Sérious game infirmier : transfusion sanguine

  • 912 views
Uploaded on

FLORENCE : 1er serious game infirmier …

FLORENCE : 1er serious game infirmier
Opus 1 : La transfusion sanguine

  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
    Be the first to like this
No Downloads

Views

Total Views
912
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0

Actions

Shares
Downloads
0
Comments
0
Likes
0

Embeds 0

No embeds

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. Rencontre FLORENCE Tourcoing, le 10 octobre 2012Bienvenu e
  • 2. Qui sommes-nous ?
  • 3. 1998 2001La rigueur industrielle… …au bénéfice de la Santé 2009
  • 4. GENESE FLORENCE
  • 5. GENESE FLORENCE 2008 2009 2010 2011 2012
  • 6. SERIOUS GAMES, pourquoi ?
  • 7. FLORENCE Une collection de serious games + un outil de supervision= un dispositif complet de formation
  • 8. Opus 1Transfusion sanguineOpus 2 Management desSécurité incendie parcours de formationOpus 3Risques infectieux Mesure des résultats et édition des tableaux de bordsOpus suivants…
  • 9. FLORENCEPour se jouer des risques, rien de tel qu’un jeu sérieux
  • 10. FLORENCE Pour se jouer des risques, rien de tel qu’un jeu sérieux Témoignage de Julian ALVARES Consultant – Chercheur TICConseiller Serious Games au Pôle Images Nord/Pas-de-Calais
  • 11. Imaginarium 10 Octobre 2012Serious Game et pédagogie Julian Alvarez
  • 12. Quelles pédagogies associer au Serious Game ? OrangeFrance – DRCF-DPRO- 2008 - 13
  • 13. Quelques chiffres…En France d’après la SNJV (2011).- 63 % des Français de 10 ans et plus ont joué aux JV- Lâge moyen des joueurs est de 35 ans- 83,5% des joueurs ont plus de 18 ans- 52% sont des filles, 48% des garçons OrangeFrance – DRCF-DPRO- 2008 - 14
  • 14. Quel contexte ? Il paraît donc difficile de parler d’un phénomène de mode concernant le jeu vidéo. D’après Gilles Brougère, le jeu vidéo fait partie de la « culture ludique » OrangeFrance – DRCF-DPRO- 2008 - 15
  • 15. Exemples de culture vidéoludique… OrangeFrance – DRCF-DPRO- 2008 - 16
  • 16. Exemples de culture vidéoludique… OrangeFrance – DRCF-DPRO- 2008 - 17
  • 17. Exemples de culture vidéoludique… OrangeFrance – DRCF-DPRO- 2008 - 18
  • 18. Exemples de culture vidéoludique… OrangeFrance – DRCF-DPRO- 2008 - 19
  • 19. Exemples de culture vidéoludique… OrangeFrance – DRCF-DPRO- 2008 - 20
  • 20. Exemples de culture vidéoludique… OrangeFrance – DRCF-DPRO- 2008 - 21
  • 21. Exemples de culture vidéoludique… OrangeFrance – DRCF-DPRO- 2008 - 22
  • 22. Quelles pédagogies associer au Serious Game ? Le Serious Game vise à mobiliser l’engouement suscité par le jeu vidéo pour effectuer une tâche. OrangeFrance – DRCF-DPRO- 2008 - 23
  • 23. Quelles pédagogies associer au Serious Game ? Cela renvoie à la notion de « Flow » de Mihaly Csikszentmihalyi OrangeFrance – DRCF-DPRO- 2008 - 24
  • 24. Quelles pédagogies associer au Serious Game ? Désormais nous recensons des colloques scientifiques qui s’inscrivent dans ce paradigme : OrangeFrance – DRCF-DPRO- 2008 - 25
  • 25. Quelles pédagogies associer au Serious Game ? Ou encore des laboratoires : OrangeFrance – DRCF-DPRO- 2008 - 26
  • 26. Quelles pédagogies associer au Serious Game ? Soit, mais quelles pédagogies adopter ? OrangeFrance – DRCF-DPRO- 2008 - 27
  • 27. Quelles pédagogies associer au Serious Game ?Une approche possible : le débat OrangeFrance – DRCF-DPRO- 2008 - 28
  • 28. Quelles pédagogies associer au Serious Game ?Autre approche possible : APP et Serious Game OrangeFrance – DRCF-DPRO- 2008 - 29
  • 29. Quelles pédagogies associer au Serious Game ?Paradigme : APP et Serious Game OrangeFrance – DRCF-DPRO- 2008 - 30
  • 30. Quelles pédagogies associer au Serious Game ?Paradigme : APP et Serious Game OrangeFrance – DRCF-DPRO- 2008 - 31
