Your SlideShare is downloading. ×
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Les problèmes posés par le transfert des technologies
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

Les problèmes posés par le transfert des technologies

10,977

Published on

Published in: News & Politics
0 Comments
1 Like
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

No Downloads
Views
Total Views
10,977
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
276
Comments
0
Likes
1
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1.     Plan  de  recherche  documentaire         Les   problèmes   posés   par   le   transfert  des  technologies   Mémoire  Final            Cours  d’Intelligence  Économique  Sous  la  responsabilité  de  Christian  HARBULOT     Nirvana  AMARSY                         Clarisse  BLANC                         Aïssa  BOYER                        Mastère  Spécialisé  Marketing  Management   PAR  LE  TRANSFERT  DES  TECHNOLOGIES   1   OLLIN                         LES  PROBLEMES  POSES   Guillaume  CJanvier  2012     Salomé  FURTOS                        
  • 2.     Mémoire  Final        Table  des  matières     Résumé  .........................................................................................................................................................................  3   Summary  .....................................................................................................................................................................  4     Introduction  ...............................................................................................................................................................  5    A.  Cadrage  sur  le  transfert  des  technologie  ............................................................................................................  6   Historique  des  transferts  de  technologie  ......................................................................................................  6   Les  transferts  de  technologie  au  sens  large  .................................................................................................  7   Les   transferts   de   technologie   pour   répondre   aux   attentes   des   pays   en   voie   de   développement  .........................................................................................................................................................  8   Processus  d’internationalisation  et  limites  posées  par  les  transferts  de  technologie  ..............  9   Lorientation  géographique  du  transfert  de  technologie  ....................................................................  10   Les  différents  angles  stratégiques    et  enjeux  du  transfert  de  technologie  ..................................  10   Les  différents  secteurs  .......................................................................................................................................  12    B.  Les  méthodes  employées  par  différents  pays  pour  transférer  des  technologies   ...........................  13   Les  étapes  d’un  transfert  de  technologie  ...................................................................................................  13   Législation  sur  les  transferts  de  technologie  en  France  ......................................................................  14   Législation  sur  les  transferts  de  technologie  au  niveau  international  ..........................................  15   La  propriété  intellectuelle  et  sa  protection  ...............................................................................................  16   Propriété  intellectuelle  et  transferts  de  technologie  ............................................................................  17   Le  transfert  de  technologie  dans  un  cadre  de  coopération  ................................................................  19    C.  Cas  concrets  de  transferts  de  technologie  et  enjeux  ...................................................................................  20   1.  Les  méthaniers  et  la  Corée  du  Sud  :  Transfert  de  technologie  négatif   ...........................................  20   2.  Le  bassin  du  Biobío  :  Transfert  de  technologie  favorable  ...................................................................  23   3.  Le  patrimoine  culturel  français  en  Inde  :  Transfert  de  technologie  neutre   .................................  25   Conclusion  ...............................................................................................................................................................  28    Bibliographie  .....................................................................................................................................................................  29   Livres  .........................................................................................................................................................................  29   Articles,  Notes  de  Synthèses,  Publications  web  ......................................................................................  29   Interviews  :  réalisés  par  les  étudiants  en  novembre  2011  (cf.  annexes)  .....................................  29   Site  web  :  consultés  en  novembre  et  décembre  2011  ..........................................................................  29    Annexe  1  -­‐  Interview  1  :  Le  transfert  des  technologie  en  général  .............................................................  31  Annexe  2  -­‐  Interview  2  :  La  Chine  et  les  transferts  des  technologie  .........................................................  41  Annexe  3  -­‐  Interview  3  :  Les  méthaniers  et  la  Corée  du  Sud  ........................................................................  44  Annexe  4  -­‐  Interview  4  :  Le  patrimoine  culturel  français  et  l’Inde  ............................................................  50  Annexe  5  –  Communiqué  du  MAE  sur  le  Festival  «  Bonjour  India  »  .........................................................  55         LES  PROBLEMES  POSES  PAR  LE  TRANSFERT  DES  TECHNOLOGIES   2    
  • 3.     Mémoire  Final      Résumé    Les   transferts   de   technologie,   qui   correspondent   à   un   système   d’échange   et   de   partage   de  technologie   entre   deux   entités,   existent   depuis   tout   temps.     En   effet,   l’Homme   n’a   de   cesse   de  chercher   des   innovations,   et   ce,   dans   une   multitude   de   domaines   différents   (électronique,  agriculture,  informatique,  aéronautique,  pharmacie,  etc.)  et  pour  toutes  les  applications.  Ces   échanges   de   technologie,   se   déroulant   habituellement   entre   deux   pays,   ont   souvent   pu  répondre  aux  besoins  des  pays  en  développement,  grâce  à  l’apport    de  connaissances,  de  savoir-­‐faire  et  de  techniques  leur  permettant  d’acquérir  des  compétences  en  la  matière  et  ainsi  devenir  compétitif.   Cependant,   des   limites   existent   :   le   partenaire   d’aujourd’hui   peut   devenir   à   long  terme  un  concurrent  potentiel  (ex  :  La  Chine).    Les   transferts   de   technologie   répondent   à   différents   enjeux   stratégiques,   économiques   et  politiques   étant   les   principaux.   En   effet,   d’un   point   de   vue   économique,   ces   transferts  permettent   d’intégrer   de   nouveaux   marchés   et   de   produire   à   moindre   coût   à   l’étranger  notamment.   D’un   point   de   vue   politique,   un   pays   peut   devenir   influant   au-­‐delà   de   ses   frontières  et  nouer  des  partenariats  forts  à  travers  le  transfert  de  son  expertise.  De  manière  générale,  ces  transferts   permettent   d’améliorer   la   compétitivité   industrielle.   Ils   représentent   donc   une  nécessité  économique  actuelle  dans  ce  contexte  de  mondialisation.    Pour  qu’un  transfert  de  technologie  se  fasse  dans  les  règles,  il  est  soumis  à  différentes  méthodes  selon  les  pays  qui  en  ont  recours.  En  effet,  pour  que  celui-­‐ci  ait  lieu,  il  est  nécessaire  de  détenir  une   activité,   un   savoir-­‐faire   ou   une   technologie   avancée,   pouvant   présenter   un   intérêt   pour   une  industrie   ou   un   pays.   Tout   ceci   passe   par   un   accord   de   coopération   industrielle   (licence   de  brevet   ou   de   savoir   -­‐faire,   franchise   industrielle,   coopération   technique,   assistance   technique,  sous-­‐traitance,   création   d’activités   communes)     qui   cadre   la   transaction,   après   que     les  différents  partenaires  aient  été  trouvés.  S’ensuit  alors  la  planification  de  la  stratégie  de  mise  en  action  et  la  mise  en  place  du  transfert  de  technologie  à  proprement  parler.  Les   transferts   sont   donc   cadrés   et   suivent   une   législation   internationale   et   européenne   bien  précise.   La   propriété   intellectuelle   (brevet,   marque,   secrets,   droit   d’auteur),   pierre   angulaire   du  transfert   de   technologie,   doit   être   protégée   pour   jouer   pleinement   son   rôle  :   donner   un  avantage   concurrentiel   à   son   ou   ses   créateurs   et   permettre   une   rémunération   pour   ceux  utilisant  ou  profitant  de  cet  avantage.  L’impact  et  les  effets  d’un  transfert  de  technologie  sont  rarement  perçus  de  façon  uniforme  par  les  différentes  parties  prenantes.  En  effet,  ils  peuvent  être  visibles  à  plus  ou  moins  long  terme,  ou   présenter   des   aspects   bénéfiques   sur   un   plan   (politique   par   exemple)   et   néfastes   sur   un  autre  (économique  par  exemple).  De  plus,  les  parties  prenantes  ne  tirent  pas  le  même  bénéfice  et  donc  le  même  bilan  d’un  transfert  de  technologie.  Ainsi,  pour  que  toutes  les  parties  prenantes  soient   gagnantes,   inscrire   ce   projet   dans   le   cadre   d’une   coopération   à   plus   long   terme   semble  être   une   solution   intéressante,   afin   de   mettre   en   place   des   alliances   stratégiques   indispensables  pour  le  maintien  d’un  avantage  compétitif.    Ce   présent   rapport   traite   trois   cas   concrets   de   transfert   de   technologie  :   tout   d’abord,   le   cas   des  méthaniers   et   la   Corée   du   Sud   qui   peut   être   considéré   comme   un   transfert   négatif.   Le   second  exemple   est   celui   de   la   gestion   de   l’eau   du   fleuve   Biobío   au   Chili   dans   les   années   90.   Celui-­‐ci   est  considéré  comme  positif.  Enfin,  le  transfert  de  patrimoine  culturel  en  Inde  correspondrait  à  un  transfert  de  technologie  neutre.       LES  PROBLEMES  POSES  PAR  LE  TRANSFERT  DES  TECHNOLOGIES   3    
  • 4.     Mémoire  Final      Summary    Technology  transfers,  which  refer  to  an  exchange  and  a  shared  experience  between  two  entities,  have   been   going   on   forever.     The   human   being   is   constantly   seeking   for   innovations   within  several   fields   (e.g.   electronics,   agriculture,   information   technologies,   aeronautics,  pharmaceutical)  for  different  applications.  These   technology   transfers   usually   happen   between   two   countries.   In   most   of   the   cases,   their  aim   is   to   respond   to   the   developing   countries   needs.   A   transfer   can   bring   some   knowledge,  know-­‐how  or  technics  enabling  the  developing  countries  to  create,  or  enhance,  specific  skills  in  order  to  improve  their  competitiveness.  However,  some  limits  were  brought  up:  today’s  partner  is  likely  to  become  a  potential  competitor  in  the  future  (e.g.  China).        Technology   transfers   are   lead   by   a   strategy.   The   economical   and   political   strategies   are   the  major   ones.   According   to   the   literature,   economical   transfers   facilitate   the   transactions   with  new   markets   and   can   sometimes   lead   to   a   cheaper   production   abroad.   In   a   political   point   of  view,  a  country  will  increase  its  influence  beyond   its  boundaries  and  create  strong  partnerships  through   the   exchange   of   expertise.   Globally,   the   transfers   are   a   mean   to   maximise   the   industrial  competitiveness.   Therefore,   they   become   a   real   economical   need   within   a   context   of  internalisation.      For  a  technology  transfer  to  happen,  a  country  has  to  follow  some  rules.  These  differ  according  to   the   country   involved   in   the   transfer.   However,   it   is   compulsory   to   own   an   activity,   a   know-­‐how   or   an   advanced   technology,   that   could   attract   an   industry   sector   or   another   country.   The  exchange   is   ruled   by   an   industrial   cooperation   (e.g.   patent   licence,   franchise,   technical  cooperation,   outsourcing)   after   finding   the   partners   for   the   transfer.   Afterwards,   a   thorough  scheduling  of  the  strategy  is  put  together,  and  then  implemented.    Transfers  are  therefore  ruled.  Moreover,  they  follow  a  very  accurate  international  and  European  legislation.  Intellectual  property  (patents,  brands,  secrets,  copyrights),  which  is  very  much  part  of  the  whole  process  of  the  technology  transfers,  has  to  be  protected  in  order  to  fully  complete  its  aim:  give  a  competitive  advantage  to  its  founders  and  enable  them  to  be  paid  should  anyone  use  their  property.    The  effects  of  a  transfer  are  rarely  perceived  in  the  same  way  by  the  different  entities  involved.  It  has  been  noticed  that  the  effects  can  appear  in  the  near  or  further  future,  or  be  positive  in  a  certain   angle   (e.g.   political)   and   negative   in   another   (e.g.   economical).   In   addition,   the   entities  involved   are   not   impacted   at   the   same   level.   Thus,   in   order   to   create   a   win-­‐win   situation,   the  transfer  might  need  to  happen  within  a  cooperation  plan,  which  seems  to  be  a  more  beneficial  solution   that   creates   strategic   partnerships.   And   these   partnerships   are   essential   for  maintaining  a  competitive  advantage.      Finally,  this  paper  analyses  three  cases  of  technology  transfers:  first  of  all  the  cases  of  the  LNG  carriers   between   France   and   South   Korea   that   can   be   considered   as   a   negative   transfer.   Then  the   case   of   the   Biobio   river   in   Chile   in   the   90’s   that   can   be   qualified   as   positive.   The   last   case  treats  the  exchange  between  France  and  India  in  regards  to  the  cultural  capital.       LES  PROBLEMES  POSES  PAR  LE  TRANSFERT  DES  TECHNOLOGIES   4    
  • 5.     Mémoire  Final      Introduction    Depuis   son   apparition,   l’Homme   n’a   de   cesse   de   chercher   des   innovations,   dans   tous   les  domaines   et   pour   toutes   les   applications.   Entre   le   moment   où   une   idée   germe   dans   l’esprit   d’un  homme   ou   d’un   groupe   d’hommes,   et   celui   où   cette   idée   est   susceptible   d’applications   dans   le  monde  entier,  il  y  a  forcément  une  diffusion  de  l’idée,  sa  mise  en  place  ainsi  que  le  savoir-­‐faire  associé.  Un  processus  clé  par  lequel  les  entreprises  et  les  nations  partagent  leur  savoir,  à  travers  le  monde,  mais  à  quel  prix  ?    Nous  en  sommes  donc  arrivés  à  la  problématique  suivante  :  Dans  un  contexte  international  sans  cesse   plus   compétitif   et   concurrentiel,   quels   sont   les   enjeux   stratégiques   des   transferts   de  technologie  ?  Dans   un   premier   temps,   nous   cadrerons   le   sujet   des   transferts   de   technologie,   en   abordant  l’historique   de   ces   pratiques,   l’aspect   international   avec   le   rôle   tout   particulier   que   jouent   les  pays  en  voie  de  développement  et  en  développant  les  différents  axes  économique,  politique  et  stratégique.Ensuite,   nous   détaillerons   les   différents   outils   mis   en   place   afin   de   réguler   ces   transferts   au  niveau  de  la  France  mais  aussi  dans  d’autres  pays,  à  travers  des  lois  ou  des  instances.  De  plus,  nous  aborderons  la  notion  fondamentale  de  propriété  intellectuelle  car  elle  est  souvent  la  pierre  angulaire   d’un   transfert   de   technologie.   Nous   verrons   aussi   en   quoi   la   coopération   peut  représenter  une  alternative  globale  regroupant  le  transfert  de  technologie.    Enfin,   nous   développerons   trois   exemples   de   transferts   de   technologie.   Nous   analyserons   ces  cas  et  en  tirerons  les  aspects  positifs  et  négatifs  dans  le  but  d’en  dresser  un  bilan.  Nous  avons  donc  choisi  le  cas  de  la  construction  des  méthaniers  entre  la  France  et  la  Corée  du  sud,  la  gestion  des  ressources  du  fleuve  Biobío  au  Chili  et  le  rayonnement  de  la  culture  française  en  Inde.       LES  PROBLEMES  POSES  PAR  LE  TRANSFERT  DES  TECHNOLOGIES   5    
  • 6.     Mémoire  Final      A.  CADRAGE  SUR  LE  TRANSFERT  DES  TECHNOLOGIE  Historique  des  transferts  de  technologie    Les   transferts   de   technologie   correspondent   à   un   système   d’échange   et   de   partage   qui   existe  depuis   toujours   entre   deux   entités.   Nous   connaissons   un   certain   nombre   d’exemples   qui   en  témoignent    comme  la  découverte  de  l’Amérique,  la  conquête  du  Far  Ouest  ou  encore  l’exemple  de   la   route   de   la   soie,   ce   célèbre   réseau   de   routes   commerciales   datant   du   IIème   siècle   avant   JC,  situées   entre   l’Europe   et   l’Asie   où   transitaient   et   s’échangeaient   un   bon   nombre   de  marchandises  telles  que  la  soie,  mais  aussi  des  épices,  boussoles  ou  encore  poudres  à  canons.  Certes,  «  ce  ne  sont  pas  des  transferts  de  technologie  au  sens  moderne  du  terme,  mais  ce  sont  déjà  des  échanges  de  bons  procédés  du  fort  vers  le  faible  ».  (1)    Les   transferts   de   technologie   se   sont   beaucoup   développés   à   partir   de   la   fin   de   la   Seconde  Guerre  Mondiale,  plus  précisément  au  moment  du  plan  Marshall,  qui  avait  été  mis  en  place  par  les  Américains,  pour  aider  l’Europe  à  se  rétablir  suite  à  la  tragédie  de  la  guerre,  en  échange  de  l’ouverture  du  marché  européen  à  leurs  produits.  À   cette   époque,   les   Allemands   étaient   relativement   avancés,   dans   les   domaines   de  l’aéronautique  et  de    l’espace,  par  rapport  aux  Occidentaux.  La  France  en  a  été  d’ailleurs  un  des  premiers  bénéficiaires.  À  la  suite  de  la  guerre,  les  pays  européens  décidèrent  de  freiner  «  la  suprématie  technologique  de   l’Allemagne  »   en   lui   interdisant   de   fabriquer   des   «  produits   complets  »,   cest-­‐à-­‐dire   déjà  assemblés.  Suite  à  cela,  les  Allemands  se  sont  orientés  vers  l’industrie  des  machines-­‐outils.  Il   y   a   donc   eu   une   époque   où   les   transferts   de   technologie   se   faisaient   de   l’Allemagne   vers  l’Occident.   C’est   ainsi   que   le   célèbre   savant   allemand   Wernher   Von   Braun,   à   titre   d’exemple,   a  intégré   la   NASA   aux   Etats-­‐Unis   à   la   fin   de   la   Seconde   Guerre   Mondiale,   et   y   a   développé   la   fusée  Saturn   5.   Cette   dernière   était   la   fusée   des   missions   Apollo,   qui   a   permis   à   Neil   Armstrong   de  poser   le   pied   sur   la   Lune   en   1969.   De   la   même   façon,   nous   pouvons   citer   dans   le   domaine   de  l’aéronautique,   l’exemple   du   Mirage   III   de   Dassault,   qui   avait   un   moteur   dérivé   d’un   moteur  allemand  en  1941.    Cependant,  en  raison  d’événements  historiques,  un  pays  peut  parfois  être  privé  de  coopérations  et   de   transferts   de   technologie.   Ce   fut   par   exemple   le   cas   du   bloc   soviétique   à   l’époque   de   la  Guerre   Froide.   En   effet,   à   cette   même   époque,   le   bloc   soviétique   est   séparé   des   autres   états  européens   occidentaux   par   le   rideau   de   fer.   Ce   dernier   va   donc   développer   des   techniques  modernes  par  ses  propres  moyens.   Ceci  a  engendré  la  naissance  de  deux  filières  technologiques  en  Europe  :  une  filière  Occidentale  et  une  filière  Soviétique.    Les   exemples   cités   ci-­‐dessus   mettent   en   évidence   le   caractère   intemporel   des   transferts   de  technologie.    Dès   les   années   70,   une   émergence   des   nouveaux   pays   industrialisés   (NPI)   est   observée.  Plusieurs  régions  étaient  qualifiées  de  NPI  :   • du   coté   asiatique  :   les   quatre   «  Dragons   d’Asie  »  :   Hong   Kong,   la   Corée   du   Sud,   Singapour,  Taiwan     • et  du  coté  Amérique  Latine  :  le  Brésil  et  le  Mexique.    Dans   les   années   80,   émane   une   nouvelle   vague   de   NPI   avec   cette   fois-­‐ci   les   «  Tigres   d’Asie  »   à  savoir   la   Thaïlande,   la   Malaisie,   l’Indonésie,   les   Philippines   et   le   Vietnam.   Grâce   à   une   qualité   de  main  d’œuvre  appréciable  et  peu  chère,  ces  pays  ont  longtemps  été  utilisés  comme  «  bases  de  sous-­‐traitance   par   les   grandes   firmes  ».   En   raison   d’investissements   croissants   des  multinationales,   des   transferts   de   technologie   ont     apparus   petit   à   petit   avec   ces   nouveaux   pays  industrialisés.     LES  PROBLEMES  POSES  PAR  LE  TRANSFERT  DES  TECHNOLOGIES   6    
  • 7.     Mémoire  Final      En   revanche,   se   posent   les   questions   suivantes  :   en   quoi   consiste   exactement   un   transfert   de  technologie  ?  Qu’apportent  –  ils  réellement  aux  parties  prenantes  ?    Les  transferts  de  technologie  au  sens  large    Les   transferts   de   technologie   portent   aujourd’hui   sur   différentes   économies,   à   savoir  «  l’économie  du  développement,  l’économie  industrielle  et  l’économie  internationale  ».(2)    Nous   identifions   deux   types   de   transferts   de   technologie  :   le   transfert   de   technologie  académique,   qui   se   définie   comme   étant   «  le   transfert   formel   à   l’industrie   de   découvertes  résultant  de  la  recherche  universitaire  ou  privée  dans  le  but  de  les  commercialiser  sous  la  forme  de  nouveaux  produits  et/ou  services  »(3)  et  le  transfert  de  technologie  commerciale,  sur  lequel  nous   allons   nous   concentrer   dans   nos   différents   exemples.   Les   technologies   transférées  concernent   une   multitude   de   domaines   tels   que   l’aéronautique,   l’agriculture,   l’électronique,  l’informatique,  et  bien  d’autres  encore.    Un   transfert   de   technologie   peut   avoir   lieu   entre   différents   pays,   de   même   niveau   de  développement  ou  non.  De  plus,  les  entreprises  ont  aussi  recours  aux  transferts  de  technologies,  entre   deux   entreprises   de   même   taille   ou   non,   appartenant   à   un   même   pays   ou   non,   d’un   même  groupe  ou  entre  ses  filiales.      Le   transfert   international   de   technologie   a   longtemps   été   assimilé   à   «  une   diffusion  épidémiologique  »   de   techniques.   Il   représentait   donc   «  un   problème   d’affectation   des  ressources,   représenté   par   un   choix   de   techniques,   par   leur   assimilation,   sous   contraintes  budgétaires  ».  (2)    Il   faisait   vraiment   référence   à   un   échange   de   type   commercial,   encadré   pas   des   brevets,  licences,  etc.      En   raison   de   divers   cas   de   transfert   de   technologie   voués   à   l’échec,   un   problème   se   posa  :   il  n’était   plus   légitime   de   simplement   diffuser   des   techniques   dans   le   monde   entier,   comme   c’était  le  cas  auparavant.  Il  fallait  désormais  y  ajouter  un  aspect  créatif  apporté  par  le  pays  receveur,  une  certaine  plu  value  qui  ferait  en  sorte  que  le  pays  receveur  possède  une  technologie  qui  se  différencie  des  autres.  De  plus,  à  partir  de  l’année  1965,  les  systèmes  de  production  à  l’échelle  mondiale  se  sont  réorientés.  Il  devient  donc  nécessaire  de  se  différencier  et  se  spécialiser  pour  pouvoir  être  compétitif  et  faire  face  à  une  concurrence  accrue.      L’enjeu   des   transferts   de   technologie   consiste   donc   à   associer   et   combiner   les   techniques   du  pays  receveur  à  celles  du  pays  étranger  afin  de  mettre  en  avant  un  produit  différent  de  ce  qui  existe  déjà.  Le  pays  receveur  sera  donc  compétitif.  Aujourd’hui   «     le   transfert   de   technologie   ne   consiste   plus   à   l’assimilation   d’une   technologie  extérieure   par   l’imitation,   mais   il   doit   déboucher   sur   la   constitution   d’une   nouvelle   base  technologique  et  de  nouvelles  capacités  ».  (2)    Ainsi,   l’aspect   créatif   additionné   à   la   diffusion   même   de   la   technologie,   représentent   un   élément  clé  du  transfert  international  de  technologie.  Voyons   maintenant   de   plus   près   comment   les   transferts   de   technologie   répondent   aux  problèmes  des  pays  en  développement.             LES  PROBLEMES  POSES  PAR  LE  TRANSFERT  DES  TECHNOLOGIES   7    
  • 8.     Mémoire  Final      Les  transferts  de  technologie  pour  répondre  aux  attentes  des  pays  en  voie  de  développement    Les   pays   en   voie   de   développement   sont   également   «  confrontés   à   une   concurrence  internationale  basée  sur  la  compétitivité  et  sur  une  différenciation  des  capacités  ».  (2)    En   quelques   années,   ces   NPI   ont   rattrapés   en   partie   leurs   écarts   économiques   par   rapport   à   des  pays  plus  développés.  «     Les  théories  traditionnelles  du  commerce  international  montrent  que  l’ouverture  est  pour  un  pays  une  source  de  gains  par  rapport  à  l’état  d’autarcie  dans  la  mesure  où  ce  pays  se  spécialise  selon  ses  avantages  comparatifs  ».(4)  Dans  un  contexte  de  mondialisation,  pour  les  pays  en  voie  de  développement,    une  spécialisation  appropriée  peut  être  un  réel  levier  au  développement  et  à  la  croissance  économique  du  pays.  Cette   phase   de   spécialisation   d’un   pays   évolue   avec   la   division   internationale   des   processus  productifs  (DIPP).    «  La  participation  à  la  DIPP  permet  aux  pays  en  développement  d’améliorer  le   niveau   technologique   de   leurs   exportations  et   ainsi   se   positionner   sur   des   secteurs   ou   la  demande  internationale  est  forte  et  les  gains  potentiels  de  productivité  importants  ».  (4)  Comme  nous  l’avons  vu  précédemment,  le  principal  enjeu  des  transferts  de  technologie  est  de  combiner  les  connaissances  propres  du  pays  à  celles  du  pays  étranger  afin  de  rendre  ce  même  pays  compétitif  face  à  une  concurrence  accrue.  Les  transferts  de  technologie  représentent  donc  une  réelle  opportunité    d’optimisation  de  la  croissance  d’un  pays  en  voie  de  développement.    Ces  derniers  peuvent  s’opérer  de  trois  manières  différentes  :     • à   travers   le   transfert   de   matériel   d’un   pays   à   un   autre   accompagné   d’une   certaine   expertise,     • à  travers    les  investissements  d’entreprises  étrangères  dans  le  nouveau  pays  d’accueil   avec  l’implantation  de  modes  de  production  plus  modernes,     • à  travers  les  achats  de  brevets  ou  de  licences  (Annexe  2).  Ces   dernières   décennies,   une   réorganisation   progressive   de   la   production   à   l’échelle   mondiale  peut  être  observée,  beaucoup  de  filiales  de  multinationales  se  sont  donc  installées  dans  des  pays  en  voie  de  développement.    Prenons  le  cas  de  la  Chine,  à  partir  de  l’année  1978,  date  à  laquelle  la  Chine  ouvre  son  commerce  au   reste   du   monde,   elle   se   repose   sur   des   Investissements   Directs   à   l’Etranger   (IDE)   dans   le   but  d’améliorer   sa   croissance.   C’est   ainsi   que   la   Chine   a   grandi   et   a   pu   acquérir   des   capacités   de  production   moderne.   L’importation   de   matériels   se   faisait   soit   par   les   entreprises   chinoises  directement,  soit  par  des  entreprises  étrangères.    Au  cours  des  dix  dernières  années,  l’industrie  des  biens   électroniques  fut  une  des  industries  qui  a  connu  la  plus  forte  croissance  en  Chine.  Cette  réussite  est  en  partie  due  aux  investissements  étrangers   dans   le   pays.   En   effet,   80   %   des   exportations   chinoises   de   biens   électroniques   sont  réalisées   via   des   filiales   étrangères.   Malgré   une   bonne   implantation   de   cette   industrie   dans   le  pays,  la  Chine  reste  le  pays  assembleur  des  différentes  marchandises  exportés.  En  effet,  elle  va  importer  différents  composants  de  haute  technologie  des  pays  avancés  d’Asie  tels  que  Taiwan,  ou  encore  le  Japon,  et  va  les  assembler  dans  ses  nombreuses  usines  d’assemblage.  La  plus-­‐value  qu’apporte  la  Chine  sur  un  produit  est  donc  très  faible,  de  l’ordre  de  5  à  10  %.  (5)  Tout   cela   confirme   l’hypothèse   émise   précédemment  :   les   transferts   de   technologie  représentent   un   réel   atout   au   développement   pour   un   pays   en   voie   de   développement.   En  revanche,  nous  verrons  plus  tard  que  ceci  est  à  relativiser.             LES  PROBLEMES  POSES  PAR  LE  TRANSFERT  DES  TECHNOLOGIES   8    
