Action universitaire - mai 2006
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Like this? Share it with your network

Share

Action universitaire - mai 2006

  • 419 views
Uploaded on

AU 259

AU 259

More in: Education
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
    Be the first to like this
No Downloads

Views

Total Views
419
On Slideshare
419
From Embeds
0
Number of Embeds
0

Actions

Shares
Downloads
0
Comments
0
Likes
0

Embeds 0

No embeds

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. l’Actionuniversitaire ❚ LE JOURNAL DE L’UNION NATIONALE INTER-UNIVERSITAIRE ❚ N°259 ❚ mai 2006 ❚ 2 Euros ❚❚ Blocages et saccages des universités Un tiers des étu-La facture sera salée diants juge avoir par Eric CHASSERY été mal orienté L’UNI a rendu public, le 17 mai A près trois mois passés entre les mains de la gauche et de a été vandalisé par les squatteurs qui y avaient installé leur QG avec infir- 2006, les premiers résultats de sa consultation nationale Universités / Entreprises». Cette « l’extrême-gauche étudiante, merie, cuisine et une chambre. Lesl’Université française panse ses plaies. murs, ont été très largement “taggés”. dernière a débuté en octobreL’heure est au bilan et la facture s’an- Certains slogans résumaient, 2005 et s’est achevée fin févriernonce salée. d’ailleurs, parfaitement le programme 2006. Cette enquête s’appuie sur des militants anti-CPE : "je bloque les réponses aux questionnairesPour linstant, aucun chiffre global et des gens et je suis content". Le prési- distribués aux étudiants de l’en-définitif nest disponible mais établis- dent de luniversité François Resche a semble des universités françaisessement par établissement, on com- indiqué que les dégâts avaient été éva- et de 56 grands établissements.mence à évaluer les sinistres. lués à 60 000 euros. Luniversité de Elle avait pour thème la percep-Certaines universités ont déjà publi- Nantes a procédé à la réfection des tion qu’ont les étudiants de leurquement annoncé le coûts des dégats locaux endommagés. La priorité a été orientation, de leur projet profes-commis lors des occu- sionnel ainsi que des relationspations. La présidence universités-entreprises.de luniversité de laSorbonne a ainsi indi- Pour une professionnalisa-qué, après loccupa- tion généralisée des étudestion de ses locaux les10 et 11 mars, que des Entre 92% et 99% des étudiantsexperts et un huissier interrogés estiment que l’intro-avaient estimé entre duction de stages au sein de leurun demi et un million cursus représente une valeurdeuros le coût des ajoutée pour leur formation. 73%réparations et des des étudiants en Economie/AES,vérifications. 60 % des étudiants en lettres et Le local de l’UNI en Sorbonne totalement saccagé 64 % des étudiants en droit pen-A Rennes 2, les dégâts sent même qu’ils devraient êtreont été estimés à 100.000 euros par le donnée aux salles de cours. Les cou- obligatoires. De plus, toutes filiè-président de luniversité Marc loirs seront refaits dans un deuxième res confondues, ce sont les diplô-Gontard qui a fait dresser un constat temps. mes professionnels tels que lesdhuissier. masters professionnels (39% des Le montant du coût des dégradations étudiants d’éco/AES) et les DUTA Nantes, le bâtiment principal de la à luniversité de Toulouse-II Le Mirail, (34 % des étudiants en IUT) quifac de lettres a été occupé pendant se chiffre entre 140 000 et 180 000 bénéficient de la meilleure image.sept semaines : le sous-sol notamment deuros. Cest ce quindique, le prési- Suite page 4UNI - LA DROITE UNIVERSITAIRE - 8, rue de Musset - 75016 Paris - ✆ 01.45.25.34.65 - fax. : 01.45.25.51.33 Directeur de la publication : J. Rougeot - CPPAP 0507 G 79428 - dépôt légal deuxième trimestre 2006 - MensuelL’action universitaire - page 1
  • 2. dent de luniversité, Daniel Filâtre. perte de chiffre daffaires pour le éviter des intrusions, et maintenirSelon lui, les dégradations (graffitis et département de formation continue une discipline pendant loccupationtags, plus rarement destructions…) pendant cette période, que lUPPA durant la nuit."concernent principalement le bâti- chiffre à "plusieurs dizaines de L’université Lyon-II estime les dégâtsment de lArche, occupé sept semai- milliers deuros, qui ne sont pas for- à un peu moins de 100 000 euros, "ànes durant par les étudiants grévistes, cément rattrapables", ou le discrédit 90% sur le campus Porte des Alpes"mais également une partie du bâti- en termes dimage au plan local ou précise Françoise Durieux, directricement Candilis, dont laccès de cabinet du président deétait bloqué et où se sont luniversité, qui soulignenotamment produits "des que les réparations sontvols importants", précise-t- en cours. Il sagirait