Your SlideShare is downloading. ×
Numéro spécialLes petites ailesAlouettes - Journalistes en herbe                                               Haïti      ...
-2-
La vie quotidienne en Haïti                    La vie quotidienne en Haïti : de plus en plus difficile...La plupart des ha...
La vie quotidienne en Haïti                         La vie quotidienne en Haïti : rien nest facile !La vie quotidienne en ...
La vie quotidienne en Haïti                                                  Les TaptapsEn Haïti, les taptaps sont considé...
La vie quotidienne en Haïti                                                         Haïti en reconstructionComme vous le s...
Autrefois - Aujourdhui                                          Au fil du temps                           Les Haïtiens per...
Lécole en Haïti                                    Obligatoire mais souvent inaccessibleLinstruction primaire est théoriqu...
Lécole en Haïti                     Des écoles pauvres et des enfants en mal déducationOfficiellement, lécole est obligato...
Lécole en Haïti                                       Des enfants sans éducationCertains ne vont pas à lécole. Surtout à P...
aucune loi. Tout le monde ou presque peut                                                              simproviser « profe...
Lécole en Haïti                               Ecoles publiques, écoles privées...Certain enfants ne vont même pas à l’écol...
Lécole en Haïti        Comment sont les cantines ?La première cantine en Haïti a été conçue en1920. Mais toutes les écoles...
La santé en Haïti                                          La santé en souffranceDeux ans après le séisme, le système de s...
Choléra                              Epidémie : lintervention de la Croix RougeLe choléra est apparu en octobre 2011 en Ha...
Choléra                                            Lutter contre le choléraLe choléra et très dangereux : il faut se proté...
Les Restavecs                                        Les restavecs, enfants placés...Les restavecs sont des enfants dHaïti...
Les RestavecsLes Restaveks : esclaves ou pas ?Un restavek est un enfant envoyé par ses parentsdans une autre famille parce...
Les Restavecs                                                 Lesclavage en HaïtiUn restavec est un enfant abandonné par s...
Les Restavecs                                     http://lapetitehaiti.wordpress.com/tag/restavek-haiti/                  ...
Les Restavecs                                          Qui aide les Restaveks ?Deux ans après le séisme, qui avait fait 20...
Les Restavecs                        Tous les enfants placés ne sont pas des Restaveks    Maline nous parle de lignoble co...
Eau et environnement                                              L H2O en HaïtiIl y a longtemps, Haïti avait dénormes res...
Eau et environnement                                                 H2O                                     Quand leau po...
Cacao et matières premières                                      Le cacao peut-il aider Haïti ?La production              ...
Les familles de cacaoLe forastero. Fruits à cabosse jaune et à amande                      Le trinitario. Hybride issu du ...
Le solénodon                             Le solénodon existe -t-il encore ?                                              L...
Le vaudou           Le vaudou est un art de vivre, explique Mireille MamboLe Vodou était, à lorigine, la religion des     ...
Les pratiquants ne peuvent pas entrer en         Mitra (un culte des grecs et romains, où uncommunication avec les esprits...
Fêtes et traditions                                 La fête des morts en HaïtiEn Haïti, les haïtiens fêtent les morts les1...
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Les petites ailes n1 spécial haïti

519

Published on

Published in: News & Politics
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
519
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
5
Actions
Shares
0
Downloads
1
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Transcript of "Les petites ailes n1 spécial haïti"

  1. 1. Numéro spécialLes petites ailesAlouettes - Journalistes en herbe Haïti Juin 2012 Numéro 1 Journalistes en herbe en Haïti Les CM2 A de lécole des Alouettes ont participé au projet Journalistes Sommaire en herbe, intitulé cette année "Haïti, lîle de Louverture" La vie quotidienne en Haïti p3à6 Autrefois - Aujourdhui p. 7 L école en Haïti p.8 à 13 La population haïtienne p. 13 La santé en Haïti p. 14 Choléra p. 15 à 16 Ce projet s’adresse aux écoles primaires, collèges et lycées. Il a été créé à linstigation dAlain Devalpo, journaliste indépendant, collaborateur de médias nationaux et étrangers, Les Restaveks qui se propose de construire un pont entre l’univers scolaire et p.17 à 22 le journalisme. Le bénéfice pédagogique de cette initiative est large : éduquer à la citoyenneté, à la solidarité dans le monde, Eau et environnement sensibiliser au développement durable, découvrir d’autres p. 23 à 24 cultures tout en favorisant les apprentissages scolaires, lutilisation des techniques de l’information et de la Cacao et matières premières communication (informatique et internet en tête). p. 25 à 26 Alain Devalpo sest mis à disposition des classes pour leur servir denvoyé spécial. Cette année, il sest rendu en Haïti ! Le solénodon Le projet sest déroulé en trois phases : p. 27 - préparation des reportages (premier trimestre) ; - reportages (entre les vacances de Noël et celles de février) ; Le Vaudou - et mise en forme des reportages (à partir du mois de février). p.28 à 29 Les productions journalistiques pouvaient être présentées sous diverses formes : journal, exposition, carnet de voyage, émission de radio, site Internet, blog Fêtes et traditions Nous avons choisi la forme du journal. p. 30 -1-
  2. 2. -2-
