sur: l’usage de l’information géographique locale à la fois dans le renforcement de la Citoyenneté par une participation effective des populations locales aux prises de décisions; Et l’aménagement de leur territoire par l’élaboration d’outils de planification de projets de développement local.3ème rencontre de l’eAtlas francophone de l’Afrique del’Ouest 25-26-27 Octobre 2011 – Cotonou (Bénin) ousmane.agdalla@univ-st-etienne.fr
  • Contexte Dans le cadre des nouvelles politiques de décentralisation , les territoires se recomposent et les acteurs mettent en place des projets de territoire. Ils ont besoin d’un accompagnement en concepts, méthodes et outils d’ingénierie territoriale. Désormais le citoyen ne se contente plus de sa place de simple usager de son territoire, il se considère comme étant un acteur investi de plusieurs rôles, comme le vote, le paiement des impôts, mais surtout la participation aux affaires publiques. Ce qui amène les communautés locales à réclamer plus de transparence dans la mise en place des politiques de développement et participer davantage aux prises de décisions.3ème rencontre de l’eAtlas francophone de l’Afrique del’Ouest 25-26-27 Octobre 2011 – Cotonou (Bénin) ousmane.agdalla@univ-st-etienne.fr
  • Contexte Ainsi, face à la centralisation des décisions au sommet de l’Etat, la non implication des communautés locales dans la planification des projets de développement et le peu d’intérêt accordé aux savoirs des populations locales, les institutions de développement rural et les chercheurs initient désormais des méthodes et outils sur les pratiques de développement centrées sur la participation des communautés locales et la valorisation de leur savoirs locaux. il s’agira de voir comment la modélisation de l’information géographique locale aide à construire un raisonnement sur l’espace et génère des propositions innovantes pour la participation des acteurs à la planification de projets afin d’ améliorer la gouvernance des territoires.3ème rencontre de l’eAtlas francophone de l’Afrique del’Ouest 25-26-27 Octobre 2011 – Cotonou (Bénin) ousmane.agdalla@univ-st-etienne.fr
  • Plan de l’étude 1. Les SIG-P comme supports pour : • Le renforcement de la Citoyenneté par la Participation ; • L’Aménagement du Territoire: planification territoriale (diagnostic ). 2. Applications au Nord-Mali: • Zone d’étude; • méthodologie et outils utilisés; • Mise en œuvre.3ème rencontre de l’eAtlas francophone de l’Afrique del’Ouest 25-26-27 Octobre 2011 – Cotonou (Bénin) ousmane.agdalla@univ-st-etienne.fr
  • Plan de l’étude 1. Les SIG-P comme supports à : la Participation et la Citoyenneté: SIG ; SIGP ; Participation et l’Aménagement du Territoire: Planification(diagnostic du territoire) 2. Applications au Nord-Mali: Zone d’étude; méthodologie et outils utilisés; Mise en œuvre3ème rencontre de l’eAtlas francophone de l’Afrique del’Ouest 25-26-27 Octobre 2011 – Cotonou (Bénin) ousmane.agdalla@univ-st-etienne.fr
  • Aperçu sur les SIG3ème rencontre de l’eAtlas francophone de l’Afrique de ousmane.agdalla@univ-st-etienne.frl’Ouest 25-26-27 Octobre 2011 – Cotonou (Bénin)
  • Qu’est ce qu’un SIG ? Assez de définitions on retient la définition suivante (Didier, 1990) « les SIG sont des ensembles de données repérés dans l’espace structurés de façon à pouvoir en extraire des synthèses utiles à la décision » et les 3 conceptions essentielles suivantes: • Le SIG comme boite à outils; • Le SIG comme base de données ; • Le SIG comme une organisation et une construction sociale, politique et culturelle.3ème rencontre de l’eAtlas francophone de l’Afrique del’Ouest 25-26-27 Octobre 2011 – Cotonou (Bénin) ousmane.agdalla@univ-st-etienne.fr
