Your SlideShare is downloading. ×
Action universitaire - septembre 2005
Action universitaire - septembre 2005
Action universitaire - septembre 2005
Action universitaire - septembre 2005
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

Action universitaire - septembre 2005

240

Published on

AU 251

AU 251

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
240
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
0
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. l’Actionuniversitaire ❚ LE JOURNAL DE L’UNION NATIONALE INTER-UNIVERSITAIRE ❚ N°251 ❚ Septembre 2005 ❚ 2 Euros ❚ Voile : après l’Ecole,❚ Vive le patriotisme économique l’Université Par Guéric Jacquet Le voile islamique a toujours été pour les mouvements musul-L a France est devenue la société de toutes les La première des réformes, la mère de toutes les réformes, est en fait mans les plus fondamentalistes l’étendard de leurs revendica- tions politiques mais aussi unpeurs, traversée par deux courants psychologique. Elle consiste à moyen de tester la résistance etcontradictoires : le mouvement du ouvrir les yeux et à comprendre la fermeté des autoritésconservatisme frileux, appuyé sur que les succès français sont nom- publiques.les acquis sociaux et l’altermon- breux et riches de potentialités. Ildialisme et le mouvement du n’y a pas une France qui désespè- De l’écolechangement qui prône la fin du re et quelques uns qui réussissentmodèle social à la française. Cette en s’exilant à Londres ! Il y a une L’Ecole fut leur première cible.lecture binaire est très répandue France qui gagne et des réformes En 1989, deux jeunes filles sontdans l’opinion publique et dans à mener. exclues du collège de Creil parceles médias. Mais ces deux cou- qu’elles refusent d’enlever leurrants ont en commun de considé- Prenons un exemple : la pauvreté. foulard en cours. Cet incidentrer que la France est sur le déclin, A l’occasion de la journée mon- sera instrumentalisé par desque notre pays est à la traîne de diale du refus de la misère 2004, associations proche de l’UOIFses voisins, que notre avenir est le journal Le Monde titrait « qui en profiteront pour se fairebouché sans une vraie réforme Pauvreté : la France sur la mauvai- connaître, et encadreront les jeu-libérale ou une vraie réforme se pente » (17-18 octobre 2004). nes filles dans ce qui sera connusociale, au choix des participants. Son sous-titre explicite « La pauv- comme l’affaire du foulard de reté gagne du terrain en France Creil.Bien sûr, la France a besoin de depuis 2002 » avait de quoi A cette époque, sous la pressionréformes, qui le nierait ? Mais l’ac- effrayer son lectorat. Mais le d’associations anti-racistes etcumulation de mauvaises nouvel- contenu de l’article était douteux. d’intellectuels, le gouvernementles et de commentaires définitifs Une petite phrase, en première socialiste adoptera une positionsur le retard français est un des page, suffit à remettre en cause mi-chèvre mi-chou. Cette fai-facteurs sclérosant des dernières l’objectivité du propos : « tout blesse de l’exécutif sera perçueannées. A force de répéter que la laisse à penser, même si aucune par les associations fondamenta-France n’avait aucune chance dans statistique globale récente n’est listes comme un encouragementla mondialisation, les Français disponible, que la pauvreté a eu et le port du voile va se dévelop-sont devenus pessimistes et tendance à repartir à la hausse per dans les établissementsdécouragés … au point de refuser depuis 2002 ». Tout est bon pour publics.toute évolution et de pratiquer la affirmer que la France est sur lepolitique de l’autruche ! déclin. L’exclusion et la pauvreté (suite page 4)UNI - LA DROITE UNIVERSITAIRE - 8, rue de Musset - 75016 Paris - ✆ 01.45.25.34.65 - fax. : 01.45.25.51.33 Directeur de la publication : J. Rougeot - CPPAP 0507 G 79428 - dépôt légal troisième trimestre 2005 - MensuelL’action universitaire - page 1