  3. 3. La vie quotidienne en Haïti La vie quotidienne en Haïti : de plus en plus difficile...La plupart des habitants de Port-au-Prince sont Aujourdhui il emprunte un véhicule et doit le payertrès pauvres et vivent avec environ 3 euros par avec son salaire.jour. Après le séisme de 2010, certains seretrouvent sans abri et sans les moyens de se Il se retrouve sans les moyens de nourrir sa famille.nourrir correctement. En plus de ça, il a perdu sa maison. Il a une femme, trois enfants et plus les moyens de les envoyer à lécole. Leslie demande parfois à ses amis de payerDans Port-au-Prince, les gens vivent pauvrement deux mois de scolarité pour lui, car il ne veut pas queaprès le séisme : des centaines de milliers de personnes son fils de cinq ans manque la classe.nont plus de logement, nont plus dargent pour payer Cela le gêne de ne pas pouvoir faire de panier repaslécole des enfants... pour son fils, faute dargent.Des parents, dans certains cas extrêmes, ne peuvent Leslie vit sous une tente, et lui et sa famille viventplus se nourrir et abandonnent parfois leurs enfants. mal. Ils passent leurs journées sous des bâches.Beaucoup sont au chômage ou font des petitstravaux. Quand on ouvre un robinet en Haïti, on nobtient pas de leau potable : les gens achètent de leau traitée parCertains moyens de transport sont individuels des entreprises et qui coûte donc un peu plus cher.(comme le taxi-moto) ou collectifs (comme le tap-tap Pour la nourriture, cest pareil : il y a de très bonsou le taxi). fruits en Haïti, mais ils coûtent cher. Ainsi, les Haïtiens qui mangent à leur faim neLeslie Ulysse est chauffeur de tap-tap. Avant le mangent pas toujours équilibré.tremblement de terre, qui a détruit ses deux véhicules,il gagnait assez pour subvenir aux besoins de sa Bref, la vie est dure en Haïti. Plus dure aujourdhuifamille. encore quavant 2010. Leslie Ulysse, chauffeur de tap-tap. Croix rouge, séisme en Haïti regard sur deux ans daction, le camp Acra http://haiti.croix-rouge.fr/ Bastien -1-
  4. 4. La vie quotidienne en Haïti La vie quotidienne en Haïti : rien nest facile !La vie quotidienne en Haïti est très difficile et Là-bas sept Haïtiens sur dix sont pauvres. Donc, ilpleine de désagréments. nont pas assez dargent pour payer les travaux. De plus, Port-au Prince est une très grande commune, où il y a beaucoup dhabitations.Tout est très cherLeau potable en Haïti coûte très cher, tout comme la Les "restavecs"nourriture. Pour les Haïtiens, se nourrir est unevéritable épreuve, car la majorité des gens là-bas Là-bas tout est cher, alors que les gens ont très peuvivent avec moins de deux euros par jour, ce qui en dargent. Alors les familles accueillent des enfantspousse à tomber dans la délinquance. pour en faire des restavecs. Un restavec est un enfant qui est pris pour faire tout ce quon lui demande. Par exemple, si on lui dit quil doit faire le ménage, il doit le faire ou son maître va le battre. Trop souvent, ils ne seront pas inscrits à lécole, napprendront rien et ne seront pas instruits. Haïti sous son vrai visage Nous lavons dit, les habitants dHaïti sont très courageux, car le 12 janvier 2010 un terrible séisme les a frappé. Depuis ils essaient de reconstruire leurs ruines mais beaucoup nont pas la chance que leur maison soit restée intacte, car se séisme a fait 1,2 million de sans-abris, 230 00 morts et 300 000 blessés.Les dégâts du séismeLes gens en Haïti sont très courageux car, lors duséisme, beaucoup de maisons se sont effondrées et Donc, les habitants dHaïti nont pas de chance,beaucoup de gens ont perdu leur voiture et certaines mais ils gardent la joie de vivre même dans lespersonnes ont perdu leur famille. moments difficiles. Simon 2
  5. 5. La vie quotidienne en Haïti Les TaptapsEn Haïti, les taptaps sont considérés comme des bus. On dit taptaps parce que "tap" on monte, et "tap" onIl y a plusieurs tailles de Taptaps. Dans les plus descend.petits Taptaps, il ny a que huit places, derrière la Les taptaps coûtent moins cher que les bus et lescabine du conducteur. Les mini bus ont 25 places et voitures.une ou deux à côté du conducteur. Dans les camionsil y a 35 à 75 places, selon leur taille.Parce quils ont quatre roues motrices, les plus petitstaptaps peuvent se faufiler et passer plus facilementdans les ornières des routes.Petits ou grands, on peut vite les repérer : ils sonttrès colorés. Les taptaps sont décorés de dessins quicorrespondent à l origine du propriétaire. S’il vientd’Amérique du Sud, par exemple, les décorateurs vontdessiner des bananes, des mangues, de la canne àsucre et des mots en Espagnol. Quand les Photo : Central & South Americapropriétaires ne veulent pas mettre des dessins à Jeisonpropos de leurs origines, les décorateurs choisissent,selon leur inspiration. Famine et malnutrition chez les HaïtiensDepuis le tremblement de terre la difficulté d’accèsà l’eau et à la nourriture en Haïti empêche les Pour manger, les HaïtiensHaïtiens de vivre normalement. achètent leur nourriture àLes Haïtiens ne peuvent plus vivre normalement, car des marchands. Maisla nourriture et l’eau sont plus rares, donc plus chers. pour la majorité desEn Haïti, lorsque les Haïtiens ouvrent le robinet, ils Haïtiens qui vivent avecn’ont pas d’eau potable car le tremblement de terre a 2€ (100 gourdes) pardétruit les quelques canalisations qui existaient. Il jour, il est assezfaut donc en acheter auprès d’entreprises où l’eau compliqué de bien sevaut plus cher. nourrir. Donc lorsqu’ils mangent à leur faim, ils ne mangent pas du tout équilibré. Si cela continue comme ça, la malnutrition et la maladie vont gagner du terrain en Haïti. Charles 3
  6. 6. La vie quotidienne en Haïti Haïti en reconstructionComme vous le savez, le 12 janvier 2010 il y a euun séisme en Haïti. Deux ans après, les sinistrés La Croix Rouge haïtiennenont pour la plupart pas les moyens de La Croix Rouge aide les haïtiens à reconstruire leursreconstruire leur habitation. Et nombreux sont habitations. Elle appelle les maisons que lont neceux qui demeurent sans-abri. peut reconstruire "les maisons jaunes" et les maisons que lon ne peut pas reconstruire "les maisons rouges".La construction de nouvelles habitations en Haïti, Les maisons jaunes sont les maisons sur lesquelles ilaprès le séisme de 2010, nest pas très fréquente ny a pas eu beaucoup de dégâts, les maisons rougesmalgré les grands besoins. Ils nont pas de quoi représentent celles qui ont subi de profondesconstruire de nouvelles bâtisses ou dautres dégradations.bâtiments. Comme ils nont pas les moyens desacheter des matériaux, ils utilisent danciennesbriques de maisons détruites par le séisme et en fontdu ciment. Ceux qui nont pas dhabitation depuis leséisme dorment dans des tentes ou dans des camps decabanes de fortune.La vie dans les campsDans les camps temporaires, les Haïtiens partagentune petite tente improvisée avec cinq ou six autresmembres de leur famille. Lorsquil pleut pendant la Cette photo représente un camps de réfugiés à Port-au-Prince.nuit, ils montent sur une table ou sur quelque chose L Express (http://www.lexpress.fr/actualite/monde/)délevé pour rester au sec. Le sol devient de la boue. En 2012 il y a encore 500 000 sans-abris en Haïti etDe plus, la nourriture et le matériel commencent à sefaire rares. il reste encore 1 342 camps de réfugiés. Anthony Monnaie et prix La gourde est la monnaie haïtienne, mais le dollar est aussi utilisé en Haïti. Change 1 euro = 50 gourdes 1 dollar américain = 40 gourdes 1 dollar haïtien = 5 gourdesCette photo représente lécole de Rivière Froide, à lOuest dHaïti. Quelques prixSecours populaire français .http://www.secourspopulaire.fr/ 1 trajet en tap tap : entre 10 et 15 gourdes 1 petite bouteille d’eau minérale : 20 gourdes 1 petite bouteille de soda : 25 gourdes 1 carte Sim pour le téléphone : 100 gourdes 4