  • A quoi sert un SIG ? Difficile à dire , mais une liste de: • Taches ( évaluation, planification, évaluation, inventaire…..) • Thématiques (aménagement, gestion municipale, gestion de réseaux, défense….) • Types d’organisations utilisatrices de SIG (administration, sociétés privés groupes de citoyens….)3ème rencontre de l’eAtlas francophone de l’Afrique del’Ouest 25-26-27 Octobre 2011 – Cotonou (Bénin) ousmane.agdalla@univ-st-etienne.fr
  • Penser un SIG comme un SI (T. JOLIVEAU,1996) Outils techniques Méthodes et Procédures Hommes et Information compétences3ème rencontre de l’eAtlas francophone de l’Afrique del’Ouest 25-26-27 Octobre 2011 – Cotonou (Bénin) ousmane.agdalla@univ-st-etienne.fr
  • Aperçu sur la Participation Une définition générale « toute forme d’implication, dans le processus de gestion d’un système donné, d’acteurs n’appartenant pas au dispositif formel en charge du pouvoir de décision sur ce système » (Fiorino,1996)3ème rencontre de l’eAtlas francophone de l’Afrique del’Ouest 25-26-27 Octobre 2011 – Cotonou (Bénin) ousmane.agdalla@univ-st-etienne.fr
  • Les Acteurs Les Décideurs : les responsables administratifs et coutumiers , les élus politiques,… Les Détenteurs de la connaissance : les experts, techniciens, spécialistes, les savoirs locaux et scientifiques, … Les concernés: les parties prenantes, stakeholders (porteurs d’enjeu) : le public, les habitants, les usagers, les patients, les citoyens, les administrés, les entrepreneurs, le secteur privé, les associations, les groupes d’intérêt3ème rencontre de l’eAtlas francophone de l’Afrique del’Ouest 25-26-27 Octobre 2011 – Cotonou (Bénin) ousmane.agdalla@univ-st-etienne.fr
  • Les niveaux de participation3ème rencontre de l’eAtlas francophone de l’Afrique del’Ouest 25-26-27 Octobre 2011 – Cotonou (Bénin) ousmane.agdalla@univ-st-etienne.fr
  • Symbolique L’information, processus à sens unique, est le niveau minimal de la participation,. Même si elle semble un minimum, l’activité d’information sur un processus décisionnel n’est pas toujours réalisée correctement. Cette information doit en effet être pertinente, impartiale, régulière, complète et compréhensible par les parties prenantes; La consultation, processus à double sens, conduit à demander l’avis des parties prenantes sur l’objet du processus de décision. Il est nécessaire qu’une information ait été réalisée, pour que les acteurs puissent se prononcer de manière pertinente mais aussi qu’une procédure de recueil des avis ait été élaborée; La concertation, processus à boucle rétroactive, nécessite ’un débat et que les parties en charge de la décision, réagissent aux questions, émises lors de la consultation. Mais la décision finale, définitive, se fera dans une autre enceinte ; La coopération/partenariat, quand la décision finale est prise dans l’enceinte de la concertation.3ème rencontre de l’eAtlas francophone de l’Afrique del’Ouest 25-26-27 Octobre 2011 – Cotonou (Bénin) ousmane.agdalla@univ-st-etienne.fr
  • Processus d’une politique participativeUne approche participative préconise une implication active du ‘public’ auxprocessus décisionnels, le public concerné dépendant du sujet abordé. En règle générale, les processus décisionnels peuvent être perçus comme uncycle en trois étapes comprenant la planification, la mise en œuvre etl’évaluation;l’approche participative peut être utilisée dans toutes ces étapes ou pourcertaines d’entre elles. Participation Participation à la Planification à l’évaluation Participation à l’évaluation Participation à la Mise en Oeuvre3ème rencontre de l’eAtlas francophone de l’Afrique del’Ouest 25-26-27 Octobre 2011 – Cotonou (Bénin) ousmane.agdalla@univ-st-etienne.fr
  • cadre expérimental (Bernard CORNÉLIS ,Christine RUELLE , ,Christine Catherine ZWETKOFF , 2005) commanditaire(s) ? I expert(s) ès méthodes participatives ? i ? i ? i ? i ? i Groupes focalisés3ème rencontre de l’eAtlas francophone de l’Afrique del’Ouest 25-26-27 Octobre 2011 – Cotonou (Bénin) ousmane.agdalla@univ-st-etienne.fr
