...
                                                                                                                     	    ...
                                                                                                       	                  ...
                                                                                                        	                 ...
                                                                                            	                             ...
                                                                                                     	                    ...
                                                                                               	                          ...
                                                                                               	                          ...
                                                                                           	                              ...
                                                                                                       	                  ...
                                                                                           	                              ...
                                                                                           	                              ...
                                                                                                   	                      ...
                                                                                                     	                    ...
                                                                                                 	                        ...
                                                                                                  	                       ...
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Les problèmes posés par le transfert des technologies

11,319

Published on

Published in: News & Politics
0 Comments
1 Like
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

No Downloads
Views
Total Views
11,319
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
283
Comments
0
Likes
1
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Les problèmes posés par le transfert des technologies

  1. 1.     Plan  de  recherche  documentaire         Les   problèmes   posés   par   le   transfert  des  technologies   Mémoire  Final            Cours  d’Intelligence  Économique  Sous  la  responsabilité  de  Christian  HARBULOT     Nirvana  AMARSY                         Clarisse  BLANC                         Aïssa  BOYER                        Mastère  Spécialisé  Marketing  Management   PAR  LE  TRANSFERT  DES  TECHNOLOGIES   1   OLLIN                         LES  PROBLEMES  POSES   Guillaume  CJanvier  2012     Salomé  FURTOS                        
  2. 2.     Mémoire  Final        Table  des  matières     Résumé  .........................................................................................................................................................................  3   Summary  .....................................................................................................................................................................  4     Introduction  ...............................................................................................................................................................  5    A.  Cadrage  sur  le  transfert  des  technologie  ............................................................................................................  6   Historique  des  transferts  de  technologie  ......................................................................................................  6   Les  transferts  de  technologie  au  sens  large  .................................................................................................  7   Les   transferts   de   technologie   pour   répondre   aux   attentes   des   pays   en   voie   de   développement  .........................................................................................................................................................  8   Processus  d’internationalisation  et  limites  posées  par  les  transferts  de  technologie  ..............  9   Lorientation  géographique  du  transfert  de  technologie  ....................................................................  10   Les  différents  angles  stratégiques    et  enjeux  du  transfert  de  technologie  ..................................  10   Les  différents  secteurs  .......................................................................................................................................  12    B.  Les  méthodes  employées  par  différents  pays  pour  transférer  des  technologies   ...........................  13   Les  étapes  d’un  transfert  de  technologie  ...................................................................................................  13   Législation  sur  les  transferts  de  technologie  en  France  ......................................................................  14   Législation  sur  les  transferts  de  technologie  au  niveau  international  ..........................................  15   La  propriété  intellectuelle  et  sa  protection  ...............................................................................................  16   Propriété  intellectuelle  et  transferts  de  technologie  ............................................................................  17   Le  transfert  de  technologie  dans  un  cadre  de  coopération  ................................................................  19    C.  Cas  concrets  de  transferts  de  technologie  et  enjeux  ...................................................................................  20   1.  Les  méthaniers  et  la  Corée  du  Sud  :  Transfert  de  technologie  négatif   ...........................................  20   2.  Le  bassin  du  Biobío  :  Transfert  de  technologie  favorable  ...................................................................  23   3.  Le  patrimoine  culturel  français  en  Inde  :  Transfert  de  technologie  neutre   .................................  25   Conclusion  ...............................................................................................................................................................  28    Bibliographie  .....................................................................................................................................................................  29   Livres  .........................................................................................................................................................................  29   Articles,  Notes  de  Synthèses,  Publications  web  ......................................................................................  29   Interviews  :  réalisés  par  les  étudiants  en  novembre  2011  (cf.  annexes)  .....................................  29   Site  web  :  consultés  en  novembre  et  décembre  2011  ..........................................................................  29    Annexe  1  -­‐  Interview  1  :  Le  transfert  des  technologie  en  général  .............................................................  31  Annexe  2  -­‐  Interview  2  :  La  Chine  et  les  transferts  des  technologie  .........................................................  41  Annexe  3  -­‐  Interview  3  :  Les  méthaniers  et  la  Corée  du  Sud  ........................................................................  44  Annexe  4  -­‐  Interview  4  :  Le  patrimoine  culturel  français  et  l’Inde  ............................................................  50  Annexe  5  –  Communiqué  du  MAE  sur  le  Festival  «  Bonjour  India  »  .........................................................  55         LES  PROBLEMES  POSES  PAR  LE  TRANSFERT  DES  TECHNOLOGIES   2    