  • 9.     Mémoire  Final      Processus  d’internationalisation  et  limites  posées  par  les  transferts  de  technologieMalgré  le  fait  que  les  transferts  de  technologie  participent  à  la  croissance  d’un  bon  nombre  de  pays  en  voie  de  développement,  ces  derniers  rencontrent  aussi  des  limites.    En   effet,   il   arrive   parfois   que   des   entreprises   locales   n’arrivent   pas   à   suivre   l’innovation   des  entreprises   étrangères,   et   cela   crée   une   certaine   éviction.   Cependant,   de   manière   générale,              «     Tout   le   monde   reconnait   aujourd’hui   que   les   transferts   de   technologie   se   heurtent   à   des  obstacles,   posent   des   problèmes,   qu’ils   ne   sont   pas   automatiques,   qu’ils   sont   aléatoires,   qu’ils  sont  onéreux  ».  (6)  Les   transferts   de   technologie,   répondant   à   un   marché,   sont   souvent   contrôlés   par   les   grandes  firmes  multinationales,  et  non  par    «  des  inventeurs  individuels  ».    Bien   que   la   firme   multinationale   ait   un   impact   positif   pour   la   croissance   du   pays   en  développement  grâce  à  sa  communication  internationale,  son  savoir-­‐faire  et  ses  ressources,  une  petite  partie  seulement  de  ses  apports  n’est  réellement  diffusée  dans  ce  même  pays.    Face  à  cela,  dans  le  cas  de  la  Chine,  le  gouvernement  chinois  a  décidé  de  changer  de  stratégie  en  raison   de   la   forte   croissance   des   entreprises   locales.   Il   encourage   donc   les   leaders   locaux   des  différents  domaines  stratégiques  à  se  développer  davantage  et  va  même  les  inciter  à  investir  à  l’étranger.   C’est   le   cas   par   exemple   de   Lenovo,   une   entreprise   chinoise   fabriquant   des  ordinateurs,   qui   a   récemment   racheté   une   part   d’IBM,   ou   encore  de   l’Aviation   Industry   Corp.   Of  China   (AICC)   qui   s’est   associée   à   50%   avec   le   groupe   américain   General   Electric   pour   la  production   d’équipements   électronique   et   électrique.   Cet   accord   a   pour   but   de   concurrencer  Boeing   et   Airbus   sur   le   marché   de   l’aviation   civile.   A   travers   cet   exemple,   nous   nous   rendons  compte   de   la   volonté   d’internalisation   de   la   Chine.   Notons   cependant   que   dans   ce   cas   précis,  l’entreprise   américaine   a   dû   faire   une   concession   qu’elle   n’aurait   certainement   pas   faite  quelques   années   auparavant.   En   effet,   l’entreprise   chinoise   imposait   à   General   Electric  d’intégrer  toutes  ses  activités  sur  l’avionique  civile  existante  et  à  venir.  Cela  illustre  la  «  pression  qu’exercent  les  entreprises  chinoises  sur  ses  partenaires  étrangers  ».  (6)    Ces   stratégies   de   transfert   de   technologie   ne   sont   pas   sans   risque   pour   les   entreprises  étrangères.  En  effet,  le  pays  qui  bénéficie  des  nouvelles  technologies  peut  clairement  devenir  un  concurrent   potentiel.   Ce   qui   peut   clairement   être   observé   en   Chine.   «  Le   marché   chinois   est  devenu  si  important  pour  les  multinationales  que  Pékin  peut  négocier  en  position  de  force  ».  (6)  «  Les   accords   qui   restreignent   la   concurrence   sont   interdits   par   les   règles   de   concurrence   de  l’Union  Européenne  ».  (7)  Un  transfert  de  technologie  peut  générer  une  situation  de  concurrence.  Il  s’agit  donc  d’un  risque  non  négligeable  pour  les  acteurs.         LES  PROBLEMES  POSES  PAR  LE  TRANSFERT  DES  TECHNOLOGIES   9    
  • 10.     Mémoire  Final      Lorientation  géographique  du  transfert  de  technologie  La   figure   1   permet   d’illustrer   les   orientations   géographiques   des   transferts   de   technologie  aujourd’hui  :       Europe Amérique     du  Nord     Asie           Afrique   Amérique   Latine  Légende   Transfert  Primaire  :  industriels  et  expertise   Transfert  Secondaire  :  industriels  et  expertise     Coopération   Figure  1  :  Orientation  et  type  de  transfert  de  technologie  aujourd’hui    Il  est  important  de  noter  que  le  transfert  primaire  entre  les  USA  et  l’Asie  se  fait  directement  vers  le  Japon  et  Taïwan  mais  également  vers  lASEAN, cest-à-dire lAsie du Sud Est sauf la Chine.Les  différents  angles  stratégiques    et  enjeux  du  transfert  de  technologie     Les   enjeux   et   stratégies   liées   aux   transferts   de   technologie   sont   multiples.   Il   existe  évidemment   des   objectifs   économiques   et   politiques   mais   également   un   intérêt   à   améliorer   la  compétitivité  industrielle.     • L’axe  économique  :  L’un   des   principaux   axes   stratégiques   est   sans   conteste   l’économie.   Les   transferts   de  technologie  vers  les  pays  en  voie  de  développement,  permettent  directement  ou  indirectement  de   produire   à   moindre   coût   dans   ces   pays   où   la   main   d’œuvre   est   meilleur   marché   qu’en  Occident.   Par   exemple,   toute   la   fabrication   des   composants   électroniques   des   téléphones  portables   ou   des   ordinateurs   est   assurée   par   le   Japon,   Taïwan,   la   Corée   du   Sud.   Au   départ,   il   LES  PROBLEMES  POSES  PAR  LE  TRANSFERT  DES  TECHNOLOGIES   10    
  • 11.     Mémoire  Final      s’agissait  d’externaliser  des  fabrications  américaines  en  Asie  du  Sud  Est  pour  une  politique  de  réduction  des  prix  de  revient,  la  solution  était  donc  un  transfert  de  technologie.  Aujourd’hui,  ces  pays   ont   acquis   un   tel   savoir-­‐faire   que   le   développement   de   nouvelles   technologies   de  composants  est  également  devenu  leur  spécialité.  Dans  la  mesure  où  une  relation  de  confiance  s’était  établie  avec  ces  pays,  les  Etats-­‐Unis  et  l’Europe  n’ont  pas  eu  la  tentation  de  contrôler  les  activités  de  recherche,  de  conception  et  de  fabrication  dans  ce  domaine  hautement  stratégique.  Par   conséquent,   le   Japon,   Taïwan   et   la   Corée   du   Sud   sont   aujourd’hui   fournisseurs   «  single  source  »,  excepté  pour  les  besoins  militaires.  Il  en  est  de  même  dans  le  domaine  des  matériaux  composites,  où  le  Japon  est  fabricant  exclusif  des  fibres  et  imprégnés  servant  à  la  fabrication  des  céramiques  carbone  utilisées  dans  l’aéronautique  en  remplacement  des  alliages  d’aluminium.  (1)       • L’axe  politique  :  Pour  illustrer  cet  axe,  nous  pouvons  prendre  l’exemple  du  transfert  de  culture  France/Inde,    qui  sera   développé   dans   la   dernière   partie,   notamment   avec   des   échanges   de   livres,   de  connaissances,  etc.  L’enjeu  politique  dans  ce  transfert  n’est  pas  négligeable,  il  permet  en  effet  à  la  France  d’avoir  une  certaine  influence  au-­‐delà  de  ses  frontières.  Dans  ce  cas,  la  France  mise  sur  le   transfert   de   son   expertise   mais   aussi   sur   la   coopération.   La   question   qui   se   pose   est  :  comment  influencer  et  être  présent  au  niveau  international  afin  d’avoir  un  poids  politique  plus  important  ?  Ces  échanges  diplomatiques,  participent  à  une  certaine  vision  positive  de  la  France  vis-­‐à-­‐vis  des  partenaires  étrangers,  nous  assurant  ainsi  une  position  stratégique  sur  l’échiquier  mondial.   Autre   exemple   de   transfert   d’expertise   France/Corée   du   Sud,   lorsque   le   musée  Samsung   à   Séoul   demande   à   la   France   son   expertise   pour   un   accompagnement   pour   toute   la  phase   de   sa   conception.   Aujourd’hui,   à   chaque   visite   officielle   dans   ce   musée,  la   France   rayonne  au-­‐delà   de   ses   frontières   de   part   cette   démonstration   de   son   savoir-­‐faire.   Ces   transferts  d’expertise  permettent  également  le  renforcement  des  droits  de  propriété  intellectuelle.  Il  faut  cependant  noter,  que  ces  échanges  s’inscrivent  dans  un  environnement  où  la  culture  américaine  est  omniprésente,  mais  où  l’Allemagne  et  l’Espagne  tentent  aussi  activement  de  faire  rayonner  leurs  cultures.     • Amélioration  de  la  compétitivité  industrielle  :  La   compétitivité   industrielle   se   situe   à   plusieurs   niveaux.   Nous   distinguons   tout   d’abord   la  délocalisation   de   la   production   dans   des   pays   à   meilleur   rapport   coût/productivité.   Afin   d’avoir  laccès   à   des   sources   dapprovisionnement   compétitives   ou   spécifiques   et   d’obtenir   des  compétences   techniques   spécifiques,   beaucoup   d’entreprises   ont   délocalisé   leur   production.  Nous   distinguons   ensuite,   le   niveau   commercial,   à   savoir,   une   volonté   dacquérir   rapidement   un  impact   commercial   international   sur   des   marchés   étrangers   difficiles   à   atteindre   par   des  exportations   directes   en   raison   des   coûts.   Les   raisons   sous-­‐jacentes   des   transferts   de  technologie  peuvent  donc  être  :  fabriquer  à  moindre  cout  ou  encore  atteindre  certains  pays.  En  d’autres  termes,  cet  axe  rejoint  sur  certains  points  l’axe  économique.    De   plus,   au   vu   des   tendances   actuelles,   nous   pouvons   émettre   l’hypothèse   que   le   déséquilibre  entre  pays  développés  et  pays  en  voie  de  développement  ne  durera  pas  indéfiniment,  il  est  donc  important  d’aider  ces  pays  à  se  développer  notamment  grâce  aux  transferts  de  technologie.  Le  système  mondial  a  intérêt  à  être  global,  par  exemple  pendant  la  guerre  froide  où  les  frontières  étaient  fermées,  le  système  n’a  pas  tenu.  Toutefois,  l’une  des  contreparties  à  produire  à  moindre  coûts  est  que  la  délocalisation  aboutit  bien  souvent   à  une  concurrence  avec  le  pays  «  d’accueil  »,  car  celui  devient  assez  vite  expert  dans  le  domaine  concerné.  (1)    Cet  aspect  sera  développé  plus  tard.    Les  enjeux  et  les  stratégies  des  transferts  de  technologie  sont  donc  multiples  et  complexes.  Les  pays  qui  reçoivent  le  transfert  se  développent  et  acquièrent  des  savoir-­‐faire.  D’un  autre  côté,  les  pays  transférants  y  trouvent  de  nombreux  bénéfices  à  ces  pratiques.  Finalement  chaque  partie  trouve  un  intérêt  et  peut  ressortir  gagnante  de  ces  transferts.     LES  PROBLEMES  POSES  PAR  LE  TRANSFERT  DES  TECHNOLOGIES   11    
  • 12.     Mémoire  Final      Toutefois,   les   transferts   de   technologie   ne   sont   pas   l’apanage   des   technologies   de   pointe,   ils  peuvent  être  appliqués  à  de  nombreux  secteurs.    Les  différents  secteurs    Il  est  important  de  rappeler  que  ce  type  de  relation  existe  depuis  bien  longtemps  (Route  de  la  soie,  découverte  de  l’Amérique,  conquête  du  Far  West…).  On  comprend  donc  que  l’on  retrouve  les  transferts  de  technologie  dans  de  nombreux  domaines,  de  la  défense  à  la  culture  en  passant  par  la  pharmacie,  les  hautes  technologies  et  la  chimie.      En   ce   qui   concerne   l’armement,   il   existe   de   nombreux   transferts   de   hautes   technologies,   cela  peut   concerner   les   matériaux   comme   l’électronique.   Derrière   ces   transferts,   se   pose   aussi   la  question   du  secret  industriel.   Tout   ce  qui   englobe   une  technologie  est-­‐il   aussi   transféré  ?   Non,  les   entreprises   peuvent   et   veulent   protéger   certaines   choses.   Voici   quelques   exemples   de   ces  différents  transferts.    Dans  l’aéronautique  et  le  militaire,  les  technologies  sont  assez  importantes  et  les  transferts  sont  courants.   Eurocopter   a   partagé   la   technologie   de   ses   hélicoptères   «  écureuil  »,  modèles  légers  et  polyvalents  fabriqué  en  France  dans  les  années  7O,  avec  le  Brésil.  Conséquence  de  ce  partage,  le  Brésil   fabrique   aujourd’hui,   en   exclusivité,   les   câblages   de   cet   hélicoptère.   Dans   ce   cas,   le  transfert  est  basé  sur  la  formation  de  personnel  :  la  France  a  transféré  son  savoir-­‐faire  au  Brésil,  qui   est   désormais   capable   de   fabriquer   ses   propres   pièces.   Ce   transfert   a   permis   au   Brésil   de  développer  son  industrie  aéronautique.  De  ce  fait,  il  est  fort  probable  que  le  Brésil  devienne,  à  long  terme,  un  concurrent  de  la  France.  D’autre  part,  cette  entreprise  brésilienne  est  détenue  à  70%   par   Eurocopter   donc   les   contrats   bénéficieront   aussi   à   cette   entreprise   française.   Il   faut  peut   être   donc   modérer   nos   conclusions,   les   conséquences   ne   sont   jamais   entièrement  bénéfiques  ou  entièrement  néfastes.    L’industrie  pharmaceutique  commercialise  des  médicaments,  des  composants  d’un  médicament  ou   encore   des   technologies   pharmacologiques.   L’accès   au   médicament   est   une   question  d’actualité   et   le   transfert   est   important   pour   aider   les   pays   en   voie   de   développement   à   se  perfectionner   dans   ce   domaine.   Sans   oublier   que   l’industrie   pharmaceutique   a   un   enjeu  économique   majeur.   Cette   industrie   représente   en   effet   en   France   50   milliards   de   chiffre  d’affaires  en  2001  (source  :  Leem).  Les  transferts  pharmaceutiques  sont  donc  décisifs  d’un  point  de   vue   financier   et   sanitaire   pour   les   firmes   pharmaceutiques   ainsi   que   pour   les   pays   les  accueillant.  En  guise  d’exemple,  nous  pouvons  évoquer  un  transfert  de  la  France  vers  le  Brésil.  Il  s’agit     d’un   transfert   d’une   maison   mère,   l’entreprise   Rhône-­‐Poulenc   à   une   de   ses   filiales   afin  que   celle-­‐ci   puisse   produire   ses   propres   matières   premières   (Acide   Salicylique   et   l’Acide  Acétylsalicylique)  afin  d’être  davantage  indépendante.      En   ce   qui   concerne   le   transfert   culturel,   l’exemple   de   L’Inde   sera   développé   plus   loin.   Nous  avons  vu  que  dans  ce  domaine,  les  enjeux  sont  principalement  d’ordre  politique.    Il  s’agit  maintenant  de  voir  les  différentes  étapes  qui  constituent  un  transfert  de  technologie.       LES  PROBLEMES  POSES  PAR  LE  TRANSFERT  DES  TECHNOLOGIES   12    
  • 13.     Mémoire  Final      B.   LES   METHODES   EMPLOYEES   PAR   DIFFERENTS   PAYS   POUR   TRANSFERER  DES  TECHNOLOGIES    Les  étapes  d’un  transfert  de  technologie  Les   mécanismes   relatifs   au   transfert   de   technologie   visent   à   faciliter   la   promotion   d’activités  financières,  institutionnelles  et  méthodologiques.    Pour   qu’un   transfert   de   technologie   ait   lieu,   il   est   nécessaire   de   détenir   une   activité   ou   une  technologie   avancée   qui   représente   quelque   enjeu   qu’il   soit.   Il   faut   évaluer   les   risques   encourus  et   comparer   les   bénéfices   aux   risques.   Il   est   également   possible   de   comprendre   dans   quelles  mesures  se  protéger  contre  d’éventuels  désagréments.      D’autre  part,  il  est  important  d’étudier  certains  critères  assurant  le  succès  du  projet,  c’est-­‐à-­‐dire  l’exactitude,  la  reproductibilité,  la  répétabilité  et  l’erreur  de  justesse.      Par   ailleurs,   n’oublions   pas   que   la   recherche   du   partenaire   est   essentielle  :   une   analyse  financière,  économique  et  enfin  technique  est  incontournable.  Il  est  en  effet  primordial  de  savoir  si   le   pays   recevant   le   transfert   est   capable   d’assurer   techniquement   le   maintien   de   cette  technologie.  Ceux  sont  des  conditions  sine  qua  non  pour  un  bon  transfert.  Un  exemple  donné  par  Michel   VEDRENNE   (Annexe   1),   lorsque   Dassault     a   vendu   60   Mirages   2000   aux   Taïwanais     en  1992,   ils   se   sont   posé   la   question   du   maintien   en   état   de   leurs   avions.   Dassault   s’est   aperçu,   que  Taiwan  manquait  cruellement  de  techniciens  sachant  ce  qu’était  un  avion  et  sachant  le  réparer  sans  l’abimer.  Transférer  un  savoir  ou  une  technologie  à  un  pays  qui  ne  peut  pas  l’exploiter  peut  être  inutile.  La  capacité  d’utilisation  d’un  transfert  est  donc  l’un  des  critères  indispensables  à  un  bon  transfert  de  technologie.    Une  fois  les  partenaires  trouvés,  il  est  important  de  communiquer  avec  eux  afin  d’évaluer  leur  demande,  leurs  compétences,  ainsi  que  leurs  attentes.    Ensuite,   un   accord   de   coopération   industrielle   doit   être   établi.   Cet   accord   sert   de   cadre   au  transfert.  Ces  derniers  peuvent  être  regroupés  en  6  catégories  :     • la   Licence  de  brevet  ou  de  savoir-­‐faire   est   un   contrat   dans   lequel   le   détenteur   d’un   brevet   ou   d’un   savoir-­‐faire   confère   certains   droits   d’exploitation   pendant   une   période   contre   une  rémunération.     • La   Franchise   industrielle  est   un   accord   où   le   franchisé   reçoit   une   communication   du   savoir-­‐faire,   afin   de   fabriquer   un   produit   qu’il   distribuera   ensuite   sous   la   marque   du   franchiseur.   • La  Coopération  technique  qui  est  l’un  des  accords  les  plus  utilisés.    On  trouve  plusieurs   types   de   coopérations  :   Les   programmes   de   R&D   qui   regroupent   les   laboratoires   universitaires   ou   publics   ainsi   que   les   entreprises   industrielles.   Et   les   programmes   dindustrialisation  qui  sont  des  accords  technologiques  clients/fournisseurs,  des  Prestations   de  services     • En   ce   qui   concerne   l’Assistance   technique,   une   partie   s’engage   à   fournir   l’assistance   nécessaire   au   bon   fonctionnement   de   la   technologie.   Cet   accord   est   très   important,   pour   le   pays   recevant   la   technologie   mais   elle   est   aussi     très   intéressante   pour   celui   qui   transfert  ;   en   effet,   cela   procure   du   travail   à   long   terme.   Ce   n’est   donc   pas   forcément   désintéressé  mais  absolument  indispensable  dans  la  plupart  des  cas.     LES  PROBLEMES  POSES  PAR  LE  TRANSFERT  DES  TECHNOLOGIES   13    
  • 14.     Mémoire  Final       • La   sous-­‐traitance   est  un  contrat  par  lequel  une  entreprise  confie  à  une  autre  entreprise   la  fabrication  dune  pièce  dont  il  a  défini  toutes  les  spécifications.     • Enfin,  il  existe  une  création  dactivités  communes  qui  implique  la  création  dune  structure   permanente,  avec  la  mise  en  commun  de  moyens  financiers,  techniques  et  humains.        Après   ces   différents   accords,  il  y  a  la  planification  de  la  stratégie  de  mise  en  action.   Puis   la   mise  en  place  du  transfert  de  technologie.      Enfin,  une  évaluation  à  long  terme  répondant  aux  questions:  Le  transfert  a-­‐t-­‐il  réussi  ?  Le  pays  ayant  reçu  le  transfert  arrive-­‐t-­‐il  à  gérer  la  technologie  ou  le  savoir-­‐faire  ?  Que  nous  a  apporté  ce  transfert  de  technologie  ?    Cette  évaluation  à  long  terme  est  importante  pour  comprendre  les  effets  des  transferts,  cela  afin  s’améliorer  éventuellement  dans  ces  domaines.       Figure  2  :  Schéma  bilan  des  différentes  étapes  d’un  transfert  de  technologie    Législation  sur  les  transferts  de  technologie  en  France      Il   semble   exister   un   flou   législatif   en   ce   qui   concerne   les   transferts   de   technologie,   il   est   en   effet  assez   difficile   de   trouver   des   informations   à   ce   sujet.   Néanmoins,   en   France,   dans   le   domaine   LES  PROBLEMES  POSES  PAR  LE  TRANSFERT  DES  TECHNOLOGIES   14    
  • 15.     Mémoire  Final      militaire,   il   existe   une   commission   chargée   de   contrôler   les   exportations   de   matériels   de   guerre  ou   matériels   assimilés.   Il   s’agit   de   la   Commission   Interministérielle   pour   lExportation   des  Matériels   de   Guerre   ou   CIEEMG  :   elle  comprend    le  1er  Ministre,  les  Ministres  de  la  Défense,  des  affaires   Etrangères   et   des   Finances,   et   est   présidée   par   le   Secrétariat   général   de   la   défense   et   de  la   sécurité   nationale.   Cette   institution   officie   dans   un   cadre   législatif   et   réglementaire  rigoureux  :  «  L’ordonnance   n°  2004-­‐1374   du   20   décembre   2004   codifiée   dans   le   Code   de   la   Défense,   fixe  comme  principe  de  base  que  l’exportation  de  matériels  de  guerre  est  prohibée,  sauf  autorisation.  En   outre,   la   production,   le   commerce   et   le   stockage   de   matériels   de   guerre   ne   peuvent   se   faire  qu’après   autorisation   de   l’État   et   sous   son   contrôle.   Cette   autorisation   est   délivrée   par   le   ministère  de  la  Défense  après  enquête  des  services  de  sécurité  »  La  CIEEMG  examine  les  demandes  dagrément  préalable  en  vue  dune  exportation  de  matériels  de   guerre   ou   matériels   assimilés.   Elle   exprime   ses   avis   dans   le   cadre   de   directives   générales  approuvées   par   les   autorités   politiques.   Les   critères   sont   aussi   bien   généraux   qu’issues   de  directives  particulières  dans  le  cas  de  situations  spécifiques  comme  les  embargos.        Législation  sur  les  transferts  de  technologie  au  niveau  international     • Niveau  européen  :  Les   accords   de   transfert   de   technologie   portent   sur   la   concession   de   licences   de   technologie.Cette   législation   confère   des   droits   exclusifs   aux   titulaires   de   brevets,   de   droits   d’auteur,   de  droits  de  dessin,  de  marques  déposées  et  d’autres  droits  protégés  par  la  loi.    Afin  de  trouver  le  juste  équilibre  entre  la  protection  de  la  concurrence  et  la  protection  des  droits  de  propriété  intellectuelle,  le  règlement  d’exemption  par  catégorie  crée  une  sphère  de  sécurité  pour  la  plupart  des  accords  de  licences.      Le   champ   d’application   ne   couvre   pas  uniquement   les   licences   de   brevet   et   de   savoir-­‐faire,   mais  s’applique  aussi  aux  droits  relatifs  aux  dessins  et  modèles  et  aux  licences  de  droits  d’auteur  sur  logiciels.  Cet  acte  s’applique,  pour  les  transferts  de  technologie,  les  droits  de  propriétés  intellectuelles,  les  brevets  et  les  savoirs  faires.     • Niveau  international  :  Au   niveau   international,   nous   trouvons   également,   l’ADPIC   (Aspects   des   Droits   de   Propriété  Intellectuelle   qui   touchent   au   Commerce).   Cet   accord   de   l’OMC   négocié   au   cours   du   Cycle  dUruguay,   qui   sest   tenu   de   1986   à   1994   veut   assurer   une   protection   efficace   des   propriétés  intellectuelles  et  des  technologies.      L’accord  porte  sur  cinq  grandes  questions  :   • Quels   principes   fondamentaux   du   système   commercial   et   des   autres   accords   internationaux  sur  la  propriété  intellectuelle  devraient  être  appliqués.   • Assurer  une  protection  efficace  des  droits  de  propriété  intellectuelle.   • Comment   les   pays   peuvent   faire   respecter   ces   droits   de   manière   appropriée   sur   leur   territoire.   • Comment   régler   efficacement   certains   différends   sur   la   propriété   intellectuelle   entre   les   différents  membres  de  l’OMC.   • Les  différents  Arrangements  spéciaux  transitoires  qui  sont  appliqués  pendant  la  période   de  mise  en  place  du    système.       LES  PROBLEMES  POSES  PAR  LE  TRANSFERT  DES  TECHNOLOGIES   15    
  • 16.     Mémoire  Final      L’ADPIC   se   concentre   donc   sur   la   protection   de   la   propriété   intellectuelle.   Il   existe   différents  types   de   droits   de   propriété   intellectuelle   et   différentes   façon   de   les   protéger.   C’est   ce   que   nous  allons  voir  par  la  suite.      La  propriété  intellectuelle  et  sa  protection  «  Qu’est-­‐ce  que  la  propriété  ?  Ne  puis-­‐je  répondre  de  même  :  c’est  le  vol  »,  a  écrit  Pierre  Joseph  Proudhon   au   dix-­‐neuvième   siècle   dans   Qu’est-­‐ce   que   la   propriété.   Cette   assertion   «  la   propriété,  c’est   le   vol  »   semble   pertinente   en   ce   qui   concerne   la   propriété   intellectuelle.   Comment  admettre   l’appropriation   privée   de   la   production   intellectuelle  ?   A   priori,   cette   production   a  vocation  à  circuler  sans  contrepartie  monétaire.    Toutefois,   l’ordonnancement   juridique   permet   la   protection   de   la   propriété   intellectuelle.  Certes,  la  notion  de  légalité  n’emporte  pas  celle  de  justice  :  il  existe  des  lois  injustes.  Néanmoins,  le   développement   du   droit   de   la   propriété   intellectuelle   interpelle.   De   plus,   un   élément   est   de  nature  à  mettre  en  cause  le  droit  de  la  propriété  intellectuelle.  Comme  le  mentionnent  Levy  et  Jouyet   dans   leur   ouvrage   L’économie  de  l’immatériel,  La  croissance  de  demain   en   2007,   il   s’agit  d’une  évolution  de  l’économie  vers  l’immatériel.    Tout   d’abord,   il   apparaît   indubitablement   légitime   de   protéger   la   propriété   intellectuelle.   L’idée  selon  laquelle  toute  création  mérite  récompense  et  salaire  n’est  pas  récente.  Dès  le  dix-­‐huitième  siècle,   Beaumarchais   a   défendu   l’idée   suivante  :   l’artiste   doit   vivre   de   son   art.   C’est   pour  répondre   à   cela   qu’en   1777,   il   a   fondé   la   Société   des   auteurs   et   compositeurs   dramatiques,  ancêtre,   en   quelque   sorte,   de   la   Société   des   auteurs,   compositeurs   et   éditeurs   de   musique  (SACEM).  C’est  ainsi  qu’à  la  Révolution,  les  auteurs  ont  acquis  des  droits  sur  leurs  œuvres.      Actuellement,  émerge  une  économie  de  l’immatériel  ;  l’économie  des  biens  matériels  stagne.  La  croissance   de   l’immatériel   et   le   déplacement   de   l’économie   vers   des   produits   sans   limite  d’utilisation  (musique,  fichiers  numériques…)  interrogent  le  droit  de  la  propriété  intellectuelle  tel  qu’il  est  aujourd’hui  et  en  bouleversent  le  cadre  juridique.      Le  droit  de  la  propriété  intellectuelle,  qui  encadre  la  diffusion  d’une  création,  se  divise  en  quatre  domaines  :  le  brevet,  la  marque,  le  secret  et  les  droits  d’auteur.  D’abord,  le  brevet,  défini  par  sa  longueur  et  sa  largeur,  permet  à  celui  qui  le  dépose,  d’obtenir  une  rémunération  pour  le  fruit  de  son  travail  et  de  sa  recherche.  Il  constitue  ainsi  une  incitation  à  l’innovation.  Mais,  pour  pouvoir  déposer  un  brevet,  il  convient  de  respecter  un  certain  nombre  de   critères  :   il   faut   une   invention,   susceptible   d’application   industrielle   et   qui   représente   une  réponse   technique   à   un   problème   technique.   Le   brevet   est   ainsi   défini   par   trois   critères  cumulatifs.  Par  exemple,  une  découverte  ne  peut  pas  être  brevetée  puisqu’elle  préexistait  avant.  Le   brevet   est   donc   défini   par   deux   caractéristiques  :   sa   longueur   et   sa   largeur.   La   longueur  équivaut  tout  simplement  à  la  durée  du  brevet.  L’importance  de  la  durée  dépend  du  côté  duquel  on   se   place,   industriels   ou   consommateurs.   La   personne   qui   dépose   peut   choisir   jusqu’à   une  durée   de   vingt   ans.   Il   est   inutile   de   dire   que   l’intérêt   des   industriels   est   d’avoir   une   durée   de  protection   la   plus   longue   possible,   afin   de   compenser   et   valoriser   les   efforts   et   recherches  fournis   pour   obtenir   cette   invention.   Mais,   ce   qui   est   création   de   l’esprit   n’appartient   pas  indéfiniment   à   son   créateur,   et   ce,   pour   l’évolution   du   savoir.   À   noter   également   que   toute  invention  brevetée  est  divulguée  six  mois  après  le  dépôt  de  brevet.  Cela  permet  alors  à  toute  la  communauté,  aussi  bien  scientifique  qu’industrielle,  de  prendre  connaissance  de  l’invention  et  ainsi  de  prolonger  des  recherches  avec  cette  nouvelle  donnée.  Le  brevet  se  définit  également  par  l’explication  exacte  et  précise  de  l’invention,  c’est-­‐à-­‐dire  que  pour   être   accepté,   le   brevet   doit   expliciter   les   domaines   et   applications   industrielles   dans  lesquels  le  monopole  d’exploitation  est  demandé.  L’accompagnement  de  la  description  par  des   LES  PROBLEMES  POSES  PAR  LE  TRANSFERT  DES  TECHNOLOGIES   16    