  • Directives générales concernant les méthodes participatives : Les deux éléments essentiels à prendre en considération lors de la planification d’un événement participatif sont: Le contexte La structure3ème rencontre de l’eAtlas francophone de l’Afrique del’Ouest 25-26-27 Octobre 2011 – Cotonou (Bénin) ousmane.agdalla@univ-st-etienne.fr
  • la planification d’un processus participatif3ème rencontre de l’eAtlas francophone de l’Afrique del’Ouest 25-26-27 Octobre 2011 – Cotonou (Bénin) ousmane.agdalla@univ-st-etienne.fr
  • éléments du contexte d’un processus participatif3ème rencontre de l’eAtlas francophone de l’Afrique del’Ouest 25-26-27 Octobre 2011 – Cotonou (Bénin) ousmane.agdalla@univ-st-etienne.fr
  • éléments de la structure d’un processus participatif3ème rencontre de l’eAtlas francophone de l’Afrique del’Ouest 25-26-27 Octobre 2011 – Cotonou (Bénin) ousmane.agdalla@univ-st-etienne.fr
  • Aperçu sur les SIG Participatifs3ème rencontre de l’eAtlas francophone de l’Afrique del’Ouest 25-26-27 Octobre 2011 – Cotonou (Bénin) ousmane.agdalla@univ-st-etienne.fr
  • Dans quel contexte les SIG participatifs sont-ils apparus? Les SIG-P sont nés dans le contexte géographique spécifique de l’Amérique du Nord des années 1990 par la montée des critiques à propos des SIG traditionnels , dont l’accès et l’usage est limité aux « experts », et à la disposition du pouvoir politique qui utilise ces SIG pour influencer les prises de décisions territoriales : c’est en fait l’effet top-down. Il s’en suit rapidement Une prise de conscience de limplication sociale de lusage des SIG et une nécessité de souvrir à dautres utilisateurs en dehors de la sphère des experts et des décideurs ;3ème rencontre de l’eAtlas francophone de l’Afrique del’Ouest 25-26-27 Octobre 2011 – Cotonou (Bénin) ousmane.agdalla@univ-st-etienne.fr
  • Emergence des SIG participatifs Le concept de GIS/2 « Too ou Two » est proposé à l’atelier de Friday Harbor (USA) en 1993, Il s’agit d’un modèle alternatif à la production, à l’accès et à l’usage de l’information géographique, aussi qualifié de ‘Bottom-up GIS’; Il est ensuite repris et précisé à l’occasion de l’atelier d’Orono (USA) en juillet 1996. Il fait alors place à celui de ‘Public participation GIS’ – PPGIS (Craig et al. 2002). Quant aux recherches sur les SIG Participatifs, des programmes sont développés par une communauté scientifique depuis les années 1990 . Ils visent à mieux comprendre les relations entre les technologies de l’information géographique, les sociétés et les territoires. (Harris et Weiner, 1996; Craig et al., 1999).3ème rencontre de l’eAtlas francophone de l’Afrique del’Ouest 25-26-27 Octobre 2011 – Cotonou (Bénin) ousmane.agdalla@univ-st-etienne.fr
  • Motivations les SIG-P • ambitionnent de représenter la connaissance du territoire des peuples dans toutes les formes possibles et l’utiliser comme des véhicules interactifs pour lapprentissage spatial, la discussion, léchange dinformation, lanalyse, de décision et de plaidoyer; • constituent une pratique émergente de SIG pour aider à lélaboration dapproches participatives de la planification ; • intègrent une série d’outils et méthodes de gestion dinformation géo-spatiales tels que: croquis de cartes, modèle 3D participative (P3DM), photographies aériennes, images satellite, systèmes de positionnement global (GPS) etc….3ème rencontre de l’eAtlas francophone de l’Afrique del’Ouest 25-26-27 Octobre 2011 – Cotonou (Bénin) ousmane.agdalla@univ-st-etienne.fr