  • 2. ne sont pas en progression. Elles supérieure à 2 enfants. Ce qui est tation de notre population reposeont très fortement baissé dans les marquant dans notre situation très peu sur l’immigration, autrente dernières années. Le taux de démographique, ce n’est pas son contraire des autres pays.pauvreté monétaire, soit la propor- déclin, mais sa profonde stabilité !tion de ménages dont le niveau de Malheureusement, la France n’est Un autre exemple enfin : la pré-vie est inférieur à la moitié du pas le meilleur des pays euro- tendue incapacité de la France àniveau de vie médian, s’élevait à péens, nous ne sommes que le s’intégrer dans la mondialisation.15% des ménages en 1970. Les dauphin. Peut-être le déclin com- C’est évident, regardez les déloca-ménages pauvres représentaient mence-t-il à la deuxième place ? lisations ! Non, c’est faux. La7,4% de la population en 1984 et En 2003, l’Irlande détenait le plus France est le 4ème pays au niveau6,1% en 2001. La diminution de la fort taux d’accroissement naturel mondial pour sa capacité àpauvreté est un des plus grands (7,1 pour mille habitants), suivie accueillir des investissementssuccès français, toujours oubliée, de la France, uniquement le terri- étrangers. On nous serine l’histoi-afin de faire croire re du travailleur fran-que notre société çais dans l’industrien’est pas solidaire. “La France qui gagne” du textile qui voit son emploi partir enParticipe bien sûr au Chine. Mais qui parledéclin, voire à la de la victoire de ladécadence française, Et si la France avait France pour accueillirnotre vieillissement aussi ses succès ? le réacteur ITER àdémographique C’est à cette question Cadarache eninéluctable. Un pays que répond l’essai Provence ? Qui parleconquérant a-t-il un écrit par Nicolas et du laboratoire amé-avenir sans préparer Guéric Jacquet. A ricain Eli Lilly, quila relève ? contre pied de la investit en Alsace et sinistrose ambiante, crée une centaineNotre bilan démogra- les auteurs présen- d’emplois de plus enphique fait pourtant tent le portrait 2004 pour développerenvie à nos voisins. d’une France ou son site de productionEn 2003, près de 800 tout n’est pas à d’insuline et d’anti-000 bébés sont nés, jeter par dessus cancéreux, avecsoit autant qu’en bord. Au contraire, comme critères de1985. Il est vrai que dans bien des sec- choix la localisationl’indice de fécondité teurs, les français au cœur du marchéest légèrement infé- peuvent demeurer européen, la qualitérieur à 2. Mais cet fier de leur Pays. de la main-d’œuvreindice est bien supé- locale et le potentielrieur à celui de nom- universitaire et scien-breux pays euro- tifique ? Qui rappellepéens. Surtout, au “La France qui gagne”, éditions Odile Jacob, 21 Euros que L’Oréal est numé-terme de leur vie ro 1 mondial des cos-féconde, les femmes métiques ou queont toujours plus de 2 enfants en toire métropolitain (4 pour mille Renault rachète les entreprisesmoyenne. Les femmes nées en habitants). Ce solde est négatif en automobile japonaises alors qu’on1963, enfants du baby-boom, de Italie, en Grèce et en Allemagne, disait la firme au losange en étatpilule et de l’émancipation, ont eu pays où l’on enregistre plus de de mort clinique il y a dix ans ?2,03 enfants en moyenne à l’âge de décès que de naissances… Par C’est tellement mieux de se mor-40 ans. Les femmes nées en 1968, contre, la France occupe une posi- fondre sur le déclin ! Au fond, laâgées de 35 ans en 2003, avaient tion unique dans l’Union euro- vraie question n’est-elle pas : vaut-déjà 1,74 enfants, ce qui laisse péenne : le solde naturel représen- il mieux vendre des Airbus, desespérer, pour les démographes une te 80% de sa croissance démogra- TGV et des médicaments auxdescendance finale proche ou phique, c’est-à-dire que l’augmen- Chinois et acheter leur T-Shirts oupage 2 - L’action universitaire
  • 3. bien l’inverse ? Comité d’entreprise EDF :Le débat sur le déclin est le débat Al Capone au pays des Sovietsde la mauvaise foi, c’est le procé- Par Jean-Hubert Lelièvredé utilisé par tous ceux qui n’as- Le 12 septembre un pré-rapport emplois fictifs, des prestationssument pas leur politique. Ainsi de la Cour des comptes a épinglé surfacturées et des relations com-font les régions françaises qui pen- le comité d’entreprise d’EDF-GDF. pliquées vis-à-vis de la CGT. Dansdant des années ont réclamé des cet inventaire à la Prévert il netransferts de compétences et Un rappel des faits s’impose. Le faut pas oublier les