  3. 3.     Mémoire  Final      Résumé    Les   transferts   de   technologie,   qui   correspondent   à   un   système   d’échange   et   de   partage   de  technologie   entre   deux   entités,   existent   depuis   tout   temps.     En   effet,   l’Homme   n’a   de   cesse   de  chercher   des   innovations,   et   ce,   dans   une   multitude   de   domaines   différents   (électronique,  agriculture,  informatique,  aéronautique,  pharmacie,  etc.)  et  pour  toutes  les  applications.  Ces   échanges   de   technologie,   se   déroulant   habituellement   entre   deux   pays,   ont   souvent   pu  répondre  aux  besoins  des  pays  en  développement,  grâce  à  l’apport    de  connaissances,  de  savoir-­‐faire  et  de  techniques  leur  permettant  d’acquérir  des  compétences  en  la  matière  et  ainsi  devenir  compétitif.   Cependant,   des   limites   existent   :   le   partenaire   d’aujourd’hui   peut   devenir   à   long  terme  un  concurrent  potentiel  (ex  :  La  Chine).    Les   transferts   de   technologie   répondent   à   différents   enjeux   stratégiques,   économiques   et  politiques   étant   les   principaux.   En   effet,   d’un   point   de   vue   économique,   ces   transferts  permettent   d’intégrer   de   nouveaux   marchés   et   de   produire   à   moindre   coût   à   l’étranger  notamment.   D’un   point   de   vue   politique,   un   pays   peut   devenir   influant   au-­‐delà   de   ses   frontières  et  nouer  des  partenariats  forts  à  travers  le  transfert  de  son  expertise.  De  manière  générale,  ces  transferts   permettent   d’améliorer   la   compétitivité   industrielle.   Ils   représentent   donc   une  nécessité  économique  actuelle  dans  ce  contexte  de  mondialisation.    Pour  qu’un  transfert  de  technologie  se  fasse  dans  les  règles,  il  est  soumis  à  différentes  méthodes  selon  les  pays  qui  en  ont  recours.  En  effet,  pour  que  celui-­‐ci  ait  lieu,  il  est  nécessaire  de  détenir  une   activité,   un   savoir-­‐faire   ou   une   technologie   avancée,   pouvant   présenter   un   intérêt   pour   une  industrie   ou   un   pays.   Tout   ceci   passe   par   un   accord   de   coopération   industrielle   (licence   de  brevet   ou   de   savoir   -­‐faire,   franchise   industrielle,   coopération   technique,   assistance   technique,  sous-­‐traitance,   création   d’activités   communes)     qui   cadre   la   transaction,   après   que     les  différents  partenaires  aient  été  trouvés.  S’ensuit  alors  la  planification  de  la  stratégie  de  mise  en  action  et  la  mise  en  place  du  transfert  de  technologie  à  proprement  parler.  Les   transferts   sont   donc   cadrés   et   suivent   une   législation   internationale   et   européenne   bien  précise.   La   propriété   intellectuelle   (brevet,   marque,   secrets,   droit   d’auteur),   pierre   angulaire   du  transfert   de   technologie,   doit   être   protégée   pour   jouer   pleinement   son   rôle  :   donner   un  avantage   concurrentiel   à   son   ou   ses   créateurs   et   permettre   une   rémunération   pour   ceux  utilisant  ou  profitant  de  cet  avantage.  L’impact  et  les  effets  d’un  transfert  de  technologie  sont  rarement  perçus  de  façon  uniforme  par  les  différentes  parties  prenantes.  En  effet,  ils  peuvent  être  visibles  à  plus  ou  moins  long  terme,  ou   présenter   des   aspects   bénéfiques   sur   un   plan   (politique   par   exemple)   et   néfastes   sur   un  autre  (économique  par  exemple).  De  plus,  les  parties  prenantes  ne  tirent  pas  le  même  bénéfice  et  donc  le  même  bilan  d’un  transfert  de  technologie.  Ainsi,  pour  que  toutes  les  parties  prenantes  soient   gagnantes,   inscrire   ce   projet   dans   le   cadre   d’une   coopération   à   plus   long   terme   semble  être   une   solution   intéressante,   afin   de   mettre   en   place   des   alliances   stratégiques   indispensables  pour  le  maintien  d’un  avantage  compétitif.    Ce   présent   rapport   traite   trois   cas   concrets   de   transfert   de   technologie  :   tout   d’abord,   le   cas   des  méthaniers   et   la   Corée   du   Sud   qui   peut   être   considéré   comme   un   transfert   négatif.   Le   second  exemple   est   celui   de   la   gestion   de   l’eau   du   fleuve   Biobío   au   Chili   dans   les   années   90.   Celui-­‐ci   est  considéré  comme  positif.  Enfin,  le  transfert  de  patrimoine  culturel  en  Inde  correspondrait  à  un  transfert  de  technologie  neutre.       LES  PROBLEMES  POSES  PAR  LE  TRANSFERT  DES  TECHNOLOGIES   3    
  4. 4.     Mémoire  Final      Summary    Technology  transfers,  which  refer  to  an  exchange  and  a  shared  experience  between  two  entities,  have   been   going   on   forever.     The   human   being   is   constantly   seeking   for   innovations   within  several   fields   (e.g.   electronics,   agriculture,   information   technologies,   aeronautics,  pharmaceutical)  for  different  applications.  These   technology   transfers   usually   happen   between   two   countries.   In   most   of   the   cases,   their  aim   is   to   respond   to   the   developing   countries   needs.   A   transfer   can   bring   some   knowledge,  know-­‐how  or  technics  enabling  the  developing  countries  to  create,  or  enhance,  specific  skills  in  order  to  improve  their  competitiveness.  However,  some  limits  were  brought  up:  today’s  partner  is  likely  to  become  a  potential  competitor  in  the  future  (e.g.  China).        Technology   transfers   are   lead   by   a   strategy.   The   economical   and   political   strategies   are   the  major   ones.   According   to   the   literature,   economical   transfers   facilitate   the   transactions   with  new   markets   and   can   sometimes   lead   to   a   cheaper   production   abroad.   In   a   political   point   of  view,  a  country  will  increase  its  influence  beyond   its  boundaries  and  create  strong  partnerships  through   the   exchange   of   expertise.   Globally,   the   transfers   are   a   mean   to   maximise   the   industrial  competitiveness.   Therefore,   they   become   a   real   economical   need   within   a   context   of  internalisation.      For  a  technology  transfer  to  happen,  a  country  has  to  follow  some  rules.  These  differ  according  to   the   country   involved   in   the   transfer.   However,   it   is   compulsory   to   own   an   activity,   a   know-­‐how   or   an   advanced   technology,   that   could   attract   an   industry   sector   or   another   country.   The  exchange   is   ruled   by   an   industrial   cooperation   (e.g.   patent   licence,   franchise,   technical  cooperation,   outsourcing)   after   finding   the   partners   for   the   transfer.   Afterwards,   a   thorough  scheduling  of  the  strategy  is  put  together,  and  then  implemented.    Transfers  are  therefore  ruled.  Moreover,  they  follow  a  very  accurate  international  and  European  legislation.  