  • 17.     Mémoire  Final      dessins   et   annexes   techniques   est   recommandé   pour   accroitre   les   chances   de   voir   le   brevet  accepté.  Cette  explication  permet  de  maîtriser  la  largeur  du  brevet.  Il  s’agit  d’éviter  d’accorder  des   brevets   qui,   de   par   leur   caractère   vague,   regrouperaient   trop   de   points   d’application   et  nuiraient  alors  à  la  concurrence.  C’est  l’Institut  National  de  la  Propriété  Industrielle  (INPI)  qui  tranchera  et  délivrera  les  titres  de  propriété  intellectuelle.      Ensuite,   la   marque,   définie   par   un   nom,   un   logo   et   des   couleurs,   est   déposée   dans   un   bureau  d’un  ou  plusieurs  pays.  L’objectif  est  de  permettre  aux  clients  de  la  reconnaître  immédiatement.    Le   secret   consiste   à   conserver   au   sein   d’une   entreprise   ou   d’un   laboratoire   de   recherche,   une  idée,   un   procédé   ou   un   produit.   La   concurrence   exacerbée   pousse   de   plus   en   plus   les  organismes  à  opter  pour  le  secret  car  le  brevet  n’empêche  pas  la  divulgation  de  l’invention.  Enfin,  les  droits  d’auteur  régissent  la  propriété  intellectuelle  de  nature  artistique.  Ainsi,  le  droit  de   la   propriété   intellectuelle   concerne   également   les   œuvres   et   inventions   de   l’esprit.  Cependant,  la  protection  du  droit  d’auteur  ne  porte  que  sur  le  support,  et  non  sur  l’expression.  En  d’autres  termes,  elle  ne  s’étend  pas  aux  idées.    Propriété  intellectuelle  et  transferts  de  technologie      Les   transferts   de   technologie   concernent   majoritairement   les   domaines   des   brevets   et   des  secrets   comme   l’expliquait   Françoise   Lemoine   lors   de   notre   rencontre.   Néanmoins,   le   droit  d’auteur   a   son   importance   dans   la   diffusion   du   savoir   et   de   la   culture   française   à   l’international.  C’est   ce   que   Guillaume   Juin   nous   a   décrit   comme   étant   le   rayonnement,   qui   permet  indéniablement  une  influence  dans  les  pays  concernés.      Brevets   et   transferts   de   technologie   sont   intimement   liés   dans   la   mesure   où   la   cession   de   la  technologie   n’est   jamais   totale   et   complète  ;   elle   est   souvent   l’objet   d’une   licence,   donnée   par  l’entreprise   propriétaire   du   brevet.   Cette   solution   n’est   pas   complètement   satisfaisante   pour  l’entreprise   receveuse   car   elle   ne   lui   donne   pas   une   autonomie   à   long   terme.   Cette   dernière  préfèrera   se   tourner   vers   un   transfert   de   savoir-­‐faire.   Cependant,   le   transfert   de   technologie  n’est   jamais   complétement   exclusif  :   ainsi,   brevets   et   savoir-­‐faire   sont   souvent   transférés   de  pair.      L’entreprise   propriétaire   de   la   technologie   va   via   le   transfert   de   technologie,   bénéficier   d’un  certain  nombre  d’avantages.  D’un  point  de  vue  financier,  elle  peut  toucher  des  royalties  ou  des  revenus   associés   aux   ventes,   délivrer   une   assistance   technique   (rémunérée)   à   l’entreprise   du  pays   d’accueil,   ou   encore   obtenir   des   coûts   de   production   plus   faibles.   Le   transfert   de  technologie   est   également   profitable   d’un   point   de   vue   commercial  :   il   permet   bien   évidemment  de   pénétrer   de   nouveaux   marchés,   de   développer   sa   notoriété   et   son   image   de   marque   à  l’étranger,   appréhender   les   techniques   de   ventes   et   de   marketing   locales.   Enfin,  technologiquement  parlant,  il  s’agit  d’une  opportunité  pour  accéder  aux  clients  internationaux  et   avoir   leur   feedback,   mais   aussi   avoir   accès   à   des   technologies   locales   ou   des   réseaux  d’innovation.    Ainsi,   en   synthèse,   les   bénéfices   stratégiques   pour   l’entreprise   transférant   la   technologie   sont  conséquents  :   le   transfert   de   technologie   est   un   levier   renforçant   la   politique   de   croissance   et  d’expansion   de   l’entreprise,   augmentant   sa   valeur   et   sa   compétitivité.   Il   représente   également  une  alternative  solide  à  l’investissement  direct  à  l’étranger  (IDE).    L’entreprise   recevant   la   technologie   est   en   principe   elle   aussi   gagnante  :   elle   réduit  conséquemment  le  risque  du  développement  technologique  ainsi  que  celui  de  la  mise  en  œuvre,  elle   n’a   quasiment   aucun   coût   de   développement   par   conséquent,   elle   va   mettre   à   jour   ses  connaissances   internes   et   former   ses   ressources   humaines   tout   en   bénéficiant   de   suite   de  technologie   avancées   (saut   technologique),   ce   qui   aura   pour   conséquence   plus   ou   moins   directe  de  renforcer  sa  position  concurrentielle  sur  son  marché  local.     LES  PROBLEMES  POSES  PAR  LE  TRANSFERT  DES  TECHNOLOGIES   17    
  • 18.     Mémoire  Final        En  définitive,  les  deux  entreprises  prenant  part  au  transfert  de  technologie  ont  en  commun  un  but   de   rentabilité   et   donc   une   finalité   économique.   À   long   terme,   le   partenaire   d’aujourd’hui  peut   devenir   le   concurrent   de   demain.   Il   s’agit   alors   pour   l’entreprise   opérant   le   transfert   de  veiller  à  conserver  un  avantage  technologique  certain.  Découle  alors  le    problème  majeur  d’un  transfert   de   technologie  :   proposer   une   technologie   suffisamment   de   pointe   pour   être  intéressante  aux  yeux  de  l’entreprise  d’accueil,  sans  galvauder  son  avantage,  et  ainsi  conserver  son   avance   pour   ne   pas   être   doublé   par   ce   concurrent   potentiel   futur.   C’est   d’ailleurs   le  reproche  le  plus  souvent  mis  en  avant  dans  le  transfert  de  technologie  :  céder  sa  technologie  à  des   concurrents   futurs.   Néanmoins,   il   faut   souligner   que   le   transfert   de   technologie   est   une  nécessité   économique   actuelle.   Les   entreprises   gagnent   de   l’argent   en   cédant   des   technologie  sur  le  point  d’être  sur  le  déclin,  argent  qui  servira  à  la  recherche  &  développement  et  permettra  de   mettre   au   point   les   nouvelles   technologie   de   demain,   qui   permettront   de   garder   l’avance  technologique  sur  ces  nouveaux  concurrents.      Une   autre   question   majeure   se   pose   dans   le   transfert   de   technologie  :   comment   prioriser   les  domaines   (santé,   énergie,   éducation…)   en   matière   de   transfert   de   technologie  ?   Il   s’agit   bien  évidemment  d’une  problématique  traitée  en  adéquation  avec  la  politique  à  venir  du  pays  et  les  entreprises   sont   plus   ou   moins   libres   de   suivre   les   recommandations   faites   par   l’Etat.   Dans  certains   pays   comme   ceux   d’Afrique,   prioriser   un   domaine   est   très   difficile   voire   impossible,  dans   la   mesure   où   tous   les   domaines   sont   prioritaires.   Cependant,   l’OMPI   (Organisation  Mondiale   de   la   Propriété   Intellectuelle)   recommande   «   le   recensement   de   trois   questions  pressantes   pour   lesquelles   les   technologies   appropriées   pourraient   contribuer   efficacement   à  améliorer  les  conditions  de  vie:  le  secteur  de  la  santé,  le  secteur  de  l’agriculture,  et  le  secteur  de  l’énergie   ».   C’est   par   conséquent   dans   ces   domaines   que   les   brevets   ont   un   impact   le   plus  défavorable  au  développement  de  ces  pays  et  industries.    Néanmoins,   la   politique   suivie   par   les   pays   représente   une   donnée   importante,   pouvant  influencer  aussi  bien  positivement  que  négativement,  la  décision  de  contractualiser  un  transfert  de  technologie  entre  deux  entreprises.  Ainsi,  si  le  secteur  de  l’entreprise  recevant  la  technologie  n’est   pas   celui   en   accord   avec   la   politique   du   pays,   les   possibilités   de   voir   le   transfert   s’effectuer  sont   réduites.   A   contrario,   il   peut   s’agir   d’un   catalyseur   de   transfert   si   le   secteur   est   favorisé  dans  la  politique  du  pays  d’accueil.      Bien   que   le   transfert   de   technologie   soit,   par   le   biais   de   cession   de   licences,   une   des   pierres  angulaires  du  système  des  brevets,  la  rigidité  du  modèle  implique  que  le  brevet  peut  aussi  être  un   frein   à   un   transfert.   Dans   le   domaine   de   la   santé   en   général   et   de   la   pharmacologie   en  particulier,   l’achat   de   licences   coûte   cher   et   minimise   par   conséquent   l’émulation   et  l’innovation.  Davantage  de  souplesse  en  matière  de  protection  serait  profitable  à  la  recherche  et  à   l’innovation   dans   les   pays   les   moins   avancés,   mais   cette   solution   pourrait   laisser   la   porte  ouverte  à  des  dérives.      En   plus   d’être   un   frein   au   transfert   de   technologie,   les   droits   des   brevets   peuvent   enrayer  l’adaptation   du   savoir   aux   conditions   locales.   La   protection   limitée   de   la   propriété   intellectuelle  par   le   passé   a   favorisé   la   formation   technologique   dans   des   pays   comme   l’Inde,   l’Égypte   et   la  Corée.  De  nos  jours,  la  surprotection  de  la  technologie  et  de  tout  ce  qui  l’entoure  conduit  à  des  répercussions  négatives  sur  le  transfert  de  technologie.    Ainsi,   il   a   été   mis   en   exergue   le   rôle   central   mais   aussi   l’ambivalence   du   brevet   dans   le   transfert  de   technologie.   S’il   faut   concilier   droit   de   propriété   et   droit   au   respect   de   la   vie   privée,   un   autre  curseur  doit  être  placé  de  manière  pertinente  :  celui  qui  se  situe  entre  la  protection  des  rentes  d’innovation   dans   une   perspective   d’incitation   et   la   volonté   de   diffuser   le   plus   possible   les  innovations   et   créations.   En   d’autres   termes,   il   faut   protéger   les   idées   pour   que   les   personnes   LES  PROBLEMES  POSES  PAR  LE  TRANSFERT  DES  TECHNOLOGIES   18    
  • 19.     Mémoire  Final      qui   les   trouvent   soient   rémunérées,   mais   cette   protection   ne   doit   pas   non   plus   être   un   frein   à  leur  diffusion  et  expansion.    Le  transfert  de  technologie  dans  un  cadre  de  coopération      À   lheure   de   la   mondialisation,   la   cession   de   licence   et   le   transfert   de   technologie   sont   des  facteurs   décisifs   pour   la   conclusion   dalliances   stratégiques   et   le   lancement   de   coentreprises  internationales  si  lon  veut  maintenir  un  avantage  compétitif  dans  une  économie  de  marché.  Par  conséquent,  de  nombreux  efforts  sont  effectués  à  léchelon  international  pour  les  faciliter  et  ce,  par  la  mise  en  œuvre  dun  climat  propice  à  linvestissement  et  au  développement  économique,  bénéfique  et  indispensable  à  chacun  :  c’est  la  coopération.      Bien   que   le   terme   coopération   internationale   s’applique   en   règle   générale   aux   relations   entre  Etats,   on   peut   également   l’utiliser   pour   décrire   les   liens   privilégiés   entre   deux   entreprises  d’Etats  différents,  ces  dernières  étant  autant  que  possible  sur  un  pied  d’égalité.  La  coopération  est  imprégnée  de  valeurs  fortes  telles  que  confiance,  entraide  ou  encore  enrichissement  mutuel.  Officiellement,   ce   sont   les   mêmes   valeurs   qui   sont   mises   en   avant   lors   d’un   transfert   de  technologie  mais  c’est  souvent  la  dominante  économique  qui  prend  le  pas  sur  celles-­‐ci.  Il  ne  faut  pas  stigmatiser  les  entreprises  qui  le  prennent  en  compte  et  le  mettent  en  avant,  car  cet  intérêt  économique  existe  et  joue  un  rôle  majeur  dans  le  transfert  de  technologie  (rôle  moteur).  Il  ne  faut  pas  non  plus  avoir  une  vision  manichéenne  de  l’argent.  Enfin,  il  ne  faut  pas  non  plus  croire  que   la   coopération   est   uniquement   motivée   par   philanthropie,   elle   masque   souvent   des   intérêts  sous-­‐jacents  (rayonnement  et/ou  influence  politique).      La  coopération  peut  être  de  plusieurs  types  (militaire,  scientifique…)  mais  dans  le  cadre  de  ce  travail,   nous   ne   désignerons   par   coopérations   que   celles   rattachées   à   l’économie   ou   au  développement.  Dans  la  partie  suivante  (étude  d’un  cas  de  transfert  de  technologie)  sera  abordé  un  exemple  de  coopération  culturelle.    Les  Etats  ont  pris  conscience  qu’il  est  indispensable  d’agir  sur  les  causes  des  problèmes  dans  les  pays  en  voie  de  développement  ou  sous-­‐développés,  et  non  pas  uniquement  sur  les  symptômes.  Les   entreprises   devraient   réaliser   le   même   cheminement  :   c’est   tout   à   fait   dans   leur   intérêt,  surtout   d’un   point   de   vue   stratégique.   L’interdépendance   des   pays,   et   donc   des   entreprises  entre   elles,   souligne   le   caractère   indispensable   des   échanges.   C’est   l’opportunité   pour   elles  d’avoir   des   clients   fidèles   et   de   confiance   dans   le   meilleur   des   cas.   Dans   le   pire   des   cas,   elles  auront  de  nouveaux  concurrents  les  challengeant  sur  leur  domaine  ou  sur  leur  cœur  de  métier.  La   concurrence   permet   l’émulation   et   c’est   dans   ce   type   d’environnement   concurrentiel   que  l’innovation  est  la  plus  forte.      La  coopération  permettrait  idéalement  d’amener  une  entreprise  à  bénéficier  du  savoir-­‐faire  ou  de   la   technologie   d’une   autre,   en   contrepartie   d’accords   commerciaux   ou   d’autres   natures  (exemple  :   achat   des   pièces   détachées   de   la   technologie   uniquement   à   l’entreprise).   C’est  finalement   ce   qui   se   passe   dans   les   transferts   de   technologie   que   l’on   pourrait   qualifier   de  gagnant-­‐gagnant  :  tout  le  monde  y  trouve  son  compte.      La  coopération  semble  être  une  solution  séduisante.  Néanmoins  Pankaj  Ghemawat,  professeur  à  Harvard,  a  défini  5  critères  influençant  conséquemment  la  réussite  d’une  telle  entreprise  :     • la  distance  culturelle  :  il  est  évident  que  des  différences  d’éthique,  de  normes  sociales,  de   coutumes  peuvent  nuire  à  la  mise  en  place  d’une  alliance  avantageuse.     • la  distance  administrative  :  lorsque  la  politique  des  entreprises,  les  réglementations  ou   législations   qu’elles   ont   à   respecter   sont   trop   différentes,   la   coopération   ne   peut   pas   donner  la  pleine  mesure  de  son  potentiel.   LES  PROBLEMES  POSES  PAR  LE  TRANSFERT  DES  TECHNOLOGIES   19    
  • 20.     Mémoire  Final       • la   distance   géographique  :   elle   représente   un   frein   non   négligeable   car   elle   donne   implicitement   des   coûts   de   transport   et   de   communication   supérieurs   à   ceux   observés   généralement.  Ce  problème  est  d’autant  plus  important  dans  les  services  d’entreprise  où   il  est  nécessaire  d’avoir  un  suivi  et  un  échange  réguliers  (Recherche  &  Développement   notamment).   • la  distance  économique  :  l’équilibre  doit  être  respecté  au  risque  de  voir  l’une  des  deux   entreprises  prendre  le  pouvoir  sur  l’autre.  Un  rapport  de  domination  et  de  dépendance   s’instaurerait.   • la  distance  technologique  :  ce  critère  n’est  pas  significatif  dans  notre  cas  puisque  le  but   de  la  coopération  est  de  réduire  le  fossé  technologique  entre  les  deux  entreprises.    En   définitive,   il   apparaît   que   la   coopération   interentreprises   entre   pays   différents   n’est   rien  d’autre   que   ce   vers   quoi   doivent   tendre   la   majorité   des   entreprises   pratiquant   le   transfert   de  technologie.  On  a  montré  que  le  transfert  de  technologie  a  un  certain  nombre  de  points  positifs  à   faire   valoir   lorsqu’il   se   déroule   dans   une   relation   de   confiance.   Mais   parfois,   l’intérêt  économique   est   tel   que   l’un   des   deux   acteurs   en   sort   perdant.   Par   la   coopération,   la   situation  donnerait  en  règle  générale  une  relation  gagnant-­‐gagnant  entre  les  deux  entreprises  impliquées  dans  le  transfert  de  technologie.    C.  CAS  CONCRETS  DE  TRANSFERTS  DE  TECHNOLOGIE  ET  ENJEUX    1.  Les  méthaniers  et  la  Corée  du  Sud  :  Transfert  de  technologie  négatif    Le   premier   cas   que   nous   développerons   concerne   un   exemple   d’un   transfert   de   technologie  pouvant  être  considéré  comme  négatif,  entre  la  France  et  la  Corée  du  Sud,  dans  le  secteur  de  la  construction  navale  et  plus  particulièrement  des  méthaniers.    En   premier   lieu,   il   est   important   de   resituer   le   contexte   de   ce   transfert   de   technologie.  L’interview   de   M.   Boris   Fedorovky,   (Annexe   3),   membre   du   GICAN   et   expert   en   construction  navale,  nous  permet  de  connaître  la  situation  lors  du  transfert.    En   1964,   la   France   décide   de   se   lancer   dans   la   construction   de   bateaux   transportant   du   GNL  (Gaz   Naturel   Liquide)  :   le   méthane.   Dans   les   années   70,   la   France   se   positionne   en   tant   que  leader,   et   même   pionnier,   dans   la   construction   de   méthaniers.   Le   marché   des   méthaniers   a  connu   une   croissance   progressive.   La   flotte   mondiale   augmente   d’environ   100   unités   vers   1975  à   200   unités   dans   les   années   90.   Suite   à   une   crise   de   l’industrie   pétrolière,   l’investissement  mondial   en   construction   de   méthaniers   a   baissé   dans   les   années   80.   Le   marché   fut   donc  relativement  peu  dynamique  à  cette  époque.      Cependant,  dans  les  années  90,  le  segment  devient  de  nouveau  attractif  pour  la  France  grâce  à  une   amélioration   du   contexte   macro-­‐économique.   Les   japonais   fermaient   certains   chantiers   et  en   Europe   très   peu   de   chantiers   demeuraient   encore   ouverts.   En   France,   un   seul   chantier  existait   toujours   :   celui   de   Saint-­‐Nazaire   (ou   chantiers   de   l’Atlantique).   Celui-­‐ci   restait  spécialiste   et   expert  en   méthaniers,   le   meilleur   au   niveau   mondial   dans   ce   domaine.   La  construction   des   méthaniers   repose   sur   deux   technologies  :   premièrement,   la   conservation   du  méthane   durant   le   transport   et   d’autre   part   la   propulsion   des   méthaniers.   L’expertise   de   la  France  était  liée  à  la  technique  de  conservation  avec  la  licence  GTT  :  des  cuves  isolées  par  des  membranes,  système  exploité  par  Technigaz  et  Gaz  Transport  (GTT).     LES  PROBLEMES  POSES  PAR  LE  TRANSFERT  DES  TECHNOLOGIES   20    
  • 21.     Mémoire  Final      La   technologie   des   membranes   s’oppose   à   la   technologie   des   sphères   dont   la   licence   était  détenue   par   MOSS,   un   constructeur   norvégien.   La   technologie   des   membranes   est   plus  performante  et  moins  coûteuse  que  la  technologie  des  sphères.    À  ce  moment-­‐là,  la  Corée  rencontre  un  besoin  de  transport  de  GNL.  Cependant,  le  gouvernement  coréen   souhaite   garder   les   revenus   engendrés   par   la   construction   des   méthaniers   au   sein   de  leur   propre   économie.   De   ce   fait,   la   Corée   du   Sud   ferme   son   marché   et   la   France   se   voit   dans  l’impossibilité  de  vendre  des  méthaniers  à  la  Corée  du  Sud.   Opérateur   Coréen  :   KOGAS   Méthaniers   en  Corée  du   Sud   Chantiers   Technologie   Coréen  :   sphère   HYUNDAI,   achetée  à   HANJIN   MOSS   Figure  3:  Les  acteurs  du  marché  des  méthaniers  en  Corée  du  Sud    La   figure   3   met   en   avant   le   marché   fermé   imposé   par   l’état   coréen.   Cependant   les   coréens   se  sont   aperçus   de   la   sous-­‐performance   de   la   technologie   de   la   licence   MOSS.   La   Corée,   et   plus  particulièrement  le  chantier  HANJIN,  souhaite  donc  acquérir  une  expertise  dans  la  technologie  à  membranes   de   GTT.   Les   chantiers   de   Saint-­‐Nazaire   furent   donc   sollicités   en   1992   par   HANJIN  pour   partager   leur   technologie   et   leur   expertise.   Depuis,   la   Corée   du   Sud   est   devenue   leader  dans  la  construction  de  méthaniers  :  environ  83%  des  commandes  mondiales  sont  passées  aux  chantiers  de  la  Corée  du  Sud.  Les  armateurs  coréens  ont  réussi,  en  signant  des  contrats  à  long  terme,  à  consolider  leur  position  de  leader.  La  France  n’a  pas  construit  de  méthanier  depuis  le  début   des   années   2000  :   la   dernière   commande   a   été   passée   par   Gaz   de   France,   pour   une  construction   de   méthaniers   qui   utilisait   une   nouvelle   technologie   –   malheureusement   cette  dernière  expérience  fut  un  échec.  L’élève  a  donc  dépassé  le  maître  !      En  deuxième  lieu,  la  question  qui  se  pose  est  :  «  Pourquoi  les  chantiers  français  de  Saint-­‐Nazaire  ont   pris   le   risque   d’accepter   de   transmettre   leur   savoir-­‐faire   vers   la   Corée   du   Sud  ?  ».   En   effet,   il  faut   savoir   qu’à   cette   époque   la   Corée   du   Sud   se   trouvait   dans   une   position   favorable  :   la  dévalorisation   du   Yen   leur   permettait   d’être   compétitifs   et   l’état   coréen   effaçait   les   dettes   des  constructeurs  de  méthaniers.  Afin  de  mieux  comprendre  le  niveau  de  compétitivité  de  la  Corée  du   Sud,   il   parait   important   de   situer   les   niveaux   de   prix   des   méthaniers   proposés.   De   1991   à  1997   16   méthaniers   d’environ   130k   m3   ont   été   commandés   par   l’opérateur   gazier   coréen,  KOGAS,  tous  aux  chantiers  coréens  pour  270  millions  de  dollars  l’unité  ;  ce  prix  est  tombé  à  210  millions   en   1997.   A   cette   même   époque,   les   chantiers   de   Saint-­‐Nazaire   ont   vendu   des  méthaniers  à  PETRONAS  pour  environ  250  millions  de  dollars  l’unité.  Les  coréens  ont  ensuite  baissé   leur   prix   à   143   millions   de   dollars   en   2000,   selon   Boris   Fedorovsky.   Les   chantiers  français  et  japonais  furent  donc  hors  course,  en  termes  de  prix,  face  aux  coréens.      Rappelons   que   le   marché   de   la   Corée   du   Sud   était   fermé   et   que   la   demande   dans   le   reste   du  monde   n’était   pas   importante.   Les   français   construisaient   donc   de   moins   en   moins   de  méthaniers  et  se  voyaient  dans  une  impasse  sur  ce  segment.  Nous  pouvons  penser  que  la  France  a  utilisé  stratégiquement  le  transfert  de  technologie  comme  vecteur  d’accès  à  ce  marché  fermé.  L’opération   n’était   pas   sans   risques   pour   la   France   comme   nous   l’avons   constaté.   Au   vu   du   LES  PROBLEMES  POSES  PAR  LE  TRANSFERT  DES  TECHNOLOGIES   21    
  • 22.     Mémoire  Final      contexte,   il   est   également   légitime   de   supposer   que   la   France   se   voyait   perdre   le   marché   des  méthaniers   à   cause   de   la   fermeture   des   marchés   asiatiques.   Cependant,   si   ces   marchés   venaient  à   s’ouvrir   à   des   acteurs   étrangers,   le   pays   qui   transmettrait   sa   technologie   vers   HANJIN   serait  favori  lors  de  l’ouverture  du  marché.  La  France  aurait  pu  prévoir  cette  situation.      La   France   a   donc   accepté   de   transmettre   son   expertise   à   la   Corée   en   envoyant   sur   place   des  employés   des   chantiers   de   Saint-­‐Nazaire  :   ce   transfert   a   permis   la   France   de   recevoir   une  contrepartie   financière   considérable   de   la   part   de   la   Corée   du   Sud  :   environ   200   millions   de  Francs  selon  M.  Boris  Fedorovsky.      De  plus,  comme  pour  tout  transfert  de  technologie,  nous  pouvons  émettre  l’hypothèse  que  si  les  chantiers  de  Saint-­‐Nazaire  n’avaient  pas  accepté  de  transférer  leur  savoir-­‐faire,  le  transfert  de  technologie   aurait   eu   lieu   par   le   biais   d’un   autre   chantier,   certes   moins   performant   que   les  français   mais   toujours   est-­‐il   que   la   Corée   aurait   obtenu   le   savoir-­‐faire   requis.   La   contrepartie  aurait  été  perdue  par  la  France  et  le  résultat  non  souhaité  se  serait  certainement  produit.  Comme  évoqué  par  Boris  Fedorovsky  la  stratégie  de  la  France  se  situaient  peut  être  aussi  dans  la   pérennité   de   leur   savoir-­‐faire  :   les   chantiers   de   Saint-­‐Nazaire   ne   construisaient   plus   de  méthaniers  et  en  accompagnant  le  chantier  HANJIN,  les  Français  assuraient  une  survie  de  leur  savoir-­‐faire.  Suite   à   ces   hypothèses,   nous   supposons   que   la   stratégie   de   la   France   repose   sur   les   facteurs  listés  dans  la  figure  4.   Vecteur   daccès  au   marché   fermé   Transfert   Contrepart accepté   ie   Transfert   par  la   ineluctable   €inancière   France   Pérennité   du  savoir-­‐ faire   français   Figure  4  :  Facteurs  pouvant  expliquer  la  stratégie  de  la  France  pour  le  transfert  Enfin,   essayons   de   comprendre   le   caractère   négatif   de   ce   transfert.     À   priori,   le   transfert   est  désastreux  pour  la  France  d’un  point  de  vue  économique  :  le  marché  des  méthaniers  est  perdu  dû   au   savoir-­‐faire   de   la   Corée   qui   égale   désormais   celui   de   la   France,   et   les   chantiers   de  l’Atlantique  ne  vendent  plus  de  méthaniers.  Ce  résultat  n’était  pas  celui  espéré  par  la  France  en  1992  lorsque  le  transfert  s’est  opéré.      En  effet,  ce  transfert  de  technologie  a  certainement  contribué  à  la  compétitivité  de  la  Corée  du  Sud.  La  technologie  membrane  permet  de  construire  des  méthaniers  à  des  coûts  moins  élevés.  De   plus,   comme   nous   l’avons   constaté   précédemment,   les   prix   appliqués   par   la   Corée   ont  commencé   à   baisser   entre   1991   et   1997,   et   la   France   a   transféré   son   savoir-­‐faire   sur   la   LES  PROBLEMES  POSES  PAR  LE  TRANSFERT  DES  TECHNOLOGIES   22    