essen-il encore. "Les mouvements tiellement de tags, de vit-des étudiants sont de plus res brisées.en plus durs et les dégra-dations progressent à Enfin, à Grenoble, où lechaque nouvelle grève", mouvement a été très dur,regrette Daniel Filâtre. une évaluation, pour l’en- semble du campus,LUPPA (université de Pau annonce un montant deset des pays de lAdour) dégâts de l’ordre de 200évalue à 15 000 euros les 000 ou 300 000 euros.dommages causés par loc-cupation de ses locaux de La galerie des amphis de l’Université Notre rapide tour dePau, du 6 mars au 11 avril Grenoble 2 transformée en squat France des universités fait2006. Il sagit essentielle- déjà monter la note à plusment "dextincteurs endommagés, de international. de 1 300 000 euros… Une bellevitres cassées, de barrières arrachées A Montpellier II, la secrétaire généra- somme qui aurait permis d’aider bienet de quelques vols de matériel infor- le estime que 55 000 euros ont été des jeunes au chômage, mais ce nematique", précise le secrétariat géné- dépensés, dont 80% pour des servi- devait pas être la préoccupation pre-ral de luniversité. À cela sajoutent ces de gardiennage. "Grâce à cette mière des militants anti CPE.des dégâts immatériels comme la présence permanente, nous avons pu ❚ La droite après l’université Les Cercles de l’UNI La fin des études qui sont membres de la société dite civile. Au-delà, les cer- et l’entrée dans cles de l’Uni sont ouverts à celles et ceux qui partagent nos la vie profes- idées et qui seraient parrainés par les anciens des sections. sionnelle son- La vocation des cercles de l’Uni est de recréer des liens nent souvent la conviviaux, d’être à l’écoute de ses membres, d’apporter fin de l’engage- une information politique qui soit pertinente et imperti- ment au sein de nente, de permettre d’avoir une action militante spécifiquel’Uni. Pourtant les militants de l’Uni ont une expérience et de constituer un réseau sur l’ensemble du territoire.unique du terrain à travers la défense des idées de la droi-te universitaire, la participation aux élections étudiantes et Nous entrons dans une période riche en élections, avec laplus généralement aux campagnes électorales. C’est juste- plus emblématique de toutes : l’élection présidentielle.ment pour perpétuer ce supplément d’âme politique, ce L’Uni aura à cette occasion un rôle central, les cercles desavoir faire reconnu dans l’action politique et ces fortes l’Uni auront eux aussi une place importante dans les com-convictions de droite, qu’ont été créés les cercles de l’Uni bats à venir car ils incarnent la droite après l’université.– la droite après l’université. Contact : lescercles@uni.asso.frLes cercles de l’Uni ont pour objectif de regrouper au sein Les cercles de l’UNId’une structure adaptée, ceux qui ont quitté l’université et 8 rue de musset - 75016 Parispage 2 - L’action universitaire
  • 3. Mots artificiels, mots artificieux, mots déterminants. par Philippe BoutherinTalleyrand, homme politique aussi sou- judicielle du langage verbal tend par- société ».ple d’échine que de pensée, aurait pro- fois à préjudicier à la loyauté des Quoique la plupart des mots soientnoncé cet aphorisme demeuré célèbre débats. issus de la coutume, donc du peuple ,: « La parole nous a été donnée pour On sait, en politique, l’impor- certains sont d’origine toute oligar-déguiser notre pensée ». De manière tance du choix des mots. L’actualité, chique .plus pragmatique – ou plus idéaliste, plus ou moins récente, l’a prouvé : « Ces mots artificiels, parfois artificieux,l’évidence commande que « La parole précarité » (du travailleur), « insécuri- en tout cas jamais totalement impar-nous a été donnée pour formuler notre té » (physique), « insécurité » (sociale), tiaux, peuvent à l’occasion être élabo-pensée ». etc. Il existe des mots investis d’une rés par des groupes de pressions, ouL’écrivain et ancien combattant pro- qualité magnétique qui attire à eux les encore ce que les américains appellentsoviétique George Orwell , plus convictions. des think tanks . Les think tanks n’ontcynique mais peut-être moins praticien Or, avant même que deux camps poli- pas une existence institutionnelle aussique Talleyrand écrivit en 1948 son tiques ne s’affrontent publiquement, forte en France qu’aux Etats-Unis, maisouvrage fameux, “1984”. La thèse cen- laissant à l’arbitrage du public le soin nul ne peut douter qu’ils existent ettrale de ce roman d’anticipation repo- de les départager, il apparaît que oeuvrent, de manière informelle, dansse sur l’observation suivante : « On ne patiemment, minutieusement, et dans les salons ou les réunions militantes.formule pas une pensée sans parole, une optique toujours programmatique, L’hebdomadaire