Intellectual  property  (patents,  brands,  secrets,  copyrights),  which  is  very  much  part  of  the  whole  process  of  the  technology  transfers,  has  to  be  protected  in  order  to  fully  complete  its  aim:  give  a  competitive  advantage  to  its  founders  and  enable  them  to  be  paid  should  anyone  use  their  property.    The  effects  of  a  transfer  are  rarely  perceived  in  the  same  way  by  the  different  entities  involved.  It  has  been  noticed  that  the  effects  can  appear  in  the  near  or  further  future,  or  be  positive  in  a  certain   angle   (e.g.   political)   and   negative   in   another   (e.g.   economical).   In   addition,   the   entities  involved   are   not   impacted   at   the   same   level.   Thus,   in   order   to   create   a   win-­‐win   situation,   the  transfer  might  need  to  happen  within  a  cooperation  plan,  which  seems  to  be  a  more  beneficial  solution   that   creates   strategic   partnerships.   And   these   partnerships   are   essential   for  maintaining  a  competitive  advantage.      Finally,  this  paper  analyses  three  cases  of  technology  transfers:  first  of  all  the  cases  of  the  LNG  carriers   between   France   and   South   Korea   that   can   be   considered   as   a   negative   transfer.   Then  the   case   of   the   Biobio   river   in   Chile   in   the   90’s   that   can   be   qualified   as   positive.   The   last   case  treats  the  exchange  between  France  and  India  in  regards  to  the  cultural  capital.       LES  PROBLEMES  POSES  PAR  LE  TRANSFERT  DES  TECHNOLOGIES   4    
  5. 5.     Mémoire  Final      Introduction    Depuis   son   apparition,   l’Homme   n’a   de   cesse   de   chercher   des   innovations,   dans   tous   les  domaines   et   pour   toutes   les   applications.   Entre   le   moment   où   une   idée   germe   dans   l’esprit   d’un  homme   ou   d’un   groupe   d’hommes,   et   celui   où   cette   idée   est   susceptible   d’applications   dans   le  monde  entier,  il  y  a  forcément  une  diffusion  de  l’idée,  sa  mise  en  place  ainsi  que  le  savoir-­‐faire  associé.  Un  processus  clé  par  lequel  les  entreprises  et  les  nations  partagent  leur  savoir,  à  travers  le  monde,  mais  à  quel  prix  ?    Nous  en  sommes  donc  arrivés  à  la  problématique  suivante  :  Dans  un  contexte  international  sans  cesse   plus   compétitif   et   concurrentiel,   quels   sont   les   enjeux   stratégiques   des   transferts   de  technologie  ?  Dans   un   premier   temps,   nous   cadrerons   le   sujet   des   transferts   de   technologie,   en   abordant  l’historique   de   ces   pratiques,   l’aspect   international   avec   le   rôle   tout   particulier   que   jouent   les  pays  en  voie  de  développement  et  en  développant  les  différents  axes  économique,  politique  et  stratégique.Ensuite,   nous   détaillerons   les   différents   outils   mis   en   place   afin   de   réguler   ces   transferts   au  niveau  de  la  France  mais  aussi  dans  d’autres  pays,  à  travers  des  lois  ou  des  instances.  De  plus,  nous  aborderons  la  notion  fondamentale  de  propriété  intellectuelle  car  elle  est  souvent  la  pierre  angulaire   d’un   transfert   de   technologie.   Nous   verrons   aussi   en   quoi   la   coopération   peut  représenter  une  alternative  globale  regroupant  le  transfert  de  technologie.    Enfin,   nous   développerons   trois   exemples   de   transferts   de   technologie.   Nous   analyserons   ces  cas  et  en  tirerons  les  aspects  positifs  et  négatifs  dans  le  but  d’en  dresser  un  bilan.  Nous  avons  donc  choisi  le  cas  de  la  construction  des  méthaniers  entre  la  France  et  la  Corée  du  sud,  la  gestion  des  ressources  du  fleuve  Biobío  au  Chili  et  le  rayonnement  de  la  culture  française  en  Inde.       LES  PROBLEMES  POSES  PAR  LE  TRANSFERT  DES  TECHNOLOGIES   5    
  6. 6.     Mémoire  Final      A.  CADRAGE  SUR  LE  TRANSFERT  DES  TECHNOLOGIE  Historique  des  transferts  de  technologie    Les   transferts   de   technologie   correspondent   à   un   système   d’échange   et   de   partage   qui   existe  depuis   toujours   entre   deux   entités.   Nous   connaissons   un   certain   nombre   d’exemples   qui   en  témoignent    comme  la  découverte  de  l’Amérique,  la  conquête  du  Far  Ouest  ou  encore  l’exemple  de   la   route   de   la   soie,   ce   célèbre   réseau   de   routes   commerciales   datant   du   IIème   siècle   avant   JC,  situées   entre   l’Europe   et   l’Asie   où   transitaient   et   s’échangeaient   un   bon   nombre   de  marchandises  telles  que  la  soie,  mais  aussi  des  épices,  boussoles  ou  encore  poudres  à  canons.  Certes,  «  ce  ne  sont  pas  des  transferts  de  technologie  au  sens  moderne  du  terme,  mais  ce  sont  déjà  des  échanges  de  bons  procédés  du  fort  vers  le  faible  ».  (1)    Les   transferts   de   technologie   se   sont   beaucoup   développés   à   partir   de   la   fin   de   la   Seconde  Guerre  Mondiale,  plus  précisément  au  moment  du  plan  Marshall,  qui  avait  été  mis  en  place  par  les  Américains,  pour  aider  l’Europe  à  se  rétablir  suite  à  la  tragédie  de  la  guerre,  en  échange  de  l’ouverture  du  marché  européen  à  leurs  produits.  À   cette   époque,   les   Allemands   étaient   relativement   avancés,   dans   les   domaines   de  l’aéronautique  et  de    l’espace,  par  rapport  aux  Occidentaux.  La  France  en  a  été  d’ailleurs  un  des  premiers  bénéficiaires.  À  la  suite  de  la  guerre,  les  pays  européens  décidèrent  de  freiner  «  la  suprématie  technologique  de   l’Allemagne  »   en   lui   interdisant   de   fabriquer   des   «  produits   complets  »,   cest-­‐à-­‐dire   déjà  assemblés.  Suite  à  cela,  les  Allemands  se  sont  orientés  vers  l’industrie  des  machines-­‐outils.  Il   y   a   donc   eu   une   époque   où   les   transferts   de   technologie   se   faisaient   de   l’Allemagne   vers  l’Occident.   C’est   ainsi   que   le   célèbre   savant   allemand   Wernher   Von   Braun,   à   titre   d’exemple,   a  intégré   la   NASA   aux   Etats-­‐Unis   à   la   fin   de   la   Seconde   Guerre   Mondiale,   et   y   a   développé   la   fusée  Saturn   5.   Cette   dernière   était   la   fusée   des   missions   Apollo,   qui   a   permis   à   Neil   Armstrong   de  poser   le   pied   sur   la   Lune   en   1969.   De   la   même   façon,   nous   pouvons   citer   dans   le   domaine   de  l’aéronautique,   l’exemple   du   Mirage   III   de   Dassault,   qui   avait   un   moteur   dérivé   d’un   moteur  allemand  en  1941.    Cependant,  en  raison  d’événements  historiques,  un  pays  peut  parfois  être  privé  de  coopérations  et   de   transferts   de   technologie.   Ce   fut   par   exemple   le   cas   du   bloc   soviétique   à   l’époque   de   la  Guerre   Froide.   En   effet,   à   cette   même   époque,   le   bloc   soviétique   est   séparé   des   autres   états  européens   occidentaux   par   le   rideau   de   fer.   Ce   dernier   va   donc   développer   des   techniques  modernes  par  ses  propres  moyens.   Ceci  a  engendré  la  naissance  de  deux  filières  technologiques  en  Europe  :  une  filière  Occidentale  et  une  filière  Soviétique.    Les   exemples   cités   ci-­‐dessus   mettent   en   évidence   le   caractère   intemporel   des   transferts   de  technologie.    Dès   les   années   70,   une   émergence   des   nouveaux   pays   industrialisés   (NPI)   est   observée.  Plusieurs  régions  étaient  qualifiées  de  NPI  :   • du   coté   asiatique  :   les   quatre   «  Dragons   d’Asie  »  :   Hong   Kong,   la   Corée   du   Sud,   Singapour,  Taiwan     • et  du  coté  Amérique  Latine  :  le  Brésil  et  le  Mexique.    Dans   les   années   80,   émane   une   nouvelle   vague   de   NPI   avec   cette   fois-­‐ci   les   «  Tigres   d’Asie  »   à  savoir   la   Thaïlande,   la   Malaisie,   l’Indonésie,   les   Philippines   et   le   Vietnam.   Grâce   à   une   qualité   de  main  d’œuvre  appréciable  et  peu  chère,  ces  pays  ont  longtemps  été  utilisés  comme  «  bases  de  sous-­‐traitance   par   les   grandes   firmes  ».   En   raison   d’investissements   croissants   des  multinationales,   des   transferts   de   technologie   ont     apparus   petit   à   petit   avec   ces   nouveaux   pays  industrialisés.     LES  PROBLEMES  POSES  PAR  LE  TRANSFERT  DES  TECHNOLOGIES   6    