  7. 7. Autrefois - Aujourdhui Au fil du temps Les Haïtiens perdent leurs richesses financièresPendant une vingtaine dannées, les Américains Mais pourquoi les Américains ont-ils pratiquementont amené une certaine richesse en Haïti, des abandonné un aussi beau pays ?casinos, le luxe, etc. Mais comment cette richesse Rien de plus normal, car Haïti nappartenait pas auxa-t-elle disparu à partir des années 40 ? Américains. LAmérique et Haïti étaient voisines. Lexplication est simple : lAmérique soccupait trop des affaires dHaïti et a dû sen retirer. LesDepuis le milieu du 19ème siècle, la République Américains en effet nétaient en Haïti que de passage.dHaïti navait cessé de descendre en enfer, victime de Et sils finançaient certaines infrastructures, ilslabsence de projet national et de la rivalité entre profitaient aussi des ressources de ce pays,bourgeoisie mulâtre et paysannerie noire. Plusieurs lexploitaient. Haïti ne sest donc pas vraimentcoups dEtat sétaient succédés dans les années 1910, développé. Et les Américains nétaient pas lesjusquà celui du général Vibrun Guillaume Sam, en premiers à exploiter ce pays. Auparavant il y avait eumars1915. la France.Le 28 juillet 1915, les troupesaméricaines ont débarqué à Port-au-Prince, officiellement pourrestaurer la stabilité et la sécuritédans la première république noiredes temps modernes. Elles y sontrestées pendant près de vingt ans,jusquen 1934.Les entreprises américaines sontarrivées dans lîle à la suite desmilitaires, exploitant les maigresressources locales (plantations...).Elles ont également remis en étatles infrastructures de lîle :routes, dispensaires, écoles... Par ailleurs, malgré les acquis, les AméricainsPar ailleurs, le cours de la monnaie locale, la gourde, suscitaient contre eux lhostilité tant des paysansa été aligné sur le dollar. noirs, maintenus dans des conditions de quasi- servitude, que des mulâtres. Ces derniers, imbus dunLes institutions du pays, les banques, larmée, les sentiment très fort de supériorité sur les noirs,douanes, léducation... ont été prises en main par les supportaient mal dêtre "mis dans le même sac" par lesadministrateurs américains. Les habitations plus occupants.grandes et les animaux abondaient. Camille 5
  8. 8. Lécole en Haïti Obligatoire mais souvent inaccessibleLinstruction primaire est théoriquement En Haïti, on va à lécole du lundi au vendredi. Lesobligatoire en Haïti. Mais lÉtat haïtien est très écoles sont mixtes. Les châtiments corporels sontpauvre, et une étude publiée en 2000 par les interdits sur les élèves. Les enfants ont parfois laNations Unies montre quun tiers des enfants possibilité de manger à la cantine.dâge scolaire navaient pas accès à lécole, faute Les enseignements sont bilingues (français et créole)de moyens. La majorité des écoles sont et il y a souvent des devoirs le soir pour que les élèvesimprovisées dans des bâtiments ordinaires. Avant puissent travailler avec leurs parents. Il ny a pasle séisme du 12 janvier 2010, très peu dentre elles détude après la classe, car les élèves sont obligés dedisposaient deau et délectricité. libérer les locaux pour faire de la place à la vacation suivante.Plus de 70 % de la population haïtienne estaujourdhui analphabète. Il existe en Haïti de nombreuses écoles privées, parfois très prestigieuses. Mais elles sont souvent trèsMonsieur Claude Manneville, directeur dune école en chères pour les familles modestes.Haïti, nous apporte quelques réponses aux questionsconcernant les réalités de lécole dans son pays. Une salle de classe de l’école Nationale Carius Lhérisson, photographiée par ses élèves. Photo « Journalistes en Herbe »La cour de l’école Nationale Carius Lhérisson, photographiée Dans la plupart des pays du monde, cest lÉtat quipar ses élèves, photographes en herbe. L’école, située dans la assure la responsabilité de léducation. Mais en Haïti,commune de Fontamara, à Port au Prince, a été détruite par le ce sont les entreprises privées qui dominent de plus enséisme du 12 janvier 2010 et reconstruite depuis. plus le monde de lenseignement. LEtat occupe unPhoto « Journalistes en Herbe » rôle secondaire dans léducation et sa gestion. LaurenLinstruction primaire est théoriquement obligatoire,mais dans la réalité il existe encore des enfants quitraînent dans la rue. Certaines écoles fonctionnent endeux vacations : la première de 8h à 12h30, laseconde de 13h à 17h. La double vacation permet descolariser le maximum délèves. 6
  9. 9. Lécole en Haïti Des écoles pauvres et des enfants en mal déducationOfficiellement, lécole est obligatoire. Maispuisque quon ne peut pas accueillir tout lemonde, il y a des enfants qui traînent dans la rue.Mode demploi des écoles en HaïtiAujourdhui en Haïti lécole dure de 7h30 à 12h00 oude 13h à 17h. Les enfants haïtiens vont à lécole leslundi, mardi, mercredi, jeudi et vendredi. Ils nepeuvent par mettre tous les enfants dans une même Image de Alain Devalpo Classe avec des élèves de 4éme et 6éme année.classe car, au minimum, ils sont 60 à 70 élèves parclasse et les professeurs doivent les accueillir. Pourtout mobilier, ils ont un banc, quils doivent partager Laccès à lécole pour les restavek Les restavek sont des enfants domestiques que leursà 4 personnes minimum, un ou deux cahiers, un ou parents ont confié à une autre famille parce quilsdeux stylos, un cartable (parfois donné par sont trop pauvres pour les élever. Normalement, leursLUNICEF). Et ils ne se plaignent pas... maîtres et maîtresses doivent les envoyer à lécole.Cest à peine si les professeurs ont de la place. Les Mais cest rarement le cas. Alors certaines personnesenfants doivent mettre leur cartable sur leurs genoux sinvestissent pour changer les choses.ou par terre. Kenza Beaucoup trop denfants dans les classes, des écoles de fortune.En Haïti il y a 6 années en école primaire En Haïti, il ny a pas dâge fixe pour entrer à lécole.("fondamentale"). Mais beaucoup denfants ne vont Car si dans leur enfance il ne vont pas à lécole, ilspas à lécole, car lécole est payante alors quelle peuvent y aller adolescents ou jeunes adultes. Lesdevrait être gratuite. Quand une famille est en classes sont donc remplies denfants de tous âges.difficulté le gouvernement pourrait lui venir en aide.Ce nest pas le cas. Un matériel rare et des locaux de fortune En Haïti, il est rare de voir des écoles avec des bureaux car depuis le séisme beaucoup décoles ont été Voici une image dune école ravagées, et les seules choses sur quoi il peuvent moyenne : lécole sappuyer sont leurs genoux. Ainsi en est-il à lécole Deslandes. Dans quelques Deslandes. Ils ne travaillent même pas dans une écoles les "vraie" classe : les murs sont des toiles de jute posées conditions sur des poteaux de bois. dapprentissage sont bien pires ! RachaDes écoliers de tous âges 7