  • Quelques différences entre les SIG participatifs et les approches traditionnelles des SIG? SIG traditionnels – conçues par des experts et des responsables gouvernementaux et se concentrent sur la collecte et l’analyse de données géoréférencées afin d’aider à la prise de décision ; – des contextes sociaux (dans lesquels ces technologies sont mises en place par des organismes publics; – la nature des questions traitées (décision officielle ); – des bénéficiaires visés (agents gouvernementaux) SIG Participaticipatifs – les projets sont définis par les communautés et les militants. Ils utilisent par conséquent de nombreuses techniques qualitatives, tels que croquis de cartes, photos ou traditions orales, pour les permettre de formuler leurs connaissances au sujet de leurs terres, de leurs forêts et autres ressources. – des contextes sociaux (des organisations basées au niveau de la communauté ) – la nature des questions traitées (autonomisation locale ) – des bénéficiaires visés(communautés marginalisées).3ème rencontre de l’eAtlas francophone de l’Afrique del’Ouest 25-26-27 Octobre 2011 – Cotonou (Bénin) ousmane.agdalla@univ-st-etienne.fr
  • Rencontre avec le courant des méthodes participatives classiques Les PGIS correspondent à une combinaison des SIG avec les méthodes d’animation accompagnant les projets de développement, de type PLA, PAR, PRA et autres MARPP PLA: Participatory Learning and Action, PAR: Participatory Action Research, PRA: Participatory Rural Apraisal, MARPP: Méthodes actives de recherche et de planification participatives.3ème rencontre de l’eAtlas francophone de l’Afrique del’Ouest 25-26-27 Octobre 2011 – Cotonou (Bénin) ousmane.agdalla@univ-st-etienne.fr
  • SIG- SIG-P et Bonne Gouvernance / Citoyenneté3ème rencontre de l’eAtlas francophone de l’Afrique del’Ouest 25-26-27 Octobre 2011 – Cotonou (Bénin)
  • Le slogan des GIS/2 pourrait être résumé ainsi: « Donner du pouvoir ’empower ‘ aux groupes les moins privilégiés de la société, améliorer la transparence des décisions et influer sur les politiques Gouvernementales . Bottom-up »; Ainsi ils comptent contribuer à l’émergence d’une bonne gouvernance et citoyenneté par : • leur implication dans la participation des citoyens aux projets d’aménagement. • leur utilisation et leur relation avec les «métiers du territoire» ;3ème rencontre de l’eAtlas francophone de l’Afrique del’Ouest 25-26-27 Octobre 2011 – Cotonou (Bénin) ousmane.agdalla@univ-st-etienne.fr
  • Ils ambitionnent entre autres de: Accroître l’apprentissage mutuel grâce au partage des informations, des données et des expériences afin de renforcer les capacités de la société civile; Construire la confiance du public dans les décisions prises; Permettre une gouvernance démocratique de qualité, permettant une meilleure compréhension des questions, préoccupations, priorités et solutions des politiques publiques; S’assurer que les décisions et les politiques intègrent des connaissances et des compétences qui risqueraient d’être négligées.3ème rencontre de l’eAtlas francophone de l’Afrique del’Ouest 25-26-27 Octobre 2011 – Cotonou (Bénin) ousmane.agdalla@univ-st-etienne.fr
  • Plan de l’étude 1. Les SIG-P comme supports pour : la Participation et la Citoyenneté SIG ; SIGP ; Participation et l’Aménagement du Territoire Planification(diagnostic du territoire) 2.Applications au Nord-Mali: Zone d’étude ; méthodologie et outils utilisés; ; Mise en œuvre3ème rencontre de l’eAtlas francophone de l’Afrique del’Ouest 25-26-27 Octobre 2011 – Cotonou (Bénin) ousmane.agdalla@univ-st-etienne.fr
  • Planification territoriale: Une définition générale La planification est la programmation dactions et dopérations à mener dans un domaine précis, avec des objectifs précis, avec des moyens précis et sur une durée (et des étapes) précise(s)3ème rencontre de l’eAtlas francophone de l’Afrique del’Ouest 25-26-27 Octobre 2011 – Cotonou (Bénin) ousmane.agdalla@univ-st-etienne.fr
  • Principes de la démarche de diagnostic de territoire Les trois principes conceptuels qui guident la démarche font référence aux dynamiques: • sociales; • spatiales ; et • institutionnelles des territoires.3ème rencontre de l’eAtlas francophone de l’Afrique del’Ouest 25-26-27 Octobre 2011 – Cotonou (Bénin) ousmane.agdalla@univ-st-etienne.fr