  • 23.     Mémoire  Final      technologie   membrane   en   1992.   Nous   pouvons   supposer   que   la   compétitivité   de   la   Corée   du  Sud  suite  au  transfert  de  technologie,  et  donc  à  un  progrès  technologique  non  négligeable,  n’a  certainement  pas  été  anticipée  pas  les  chantiers  français  lorsque  ce  transfert  a  été  accepté.  En  revanche,  si  la  France  avait  effectivement  prévu  cette  compétitivité,  nous  pouvons  penser  que  le  transfert   a   eu   lieu   car   le   poids   des   facteurs   de   la   figure   4,   notamment   celui   lié   au   «  Transfert  inéluctable  »,  ont  été  estimé  très  important.      Cependant,  nous  pouvons  relativiser  l’aspect  néfaste  de  ce  transfert  du  point  de  vue  français.  En  effet,   comme   nous   l’avons   cité   précédemment,   ce   transfert   aurait   certainement   eu   lieu   même  sans   l’intervention   de   la   France.   Les   pays   asiatiques   ferment   leurs   marchés   et   montent   en  puissance   aujourd’hui   dans   tous   les   secteurs,   notamment   celui   de   l’aéronautique.   La   France  aurait   dans   tous   les   cas   perdu   son   statut   de   leader.   Malgré   tout,   grâce   au   transfert   et   à  l’accompagnement   de   la   Corée   du   Sud   dans   la   construction   de   méthanier   avec   la   technologie  membranes,  la  France  se  voit  dans  la  possibilité  de  perpétuer  son  savoir-­‐faire.  L’Espagne  et  la  Chine   ont   depuis   fait   appel   à   l’expertise   des   chantiers   de   l’Atlantique   en   échange   d’une  contrepartie  financière.  Le  coté  néfaste  du  transfert  est  donc  à  relativiser  ;  en  effet  il  n’est  pas  forcément   totalement   négatif.   De   plus,   l’expertise   française   dans   la   propulsion   des   méthaniers   a  pu   être   utilisée   pour   d’autres   segments   qui   sont   de   plus   en   plus   important   de   nos   jours  :   le  paquebot  ou  le  bunkering.      Par   ailleurs,   d’un   point   de   vue   politique,   cela   a   permis   à   la   France   et   la   Corée   d’entretenir   de  bonnes  relations  et  cela  ne  peut  être  que  favorable  dans  le  futur.    D’un  point  de  vue  coréen,  ce  transfert  a  été  plus  que  favorable.    Le  caractère  désastreux  de  ce  transfert  est  donc  à  relativiser.    2.  Le  bassin  du  Biobío  :  Transfert  de  technologie  favorable    Le  second  exemple  détaille  le  cas  de  la  gestion  de  l’eau  du  fleuve  Biobío  au  Chili  dans  les  années  90.  Celui-­‐ci  est  considéré  comme  positif.    Les   acteurs   de   ce   transfert   sont   la   France,   qui   a   transmis   son   savoir-­‐faire   en   matière   de  développement   et   de   gestion   des   ressources   en   eaux   et   le   Chili,   qui   souffrait   d’une  désorganisation   de   l’exploitation   du   bassin   du   Biobío.   En   effet,   à   cette   époque   les   «  pays   du  Sud  »  connaissent  un  réel  retard  en  matière  de  politique  de  management  des  ressources  en  eau.  En   Afrique   par   exemple,   la   Gestion   Intégrée   des   Ressources   en   Eau,   GIRE,   n’est   apparue   que  dans   les   années   2000.   A   contrario,   la   France   et   d’autres   pays   développés   exploitaient   des  systèmes  déjà  très  aboutis  tant  sur  le  plan  décisionnel  que  financier.    Afin   de   comprendre   les   enjeux   stratégiques   que   représentait   l’organisation   de   l’activité   du  bassin,  il  est  intéressant  présenter  la  situation  du  Biobío  au  cours  de  cette  décennie.  Il  s’agit  du  second   fleuve   le   plus   important   du   Chili   avec   une   longueur   de   380km.   D’une   superficie   de   24  000  km2,   son   bassin   est   particulièrement   attractif   pour   des   secteurs   économiques   clés   du  développement  du  pays  tels  que  l’agriculture  (céréales,  haricots,  betteraves),  le  secteur  forestier  (pins,   eucalyptus,   bois   d’œuvre,   cellulose)   et   la   pêche   (sardines,   anchois,   coquillages).   D’une  importance   stratégique,   l’eau   du   fleuve   sert   l’agriculture   mais   aussi   l’industrie   papetière,  chimique   et   pétrochimique,   sidérurgique,   agro-­‐alimentaire   et   les   populations.   De   plus,   trois  centrales  hydrauliques  et  une  centrale  thermique  y  fournissent  960  MW  (24  %  de  la  puissance  installée  nationale).    Malgré  la  richesse  que  représente  le  fleuve,  le  bassin  est  une  zone  plus  pauvre  que  le  reste  du  pays  et  communautairement  peu  développée.  En  outre,  l’activité  industrielle  intense  du  bassin  pose   de   sérieux   problèmes   tant   au   niveau   de   la   qualité   de   l’eau   que   de   la   dégradation   de  l’environnement,  pollution  des  eaux  et  des  sols,  érosion,  inondations,  sécheresses  et  épuisement   LES  PROBLEMES  POSES  PAR  LE  TRANSFERT  DES  TECHNOLOGIES   23    
  • 24.     Mémoire  Final      des  ressources  naturelles.  Avant  que  la  Direction  Générale  des  Eaux  n’envisage  la  création  d’une  Agence  de  Bassin,  plus  de  cent  organisations  étaient  impliquées  dans  la  gestion  de  l’eau  de  cette  zone.    Autre   point   à   souligner  :   au   Chili   l’eau   est   un   droit   de   propriété,   librement   négociable   comme  tout   autre   bien   ou   service.   Ce   système   donc   très   imparfait,   reposait   sur   des   interférences   et   des  superpositions  des  rôles  de  chacun.  Nous  comprenons  donc  que  la  difficulté  de  ce  projet  résidait  dans  la  multiplicité  des  acteurs  effectifs.  Une  réelle  réorganisation  s’imposait  afin  de  clarifier  la  responsabilité  de  chacun  et,  à  terme,  d’améliorer  la  gestion  des  ressources  en  eau  du  bassin.  Ce  fut  au  début  des  années  90,  face  à  cette  situation  de  dysfonctionnements  et  de  blocages,  que  les   autorités   chiliennes   ont   fait   appel   au   bureau   de   conseil   français,   Coyne   et   Bellier,  pour  l’étude   de   la   création   d’une   Agence   de   Bassin   du   Biobío.   En   effet,   la   France   possédait   une  certaine   expérience   dans   ce   domaine   car   il   existait   déjà   six   agences   de   Bassin   chargées   de   la  gestion  de  leau  sur  des  zones  données.  La  participation  de  toutes  les  parties  prenantes  a  permis  à  ces  agences  d’établir  une  politique  pour  une  gestion  rationnelle  des  ressources  en  eau  d’une  part   et   la   protection   de   l’environnement   d’autre   part   (dépollution   et   équilibre   des   milieux  aquatiques).   De   par   leur   rôle,   elles   assurent   une   certaine   harmonie   car   elles   fédèrent,  conseillent  sur  des  points  techniques,  forment  et  initient  des  recherches.  Leur  fonctionnement  est  principalement  financé  par  redevances  prélevées  selon  le  principe  «pollueurs-­‐payeurs».  Le   Biobío   a   donc   été   choisi   comme   bassin   pilote,   sachant   que   presque   aucun   pays   du   tiers  monde   ne   possédait   d’organisation   du   type   «  Agence   de   Bassin  ».   De   ce   fait   le   projet   lancé   en  1993   a   reçu   l’assistance   de   la   Banque   Mondiale   et   de   la   Coopération   française.   L’étude   s’est  déroulée   entièrement   au   Chili   et   avec   l’étroite   collaboration   de   divers   experts   français,  notamment   de   l’Agence   de   Bassin   Seine   -­‐   Normandie,   mexicains,   vénézuéliens   et   brésiliens.   Elle  a   duré   deux   ans   de   1993   à   1995   et   a   fourni   le   cadre   nécessaire   à   la   concertation   et   à  l’harmonisation   des   organisations.   La   structure   proposée   par   l’étude   équivaut   à   de   nombreux  niveaux   à   celle   des   Agences   de   Bassin   Françaises,   l’organisation   en   Assemblée   de   Bassin   et  Corporation  de  Bassin,  la  stratégie  de  financement  usager-­‐pollueur-­‐payeur,  etc.  Ainsi   Coyne   et   Bellier   a   travaillé   à   établir   un   état   de   référence   s’articulant   autour   de   cinq  chantiers   dans   un   souci   constant   de   contact   avec   les   divers   acteurs   concernés.   Tout   d’abord  l’élaboration   d’une   entité   institutionnelle   et   d’une   stratégie   de   financement,   mais   aussi  l’optimisation   de   l’attribution   et   de   l’utilisation   des   ressources.   Il   s’agissait   ensuite   d’identifier  les  projets  prioritaires  afin  de  désamorcer  les  conflits  entre  usagers  et  enfin  d’établir  une  base  de  données.  Le   succès   de   cette   collaboration   ne   repose   pas   simplement   sur   l’expertise   et   l’expérience  françaises   dont   a   tiré   profit   le   Chili,   mais   aussi   sur   la   prise   en   compte   de   chaque   organisme  impliqué  dans  le  nouveau  mécanisme  du  «  marché  de  l’eau  ».  D’autre  part,  nous  pouvons  penser  que  le  désintéressement  de  Coyne  et  Bellier  dans  l’exploitation  du  bassin  était  nécessaire  au  bon  déroulement  du  projet.  Par  désintéressement  nous  entendons  le  fait  que  Coyne  et  Bellier  était  externe  au  projet,  ce  qui  a  contribué  à  une  objectivité  de  la  part  de  ce  bureau  de  conseil.    De   ce   fait   nous   en   concluons   que   ce   transfert   de   technologie,   de   la   France   vers   le   Chili,   a   été  favorable   pour   ce   dernier.   En   effet,   le   Chili   est   un   pays   en   voie   de   développement   qui   a   pu  bénéficier  de  l’expérience  d’un  pays  développé.  D’un  point  de  vue  économique,  ce  transfert  est  donc  positif  pour  le  pays.  En   revanche,   du   point   de   vue   de   la   France,   celle-­‐ci   a   pu   valoriser   son   expertise.   En   effet,   en  exportant   son   modèle   et   en   promouvant   la   performance   de   son   système,   la   France   a   pu  rayonner   dans   ce   pays   d’Amérique   Latine.   Aujourd’hui,   il   existe   un   Réseau   International   des  Organismes  de  Bassin,  RIOB,  créé  en  1994  par  le  France  et  rassemblant  plus  de  130  organismes   LES  PROBLEMES  POSES  PAR  LE  TRANSFERT  DES  TECHNOLOGIES   24    
  • 25.     Mémoire  Final      de   bassin   dans   46   pays.   L’aspect   positif   pour   la   France   relèverait   donc   davantage   du   domaine  politico-­‐diplomatique.  De  ce  fait  le  transfert  a  été  favorable  pour  les  deux  parties.  Nous  pouvons  rapprocher  ce  cas  de  la   coopération   mise   en   place   par   la   France   vers   différents   pays   en   voie   de   développement.   En  effet,  il  s’agit  ici  d’un  travail  collaboratif  et  bilatéral  pour  lequel  les  deux  pays  impliqués  ont  pu  en  tirer  un  bénéfice.  Il  est  donc  possible  de  penser  que  la  coopération  pourrait  être  un  moyen  de  transférer   de   la   technologie   de   manière   favorable   pour   toutes   les   parties   impliquées   dans   le  processus.  3.  Le  patrimoine  culturel  français  en  Inde  :  Transfert  de  technologie  neutre    Le  dernier  cas  traité  est  axé  autour  du  transfert  du  patrimoine  culturel  français,  et  notamment  celui  de  la  littérature  française,  en  Inde.  L’Inde  étant  un  pays  émergeant  avec  un  fort  potentiel  économique   et   politique,   il   semble   important   d’étudier   ce   transfert   de   technologie.   De   plus,  celui-­‐ci  concerne  un  secteur  différent  de  ceux  abordés  dans  les  autres  cas.    Définissons  tout  d’abord  le  contexte  de  ce  transfert  de  technologie.  La  direction  de  la  politique  culturelle  dispose  de  trois  champs  d’action,  selon  Guillaume  JUIN,  chargé  de  mission  culturelle  au  Ministère  des  Affaires  Etrangères  (Annexe  4)  en  termes  de  transfert  du  patrimoine  culturel  français   vers   d’autres   pays,   et   notamment   vers   l’Inde.     Afin   de   mettre   en   œuvre   la   politique  culturelle,  le  ministère  des  affaires  étrangères  s’appuie  sur  les  ambassades  de  France  ainsi  que  sur   le   Bureau   du   Livre   en   Inde   localement   et   sur   le   Programme   d’Aide   à   la   Publication   (PAP)  «  Tagore  »   pour   la   traduction   des   ouvrages,   la   prise   en   charge   des   droits   et   l’aide   à   la  publication.    Le  premier  champ  d’action  concerne  le  transfert  d’expertise  ou  d’expérience  de  la  France  vers  l’Inde.   En   effet,   la   France   transfère   son   savoir-­‐faire   en   ce   qui   concerne   la   mise   en   place  d’exposition  et  la  gestion  des  musées.  Le  transfert  d’expertise  se  traduit  également  par  la  traduction  des  ouvrages  littéraires  français  distribués   en   Inde,   avec   l’aide   du   PAP   Tagore.   Néanmoins,   au   vu   des   interviews   et   recherches  effectuées,   nous   pouvons   penser   que   l’évolution   du   PAP   Tagore   est   à   envisager   afin   de  permettre   l’édition   indienne   d’œuvres   françaises   déjà   traduites   en   anglais   par   des   éditeurs  anglo-­‐saxons.  L’évolution  du  PAP  Tagore  est  liée  au  deuxième  champ  d’action  :  le  rayonnement  de  la  France  dans  un  contexte  de  concurrence  culturelle.  Le  deuxième  champ  d’action  est  lié  au  rayonnement  de  la  France  dans  des   pays   émergeants   dont   l’Inde   fait   partie.   Typiquement   en   Inde,   le  rayonnement  et  l’influence  de  l’expertise  française  se  traduit  à  travers  un  festival  qui  s’appelle  «  Bonjour  India  ».    Comme   indiqué   dans   le   communiqué   de   Presse   du   Ministère   des  Affaires   Etrangères,   figurant   en   Annexe   5,   le   festival   composé   de   300  événements  culturels  français  dans  18  villes  indiennes.  Celui-­‐ci  permet  de   véhiculer   la   production   et   la   créativité   française   dans   divers  domaines   artistiques   à   New   Dehli   ainsi   que   dans   l’ensemble   des  agglomérations   principales   indiennes.   Des   auteurs   français   sont  également   envoyés   en   Inde   pour   effectuer   des   sessions   de   lectures  auprès  du  lectorat  indien.    Le   communiqué   de   presse   en   Annexe   5   illustre   l’objectif   principal   du  Ministère   via   ce   festival   «  Conçu  pour  refléter  la  diversité  de  la  France  contemporaine  et  renouveler  son  image  auprès  du  public  indien  ».     Ceci  traduit  en  effet  le  rayonnement  évident  souhaité  par  le  pays  émetteur   Figure  5  :  Affiche  du   transfert   de   technologie,   à   savoir   la   France.   Au-­‐delà   du   Bonjour  India   2010   LES  PROBLEMES  POSES  PAR  LE  TRANSFERT  DES  TECHNOLOGIES   25    
  • 26.     Mémoire  Final       rayonnement,   cela   pourrait   cependant   également   relever   d’influence   culturelle  du  pays.     Le  troisième  et  dernier  champ  d’action  concerne  la  coopération  qui  est   un  transfert  bilatéral  de  technologie.     Ce  troisième  champ  est  directement  lié  au  festival  Namasté  France  qui   se   déroule   en   France   et   permet   aux   français   de   connaître   la   culture   indienne  :   «  Le   festival   de   l’Inde   en   France  ».   La   coopération   va  Figure  6  :  Namasté   permettre  la  coédition  et  la  coproduction  dans  différents  domaines  :     France   l’art,   le   cinéma,   la   gastronomie,   la   littérature,   la   mode,   la   musique,   le   théâtre  ou  encore  le  yoga.   Une   première   phase   d’apprentissage   est   nécessaire   au   bon   fonctionnement   de   la   coopération   bilatérale.  Celle-­‐ci  consiste  à  envoyer  une  équipe  d’artistes  français  sur  place  pendant  deux  mois   dans  le  but  de  travailler  en  binôme  avec  un  artiste,  ou  groupe  d’artistes,  indien.  Le  résultat  de  ce   travail  bilatéral  fera  ensuite  partie  de  la  réalisation  du  festival  Namasté  France.       Le  Festival  Bonjour  India,  «  Le  festival  de  la  France  en  Inde  »,  relève  également  d’une  certaine   coopération   bilatérale.   En   effet,   artistes   indiens   et   français   travaillent   conjointement   pour   la   réalisation  du  festival.       Transfert   dexpertise   Rayonnemen t  et  In€luence   française   Coopération   Transfert  de  technologie  :   patrimoine  français  vers  lInde   Figure  7  :  Les  champs  d’action  du  transfert  de  technologie  France/Inde     Les  champs  d’actions  représentés  dans  la  figure  7  ont  débuté  à  des  moments  différents  dans  le   temps.  En  effet,  le  rayonnement  et  la  coopération  existent  depuis  que  la  France  a  une  présence   diplomatique   à   l’étranger.   Le   réseau   consulaire   et   diplomatique   de   la   France   est   le   plus   important   au   monde   ce   qui   a   favorisé   le   rayonnement   et   la   coopération,   notamment   dans   les   anciennes   colonies   françaises.   Ce   rayonnement   s’est   agrandi   dans   les   pays   émergeants   par   la   suite.     En  ce  qui  concerne  le  transfert  d’expertise,  le  Ministère  des  Affaires  Etrangères  a  décidé  de  se   lancer   sur   ce   champ   d’action   au   début   des   années   2000   du   fait   d’une   baisse   des   crédits   consacrés   au   rayonnement   culturel.   Cette   baisse   des   crédits   a   été   compensée   par   un   transfert   d’expertise  et  de  savoir-­‐faire.     LES  PROBLEMES  POSES  PAR  LE  TRANSFERT  DES  TECHNOLOGIES   26    
  • 27.     Mémoire  Final      Essayons   maintenant   de   comprendre   quels   sont   les   bénéfices   pour   chacun   des   pays  :   d’une   part  la   France   et   d’autre   part   l’Inde.   Dans   ce   cas,   aucune   contrepartie,   ou   échange   financier,   n’est  officiellement  requis  -­‐  comme  nous  l’a  précisé  Guillaume  JUIN  (Annexe  4).  Le  processus  paraît  plus   complexe   que   celui   des   cas   décrits   précédemment.   En   effet,   les   résultats   positifs   liés   à   ce  transfert   de   technologie   se   retrouvent   à   plusieurs   niveaux  comme   indiqué   dans   la   figure   8   ci-­‐dessous  :       Diplomates         béné€ices  politique  et     diplomatique     Directions  culturelles,     ambassades  françaises  et     interlocuteurs  indiens     Artistes  indiens  et  français  impliqués  dans  les     festivals,  la  coproduction,  la  coédition  et  la     lecture  douvrages         Figure  8  :  Les  entités  bénéficiant  du  transfert  de  technologie  franco-­‐indien    Le   transfert   de   technologie   franco-­‐indien   présente   un   bénéfice   pour   les   deux   pays.   En   effet,   la  coopération  fait  partie  d’un  des  champs  d’action  du  processus  du  transfert.  Et  la  coopération  est  l’essence   même   d’un   échange   bilatéral   et   donc   d’un   bénéfice   commun   et   sans   dimension  financière.   Celle-­‐ci,   combinée   aux   deux   autres   champs   d’actions,   va   permettre  aux  deux  pays  de  tirer  un  avantage  commun  de  ce  transfert  de  technologie.    La   France   ayant   un   poids   économique   et   culturel   moins   important   que   celui   de   concurrents  politico-­‐culturels  tels  que  les  Etats-­‐Unis,  il  est  important  pour  elle  de  se  démarquer  par  le  biais  de   transfert   de   technologie   de   ce   type.   En   effet,   cela   permet   à   la   France   d’être   au   cœur   de   la  diplomatie  culturelle  et  de  peser  davantage  sur  un  plan  géopolitique.  L’Inde  quant  à  elle,  est  un  pays   émergeant   qui   a   l’opportunité   de   bénéficier   des   savoir-­‐faire   d’un   pays   économiquement  développé,  comme  la  France,  par  le  biais  de  ce  type  de  transferts.    Le  transfert  de  technologie  du  patrimoine  culturel  français  vers  l’Inde  peut  donc  être  qualifié  de  neutre  car  favorable  aux  deux    pays  sur  un  plan  culturel,  diplomatique  et  politique.  La  neutralité  peut   être   également   motivée   par   le   fait   qu’aucun   échange   financier   n’est   lié   à   ce   type   de  transferts.   Cependant,   et   malgré   son   caractère   neutre,   ce   type   de   transfert   paraît   très   important  de   nos   jours   car   il   permet   un   échange   bilatéral   au   cœur   de   la   diplomatie   et   des   échanges  politiques  entre  deux  pays.    Le   côté   neutre   de   ce   cas   est   donc   à   relativiser,   en   effet   celui-­‐ci   peut   être   qualifié   de   favorable   en  fonction  de  notre  point  de  vue  et  de  la  dimension  sur  laquelle  nous  nous  plaçons.     LES  PROBLEMES  POSES  PAR  LE  TRANSFERT  DES  TECHNOLOGIES   27    
  • 28.     Mémoire  Final      Conclusion  Le  principal  enjeu  des  transferts  de  technologie  est  :  Combiner  les  connaissances,  le  savoir-­‐faire  ou   l’expertise   propres   à   un   certain   pays   ou   entreprise   X,   aux   capacités   d’un   autre   pays   ou  entreprise  Y  afin  d’accroitre  leur  compétitivité    face  à  une  concurrence  de  plus  en  plus  accrue  sur  un  plan  international.    Un   transfert   de   technologie   s’opère   en   fonction   d’une   certaine   stratégie.   Cette   stratégie   peut  relever  d’un  aspect  économique,  politique  ou  d’une  amélioration  de  la  compétitivité  industrielle.  Pour  qu’un  transfert  réussisse,  il  faut  respecter  plusieurs  étapes,  décrites  ci-­‐dessus.    Les   transferts   de   technologie   représentent   une   solution   aussi   bien   pour   l’entreprise  propriétaire  que  pour  l’entreprise  receveuse  :  il  s’agit  véritablement  d’un  outil  de  croissance.  Ils  se   réalisent   généralement   entre   une   entreprise   ayant   une   technologie   maitrisée,  un   savoir-­‐faire  confirmé  et  des  objectifs  de  croissance  dans  le  pays  destinataire  et  entre  une  entreprise  qui  n’a  ni  la  technologie,  ni  le  savoir  mais  une  parfaite  connaissance  du  pays,  de  son  marché  et  de  ses  habitudes.  Alors  que  l’une  va  pouvoir  s’implanter  avec  succès  dans  un  nouveau  pays,  l’autre  va  tirer  profit  du  transfert  de  technologie  pour  se  mettre  au  niveau  et  avec  l’objectif  de  devenir  soi-­‐même  un  acteur  qui  compte.      Cependant,   via   un   transfert   de   technologie   le   pays   receveur   peut   devenir   un   concurrent  potentiel.   Ce   risque   est   non   négligeable   pour   le   pays   propriétaire.   Malgré   ce   risque   certain,   le  transfert  des  technologies  est  nécessaire  pour  qu’un  pays,  ou  une  entreprise,  suive  et  survivre  au  sein  de  son  univers  concurrentiel.    La   décision   de   réaliser   un   transfert   est   difficile   car   les   conséquences   peuvent   être   à   la   fois  positives   et   négatives   pour   un   même   acteur.   Notons   qu’il   est   tout   aussi   difficile   d’anticiper  certains   résultats   découlant   du   transfert,   comme   nous   avons   pu   l’illustrer   avec   le   cas   des  méthaniers  en  Corée  du  Sud.    Les  différents  cas  développés  permettent  de  conclure  qu’il  existe  une  notion  vraisemblablement  relative  quant  au  caractère  positif  ou  négatif  d’un  transfert.  Cela  dépend  tout  d’abord  du  point  de  vue  du  lequel  nous  nous  plaçons  :  pour  X  il  s’agit  d’une  catastrophe,  pour  Y  ce  transfert  est  positif.  De   plus,   un   transfert   peut   être   désastreux   à   court   terme   mais   favorable   à   plus   long   terme.   Un  transfert  peut  être  désastreux  sous  un  angle  stratégique  (exemple  :  économique)  mais  favorable  sous   un   autre   (exemple  :   politique).   Cela   met   en   exergue   l’inter-­‐connectivité   des   différents  angles  stratégiques  des  entreprises.  Un  transfert  de  technologie  relève  d’une  grande  complexité.  De   ce   fait,   il   est   quasi-­‐impossible   qu’un   pays   soit   gagnant   sur   tous   les   points.   Le   pays   sera  gagnant  en  fonction  des  objectifs  fixés  en  amont  de  la  réalisation  du  transfert.  Enfin,   un   transfert   n’est   généralement   pas   neutre.   Les   exemples   cités   tout   au   long   de   la  rédaction,   ainsi   que   les   cas   détaillés   à   la   fin   du   dossier   illustrent   qu’il   existe   toujours   un  avantage  plus  important  pour  au  moins  un  des  pays  impliqués.  En   outre,   nous   avons   constaté   que   le   transfert   de   technologie   représente   une   composante  majeure   dans   la   coopération   internationale   interentreprises.   Dans   la   même   perspective,   les  transferts   de   technologie   représentent   une   réelle   opportunité   d’optimiser   la   croissance   d’un  pays   en   voie   de   développement.   Le   cas   de   la   coopération   France-­‐Inde   met   en   évidence   le   fait  que  les  deux  pays  tirent  un  avantage  du  transfert.    Les  pays  d’Asie  bénéficient  de  plus  en  plus  de  la  coopération  et  transfèrent  ensuite  leur  savoir-­‐faire  à  d’autres  pays  d’Asie.    Sachant  que  le  transfert  de  technologie  est  inévitable  pour  rester  en  course  au  sein  d’un  univers  concurrentiel,   ne   pouvons   pas   penser   qu’un   échange   de   savoir   bilatéral,   et   au-­‐delà   des  contreparties   financières,   pourrait   être   la   solution   pour   permettre   un   échange   neutre   et   donc  positif  pour  les  deux  parties  ?   LES  PROBLEMES  POSES  PAR  LE  TRANSFERT  DES  TECHNOLOGIES   28    
  • 29.     Mémoire  Final      BIBLIOGRAPHIE    Livres  Fischesser  B.,  Dupuis-­‐Tate  M-­‐F.,  Cazalis  A.,  2003,  «  Rivières  et  paysages  »,  éditions  de  la  Martinière    Articles,  Notes  de  Synthèses,  Publications  web    Anonyme,  2011,  «  Transfert  des  technologie,  jusqu’où  aller  »,  www.marine-­‐oceans.com  Anonyme,   septembre   2011,   «  HANJIN   va   émettre   400millions   de   dollars   d’actions   supplémentaires  »,  www.meretmarine.com  Anonyme,  juin  2010,  «  Rapport  Final  :  14ème  session  du  Comité  Intergouvernemental  du  droit  d’auteur  »,  UNESCO  web  Anonyme,  1996,  «  Etude  Comparative  de  la  Gestion  par  Bassin  »,  Académie  de  l’eau  www.vie-­‐publique.fr  Arpi   Claude,   janvier/mars   2006,   «  L’Inde   et   la   France  :   un   partenariat   trop   longtemps   attendu  »,  www.jaia-­‐bharati.org  Foz   do   Iguaçu,   novembre   2009,   «  Première   rencontre   des   Organisations   de   bassin   d’Amérique   latine   et  des  Caraïbes  »,  www.objectifterre.ulaval.ca  Glader  Paul,  2011,    «  the  wall  street  journal  »,  Courrier  International  Gross  Matt,  mai  2008,  «  Pondichéry,  la  ville  blanche  »,  Courrier  International  (2)Hendrickx   Céline,   1996,     «  Problématique   du   transfert   de   technologie   et   nouvelles   théories   de  l’innovation  et  de  la  firme  ».  Lanthiez  Anne,  mai  2006,  «  Quelles  perspectives  pour  le  transport  maritime  de  GNL  ?  »,  ISEMAR  Asso  Note  de  synthèse  n°85  Ministère  des  affaires  publiques  du  Chili,  décembre  2004,  «  Cuenca  del  rio  Biobio  »,  www.sinia.cl  (6)Oster   Shai   et   Shirouzu   Norihiko,   janvier   2011,   «  Pour   s’implanter   en   Chine,   il   faut   y   mettre   le   prix  »,  Courrier  International  (4)Ünal-­‐Kesenci   Deniz   et   Lemoine   Françoise,     2003,   «  Commerce   et   transferts   de   technologie  :   le   cas  comparés   de   la   Turquie,   de   l’Inde   et   de   la   Chine  »,   Centre   d’Etudes   Prospectives   et   d’information  internationales    Interviews  :  réalisés  par  les  étudiants  en  novembre  2011  (cf.  annexes)    (1)  Interview  1  :  Ingénieur  International  Aéronautique    (5)Interview  2  :  Chercheuse  Associée  au  centre  d’études  contemporaine  sur  la  Chine  Interview  3  :  Conseiller  Technique  et  Economique  GICAN  Interview  4  :  Chargé  de  mission  à  la  Direction  culturelle  du  Ministère  des  Affaires  Étrangères    Site  web  :  consultés  en  novembre  et  décembre  2011    Ambassade  de  France  en  Inde  PAP  Tagore  :  http://ambafrance-­‐in.org/IMG/pdf_PAP_Tagore.pdf   LES  PROBLEMES  POSES  PAR  LE  TRANSFERT  DES  TECHNOLOGIES   29    
