• Share
  • Email
  • Embed
  • Like
  • Save
  • Private Content
Action universitaire - mars 2006
 

Action universitaire - mars 2006

on

  • 286 views

AU 257

AU 257

Statistics

Views

Total Views
286
Views on SlideShare
286
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
0
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Action universitaire - mars 2006 Action universitaire - mars 2006 Document Transcript

    • l’Actionuniversitaire ❚ LE JOURNAL DE L’UNION NATIONALE INTER-UNIVERSITAIRE ❚ N°257 ❚ mars 2006 ❚ 2 Euros ❚❚ Démocratie populaire sur les campus La bataille du CPE Le débat autour du Contrat par Rémi Martial Première Embauche fut totalement déséquilibré. Une étude réalisée par 6 dans l’académie de Grenoble, 7 dans l’académie de Montpellier, 3 dans l’acadé- blocage”, ces derniers se sont appli- qués à ce qu’elles se déroulent dans les pires conditions. l’émission «Arrêt sur image» concluait que 92 % des sujetsmie de Clermont-Ferrand, 7 dans l’a- consacrés au CPE au sein des prin-cadémie de Toulouse, 5 dans l’acadé- Des bureaux de votes fermés cipaux journaux télévisés étaientmie d’Orléans-Tours, une dizaine dans clairement favorables aux “ anti Le chemin jusqu’aux urnes fut un vrai CPE”.l’académie de Paris… Est-ce le nombre parcours d’obstacles, puisque nombrede professeurs non grévistes depuis le de bureaux n’ont pu être ouverts à Face à ce rouleau compresseurdébut de l’année ? Est-ce le nombre de cause des blocages. Les étudiants ont médiatique, l’UNI a investi le ter-candidats socialistes aux présidentiel- souvent du se rendre à des bureaux de rain militant avec force : 200 000les ? Non, c’est le nombre d’urnes vote éloignés de leur lieu d’étude, affiches ont été collées, 350 000volées durant les dernières élections comme à Nantes, où seuls ceux des autocollants distribués, 50 manifes-du CROUS, et la liste n’est pas exhaus- lycées étaient ouverts. Les étudiants de tations contre les blocages ont ététive ! la fac de droit ont ainsi du se rendre organisées, plus de 150 collectifs « au lycée Jules Verne, le plus proche de Stop la grève » se sont constitués etCes élections qui se sont déroulées l’on a pu recenser plus de 1800entre le 28 et le 30 mars furent l’occa- la fac, situé à près de 30 minutes en transport en commun. citations de l’UNI dans la presse.sion pour la gauche estudiantine derenouer avec les traditions des démo- Ces chiffres témoignent de l’engage- De même, les étudiants de l’Université ment de notre mouvement pourcraties populaires. de Versailles-Saint-Quentin ont eu une réforme – l’assouplissement du beaucoup de mal pour voter. Leur uni- code du travail – nécessaire. On neAprès avoir bloqué les facs grâce à des versité ayant fait l’objet d’une fermetu-AG truquées et des votes bidons, peut, donc, que regretter l’épilogue re administrative d’une journée sur de ces semaines de mobilisation.l’UNEF et ses alliés d’extrême gauche décision de sa présidente, Sylvieont tout mis en oeuvre pour que ces (Nous reviendrons sur les causes et Faucheux. Il est vrai que madame la les conséquences du retrait du CPEélections ne puissent pas permettre présidente, sensible aux arguments desaux étudiants de s’exprimer librement dans un prochain numéro.) étudiants bloqueurs, devait craindreet à bulletin secret. Rappelons que les que le résultat des urnes leur soit défa- Pour autant, le bilan pour notreleaders de la coordination étudiante, vorable. Présidente de l’European mouvement est positif, nous avonspour justifier leur opposition aux votes Association for Ecological Economics recruté des étudiants motivés, nosà bulletin secret, affirmaient par voie de 1994 à 1998 (une association éco- responsables se sont aguerris et lede presse que seul le vote à main levé logiste proche des Verts), elle a récem- mouvement a gagné en crédibilitéest démocratique, puisqu’il permet de ment affirmé son soutien au projet des et en visibilité. Autant de facteursdébattre et de convaincre (quelquefois associations étudiantes Icare et qui doivent nous permettre à l’ave-en les menaçant) ceux qui ne partagent Humanitude en signant la Charte nir d’être encore plus présents etpas l’opinion des organisateurs des d’Engagement de l’Opération Campus plus efficaces.AG. Vert, des associations liées à… Nous n’avons perdu qu’une batailleAfin que les élections au CROUS ne se Greenpeace ! De là à dire que la moti- ..transforment pas en plébiscite “anti vation de sa décision de fermeture étaitUNI - LA DROITE UNIVERSITAIRE - 8, rue de Musset - 75016 Paris - ✆ 01.45.25.34.65 - fax. : 01.45.25.51.33 Directeur de la publication : J. Rougeot - CPPAP 0507 G 79428 - dépôt légal premier trimestre 2006 - MensuelL’action universitaire - page 1