  10. 10. Lécole en Haïti Des enfants sans éducationCertains ne vont pas à lécole. Surtout à Port au - Linscription coûte 1000 gourdes par an au minimum,Prince, après le séisme. Les Haïtiens nont pas sans compter le matériel. Certains élèves sontbeaucoup dargent et leurs enfants ne vont donc scolarisés le matin, dautres laprès-midi.pas tous à lécole. Les enfants haïtiens les plus chanceux vont à lécoleAlain Devalpo sest rendu à lécole Carius le matin ou laprès -midi, parce quil ny a pas assez deLhérisson; dont il a pu interviewer des élèves et le classes ou de places pour y faire rentrer tout ledirecteur, M.Manneville monde. Le directeur a expliqué : « Ils vont à lécole lundi, mardi, mercredi, jeudi, vendredi ; bref; tous lesLe directeur nous a informés quil y a 40 élèves par jours sauf samedi et dimanche. Les premiers ontclasse et par vacation, et que certains sont plus classe de 8h00 à 12h00 et les deuxièmes de 13h00 àgrands que dautres. 17h00Il explique que lécole nest pas vraiment obligatoire, Les écoles sont mixtes (garçons et filles sontcar les parents nont pas assez dargent pour payer la mélangés) et les professeurs nont pas le droit auxscolarité. châtiments corporels (ils nont pas le droit de frapperCertains ne vont pas à lécole, surtout à Port-au- les enfants).Prince depuis le séisme. La raison en est surtout la Dilshanpauvreté.Les enfants qui ont la chance dy aller doivent le plus Lécole haïtienne en quelques questionssouvent apporter une petite boîte contenant leur Comment font les écoles publiques pour engager des enseignants ? Cest le Ministère de léducation nationale qui décide de leur nomination. Est ce que lécole est obligatoire ? Lécole est obligatoire , jusquà la 6ème année, ce qui veut dire jusquà 12 ans. Quel est le salaire des professeurs ? Le salaire des professeurs est de 6700 gourdes environnourriture du midi (leur lunch box). (134 euros)... Lécole est elle obligatoire en Haïti ?Lécole est normalement obligatoire mais certains Dans un pays où 70% à 80% de la population estnont pas les moyens de payer. analphabète, lécole représente pourtant lavenir. Delle, la population attend beaucoup. Sur elle, elleEn théorie, l’école est obligatoire : c’est écrit fonde de grands espoirs : elle est le seul moyen daccèsdans la Constitution. Mais dans la pratique, à la culture, elle transmet les valeurs et symbolise lece n’est pas appliqué. Si on se promène dans changement pour tout un peuple.la rue, on peut constater que beaucoupd’enfants ne vont pas à l’école. 8
  11. 11. aucune loi. Tout le monde ou presque peut simproviser « professeur » des écoles . Comme matériel pédagogique ? Labécédaire, un arbre ombrager faisant office de toit, quelques bancs, un morceau de planche en guise de tableau... Dans le cadre de l’initiative mondiale « Éducation Une classe en Haïti www.nodeclair.fr pour tous », le gouvernement haïtien, soutenu par laLéducation nationale ou le ministère « fantôme » Banque Mondiale, s’efforce d’augmenter le nombreEn Haïti, on ne peut pas parler dun système qui d’enfants scolarisés. Ce programme comprend desaccomplirait son devoir public, cherchant la subventions scolaires, le recrutement et la formationsatisfaction des besoins du pays : former les jeunes et en continu des enseignants, ainsi que la distributionleur permettre daccéder à une profession. Bien au de repas dans les écoles.contraire, le réseau scolaire est multiple et complexe, Andrianaune grosse machinerie à exclusion sociale. Beaucoupdes écoles appartiennent à un secteur dit« informel » : elles ne sont régies pour la plupart par La vie des écoliers en Haïti Les enfants dHaïti ont des difficultés à aller à lécole.Les tarifs Temps partagéL’école en Haïti est très chère. L’école commence à 8h00 et dure jusqu’à 12h00 pourPour rentrer dans une école privée, on paie 2000 $ les élèves du matin et de 13h00 à 17h00 pour ceux dehaïtiens (soit 10000 gourdes ou 200 euros). Puis il laprès-midi. Ainsi, les élèves se partagent le tempsfaut verser de 300 à 500 $ haïtiens par mois (30 à 50 scolaire, car il n’y a pas assez d’écoles en Haïti. Eteuros). même ainsi, tous les enfants ne sont pas scolarisés.Le matériel dans les classesDans les classes, il y a des bancs pour les élèves, detoutes petites tables. Sur les murs il y a des dessinsmais pas daffiches.Le nombres délèves et de professeursPar classe, il y a 70 à 80 élèves en tout, et unprofesseur pour toutes les matières. Les élèves sontensemble, même si l’un a six ans et l’autre dix-huit.Car il ny a pas assez décoles ni de classes. Cour de récréation de lécole Carius Lhérisson. Image Alain Devalpo Zélie 9
  12. 12. Lécole en Haïti Ecoles publiques, écoles privées...Certain enfants ne vont même pas à l’école parce Les écoles privéesqu ils n’ont pas assez d’argent ou parce que ils Il existe en Haïti de nombreuses écoles privées, quisont des restavecs et que leur maître ne veut pas appliquent les programmes d’études arrêtés par leles envoyer à l’école. secrétaire d’Etat de l’Instruction publique. Ces écoles bénéficient pour certaines d’un grandConditions minimales prestige, mais elles sont souvent très chères pour uneEn général l’école dure 6 ans. Dans les écoles il y a famille haïtienne. Les droits de scolarité varientenviron 80 élèves dans la même classe : c’est pour ça énormément selon qu’il s’agit d’une petite écolequune moitié travaille le matin et l’autre l’après rurale ou d’une imposante école privée de Port-au-midi. En classe, les élèves sont serrés sur des bancs Prince. Dans une école réputée, le coût annuel estprévus pour trois alors quils sont à cinq. Leurs d’un peu plus de 800 dollars US (environ 600tables font la taille d’une feuille de papier et leur euros).tableau est fait dune couche de peinture passée Souvent, les parents envoient leurs enfants dans cesdirectement sur un