  7. 7.     Mémoire  Final      En   revanche,   se   posent   les   questions   suivantes  :   en   quoi   consiste   exactement   un   transfert   de  technologie  ?  Qu’apportent  –  ils  réellement  aux  parties  prenantes  ?    Les  transferts  de  technologie  au  sens  large    Les   transferts   de   technologie   portent   aujourd’hui   sur   différentes   économies,   à   savoir  «  l’économie  du  développement,  l’économie  industrielle  et  l’économie  internationale  ».(2)    Nous   identifions   deux   types   de   transferts   de   technologie  :   le   transfert   de   technologie  académique,   qui   se   définie   comme   étant   «  le   transfert   formel   à   l’industrie   de   découvertes  résultant  de  la  recherche  universitaire  ou  privée  dans  le  but  de  les  commercialiser  sous  la  forme  de  nouveaux  produits  et/ou  services  »(3)  et  le  transfert  de  technologie  commerciale,  sur  lequel  nous   allons   nous   concentrer   dans   nos   différents   exemples.   Les   technologies   transférées  concernent   une   multitude   de   domaines   tels   que   l’aéronautique,   l’agriculture,   l’électronique,  l’informatique,  et  bien  d’autres  encore.    Un   transfert   de   technologie   peut   avoir   lieu   entre   différents   pays,   de   même   niveau   de  développement  ou  non.  De  plus,  les  entreprises  ont  aussi  recours  aux  transferts  de  technologies,  entre   deux   entreprises   de   même   taille   ou   non,   appartenant   à   un   même   pays   ou   non,   d’un   même  groupe  ou  entre  ses  filiales.      Le   transfert   international   de   technologie   a   longtemps   été   assimilé   à   «  une   diffusion  épidémiologique  »   de   techniques.   Il   représentait   donc   «  un   problème   d’affectation   des  ressources,   représenté   par   un   choix   de   techniques,   par   leur   assimilation,   sous   contraintes  budgétaires  ».  (2)    Il   faisait   vraiment   référence   à   un   échange   de   type   commercial,   encadré   pas   des   brevets,  licences,  etc.      En   raison   de   divers   cas   de   transfert   de   technologie   voués   à   l’échec,   un   problème   se   posa  :   il  n’était   plus   légitime   de   simplement   diffuser   des   techniques   dans   le   monde   entier,   comme   c’était  le  cas  auparavant.  Il  fallait  désormais  y  ajouter  un  aspect  créatif  apporté  par  le  pays  receveur,  une  certaine  plu  value  qui  ferait  en  sorte  que  le  pays  receveur  possède  une  technologie  qui  se  différencie  des  autres.  De  plus,  à  partir  de  l’année  1965,  les  systèmes  de  production  à  l’échelle  mondiale  se  sont  réorientés.  Il  devient  donc  nécessaire  de  se  différencier  et  se  spécialiser  pour  pouvoir  être  compétitif  et  faire  face  à  une  concurrence  accrue.      L’enjeu   des   transferts   de   technologie   consiste   donc   à   associer   et   combiner   les   techniques   du  pays  receveur  à  celles  du  pays  étranger  afin  de  mettre  en  avant  un  produit  différent  de  ce  qui  existe  déjà.  Le  pays  receveur  sera  donc  compétitif.  Aujourd’hui   «     le   transfert   de   technologie   ne   consiste   plus   à   l’assimilation   d’une   technologie  extérieure   par   l’imitation,   mais   il   doit   déboucher   sur   la   constitution   d’une   nouvelle   base  technologique  et  de  nouvelles  capacités  ».  (2)    Ainsi,   l’aspect   créatif   additionné   à   la   diffusion   même   de   la   technologie,   représentent   un   élément  clé  du  transfert  international  de  technologie.  Voyons   maintenant   de   plus   près   comment   les   transferts   de   technologie   répondent   aux  problèmes  des  pays  en  développement.             LES  PROBLEMES  POSES  PAR  LE  TRANSFERT  DES  TECHNOLOGIES   7    
  8. 8.     Mémoire  Final      Les  transferts  de  technologie  pour  répondre  aux  attentes  des  pays  en  voie  de  développement    Les   pays   en   voie   de   développement   sont   également   «  confrontés   à   une   concurrence  internationale  basée  sur  la  compétitivité  et  sur  une  différenciation  des  capacités  ».  (2)    En   quelques   années,   ces   NPI   ont   rattrapés   en   partie   leurs   écarts   économiques   par   rapport   à   des  pays  plus  développés.  «     Les  théories  traditionnelles  du  commerce  international  montrent  que  l’ouverture  est  pour  un  pays  une  source  de  gains  par  rapport  à  l’état  d’autarcie  dans  la  mesure  où  ce  pays  se  spécialise  selon  ses  avantages  comparatifs  ».(4)  Dans  un  contexte  de  mondialisation,  pour  les  pays  en  voie  de  développement,    une  spécialisation  appropriée  peut  être  un  réel  levier  au  développement  et  à  la  croissance  économique  du  pays.  Cette   phase   de   spécialisation   d’un   pays   évolue   avec   la   division   internationale   des   processus  productifs  (DIPP).    «  La  participation  à  la  DIPP  permet  aux  pays  en  développement  d’améliorer  le   niveau   technologique   de   leurs   exportations  et   ainsi   se   positionner   sur   des   secteurs   ou   la  demande  internationale  est  forte  et  les  gains  potentiels  de  productivité  importants  ».  (4)  Comme  nous  l’avons  vu  précédemment,  le  principal  enjeu  des  transferts  de  technologie  est  de  combiner  les  connaissances  propres  du  pays  à  celles  du  pays  étranger  afin  de  rendre  ce  même  pays  compétitif  face  à  une  concurrence  accrue.  Les  transferts  de  technologie  représentent  donc  une  réelle  opportunité    d’optimisation  de  la  croissance  d’un  pays  en  voie  de  développement.    Ces  derniers  peuvent  s’opérer  de  trois  manières  différentes  :     • à   travers   le   transfert   de   matériel   d’un   pays   à   un   autre   accompagné   d’une   certaine   expertise,     • à  travers    les  investissements  d’entreprises  étrangères  dans  le  nouveau  pays  d’accueil   avec  l’implantation  de  modes  de  production  plus  modernes,     • à  travers  les  achats  de  brevets  ou  de  licences  (Annexe  2).  Ces   dernières   décennies,   une   réorganisation   progressive   de   la   production   à   l’échelle   mondiale  peut  être  observée,  beaucoup  de  filiales  de  multinationales  se  sont  donc  installées  dans  des  pays  en  voie  de  développement.    Prenons  le  cas  de  la  Chine,  à  partir  de  l’année  1978,  date  à  laquelle  la  Chine  ouvre  son  commerce  au   reste   du   monde,   elle   se   repose   sur   des   Investissements   Directs   à   l’Etranger   (IDE)   dans   le   but  d’améliorer   sa   croissance.   C’est   ainsi   que   la   Chine   a   grandi   et   a   pu   acquérir   des   capacités   de  production   moderne.   