    • politique, il n’y a qu’un pas. essentiellement volées dans les AG à Nancy ! bureaux de vote historiquement favo-Des urnes volées ou saccagées rables à l’UNI…. Démocratie, on vous Ces élections étaient prévues depuisQuand les bureaux de vote étaient dit !... longtemps, et les dates avaient étéouverts et que les personnels n’a- décidées en commission électorale, où Quelques académies ont été le théâtre siège... l’UNEF. Vouloir reporter lesvaient pas répondu à l’appel des cen- d’actes plus originaux. A Clermont-trales syndicales les enjoignant d’exer- élections au gré du vent qui vient ferrand, une urne a été remplie de n’est pas la plus démocratique descer leur droit de retrait pour ne pas sirop de cassis, avant que ce mêmeavoir à organiser les élections, les attitudes. sirop ne soit aspergé sur les militantsconditions de vote n’étaient pas pour de l’UNI, qui tentaient de protéger Peut-être que l’UNEF avait prévu saautant toujours idéales. En effet, les l’urne. cinglante défaite à ces élections duurnes ont eu une fâcheuse tendance à CROUS. En perdant plus de 50 % dedisparaître. ses sièges (voir encadré ci dessous), Ces actes totalitaires sont aussi déplo-La technique utilisée pour voler les rables que répréhensibles. Plusieurs c’est effectivement une véritable sanc-urnes était la même partout : un grou- rectorats ont, d’ailleurs, porté plainte tion que lui ont infligé les étudiants.pe de plusieurs dizaines de personnes pour vol.entre d’un coup dans le bureau de Il est vrai qu’il est plus facile d’accep-vote, et pendant que certains bloquent On ne peut que condamner l’hypocri- ter la démocratie lorsque l’on gagnele personnel administratif présent, sie de l’UNEF, qui n’a pas hésité à les élections que lorsque l’on perd !voire les étudiants qui auraient le mal- faire porter la responsabilité de cesheur d’avoir choisi de voter à ce incidents sur le gouvernement, qui,moment, les autres se chargent de ,selon elle, a eu le tort de maintenirpartir avec l’urne, sans oublier la liste les élections, alors même que certainsd’émargement. Ce qui est le plus de ses responsables appellaient publi-étonnant, c’est que les urnes ont été quement au vol des urnes, lors d’une Résultats des élections du CROUS 2006 en métropole.A l’occasion des dernières élections du CROUS, l’UNI a enregistré une forte progression par rapport au scrutin de2004, en passant de 13 à 27 élus. Elle gagne ainsi 7,7 points et rassemble 14,8 % des élus.Le résultat de cette élection est d’autant plus satisfaisant que la gauche étudiante est fortement sanctionnée.Ainsi, l’UNEF s’éffondre et passe de 89 à 39 élus. La Confédération étudiante perd, quant à elle, les 2 seuls sièges qu’el-le avait obtenus en 2004. SUD/FSE, rassemblés pour l’occasion, ne réussissent à conserver qu’un seul élu, alors qu’ilsen avaient 5 en 2004. La seule progression à gauche est réalisée par un nouveau mouvement Fac Verte (écologiste degauche), qui obtient 7 sièges pour sa première participation.La FAGE, pour sa part, a bénéficié de la forte mobilisation des étudiants de médecine contre les blocages. Sa progres-sion est aussi importante que fragile puisqu’elle ne repose que sur la participation beaucoup plus importante que d’or-dinaire des étudiants des filières de santé.Par contre, les EMF (étudiants musulmans de France, proches de l’UOIF), regagnent 3 élus, passant de 2 à 5. Ce résul-tat est inquiétant puisqu’il démontre que le vote communautariste des étudiants est profondément enraciné dans cer-taines académies. Listes Résultats Résultats Pourcentages Pourcentages 2006 2004 2006 2004 UNI 27 13 14.8 % 7.1 % UNEF 35 89 19.2 % 48.9 % FAGE 79 33 43.4 % 18.1 % PDE 17 19 9.3 % 10.4 % FAC VERTE 7 0 3.8 % - EMF 5 2 2.7 % 1.1 % SUD/FSE 2 5 1.1 % 2.7 % Cé 0 2 - 1.1 % Divers 11 19 0,06 10.4 % TOTAL 182 182 1 1page 2 - L’action universitaire