  • Rappel des approches d’ Aménagements du territoire3ème rencontre de l’eAtlas francophone de l’Afrique del’Ouest 25-26-27 Octobre 2011 – Cotonou (Bénin)
  • APPROCHES Modes AVANTAGES INCONVENIENTS d’exécutions Participative + Risque ascendante local -> National appropriation d’incohérence Multisectori Notes techniques Viabilité technique Démarche elle de Groupes consultative et non thématiques participative mixte Combinaisons des Vrai projet de Demande du temps, différentes société, durable , des leaders approches itératif politiques solides3ème rencontre de l’eAtlas francophone de l’Afrique del’Ouest 25-26-27 Octobre 2011 – Cotonou (Bénin) ousmane.agdalla@univ-st-etienne.fr
  • APPROCHES Modes d’exécutions AVANTAGES INCONVENIENS technocratique BE; consultant Spécialistes Compilations, occulte acteurs participative Avec tous les Colle à la Pb coût , difficultés acteurs et respect réalité, de portage de toutes les appropriation étapes + descendante National -> local Etat contrôle, Frustration des cohérence collectivités3ème rencontre de l’eAtlas francophone de l’Afrique del’Ouest 25-26-27 Octobre 2011 – Cotonou (Bénin) ousmane.agdalla@univ-st-etienne.fr
  • Les différentes phases du diagnostic du territoire 4 ETAPES l’état des lieux proprement dit : c’est-à-dire l’analyse par les locaux des faits et des actions qui caractérisent un territoire; la détermination des enjeux : c’est la formulation en termes économiques, sociaux ou environnementaux des effets possibles des dynamiques à l’oeuvre et des risques encourus ; le choix d’une stratégie : c’est la hiérarchisation des enjeux en fonction des dynamiques observées et des objectifs visés ; la proposition de pistes d’actions possibles et mise en oeuvre: c’est l’argumentation ouverte de mesures ou d’actions permettant le changement dans le sens voulu par les acteurs.3ème rencontre de l’eAtlas francophone de l’Afrique del’Ouest 25-26-27 Octobre 2011 – Cotonou (Bénin) ousmane.agdalla@univ-st-etienne.fr
  • Plan de l’étude 1. Théorie sur les SIG-P comme supports pour : Le renforcement de la Citoyenneté par la Participation ; La planification territoriale. 2. Applications au Nord-Mali: • zone d’étude; • méthodologie et outils utilisés; • Mise en œuvre.3ème rencontre de l’eAtlas francophone de l’Afrique del’Ouest 25-26-27 Octobre 2011 – Cotonou (Bénin) ousmane.agdalla@univ-st-etienne.fr
  • Difficultés 1: de l’information à la décision Le lien entre système dinformation et système de décision, qui est à la base des actions de developpement est loin dêtre simple. En effet linformation nest jamais quun élément de la prise de décision. Elle est liée à des intérêts, des rapports de force, et à des pouvoirs , qui font que le fait de disposer de la bonne information ne suffit pas toujours à prendre la bonne décision. Néanmoins on admettra qu’une meilleure transparence et l’existence de référentiels plus ou moins partagés limitent les malentendus et les incompréhensions. Cela pose la question du partage de l’information et de son accès3ème rencontre de l’eAtlas francophone de l’Afrique del’Ouest 25-26-27 Octobre 2011 – Cotonou (Bénin) ousmane.agdalla@univ-st-etienne.fr
  • Difficultés2 : contraintes dans la zone d’études Espace géographique très vaste et hostile, donc difficile à parcourir ; Absence d’équipements informatiques de base; Ressources humaines et matérielles très limitées ; Participation difficile pour de facteurs historiques et socio-politiques. socio-politiques.3ème rencontre de l’eAtlas francophone de l’Afrique del’Ouest 25-26-27 Octobre 2011 – Cotonou (Bénin) ousmane.agdalla@univ-st-etienne.fr
  • zone d’étude3ème rencontre de l’eAtlas francophone de l’Afrique del’Ouest 25-26-27 Octobre 2011 – Cotonou (Bénin) ousmane.agdalla@univ-st-etienne.fr