L’importation   de   matériels   se   faisait   soit   par   les   entreprises   chinoises  directement,  soit  par  des  entreprises  étrangères.    Au  cours  des  dix  dernières  années,  l’industrie  des  biens   électroniques  fut  une  des  industries  qui  a  connu  la  plus  forte  croissance  en  Chine.  Cette  réussite  est  en  partie  due  aux  investissements  étrangers   dans   le   pays.   En   effet,   80   %   des   exportations   chinoises   de   biens   électroniques   sont  réalisées   via   des   filiales   étrangères.   Malgré   une   bonne   implantation   de   cette   industrie   dans   le  pays,  la  Chine  reste  le  pays  assembleur  des  différentes  marchandises  exportés.  En  effet,  elle  va  importer  différents  composants  de  haute  technologie  des  pays  avancés  d’Asie  tels  que  Taiwan,  ou  encore  le  Japon,  et  va  les  assembler  dans  ses  nombreuses  usines  d’assemblage.  La  plus-­‐value  qu’apporte  la  Chine  sur  un  produit  est  donc  très  faible,  de  l’ordre  de  5  à  10  %.  (5)  Tout   cela   confirme   l’hypothèse   émise   précédemment  :   les   transferts   de   technologie  représentent   un   réel   atout   au   développement   pour   un   pays   en   voie   de   développement.   En  revanche,  nous  verrons  plus  tard  que  ceci  est  à  relativiser.             LES  PROBLEMES  POSES  PAR  LE  TRANSFERT  DES  TECHNOLOGIES   8    
  9. 9.     Mémoire  Final      Processus  d’internationalisation  et  limites  posées  par  les  transferts  de  technologieMalgré  le  fait  que  les  transferts  de  technologie  participent  à  la  croissance  d’un  bon  nombre  de  pays  en  voie  de  développement,  ces  derniers  rencontrent  aussi  des  limites.    En   effet,   il   arrive   parfois   que   des   entreprises   locales   n’arrivent   pas   à   suivre   l’innovation   des  entreprises   étrangères,   et   cela   crée   une   certaine   éviction.   Cependant,   de   manière   générale,              «     Tout   le   monde   reconnait   aujourd’hui   que   les   transferts   de   technologie   se   heurtent   à   des  obstacles,   posent   des   problèmes,   qu’ils   ne   sont   pas   automatiques,   qu’ils   sont   aléatoires,   qu’ils  sont  onéreux  ».  (6)  Les   transferts   de   technologie,   répondant   à   un   marché,   sont   souvent   contrôlés   par   les   grandes  firmes  multinationales,  et  non  par    «  des  inventeurs  individuels  ».    Bien   que   la   firme   multinationale   ait   un   impact   positif   pour   la   croissance   du   pays   en  développement  grâce  à  sa  communication  internationale,  son  savoir-­‐faire  et  ses  ressources,  une  petite  partie  seulement  de  ses  apports  n’est  réellement  diffusée  dans  ce  même  pays.    Face  à  cela,  dans  le  cas  de  la  Chine,  le  gouvernement  chinois  a  décidé  de  changer  de  stratégie  en  raison   de   la   forte   croissance   des   entreprises   locales.   Il   encourage   donc   les   leaders   locaux   des  différents  domaines  stratégiques  à  se  développer  davantage  et  va  même  les  inciter  à  investir  à  l’étranger.   C’est   le   cas   par   exemple   de   Lenovo,   une   entreprise   chinoise   fabriquant   des  ordinateurs,   qui   a   récemment   racheté   une   part   d’IBM,   ou   encore  de   l’Aviation   Industry   Corp.   Of  China   (AICC)   qui   s’est   associée   à   50%   avec   le   groupe   américain   General   Electric   pour   la  production   d’équipements   électronique   et   électrique.   Cet   accord   a   pour   but   de   concurrencer  Boeing   et   Airbus   sur   le   marché   de   l’aviation   civile.   A   travers   cet   exemple,   nous   nous   rendons  compte   de   la   volonté   d’internalisation   de   la   Chine.   Notons   cependant   que   dans   ce   cas   précis,  l’entreprise   américaine   a   dû   faire   une   concession   qu’elle   n’aurait   certainement   pas   faite  quelques   années   auparavant.   En   effet,   l’entreprise   chinoise   imposait   à   General   Electric  d’intégrer  toutes  ses  activités  sur  l’avionique  civile  existante  et  à  venir.  Cela  illustre  la  «  pression  qu’exercent  les  entreprises  chinoises  sur  ses  partenaires  étrangers  ».  (6)    Ces   stratégies   de   transfert   de   technologie   ne   sont   pas   sans   risque   pour   les   entreprises  étrangères.  En  effet,  le  pays  qui  bénéficie  des  nouvelles  technologies  peut  clairement  devenir  un  concurrent   potentiel.   Ce   qui   peut   clairement   être   observé   en   Chine.   «  Le   marché   chinois   est  devenu  si  important  pour  les  multinationales  que  Pékin  peut  négocier  en  position  de  force  ».  (6)  «  Les   accords   qui   restreignent   la   concurrence   sont   interdits   par   les   règles   de   concurrence   de  l’Union  Européenne  ».  (7)  Un  transfert  de  technologie  peut  générer  une  situation  de  concurrence.  Il  s’agit  donc  d’un  risque  non  négligeable  pour  les  acteurs.         LES  PROBLEMES  POSES  PAR  LE  TRANSFERT  DES  TECHNOLOGIES   9    
  10. 10.     Mémoire  Final      Lorientation  géographique  du  transfert  de  technologie  La   figure   1   permet   d’illustrer   les   orientations   géographiques   des   transferts   de   technologie  aujourd’hui  :       Europe Amérique     du  Nord     Asie           Afrique   Amérique   Latine  Légende   Transfert  Primaire  :  industriels  et  expertise   Transfert  Secondaire  :  industriels  et  expertise     Coopération   Figure  1  :  Orientation  et  type  de  transfert  de  technologie  aujourd’hui    Il  est  important  de  noter  que  le  transfert  primaire  entre  les  USA  et  l’Asie  se  fait  directement  vers  le  Japon  et  Taïwan  mais  également  vers  lASEAN, cest-à-dire lAsie du Sud Est sauf la Chine.Les  différents  angles  stratégiques    et  enjeux  du  transfert  de  technologie     Les   enjeux   et   stratégies   liées   aux   transferts   de   technologie   sont   multiples.   Il   existe  évidemment   des   objectifs   économiques   et   politiques   mais   également   un   intérêt   à   améliorer   la  compétitivité  industrielle.     • L’axe  économique  :  L’un   des   principaux   axes   stratégiques   est   sans   conteste   l’économie.   Les   transferts   de  technologie  vers  les  pays  en  voie  de  développement,  permettent  directement  ou  indirectement  de   produire   à   moindre   coût   dans   ces   pays   où   la   main   d’œuvre   est   meilleur   marché   qu’en  Occident.   Par   exemple,   toute   la   fabrication   des   composants   électroniques   des   téléphones  portables   ou   des   ordinateurs   est   assurée   par   le   Japon,   Taïwan,   la   Corée   du   Sud.   Au   départ,   il   LES  PROBLEMES  POSES  PAR  LE  TRANSFERT  DES  TECHNOLOGIES   10    