    • LIVRES Retrouvez d’autres conseils de lecture sur le site de l’UNI, rubrique Bibliothèque Pour ne pas oublier d’aimer la France Que reste-t-il de la « France éter- les Français osaient en privé me rappelait la situation dans nelle » ? L’auto flagellation, la ma patrie soviétique. Le même double langage, la même repentance, et le déclinisme sont schizophrénie collective. » devenus des figures à la mode. De rentrées « littéraires » en « « La force de la francité, cette liberté avec laquelle la pen- unes » de magazines, ces anathè- sée abordait l’homme, la cité et l’Histoire, cette furie intel- mes prospèrent à tel point que lectuelle française si peu cartésienne, a cédé la place aux nos compatriotes ont petit à petit prudentes approches de déminages. Oui, c’est ainsi qu’ap- oublié d’aimer leur pays. paraît, de nos jours, le Français pensant : une intelligenceCet amour on le retrouve dans les yeux et sous la plume affublée d’innombrables couches de protection et quid’Andreï Makine, sibérien de naissance et français d’élec- tâtonne, se faufile entre les interdits, rampe sur un chamption. L’ancien prix Goncourt, dans une courte profession de de mines, toute effrayée d’une possible explosion. Et sifoi, nous guide à travers « certaines idées de la France ». toutes ces mines étaient imaginaires ? Et si on n’était pas obligé, en engageant une franche discussion, de soupeserLa France, c’est autant un pays, une Histoire, un esprit, des les caractéristiques ethniques, sociales, sexuelles, etc., deformes - quelque fois superficielles - qu’une langue. Ce son interlocuteur et de se censurer en fonction de ces cri-substrat forme ce que l’auteur appelle la francité et qui a tères ? Et si on pouvait se relever et parler à voix haute ?»traversé les siècles et les continents pour venir le séduirejusque dans sa Russie natale. Malgré son admiration litté- La vitalité et l’avenir de la France dépend de la capacité desraire, son regard reste lucide. Depuis vingt ans qu’il vit en Français à se relever pour dire « assez » et ainsi renouerFrance, Andreï Makine a eu le temps de se plonger dans avec le génie d’une France « éternelle et fragile ».nos contradictions et nos travers. Il a vu le politiquementcorrect s’étendre et étouffer petit à petit la francité et la Andreï Makine, « Cette France qu’on oublie d’aimer »,rendre moins audible à l’étranger. Ainsi note-t-il : « Le édition Flammarion, collection Café Voltaire, 103 p., 12décalage entre le discours officiel et les commentaires que euros Le risque, l’Etat et les français La "crise du CPE" aura révé- Afin de répondre à cette demande exprimée par ses élec- lé l’aversion que porte les teurs, l’Etat traque, le " risque " jusque dans nos plus petits Français aux risques. La pré- gestes quotidiens. En régentant et réglementant ainsi la vie carité dénoncée tout au long de ses « administrés », l’État maternel - Big Mother - (stade des cortèges est, ainsi, appa- suprême de l’État providence) nous enferme dans une pri- rue comme le tout dernier son de coton infantilisante et déresponsablisante. fléau contre lequel il est de bon ton de se prémunir. Le livre de Mathieu Laine analyse les ressorts de cet empri- sonnement dans lequel nombre de nos concitoyens, Face à cette peur protéiforme comme atteint du syndrome de Stockholm, sont les otages - risque alimentaire, risque volontaires. domestique, risque sanitaire L’enfer est pavé de bonnes intentions, la grande nurserie...- plus théâtralisée et médiatisée chaque jour, le citoyen aussi. Un livre à lire pour apprendre à grandir sans l’aideconsommateur semble toujours prêt à troquer un peu de d’un tuteur étatique.sa liberté en échange de nouvelles garanties et de plus desécurité. Mathieu Laine, « la grande nurserie », édition JC LAT- TES, 245 p., 17 euros page 3 - L’action universitaire