  • LA ZONE D’ETUDE Les régions de Tombouctou, Gao et Kidal concernées par cette étude couvrent une superficie de 934.641 km2 avec une population d’environ 1.097.799 habitants(environ 75% de la superficie du pays et prés de 10% de la population totale du Mali).3ème rencontre de l’eAtlas francophone de l’Afrique del’Ouest 25-26-27 Octobre 2011 – Cotonou (Bénin) ousmane.agdalla@univ-st-etienne.fr
  • Région de KIDAL 4 cercles , 11 communes Superficie:260.000 KM2 Population:69.807hbts Région de TOMBOUCTOU Nbre village/fraction:144 5 cercles , 52 communes Superficie:497.926 KM2 Population: 543.294 hbtsNbre de villages/fractions:969 Région de GAO 4 cercles , 24 communes Superficie:176.715 Km2 Population:484.698 hbts Nbre de villages/fractions:4553ème rencontre de l’eAtlas francophone de l’Afrique del’Ouest 25-26-27 Octobre 2011 – Cotonou (Bénin) ousmane.agdalla@univ-st-etienne.fr
  • Méthodologie Elle se compose de trois grandes parties qui comprennent différentes phases chacune : • La co-conception d’une base de données à partir des informations relatives à la gestion des activités socio-économiques et des ressources naturelles fournies sous forme de cartes d’aménagement par les acteurs locaux à partir de leurs connaissances socio-territoriales; • La modélisation des éléments de cette base de données par des techniques SIG dans le but de faciliter sa lisibilité, sa mise en cohérence et aboutir à des supports propices aux concertations relatives à l’aménagement et à l’occupation spatiale; • La co-conception après validation par les différents acteurs des cartes SIG thématiques définitives relatives aux principaux domaines d’activités qui seront à la disposition des collectivités comme outils de concertation, négociations et d’aide à la décision lors de la planification des projets de développement.3ème rencontre de l’eAtlas francophone de l’Afrique del’Ouest 25-26-27 Octobre 2011 – Cotonou (Bénin) ousmane.agdalla@univ-st-etienne.fr
  • Démarches proposées pour l’analyse spatiale des données (statistiques et thématiques) • Appréhender le territoire et définir la question de développement; • Se familiariser avec le territoire à étudier et en esquisser une première ébauche; • Analyse spatiale à partir des “données chaudes” (enquêtes à dires dacteurs) • Faire exprimer aux acteurs leurs points de vue et visions du territoire (dessin). • Faire expliciter les enjeux quils identifient pour le territoire (dessin). • Faire expliciter les projets qu’ils ont pour le territoire (dessin). Traduire ces informations en schémas spatiaux •, caractériser et représenter en plus du terrain les structures et dynamiques du territoire à partir de l’étude de divers documents cartographiques ou statistiques existants (cartes). en les classant par thématique (agriculture, démographie…), •3ème rencontre de l’eAtlas francophone de l’Afrique del’Ouest 25-26-27 Octobre 2011 – Cotonou (Bénin) ousmane.agdalla@univ-st-etienne.fr
  • Conception de la base données NORDEV1.0 et des cartes thématiques(santé , écoles) des thématiques(santé communes rurales du Nord-Mali Nord-3ème rencontre de l’eAtlas francophone de l’Afrique del’Ouest 25-26-27 Octobre 2011 – Cotonou (Bénin) ousmane.agdalla@univ-st-etienne.fr
  • Les outils proposés pour la collecte des données Etat des lieux Commune: …….… Cercle : ………… Région : ……… Secteur d’activité : …….. • Libelle de l’infrastructure:………. • Lieu d’implantation:……… • Communauté cible:…….. • Date d’existence:…….. • Source financement:……. • Etat actuel: …….3ème rencontre de l’eAtlas francophone de l’Afrique de ousmane.agdalla@univ-st-etienne.frl’Ouest 25-26-27 Octobre 2011 – Cotonou (Bénin)