  11. 11.     Mémoire  Final      s’agissait  d’externaliser  des  fabrications  américaines  en  Asie  du  Sud  Est  pour  une  politique  de  réduction  des  prix  de  revient,  la  solution  était  donc  un  transfert  de  technologie.  Aujourd’hui,  ces  pays   ont   acquis   un   tel   savoir-­‐faire   que   le   développement   de   nouvelles   technologies   de  composants  est  également  devenu  leur  spécialité.  Dans  la  mesure  où  une  relation  de  confiance  s’était  établie  avec  ces  pays,  les  Etats-­‐Unis  et  l’Europe  n’ont  pas  eu  la  tentation  de  contrôler  les  activités  de  recherche,  de  conception  et  de  fabrication  dans  ce  domaine  hautement  stratégique.  Par   conséquent,   le   Japon,   Taïwan   et   la   Corée   du   Sud   sont   aujourd’hui   fournisseurs   «  single  source  »,  excepté  pour  les  besoins  militaires.  Il  en  est  de  même  dans  le  domaine  des  matériaux  composites,  où  le  Japon  est  fabricant  exclusif  des  fibres  et  imprégnés  servant  à  la  fabrication  des  céramiques  carbone  utilisées  dans  l’aéronautique  en  remplacement  des  alliages  d’aluminium.  (1)       • L’axe  politique  :  Pour  illustrer  cet  axe,  nous  pouvons  prendre  l’exemple  du  transfert  de  culture  France/Inde,    qui  sera   développé   dans   la   dernière   partie,   notamment   avec   des   échanges   de   livres,   de  connaissances,  etc.  L’enjeu  politique  dans  ce  transfert  n’est  pas  négligeable,  il  permet  en  effet  à  la  France  d’avoir  une  certaine  influence  au-­‐delà  de  ses  frontières.  Dans  ce  cas,  la  France  mise  sur  le   transfert   de   son   expertise   mais   aussi   sur   la   coopération.   La   question   qui   se   pose   est  :  comment  influencer  et  être  présent  au  niveau  international  afin  d’avoir  un  poids  politique  plus  important  ?  Ces  échanges  diplomatiques,  participent  à  une  certaine  vision  positive  de  la  France  vis-­‐à-­‐vis  des  partenaires  étrangers,  nous  assurant  ainsi  une  position  stratégique  sur  l’échiquier  mondial.   Autre   exemple   de   transfert   d’expertise   France/Corée   du   Sud,   lorsque   le   musée  Samsung   à   Séoul   demande   à   la   France   son   expertise   pour   un   accompagnement   pour   toute   la  phase   de   sa   conception.   Aujourd’hui,   à   chaque   visite   officielle   dans   ce   musée,  la   France   rayonne  au-­‐delà   de   ses   frontières   de   part   cette   démonstration   de   son   savoir-­‐faire.   Ces   transferts  d’expertise  permettent  également  le  renforcement  des  droits  de  propriété  intellectuelle.  Il  faut  cependant  noter,  que  ces  échanges  s’inscrivent  dans  un  environnement  où  la  culture  américaine  est  omniprésente,  mais  où  l’Allemagne  et  l’Espagne  tentent  aussi  activement  de  faire  rayonner  leurs  cultures.     • Amélioration  de  la  compétitivité  industrielle  :  La   compétitivité   industrielle   se   situe   à   plusieurs   niveaux.   Nous   distinguons   tout   d’abord   la  délocalisation   de   la   production   dans   des   pays   à   meilleur   rapport   coût/productivité.   Afin   d’avoir  laccès   à   des   sources   dapprovisionnement   compétitives   ou   spécifiques   et   d’obtenir   des  compétences   techniques   spécifiques,   beaucoup   d’entreprises   ont   délocalisé   leur   production.  Nous   distinguons   ensuite,   le   niveau   commercial,   à   savoir,   une   volonté   dacquérir   rapidement   un  impact   commercial   international   sur   des   marchés   étrangers   difficiles   à   atteindre   par   des  exportations   directes   en   raison   des   coûts.   Les   raisons   sous-­‐jacentes   des   transferts   de  technologie  peuvent  donc  être  :  fabriquer  à  moindre  cout  ou  encore  atteindre  certains  pays.  En  d’autres  termes,  cet  axe  rejoint  sur  certains  points  l’axe  économique.    De   plus,   au   vu   des   tendances   actuelles,   nous   pouvons   émettre   l’hypothèse   que   le   déséquilibre  entre  pays  développés  et  pays  en  voie  de  développement  ne  durera  pas  indéfiniment,  il  est  donc  important  d’aider  ces  pays  à  se  développer  notamment  grâce  aux  transferts  de  technologie.  Le  système  mondial  a  intérêt  à  être  global,  par  exemple  pendant  la  guerre  froide  où  les  frontières  étaient  fermées,  le  système  n’a  pas  tenu.  Toutefois,  l’une  des  contreparties  à  produire  à  moindre  coûts  est  que  la  délocalisation  aboutit  bien  souvent   à  une  concurrence  avec  le  pays  «  d’accueil  »,  car  celui  devient  assez  vite  expert  dans  le  domaine  concerné.  (1)    Cet  aspect  sera  développé  plus  tard.    Les  enjeux  et  les  stratégies  des  transferts  de  technologie  sont  donc  multiples  et  complexes.  Les  pays  qui  reçoivent  le  transfert  se  développent  et  acquièrent  des  savoir-­‐faire.  D’un  autre  côté,  les  pays  transférants  y  trouvent  de  nombreux  bénéfices  à  ces  pratiques.  Finalement  chaque  partie  trouve  un  intérêt  et  peut  ressortir  gagnante  de  ces  transferts.     LES  PROBLEMES  POSES  PAR  LE  TRANSFERT  DES  TECHNOLOGIES   11    
  12. 12.     Mémoire  Final      Toutefois,   les   transferts   de   technologie   ne   sont   pas   l’apanage   des   technologies   de   pointe,   ils  peuvent  être  appliqués  à  de  nombreux  secteurs.    Les  différents  secteurs    Il  est  important  de  rappeler  que  ce  type  de  relation  existe  depuis  bien  longtemps  (Route  de  la  soie,  découverte  de  l’Amérique,  conquête  du  Far  West…).  On  comprend  donc  que  l’on  retrouve  les  transferts  de  technologie  dans  de  nombreux  domaines,  de  la  défense  à  la  culture  en  passant  par  la  pharmacie,  les  hautes  technologies  et  la  chimie.      En   ce   qui   concerne   l’armement,   il   existe   de   nombreux   transferts   de   hautes   technologies,   cela  peut   concerner   les   matériaux   comme   l’électronique.   Derrière   ces   transferts,   se   pose   aussi   la  question   du  secret  industriel.   Tout   ce  qui   englobe   une  technologie  est-­‐il   aussi   transféré  ?   Non,  les   entreprises   peuvent   et   veulent   protéger   certaines   choses.   Voici   quelques   exemples   de   ces  différents  transferts.    Dans  l’aéronautique  et  le  militaire,  les  technologies  sont  assez  importantes  et  les  transferts  sont  courants.   Eurocopter   a   partagé   la   technologie   de   ses   hélicoptères   «  écureuil  »,  modèles  légers  et  polyvalents  fabriqué  en  France  dans  les  années  7O,  avec  le  Brésil.  Conséquence  de  ce  partage,  le  Brésil   fabrique   aujourd’hui,   en   exclusivité,   les   câblages   de   cet   hélicoptère.   Dans   ce   cas,   le  transfert  est  basé  sur  la  formation  de  personnel  :  la  France  a  transféré  son  savoir-­‐faire  au  Brésil,  qui   est   désormais   capable   de   fabriquer   ses   propres   pièces.   Ce   transfert   a   permis   au   Brésil   de  développer  son  industrie  aéronautique.  De  ce  fait,  il  est  fort  probable  que  le  Brésil  devienne,  à  long  terme,  un  concurrent  de  la  France.  D’autre  part,  cette  entreprise  brésilienne  est  détenue  à  70%   par   Eurocopter   donc   les   contrats   bénéficieront   aussi   à   cette   entreprise   française.   Il   faut  peut   être   donc   modérer   nos   conclusions,   les   conséquences   ne   sont   jamais   entièrement  bénéfiques  ou  entièrement  néfastes.    L’industrie  pharmaceutique  commercialise  des  médicaments,  des  composants  d’un  médicament  ou   encore   des   technologies   pharmacologiques.   L’accès   au   médicament   est   une   question  d’actualité   et   le   transfert   est   important   pour   aider   les   pays   en   voie   de   développement   à   se  perfectionner   dans   ce   domaine.   Sans   oublier   que   l’industrie   pharmaceutique   a   un   enjeu  économique   majeur.   Cette   industrie   représente   en   effet   en   France   50   milliards   de   chiffre  d’affaires  en  2001  (source  :  Leem).  Les  transferts  pharmaceutiques  sont  donc  décisifs  d’un  point  de   vue   financier   et   sanitaire   pour   les   firmes   pharmaceutiques   ainsi   que   pour   les   pays   les  accueillant.  En  guise  d’exemple,  nous  pouvons  évoquer  un  transfert  de  la  France  vers  le  Brésil.  Il  s’agit     d’un   transfert   d’une   maison   mère,   l’entreprise   Rhône-­‐Poulenc   à   une   de   ses   filiales   afin  que   celle-­‐ci   puisse   produire   ses   propres   matières   premières   (Acide   Salicylique   et   l’Acide  Acétylsalicylique)  afin  d’être  davantage  indépendante.      En   ce   qui   concerne   le   transfert   culturel,   l’exemple   de   L’Inde   sera   développé   plus   loin.   Nous  avons  vu  que  dans  ce  domaine,  les  enjeux  sont  principalement  d’ordre  politique.    Il  s’agit  maintenant  de  voir  les  différentes  étapes  qui  constituent  un  transfert  de  technologie.       LES  PROBLEMES  POSES  PAR  LE  TRANSFERT  DES  TECHNOLOGIES   12    