  • 30.     Mémoire  Final        Centre  de  documentation  de  l’Inde  francophone    www.cidif.go1.cc  Coyne  et  Bellier    Ressource  en  eau  et  énergie  :  www.coyne-­‐et-­‐bellier.fr/dun/edv/planification.html  Institut  Français  Festival  Bonjour  India  :  www.institutfrancais.com/evenement/Bonjour-­‐India/evpg902.html  Ministère  des  Affaires  étrangères  Coopération  franco-­‐indienne  :  http://cncd.diplomatie.gouv.fr/frontoffice/article.asp?aid=576&menuid=582&lv=3  Activités  ministère  en  général  :  www.diplomatie.gouv.fr  Namasté  France  www.namaste-­‐france.com  Organisation  Mondial  du  travail  http://www.wto.org/french/tratop_f/trips_f/techtransfer_f.htm  Réseau  International  des  organismes  de  basin  www.riob.org  (7)Synthèse  de  la  législation  européenne  http://europa.eu/legislation_summaries/competition/firms/l26108_fr.htm#  (3)Wikipédia  http://fr.wikipedia.org/wiki/Transfert_de_technologie  World  Trade  Organization  www.wto.org         LES  PROBLEMES  POSES  PAR  LE  TRANSFERT  DES  TECHNOLOGIES   30    
  • 31.     Mémoire  Final      ANNEXE   1   -­‐   INTERVIEW   1  :   LE   TRANSFERT   DES   TECHNOLOGIE   EN  GENERAL      Interviewé  :   • M.  Michel  VEDRENNE  –  Ingénieur  International  Aéronautique  (DASSAULT)      Les   interviewers  :   Remerciement,   Introduction,   présentation,   Explication   du   sujet   avec  nos  différents  thèmes  Le  cadrage  sur  les  transferts  de  technologie  (TdT)  donc  tout  d’abord,  les  TdT  c’est  pas  nouveaux  ça  existe  de  tous  temps  :  la  route  de  soie,  la  découverte  de  l’Amérique,  c’est  un  peu  iconoclaste  mais  la  conquête  du  far  ouest  des  échanges  en  vue  de  s’attirer  les  bonnes  grâces  des  gens  chez  qui  on  allait.    La  route  de  la  soie  c’était  surtout  des  achats  de  matières  de  type  épices,  en  échange  de  quoi  on  leur  a   donné   des   fusils.   Par   exemple   cette   photo   de   CB   qui   donne   des   pacotilles   aux   indiens   pour  s’attirer  des  bonnes  grâces.    Ce  n’est  pas  des  TdT  au  sens  moderne  du  terme  mais  ce  sont  déjà  des  échanges   de   bons   procédés   du   fort   vers   le   faible.   Le   TdT   c’est   implicitement   des   forts   aux   faibles   et  du   pays   développé   au   pays   en   voie   de   développement   dans   le   même   ordre   d’idée.   Le   TdT   s’est  beaucoup   développé   à   la   fin   de   la   seconde   guerre   mondiale,   on   peut   presque   dire   du   moment   où   le  plan   Marshall   a   été   établi   pour   aider   l’Europe   à   se   rétablir   suite   à   la   seconde   guerre   mondiale.  C’est  le  plan  d’aide  américain  vers  l’Europe  en  échange  bien  sûr,    de  l’ouverture  de  leur  produit  à  l’Europe.  Le   TdT   avec   le   rideau   de   fer   et   l’époque   où   les   Russes   étaient   complètement   séparés   du   reste   du  monde,   ils   étaient   quasi   obligés   de   se   développer   au   niveau   des   techniques   modernes   par   leurs  propres   moyens.   Ils   ont   copié   le   concorde   quand   le   rideau   de   fer   a   été   levé,   j’ai   eu   l’occasion   d’aller  plusieurs  fois  là-­‐bas  et  de  découvrir  de  façon  certaine  que  les  Russes,  à  cause  de  cette  autonomie  imposée,  avaient  véritablement  développés  des  objets  à  partir  de  technologie  qui  étaient  les  leurs    et   qui   étaient   bien   souvent   très   originales.   Tout   ceci   fait   qu’il   y   a   eu   deux   filières  :   une   filière  occidentale   pour   les   hautes   technologies   et   une   filière   soviétique.   On   va   dire   qu’elles   faisaient   la  même  chose  mais  en  se  privant  de  coopération  et  de  TdT.  A  partir  de  la  seconde  guerre  mondiale  le  TdT   s’est   développé   et   nous   en   avons   été   les   premiers   bénéficiaires.   Les   avions,   les   warboys,   les  allemands   avaient   une   longueur   d’avance   par   rapport   aux   autres   pays   européens   au   niveau   de  l’aéronautique  et  de  l’espace.    L’une  des  conclusions  de  cette  guerre  a  été  de  casser  la  suprématie  technologique  de  l’Allemagne  en  lui  interdisant  de  fabriquer  des  procédés  technologiques  complets  comme  un  avion  ou  une  fusée,  du  coup  les  allemands  se  sont  reportés,  sur  la  machine  outils,  ils  sont  très  forts  dans  ce  domaine.  Dans  l’automobile,  ils  ont  pu  continuer  ils    sont  donc  très  bons  dans  ce  domaine.  Mais    il  y  eu  une  époque  où  les  TdT  se  sont  faits  de  chez  eux  vers  l’occident.      Je  vous  ai  donné  en  exemple  Von  Braun,  le  père  de  la  fusée  saturne  5  qui  a  permis  la  conquête  de  la  lune  par  les  américains.  Von  Braun  était  un  savant  allemand  qui  était  même  un  SS.  Et  à  la  fin  de  la  guerre  il  a  opté  pour  les  Etats-­‐Unis,  les  allemands  ont  essayé  de  l’en  empêcher  mais  ils  n’ont  pas   LES  PROBLEMES  POSES  PAR  LE  TRANSFERT  DES  TECHNOLOGIES   31    
  • 32.     Mémoire  Final      réussi.   Et   c’est   grâce   à   leur   génie   que   les   américains   ont   rattrapé   leur   retard   pour   arriver   à   la  conquête  de  la  lune.  Pour  les  Français,  il  y  avait  un  centre  où  on  avait  nos  propres  Von  Braun,  qui  n’étaient   pas   de   la   même   envergure   que   Wernher   Von   Braun,   mais   qui   nous   ont   beaucoup   aidés  dans  la  conception  de  moteur  fusée  pour  la  fusée  diamant  ou  la  fusée  Ariane.    De   la   même   façon   dans   l’aéronautique,   j’ai   été   chez   Dassault   donc   je   connais   bien,   le   mirage   3  vendu   à   500   M   d’exemplaires,   il   est   drivé   d’un   modèle   allemand,   ceci   montre   que   les   TdT   n’ont   pas  commencé  aujourd’hui  si  vous  voulez,  ni  hier,  les  TdT  ont  commencé  il  y  a  plus  de  50  ans.  Des  TdT  massifs   ceci   a   apporté   de   réelles   avancées   dans   le   monde   alors   voilà   ça   c’est   ce   que   j’appelle   le  cadrage  alors  est-­‐ce  que  vous  voulez  qu’on  développe  davantage  ?    On  aimerait  savoir  comment  éviter    les  TdT  négatifs  ?  Alors   les   méthodes   pour     éviter   les   TdT   négatifs,   je   ne   suis   pas   sûr   que   cette   expression   soit   bien  heureuse,   on   reviendra   dessus   plus   tard.   Cette   position   sur   la   défensive   n’est   pas   forcément  heureuse  D’autres  questions  sur  le  cadrage  ?    Peut  être  comment  faire  un  bon  TdT  ?  Très   bonne   question,   les   critères   sont   que   la   technologie   qu’on   transfère   soit   intéressante   mais  aussi  que  la  personne  qui  la  reçoit  soit  capable  de  l’utiliser,  de  la  mettre  en  œuvre.  Ce  qui  veut  donc  dire,  et  votre  question  est  intéressante,  qu’on  ne  peut  pas  transmettre  la  technologie  à  n’importe  qui,   et   c’est   pas   péjoratif   ce   que   je   dis,   simplement   il   faut   pouvoir   l’utiliser.   C’est   une   question   de  culture   je   vais   vous   donner   un   exemple   concret,   quand   on   a   vendu   des   mirages   2000   aux  Taïwanais,    en  1992  on  signé  un  contrat  de  60  mirages  à  Taïwan,  la  question  s’est  très  rapidement  posée   de   leur   maintien   en   vols,   en   état.   Et   on   s’est   aperçu   que   le   pays   manquait   cruellement   de  techniciens,  pas  d’ingénieurs  mais  de  techniciens,  sachant  ce  qu’était  un  avion,  sachant  le  réparer  sans   l’abimer   et   le   maintenir   en   état.   C’est   un   peu   le   problème   qui   se   pose   aujourd’hui   avec   les  voitures  modernes,  si  vous  n’avez  pas  la  pieuvre  qui  vous  permet  de  ploguer  pour  voir  l’état  de  la  voiture  et  donc  on  ne  peut  pas  autoriser  l’entretien  d’un  véhicule  moderne  à  un  garagiste  qui  vit  au  siècle  dernier.  Pour  réussir  un  TdT,  il  faut  que  celui  qui  le  reçoit  soit  apte  à  recevoir  ce  TdT.  Alors  parfois,  le  TdT  se  traduit  par  une  période  d’apprentissage.  Un  autre  exemple,  quand  on  a  vendu  ces  mirages  2000  à  Taiwan.  On  leur  a  donné  à  fabriqué  un  gouvernail   d’éléments   aéronautiques   et   avant   qu‘ils   n’aient   pu   fabriquer   ces   éléments,   il   a   fallut  leur  transmettre  des  éléments  des  structures  qu’ils  fabriquaient.  Ce  sont  des  choses  comme  ça  qui  se   posent   en   termes   d’aptitudes   des   Technologie.   C’est   simplement   des   conditions   sine   qua   non  pour  que  ça  marche,  si  on  n’a  pas  les  conditions  pour  que  ça  fonctionne,  ça  ne  marche  pas.    Par   exemple,   on   avait   donné   des   plans   aux   indiens   dans   le   domaine   aéronautique,   ou   dans   le  domaine   spatial,   ils   n’ont   jamais   pu   rien   en   faire  :   il   n’avaient   pas   la   structure   industrielle   pour  mettre  en  œuvre  ces  plans.    On   suspecte   les   chinois   d’avoir   acheté   un   airbus   A380   pour   le   démonter   entièrement   et   voir  comment  il  était  fabriqué,  ce  qui  prouve  la  «  non  maturité  »  de  l’époque  si  vous  voulez.  Un  TdT  ne   LES  PROBLEMES  POSES  PAR  LE  TRANSFERT  DES  TECHNOLOGIES   32    
  • 33.     Mémoire  Final      marche  qui  si  c  ‘est  intéressent,  ça  peut  être  périmé  pour  celle  qui  la  donne  mais  encore  d’actualité  pour  celle  qui  la  reçoit,  c’est  une  adéquation.    C’est  le  cas  le  plus  courant  :  comme  ça  arrange  tout  le  monde  non  ?  Oui  mais  ça,  ça  ne  marche  pas  longtemps,  c’est  l’époque  des  indiens  et  du  far  ouest  ou  ils  leur  on  donné  des  balles  et  des  fusils  ou  bien  des  fusils  sans  les  balles,  ça  marche  un  moment.  Vous  voyez  ce  que  je  veux  dire  ?    Oui  très  bien  Les  américains  ont  réussi  un  tour  de  force  en  vendant  des  avions  de  chasse  aux  taïwanais  en  disant,  «  les  missiles  nous  les  gardons,  on  vous  les  donnera  en  cas  de  besoin.  »  Sur  le  moment  ils  ont  dit  oui,  mais   maintenant   qu’ils   ont   les   chasseurs   et   pas   les   missiles,   ils   sont   furieux,   mais   le   contrat   est  passé,  on  ne  leur  en  prendra  pas  deux  fois.          Vous   avez   dit   que   le   TdT   doit   être   mis   en   œuvre   par   le   pays   qui   reçoit   vous   avez   parlé  d’une   phase   d’apprentissage   donc   c’est   relativement   courant   qu’il   y   ait   des   ressources  humaines  qui  se  déplacent  pour  aider  le  pays  ?  Oui  il  y  a  des  phases  d’apprentissage  oui,  c’est  pas  forcément  le  cas  le  plus  courant,  on  l’a  un  peu  découvert  sur  le  tard  cet  aspect  là.  Dans  un  premier  temps  on  a  pensé  qu’il  suffisait  de  donner  des  codes  et  des  plans.  On  a  cru  que  cela  pourrait  être  utilisé  par  ceux  qui  la  reçoivent,  on  pensait  qu’ils  avaient   le   même   degré   de   compréhension   que   ceux   qui   la   donnaient.   Et   puis   on   s’est   aperçu   que   ce  n’était   pas   le   cas,   parce   que   c’est   un   peu,   ne   l’oubliez   pas,   le   rapport   du   fort   au   faible.   On   peut  s’apercevoir  que  quand  on  apporte  la  technologie,  ça  ne  suit  pas  derrière.  Par  exemple,  si  le  produit  donné   est   un   performant   mais   fragile   et   s’il   n’y   a   pas   les   moyens   de   dépanner   sur   place,   au   bout  d’un  mois,  le  produit  ne  peut  ne  plus  fonctionner  ;  et  conduire  à  un  grand  désarroi  ou  même  une  rancœur  auprès  de  celui  qui  pensait  avoir  acheté  un  produit  performant.  Un  produit  par  exemple  qui  va  très  bien  sous  nos  latitudes  et  qu’on  envoie  directement  en  Equateur  peut   être   complètement   obsolète   parce   que   soumis   à   l’humidité,   à   la   chaleur,   aux   mouches,   tout   ce  qui   est   inhabituel   chez   nous.   Donc   il   faut   vraiment   rentrer   dans   les   détails.   C’est   souvent   dans   le  détail  qu’un  TdT  va  réussir,  il  faut  communiquer  après  le  transfert,  sinon  ça  ne  fonctionne  pas.  Le  TdT   s’accompagne   en   règles   générales   d’un   suivi   de   longue   durée,   et   c’est   évident.   En   réalité  l’assistance   technique   c’est   très   intéressant   pour   celui   qui   transfère,   parce   que   cela   procure   du  travail   à   long   terme.   Ce   n’est   pas   forcément   désintéressé   mais   c’est   absolument   indispensable,   je  pourrais  multiplier  les  exemples.    Le     domaine   de   l’aéronautique   est   un   domaine   où   s’applique   beaucoup   le   TdT.   Il   y   a   aussi   le  domaine  du  nucléaire,  des  composants  électroniques,  pharmaceutiques,  la  chimie  oui  bien  sûr,  vous  en  voyez  vous  des  TdT  que  je  n’aurais  pas  cité?    L’armement  ?    Oui   l’armement   bien   sûr,   c’est   toujours   à   haute   valeur   ajoutée,   à   haute   technologie.   Alors  l’armement  ce  n’est  pas  toujours  un  TdT  quand  même,  ça  peut  être  un  transfert  de  matériel,  mais  ce   n’est   pas   toujours   un   TdT.   Qui   dit   transfert   de   technologie,   par   opposition   secret,   secret  industriel,  que  peut-­‐on  transférer  et  que  ne  peut-­‐on  pas  transférer,  c’est  une  question  importante  à   LES  PROBLEMES  POSES  PAR  LE  TRANSFERT  DES  TECHNOLOGIES   33    
  • 34.     Mémoire  Final      se  poser.  Dans  le  cadre  des  TdT  quel  élément  une  entreprise  garde  comme  «  bijoux  de  famille  »  et  qu’accepte-­‐t-­‐elle  d‘abandonner  aux  TdT.    Il   y   a   un   exemple   très   intéressent   de   l’ingénierie   et   très   général,   c‘est   le   logiciel   de   conception  assisté  par  ordinateur  qui  s‘appelle  CATIA.  Il  a  été  développé  par  la  société  Dassault.  Il  s’agit  d’un  logiciel  universel  qui  permet  de  concevoir,  de  fabriquer  les  objets  et  même  les  usines  qui  fabrique  ces   objets.   Au   départ,   ce   logiciel   sert   à   la   conception   des   avions   Dassault.   Ceux   qui   ont   conçu   ce  logiciel,   se   sont   rapidement   rendus   compte   que   les   autres   industriels   concurrents   faisaient   aussi  ces   logiciels,   mais   ils   pensaient   que   le   leur   était   le   meilleur.   Ce   n’était   pas   de   l’orgueil   mal   placé  mais  la  réalité.  Et  la  question  suivante  s‘est  posée  :  «  est-­‐ce  qu’on  le  garde  pour  nous  et  on  sera  les  meilleurs,  ou  est-­‐ce  que  l’on  le  commercialise  au  risque  que  la  concurrence  l’utilise  pour  faire  des  produits  concurrents  »  ?    Et  pourquoi  la  société  a  décidé  de  le  faire  malgré  tout  ?  C’est  parce  qu’elle  s’est  dit  «  je  vais  devoir  dans  le  moyen  terme  travailler  en  coopération,  cet  outil  est  indispensable  pour   coopérer,   et   si   ce   n’est   pas   moi   qui   le   commercialise,   ce   sera   un   autre   je   serai   obligé   d’utiliser  le  produit  du  concurrent  et  je  serai  pénalisé  »  et  donc  la  décision  a  été  prise  de  le  commercialiser.  Donc   il   est   utilisé   par   Boeing   et   tous   ceux   qui   font   des   avions,   de   la   téléphonie,   des   machines   à  laver…   c’est   un   très   bon   résultat   commercial,   ça   n’empêche   pas   Dassault   d’avoir   des   produits  «  maison  ».  Ici,  la  technologie  a  été  transférée  par  le  biais  d’une  commercialisation.  Une  question  intéressante   est  :   «  Où   commence   le   transfert   de   technologie,   où   s’arrête-­‐t-­‐il   et   où   commence   la  commercialisation  ?  »  Mais   heureusement,   il   y   a   des   choses   encore   très   dures   à   démasquer,   par   exemple,   Coca   Cola  continue   de   dire   que   leur   secret   de   fabrication   reste   gardé,   pourtant   tout   le   monde   boit   du   Coca  Cola.  Il  reste  donc  encore  des  secrets  de  fabrication.    Exemple  amusant  j’ai  passé  6  ans  à  Taïwan  pour  accompagner  la  mise  en  service  des  60  mirages  dont  je  vous  ai  parlé.  Et  évidemment,  sur  ces  avions  il  y  a  des  produits  consommables,  c’est-­‐à-­‐dire  des   produits   qu’il   faut   changer   de   temps   en   temps,   par   exemple   des   freins   alors   la   politique   de  notre  société,  c’est  évidemment  de  fournir  les  pièces  de  rechanges.  Mais  celui  qui  achète  un  produit,  fait  ce  qu’il  veut,  il  peut  la  fabriquer  au  lieu  de  l’acheter,  on  ne  peut  pas  l’en  empêcher.  Quand  on  avait  dit  aux  taïwanais,  «  vous  faites  ce  que  vous  voulez,  mais  si  vous  fabriquez  les  pièces  tous  seuls  on  ne  répond  plus  de  rien  »,  ça  les  a  arrêtés  net.  Mais  un  jour  sans  nous  le  dire  ils  avaient  changé  sans   nous   le   dire   les   étiquettes   sur   l’avion,   et   au   retour   de   la   mission,   le   nouveau   logo   tout   neuf,  avait   disparu   à   la   première   mission.   Donc   même   quelque   chose   qui   n’est   pas   d’une   grande  technologie,  n’avait  pas  pu  être  reproduit  à  l’identique  par  eux,  et  ça  les  a  convaincu  qu’il  fallait  mieux  éviter  de  faire  des  réparations  hasardeuses.      Vous  dites  «  assistance  technique  »,  mais  au  final  c’est  une  dépendance  ?    Oui  on  peut  dire  que  c’est  une  dépendance,  ou  alors  on  leur  donne  l’assistance  technique  qui  leur  permet  de  devenir  indépendant.  C’est  du  très  long  terme  mais  il  y  a  des  écoles  d’ingénieur  qui  ont  des   antennes.   Pour   la   Chine,   qui   forme   des   ingénieurs,   un   transfert   de   technologie   est   à   long   terme  un  transfert  de  savoir  français.  Alors  voyez  vous,  vous  avez  dit  effectivement  dépendance  ça  pause  aussi  la  question  de  la  coopération  TdT  ou  coopération  ?    Vous  savez  la  TdT  c’est  l’éducation  aussi  c’est  le  père  et  la  mère  qui  apprennent  aux  enfants,  c’est  le  même   rapport,   on   touche   beaucoup   à   la   fierté   dans   cette   affaire,   soit   on   prend   l’autre   pour   un  sous-­‐développé  et  la  relation  va  s’arrêter  soit  au  contraire,  il  y  a  du  respect  et  il  peut  y  avoir  une  relation  de  confiance.   LES  PROBLEMES  POSES  PAR  LE  TRANSFERT  DES  TECHNOLOGIES   34    
  • 35.     Mémoire  Final        Mais  la  relation  de  confiance  peut  se  terminer  par  une  relation  de  concurrence  ?    Toujours,   la   tendance   lourde   c’est   que   le   TdT   se   transforme   forcément   en   concurrence   et   en  recherche  de  suprématie.    Mais  quel  est  l’intérêt  alors  pour  les  pays  qui  transmettent  ?  Et  bien,  ne  pas  transmettre  sa  technologie  et  crever  ou  transmettre  sa  technologie  et  vivre,  on  est  dans   un   monde   qui   est   global,   un   pays   riche   en   face   de   pays   pauvres,   ça   marche   un   temps   et   après  ça  ne  marche  plus.  Et  un  pays  développé  face  aux  pays  sous-­‐développés,  ça  ne  marche  pas  non  plus,  parce  que  les  pays  n’ont  pas  d’argent    pour  acheter  les  produits  développés,  ça  a  marché  un  temps.  L’exemple   de   la   guerre   froide   où   tout   un   monde   s’était   privé   d’un   autre   monde   pour   des   raisons  idéologiques,  n’a  pas  tenu.    Mais  initialement  les  TdT  permettaient  d’intégrer  le  marché  par  exemple  l’Asie?  Absolument,   les   deux   grandes   motivations   sont   de   fabriquer   à   moindre   coût   et   de   devenir  accessible   à   ces   pays.   Et   la   seconde   est   de   donner   des   contreparties   à   des   gens   qui   achètent   des  choses    très  chers.  Mais  tout  ça,  c’est  très  humain,  en    réalité  les  pays  qui  acceptent  la  dépendance  sont  des  pays  très  réactifs  et  au  bout  d’un  certain  temps  les  produits  sont  excellents  et  vous  vous  demandez  pourquoi  développer  une  filaire  puisqu’ils  les  font  aussi  bien,  si  ce  n’est  mieux  que  moi  et  à  moindre  coût.  Le  pays  devient  majeur  dans  la  technologie  donnée  et  même  dominateur.  Le  pays  peut  devenir    totalement  partenaire  si  on  a  confiance.  On  ne  pourra  plus  le  concurrencer.  C’est  le  cas   des   composants   électroniques.   Le   moteur   d‘essuie-­‐glace   c’est   le   moteur   le   plus   fabriqué   dans   le  monde   et   donc   le   plus   fiable,   et   c’est   celui     que   personne   n’a   envie   de   réinventer   pour   des   fins  militaires  par  exemple.    Donc   l’ordinateur   que   vous   achetez   est   fabriqué   au   Japon,   à   Taïwan   ou   en   Corée   du   Sud   et   vous   ne  trouverez   pas   de   fabricant   de   moteur   en   France   ni   même   aux   Etats   Unis,   parce   que   ça   n’est   pas  nécessaire,  et  tout  ça  est  le  résultat  d’un  transfert  de  technologie  mais  qui  est  passé.  Cette  idée  de  produire  à  moindre  coût  se  termine  toujours  par  une  concurrence.  Mais  même  voulue  parce  que  en  général  on  abandonne  l’idée  de  fabriquer  «  à  la  place  de  ».    Après   les   composants   électroniques   il   y   a   un   autre   domaine   qui   est   donc   de   très   haute   technologie,  la   fabrication   des   composites   qui   permet   de   remplacer   les   pièces   métalliques   par   des   pièces   en  céramique   de   très   haute   résistance   et   beaucoup   plus   légères   et   faciles   à   fabriquer   que   les   pièces  métalliques   et   là   encore   c’est   le   Japon,   et   exclusivement   le   Japon,   qui   fournit   toutes   les   fibres   de  carbone   et   tout   ce   qu’on   appelle   les   imprégnés   qui   permettent   quand   on   a   tissé   le   produit   de  l’imprégner  avec  des  résines  qui  quand  on  met  le  tout  dans  des  fours  permet  une  polymérisation  pour  obtenir  un  produit  d’une  très  grande  résistance  et  d’une  très  grande  légèreté.  Les  occidentaux  n’ont  pas  eu  peur  de  laisser  cette  fabrication  aux  Japonais  parce  qu’il  y  a  la  relation  de  confiance  qui  va  bien.  Le  deuxième  volet  c’est  la  contrepartie  en  anglais  on  appelle  ça  des  offset  ça  doit  venir  du  terme  de  l’imprimerie,  c’est  faire  de  la  copie  conforme,  c’est  un  terme  un  peu  péjoratif  on  permettait  à  des  gens  de  faire  des  choses  qu’on  faisait  soit  même  mais  on  leur  laisser  le  faire.  Mais  le  terme  exact  c’est  contrepartie  à  des  contrats.  Vous  vendez  une  centrale  nucléaire,  le  pays  la  paye  une  fortune   LES  PROBLEMES  POSES  PAR  LE  TRANSFERT  DES  TECHNOLOGIES   35    
  • 36.     Mémoire  Final      en  contrepartie  il  va  demander  des  compensations,  par  exemple  ça  pourrait  très  bien  être  «  vous  m’achetez   une   partie   de   l’électricité   que   je   vais   fournir   avec   cette   centrale,   ça   s’appelle   du   «  buy  back  »,   ou   je   vous   revends   une   partie   de   pièce   que   je   vais   avoir   faites   avec   la   chaine   de   montage  que  vous  m’avez  vendue.  C’est  l’exemple  d’Airbus  qui  a  vendu  200  ou  400  A  320  aux  Chinois  mais  ils  ont   demandé   en   compensation   à   ce   que   la   chaine   de   montage   d’Airbus   soit   en   Chine   et   qu’elle  permette   de   produire   pour   les   propres   besoins   des   Chinois   mais   aussi   pouvant   être   vendu   à  l’extérieur.  De  facto  il  n’y  a  pas  qu’à  Toulouse,  Hambourg  et  en  Italie  qu’on  fabriquera  des  Airbus,  on   fabriquera   des   Airbus   aussi   en   Chine.   Bon   Renault   fabrique   la   Clio   en   Pologne,   c’est   des  exemples   à   affiner   très   facilement   en   cherchant   sur   google   chrome   vous   trouverez   des   exemples  des  grands  industriels  qui  font  fabriquer  des  produits  ailleurs    pour  compenser  des  contrats  et  ça  amène  à  ce  que  celui  qui  achète  le  contrat  fasse  des  activités  proches  de  vos  activités  à  vous.  Par   exemple   la   Taïwan   quand   on   a   vendu   les   Mirages,   Matra   a   fabriqué   les   missiles   de   ces   Mirages  et   en   compensation   de   l’achat   de   ces   missiles   à   Matra,   Matra   a   du   réaliser   une   ligne   de   métro  automatique  à  Taïpé  et  Taïwan  a  dit  «  j’achète  ce  métro  mais  c’est  moi  qui  fait  l’infrastructure  de  béton  ».  Moyennant  quoi  comme  les  interfaces  entre  les  machines  avaient  été  mal  définies,  la   mise  au   point   s’est   avérée   très   difficile,   donc   exemple   de   mauvais   transfert   de   technologie.   C’était   la  contractant  qui  demandait  à  fabriquer  une  partie  mais  celui  à  qui  on  passait  le  contrat  n’a  pas  su  bien   définir   l’interface   et   donc   la   compensation   a   été   mal   perçue.   Soit   c’était   volontaire   soit   c’était  involontaire.  En  tout  cas  ça  a  été  très  contre  productif,  parce  qu’au  lieu  de  leur  en  vendre  plusieurs  ils  ne  leur  en  ont  vendu  qu’un.  Et  maintenant  c’est  bombardier  qui  a  emporté  le  marché.  Pour   revenir   sur   les   critères   de   bon   transfert,   c’est   aussi   de   ne   pas   dicter   à   celui   à   qui   on   transfert,  le   client,   «  vous   avez   besoin   de   ça  ».   C’est   à   lui   d’exprimer   son   besoin.   Imposer   un   transfert   c’est  toujours  mauvais,  enfin  il  y  a  très  peu  de  chance  que  ça  marche.  A   propos   du   domaine   réglementaire   ou   même   des   politiques   qui   auraient   tendance   à  limiter   les   transferts   de   technologie,   est   ce   qu’on   essaye   par   exemple   de   protéger  certains   pays   face   aux   transferts   de   technologie   ou   est   ce   qu’il   y   a   des   politiques  d’entreprise  qui  les  limitent  ?  Oui   il   y   a   des   restrictions   aux   transferts,   on   ne   transfère   en   principe   que   des   technologie   non  sensibles.  L’autorisation  ou  la  non  autorisation  est  un  élément  de  souveraineté,  comme  maintenant  il  y  a  beaucoup  de  choses  qui  sont  faites  en  coopération,  si  Airbus  fabrique  un  avion  avec  beaucoup  de  composants  Américains  quand  il  veut  vendre  cet  avion  il  est  obligé  de  demander  l’autorisation  aux   Etats   Unis   d’exportation   et   ils   peuvent   dire   non.   Par   exemple   vous   ne   pouvez   pas   transférer  certains  produits  à  Cuba  à  cause  de  l’embargo.  Récemment  on  ne  pouvait  transférer  des  produits  à  fins  militaires  en  Chine,  après  Tienanmen  il  a  été  décidé  d’un  commun  accord  qu’on  ne  transférait  plus  de  produits  militaires  aux  chinois  et  ça  a  été  levé  il  y  a  pas  longtemps  en  signe  d’apaisement  des  tensions.  Ce  sont  des  arguments  très  politiques  qui  ont  des  applications  très  concrètes.    Alors   il   suffit   d’un   composant   électrique   caché   dans   un   moteur   ou   dans   une   centrale   nucléaire,  pour   qu’un   transfert   ne   puisse   pas   se   faire.   En   France   il   y   a   un   organisme   interministériel   qui  s’appelle   le   Comité   Interministériel   EMG   il   comprend   le   premier   ministre,   le   ministre   de   l’industrie,  le  ministre  de  la  défense  et  le  ministre  des  affaires  étrangères.  Ils  se  posent  la  question  est-­‐ce  que  le  fait  de  transporter  ou  transférer  tel  matériel  ou  telle  technologie  est  préjudiciable  aux  intérêts  de  la  France.   LES  PROBLEMES  POSES  PAR  LE  TRANSFERT  DES  TECHNOLOGIES   36    
