Action universitaire - mai 2007

271 views
202 views

Published on

AU 270

Published in: Education
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
271
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
2
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Action universitaire - mai 2007

  1. 1. l’Actionuniversitaire .: LE JOURNAL DE L’UNION NATIONALE INTER-UNIVERSITAIRE .: N°270 .: mai 2007 .: 2 Euros .: Après lélection de Nicolas Sarkozy à lElyséeLextrême gauche cherche à fairede la résistance À peine élu et déjà dans la rue ! Dimanche 6 mai la Bastille, certains activistes scandent des slogans qui ne depuis quelques années, de toutes les luttes de lextrême2007, 20h00, Nicolas Sarkozy laissent aucun doute sur leur gauche : soutien aux sans-apparaît sur tous les écrans de engagement politique : "Sarko, papiers, mobilisation des chô-télévision comme le sixième facho, le peuple aura ta peau !". meurs, contestation altermon-Président de la Ve République dialiste, manifestations étu-élu par les Français. Le même A Lyon, on frôle le drame. En diantes… Les formes dactionssoir, aux alentours de 21h, Paris effet, cinq militants dextrême directes, souvent violentes, fontet plusieurs grandes villes sont gauche " tabassent " un jeune partie de leurs méthodes.le théâtre daffrontements entre militant UMP, quils balancent Dailleurs, leur philosophie estles forces de lordre et des cen- dans le Rhône où il manque de on ne peut plus explicite : "cesttaines "déléments incontrôlés". se noyer. Place Bellecour, où se dans laction bien plus que poursuivent de très violentes dans les dogmes idéologiquesUne nouvelle fois, lextrême échauffourées, le drapeau fran- que la CNT se construit".gauche préfère lagitation çais est piétiné et des pancar-dans la rue au résultat des tes dénoncent "un président de Sur les universités, la grèveurnes. merde pour un pays de cons". préventive "anti-Sarko" fait son apparition.Des heurts sporadiques mais Dès le lendemain, nul ne doutaitviolents sont provoqués par que les mouvements dagita- Les heurts du dimanche 6 maides militants anarchistes ou tion de la nuit navaient rien de ont ensuite rapidement gagnétrotskistes issus de la Ligue spontanés et étaient le fruit de certaines universités. Ainsi, dèsCommuniste Révolutionnaire militants aguerris et rompus aux le lendemain, des assemblées(LCR) dOlivier Besancenot, des techniques de l"agit-prop". générales, dont laffluence aJeunesses Communistes rarement dépassé le cercle desRévolutionnaires (JCR), mais Assiste-t-on alors à un nouvel activistes dextrême gauche,aussi des réseaux "Anti-Sarko", épisode du retour des anars, sont organisées pour dénoncerde "Ras lFront", d"Alternative déjà présents parmi les mani- les réformes universitaires pro-Libertaire" ou encore des anar- festants anti-CPE du printemps mises par Nicolas Sarkozy danscho-syndicalistes de la 2006 ? Il est vrai que certains son programme présidentiel.Confédération Nationale du dentre eux, comme ceux de la Ces AG concernent les univer-Travail (CNT). A Paris, place de CNT, sont connus pour être, sités de Tolbiac (Paris 1),UNI - LA DROITE UNIVERSITAIRE - 34, rue Emile Landrin - 92100 Boulogne - tél : 01.78.16.40.30 - fax. : 01.78.16.40.31 Directeur de la publication : J. Rougeot - CPPAP 0507 G 79428 - dépôt légal deuxième trimestre 2007 - MensuelL’action universitaire - page 1
  2. 2. Rennes 2, Lille 1 et Toulouse-Le pour que la sérénité du campus serait organisée le jour de lin-Mirail, toutes connues pour leur soit restaurée au plus vite. vestiture de Nicolas Sarkozy àfort ancrage politique à gauche. lElysée, le mercredi 16 mai Mais dès le lendemain, la mobi- 2007.Le mercredi 9 mai, une nouvel- lisation "anti-Sarko" tente de sele étape est franchie par ces durcir et de gagner les sites de Difficile à présent de dresser un"jusquau-boutistes de la la Sorbonne et de Nanterre qui premier bilan de cette mobilisa-grève" qui, après une nouvelle constituent désormais les nou- tion post-présidentielle, sansAG qui a rassem- précédent dansblé moins de 500 lhistoire de la Veétudiants, décident République. Quoide voter le blocage quil en soit, lesdu site de Tolbiac à décomptes établisParis, afin de par la Directioncontester les futu- générale de la poli-res réformes dun ce nationale sontPrésident de la p a r t i c u l i è re m e n tRépublique qui na alarmants. Pour lapas encore été offi- nuit de dimanche àciellement investi lundi : 730 véhicu-et dun gouverne- les incendiés, 78ment qui na, de policiers et gendar-fait, pu être mes blessés et 592nommé par celui-ci interpellations, pour! Près de 15 000 la plupart des mili-étudiants se voient alors pris velles cibles de lextrême gau- tants dextrême gauche, dont lebrutalement en otages