  13. 13.     Mémoire  Final      B.   LES   METHODES   EMPLOYEES   PAR   DIFFERENTS   PAYS   POUR   TRANSFERER  DES  TECHNOLOGIES    Les  étapes  d’un  transfert  de  technologie  Les   mécanismes   relatifs   au   transfert   de   technologie   visent   à   faciliter   la   promotion   d’activités  financières,  institutionnelles  et  méthodologiques.    Pour   qu’un   transfert   de   technologie   ait   lieu,   il   est   nécessaire   de   détenir   une   activité   ou   une  technologie   avancée   qui   représente   quelque   enjeu   qu’il   soit.   Il   faut   évaluer   les   risques   encourus  et   comparer   les   bénéfices   aux   risques.   Il   est   également   possible   de   comprendre   dans   quelles  mesures  se  protéger  contre  d’éventuels  désagréments.      D’autre  part,  il  est  important  d’étudier  certains  critères  assurant  le  succès  du  projet,  c’est-­‐à-­‐dire  l’exactitude,  la  reproductibilité,  la  répétabilité  et  l’erreur  de  justesse.      Par   ailleurs,   n’oublions   pas   que   la   recherche   du   partenaire   est   essentielle  :   une   analyse  financière,  économique  et  enfin  technique  est  incontournable.  Il  est  en  effet  primordial  de  savoir  si   le   pays   recevant   le   transfert   est   capable   d’assurer   techniquement   le   maintien   de   cette  technologie.  Ceux  sont  des  conditions  sine  qua  non  pour  un  bon  transfert.  Un  exemple  donné  par  Michel   VEDRENNE   (Annexe   1),   lorsque   Dassault     a   vendu   60   Mirages   2000   aux   Taïwanais     en  1992,   ils   se   sont   posé   la   question   du   maintien   en   état   de   leurs   avions.   Dassault   s’est   aperçu,   que  Taiwan  manquait  cruellement  de  techniciens  sachant  ce  qu’était  un  avion  et  sachant  le  réparer  sans  l’abimer.  Transférer  un  savoir  ou  une  technologie  à  un  pays  qui  ne  peut  pas  l’exploiter  peut  être  inutile.  La  capacité  d’utilisation  d’un  transfert  est  donc  l’un  des  critères  indispensables  à  un  bon  transfert  de  technologie.    Une  fois  les  partenaires  trouvés,  il  est  important  de  communiquer  avec  eux  afin  d’évaluer  leur  demande,  leurs  compétences,  ainsi  que  leurs  attentes.    Ensuite,   un   accord   de   coopération   industrielle   doit   être   établi.   Cet   accord   sert   de   cadre   au  transfert.  Ces  derniers  peuvent  être  regroupés  en  6  catégories  :     • la   Licence  de  brevet  ou  de  savoir-­‐faire   est   un   contrat   dans   lequel   le   détenteur   d’un   brevet   ou   d’un   savoir-­‐faire   confère   certains   droits   d’exploitation   pendant   une   période   contre   une  rémunération.     • La   Franchise   industrielle  est   un   accord   où   le   franchisé   reçoit   une   communication   du   savoir-­‐faire,   afin   de   fabriquer   un   produit   qu’il   distribuera   ensuite   sous   la   marque   du   franchiseur.   • La  Coopération  technique  qui  est  l’un  des  accords  les  plus  utilisés.    On  trouve  plusieurs   types   de   coopérations  :   Les   programmes   de   R&D   qui   regroupent   les   laboratoires   universitaires   ou   publics   ainsi   que   les   entreprises   industrielles.   Et   les   programmes   dindustrialisation  qui  sont  des  accords  technologiques  clients/fournisseurs,  des  Prestations   de  services     • En   ce   qui   concerne   l’Assistance   technique,   une   partie   s’engage   à   fournir   l’assistance   nécessaire   au   bon   fonctionnement   de   la   technologie.   Cet   accord   est   très   important,   pour   le   pays   recevant   la   technologie   mais   elle   est   aussi     très   intéressante   pour   celui   qui   transfert  ;   en   effet,   cela   procure   du   travail   à   long   terme.   Ce   n’est   donc   pas   forcément   désintéressé  mais  absolument  indispensable  dans  la  plupart  des  cas.     LES  PROBLEMES  POSES  PAR  LE  TRANSFERT  DES  TECHNOLOGIES   13    
  14. 14.     Mémoire  Final       • La   sous-­‐traitance   est  un  contrat  par  lequel  une  entreprise  confie  à  une  autre  entreprise   la  fabrication  dune  pièce  dont  il  a  défini  toutes  les  spécifications.     • Enfin,  il  existe  une  création  dactivités  communes  qui  implique  la  création  dune  structure   permanente,  avec  la  mise  en  commun  de  moyens  financiers,  techniques  et  humains.        Après   ces   différents   accords,  il  y  a  la  planification  de  la  stratégie  de  mise  en  action.   Puis   la   mise  en  place  du  transfert  de  technologie.      Enfin,  une  évaluation  à  long  terme  répondant  aux  questions:  Le  transfert  a-­‐t-­‐il  réussi  ?  Le  pays  ayant  reçu  le  transfert  arrive-­‐t-­‐il  à  gérer  la  technologie  ou  le  savoir-­‐faire  ?  Que  nous  a  apporté  ce  transfert  de  technologie  ?    Cette  évaluation  à  long  terme  est  importante  pour  comprendre  les  effets  des  transferts,  cela  afin  s’améliorer  éventuellement  dans  ces  domaines.       Figure  2  :  Schéma  bilan  des  différentes  étapes  d’un  transfert  de  technologie    Législation  sur  les  transferts  de  technologie  en  France      Il   semble   exister   un   flou   législatif   en   ce   qui   concerne   les   transferts   de   technologie,   il   est   en   effet  assez   difficile   de   trouver   des   informations   à   ce   sujet.   Néanmoins,   en   France,   dans   le   domaine   LES  PROBLEMES  POSES  PAR  LE  TRANSFERT  DES  TECHNOLOGIES   14    
  15. 15.     Mémoire  Final      militaire,   il   existe   une   commission   chargée   de   contrôler   les   exportations   de   matériels   de   guerre  ou   matériels   assimilés.   Il   s’agit   de   la   Commission   Interministérielle   pour   lExportation   des  Matériels   de   Guerre   ou   CIEEMG  :   elle  comprend    le  1er  Ministre,  les  Ministres  de  la  Défense,  des  affaires   Etrangères   et   des   Finances,   et   est   présidée   par   le   Secrétariat   général   de   la   défense   et   de  la   sécurité   nationale.   Cette   institution   officie   dans   un   cadre   législatif   et   réglementaire  rigoureux  :  «  L’ordonnance   n°  2004-­‐1374   du   20   décembre   2004   codifiée   dans   le   Code   de   la   Défense,   fixe  comme  principe  de  base  que  l’exportation  de  matériels  de  guerre  est  prohibée,  sauf  autorisation.  En   outre,   la   production,   le   commerce   et   le   stockage   de   matériels   de   guerre   ne   peuvent   se   faire  qu’après   autorisation   de   l’État   et   sous   son   contrôle.   Cette   autorisation   est   délivrée   par   le   ministère  de  la  Défense  après  enquête  des  services  de  sécurité  »  La  CIEEMG  examine  les  demandes  dagrément  préalable  en  vue  dune  exportation  de  matériels  de   guerre   ou   matériels   assimilés.   Elle   exprime   ses   avis   dans   le   cadre   de   directives   générales  approuvées   par   les   autorités   politiques.   