mur. Leur matériel est constitué écoles parce qu’il n’y a pas assez de places dans lesdun ou deux stylos, un cartable, un ou deux établissements publics. Mais, la corruption étant cecahiers… Ils n’ont pas internet. Quand ils sont qu’elle est, il faut souvent payer quelqu’undans la cour, ils n’ont souvent qu’un ballon pour travaillant dans une école publique pour y fairejouer. admettre son enfant. Or, les pots-de-vin peuvent coûter plus cher que les droits de scolarité dans une école privée. Scolarisation partielle 78% des enfants en moyenne peuvent se rendre régulièrement à l’école. Pour les 22% restants, soit ils ne peuvent pas se rendre régulièrement à l’école, soit ils n’y vont pas du tout. Au niveau des départements, il faut attirer l’attention surCrédit photo :AFP Une classe en Haïti l’Artibonite où, en moyenne, 1 enfant sur 5 ne fréquente pas l’école de manière régulière. Ce rapport augmente à mesure que l’on se rapprocheTémoignage du milieu rural.Selon le directeur de lécole Le Mignon, M. Claude, Et les choses ne vont pas en saméliorant.l école nest pas obligatoire en Haïti.Dans son école les élèves travaillent de lundi à vendredi. Le nombre des enfants de 6 à 14 ans qui vivent40 élèves travaillent le matin et 40 laprès-midi. dans linsécurité alimentaire augmente.Lécole est mixte et les professeurs ne frappent pas et nepunissent pas les élèves. Mia 10
  13. 13. Lécole en Haïti Comment sont les cantines ?La première cantine en Haïti a été conçue en1920. Mais toutes les écoles nen ont pas, loin delà. Et plusieurs cantines ne fonctionnent pas cesdernières années, faute de moyens. Pourtant, cestsouvent là que les enfants font leur unique repas Ce quils mangentde la journée. La nourriture Haïtienne est basée principalement surLes cantines dHaïti ne sont pas pareilles que les la viande de porc, de poulet et de bœuf, encantines de France. Des tables en métal soutiennent accompagnement de le riz. Ils mangent aussi desles plaques électriques. Dans certaines écoles dHaïti, légumes comme le calalou, le mirliton, le bérégaine etles filles et les garçons sont chacun et chacune de leur la sauce aux pois. Les fruits qui poussent en Haïticôté. Les rations ne sont pas servies dans des assiettes. sont la grenade, la mangue, la papaye, la noix de cocoMais la nourriture des cantines nest pas si mauvaise. et le plantain. On mange aussi lavocat commeLes problèmes de nourriture touchent lécole accompagnement. Le riz à jonjon est fait de riz et de champignons dont le nom est Jonjon. La bouillie estDans le bidonville de "Cité Soleil", beaucoup denfants une soupe faite de lait, de farine, de sucre, deau et desouffrent de la faim et manquent souvent lécole à cannelle. Le «mai-moulu» est fait de farine de maïscause de cela. avec de leau.Cette année, malheureusement, les bandes armées ont A lécole, la nourriture est peu variée. Le proviseur naempêché le bon fonctionnement des cantines. pas assez dargent pour acheter certaines choses...Beaucoup denfants ont été privés de leur repasquotidien... Julie K La population haïtienne La population haïtienne (chiffres de juillet 2011) Les estimations pour ce pays prennent en compte, les effets de la mortalité excessive due au sida, ce qui peut entraîner une plus faible espérance de vie, une mortalité infantile plus élevée et la baisse des taux de croissance de la population.Taux de natalité : Espérance de vie à la naissance :24,4 naissances/1.000 habitants - population totale : 62 ans - masculin : 60,84 ansTaux de mortalité : - féminin : 63,53 ans 8,21 décès/1.000 habitantsTaux de mortalité infantile :- total : 54,02 décès/1.000 naissances normales- masculins : 58,16 décès/1.000 naissances normales- féminins : 49,83 décès/1.000 naissances normales Julie M. 11
  14. 14. La santé en Haïti La santé en souffranceDeux ans après le séisme, le système de santé aller travailler à l’étranger car ils sont trop mal payésdHaïti reste plus défaillant que jamais et une dans leur pays. À linverse, les cliniques privées nemajorité dHaïtiens na pas accès aux soins. manquent ni de moyens, ni de médicaments, mais ellesManque dargent, de médecins et de médicaments... sont très chères.Le service public de santé se porte mal. CarencesSeul le secteur privé pourrait répondre aux Il y a également une carence de soins dentaires : lesbesoins sil nétait pas si cher, un luxe que seule dentistes sont rares à Port-au-Prince et il ny en aune petite minorité peut soffrir. aucun en dehors de la ville. Par ailleurs les soins coûtent cher. Beaucoup denfants et dadultes niront jamais chez le dentiste. Comme lécrit lorganisation Médecin sans Frontières (MSF) dans un rapport récent : « Le système de santé tarde à sorganiser et laccès aux soins durgence demeure difficile pour la majorité des Haïtiens ». Photo : Alain Devalpo Pollution des plages haïtiennesDégradation Alix Lassègue pense que pour éradiquer ces problèmesDepuis la catastrophe qui a frappé lîle en janvier de santé, il faudrait que le pays ne soit plus un pays2010, létat du système de santé sest dégradé. Le sous-développé :séisme a aggravé une situation déjà problématique, – Que les gens ne jettent plus les ordures dans lespuisque loffre de soins se partageait entre un secteur rues, dans le sable (comme sur cette image) ;privé performant mais trop cher pour 80% de la – Quil y ait des égouts dans la ville ;population, et un secteur public en grande pénurie. – Quil y ait plus dhygiène ; – Et que lon traite encore maints autres problèmes,Aujourdhui, il y a très peu dhôpitaux à Port-au- souvent dus à la pauvreté du pays.Prince. Le plus grand hôpital fonctionne, mais sansmédicaments et avec très peu de médecins. Les gens Alicedoivent acheter les médicaments en dehors delhôpital. Quant aux médecins, ils quittent Haïti pour 12