Le Point retrace ainsion ne formule pas une parole sans des militants et des groupes de pres- l’enfantement, qui ne doit rien à l’im-mots ». sion ont pu distribuer les cartes de la maculée conception, du mot « homo-Ainsi, dans le régime totalitaire décrit partie à jouer, celles que tous les parentalité » : « 1997. Dans le séjourpar George Orwell, le pouvoir s’em- joueurs seront obligés de tenir. dun appartement parisien, trois mem-ploie, grâce à la novlangue, à appauvrir Parfois, ces mots, quoique sou- bres de lAssociation des parents gaysle vocabulaire du peuple, afin qu’il soit vent utilisés dans les médias, mettent et lesbiens, dont Martine Gross, les-dans l’incapacité d’exprimer, sinon de un certain temps à être reçus dans le bienne et mère de deux enfants, se liv-penser, l’idée même d’une contestation. champ lexical « officiel ». Ainsi, lors- rent à un brainstorming informel.Du pouvoir sur les mots à la pensée qu’on tape « islamophobie » , ou enco- Objectif : inventer le terme qui devraunique, si l’on veut. A titre incident, on re « homoparentalité » dans un traite- désigner ce qui est encore à lépoquenotera qu’une certaine proportion de ment de texte standard, le correcteur une bizarrerie sociale, être parents toutla population, encore aujourd’hui, évo- d’orthographe , les dénonce comme en étant homosexuels. ».lue dans le monde avec un capital utile non conformes. C’est que s’ils ont été Quant à « islamophobie », les polé-de mots se réduisant à quelques cen- avalisés par cette convention socio- miques en cours dans les dictionnairestaines d’unités. politique qu’est le dictionnaire de la non standards, tels que celui deD’autres, enfin, tels Lawrence d’Arabie langue française, ils sont encore d’ex- Wikipedia sur internet, en forme defaisaient miroiter des mots aux peuples traction récente. tontine, montrent qu’il ne fait passoumis (patriotisme, panarabisme, Quoique récemment « officiels encore l’objet d’un consensus. Onetc.), car le seul pouvoir de ces mots », ils pourvoient déjà bien à leur office retiendra seulement qu’il est déjàpouvait, lorsqu’ils étaient invoqués, ral- : prédéterminer l’issue du débat poli- exploité, sinon breveté. Le sociologuelier ces peuples à la cause. tique en imposant des concepts qui Vincent Geisser, par exemple, en a enDans tous les cas, la parole est le portent en eux-mêmes la réponse des quelque sorte préempté la propriétéministère de la pensée. Sans entrer questions auxquelles ils sont censés intellectuelle , en publiant “La nouvelledans les controverses intellectuelles sur correspondre. islamophobie” .le point de savoir qui, du mot ou de La sémiologie est une science difficile, Tandis que certains think tanks oeuv-l’idée, a la préséance , chacun sait parfois ésotérique . Mais, sans en être rent à la genèse des mots ou à leurqu’un mauvais serviteur, le cas échéant, professionnel, chacun peut évaluer la polysémie , d’autres opérateurs oeuv-peut nuire au maître . La rhétorique, « genèse et le devenir de certains termes. rent à s’en assurer le monopole.ouvrière de persuasion » , exige une On pourrait ainsi distinguer au moins L’ouvrage du sociologue Laurentintendance dont on ne peut se conten- trois étapes pertinentes pour notre Mucchielli , travail unanimement invo-ter de dire qu’elle suivra : les muni- sujet : 1 – la fabrication unilatérale des qué dans une partie de la presse, à titretions requièrent ici une attention plus mots 2 – le monopole de la mise en de caution scientifique, lorsqu’il s’agitvigilante, car elles sont parfois usinées système des mots, 3 – le monopole de de réfléchir sur la criminalité, a béné-par l’adversaire politique. la commercialisation des systèmes de ficié d’un nombre proprement stupé-Quoique le langage para-verbal soit mots. Depuis 1540, le mot « commer- fiant d’occurrences dans ces médias.important , dans le débat politique ce » désigne entre autres acceptions les Dans ses interventions médiatiques,comme en toute chose, la maîtrise pré- « relations que l’on entretient dans la cet auteur référentiel argumente page 3 - L’action universitaire