Les   critères   sont   aussi   bien   généraux   qu’issues   de  directives  particulières  dans  le  cas  de  situations  spécifiques  comme  les  embargos.        Législation  sur  les  transferts  de  technologie  au  niveau  international     • Niveau  européen  :  Les   accords   de   transfert   de   technologie   portent   sur   la   concession   de   licences   de   technologie.Cette   législation   confère   des   droits   exclusifs   aux   titulaires   de   brevets,   de   droits   d’auteur,   de  droits  de  dessin,  de  marques  déposées  et  d’autres  droits  protégés  par  la  loi.    Afin  de  trouver  le  juste  équilibre  entre  la  protection  de  la  concurrence  et  la  protection  des  droits  de  propriété  intellectuelle,  le  règlement  d’exemption  par  catégorie  crée  une  sphère  de  sécurité  pour  la  plupart  des  accords  de  licences.      Le   champ   d’application   ne   couvre   pas  uniquement   les   licences   de   brevet   et   de   savoir-­‐faire,   mais  s’applique  aussi  aux  droits  relatifs  aux  dessins  et  modèles  et  aux  licences  de  droits  d’auteur  sur  logiciels.  Cet  acte  s’applique,  pour  les  transferts  de  technologie,  les  droits  de  propriétés  intellectuelles,  les  brevets  et  les  savoirs  faires.     • Niveau  international  :  Au   niveau   international,   nous   trouvons   également,   l’ADPIC   (Aspects   des   Droits   de   Propriété  Intellectuelle   qui   touchent   au   Commerce).   Cet   accord   de   l’OMC   négocié   au   cours   du   Cycle  dUruguay,   qui   sest   tenu   de   1986   à   1994   veut   assurer   une   protection   efficace   des   propriétés  intellectuelles  et  des  technologies.      L’accord  porte  sur  cinq  grandes  questions  :   • Quels   principes   fondamentaux   du   système   commercial   et   des   autres   accords   internationaux  sur  la  propriété  intellectuelle  devraient  être  appliqués.   • Assurer  une  protection  efficace  des  droits  de  propriété  intellectuelle.   • Comment   les   pays   peuvent   faire   respecter   ces   droits   de   manière   appropriée   sur   leur   territoire.   • Comment   régler   efficacement   certains   différends   sur   la   propriété   intellectuelle   entre   les   différents  membres  de  l’OMC.   • Les  différents  Arrangements  spéciaux  transitoires  qui  sont  appliqués  pendant  la  période   de  mise  en  place  du    système.       LES  PROBLEMES  POSES  PAR  LE  TRANSFERT  DES  TECHNOLOGIES   15    
  16. 16.     Mémoire  Final      L’ADPIC   se   concentre   donc   sur   la   protection   de   la   propriété   intellectuelle.   Il   existe   différents  types   de   droits   de   propriété   intellectuelle   et   différentes   façon   de   les   protéger.   C’est   ce   que   nous  allons  voir  par  la  suite.      La  propriété  intellectuelle  et  sa  protection  «  Qu’est-­‐ce  que  la  propriété  ?  Ne  puis-­‐je  répondre  de  même  :  c’est  le  vol  »,  a  écrit  Pierre  Joseph  Proudhon   au   dix-­‐neuvième   siècle   dans   Qu’est-­‐ce   que   la   propriété.   Cette   assertion   «  la   propriété,  c’est   le   vol  »   semble   pertinente   en   ce   qui   concerne   la   propriété   intellectuelle.   Comment  admettre   l’appropriation   privée   de   la   production   intellectuelle  ?   A   priori,   cette   production   a  vocation  à  circuler  sans  contrepartie  monétaire.    Toutefois,   l’ordonnancement   juridique   permet   la   protection   de   la   propriété   intellectuelle.  Certes,  la  notion  de  légalité  n’emporte  pas  celle  de  justice  :  il  existe  des  lois  injustes.  Néanmoins,  le   développement   du   droit   de   la   propriété   intellectuelle   interpelle.   De   plus,   un   élément   est   de  nature  à  mettre  en  cause  le  droit  de  la  propriété  intellectuelle.  Comme  le  mentionnent  Levy  et  Jouyet   dans   leur   ouvrage   L’économie  de  l’immatériel,  La  croissance  de  demain   en   2007,   il   s’agit  d’une  évolution  de  l’économie  vers  l’immatériel.    Tout   d’abord,   il   apparaît   indubitablement   légitime   de   protéger   la   propriété   intellectuelle.   L’idée  selon  laquelle  toute  création  mérite  récompense  et  salaire  n’est  pas  récente.  Dès  le  dix-­‐huitième  siècle,   Beaumarchais   a   défendu   l’idée   suivante  :   l’artiste   doit   vivre   de   son   art.   C’est   pour  répondre   à   cela   qu’en   1777,   il   a   fondé   la   Société   des   auteurs   et   compositeurs   dramatiques,  ancêtre,   en   quelque   sorte,   de   la   Société   des   auteurs,   compositeurs   et   éditeurs   de   musique  (SACEM).  C’est  ainsi  qu’à  la  Révolution,  les  auteurs  ont  acquis  des  droits  sur  leurs  œuvres.      Actuellement,  émerge  une  économie  de  l’immatériel  ;  l’économie  des  biens  matériels  stagne.  La  croissance   de   l’immatériel   et   le   déplacement   de   l’économie   vers   des   produits   sans   limite  d’utilisation  (musique,  fichiers  numériques…)  interrogent  le  droit  de  la  propriété  intellectuelle  tel  qu’il  est  aujourd’hui  et  en  bouleversent  le  cadre  juridique.      Le  droit  de  la  propriété  intellectuelle,  qui  encadre  la  diffusion  d’une  création,  se  divise  en  quatre  domaines  :  le  brevet,  la  marque,  le  secret  et  les  droits  d’auteur.  D’abord,  le  brevet,  défini  par  sa  longueur  et  sa  largeur,  permet  à  celui  qui  le  dépose,  d’obtenir  une  rémunération  pour  le  fruit  de  son  travail  et  de  sa  recherche.  Il  constitue  ainsi  une  incitation  à  l’innovation.  Mais,  pour  pouvoir  déposer  un  brevet,  il  convient  de  respecter  un  certain  nombre  de   critères  :   il   faut   une   invention,   susceptible   d’application   industrielle   et   qui   représente   une  réponse   technique   à   un   problème   technique.   Le   brevet   est   ainsi   défini   par   trois   critères  cumulatifs.  Par  exemple,  une  découverte  ne  peut  pas  être  brevetée  puisqu’elle  préexistait  avant.  Le   brevet   est   donc   défini   par   deux   caractéristiques  :   sa   longueur   et   sa   largeur.   La   longueur  équivaut  tout  simplement  à  la  durée  du  brevet.  L’importance  de  la  durée  dépend  du  côté  duquel  on   se   place,   industriels   ou   consommateurs.   La   personne   qui   dépose   peut   choisir   jusqu’à   une  durée   de   vingt   ans.   Il   est   inutile   de   dire   que   l’intérêt   des   industriels   est   d’avoir   une   durée   de  protection   la   plus   longue   possible,   afin   de   compenser   et   valoriser   les   efforts   et   recherches  fournis   pour   obtenir   cette   invention.   Mais,   ce   qui   est   création   de   l’esprit   n’appartient   pas  indéfiniment   à   son   créateur,   et   ce,   pour   l’évolution   du   savoir.   À   noter   également   que   toute  invention  brevetée  est  divulguée  six  mois  après  le  dépôt  de  brevet.  Cela  permet  alors  à  toute  la  communauté,  aussi  bien  scientifique  qu’industrielle,  de  prendre  connaissance  de  l’invention  et  ainsi  de  prolonger  des  recherches  avec  cette  nouvelle  donnée.  Le  brevet  se  définit  également  par  l’explication  exacte  et  précise  de  l’invention,  c’est-­‐à-­‐dire  que  pour   être   accepté,   le   brevet   doit   expliciter   les   domaines   et   applications   industrielles   dans  lesquels  le  monopole  d’exploitation  est  demandé.  L’accompagnement  de  la  description  par  des   LES  PROBLEMES  POSES  PAR  LE  TRANSFERT  DES  TECHNOLOGIES   16    

×