  15. 15. Choléra Epidémie : lintervention de la Croix RougeLe choléra est apparu en octobre 2011 en Haïti.Dès son apparition, la Croix Rouge haïtiennea lancé des opérations pour commencer à limiterles dégâts de la maladie.Dès lapparition du choléra, la Croix Rouge a travailléà en limiter les dégâts : elle la dabord déclaréofficiellement dans Haïti puis a traité les premierspatients victimes de symptômes. Ensuite elle a lancélopération «réduction de la mortalité du choléra enHaïti» qui concerne deux grands domaines : la santé etlassainissement. http://www.erta-tcrg.org/bacteriologique/bacterio7.htmUne équipe de chercheurs américains, européens ethaïtiens a déterminé que le choléra qui avait éclaté à Le choléra (Vibrio cholerae)Haïti correspond aux échantillons bactériens de lAsie Le choléra est une infection intestinale aiguë provoqué pardu Sud, et pas à ceux de lAmérique Latine. une bactérie : le vibrio cholerae ou bacille virgule., qui entraine une diarrhée qui vide lorganisme de la personneLes scientifiques disent donc que la souche bactérienne malade en quelques heures ou en quelques jours.de choléra présente en Haïti est probablement venue Les symptômesdun infecté humain ou de produits contaminé venus La victime souffre de diarrhées, de vomissements, de mots de tête, et de chutes de tension dues à la mauvaise circulationdAsie. sanguine. On peut en mourir.Cette origine humaine apparente de linfection de Transmissioncholéra offre quelques bonnes nouvelles : les mesures Il se diffuse de manière épidémique. L’eau souillée est unde contrôle comme le dépistage rapide vont être facteur important dans la propagation de la maladie. Il peutfacilités, et la vaccination pourrait limiter le risque aussi y avoir une contamination directe des aliments (crudités, fruits, légumes, crustacés, poissons mal cuits) pardépidémies de choléra dans lavenir si elle est des déjections infectées.coordonnée au niveau mondial Les personnes les plus touchées sont les enfants et les personnes âgées. Bastien Comment agit-il ? Le choléra est une bactérie qui produit une toxine (un produit toxique) qui se fixe sur les cellules de lintestin. Cette toxine Le choléra ne date pas de cette année empêche lintestin dabsorber les liquides (boissons et sucs gastriques et intestinaux, qui normalement permettent deIl ny avait pas de choléra en Haïti avant le séisme. transformer les aliments ingurgités en particules pour quellesHistoriquement, on a trouvé des récits sur plus de 200 soient absorbées par lestomac puis lintestin grêle, jusquau gros intestin). Ces toxines provoquent aussi la sortie desans qui prouvent quil ny avait pas de choléra en liquides des cellules.Haïti. Les conditions insalubres dans lesquelles vivent Résultat : le choléra vide complètement tout lorganisme deles Haïtiens et la présence de personnes infectées parmi son eau. Il se manifeste par de fortes diarrhées. En une heurele personnel humanitaire venu leur porter secours, ou un jour, un malade peut perdre 12 à 15 litres de liquide.suite au séisme, sont les causes de cette épidémie. Cette déshydratation peut causer la mort. Bastien, Charles et Dilshan Dilshan 13
  16. 16. Choléra Lutter contre le choléraLe choléra et très dangereux : il faut se protégertout le temps. On a remarqué que la toxine se fixe sur la deuxième moitié de l’intestin grêle. Le malade peut alorsLe choléra peut-être à l’origine d’épidémie mondiale absorber le liquide par la bouche, en grande quantité ,.Le choléra est une maladie intestinale très prendre une solution liquide contenant du sodium, ducontagieuse que l’on trouve de façon endémique en potassium, du bicarbonate... Si on en donneASIE et tout spécifiquement en INDE et qui est due suffisamment, le haut de lintestin grêle va absorberà un vibrion découvert en 1883 par KOCH : On assez de liquide et, à un certain moment, un équilibreretrouve actuellement le choléra de façon endémique va se faire. L’organisme commencera à aller un peudans de nombreux pays d’Amérique du Sud .Depuis mieux. Il y aura une course entre le liquide qui vient et1937 ,la variété est transmise par l’eau ou par contact le liquide qui part. Lorsque le liquide absorbé dépasseentre les hommes eux-mêmes. le liquide perdu, le patient est sauvé.Comment le choléra est-il arrivé dans la capitale Si le patient a perdu connaissance, il faut lui injecterdHaïti ? le liquide.Le choléra est arrivé d’abord dans la capitale, d’Haïti Il existe aussi des traitements antibiotiques contre lePort-au-Prince .Il a tué 643 personnes et a contaminé choléra.10.000.personnes Dans tous les cas, il faut toujours agir très vite : de 24Des casques bleus Népalais sont venus en Haïti avec heures à 48 heures peuvent suffire à perdre la vie.la maladie du choléra au début du mois doctobre2010. Et comme ils étaient au bord dune rivière àlaquelle beaucoup de gens sapprovisionnaient en eau(rivière Meye, affluent du fleuve Artibonite), ils ontcontaminé tout le monde .Comment se transmet le choléra ?Le choléra se transmet par les selles. Il passe par l’eau,les aliments, le contact entre les humains dans deszones de marchés et de gares, partout où les gens vontêtre entassés, le contact des téléphones, des poignées deportes : tous ces gestes deviennent contaminants. La préventionEst-ce qu’il y a des traitements ? La prévention est très importante : se laver les mains,Oui il y a des traitements assainir leau avec du chlore ou en la faisant bouillir (difficile en Haïti, faute de gaz et de bois)...La première étape est la réhydratation du patient, quiperd beaucoup de liquide. En conclusion il faut avoir une bonne hygiène, même si les conditions de vie ny aident pas. Kevely 14
  17. 17. Les Restavecs Les restavecs, enfants placés...Les restavecs sont des enfants dHaïti vivant dans une très souvent utilisés comme domestiques pour les tâchesfamille différente de leur famille dorigine et souvent ménagères, les provisions, la cuisine, etc. Certainsutilisés comme domestiques, voire traités comme des restavecs sont maltraités et se trouvent dans uneesclaves. Issus de familles pauvres des zones rurales, ils situation desclavage : ils doivent alors dormir à même lesont placés par leur famille dans des familles citadines. sol, ne vont pas à lécole ou alors dans des cours du soirLeurs familles espèrent ainsi quils échapperont à la qui leurs sont dédiés, accomplissent les tâches les moinsmisère et pourront fréquenter une école. On les nomme gratifiantes .« restavec » car ils doivent rester à portée de voix de la On ma par exemple parlé de la petite restavec, Nabala,personne à laquelle ils sont attachés. maltraitée, frappée, privée par son maître d’aller à l’école. Pour dormir, elle n’a qu’un bout de carton et uneSouvent la situation économique des familles daccueil serviette. Ce quelle reçoit comme cadeaux, ce ne sont quenest pas bien différente de celles des familles biologiques des corvées …de ces enfants. La plupart de ces enfants sont malheureux : ils doiventLes conditions de vie de ces enfants sont très variables : faire toutes les corvées et souvent veulent retrouver leurfaisant parfois partie intégrante de leur famille daccueil vraie famille.au même titre que les autres enfants, ils sont toutefois Mia Enfants devenus restavecsEn Haïti beaucoup trop denfants sont « confiés » pour certains cette loi nexiste pas. Le maître a le droitpour devenir des restavecs. de le frapper et de ne pas lenvoyer à lécole. Quest quun restavec ? Pourtant, même ces petits ont besoin dun avenir.Un restavec est un enfant confié par ses propres Pour linstant, lavenir de certains est de laver laparents à une autre famille pour servir en tant que vaisselle, d aller chercher de leau, de faire le ménagerestavec. et parfois de se faire battre dès quils font quelque chose de mal ! Je trouve que cest injuste pour des enfants, parfois très jeunes ! Cest révoltant !!!Près de la moitié de ces enfants ne vont pas à lécolepour servir leurs maîtres. Racha Le droit du maître sur son restavecLe maître a tous les droits sur son restavec. Car dansla loi avoir un restavec est normalement interdit, mais 15