perquisitionsannoncent aujourd’hui qu’elles CE des deux sociétés publiques menées dans les locaux du journalsont contraintes d’augmenter les reçoit chaque année 1% de leur « l’Humanité » qui font ressortirimpôts locaux de 50% - jusqu’à chiffre d’affaire comme le stipule les malversations commises par la80% en Languedoc-Roussillon, la loi. Résultat, la CCAS (caisse CCAS au bénéfice de la régiepour assumer leurs nouvelles centrale d’activités sociales), le publicitaire de l’hebdomadaire.compétences. Rien de plus faux : véritable nom du CE d’EDF-GDF,celles-ci n’ont pas encore été perçoit ainsi 400 millions d’euros Le pré-rapport de la Cour destransférées. Les élus socialistes tous les ans. Ce magot est géré par Comptes du 12 septembre 2005veulent augmenter les impôts ? A la CGT qui est majoritaire aux (cité au début), sur la périodedire vrai, c’est dans leur nature et élections professionnelles des 1998-2003, renforce les accusa-c’est tout sauf une surprise. Mais deux entreprises. La Centrale a tions contre la gestion du CEcamoufler une politique derrière donc la main mise sur les 5000 d’EDF-GDF. Relevant, pour laun abandon de l’Etat et le déclin emplois générés par la CCAS période incriminée, des problè-de la France, c’est tromper les (parmi eux 3700 permanents de mes importants sur des finance-Français. la CGT). ments indirects de la fête de l’”Huma”, un soutien financier etIl nous manque aujourd’hui un C’est également elle qui gère les logistique important accordé auxnouveau patriotisme économique. prestations médicales, les vacan- manifestations des intermittentsCette fierté de nos réussites qui ces, les assurances et la restaura- du spectacle (probablement enirrigue la volonté de gagner des tion des 580 000 employés et lien avec le volet vacances et cul-parts de marché et de réduire le retraités des deux compagnies. La ture des missions du CE), la misechômage. Ce dynamisme qui nous gestion de ce trésor de guerre est en place d’une politique de sub-pousse à innover plutôt qu’à recu- extrêmement centralisée et donne ventions déguisées au syndicat deler frileusement. C’est en étant des lieu à de nombreuses luttes d’in- l’énergie et pour finir une gestion« patriotes économiques », en fai- fluence au sein même de la plus qu’opaque des 150 restau-sant le choix de la France, dans Centrale syndicale. rants et cantines gérés par le CE.l’Europe et dans la mondialisation,que nous pourrons partir de nos Après des années d’impunité et Le dossier de la CCAS est loin d’ê-succès pour construire nos réfor- d’omerta il semble que les vérités tre bouclé. La CGT crie à la caba-mes, en redonnant un destin col- sur la gestion partisane de CCAS le politique au moment où sa filiè-lectif à une nation de « vainqueurs remontent à la surface. L’ouvrage re mines-énergie s’oppose à l’ou-» qui s’ignorent. de Laurence de Charrette et de verture du capital d’EDF. Il semble Marie-Christine Tabet : “EDF un qu’il s’agisse plus prosaïquement,@ scandale Français”, avait défrayé la d’un nouvel exemple de la gestion chronique et levé le voile sur la des syndicats, qui semble basculer Retrouvez l’actualité nature des pratiques au sein du vers une dérive mafieuse, à l’ima- universitaire sur comité d’entreprise d’EDF-GDF. ge du phénomène Corse, où doré- navant les intérêts de « la Famille internet : Dorénavant, le succès littéraire a » prennent le pas sur ceux des laissé place à l’enquête judiciaire Français. ouverte en 2004 pour : « abus dewww.uni.asso.fr confiance, escroquerie, faux et usage de faux », le tout agrémenté de lourds soupçons sur des page 3 - L’action universitaire