par une che. Toutefois, à larrivée, cette regain dactivisme inquiètepoignée dactivistes qui, une journée de mobilisation tourne aujourdhui la police.nouvelle fois, prennent délibé- au fiasco. En effet, sur les troisrément le risque dempêcher AG organisées ce jour là sur les Face à ces actes de violencelorganisation des examens de universités de Tolbiac, que certains nhésitent pas déjàfin dannée dans de bonnes Sorbonne et Nanterre, les étu- à qualifier de "troisième tourconditions. diants, dans leur très large social", lUNI tient dores et majorité, se sont exprimés pour déjà à rappeler aux Français,LUNI décide alors de réagir la levée des blocages. que les prochaines électionsimmédiatement en demandant législatives des 10 et 17 juinau président de luniversité de Malgré ce revers, lextrême constitueront le seul juge deParis 1 de prendre, en tant que gauche ne veut pas en rester là. paix démocratiquement accep-responsable de la sécurité de Très vite germe dans la tête de table.létablissement, toutes les certains activistes lidée dunedispositions qui simposent manifestation revancharde qui l’Action Nom : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Prénom : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . universitaire LE JOURNAL DE L’UNION NATIONALE INTER-UNIVERSITAIRE Adresse : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34, rue Emile Landrin Code Postal : . . . . . . . . . . Ville : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Tél. : . . . . . . . . . . 92100 Boulogne Profession : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Etablissement : . . . . . . . . . . . . . . . . . . tél : 01.78.16.40.30 o désire s’abonner à l’Action universitaire 38 euros (un an) fax : 01.78.16.40.31 o désire souscrire un abonnement de soutien à partir de 230 euros : . . . . o désire soutenir financièrement l’UNI et verse : o 300 euros o 500 euros o 1.000 euros o . . . . . . . euros Imprimé par nos soins odéclare adhérer à l’UNI 35 euros (lycéens 5 euros, étudiants 10 euros, membre bienfaiteur 100 euros, cotisation de soutien à partir de 200 euros) CCP 30 075 33 Y Orléans La Source Date et signature :page 2 - L’action universitaire
  3. 3. Elections législatives 10-17 juin 2007 POUR AMPLIFIER L’ELAN DU 6 MAI, IL FAUT DONNER UNE MAJORITE AU PRESIDENTLe 10 et le 17 juin, les Français seront en face dun choix décisif. Chacun le sent. Encore faut-il sen-tendre sur les termes de ce choix. Lenjeu des législatives : le progrès ou la chuteCertains Français semblent raisonner à peu près de la manière suivante : " Ce qui nous intéresseavant tout, cest de vivre tranquillement dans notre cocon, médiocrement peut-être, mais en écartantle plus possible cette malédiction quest le travail. Tel est notre choix. Continuons donc notre petitbonhomme de chemin. Que dautres peuples avancent, sils veulent, à marches forcées en acceptantle désagrément de mouiller leur chemise. " En fait, ce choix de la vie au ralenti, proposé par la gau-che, outre quil est très peu glorieux, est aujourdhui impossible. Nous vivons dans un monde globalimpitoyable, où personne ne fait de cadeaux aux nations somnolentes, où les places doivent êtreconquises et préservées chaque jour, où elles peuvent être perdues en série à tout moment. Le véri-table choix est donc le suivant : avancer à grands pas ou reculer brutalement, escalader la montagneou être rejetés dans le ravin. Il ny a pas de voie moyenne.Pour éviter cette chute douloureuse, il faut revenir les pieds sur terre : travailler, récompenser le méri-te, promouvoir lesprit dentreprise, être ambitieux pour la France.Il faut aussi renoncer aux idées toutes faites et aux caricatures. Nous ne sommes plus dans le mondede Zola. Les efforts à fournir nont rien de démesuré ni de terrible. Le travail, ce nest pas le goulag ;lidéal sur cette terre, ce ne sont pas les 35 heures, la RTT et la retraite pendant trente ans, payée parles générations futures. Travailler en voyant que ce travail produit des fruits, pour soi-même et pourle pays, est aussi une façon de vivre plus pleinement. Lélection de Nicolas Sarkozy : une chance historiqueCe qui a plombé la France pendant des dizaines dannées, cest la pesanteur de lidéologie soixante-huitarde que la gauche a imposée. La France était bloquée parce que les esprits étaient bloqués.La campagne présidentielle, puis lélection de Nicolas Sarkozy ont désintoxiqué les esprits. Les valeursde la droite, qui sont celles de la vie (travail, mérite, ordre, famille, identité nationale) ont été plébis-citées par les Français.Ceci est un acquis décisif et une condition essentielle du redressement. Les mesures économiqueset financières inscrites au programme de Nicolas Sarkozy (fiscalité, droit du