  18. 18. Les RestavecsLes Restaveks : esclaves ou pas ?Un restavek est un enfant envoyé par ses parentsdans une autre famille parce qu ils sont, eux, troppauvres ou croient que leur enfant pourra ainsifaire des études. Restavek est un mot haïtien quisignifie «reste avec moi». il sagit dun systèmeinformel dentraide et de solidarité entre Haïtiens.Mais la situation des restaveks est parfoistragique.Ils sont alors enfants esclaves, maltraités, battus,dormant par terre. Restaveks " et " Lapourças "Ces enfants esclaves peuvent commencer leur journée à Selon lUNISEF les restaveks étaient en 19985h00 et la terminer à 22h00. 300300, dont 75% de filles.Ils doivent accompagner les enfants de leurs maîtres àlécole et cirer leurs chaussures. Certains les portent sur Les filles sont appelées « lapourça » et lesleur dos pour éviter quils ne se fatiguent. garçons »restaveks ». Ils sont souvent confiés à une famille, leurs parents étant morts ou incapableshttp://hetq.am/static/news/b/2011/12/8042.jpgp davoir les moyens de les garder, car les Haïtiens ont la plupart du temps une grande famille et peu de ressources. Certains restaveks sont traités comme des objets : ils sont prêtés de maison en maison, battus par la police ou leur maître, parfois violés. Il ne sont pas toujours bien nourris ou pas du tout, ils dorment dehors ou sous un meuble, ils ne sont pas ou peu soignés. Ils ne vont pas à lécole ou très peu, car il y a des écoles gratuites spécialement pour eux . Le nombre global de restaveks augmente, même si cest hors la loi.Petite restavekAvant le séisme, il y avait 300 000 restavek. Il y enaurait 400 000 maintenant. Juliette Camille 16
  19. 19. Les Restavecs Lesclavage en HaïtiUn restavec est un enfant abandonné par sa Quand ils réussissent à senfuir, ils deviennent enfantsfamille démunie à une autre famille plus aisée, des nuits et ils forment des gangs (groupes de voyous).avec lespoir de le voir manger à sa faim et étudier, Comment peuvent-ils sen sortir ? Quelles aides latout en sachant quil travaillera dur pour communauté internationale peut-elle leur apportersatisfaire ses maîtres. Il en existe environ 300 000 pour les sortir de cet esclavage ?en Haïti. Ils sont parfois très jeunes (4ans). Pour la majorité des haïtiens, ce système fait du bien aux enfants.Comment et pourquoi les Haïtiens en sont-ils arrivés là ? Cest le travail du gouvernement dappliquer la loi, deOn peut y voir un héritage de la période de lesclavage. faire en sorte que tous les enfants aillent à lécole etAprès lindépendance et labolition de lesclavage, les soient protégés. Or, Haïti dépend des aides financièreshaïtiens ont perpétué ce système : les gens ont du Canada, des États-Unis, de la France et du Japon.continué à prendre des enfants comme domestiques. Jean Robert cadet (ancien restavec maltraité qui senJusqu à aujourdhui. est sorti) pense quil faut demander aux pays qui aident financièrement Haïti de faireQuelles sont les séquelles physiques et pression sur le gouvernement haïtien.physiologiques pour un restavec? Pour linstant, ce dernier a justeLes parents biologiques, demandent à la demandé à changer le terme "Restavec"famille daccueil à ce quil soit bien nourri. en "Adopté informel". Ils voulaientDes promesses sont faites mais ne sont pas changer de nom, mais pas le statut detoujours tenues. lenfant !Ces enfants nont pas denfance. Cest encore beaucoup Cest pour cela que la communauté internationale doitplus dur pour les filles car elles peuvent être violées. Il jouer son rôle et faire pression sur le gouvernementarrive que la famille daccueil élimine tout lien avec la haïtien.famille biologique. Ces enfants sont parfois battus, Laurenavec des sévices corporels, des blessures. Ils ne peuventpas sexprimer. 17
  20. 20. Les Restavecs http://lapetitehaiti.wordpress.com/tag/restavek-haiti/ La vie des restaveksLes restaveks, qui sont-ils ? Ce sont des enfantsau service de maîtres et qui souffrent de cette vie !Les restavek sont des enfants domestiques.En créole restavek veut dire «reste avec moi». Si lesenfants deviennent restavek, cest parce que leursparents nont pas assez dargent pour les élever. Ducoup, certains doivent tout faire : emmener les enfantsde leurs maîtres à lécole, se lever à 5h30 du matin etse coucher à 22h30, faire toute les corvées, dormir par Une petite fille en train de faire la vaisselle.terre... KenzaDans certaines familles les restavek sont bien traités.Ils ont de vrais lits au lieu de dormir par terre,travaillent mais sont partiellement scolarisés.Cependant cette solidarité avec les restaveks est assezrare. Cela suppose que les maîtres eux-mêmes en aientles moyens. Certains, qui ont eux-mêmes été traitéscomme des esclaves, comme restaveks, savent ce que çafait et ne le reproduisent pas. On ne choisit pas cette existenceHaïti à été le premier pays dAmérique où Comment dorment-ils ?lesclavage a été aboli. Pourtant, certaines dérives Les moins bien lotis, pour dormir, nont pas de lit.du système des restaveks sont lhéritage de Ils dorment par exemple sur un bout de carton aveclesclavage. dessus une serviette humide et saleQuels sont leurs travaux ? Quelles sont leurs activités ?Les restaveks sont des enfants confiés par leur famille, Ils nont pas de jouets. Quand ils ont du temps, ilsdémunie, à une autre famille. Mais ils deviennent jouent avec des canettes ou des bidons en fer.parfois des esclaves qui font le ménage, préparent lesrepas et mangent les restes. Est-ce quils ont des moments tendres ? Non, la plupart de ces enfants nont jamais de câlins ni de marques daffection. .Kevely 18