  • Les outils proposés pour la collecte des données Monographie des communes Nom de la commune…………………………………………………… Nature de la Commune…………………………………………. Nom du cercle……………………………………………………….. Nom de la région……………………………………………………. Superficie :……………………………………………………… Population ………………………….. (Référence - Année)……………………… Nombre de femmes………………………………………………………………; Nombre d’hommes…………………………………………………………………. Densité :………………………………………………………… Activité économiques principales : ………………………………… Nombre d’élus :………………………..dont femmes……………………………… Nombre de villages :……………………………………………………. Nombre de fractions :……………………………………………… Nombre de quartiers :……………………………………………… Nombre d’écoles publiques : Premier cycle….. Second cycle….Lycée…..CED…. Nombre d’écoles communautaires : ………………………………….. Nombre de medersa :……………………………………………… Nombre d’enseignants :……………………………………………… Nombre de filles scolarisées : …………………………………………. Nombre de centre de Santé : ……………………………………….. Nombre d’agents de Santé :………………………………………… Nombre de parcs de vaccination :………………………………… Nombre de puits :………puits pastoral ……villageois à Grands diamètre…… Nombre de forages : …………équipés………………non équipés………………. Nombre de banques céréales :………………………………………. Nombre de caisses d’épargne (SFD) :………………………….. Besoins /priorité dans le PDESC annuel : Partenaires de la Commune :3ème rencontre de l’eAtlas francophone de l’Afrique de ousmane.agdalla@univ-st-etienne.frl’Ouest 25-26-27 Octobre 2011 – Cotonou (Bénin)
  • Eléments pour la conception de la BD des activités socio- socio- économiques du Nord-Mali : NORDEV1.0 Nord- • Méthode du SI utilisé: Merise ; • SGBDR utilisé : MS Acces; • Langage de programmation résident VBA. L’objectif final étant de mettre la BD Nordev1.0 sur le web à l’endroit des partenaires au développement.3ème rencontre de l’eAtlas francophone de l’Afrique del’Ouest 25-26-27 Octobre 2011 – Cotonou (Bénin) ousmane.agdalla@univ-st-etienne.fr
  • Eléments techniques utilisés pour la conception des cartes thématiques • Logiciel SIG: ArcGis 9.2 d’ESRI • Éléments Raster: Fonds à partir d’images satellites gratuites Landsat 7 ETM + Archives de l’USGS (Earth Resources Observation and Science Center) des années 1999 à 2003 résolution de 30 mètres Pour les très grandes étendues. Satellite Modis Terra (collection à 32 jours Aout/Septembre 2005) à la résolution de 500 m Les images utilisées datent en grande partie d’octobre/novembre 2002. • Elements vectoriels( cours d’eau,voies de communication…):Relevés personnels à partir de GPS ou numérisation sur Google Earth quand les résolutions d’images satellites le permettent • Couplage SGBDR MS Access et Arcview pour la conception des cartes thematiques • Langage de programmation spatial « PYTHON. »3ème rencontre de l’eAtlas francophone de l’Afrique del’Ouest 25-26-27 Octobre 2011 – Cotonou (Bénin) ousmane.agdalla@univ-st-etienne.fr
  • Mise en œuvre3ème rencontre de l’eAtlas francophone de l’Afrique del’Ouest 25-26-27 Octobre 2011 – Cotonou (Bénin) ousmane.agdalla@univ-st-etienne.fr
  • 3ème rencontre de l’eAtlas francophone de l’Afrique del’Ouest 25-26-27 Octobre 2011 – Cotonou (Bénin) ousmane.agdalla@univ-st-etienne.fr
  • Carte du village d’Issafaye à dires de villageois3ème rencontre de l’eAtlas francophone de l’Afrique del’Ouest 25-26-27 Octobre 2011 – Cotonou (Bénin)
  • Carte du village d’Issafaye à dires de villageois sans référence spatiale3ème rencontre de l’eAtlas francophone de l’Afrique del’Ouest 25-26-27 Octobre 2011 – Cotonou (Bénin)
  • Carte du village de Tessakant au dires des villageois3ème rencontre de l’eAtlas francophone de l’Afrique del’Ouest 25-26-27 Octobre 2011 – Cotonou (Bénin)
  • Carte du village de Tessakant aux dires des villageois sans référence spatiale3ème rencontre de l’eAtlas francophone de l’Afrique del’Ouest 25-26-27 Octobre 2011 – Cotonou (Bénin)
  • Carte du village de Tintellout à dires d’acteurs3ème rencontre de l’eAtlas francophone de l’Afrique del’Ouest 25-26-27 Octobre 2011 – Cotonou (Bénin) ousmane.agdalla@univ-st-etienne.fr
  • Carte du village de Tintellout(Commune Alafia-Tombouctou) à dires d’acteurs3ème rencontre de l’eAtlas francophone de l’Afrique del’Ouest 25-26-27 Octobre 2011 – Cotonou (Bénin) ousmane.agdalla@univ-st-etienne.fr