    • En bref Vient de paraître, Conflits actuels n°16 2005-2 - 16 euros - 192 pages - ISSN 1283-1255 La loi sur la recherche adoptéeLe 7 mars les députés ont adopté leprojet gouvernemental sur la recher-che. François Goulard, ministre Réflexions sur la démocratie Flambée anti-CPE, pratique inédite des insti- tutions, contestation sociale, délitement des c onflits actuels Revue d’étude politiquedélégué à lEnseignement supérieur corps intermédiaires, abstention électorale, RÉFLEXIONS SU -2et à la Recherche, a confirmé que le R LA éro 16 - 2005 etc. Chaque jour se pose avec un peu plus DÉMOCRATIEmontant des allocations de recher- d’acuité la question : Crise ou pleine et pro-che serait porté à un SMIC et demi. 8e année - Num fonde mutation de la démocratie ?Les écoles françaises s’illustrent Souvent évoquée, peu définie, rarement au Japon approfondie, la problématique d’une démocratie en crise est un de ces thèmes M i g u e l Ay u s o ❚ J eLe réseau des écoles centrales vient an séduisants pour l’intellect mais qui recè- K ousi tl laasu dM ❚ J u d i t h L a zBaera u❚d oG énr y ❚ LFercéedréfr i c G ui avrakis ❚ Ar ❚de signer un accord de double diplô- naud Odier lent nombre de pièges créés par les a prio- Pa n d e l o n ❚ B r u n o S c h a e f f e r ❚ M i c h e❚l V iél lra rl s G a dme avec l’université Japonaise de ri, les préjugés, les tabous et, pire que c Centre d’études et de diffusion universitaireDoshisha. Pour les écoles d’ingé- tout, les habitudes tant dialectiques que snieurs françaises, cet accord est une mentales. La volonté de confondre absolument exercicereconnaissance de la qualité des for- légitime du pouvoir et démocratie illustre par exemple cette restrictionmations supérieures françaises et du habituelle du débat convenu. Les auteurs ont relevé le défi et offert dansdynamisme de nos grandes écoles àl’international. ce numéro dynamique un certain nombre de réponses libres, d’apports solides à la réflexion scientifique et ouvert la voie à de nombreux débats L’Institut Européen de de fond. Technologie ne fait pas l’unani- La démocratie moderne est-elle une forme achevée de la Politeia antique mité auprès des Etats ou une rupture profonde a-t-elle eu lieu pour permettre son avènement ? L’« idéologie démocratique » surfant sur le « polythéisme des valeurs » etSoucieux de concurrencer le MIT imprégnant à partir de l’ordre politique l’ensemble des aspects de la(Massachusetts Institutes société moderne est-elle une excroissance ou le continuum de la démo-Technology), l’Institut Européen de cratie elle-même ? La crise de la représentation est-elle issue de celle plusTechnologie, peine à réunir les suf- globale de la légitimité ou ne se réduit-elle qu’à un moment de la recom-frages. En effet pour de nombreux position du régime participatif ?pays, la possibilité de devoir se sépa- Voici quelques unes des questions que nos auteurs ont voulu traiter pourrer de leurs meilleures équipes de assumer des développements, notamment en histoire et en philosophiechercheurs au profit de l’IET pose politique, qui révèlent à la fois la nécessité de définitions pertinentes etun vrai problème. La France très l’importance des enjeux.favorable à ce projet a d’ores et déjàproposé le plateau de Saclay pour Conflits actuels est disponible sur commande chez les libraires ou directementrecevoir le futur institut. Les mois auprès de la revue Conflits actuels BP 305 - 75767 Paris cedex 16.qui viennent seront cruciaux pour Et directement en ligne sur www.conflits-actuels.coml’avènement ou non de ce centre Abonnement 2 numéros par an : 26 euros (étudiants : 20 euros sur justificatif).d’excellence européen. Directeur de la publication : A. Hurel Rédacteur en chef : C. Réveillard l’Action Nom : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Prénom : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . universitaire LE JOURNAL DE L’UNION NATIONALE INTER-UNIVERSITAIRE Adresse : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Code Postal : . . . . . . . . . . Ville : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Tél. : . . . . . . . . . . 8, rue de Musset Profession : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Etablissement : . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75016 Paris ✆ 01.45.25.34.65 ❏ désire s’abonner à l’Action universitaire 38 euros (un an) fax : 01.45.25.51.33 ❏ désire souscrire un abonnement de soutien à partir de 230 euros : . . . . ❏ désire soutenir financièrement l’UNI et verse : ❏ 300 euros ❏ 500 euros ❏ 1.000 euros ❏ . . . . . . . euros Imprimé par nos soins ❏ déclare adhérer à l’UNI 35 euros (lycéens 5 euros, étudiants 10 euros, membre bienfaiteur 100 euros, cotisation de soutien à partir de 200 euros) CCP 30 075 33 Y Orléans La Source Date et signature : page 4 - L’action universitaire