  • 37.     Mémoire  Final      Donc   cette   commission   fait   juste   des   recommandations   ou   elle   peut   complètement  interdire  à  une  entreprise  un  transfert  ?  Elle  est  exécutoire,  les  conclusions  du  comité  sont  exécutoires  ;  il  y  a  des  dossiers  qui  sont  déposés  et   qui   des   fois   prennent   plusieurs   années,   parce   que   un   jour   c’est   vrai   le   lendemain   ça   ne   l’est   plus.  A  une  certaine  époque  on  ne  pouvait  plus  transférer  aux  chinois,  ou  à  la  Russie,  les  pays  sensibles.  Alors  à  l’Iran  n’en  parlons  pas…  Et  puis  ce  qui  est  vrai  ici  n’est  plus  vrai  en  deçà.    Par   ailleurs   les   Etats   Unis   qui   sont   très   influents   dans   le   domaine   des   technologies   et   qui   ont  souvent  vendu  des  licences,  peuvent  très  bien  décider  que  tel  produit  fabriqué  par  tel  pays  ne  soit  pas  exporté  sous  prétexte  qu’il  y  a  une  licence  qui  leur  appartient.  Tout  refuser  c’est  une  façon  de  mourir  aussi,  dès  qu’on  pousse  le  raisonnement  à  l’asymptote  on  va  en  générale  vers  un  non  sens,  tout  ça  n’est  qu’une  question  de  dosage.  Il  y  a  aussi  des  intérêts  supérieurs  qui  ne  sont  pas  ceux  d’un  industriel  mais  politiques.  Mais   les   justifications   ne   sont   pas   toujours   rationnelles   elles   peuvent   être   politiques,  économiques…Telle  industrie  va  mourir  si  elle  n’exporte  pas  tel  truc  et  on  préfère  transférer  plutôt  que  d’avoir  1  million  de  chômeurs.  Eviter  d’être  sur  la  défensive  sur  les  transferts  de  technologie  et  mais  poser  le  problème  en  terme  de  transfert  ou  coopération.  Non  transfert,  transfert  ou  coopération,  c’est  la  question  qui  se  pose.    Très   souvent   la   vision   financière   peut   changer   bien   des   choses,   par   exemple   dans   le   domaine   de  l’espace,  à  une  certaine  époque  la  conquête  de  la  lune  c’était  une  question  de  leadership  national.  Mais  cette  conquête  nationale  est  révolue,  la  station  spatiale  qui  a  donc  été  mise  en  place  à  grands  frais   et   qui   vient   d’être   terminée   s’appelle   station   internationale.   Au   départ   bien   qu’internationale  elle  ne  pouvait  être  desservie  que  par  les  américains  parce  que  c’était  un  produit  tellement  noble  qu’il  y  avait  que  les  américains  qui  pouvait  l’aborder.  Quand  on  s’est  aperçu  qu’on  ne  pouvait  pas  développer   de   véhicule   de   secours   pour   permettre   aux   cosmonautes   de   revenir   sur   Terre   si   la  station   avait   un   problème.   Les   américains   ont   admis   qu’il   fallait   que   les   russes   puissent   accoster  leur   vaisseau   Soyouz     pour   pouvoir   constituer   un   vaisseau   de   secours   et   donc   en   permanence  maintenant  il  y  a  un  Soyouz  qui  permet  de  rentrer  dedans  et  de  revenir  sur  Terre  rapidement  mais  pire  que  ça  aujourd’hui  il  n’y  a  plus  de  navette  spatiale,  et  il  y  a  eu  un  lancement  de  fusée  Soyouz  qui   a   amené   trois   hommes   dont   un   américain   à   la   station   parce   que   c’est   le   seul   moyen   excisant  aujourd’hui   et   encore   pour   4   ou   5   ans   pour   desservir   cette   station.   Et   Barack   Obama   a   pris   une  décision  assez  déchirante  d’admettre  que  le  leadership,  la  prédominance  américaine  disparaissait  avec   la   disparition   de   la   navette   spatiale   et   cette   station   internationale     est   un   gigantesque  transfert   de   technologie   qui   permettait   à   des   cosmonautes   de   tout   pays   d’accéder   à   une  technologie  dans  le  monde  de  la  0  gravité  pour  faire  des  médicaments,  des  roulements  à  bille…  des  tas  de  trucs  qu’on  fabrique  mieux  dans  l’espace  plutôt  qu’en  apesanteur.  La  station  spatiale  en  soit  est   un   gigantesque   transfert   de   technologie   mais   qui   aujourd’hui   est   dépendant   entièrement   du  bon   vouloir   des   russes.   Donc   c’est   très   paradoxal  !   Un   système   de   si   haute   valeur   de   transfert   de  technologie  devrait  rester  entre  les  mains  de  tous  ceux  qui  y  ont  un  intérêt  et  on  a  accepté  parce  que   les   temps   ont   changé   que   ce   soit   les   russes   qui   assurent   la   desserte   de   la   station   et   la   survie,   le  retour  des  équipages,  dont  des  américains.  C’est  un  exemple  de  renoncement  à  ce  que  l’on  appelle  de   la   souveraineté   pour   des   raisons   plus   financières   que   politiques   mais   qui   s’accompagne   de   LES  PROBLEMES  POSES  PAR  LE  TRANSFERT  DES  TECHNOLOGIES   37    
  • 38.     Mémoire  Final      gestes   politiques   qui   sont   bien   vu   la   Russie   est   très   fière   de   maintenir   en   vie   ce   système   de   très  haute  technologie  fabriqué  essentiellement  pas  les  américains.    Les   chinois   qui   font   l’objet   de   délimitation   bien   nette   en   terme   de   contrat   et   de   transfert,   les  chinois,  grâce  à  leur  taux  de  croissance  et  leur  intelligence,  sont  en  train  de  renouveler  ce  qu’ont  fait  les  américains  et  les  européens  d’une  certaine  mesure,  en  voulant  retourner  sur  la  lune  et  en  faisant   leur   propre   station.   Pourquoi  ?   Parce   qu’actuellement   la   conquête   de   Mars   en   encore  quelque  chose  considéré  comme  stratégique  et  très  peu  livré  à  la  coopération.  Mais  si  on  admettait  que   la   chine   puisse   participer   à   cette   conquête   en   échange   elle   abandonnerait   volontiers   le  recopiage   de   ce   qui   a   déjà   était   fait   il   y   a   30   ans.   Mais   il   faut   dans   ce   cas   là   une   certaine  souveraineté   et   c’est   un   peu   le   drame.   Vous   fabriquez   le   meilleur   caviar   du   monde   vous   avez   le  choix  de  le  garder  pour  vous  ou  bien  de  devenir  vendeur  de  caviar.    Le   transfert   de   technologie   en   fait   c’est   un   rapport   de   domination  ??   On   parlait   d’un  transfert  du  plus  fort  au  plus  faible  mais  en  fait  pour  accompagner  le  plus  faible  mais  là  si  on  parle  de  transfert  négatif  ça  serait  entre  le  plus  fort  et  le  plus  faible  mais  pour  que  le  plus  fort  écrase  le  plus  faible  en  fait.  Dans   la   vie   il   y   a   du   transfert   de   technologie   pour   dominer   et   pour   ne   pas   être   dominé.   Pour  dominer   à   cours   terme   et   pour   ne   pas   être   dominé   à   long   terme.   C’est   toujours   très   dynamique  !  C’est   pour   ça   que   je   vous   encourage   d’éviter   de   raisonner   dans   les   extrêmes.   Pillage   d’un   côté,  pillage   des   ressources   si   j’ai   bien   compris  ??!Ou   au   contraire   piratage   des   données.   Ca   c’est   deux  caricatures   les   activités   liés   à   des   transferts   de   technologie   sont   des   activités   humaines   qui   font  vivre  les  gens  et  donc  elles  ne  peuvent  exister  que  selon  certains  critères  de  réussite.  Et  pour  que  ça  soit   du   «  win-­‐win  »   il   faut   que   ce   soit   dans   la   durée,   ça   peut   pas   être   seulement   le   jour   de   la  signature  du  contrat.  Si  ça  s’avère  être  de  la  pacotille  ça  ne  va  pas  marcher  comme  avec  les  indiens  du  temps  de  Christophe  Colomb.    Un  exemple  quand  on  vendait  de  l’armement  à  une  certaine  époque  et  que  les  gens  qui  l’achetaient  été  tellement  contents  de  pouvoir  l’acheter,  qu’on  leur  vendait  un  peu  n’importe  quoi.  Le  matériel  dont   ils   avaient   besoin   plus   des   tas   de   trucs   en   leur   disant   «  vous   en   aurez   besoin   c’est   du  rechange  »   et   quand   ils   ont   renouvelé   le   contrat   20ans   plus   tard     ils   ont   étaient   voir   dans   leurs  entrepôts  si  tout  ce  qu’on  leur  avait  vendu  leur  avez  servi.  Et  ils  ont  découvert  que  80%  de  ce  qu’on  leur  avait  vendu  n’avait  jamais  servi,  et  bien  ils  n’ont  pas  signé  une  deuxième  fois  comme  ça,  ils  ont  dit  «  on  veut  ça  et  ça  ».  Force  a  été  de  constater  qu’ils  étaient  devenus  majeurs  quand  on  vend  un  produit   de   haute   technologie   à   quelqu’un   il   faut   espérer   qu’il   va   devenir   majeur.   Qu’il   ne   va   pas  rester  dans  la  dépendance,  vous  vendez  un  certain  nombre  de  satellite  de  télécommunication  à  un  pays   «  sous-­‐développé  »,   attendez-­‐vous   qu’à   ce   qu’un   jour   il   fabrique   son   propre   satellite.   Parce  qu’il  se  sera  aperçu  que  c’était  fondamentale.  Et  j’ai  des  centaines  d’exemples  à  vous  présenter.  Un  qui  est  frappant,  en  72  c’est  l’année  des  jeux  olympiques  de  Munich,  et  vous  avez  entendu  parler  du   massacre   des   israéliens   pendant   ces   jeux,   10   ans   plus   tôt   la   France   et   l’Allemagne   se  réconciliaient   de   façon   définitive   et   en   signe   de   réconciliation   ils   ont   lancé   plein   de   programmes  dont  un  satellite  qui  s’appelait  symphonie  qui  devait  relier  la  France  et  l’Allemagne  pour  les  jeux.  Aux  moments  des  jeux  le  satellite  n’était  pas  prêt,  on  était  encore  un  peu  sous  développé  à  l’époque,  d’autre   part   la   fusée   qui   devait   lancer   le   satellite,   qui   était   aussi   un   premier   signe   d’action  européenne,  les  fusée  explosées  les  unes  après  les  autres,  toutes,  du  premier  au  onzième  lancement.   LES  PROBLEMES  POSES  PAR  LE  TRANSFERT  DES  TECHNOLOGIES   38    
  • 39.     Mémoire  Final      Une  fois  que  le  satellite  a  été  prêt,  deux  ans  plus  tard,  la  fusée  n’existait  pas  le  consentium  franco  allemand  a  dit  «  allons  voir  les  américains  ils  vont  nous  lancer  notre  satellite  ».  A  la  NASA  ils  ont  très   bien   été   reçus   et   on   leur   a   dit   «  pas   de   problème   nous   pouvons   lancer   votre   satellite   mais   bien  entendu   pas   d’utilisation   opérationnelle   de   votre   satellite  ».   Ca   a   été   une   prise   de   conscience  extraordinaire,  les  européens  se  sont  aperçus  qu’ils  étaient  capables  de  fabriquer  des  satellites  de  télécommunication,   enfin   ils   le   croyaient   puisqu’ils   ne   l’avaient   encore   jamais   expérimenté   en  orbite,   mais   que   jamais   ils   ne   pourraient   ne   pas   dépendre   des   Etats   Unis   pour   leur  télécommunication.   C’est   ce   qui   a   permis   la   décision   de   lancer   Ariane,   de   commencer   le  développement   d‘Ariane   en   74   et   maintenant   Ariane   espace   est   le   premier   fournisseur   de  lancement   de   satellite   de   télécommunication   au   monde.   S’il   n’y   avait   pas   eu   l’erreur   de   la   NASA   de  dire   pas   d’utilisation   opérationnelle   cest-­‐à-­‐dire   vous   ne   pourrez   pas   tirer   profit   de   votre  technologie   pour   la   vendre   à   d’autres   pays   que   la   France   et   l’Allemagne,   il   n’y   aurait   peut   être  jamais  eu  Ariane,  ni  peut  être  l’indépendance  de  l’Europe  en  matière  de  télécommunication,  c’est  fondamental.   Vous   voyez   l’exemple   d’erreur   pour   maintenir   une   suprématie.   Ne   raisonnez   pas   à  court  terme  mais  en  monnaie  d’échange  à  long  terme.    Mais   ça   demande   beaucoup   d’argent   par   exemple   fabriquer   un   avion   super   sonique,   la   France  toute  seule  ne  peut  pas  le  faire,  la  France  et  l’Angleterre  avaient  fait  concorde  qui  est  une  superbe  réussite   technique   malheureusement   je   pense   qu’on   peut   dire   que   les   américains   nous   ont   sabordé  le  truc  en  ne  l’achetant  pas.  Mais  on  peut  le  faire  à  plusieurs  mais  actuellement  on  a  d’autres  soucis  que   de   fabriquer   cet   avion   supersonique   parce   que   ce   n’est   pas   la   priorité   de   faire   Paris-­‐Sydney   en  2h30.  Ca  le  redeviendra  donc  il  faut  continuer  à  favoriser  la  coopération  à  long  terme  pour  arriver  à  développer  ce  type  de  technologie  et  il  faut  accepter  de  ne  pas  le  développer  tout  seul.    L’avion  de  combat  Rafale,  c’est  un  avion  Franco-­‐français,  le  prochain  sera  probablement  européen,  et   les   américains   sont   en   train   de   lancer   un   grand   marché   pacifique   Obama   est   à   Hawaï   et   il   vient  de  signer  avec  le  Japon  les  pays  d’Amérique  du  sud  et  tous  les  pays  de  la  zone  pacifique  excepté  la  Chine  un  programme,  les  grandes  règles  régissant  un  marché  trans-­‐pacifique,  et  il  faut  absolument  que   l’Europe   puis   faire   un   marché   qui   aille   de   l’atlantique   à   l’Oural   là   on   aura   un   milliard  d’habitants   à   mettre   en   face.   Mais   ça   passe   par   un   abandon   de   certaines   souverainetés   et   la  reconnaissance  d’une  supra  nation.    C’est   un   sujet   extrêmement   sensible   où   il   y   a   des   décisions   stratégiques   et   quand   on   dit   stratégique  ça  montre  bien  qu’il  y  a  des  avantages  et  des  inconvénients.  J’avais  été  frappé  par  Serge  Dassault  que   je   voyais   régulièrement   quand   j’étais   à   Taïwan,   je   lui   avais   dis   que   tous   les   matériels   qu’on  fabrique,  les  Taïwanais  m’ont  dis  vous  me  dites  combien  ça  vous  coute  nous  on  vous  le  fait  à  30%  moins  cher.  Il  ne  m’avait  pas  foutu  à  la  porte  mais  il  n’avait  pas  mis  longtemps  à  me  répondre  il  m’avait  dit  «  et  qu’est  ce  que  je  vais  faire  de  mes  ouvrier  ».  Il  n’avait  pas  imaginé  un  instant  fermer  l’usine   à   cause   de   ça   et   il   a   raison   puisque   aujourd’hui   l’externalisation   la   décentralisation,   la  délocalisation,   c’est   plutôt   mal   vu   pour   l’instant,   ça   reviendra   peut   être.   A   mon   avis   c’est  inéluctable,   si   une   entreprise   gagne   de   l’argent   globalement   ceux   qui   travaillent   dans   cette  entreprise   en   bénéficient   mais   c’est   plus   tout   à   fait   les   mêmes   et   à   court   terme   c’est   parfois  politiquement   non   correcte.   Il   y   a   une   part   d’arbitraire   dans   tout   ça.   C’est   ce   qu’il   faut   bien   que  vous   fassiez   ressortir.   Ce   n’est   pas   une   question   de   courage   mais   plutôt  :   est   ce   que   on   y   est   acculé,  est  ce  que  on  peut  s’en  passer.  Vous  êtes  d’accord  avec  cette  approche  ?  Oui,  c’est  vrai  que  c’est  assez  complexe  comme  thème.   LES  PROBLEMES  POSES  PAR  LE  TRANSFERT  DES  TECHNOLOGIES   39    
  • 40.     Mémoire  Final      Mais  je  vous  dis  faites  bien  entrer  la  composante  humaine  dans  tout  ça.  C’est   bien   pour   nous   d’avoir   l’avis   de   quelqu’un,   on   avait   des   positions   extrêmes,   très  positif,   très   négatif.   On   avait   un   peu   simplifié   les   choses.   Au   final,   c’est   positif   à   court  terme  mais  négatif  à  long  terme.  Ça  PEUT  être  négatif  à  long  terme  !!!  Je  ne  pense  pas  qu’il  faut  le  vouloir  à  tout  prix  mais  il  faut  savoir  s’en  servir  c’est  un  outil.  C’est  tout  le  problème  des  décideurs  si  vous  voulez.  Derrière  l’aspect  technologique   qui   parait   un   peu   «  hard  »,   comme   hardware,   il   y   a   un   aspect   très   software.   C’est  très   très   humain   tout   ça  !   Et   d’ailleurs   nos   activités   humaines,   industrielles   elles   sont   à   80%  humaines  et  20%  techniques.  C’est  jamais  l’inverse.         LES  PROBLEMES  POSES  PAR  LE  TRANSFERT  DES  TECHNOLOGIES   40    
  • 41.     Mémoire  Final      ANNEXE   2   -­‐   INTERVIEW   2  :   LA   CHINE   ET   LES   TRANSFERTS   DES  TECHNOLOGIE    Interviewé  :   • Mme  Françoise  LEMOINE  –  Chercheur associée au Centre d’Etudes sur la Chine contemporaine (EHESS)      Cadrage  autour  des  transferts  de  technologie  en  Chine  Les   pays   en   voie   de   développement   comptent   sur   les   transferts   de   technologie   car   c’est   un  moyen   efficace   d’accroitre   leur   croissance.   Plus   un   pays   est   en   retard,   plus   il   augmente   sa  croissance  en  acquérant  des  transferts  de  technologie.    En  1978,  quand  la  Chine  décide  d’ouvrir  son  économie  au  monde  extérieur,  un  de  ses  objectifs  principaux  était  de  moderniser  son  économie  en  important  des  technologies  étrangères.    Les   transferts   de   technologie   peuvent   se   faire   par   3   manières   différentes:    -­‐  Importations  matérielles  -­‐   Investissement   d’entreprise   étrangère   dans   un   pays   d’accueil  (implantation   de   modes   de  production  modernes)  -­‐   Achats   de   brevets   ou   de   licences   mais   pour   que   la   mise   en   œuvre   soit   possible,   il   faut   un  équipement   et   un   savoir-­‐faire   (savoir   appréhender   et   appliquer   la   technologie   nouvellement  acquise)    Les  différentes  manières  d’effectuer  un  transfert  de  technologie  sont  souvent  corrélées.    En   1978,   La   Chine   s’est   beaucoup   reposée   sur   les   transferts   de   technologie   par   le   biais  d’investissements   directs   étrangers   (IDE)   afin   d’améliorer   sa   croissance.   On   observait   là   une  ouverture  du  marché  sélective  et  une  influence  des  entreprises  étrangères  à  investir  en  Chine.  C’est   ainsi   que   la   Chine   s’est   dotée   d’une   industrie   puissante   (automobile,   …)   et   a   acquit   des  capacités  de  production  moderne.  Des  trois  possibilités  de  transferts  de  technologie  possibles,  l’achat  de  brevets  ou  de  licences  a  eu  un  rôle  moins  important  en  Chine.    L’importation   de   matériels   se   faisait   soit   par   une   entreprise   chinoise,   soir   par   des   entreprises  étrangères.   On   a   vu   se   développer   en   Chine   une   industrie   de   biens   de   consommation  électroniques   tels   que   les   téléphones   portables,   ordinateurs,   caméscopes,   …   qui   s’est  développée   principalement   grâce   aux   investissements   étrangers.   Elle   a   vraiment   réalisé   un   saut  technologique  par  ce  biais.    Plus   de   80%   des   exportations   chinoises   de   biens   électroniques   sont   faites   par   des   filiales  étrangères.   La   chine   est   le   pays   assembleur,   il   importe   les   différents   composants   hautes  technologie  des  pays  avancés  d’Asie  (Japon,  Taiwan,  …)  et  les  assemble  dans  ses  usines.  La   Chine   est   le   premier   exportateur   mondial   de   produits   Hi   Tech,   mais   la   valeur   ajoutée   en  Chine   est   très   faible.   Par   exemple,   sur   un   Ipod   exporté   par   la   Chine   et   vendu   150$,   la   valeur  ajoutée  de  la  Chine  ne  sera  que  de  10$  à  peine.  Cependant,  il  convient  de  s’interroger  sur  la  diffusion  du  savoir  et  de  la  technologie  dans  le  tissu  industriel   chinois.   Y   a-­‐t-­‐il   diffusion   et   à   quelle   hauteur   cela   influence-­‐t-­‐il   les   entreprises  chinoises  ?  D’après  certaines  études  et  notamment  le  travail  de  Mme  Sandra  Poncet,  il  n’y  a  en  réalité  pas  de  diffusion  chez  les  entreprises  chinoises,  ou  du  moins,  il  est  très  difficile  de  la  mesurer.    Dans  le  domaine  des  télécoms,  il  y  a  en  Chine  deux  entreprises  majeures  à  savoir  ZTE,  Huawei  Technologie,   qui   ont   su   se   développer   par   elles-­‐mêmes.   Sinon,   on   constate   parfois   un   effet  d’éviction   des   entreprises   locales.   En   effet,   la   venue   en   très   grand   nombre   d’entreprises  étrangères   peut   étouffer   localement   toute   initiative   chinoise.   On   note   ainsi   que   l’implantation   LES  PROBLEMES  POSES  PAR  LE  TRANSFERT  DES  TECHNOLOGIES   41    
  • 42.     Mémoire  Final      d’entreprises   étrangères   en   Chine   ne   présente   pas   uniquement   des   aspects   positifs.   La  différence   technologique   entre   les   industries   chinoises   et   les   autres   fait   que   les   premières  n’arrivent  pas  à  suivre  l’innovation  développée  par  les  secondes.    Ainsi,   la   stratégie   chinoise   actuelle   vise   à   encourager   les   champions   locaux   dans   les   différents  secteurs  stratégiques  et  pousse  les  grandes  entreprises  locales  à  se  développer  à  l’étranger.      Nouvelles  stratégies  chinoises  On     constate   un   changement   de   stratégie   en   Chine   en   raison   de   la   croissance   des   entreprises  locales   et   aussi   puisque   les   transferts   de   technologie   ne   donnent   pas   toujours   les   effets  initialement   escomptés.   La   chine   va   inciter   les   grandes   entreprises   chinoises   a   investir   à  l’étranger  pour  développer  leur  propre  capital.  Ex  :  Lenovo  qui  rachète  une  division  d’IBM,  ou  le  rachat   des   panneaux   solaires   d’une   entreprise   allemande.  La   chine   encourage   également   à   investir   à   l‘étranger   car   c’est   un   moyen   de   renforcer   son  potentiel  économique.  En   définitive,   en   quarante   ans,   la   Chine   est   passée   d’une   politique   d’importation   à   une   politique  d’investissements  à  l’étranger.    Mesure  de  la  capacité  d’innovation  de  la  Chine  (nombre  de  brevets  déposés  par  an)   La   Chine   progresse   mais   reste   malgré   tout   derrière   les   pays   innovants.   Elle   possède   à  peu  prés  5%  des  brevets  à  l’international,  ce  qui  est  vraiment  faible  pour  un  pays  se  voulant  fort  économiquement.   Elle   investit   beaucoup   en   recherche   et   développement   par   rapport   à   d’autres  pays  comme  le  Japon,  mais  ça  reste  très  faible.      Il  existe  bien  une  législation  en  Chine  pour  le  respect  de  la  propriété  intellectuelle  mais  elle  n’est  globalement  pas  appliquée.  Le  gouvernement  laisse  faire  et  il  s’agit  également  d’une  question  de  culture.  C’est  aussi  la  marque  d’un  pays  sous-­‐développé.  Il  faut  convaincre  le  peuple  chinois  que  c’est   dans   leur   propre   intérêt   de   ne   pas   tomber   dans   la   contrefaçon.   Néanmoins,   au   fur   et   à  mesure   du   temps,   les   Chinois   prennent   conscience   de   l’intérêt   du   respect   de   la   propriété  intellectuelle.  En  effet,  les  innovateurs  chinois  en  sont  aussi  victimes,  et  c’est  finalement  par  ce  biais  qu’ils  en  saisissent  l’importance.     Les   entreprises   chinoises   imposent   souvent   lors   de   la   conclusion   d’un   contrat,   un  transfert   de   technologie  :   on   le   retrouve   dans   l’exemple   d’Airbus,   ou   encore   de   l’électricité  nucléaire.   Dans   les   domaines   du   nucléaire   ou   de   l’aéronautique,   la   coopération   entre  entreprises  chinoises  et  européennes  est  de  plus  en  plus  forte  :  ce  sont  les  joint-­‐ventures.     En   1978,   l’industrie   de   l’automobile   est   peu   performante,   le   gouvernement   fait   donc  appel   aux   investissements   étrangers.   Cependant,   il   existait   à   cette   époque   une   réglementation  en  Chine  :  la  part  des  investissements  étrangers  dans  le  capital  d’une  entreprise  chinoise  est  au  maximum   50   %.   Cela   permet   aux   chinois   de   conserver   le   contrôle   et   la   direction   de   l’entreprise  et  favorise  ainsi  son  propre  essor.    Depuis   que   la   Chine   est   entrée   à   l’OMC,   il   n’y   a   plus   de   plafond   pour   les   investissements  étrangers   sauf   pour   le   secteur   de   l’automobile   qui   est   une   exception   et   qui   resté   plafonné   à  50%  (car  considéré  comme  stratégique  par  la  Chine).  Ainsi,   les   parts   de   marché   des   joint-­‐ventures   étrangères   se   sont   réduites   car   les   entreprises  locales  se  sont  développées.     De  nos  jours,  de  nombreuses  entreprises  implantent  en  Chine  ou  en  Inde  leur  centre  de  recherche   et   développement.   En   réalité,   ces   centres   sont   plus   tournés   vers   le   développement  pour  adapter  le  produit  aux  conditions  locales  et  ainsi  mieux  pénétrer  le  marché  asiatique.    La  recherche  fondamentale  reste  généralement  en  Europe.     La   Chine   possède   un   système   de   brevets   qui   ressemble   à   celui   des   Etats-­‐Unis  :   ainsi,  pour   déposer   un   brevet,   le   produit   doit   être   légèrement   différent   du   précédent   (innovation  incrémentale   peu   marquée.   Par   ex  :   un   produit   électronique   avec   uniquement   un   seul   bouton  qui  change  !).     LES  PROBLEMES  POSES  PAR  LE  TRANSFERT  DES  TECHNOLOGIES   42    
  • 43.     Mémoire  Final      Si   une   entreprise   estime   que   le   produit   est   copié   (litige),   elle   va   faire   appel   aux   tribunaux  chinois,  mais  ceux-­‐ci  sont  tellement  débordés  que  la  procédure  risque  de  prendre  des  années.  De  là,  émane  la  contrefaçon.   Cela  reste  de  toute  façon,  un  phénomène  local  et  mineur,  car  la  copie  est  souvent  l’œuvre  de  petites  entreprises  chinoises  qui  vont  se  satisfaire  du  marché  chinois.         LES  PROBLEMES  POSES  PAR  LE  TRANSFERT  DES  TECHNOLOGIES   43    
  • 44.     Mémoire  Final      ANNEXE  3  -­‐  INTERVIEW  3  :  LES  METHANIERS  ET  LA  COREE  DU  SUD      Interviewés  :   • M.  Boris  FEDOROVSKY  (BF)  -­‐  Conseiller  Technique  et  Economique  GICAN,  25  ans   d’expérience  dans  la  construction  navale   • M.  Jean-­‐Marie  CARNET  (JMC)  –  Délégué  Général  GICAN      Remerciements   et   introduction   de   M.   FEDEROVSKY   d’une   part   et   des   étudiants   d’autre  part.    (BF)   En   ce   qui   concerne   notre   cas   je   vais   commencer   par   vous   donner   une   vision   synthétique   de   ce  qu’est  la  construction  navale.  Cela  introduira  notre  cas  et  vous  permettra  de  comprendre  ce  qu’il  s’est  passé.  Les   méthaniers   sont   des   transporteurs   de   gaz   naturel   liquéfié   (GNL).   Le   méthane,   qu’ils  transforment,  est  liquéfié  à  -­‐163°C  parce  que  sous  cette  forme  liquéfiée  il  est  relativement  dense,  et  la   densité   énergétique   le   rend   valable   à   transporter.   On   peut   le   transporter   également   dans   des  gazoducs,   mais   ça   c’est   plutôt   à   terre.   On   peut   également   le   transporter   sous   forme   comprimée  (GNC),   on   y   pense   depuis   déjà   30   ans.   Cependant   cela   oblige   à   avoir   des   contenants   très   lourds   qui  doivent  résister  à  une  pression  importante.  De  ce  fait  ce  n’est  pas  vraiment  rentable,  on  transporte  beaucoup  de  tuyauterie  mais  pas  beaucoup  de  gaz.    Le  transport  du  méthane  se  fait  depuis  maintenant  presque  50  ans,  depuis  le  début  des  années  60.  Il   y   a   eu   quelques   petits   prototypes   expérimentaux   avant,   mais   à   partir   de   1964   il   y   a   eu   la  construction  de  vrais  méthaniers  et  l’industrie  française  a  été  dès  le  départ  parmi  les  pionniers  si  ce   n’est   le   leader   du   développement   des   méthaniers.   Il   n’était   pas   le   seul,   il   y   avait   les   anglais   et   les  norvégiens  –  qui  avaient  des  systèmes  différents  dont  on  parlera  plus  tard.  Mais  les  français  étaient  quand  même  devenus  autour  de  1970  le  premier  constructeur  de  méthanier  et  ont  eu  le  leadership  en  matière  de  systèmes  de  contenance  du  méthane.    La  technologie  française  dès  le  départ  était  le  système  des  membranes.  La  technique  d’isolation  des  membranes   a   été   développée   à   98%   en   France.   La   grande   alternative   aux   méthaniers   à  membranes   était   les   méthaniers   à   sphères   (ou   à   boules).   Pour   les   méthaniers   à   membranes,   il   y  avait  deux  technologie  :  les  gaufrées,  la  licence  était  à  TECHNI-­‐GAZ,  et  es  planes,  la  licence  était  à  GAZ   TRANSPORT.   Celui   qui   détenait   la   licence   de   la   technique   à   sphères   était   MOSS,   un  constructeur  norvégien.  La  technique  à  membranes  a  de  nombreux  avantages  par  rapport  à  la  technique  des  sphères.  En  effet   les   sphères   par   définition   perdent   beaucoup   d’espace   dans   le   navire   et   pour   une   même  quantité  transportée  le  navire  est  plus  large  et  plus  haut  donc  il  consomme  plus.  La  production  de  sphères  est  plus  onéreuse  que  la  technique  membranes.      Quelle   est   la   taille   du   marché   de   la   construction   navale,   en   particulier   celui   des  méthaniers  ?  (BF)   Cela   reste   un   petit   marché,   en   termes   d’unité   ou   de   nombre   de   navires,   qui   a   décollé  progressivement   depuis   1964.   On   a   eu   une   flotte   mondiale   de   méthaniers   qui   est   passée  progressivement  d’environ  100  unités  vers  1975  à  un  peu  moins  de  200  unités  autour  de  1990.    La  progression  a  été  très  lente,  surtout  qu’après  la  flambée  du  prix  des  hydrocarbures,  il  y  a  eu  une  chute   en   1986.   Il   y   a   donc   eu   toute   une   période   où   il   n’y   avait   plus   du   tout   d’investissements   que   ce  soit   pour   l’offshore   ou   que   ce   soit   pour   les   méthaniers.   Donc   il   y   a   eu   des   années   complètement  creuses  dans  les  années  80.    En   plus,   dans   le   contexte   général   de   la   construction   navale,   il   y   avait   eu   un   envol   de   la   capacité   de  production  dans  les  années  1975  mais  en  même  temps  il  y  avait  le  choc  pétrolier,  doublée  en  plus   LES  PROBLEMES  POSES  PAR  LE  TRANSFERT  DES  TECHNOLOGIES   44    