  • Exemples de représentations des connaissances spatiales des communautés locales3ème rencontre de l’eAtlas francophone de l’Afrique del’Ouest 25-26-27 Octobre 2011 – Cotonou (Bénin) ousmane.agdalla@univ-st-etienne.fr
  • Carte scolaire de la commune d’Alafia ( Région de Tombouctou) ousmane.agdalla@univ-st-etienne.fr
  • la commune rurale de Gabero ( Région de Gao) ousmane.agdalla@univ-st-etienne.fr
  • Perspectives de Recherches sur les SIGPles quatre grandes thématiques de recherches sur les PGIS(Sieber,2006):• les lieux et les populations concernées: le contexte et la situation spatiale, les parties prenantes et les autres acteurs, la construction des communautés locales, la dimension politique et le régime de gouvernance dans lequel le projet se déploie ;• la technologie et les données employées: place et nature des technologies SIG employées, accessibilité des données, pertinence de linformation, représentation de la connaissance locale: question des modes de représentations, des savoirs locaux, combinaison de connaissances construites selon des modes différents, cohabitation de savoirs expert et de savoirs profanes ;• les processus mis en œuvre: durabilité des systèmes, rôle de la participation et de la communication dans le processus de décision politique, procédures et structures de prise de décision ;• les résultats et leur évaluation: objectifs que se donnent les projets participatifs et manières d’évaluer s’ils les ont ou non atteints3ème rencontre de l’eAtlas francophone de l’Afrique del’Ouest 25-26-27 Octobre 2011 – Cotonou (Bénin) ousmane.agdalla@univ-st-etienne.fr
  • Conclusion Les outils SIG participatifs contribueront certainement à mieux faire connaître le territoire pour sa bonne gestion, en permettant une réelle participation des populations locales aux processus décisionnels, gage de l’émergence d’une citoyenneté affirmée pour un développement local harmonieux et équitable. Mais pour la pérennisation ethique des actions il faut: • une volonté politique affirmée; • des ressources humaines compétentes et engagées; • des moyens financiers et matériels adéquats; • Un cadre institutionnel et juridique opérationnel.3ème rencontre de l’eAtlas francophone de l’Afrique del’Ouest 25-26-27 Octobre 2011 – Cotonou (Bénin) ousmane.agdalla@univ-st-etienne.fr
  • Références principales Fiorino, D. J. (1996). Environmental Policy and the Participation Gap. Democracy and the Environment. W. Lafferty and J. Meadowcroft. Aldershot, Edward Elgar: 194-212 -Thierry Joliveau Parcours 3 et 4 HDR 2004 -Lecroart, P. and L. Perrin (2000). Démocratie participative et aménagement régional. Points de vue croisés sur trois expériences. Paris, IAURIF: 142 p. -Sylvie Lardon et Vincent Piveteau Méthodologie de diagnostic pour le projet de territoire : une approche par les modèles spatiaux Thierry Joliveau - Nathalie Molines - Sébastien Caquard. Méthodes et outils de gestion de l’information pour les démarches territoriales participatives -Aquino, d’, P., Seck S. M. & Camara S. (2002). « Un SIG conçu par les acteurs : lopération -pilote POAS au Sénégal », Lespace géographique (2002-1): 23-37 -Brunet, R. (2004) Compte rendu du livre Aspects organisationnels des SIG intitulé SIG et -citoyenneté pour la revue Mappemonde, n°76 (4-2004) . -Craig, William J., Harris, Trevor M. & Weiner, Daniel (2002), Community Participation and -Geographic Information Systems, Taylor & Francis, (ISBN: 0415-23752-1) -Ghose R. (2004). « SIG et participation citoyenne : Des projets de revitalisation urbaine aux -États-Unis », in Aspects organisationnels des SIG. Paris, S. Roche et C.Caron, Hermès3ème rencontre de l’eAtlas francophone de l’Afrique del’Ouest 25-26-27 Octobre 2011 – Cotonou (Bénin) ousmane.agdalla@univ-st-etienne.fr
  • MERCI DE VOTRE ATTENTION,3ème rencontre de l’eAtlas francophone de l’Afrique del’Ouest 25-26-27 Octobre 2011 – Cotonou (Bénin) ousmane.agdalla@univ-st-etienne.fr