  • 4. Suite de la page 1 notamment sur l’usage des mots « tour- ciales, nous équilibrons toujours les nante » , « blousons noirs », « apaches intervenants. Mais, parmi les syndicats Une politique d’orientation », comme d’autres argumentent sur l’u- étudiants, nous nous refusons à rece- critiquée sage des mots « sauvageon » et « voir lUNI, parce que ce nest pas un racaille » . vrai syndicat » . C’est que l’UNI consi-Un tiers des étudiants interrogés Chose curieuse : la première partie de dère, à tort ou à raison, que ne peuventsont mécontents de leur orienta- l’ouvrage de Laurent Mucchielli ne se réclamer du titre de syndiqués quetion. Quant au projet profession- semble pas porter directement sur la des travailleurs employés ounel, corolaire d’une bonne orienta- criminalité. Elle porte sur ceux qui, employeurs.tion, les étudiants sont peu nomb- peut-être frauduleusement, ont cherchéreux à en avoir un bien défini et à s’approprier le ministère de la parole Plus trivialement, certains s’appro-ce, aussi bien dans les filières lit- dans ce domaine . Arguments biogra- prient, sous couvert d’arbitrage, le pou-téraires (22% des étudiants de let- phiques à l’appui, minutieusement, voir de donner la parole : "Le mieux,tres ou sciences-humaines) que sans relâche, l’auteur formule des cest que [le président de séance] soitdans les filières professionalisantes manières d’objections dirimantes . Le une personne de lUNEF... Il est fonda-(11% des étudiants d’écoles et postulat semble être ici – sous réserve mental que cette personne sache sim-17% d’étudiants d’IUT). qu’il ait été bien compris - que seuls poser, quelle ait un sens politique de la des universitaires, préférablement des situation, quelle sache où elle veut arri-Ces chiffres sont sans appel, ils sociologues, sont habilités à tenir un ver à la fin de lAG […] » (2). Il s’agittémoignent du décalage important discours public sur la criminalité. Les de ne pas laisser galvauder le mot «qui existe entre les aspirations des autres ne seraient qu’usurpateurs. précarité », et surtout son usage.étudiants, les attentes des recru- Finalement, Laurent Mucchielli, dans la Charité bien ordonnée commence parteurs et le système universitaire première partie de son ouvrage, parle soi-même.français. donc bien de criminalité : l’usurpation L’autopsie de la genèse et du devenir consiste à se revendiquer d’un titre que des mots, vue sous cet angle, implique l’on ne possède pas. Même une ancien- un constat : avant même le temps duAgenda du bureau national ne commissaire des Renseignements débat d’idées, aucun camp politique ne17 mai Généraux, quoique titulaire d’un diplô- doit laisser le champ libre à son adver- me de l’E.N.S., paraît incriminée : rien saire naturel dans le choix des armes,Audition par la commission du n’exonèrerait du délit d’initié qui et donc, en matière de mots, du terraindébat “Université emploi”, présidé consiste à avoir travaillé dans les servi- .par le recteur Hetzel. ces policiers avant que de développer Il faut que, patiemment, méticuleuse- des idées sur la criminalité . ment et sans excès de pusillanimité, ni17 mai Au bout de la chaîne, dont les maillons abus de partialité, ceux qui croient enInauguration du portail étudiant semblent solidaires, d’autres vont s’as- leur bon droit en matière politique, se(http://www.etudiant.gouv.fr) en surer du monopole de la « commercia- forment non seulement à l’exercice deprésence de Gilles de Robien et lisation » des mots. Ainsi, telle journa- la parole publique, mais également à laFrançois Goulard liste radiophonique (1) revendiquera le stratégie des mots préalable à cet exer- droit de ne pas donner la parole à cice.24 mai l’UNI. Le seul argument invoqué claire-Rencontre avec Sophie de (1) Journaliste de la radio publique Le MOUV’ ment tient en un mot : « syndicat ».Menthon, présidente d’ETHIC cité dans Le Monde, « Les médias « jeunes » se Parce que l’UNI ne se revendique paspour lui présenter la campage mettent à l’écoute du mouvement anti-C.P.E. ». de ce mot, elle n’a aucun droit à la“Université Entreprises” lancée par parole publique sur les ondes de cette (2) Le Monde, « Le vade-mecum de l’U.N.E.F.l’UNI. journaliste : « Pour les émissions spé- pour le parfait mobilisateur étudiant ». l’Action Nom : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Prénom : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . universitaire LE JOURNAL DE L’UNION NATIONALE INTER-UNIVERSITAIRE Adresse : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Code Postal : . . . . . . . . . . Ville : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Tél. : . . . . . . . . . . 8, rue de Musset Profession : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Etablissement : . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75016 Paris ✆ 01.45.25.34.65 ❏ désire s’abonner à l’Action universitaire 38 euros (un an) fax : 01.45.25.51.33 ❏ désire souscrire un abonnement de soutien à partir de 230 euros : . . . . ❏ désire soutenir financièrement l’UNI et verse : ❏ 300 euros ❏ 500 euros ❏ 1.000 euros ❏ . . . . . . . euros Imprimé par nos soins ❏ déclare adhérer à l’UNI 35 euros (lycéens 5 euros, étudiants 10 euros, membre bienfaiteur 100 euros, cotisation de soutien à partir de 200 euros) CCP 30 075 33 Y Orléans La Source Date et signature : page 4 - L’action universitaire