  • 45.     Mémoire  Final      par  la  réouverture  du  canal  de  Suez.  Donc  la  construction  navale  a  connu  plusieurs  années  de  crise  sévère  entre  1977  et  1990  au  moins.  Donc  pendant  toute  cette  période  il  n’y  a  pas  eu  beaucoup  de  commandes   de   méthaniers,   donc   peu   de   constructions.   Les   quelques   commandes   qui   ont   été  passées,  l’ont  été  au  Japon,  qui  avait  un  circuit  fermé.  Le  Japon  utilisait  la  technique  des  sphères.  Autour  de  1990,  dans  tous  les  segments  du  marché  du  transport  maritime,  la  situation  revenait  à  des  ratios  raisonnables.  De  ce  fait  on  a  recommencé  à  penser  au  développement  du  GNL.  Après  le  passage  à  vide,  beaucoup  de  chantiers  avaient  fermé  dans  le  monde.  Le  seul  acteur  en  Europe  qui  avait  gardé  le  savoir-­‐faire  de  la  construction  des  méthaniers  était  pour  l’essentiel  la  France  avec  ses   chantiers   de   l’atlantique   (Saint-­‐Nazaire).   Au   Japon   par   contre   il   y   avait   encore   3/4   des  chantiers  importants  qui  avaient  encore  cette  compétence.      A   quand   remontaient   les   dernières   livraisons   de   méthaniers   des   chantiers   de  l’atlantique  ?  (BF)  C’est  vrai  que  cela  remontait  à  la  dernière  commande,  donc  1980/1982.  Il  n’y  avait  donc  pas  eu   de   construction   pendant   8/9   ans.   Néanmoins   le   savoir-­‐faire   était   resté   car   il   n’y   avait   pas   eu   de  grande  révolution  dans  les  années  80  du  fait  de  la  situation  figée  due  à  la  crise.  Les  chantiers  de  l’atlantique  étaient  donc  toujours  les  spécialistes  en  la  matière.    Que  s’est-­‐il  donc  passé  dans  les  années  90  lorsque  le  marché  a  commencé  à  se  développer  à  nouveau  ?  (BF)   Dans   les   années   90   les   chantiers   de   l’atlantique   s’intéressent   à   nouveau   aux   méthaniers,   ils  avaient  dans  les  années  80  commencé  à  développer  des  bateaux  de  croisières  et  paquebots.  Surtout  en  1985  avec  la  construction  du  souverain  des  mers.  Ce  virage  vers  les  bateaux  de  croisière  leur  a  permis   de   sortir   vivant   de   la   crise.   En   1990   les   méthaniers   redécollent   et   les   chantiers   de  l’atlantique   se   rendent   compte   qu’il   n’y   pas   beaucoup   d’acteurs   sur   ce   segment,   du   coup   les  chantiers  de  l’atlantique  ont  décidé  de  s’y  remettre.  PETRONAS,  la  Malaisie,  ont  fait  une  commande  de   5   méthaniers   pour   7   milliards   de   francs   donc   une   commande   très   importante.   Cela   a   été   à  l’étonnement   des   concurrents   japonais,   mais   cela   s’est   fait   car   la   technologie   membranes   des  chantiers  de  l’atlantique  permettait  un  avantage  de  couts.  De  plus  les  taux  de  change  entre  le  yen,  le   dollar   et   le   franc   ont   permis   aux   français   d’être   compétitifs   à   ce   moment   par   rapport   aux  japonais.   Ce   fut   un   succès   pour   la   France   lors   du   redéveloppement   de   la   construction   des  méthaniers.  Mais  le  problème  c’est  que  très  très  vite  ont  déboulé  les  chantiers  coréens.    Quand  est-­‐ce  que  ces  chantiers  coréens  sont  apparus  ?  (BF)  Les  chantiers  coréens  sont  apparus  dans  les  années  70.  Le  gouvernement  coréen  avait  décidé  d’investir   dans   cette   industrie   structurante.   À   cette   époque   la   Corée   du   Sud   essayait   de   se   lancer  dans  plusieurs  secteurs,  et  son  environnement  lui  a  permis  de  faire  cela  de  manière  favorisée.  En  effet   les   prêts   étaient   à   des   taux   favorables,   sa   monnaie   était   dévalorisée   et   ses   coûts   à   l’époque  étaient   très   faibles   car   les   coréens   gagnaient   très   peu.   Ils   ont   donc   pu   monter   leur   expertise   de  construction   navale   au   début   des   années   70/80   sur   les   tankers   au   début.   Ils   ont   concurrencé   les  japonais  de  plus  en  plus  et  sont  arrivés  à  la  même  position  que  les  japonais  au  début  des  années  90.  Ils   se   sont   ensuite   intéressés   très   vite   aux   chantiers   des   méthaniers,   car   la   Corée   avait   besoin  d’importer   du   GNL.   Cependant   la   Corée   du   Sud   souhaitait   que   cela   soit   pris   en   charge   par   un  opérateur   quasi   coréen,   la   COGAZ,   et   des   armateurs   coréens   ainsi   que   des   constructeurs   coréens.   Il  n’y   avait   pas   de   possibilité   pour   les   chantiers   étrangers   de   quoter   sur   ces   affaires-­‐là.   Ils   ont  commencé   à   prendre   une   première   commande   en   méthaniers   à   sphère,   donc   la   technologie   qui  était  à  l’origine  norvégienne  avec  le  licencieur  qui  était  MOSS.    Le   chantier   coréen   HYUNDAI   a   donc   été   le   premier   chantier   de   la   Corée   du   Sud   et   a   utilisé   la  technique  MOSS,  avec  des  sphères,  pour  al  COGAZ  bien  entendu.  A  coté  de  cela,  d’autres  chantiers  coréens  voulaient  aussi  avoir  la  part  du  gâteau,  car  il  y  avait  un  gros  potentiel.  De  mémoire  il  y  a  dû  y  avoir  une  douzaine  de  grands  méthaniers  commandés  pour  la  COGAZ  dans  les  années  90.  Cela  représentait  un  point  de  départ  très  important,  puisque  comme  je  l’ai  dit  précédemment  la  flotte  mondiale   ne   représentait   même   pas   200   méthaniers   encore.   Et   puis   pendant   les   années   80   il   n’y   LES  PROBLEMES  POSES  PAR  LE  TRANSFERT  DES  TECHNOLOGIES   45    
  • 46.     Mémoire  Final      avait  même  pas  eu  10  méthaniers  commandés  dans  le  monde.  Cela  leur  a  mis  le  pied  à  l’étrier  :  des  commandes  garanties  et  un  protectionnisme  total.      Quels  ont  été  les  autres  chantiers  coréens  ?  (BF)   Certains   autres   chantiers   coréens   après   HYUNDAI   ont   voulu   se   mettre   sur   ce   marché,   pour  COGAZ.  Et  il  y  avait  également  un  chantier  de  moyenne  taille  à  l’échelle  coréenne,  donc  un  chantier  relativement   gros   quand   même  :   il   s’agit   du   chantier   HANJIN.   Celui-­‐ci   voulait   se   mettre   sur   les  méthaniers   mais   n’avait   pas   du   tout   les   savoir-­‐faire   qui   s’acquièrent   petit   à   petit.   Les   premiers  chantiers   en   Corée   ont   construit   très   lentement,   les   délais   de   construction   étaient   nettement  meilleurs  en  France.  De  plus  les  prix  des  chantiers  coréens  pour  COGAZ  étaient  au-­‐dessus  de  ceux  des   chantiers   de   l’atlantique.   En   effet   les   méthaniers   vendus   par   les   chantiers   de   l’atlantique   à  PETRONAS  l’ont  été,  avec  le  taux  de  change  de  l’époque,  à  environ  250millions  de  dollars  l’unité  à  peu   près   pour   des   méthaniers   de   taille   classique   de   l’époque   (125k   à   130k   mètres   cube)  ;   alors   que  les   coréens   le   vendaient   à   290millions   de   dollars   environ   donc   nettement   au   dessus   du   prix   du  marché  français.    Les  employés  de  HANJIN  se  sont  rendus  compte  qu’il  y  avait  très  peu  de  chantiers  avec  un  savoir-­‐faire,  il  y  avait  les  français,  les  japonais  et,  soi-­‐disant,  les  américains.  En  dehors  de  l’aspect  licence  -­‐  que  les  coréens  pouvaient  acheter  soit  chez  MOSS,  TECHNI-­‐GAZ  ou  GAZ  TRANSPORT  -­‐  les  coréens  de   HANJIN   avaient   besoin   du   savoir-­‐faire   d’experts   pour   la   construction   des   méthanier   afin  d’optimiser   les   coûts   et   les   délais.   EN   1992,   HANJIN   est   allé   voir   les   chantiers   les   plus  spécialistes  sur   les   membranes   :   les   français   à   Saint-­‐Nazaire   (l’atlantique)   afin   de   pouvoir  maitriser  les  procédés  et  les  processus  en  plus  de  la  licence.  HANJIN  a  demandé  aux  chantiers  de  Saint-­‐Nazaire  de  les  accompagner  et  leur  transmettre  leur  savoir-­‐faire.  Les  négociations  ont  duré  longtemps  car  la  question  était  :  faut-­‐il  transmettre  le  savoir-­‐faire,  c’est-­‐à-­‐dire  la  technologie,  ou  pas  ?  Les  négociations  ont  duré  6  à  8  mois  puis  les  chantiers  de  l’atlantique  ont  décidé  d’accepter  de   transmettre   leur   savoir-­‐faire   contre   un   paiement   important   de   la   part   de   HANJIN  :   je   ne   sais  plus   et   je   ne   sais   pas   si   je   l’ai   su   mais   la   somme   était   importante,   je   sais   pas   peut-­‐être   200   millions  de  francs  pour  vous  donner  un  ordre  de  grandeur  mais  c’est  peut  être  n’importe  quoi.    HANJIN  a  donc  payé  les  chantiers  de  Saint-­‐Nazaire  pour  avoir  le  savoir-­‐faire  français  ?  (BF)   HANJIN   a   payé   les   chantiers   de   Saint-­‐Nazaire   car   à   l’époque   un   méthanier   se   vendait   à   1,4  milliard  de  francs.  Alors  si  on  remportait  200millions  de  francs  à  seulement  transférer  son  savoir-­‐faire  cela  pouvait  valoir  le  coup,  on  ne  peut  pas  dire  le  contraire.  La   problématique   était   que   le   marché   COGAZ   était   fermé,   les   constructeurs   qui   n’étaient   pas  coréens   perdraient   et   les   coréens   allaient   avoir   leur   commande,   il   n’y   avait   rien   à   faire   pour   Saint-­‐Nazaire.  Soit  les  français  profitaient  de  l’occasion  pour  empocher  une  prime  au  passage  soit  ils  ne  faisaient  rien.  Le  choix  est  toujours  douloureux  mais  dans  ce  cas  là  vous  feriez  quoi  ?      C’est  assez  difficile  oui.  Ça  dépend  sûrement  si  on  pense  court  terme  ou  long  terme…    (BF)   Long   terme   de   toute   façon   ça   ne   change   rien   à   la   situation.   Si   ça   n’était   pas   HANJIN   qui   avait  eu   la   commande   COGAZ   ça   aurait   été   un   autre   constructeur   coréen   comme   HYUNDAI.   Et   si   ça  n’avait   pas   été   Saint-­‐Nazaire,   donc   les   français,   qui   avaient   transféré   leur   know-­‐how   HANJIN  aurait  trouvé  un  autre  chantier,  ou  pays,  qui  accepterait  de  le  faire.    On   pouvait   aussi   imaginer   que   HANJIN   étant   un   chantier   de   moyenne   taille,   les   français   se   sont  peut  être  dit  qu’ils  pourraient  faire  des  choses  en  commun,  être  de  connivence.  Cela  aurait  permis  aux   français   de   mettre   un   pied   dans   le   marché   coréen.   Et   à   terme,   lorsque   le   marché   coréen   aurait  été   ouvert,   les   français   auraient   eu   la   priorité….   Ou   faire   des   choses   franco-­‐coréennes   ensemble  pour   d’autres   états.   C’est   peut   être   ce   à   quoi   les   français   ont   pensé   lorsqu’ils   ont   donné   leur   accord  pour  transmettre  leur  savoir-­‐faire  -­‐  par  contre  ça  non  plus  je  n’ai  rien  entendu,  je  n’en  sais  rien.  Donc   voilà   le   transfert   a   été   fait,   one-­‐shot.   Et   puis   derrière   les   chantiers   coréens,   qui   sont   partis   de  cette  base  de  départ  garantie  par  COGAZ,  ont  commencé  à  se  tourner  vers  l’export.  Plusieurs  facteurs  ont  aidé  les  coréens  à  s’exporter.   LES  PROBLEMES  POSES  PAR  LE  TRANSFERT  DES  TECHNOLOGIES   46    
  • 47.     Mémoire  Final      La   crise   asiatique   en   1997-­‐1999   a   fait   souffrir   la   Corée   du   Sud   qui   a   fait   dévaluer   la   monnaie  nationale  par  deux  ou  trois  pendant  un  moment.  Une  position  extraordinaire  qui  les  a  rendu  hyper  compétitifs  et  leur  a  permis  de  faire  du  dumping  sur  le  marché  mondial.  Ils  avaient  quand  même  acquis   le   savoir-­‐faire,   ils   s’étaient   améliorés,   ils   avaient   donc   réduit   leurs   délais   et   ils   avaient  maintenant  des  prix  cassés.    Ils   ont   été   en   plus   aidés   à   la   fin   des   années   70,   puis   80   et   enfin   90,   par   l’état   Coréen   qui   a   effacé   les  dettes  des  constructeurs  de  méthaniers.  Les  dettes  étaient  pourtant  énormes  pour  la  construction  de  chantiers  flambant  neufs.  Les  coréens  ont  donc  pu  faire  davantage  de  dumping  et  baissé  les  prix  de  250millions  de  dollars  à  143millions   de   dollars   en   1999/2000   –   alors   que   les   français   de   Saint-­‐Nazaire   et   les   japonais  étaient  hors  course  face  à  ce  dumping  coréen.    De   plus,   le   marché   du   méthanier   a   vraiment   explosé   dans   les   années   90:   5   commandes   à   Saint-­‐Nazaire,  4  en  Finlande,  2  en  Italie,  11  au  Japon  et  la  douzaine  en  Corée  du  Sud.  A  partir  de  la  fin  des  années   90   le   marché   des   méthaniers   s’est   envolé.   Les   coréens   ayant   un   prix   défiant   toute  concurrence   ont   donc   raflé   la   mise   et   ont   quasiment   pris   progressivement   90%   du   marché   des  méthaniers  entre  1998  et  2006!  Donc  un  quasi  monopole  de  la  part  des  coréens.  Depuis  2006/2007  sont  apparus  les  chinois  avec  quelques  unités,  la  situation  a  changé  mais  reste  largement   à   l’avantage   des   coréens,   environ   83%   des   commandes   sont   passées   en   Corée.   Il   y   en  toujours  un  peu  au  Japon  et  très  peu  en  Chine.    Et  en  France,  il  n’y  a  plus  du  tout  de  construction  de  méthaniers  ?  (BF)  Le  dernier  méthanier  a  été  commandé  au  début  des  années  2000  à  Saint-­‐Nazaire.  En  effet  Gaz  de   France   a   commandé   trois   méthaniers   à   Saint-­‐Nazaire   en   2002   puis   en   2004.   Je   dirais   là   on   a  quand   même   eu   un   avantage   de   proximité,   ce   n’est   plus   l’export.   Et   on   a   eu   la   chance,   et   la  malchance,   que   les   méthaniers   qui   ont   été   commandé   ont   été   pour   des   navires   très   sophistiqués  avec   une   nouvelle   méthode   d’isolation   que   seul   Saint-­‐Nazaire   pouvait   construire.  Malheureusement  il  y  a  eu  des  problèmes  technologiques  sur  le  système  de  contrairement  donc  ça  a   été   un   échec   financier   pour   tout   le   monde   donc   cela   n’a   pas   convaincu   et   n’a   pas   été   un   nouveau  départ.  L’Europe  n’a  pas  eu  de  commande  dans  les  années  2000  –  ah  si  pardon  :  5  unités  ont  été  construites  en  Espagne.    L’Espagne  construit  des  méthaniers  ?  (BF)   Alors   là   aussi,   vous   me   parliez   de   la   Corée   du   Sud   mais   il   n’y   a   pas   eu   que   la   Corée   qui   a  bénéficié   du   transfert   de   savoir-­‐faire   de   la   France.   En   2002/2003,   l’Espagne   a   fait   comme   la   Corée  mais   à   plus   petite   échelle.   Ils   ont   décidé   pour   l’importation   pour   l’Espagne   de   construire  localement.   Ils   n’avaient   théoriquement   pas   le   droit   avec   les   règles   de   l’UE   mais   ils   se   sont  débrouillés   pour   réserver   la   commande   aux   chantiers   espagnols,   même   si   la   commande   a   été  passée  à  des  prix  pas  très  compétitifs.  L’Espagne  qui  n’avait  pas  de  savoir-­‐faire  est  allé  voir  Saint-­‐Nazaire  qui  pensait  pouvoir  construire  ceci  en  commun  50/50.  Mais  les  espagnols  se  sont  gardés  le  gâteau  et  ont  payé  Saint-­‐Nazaire.  Même  question  :  était-­‐ce  à  faire  ou  à  ne  pas  faire,  je  ne  sais  pas.  Mais   là   c’était   beaucoup   plus   justifié   car   la   France   pensait   pouvoir   construire   une   partie   des  méthaniers,  ça  n’a  pas  été  le  cas  mais  il  y  a  eu  du  dédommagement.  Les   espagnols   étaient   la   deuxième   étape   pour   Saint-­‐Nazaire   car   il   y   en   a   une   troisième   c’est   la  Chine,   avec   le   chantier   HUDONG.   Car   il   était   impossible   pour   Saint-­‐Nazaire   de   vendre   des  méthaniers  à  ce  pays-­‐là  donc  la  même  question  :  faut-­‐il  vendre  le  savoir-­‐faire  sachant  que  l’on  ne  peut  pas  vendre  des  méthaniers.    Donc  ça  c’est  toujours  en  cours,  mais  ça  permet  à  Saint-­‐Nazaire  de   garder   leur   savoir-­‐faire   en   accompagnant   les   chantiers   étrangers.   Donc   HUDONG   a   le   know-­‐how  français.  Donc  là  c’est  plus  intéressant  car  c’est  du  long  terme  et  on  accompagne  le  chantier  depuis  6  ans  maintenant  et  cela  génère  un  flux  de  revenus  plus  régulier.  Saint-­‐Nazaire  a  donc  la  possibilité   de   garder   son   savoir-­‐faire   malgré   le   fait   qu’ils   ne   produisent   plus   de   méthaniers.   Cela  concerne   peut   être   que   10   ou   12   personnes   mais   néanmoins   il   y   a   toujours   une   équipe   qui   est  toujours  au  top  de  la  construction  de  méthaniers.   LES  PROBLEMES  POSES  PAR  LE  TRANSFERT  DES  TECHNOLOGIES   47    
  • 48.     Mémoire  Final      Donc  il  y  a  eu  trois  transferts  de  technologie  et  des  discussions  avec  d’autres  pays.  Donc  la  dernière  commande   de   méthaniers   en   France   a   été   en   2004   par   Gaz   de   France   mais   c’était   un   cas  particulier   et   la   dernière   commande   classique   à   la   France   remonte   à   1990,   ce   qui   est   déjà   très  vieux.  Malgré  tout  on  a  gardé  la  compétence  et  le  savoir-­‐faire  à  Saint-­‐Nazaire  et  on  peut  dire  que  c’est   en   partie   grâce   au   transfert   de   technologie.   En   revanche   l’espoir   d’en   vendre   à   nouveau   est  faible.   Cependant   cette   compétence   peut   être   utilisée   pour   d’autre   construction   comme   le  bunkering,  qui  va  exploser  et  qui  sont  des  méthaniers  spéciaux.  Mais  aussi  pour  des  navires  comme  les  ferries  ou  les  paquebots  qui  sera  une  application  de  ce  savoir-­‐faire  accumulé.  En  revanche  il  y  a  5   ans   nous   ne   savions   pas   qu’il   y   aurait   l’explosion   du   bunkering,   on   l’a   compris   que   récemment   et  ce  n’est  pas  gagné  mais  on  peut  vraiment  y  croire.    Et  aujourd’hui  quelle  est  la  flotte  mondiale  de  méthaniers  ?  (BF)  Alors,  aujourd’hui  la  flotte  de  méthaniers  est  d’environ  300/350  je  crois.  Le  marché  est  assez  bon,   des   fluctuations   mais   ce   n’est   pas   un   marché   en   perdition.   Il   y   a   des   commandes   qui   repartent  avec  l’effet  Fukushima  en  particulier,  le  Japon  a  un  besoin  en  GNL.  La  Russie  se  lance  sur  le  GNL  donc  il  y    a  une  dizaine  de  méthaniers  pour  la  Russie.    Donc   le   GNL   a   encore   quelques   décennies  devant   lui.   Maintenant   le   taux   de   change   de   l’euro   fait   que   aujourd’hui   la   rance   de   peut   pas  construire  des  méthaniers  classiques  face  aux  chinois  ou  aux  coréens.    Est-­‐ce   que   vous   pensez   que   ce   transfert   de   technologie   entre   Saint-­‐Nazaire   et   la   Corée   du  Sud  a  été  positif  ou  négatif  ?  (BF)   Comme   vous   pouvez   l’analyser   sur   mon   ensemble   de   dires,   il   a   été   plutôt   pas   négatif   mais   pas  forcément   positif   non   plus.   Il   a   permis   de   maintenir   un   savoir-­‐faire   et   d’engranger   des   sommes  intéressantes.  Il  aurait  pu  être  positif  si  on  avait  réussi  à  construire  ces  méthaniers  avec  les  pays.  Aussi   si   la   technologie   de   Gaz   de   France   avait   marché   cela   aurait   pu   permettre   un   retour   sur   le  marché  mais  cela  ne  peut  pas  être  prévu,  de  plus  le  taux  de  change  n’est  pas  favorable  pour  nous.  (JMC)  Un  transfert  c’est  toujours  positif  mais  ça  dépend  pour  qui  !      Avez-­‐vous   plus   de   précisions   par   rapport   au   processus   du   transfert  entre   la   Corée   et   la  France?  (BF)  Il  y  a  eu  un  transfert  de  plans  et  de  savoir-­‐faire  humain.  Il  y  a  eu  un  accompagnement  mais  c’est  différent  des  licences  de  GTT,  fusion  de  GAZ  TRANSPORT  et  TECHNI-­‐GAZ.    Les  coréens  ont  essayé  de  mettre  au  point  des  systèmes  alternatifs  d’isolation  mais  ils  n’y  sont  pas  parvenus   en   10   ans.   GTT   a   un   fort   leadership   car   93%   des   méthaniers   sont   construits   avec   le  système   à   membrane.   GTT   fait   un   accompagnement   des   chantiers   complémentairement   au  transfert  des  chantiers  de  Saint-­‐Nazaire  mais  ce  n’est  pas  un  transfert  de  savoir-­‐faire.  Néanmoins  DAWEOO  et  HYUNDAI  pensent  à  racheter  GTT  maintenant.  Les  chantiers  coréens  ont  peur  des  chantiers  chinois  et  s’ils  prennent  GTT  sous  leur  aile  cela  leur  donne  une  garantie  et  ils  pourront   avoir   un   pouvoir   supplémentaire   sur   la   Chine.   Pour   le   coup   ça   c’est   un   autre   débat  :   si  GTT   devenait   «  coréen  »   pour   la   France   cela   pose   d’autres   questions   mais   pour   les   actionnaires  cela  peut  être  intéressant,  mais  c’est  une  question  au  niveau  de  la  société  France.      (JMC)   Oui   quand   vous   dite   que   le   transfert   de   technologie   c’est   positif,   mais   il   y   a   plusieurs  échelons   pour   le   positifs  :   cela   peut   être   pour   l’entreprise   qui   vend   de   la   technologie   car   elle   est  rémunérée,  et  c’est  moins  positif  si  en  revendant  la  technologie  elle  se  créé  un  concurrent  qui  risque  de  la  concurrencer  ensuite  sur  ses  marchés  traditionnel  et  même  prendre  le  leadership  car  ils  auront  amélioré  la  technologie.    Le   transfert   de   technologie   on   se   dit   il   faut   le   faire,   et   on   ne   pense   pas   que   ceux   à   qui   on   a  transféré  pourra  améliorer  et  nous  dépasser.  C’est  parfois  dur  de  garder  une  longueur  d’avance.  Aujourd’hui   l’Europe   n’arrive   plus   à   avancer   aussi   vite   qu’avant   et   on   se   fait   rattraper   par   les  pays   asiatiques     qui   on   a   transféré   de   la   technologie.   Les   asiatique   les   produisent   aussi   bien,  voire  mieux  que  nous,  mais  surtout  beaucoup  moins  chers  avec  des  prix  ultra-­‐compétitifs.  Les  clients   se   disent   donc   est-­‐ce   qu’un   produit   moins   performant   ne   le   suffirait   pas   puisqu’il   est  vraiment   moins   cher.   Dans   ce   cas   là   il   y   a   un   effet   négatif   au   niveau   de   la   nation,   et   pas   de   l’état,   LES  PROBLEMES  POSES  PAR  LE  TRANSFERT  DES  TECHNOLOGIES   48    
  • 49.     Mémoire  Final      car  on  perd  des  emplois  et  des  ressources  fiscales.  L’industrie  est  en  décroissance,  donc  l’emploi  industriel  est  en  décroissance.  L’emploi  des  services  sera  donc  en  décroissance.  Si  vous  voulez  la  question  est  complexe  et  il  n’y  a  pas  de  réponse  unique  et  la  réponse  sera  dépendante  du  temps  et   de   la   période.   Dans   les   années   70-­‐90   il   y   a   avait   moins   de   risques   à   faire   des   transferts   de  technologie   car   l’Europe   était   plus   rapide.   Les   chantiers   de   l’atlantique   ont   vendu   la   technologie  et  se  sont  retirés.  (BF)   Sauf   que   à   ce   moment   il   y   avait   le   fait   que   le   marché   coréen   était   fermé   donc   aucun   espoir  pour  la  France  de  vendre  des  méthaniers.      A   ce   moment   là   les   chantiers   de   l’atlantique   souhaitaient   arrêter   la   construction   des  méthaniers  ?  (BF)  Le  marché  de  la  Corée  était  fermé  donc  ils  n’avaient  pas  le  choix.    Le  marché  japonais  était  également  fermé  donc  il  ne  restait  que  quelques  unités  à  fabriquer.    Qu’est-­‐ce  qui  a  fait  pensé  à  Saint-­‐Nazaire  que  s’il  ne  transféraient  pas  la  technologie  à  la  Corée  du  Sud,  les  coréens  arriveraient  à  leur  niveau  de  performance  par  eux-­‐mêmes  ?  (BF)  C’est  que  le  licencieur  c’est  GTT  ou  MOSS.  Donc  à  l’époque  TECHNI-­‐GAZ,  GAZ  TRANSPORT  ou  MOSS  aurait  vendu  la  licence.  Ils  auraient  trouvé  le  know-­‐how.  (JMC)  La  vraie  question  c’est  si  je  ne  vend  pas,  est-­‐ce  qu’il  y  aura  dans  le  monde  quelqu’un  qui  lui  vendra  ?  (BF)  Oui  c’est  sûr.  Ils  auraient  trouvé  quelqu’un  qui  aurait  était  loin  d’être  le  meilleur,  comme  les  finlandais   ou   les   italiens   ou   les   japonais   et   ils   y   seraient   arrivés,   un   peu   plus   difficilement.  Maintenant   les   japonais   par   exemple   ont   leur   marché   semi-­‐fermé,   alors   que   les   français   non.   Du  coup  les  japonais  n’ont  aucun  intérêt  à  transférer  leur  savoir-­‐faire.      La  stratégie  pour  la  France  à  cette  époque  là  était  donc  de  limiter  la  casse  et  garder  son  savoir-­‐faire  ?  (JMC)   La   deuxième   chose   est   que   Saint-­‐Nazaire   avait   à   l’époque   une   politique   de   s’orienter  davantage   vers   les   paquebots   plutôt   que   les   méthaniers.   Du   coup   ils   voulaient   vendre   leur  technologie  sur  les  méthaniers  pour  investir  dans  les  paquebots.  (BF)   C’était   vrai   pour   les   espagnols   et   la   Chine   mais   pour   HANJIN   ils   croyaient   encore   aux  méthaniers  donc  ce  n’était  pas  vraiment  le  cas.  Ça  a  été  plus  stratégique  pour  la  Chine  et  l’Espagne.  (JMC)   A   un   moment   les   entreprises   font   un   choix   de   segments   où   ils   seront     présents.   Mais   le  transfert  de  technologie  est  dangereux  car  on  ne  sait  jamais  quelles  seront  les  conséquences.    Je  vais  vous  donner  un  exemple  dans  un  autre  secteur.  Dans  le  domaine  de  l’aéronautique,  après  la  seconde  guerre  mondiale,  la  France  n’avait  pas  de  compétences  réelles  dans  la  construction  d’hélicoptère.   On   a   obtenu   le   transfert   de   la   licence   d’hélicoptères   américains   qu’on   appelait   les  bananes,   les   gros   hélicoptères   qui   ont   deux   rotors   décalés   en   hauteurs   en   avant   et   en   arrière.  Après   la   deuxième   guerre   mondiale   les   américains   ont   cédé   la   licence   des   rotors   arrière.   A  partir   de   ce   moment   là   la   France   a   développé   une   connaissance   en   hélicoptère   et   qui   a   donné  lieu  à  Eurocopter  :  aujourd’hui  Eurocopter  fait  50%  du  marché  civil  mondial,  1er  mondial.  Les  4  hélicoptéristes   américains   ne   font   que   30   ou   40%   du   marché   au   total.   Les   français   sont  maintenant  les  seuls  à  avoir  des  hélicoptères  avec  des  rotors  arrière  qui  tournent  à  l’envers.  Les  français   n’ont   jamais   osé   changé   le   sens   car   ça   marche   bien   comme   ça,   et   aujourd’hui   à   partir  d’une   licence   obtenue   des   américains   on   est   devenu   les   premiers   mondial.   Donc   la   les  américains  ont  une  des  conséquences  négatives.    (BF)  Un  autre  exemple  c’est  Airbus  EADS  en  Chine.  (JMC)  Oui  ça  un  jour  ou  l’autre  oui  ça  va  arriver  avec  EADS  en  Chine.    Remerciements.       LES  PROBLEMES  POSES  PAR  LE  TRANSFERT  DES  TECHNOLOGIES   49    