  • 31. Quelles pédagogies associer au Serious Game ?Florence est un Serious Game s’inscrivant dans la logique APP OrangeFrance – DRCF-DPRO- 2008 - 32
  • 32. Quelles pédagogies associer au Serious Game ?Dans tous les cas, l’important c’est d’assurer un accompagnemenEt user d’interaction sociale… OrangeFrance – DRCF-DPRO- 2008 - 33
  • 33. Merci ! Rendez-vous les 4 & 5 juin 2013Valenciennes - France www.e-virtuoses.netj.alvarez@grandhainaut.cci.fr
  • 34. INNOVANT Premier serious game dédié au corps infirmier En phase avec les nouveaux usages informatiquesVéritable dispositif andragogique basé sur la simulation
  • 35. ELIGIBLE Respecte les critères de la formation continue Propose une évaluation complète de l’apprenantS’inscrit dans la logique de permanence de la formation
  • 36. CONFORME Le fond est validé par un comité scientifiqueLa forme est élaborée avec des personnels de terrain Le dispositif bénéficiera de mises à jour régulières
  • 37. Disponible24 heures /24 7 jours /7 365 jours
  • 38. Opus 1 : Transfusion sanguine Mode didacticiel Mode entrainement Mode évaluation Configurateur scénarii Choix avatars Protocole programméProtocole urgence vitale
  • 39. FLORENCE Pour se jouer des risques, rien de tel qu’un jeu sérieux Témoignage de Eric POULAIN Directeur des soins au Groupe AHNACMembre du comité scientifique et technique de FLORENCE
  • 40. Florence« transfusion sanguine » Eric POULAIN Octobre 2012
  • 41. Rapport ANSM - Hémovigilance 2011-• Transfusion de PSL est un acte complexe et à risque engageant la responsabilité de l’ES et des soignants.• Chaque année, plus de 510.000 patients reçoivent une transfusion sanguine.• 610 incidents graves de la chaîne transfusionnelle ont été déclarés en 2011, Il s’agit principalement d’incidents survenant dans les ES (71%),• Ce nombre est en augmentation, + 22,7% par rapport à 2010.• Les 2 principales défaillances : – les anomalies d’identification du patient (28% des déclarations), – les erreurs au niveau de l’acte transfusionnel (26% des déclarations),• Les anomalies d’identification du patient regroupent essentiellement deux types de défauts : – un défaut d’acquisition de l’identité des patients, de transcription et d’étiquetage de tout support concernant le patient (dossier transfusionnel, prescription de PSL, etc.), – un défaut de contrôle de l’identité du patient (prescription, document, informatique, fiche de délivrance, contrôles ultimes, etc.)
  • 42. Accès individuel
  • 43. Choix de son avatar
  • 44. Délai d’approvisionnement
  • 45. Configuration de son type d’établissement
  • 46. Mode de jeu
  • 47. Opus 3 : Risques Infectieux En partenariat avec le CCLIN NordDisponible début 2013
  • 48. MESURES La mesure au cœur de nos dispositifs ScoringAuto-évaluation (en mode entrainement)Evaluation complète (en mode évaluation) Récompenses (seringues)
  • 49. MESURESLa mesure au cœur de nos dispositifs Scoring permanent durant la partie
  • 50. MESURES La mesure au cœur de nos dispositifsAuto-évaluation (apprentissage par l’erreur)
  • 51. MESURESLa mesure au cœur de nos dispositifs Récompenses (Enjeux)
  • 52. MESURES La mesure au cœur de nos dispositifsEvaluation complète (en mode évaluation)
  • 53. PLATEFORME FLORENCE Véritable outil de supervision Personnalisable et paramétrable Editions des Etats de suiviOutil de création de Modules et Quiz Mode elearning + présentiel Parcours de formation
  • 54. FLORENCEAugmentation de la qualité des soins Diminution des coûts de formation
  • 55. FLORENCE Une équipe support Formation aux outilsParamétrage personnalisé Maintenance Assistance Upgrade
  • 56. FLORENCEMerci pour votre attention… des questions ?
  • 57. NUMERIKNOWLEDGE AUDACE 10 rue Gambetta BP331 62334 LENS +33 (0) 3 21 13 56 00