  • 4. Voile, après l’Ecole, l’Université des solutions autres que le conseil sport non mixtes. Belle réussite... (suite de la page 1) de discipline : 50 inscrits au CNED, changement d’établisse- La jurisprudence de l’université deIl faudra attendre 2003, pour ment et inscription dans le privé. Nanterre doit être examinée auque l’on se penche sérieusement Le nombre d’exclusions définitives cours du mois d’octobre par lesur le problème avec le vote de la s’élève à 47. CEVU de l’université. Espéronsloi relative au port des signes reli- que ce conseil soit plus courageuxgieux ostensibles dans les établis- A l’université. que la direction et que l’on réaffir-sements denseignement public. Le me avec force les valeurs qui fon-débat fut houleux. Les associations Ce texte de loi ne s’applique pas dent le modèle d’intégration fran-fondamentalistes reçurent le sou- dans les établissements d’enseigne- çais.tien de nombreux mouvements de ment supérieur. C’est pourquoi, ongauche et d’extrême gauche pour note depuis la rentrée quelques cas Nous ne devons relacher nosdénoncer ce projet de loi. Deux de provocations manifestes orches- efforts. Il est nécessaire de renfor-ans après, il semble que la fermeté trées par des associations fonda- cer la formation juridique desait payé. Hanifa Chérifi membre de mentalistes et des syndicats d’ex- enseignants sur ces questions, afinla commission Stasi a remis son trême gauche. Ainsi, à Nanterre, de pouvoir contrer efficacement lesrapport sur l’application de la loi plusieurs jeunes femmes voilées organisations « pro voile » toujoursau ministre de l’Education ont refusé qu’un homme puisse mieux organisées.Nationale. Le premier bilan est, en contrôler leur identité, cest-à-direeffet, encourageant : 639 cas ont vérifie la photo de leur carte d’étu- D’ailleurs, la fermeté françaiseété relevé pour l’année 2004-2005 diant au moment des examens. dans les écoles semble faire des(2 grandes croix, 11 turbans sikhs, émules. Dernièrement le tribunalet 626 voiles islamiques), la baisse Face à cela, la présidence de l’uni- de Charleroi a jugé irrecevable laobservée est de 50% par rapport à versité, par faiblesse, indique aux demande de familles qui souhai-l’année précédente. Les affaires personnels « que pour les étudian- taient la suspension du règlementsont cantonnées à six académies tes voilées, les contrôles d’identité intérieur de deux établissementsprincipales : Strasbourg (208), Lille ne pourront se faire que par des scolaires interdisant le port de(118), Créteil (70), Montpellier femmes et hors de la présence des "vêtements et signes distinctifs". Si(61), Versailles (38) et Lyon (32). autres étudiants ». Le reniement la situation Belge est loin de celle des principes républicains devient que nous connaissons en France,Dorénavant, les personnels concer- un exercice habituel dans les uni- cette première affaire confirme lenés par les problèmes de signes versités françaises. Ainsi, depuis bien fondé de la direction retenuereligieux, disposent d’un texte clair. deux ans, l’université Paris 13, a par le gouvernement pour régler leLes relations entre les familles et constitué une commission étudian- problème du voile à l’école.les établissements se sont amélio- te regroupant les différentes com- Espérons que les instances diri-rées, de sorte que si le nombre munautés religieuses présentes sur geantes des universités françaisesd’affaires a baissé, le nombre de le campus pour les amener à trou- soient capables de la même ferme-résolutions de cas par le dialogue, ver des solutions « pour mieux té.a quant à lui, augmenté. Pour l’an- vivre ensemble ». Première mesurenée 2004, 96 élèves ont opté pour prise : l’instauration de cours de l’Action Nom : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Prénom : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . universitaire LE JOURNAL DE L’UNION NATIONALE INTER-UNIVERSITAIRE Adresse : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Code Postal : . . . . . . . . . . Ville : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Tél. : . . . . . . . . . . 8, rue de Musset Profession : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Etablissement : . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75016 Paris ✆ 01.45.25.34.65 ❏ désire s’abonner à l’Action universitaire 38 euros (un an) fax : 01.45.25.51.33 ❏ désire souscrire un abonnement de soutien à partir de 230 euros : . . . . ❏ désire soutenir financièrement l’UNI et verse : ❏ 300 euros ❏ 500 euros ❏ 1.000 euros ❏ . . . . . . . euros Imprimé par nos soins ❏ déclare adhérer à l’UNI 35 euros (lycéens 5 euros, étudiants 10 euros, membre bienfaiteur 100 euros, cotisation de soutien à partir de 200 euros) CCP 30 075 33 Y Orléans La Source Date et signature : page 4 - L’action universitaire

×