  • 50.     Mémoire  Final      ANNEXE   4   -­‐   INTERVIEW   4  :   LE   PATRIMOINE   CULTUREL   FRANÇAIS   ET  L’INDE    Interviewé  :   • M.  Guillaume  JUIN  (GJ)  –  Chargé  de  mission  à  la  Direction  culturelle  du  Ministère  des   Affaires  Étrangères      Remerciements  et  introduction  de  M.  JUIN  d’une  part  et  des  étudiants  d’autre  part.    Le   ministère   des   affaires   étrangères   et   divisé   en   plusieurs   directions   sectorielles,   et   nous   faisons  partie   de   la   direction   de   la   politique   culturelle   dans   laquelle   nous   sommes   une   cinquantaine   de  personnes     définir   des   stratégies   et   des   politiques   du   rayonnement   culturel   à   l’étranger.     Et   on  s’appuie   évidemment   sur   l’ensemble   des   ambassades   de   France   localement   à   l’étranger   pour  mettre  en  œuvre  et  décliner  les  stratégies  mises  en  place  ici  au  ministère  des  affaires  étrangères.  Chacune  de  ces  ambassades  détenant  un  service  culturel  qui  s’organisent  avec  un  conseillé  culturel,  un  attaché  culturel  et  des  volontaires  internationaux.    Donc   voilà   le   schéma   global   sur   lequel   on   est   organisé   avec   un   organisme   important   pour   nous  important   sur   le   domaine   culturel   qui   s’appelle   l’Institut   Français.   Il   s’agit   d’un   établissement  public   industriel   et   commercial,   c’est   en   gros   l’agence   du   ministère   des   affaires   étrangères   pour  l’action  culturelle.  C’est  à  dire  que  nous  définissons  un  certain  nombre  de  politiques  qui  sont  mis  en  œuvre   par   l’agence.   Les   ministères   se   recentrent   plus   sur   des   fonctions   très   politiques   et  stratégiques,  on  ne  fait  plus  d’opérationnel  en  tant  que  tel  et  on  ne  monte  plus  de  projets  culturels.  Donc  on  ne  finance  plus  directement  au  ministère  des  artistes,  des  auteurs  ou  des  compagnies  de  théâtre.   Tout   cela   est   pris   en   charge   par   l’agence   donc   l’Institut   Français.   Elle   est   dirigée   par  Xavier   Darcos,   c’est   l’aboutissement   d’une   réforme   engagée   par   Bernard   Kouchner   qui   avait   une  politique  très  volontariste  en  l’occurrence  sur  la  politique  culturelle.  Voilà  le  contexte  global.  Moi  je  suis  dédié  au  domaine  du  livre,  de  la  promotion  des  savoirs  et  du  débat   d’idée.   Je   travaille   avec   l’Institut   Français   et   avec   les   Bureaux   du   livre,   il   y   en   a   32   dans   le  monde.   Localement   ils   font   rayonner   l’édition   française,   les   auteurs   français,   les   écrits   et   idées  françaises  :  en  français  dans  les  pays  francophones  et  traduits  dans  les  pays  non-­‐francophones.    Ils  ont  des  enveloppes  budgétaires  pour  faire  de  la  traduction  tel  qu’en  aide  avec  un  Programme  d’Aide   à   la   Publication,   donc   un   outil   local   du   livre   à   Delhi   qui   s’appelle   le   PAP   Tagore.   Il   va  localement  soutenir  les  traductions  du  français  vers  soit  des  langues  indiennes,  l’Hindi  et  toutes  les  autres,   soit   vers   l’anglais   car   évidemment   le   lectorat   indien   lit   beaucoup   d’anglais   à   travers   des  éditeurs  anglo-­‐saxons.  Donc  une  double  entrée  :  anglais  et  Hindi  +  langues  minoritaires  indiennes.  Le  Bureau  du  Livre  a  donc  une  enveloppe  budgétaire  pour  ça  et  pour  faire  en  sorte  que  les  derniers  ouvrages  français,  classiques  ou  non  classiques,  puissent  être  connus  de  la  part  du  lectorat  indien  à  travers  le  biais  de  la  traduction.  Ceci  est  un  premier  levier  sur  le  livre.  Ils   ont   un   deuxième   levier   ce   sont   des   missions   d’auteurs   et   des   missions   d’éditeurs,   le   bureau   du  livre   à   Delhi   organise   énormément   de   campagnes   et   de   visites   d’éditeurs   français   et   d’auteurs  français  qui  ensuite  tournent  un  petit  peu  sur  tout  le  pays  pour  soit  faire  des  conférence,  en  anglais  forcément,   soit   faire   des   signatures   d’ouvrages   lorsque   les   ouvrages   sont   traduits,   soit   participer   à  des   colloques   ou   à   des   tables   rondes   ou   encore   à   des   champs   de   recherches   universitaires   –   avec  des  partenariats  d’universités  indiennes.      S’agit-­‐il  d’un  transfert  ou  d’un  rayonnement  ?  C’est  à  la  fois  du  transfert  et  à  la  fois  du  rayonnement.  Nos  actions  en  Inde  d’un  point  de  vue  global  se  positionnent  sur  trois  champs  :     LES  PROBLEMES  POSES  PAR  LE  TRANSFERT  DES  TECHNOLOGIES   50    
  • 51.     Mémoire  Final       • un  transfert  de  technologie,  ou  d’expertise  ou  d’expérience   • du  rayonnement,  on  envoie  des  auteurs  français  pour  qu’ils  rayonnent,  on  traduit  des   ouvrages  français  pour  faire  connaître  la  littérature  française  à  l’extérieur     • la  coopération,  donc  là  c’est  de  l’échange  purement  bilatéral.  On  fait  de  la  co-­‐édition,   de  la  co-­‐production.  Par  exemple  pour  la  co-­‐production  qu’un  artiste  qui  a  une  troupe   de   danseurs   va   en   Inde   pendant   deux   mois   faire   un   travail   de   co-­‐production,   ils   se   produisent  une  fois  en  Inde  puis  reviennent  en  France  pour  se  produire.  Donc  là  on  est   vraiment  dans  de  la  coopération  bilatérale  complète.  Voici  les  domaines  d’actions  sur  lesquels  on  intervient  dans  ce  transfert.  Et  sur  l’Inde  on  mène  ces  trois  domaines  à  travers  :   • typiquement   sur   le   rayonnement   un   festival   qui   s’appelle   Bonjour   India   avec   de   mémoire   à   peu   près   150   événements   culturels   français   qui   ont   lieu   en   Inde.   On   fait   connaître   toute   la   production   et   la   créativité   française   dans   le   domaine   artistique   en   Inde.  Que  ce  soit  à  Delhi  ou  dans  l’ensemble  des  villes  du  pays.   • pour  la  dimension  coopération  à  travers  un  festival  comme  Namaste  France.  Là  on  est   sur  une  dimension  de  coproduction,  de  connaissance  ou  de  meilleure  connaissance  de   la  culture  indienne  en  France,  donc  là  c’est  dans  l’autre  sens   • ou   à   travers   des   traductions   ou   missions   d’auteurs   pour   transférer   et   échanger   l’expertise    Qu’en  est-­‐il  du  débat  d’idées  ?  Dans   le   domaine   du   débat   d’idées   dans   les   pays   avec   lesquels   on   travaille,   on   va   promouvoir   la  pensée   française   dans   les   grands   débats   d’idées   internationaux.   C’est   une   des   missions   qui   est  demandée   aux   services   culturels   des   ambassades   de   France.   Par   exemple   sur   une   grande  conférence   de   la   finance   islamique   à   Kuala   Lumpur   en   Malaisie   il   faut   qu’il   y   ait   des   professionnels  de  la  banque  française  présents  pour  en  faire  entendre  une  voix  et  une  expertise  française.    Typiquement,  sur  le  livre,  sur  l’inde  et  sur  la  propriété  intellectuelle,  il  y  a  eu  fin  septembre  à  Delhi,    un   colloque   sur   le   droit   d’auteur,   et   la   propriété   intellectuelle   mis   en   place   par   notre   service  culturel  avec  des  partenaires  indiens,  français  et  allemands.  Dans  ce  colloque,  il  y  avait  des  français  qui   ont   parlé   de   l’expertise   française   dans   le   droit   d’auteur.   Comment   nous   pensons   notre   droit  d’auteur,   l’échelle   de   rémunération   quand   un   ouvrage   est   sorti,   et     cette   idée   que   tout   travail  mérite   salaire.     Ce   colloque   permet   de   partager   des   visions   avec   une   expertise   française,   et   il   y   a  une  demande  très  forte  de  l’Inde,  notamment  du  copy  right    du  ministère  de  la  culture  indien.    Il  y  a  un   fort   désir   de   savoir   comment   la   France   pense   son   droit   d’auteur   pour   ensuite   l’appliquer.   Il   y  avait  à  ce  colloque  le  ministre  de  la  culture  indienne  qui  ensuite  a  été  invité  à  Avignon.    Le   forum   d’Avignon   qui   est   un   forum   intergouvernemental,   couvert   par   le   président   de   la  république   avec   l’ensemble   des   ministres   de   la   culture   et   des   affaires   étrangères,   ce   forum   à   lieu  une   fois   par   an.     Ce   forum   comporte   tout   ce   qui   est   lié   à   la   législation,   et   à   la   régularisation   du  droit   de   la   création   artistique   et   culturel   en   France.   Ceux   sont   des   sujets   qui   sont   très   porteurs,  dans  lesquels  la  France    est  un  peu  en  avance.  La  France  porte  au  niveau  européen  sa  vision  de  la  régularisation   du   livre   numérique,   il   y   a   une   loi   qui   vient   de   passer   sur   le   prix   unique   du   livre  numérique,  c’est  à  dire,  les  éditeurs  fixent  en  France  le  prix  du  livre  numérique,  ce  n’est  pas  le  cas  aux  Etats-­‐Unis,  ce  n’est  pas  le  cas  non  plus  dans  d’autres  pays  européens,  et  y  a  un  lobi  politique  de  la  France  mené  pour  ceci.  Tout  ça  pour  dire  que  la  France  a  un  lead  la  dessus,  a  une  réelle  position.  On   est   extrêmement   proactif   pour   avoir   une   vision   commune   auprès   de   Bruxelles.   Alors   tout   ça   est  lié,   le   bureau   du   livre   à   Dehli,   et   la   demande   d’expertise   de   la     part   d’institution   et   de   ministère  indien.  Ils  voient  que  la  France  a  une  position  à  ce  niveau,  surtout  dans  un  contexte  de  concurrence  industrielle  du    livre.    Que  faire  face  à  des  mastodontes  américains,  Amazone  Google,  Apple.  Qu’est  ce  qu’on  fait  contre  eux,  et  que  fait-­‐on  avec  eux  ?  Comment  faire  pour  que  ce  ne  soit  pas  Apple  qui  impose  les  prix  de  vente   sur   Amazon  ?   Comment   dans   cette   chaine   la,   l’auteur   y   trouve   son   compte,   et   dans   ce  domaine,   il   y   a   un   véritable   enjeu   politique.   On   a   un   certains   nombres   de   partenaires   dans   le  monde   qui   nous   observent   et   attendent   une   expertise   française,   donc   la   on   est   dans   un   transfert   LES  PROBLEMES  POSES  PAR  LE  TRANSFERT  DES  TECHNOLOGIES   51    
  • 52.     Mémoire  Final      d’expertise.   Autre   exemple   quand   la   France   accueille   l’exposition   Tagore   à   la   demande   d’un   musée  de   Delhi,   on   n’est   dans   de   la   coopération   totale   et   non   dans   un   transfert,   on   est   dans   de   la  valorisation   totale.   Quand   Alain   Jupé   lance   un   compte   indou   extrêmement   connu   en   Inde,   le  Ramayana,   chez   Diane   de   Selliers,   qui   est   un   formidable   ouvrage   à   600   euros   mais   très   beau.   Je   ne  sais  pas  si  vous  connaissez  Diane  de  Selliers,  mais  c’est  un  éditeur  artistique,  dans  le  domaine  du  beau  livre.  C’est  Alain  Jupé  qui  a  lancé  avec  Diane  de  Selliers  cet  ouvrage.  Voilà  la  aussi  on  est  dans  une  coopération  assez  étroite  ave  l’Inde,  et  c’est  ce  que  je  disais  pour  le  salon,  je  trouve  que  l’inde  est  un  pays  fascinant  et  très  intéressant  très  porteur.  Je  pense  que  ça  fait  partie  effectivement  pour  le  ministère  de  nos  priorités,  en  tout  cas  sur  le  livre,  pour  moi  ça  fait  partie  des  trois,  quatre  principaux  bureaux  du  livre  avec  New  York,  Pékin,  peut-­‐être   Moscou   et   New   Delhi.   Pour   cet   échange-­‐là,   pour   ce   transfert,   cette   expertise,   parce   qu’il   y   a  une  très  forte  demande  locale,  qui  est  relayée  par  nos  ambassades,  et  parce  qu’il  y  a  beaucoup  de  choses   à   faire.   Je   pense   qu’il   y   a   beaucoup   de   choses   à   faire,   il   y   a   une   très   forte   demande   et   en  même   temps,   une   très   grande   concurrence   culturelle,   notamment   linguistique,   parce  qu’évidemment  c’est  l’anglais  qui  domine.  En  même  temps,  lorsqu’on  met  en  place  des  formations  de  traducteurs,  en  indi  ou  en  bengali,  lorsque  la  France  met  en  place  des  formations  de  traducteurs  dans   ces   langues-­‐là,   il   faut   faire   en   sorte   que   les   ouvrages   français   puissent   être   traduits   auprès  d’éditeurs,   des   éditeurs   qui   traduiraient   dans   ces   langues-­‐là,   on   est   là   aussi   dans   notre   rôle   de  coopération  et  d’échanges  d’expertise.  Je  ne  sais  pas  du  tout  si  je  réponds  à  vos  axes.  Je  suis  très  très  porté  livres  mais  c’est  normal  car  c’est  ma  casquette.  Je  n’ai  malheureusement  pas  eu  le  temps  de  préparer   notre   discussion   mais   il   est   tout   à   fait   possible   de   vous   donner   beaucoup   plus   d’exemples,  notamment   dans   le   patrimoine.   Le   patrimoine   tel   quel  :   conservation   des   musées.   Est-­‐ce   qu’il   y   a  des  conservateurs  de  musées  français  qui  partent  là-­‐bas  ?  Je  vous  ai  cité  l’expo  Tagore  ça  a  été  le  cas   puisque   Paris   Musées   qui   est   donc   l’association   qui   regroupe   tous   les   musées   parisiens,   une  délégation   de   Paris   Musées   est   partie   en   Inde   pour   monter   cette   exposition   Tagore   avec  évidemment  des  conservateurs  indiens.  Donc  là  aussi  on  est  dans  un  transfert  d’expertise  et  dans  un   tissu   très   étroit   quand   même,   qui   est   vraiment   vivant,   passionnant   à   suivre   et   qui   est   mis   en  œuvre  par  une  équipe  à  l’ambassade  de  France  à  Delhi  localement,  une  équipe  importante  et  puis  un   budget   important   pour   mettre   en   œuvre   ce   genre   d’opérations.   Donc   je   pourrais   beaucoup   plus  vous   détailler   par   écrit   un   certain   nombre   d’exemples   en   fonction   des   secteurs  :   le   secteur   de   la  danse,   des   arts   plastiques,   des   arts   visuels,   du   patrimoine   en   tant   que   tel,   de   l’architecture  éventuellement,  dans  le  livre  où  je  vous  ai  donné  quelques  exemples.    Si  vous  avez  le  temps,  ça  serait  en  effet  intéressant  d’avoir  d’autres  exemples,  cependant  il   est   vrai   que   vous   répondez   tout   à   fait   à   notre   problématique.   Nous   avions   également  identifié   la   coopération   comme   un   des   axes   à   étudier,   vous   en   parlez   aussi   donc   c’est  parfait…  Je   pense   que   si   vous   arriviez   à   mettre   en   perspective   ces   trois   choses,   rayonnement,   coopération,  expertise…   je   pense   que   ce   sont   trois   axes   sur   lesquels   en   fait   d’un   point   de   vue   politique,   la   France  se   pose,   parce   que   le   rayonnement,   on   en   a   besoin,   encore   une   fois,   ça   fait   déjà   quatre   fois   que  j’utilise   le   mot,   il   y   a   une   concurrence   culturelle   et   linguistique   hyper   importante.   Vous   le   savez  aussi  bien  que  moi.  On  se  doit  d’être  internationaux,  tant  d’un  point  de  vue  politique,  de  poser  une  position  française,  parce  qu’on  a  aussi  envie  que  la  France  compte  sur  l’échiquier  mondiale,  et  il  n’y  a   pas   de   raison   qu’elle   ne   compte   pas,   étant   donné   tout   ce   qu’on   fait   par   ailleurs   dans   tous   les  secteurs.   La   phase   rayonnement   est   importante.   Pour   utiliser   le   terme   influence,   ça   peut   être   de  l’influence   plus   que   du   rayonnement   car   le   rayonnement,   ça   peut   faire   un   peu   paillettes   ou   feu  d’artifices   du   14   juillet  !   Comment   on   continue   d’influencer  ?   Quand   je   dis   «  on  »,   ce   sont   les   grands  patrons.   Ils   le   font   tous   car   tous   les   acteurs   industriels   et   économiques   le   font.   Mais   comment   le  pouvoir   politique   et   le   ministère   tentent   de   les   accompagner   et   de   leur   donner   une   opportunité  pour   être   présents   sur   ces   grands   chantiers   et   sur   ces   grands   marchés   internationaux.   Je   vous   ai  cité   tout   à   l’heure   l’exemple   de   Malaisie,   il   me   semblait   vraiment   intéressant.   On   pourrait   en  trouver   un   pour   là,   j’en   suis   persuadé.   C’est   intéressant   parce   que   c’est   aussi   grâce   à   un   appui  politique,  à  l’appui  diplomatique  de  ce  point  de  vue-­‐là…  Donc  ça  c’est  effectivement  l’axe  influence.   LES  PROBLEMES  POSES  PAR  LE  TRANSFERT  DES  TECHNOLOGIES   52    
  • 53.     Mémoire  Final      L’axe  coopération  parce  que  ça  fait  partie  aussi  de  nos  traditions,  de  coopérer  et  de  faire  en  sorte  de  faire  émerger  d’un  point  de  vue  local,  des  actions,  des  compétences.  On  l’a  beaucoup  fait  avec  les  pays   que   nous,   nous   avons   appelé   «  zone   de   solidarité   prioritaire  ».   C’est   en   gros   toute   l’Afrique  francophone,   plus   l’Asie   du   Sud-­‐Est,   des   pays   en   développement   ou   en   voie   de   développement.  Maintenant   certains   sont   développés.   Il   y   a   tout   un   langage   à   travers   l’histoire   des   relations  internationales,  la  manière  dont  on  appelait  ces  pays-­‐là,  mais  en  gros  c’est  l’Afrique  francophone,  l’Afrique   Subsaharienne,   l’Asie   du   Sud-­‐Est.   On   était   vraiment   dans   de   l’action   de   coopération  :  comment   on   accompagne   un   ministère   de   la   culture   local   à   développer   une   politique   culturelle.   Ça  c’est  de  la  coopération  et  la  France  agissait  dans  ce  secteur-­‐là.  On  le  fait  aussi  à  une  autre  mesure  avec  l’Inde,  parce  que  l’Inde  n’est  évidemment  pas  un  pays  en  développement.  On  tente  de  le  faire  à  travers   effectivement   aussi   l’exemple   de   tout   à   l’heure   sur   l’échange   d’expertises,   sur   le   droit  d’auteur.   Quand   le   bureau   des   copyrights   au   ministère   de   la   culture   attend   de   la   France   qu’elle   lui  apporte   des   éléments   de   réponse   sur   la   manière   dont   nous,   on   conçoit   notre   droit   d’auteur   pour  tenter   de   l’appliquer   localement,   étant   donné   qu’il   y   a   un   problème   sur   le   paiement   des   auteurs,   la  rétribution   de   la   création   en   Inde.   On   est   en   plein   dans   une   logique   de   coopération.   Et   puis   le  transfert   de   technologie,   de   patrimoine   culturel.   Voilà   je   pense   que   les   trois   axes   peuvent   être  intéressants  à  mêler,  à  croiser,  peut-­‐être  à  re-­‐problématiser  mais  cet  axe  expertise  –  transfert  est  aussi  un  axe  qui  est  peut-­‐être  de  plus  en  plus  demandé  par  un  certain  nombre  de  nos  partenaires,  qui  sont  non  plus  émergents,  mais  complètement  émergés,  comme  l’Inde,  la  Corée  du  Sud.  C’est-­‐à-­‐dire   qu’il   y   a   une   demande,   très   intéressant   avec   la   Corée   du   Sud   d’ailleurs,   où   la   Corée   du   Sud  cherche   à   venir   capter   une   expertise   française   dans   le   domaine   patrimoniale,   culturelle,   pour   la  calquer  en  Corée  du  Sud.    On  n’est  plus  dans  la  coopération,  on  n’est  plus  dans  le  rayonnement,  on  est  dans  un  transfert  de  technologie,   culturel,   de   savoir-­‐faire   culturel.   Evidemment   la   Corée   du   Sud   est   un   pays   plus  qu’émergent.   C’est   un   pays   absolument   …   assez   fantastique   à   suivre,   avec   une   capacité  d’innovation  et  d’initiatives  hallucinante.  On  a  le  même  cas  au  Japon,  en  Chine  et  on  a  je  pense  de  plus  en  plus  le  même  cas  en  Inde.  Il  y  a  cette  volonté-­‐là,  de  voir  comment  on  monte  une  exposition  en   France   et   du   coup   de   calquer.   Du   coup   en   Inde,   on   a   tenté   de   monter   nos   expos   de   la   même  façon.   Là,   on   est   au   cœur   de   notre   histoire   de   politique   culturelle.   Ça   prouve   qu’il   y   a   un   savoir-­‐faire,  qu’on  véhicule.  Qu’on  marchande  ??  (réfléchit)  Pas  tellement  parce  que…    Existe-­‐t-­‐il  une  contrepartie  quand  ce  savoir-­‐faire  est  transféré  à  la  Corée  du  Sud  ?  Non.  La  contrepartie  est  essentiellement  en  termes  politiques.  Ça  compte  beaucoup  plus  qu’on  ne  peut   le   croire.   La   contrepartie   est   politique   c’est-­‐à-­‐dire   que   les   Coréens   se   rendent   comptent   du  coup   que   la   France   est   un   partenaire   privilégié,   très   privilégié   sur   ces   sujets-­‐là.   Moins   peut-­‐être   en  transferts   de   technologie,   en   capacité   de   grandes   firmes   qui   viennent   calquer   des   modèles  économiques  de  grandes  sociétés.  Mais  par  contre,  l’expertise  humaine,  le  savoir-­‐faire  d’un  point  de  vue  artisanal  presque,  il  est  français.  Donc  la  contrepartie,  elle  est  très  politique.  Et  elle  porte  ses  fruits   d’un   point   de   vue   politique.   On   s’en   rend   compte.   Tout   ça   est   très   lié   en   fait.   Tous   ces  différents  domaines  d’action  de  la  diplomatie  sont  finalement  relativement  liés  et  tous  participent  à  une  certaine  vision  politique  de  la  part  de  nos  partenaires  étrangers,  qui  est  un  petit  peu  le  cœur  de   la   vie   politique   et   le   cœur   de   la   diplomatie,   c’est-­‐à-­‐dire   aussi   comment   continuer   de   compter,  que  la  France  compte  sur  un  échiquier  mondial.  Ce  n’est  pas  qu’en  transférant  essentiellement  des  masses  financières.  C’est  aussi  sur  du  symbolique,  sur  de  la  valeur.  C’est  tout  l’art  de  la  culture  de  faire  ça.  C’est  là  qu’on  est  au  cœur  d’une  diplomatie  culturelle  quelque  part.    Comment   la   France   compte   sur   un   échiquier   mondial   ca   n’est   pas   qu’en   transférant  essentiellement   des   masses   financières.   C’est   aussi   sur   du   symbolique,   sur   de   la   valeur  :   c’est   tout  l’art  de  la  culture  de  faire  ça  et  c’est  la  ou  on  est  au  cœur  d’une  diplomatie  culturelle,  quelque  part.  Pour   rester   sur   l’exemple   de   Seoul,   le   musée   Samsung   basé   à   Seoul   a   demandé   à   l’Ambassade   de  France   de   l’accompagner   sur   toute   la   phase   de   conception   du   musée.   Dans   ce   cas   précis,   on   est   sur  de   l’expertise   pure.   La   contrepartie   que   la   France   peut   avoir  :   c’est   que   tout   ça   est   véhiculé   au   plus  haut   niveau   coréen,   et   quand   il   y   a   une   visite   ministérielle,   du   président   de   la   république   ou   du  premier  ministre,    il  y  a  une  réelle  valeur  ajoutée  française  que  d’autres  pays  n’ont    peut  être  pas   LES  PROBLEMES  POSES  PAR  LE  TRANSFERT  DES  TECHNOLOGIES   53    
  • 54.     Mémoire  Final      sur  ce  secteur  là,  mais  peuvent  avoir  dans  des  secteurs  différents.    Mais  on  n’a  pas  non  plus  la  force  de   frappe   en   raison   d’un   contexte   compliqué   et   d’une   grosse   concurrence.     D’un   point   de   vue  démographique   et   économique   on   y   pèse   un   peu   moins.   On   va   donc   compenser   en   quelque   sorte  par  cette  expertise  la,  et  c’est  principalement  la  diplomatie  culturelle  qui  nous  le  permet.  Et   par   rapport   à   l’Inde,   quand   est   ce   que   cette   volonté   de   la   France   à   vouloir   transférer   son  patrimoine,  à  envoyer  ses  livres  …  a  t  –elle  réellement    commencé  ?  Ca   a   toujours   existé   à   partir   du   moment   ou   il   y   avait   une   présence   diplomatique   à   l’étranger.  Finalement   ces   trois   axes,   surtout   la   coopération   et   le   rayonnement,   ont   toujours   existé.   La   France  dispose  quand  même  du  réseau  consulaire  et  diplomatique  le  plus  important  au  monde,  il  n’y  a  pas  vraiment   d’équivalent   donc   tout   cela   joue.   Pour   ce   qui   est   de   la   question   de   transfert   de  technologie  ou  de  transfert  d’expertise,  c’est  un  peu  plus  récent  (entre  5  et  10  ans),  ça  date  plutôt  de   début   2000   pour   une   raison   simple  :   une   raison   très   budgétaire   avec   une   baisse   des   crédits  consacrés   au   rayonnement   culturel.   On   va   donc   compenser   sur   d’autres   domaines   comme  l’expertise,  on  a  moins  les  moyens  de  mettre  à  un  moment  donné  1  million  d’euros  sur  une  action  culturelle  qui  engloberait  rayonnement,  coopération  et  transfert  de  technologie,  on  atteint  plutôt  les   200  000   euros.   C’est   aussi   lié   à   la   révision   générale   des   politiques   publiques   et   la   crise   de   la  dette   qui   fait   en   sorte   qu’à   un   moment   donné   on   se   pose   ces   questions   «  d’évaluation   de   tout   ce  qu’on   fait  »,   et   de   telle   manière   on   peut   continuer   de   peser   avec   une   réalité   de   budget   publique  moins  important.  Par  rapport  à  la  coopération  c’est  plutôt  un  processus  français  ou  plutôt  international  ?  C’est  international  :  les  collègues  espagnols  et  allemands  font  pareils,  les  espagnols  s’appuient  sur  des  instituts  Cervantes  qui  sont  un  peu  les  équivalents  de  nos  alliances  française  à  l’étranger  pour  les   cours   de   langues,   les   allemands,   quant   à   eux,     s’appuient   sur   le   goethe   institut     équivalent   aussi  de  l’institut  française.  La   Chine,     l’Allemagne,   La   Grande   Bretagne,   L’Espagne,   la   France   et   d’une   moindre     mesure   l’Italie  et  Portugal    ont  développé  à  peu  près  le  même  schéma  en  terme  de  rayonnement  culturel  à  savoir  la   création   d’une   marque   unique   et   d’une   agence   qui   se   charge   de   cela.   Le   Goethe   institut   est   la  marque   pour   l’Allemagne,   donc     si   vous   voulez   apprendre   l’allemand,   ou   trouver   des   livres   ou   films  en   allemands   à   Dehli,   au   Goethe   institut…   de   même   avec   Cervantes   pour   l’Espagne,   l’alliance  française  pour  la  France,  et  British  Council  pour  la  Grande  Bretagne.  On  a  à  peu  près  les  mêmes  modèles   partout,   et   l’exemple   indien   est   intéressant   car   c’était   à   la   base   un   partenariat   avec   le  Goethe   institut,   qui   eux   aussi   ont   une   vraie   position   sur   le   droit   d’auteur.   Il   y   a   une   vraie  concurrence   des   coopérations  culturelles   à   l’étranger  :   il   faut   que   la   France   soit   plus   visible   que  l’Allemagne,   il     faut   que   les   Indiens   apprennent   plus   le   français   que   l’allemand,   il   faut   que   les  étudiants   en   échange     viennent     plus   en   France   qu’en   Allemagne…   La   France   cherche   à   peser  toujours   autant   avec   un   contexte   de   coopération   culturelle   importante.   Ex   au   Laos  :   nous   avons  mis  beaucoup  d’argent  pour  la  constitution  d’un   réseau   de   bibliothèques   sur   un   modèle   français,  mais   il   y   a   eu   des   moins   en   moins   d’argent   pour   alimenter   ça,   et   c’est   la   coopération   japonaise   qui  a   prit   le   relais  :   cela   a   donc   impliquer   que   les   livres   soient   en   japonais,   etc   …   et   si   ce   n’est   pas   le  Japon  c’est  l’  Allemagne  donc  cela  implique  des  cours  en  allemand,  des    livres  en  allemand,  donc  il  y  a   une   concurrence   qui   est   réelle  ;   ça   rejoint   le   début   à   savoir   comment   on   tente   de   continuer   de  faire   porter   une   voix   a   l’étranger.   C’est   pareil   pour   vous   quand   l’Essec   ouvre   un   campus   à  Singapour  c’est  parce  que  si  vous  n’y  êtes  pas  ça  sera  d’autres  à  la  place.  Et  l’idée  du  campus  c’est  exactement   le   même   schéma.   Lorsque   l’Essec   ouvre   un   campus   a   l’étranger   c’est   pour   peser   sur   un  schéma   d’enseignement   supérieur   et   de   modèle   à   la   française   (même   si   les   profs   sont  internationaux)   par   rapport   à   une   concurrence   globale   sur   l’Asie   du   Sud   Est.   C’est   le   cas   de   la  Sorbonne   qui   ouvre   une   antenne   à   Abu   Dahbi,   on   est   aussi   dans   une   concurrence   universitaire  d’enseignement  supérieur.    Remerciements.       LES  PROBLEMES  POSES  PAR  LE  TRANSFERT  DES  TECHNOLOGIES   54    
  • 55.     Mémoire  Final      ANNEXE   5   –   COMMUNIQUE   DU   MINISTERE   DES   AFFAIRES   ETRANGERES  SUR  LE  FESTIVAL  «  BONJOUR  INDIA  »       But  du  festival  :   Influence  culturelle   française   Fonctionnement  du   Festival   LES  PROBLEMES  POSES  PAR  LE  TRANSFERT  DES  TECHNOLOGIES   55    

×