travail, retraites) produi-ront par elles-mêmes dexcellents résultats, mais ces résultats seront décuplés parce que les espritsdes Français sont mûrs, aujourdhui, pour accepter et appliquer les réformes nécessaires. Léconomienest pas seulement une affaire matérielle, elle dépend fortement des conditions psychologiques etmorales, et le redressement peut aller très vite.La chance historique de la France, pour les années qui viennent, cest que nous pouvons avoir à lafois une politique économique efficace, une forte adhésion des Français et la présence, à la tête delEtat, dun homme, Nicolas Sarkozy, qui a la compétence, la volonté et le courage nécessaires pourgalvaniser les forces vives de la nation et ne pas se laisser impressionner par les obstacles.Reste une condition indispensable : il faut que le président de la République ait à lAssemblée natio-nale une majorité qui lui permette de mettre en œuvre cette politique de salut national. page 3 - L’action universitaire
  4. 4. Avec une gauche victorieuse aux législatives, ce serait la rechuteLe seul argument que la gauche ait trouvé, cest que, grâce aux législatives, il faut " rééquilibrer " les pouvoirs.En fait, ce " rééquilibrage " nest rien dautre que la cohabitation de triste mémoire, synonyme dimpuissancedu pouvoir et de paralysie du pays.Qui plus est, la cohabitation avec cette gauche-là tournerait immédiatement au cauchemar. Les socialistesnont plus lombre dune idée directrice mais lapplication de leurs lambeaux de programme serait ravageusepour léconomie française. Les couteaux, mal dissimulés pendant la campagne, brillent aujourdhui de tout leuréclat. Il ny a plus de pilote dans lavion devenu fou, les commandes étant tiraillées en tous sens par une arro-gante au sourire figé et par un social-démocrate velléitaire.Comme appendice à ce péril majeur, il ne faut pas négliger la nuisance que constituerait le MouvementDémocrate de François Bayrou sil réussissait à devenir un parti-charnière. Il serait utilisé de façon destructricepar son fondateur, qui est dores et déjà prêt à sacrifier à son aventure personnelle lintérêt de la nation et celuide ses propres partisans.Dans une maladie pernicieuse, la phase la plus redoutable est la rechute, qui sape le moral et qui brise tou-tes les résistances internes. Cest ce qui se produirait si lélan né lors de lélection présidentielle était brisé parles législatives.Il faut tout faire pour éviter cette rechute. Pour cela, un seul moyen : il faut donner au présidentde la République la majorité dont il a absolument besoin pour conduire lœuvre de redressementde la France. Nous sommes près du but, mais tout peut être perdu par négligence ou par excèsde confiance. Aucune abstention ne serait justifiable. Aucune voix ne doit ségarer. Aucune voixne doit manquer aux candidats se réclamant de la majorité présidentielle. COMMANDE DE MATERIEL DE CAMPAGNENom - Prénom: ....................................................................................................................................................................Adresse : .................................................................................................... ...........................................................................Ville : .................................................................................................................................................... CP : .........................Courrier électronique : ..................................................................................... Téléphone : .......................................Situation actuelle : Fonction politique ou élective : ......................................................................................................................... Activité professionnelle : ...................................................................................................................................... DESIRE COMMANDER : LA GAUCHE OTAGE DE L’ULTRA GAUCHE LA DROITE UNIVERSITAIRE www.uni.asso.fr
  5. 5. 01.78.16.40.30 fax : 01.78.16.40.31 IMPRIMERIE SPECIALE - AFFICHE A UTILISER CONFORMEMENT A LA LOI DU 29 DECEMBRE 1979, A NE COLLER QUE SUR LES EMPLACEMENTS AUTORISES, A L’EXCLUSION DE TOUT AUTRE SUPPORT ET NOTEMMENT DE TOUT CE QUI CONSTITUE LE MOBILIER URBAIN Nombre d’exemplaires de Nombre d’exemplaires de Nombre d’exemplaires de cette affiche :................. cette affiche :................. cette affiche :................. Commande à retourner à : UNI, 34 rue Emile Landrin 92100 Boulogne. Ou par mail à commande@uni.asso.fr Participation facultative aux frais d’envois : 10 euros Pas de commande par téléphone. Quantité envoyée sous réserve des stocks disponibles. page 4 - L’action universitaire

×