  21. 21. Les Restavecs Qui aide les Restaveks ?Deux ans après le séisme, qui avait fait 200.000 Les restaveks font le ménage , la cuisine, amènent lesmorts et des centaines de milliers de sans-abris, enfants à lécole.après une épidémie de choléra, Haïti se relève Qui les aide ?lentement. Beaucoup dentre nous ont oublié cette Des associations aident les restaveks. Elles tententcatastrophe. de faire aller ces enfants quelques heures à lécole. Mais rares sont ceux qui peuvent y aller, carHaïti, cest aussi le pays qui a brisé les chaînes de beaucoup travaillent tout le temps.l’esclavage depuis plus de deux siècles : il fut Il y a dautres associations qui donnent de largentaboli en 1794, quand cette île était sousdomination française. pour payer lécole et sassurer que des restaveks y vont bien.Mais aujourdhui, plus de 300 000 enfantscontinuent, sur la petite île, d’être asservis auprofit de familles plus aisées que les leurs.Quest ce un restavek ?Les restaveks sont des domestiques. Restavek veutdire en Créole "reste avec ton maître".La plupart des enfants employés comme domestiquesviennent des régions rurales et sont envoyés vivredans dautres familles, citadines, dans lespoir dunevie meilleure. Zélie Des enfants devenus objetsLes restavec sont des enfants esclaves. fillette que lon prête comme un objet à dautresAujourdhui, jai regardé une vidéo présentant familles.leur situation. Nabala, la fillette, ne reçoit pas damour ni de marques daffection, comme des câlins, des bisous...Il y avait un restavec élevé par une famille daccueil Tout ce quelle reçoit, ce sont des ordres venus de sonstricte. On y voyait aussi une fille restavec, qui elle, maître.heureusement, est placée chez une femme qui Pour le coucher, on lui donne un carton et uneléduque, ne la bat pas mais la secoue un peu. serviette. Nabala pense que si elle vivait avec sesTout ça pour dire que des enfants restavecs font le parents, ce serait différent, quon la traiterait mieux,ménage, le rangement et les courses. La famille quon ne la battrait pas jusquau sang, et quelledaccueil ne paie pas lenfant pour ce quil fait. recevrait plus damour.Pour certains, les maîtres abusent et lenfant est Le pire dans tout ça, cest que les restavecs sonttraité comme un objet. Ainsi, par exemple, cette souvent privés décole, donc déducation et davenir. Julie K. 19
  22. 22. Les Restavecs Tous les enfants placés ne sont pas des Restaveks Maline nous parle de lignoble condition des Restaveks, bien quelle ne partage pas leur sort.Maline vit chez Mr Saint Fort, à Port-au-Prince.Elle vivait dans les Cayes, avec sa mère (vendeuse deproduits alimentaires au marché), son père (maçon) etses quatre frères et sœurs, jusquen 2002. En 2006,elle à réussi son examen de 9eme (équivalent BEPC).Sa mère ne pouvant plus soccuper delle, elle a vécu àMartissant (commune de Port-au-Prince) chez sa Maline fait la cuisinetante, qui à une fille et un garçon. Elle a quitté safamille pour faire ses études à Port-au-Prince. Sa Mr Saint Fort est électricien à la retraite.mère la envoyée chez son ami denfance, Mr Saint Il passe environ huit mois par an en Haïti et envoieFort. Elle nest pas allée au collège en 2011, car elle a de largent à Maline lorsquelle est en difficulté.été très malade. Il considère Maline comme sa fille. Sa famille est en France.Elle va au collège (lycée) du lundi au vendredi, de15h00 à 19h00. De 6h00 à 12h00, elle travaille dansune usine de fabrication de blouses pour le personnelmédical : elle doit vérifier le travail des couturières.Elle est payée 200 gourdes, car elle travaille à mi-temps. Avec cet argent, elle paye son collège, sanourriture, ses loisirs. Elle a plein damis, un petitami, elle aime danser la salsa et le merengue, regarderla télévision, et lire. Elle va passer son bac en juillet2012.Elle ne paye pas de loyer, mais rend service en faisantle ménage, en soccupant des tâches ménagères de lamaison, et en faisant les courses.Maline ne se considère pas comme une restavek, carelle mange à sa faim, nest pas battue ni sale. Par Maison de Mr Saint Fortcontre, au n°2 de sa rue vit une restavek. Elle estbattue, maigre, sale, mal habillée et ne va pas à Yasminelécole. 20
  23. 23. Eau et environnement L H2O en HaïtiIl y a longtemps, Haïti avait dénormes ressourcesen eau, et 80 % de couverture végétale.Aujourdhui, seulement 1,4 % du pays restentboisés.Ces graves conséquences écologiques sont dues à uneforte augmentation de la population, qui est passéede 500 000 en 1804 à 8 600 000 en 2005. Ladéforestation et lérosion massive des sols affectentégalement les ressources en eau. Avec unepluviométrie moyenne de 1400 millimètres par an, le Des habitants qui vont chercher de leau dans un lac.pays reçoit un volume de 40 milliards de mètres cubes Andrianadeau dont 90 % sen vont directement vers la mer... S.O.S. eau potablePrès de la moitié de la population haïtienne, na Dans certaines maisons, il y a de leau chaude, maispas accès à leau potable et seulement 12% ont cela est très rare. Un système utilisé est celui desaccès à lassainissement. réservoirs posés sur les toits des maisons, en noir ou en bleu : comme ça, la journée, le soleil tape sur lesEn France, leau est distribuée dans des tuyaux. En réservoirs et chauffe leau.Haïti, à cause du manque dinfrastructures et du Pour les Haïtiens, il est donc très dur de trouver deséisme, les tuyaux sont rares, usés voire cassés. leau potable, au quotidien.Les gens sapprovisionnent grâce à des camions deauou dans des petits kiosques. Dans certains cas, l eauest déminéralisée ; ça veut dire quon enlève tous lesminéraux avant de la vendre.Leau quutilisent les Haïtiens nest pas potable.Il y a des puits dans le bas des villes, à Port-au-Prince et en Province. Beaucoup fonctionnent avecdes pompes à bras : ce sont des systèmes manuels pourfaire monter leau. Petit kiosque haïtien http://haiti-timoun.pagesperso-orange.fr/Donc, il y a des puits,. Mais ils présentent desproblèmes de traitements, puisquil y a des animauxen liberté autour des puits et que, malheureusement,ça pollue et altère la qualité de leau. Or, ceux qui seservent nont pas le réflexe ou pas les moyens demettre du clore ou un autre traitement avant de laboire. Cest pour ça quil y a eu lépidémie du choléra,qui a pu se propager aussi vite parce quil ny avait Gallons deau potable vendus à Port au Prince.pas forcément traitement de leau. Juliette 21
  24. 24. Eau et environnement H2O Quand leau potable se fait rareLeau est une des bases de la vie. Certes nous le La distribution, quand à elle, se fait plus compliquée,savons, mais il y a dans le monde, et car sur 3 millions de personnes, 1,5 millions nont pasparticulièrement en Haïti, des gens qui ny ont du tout deau chez eux et sont dans lobligationpas accès. Alors, ils cherchent des solutions. A daller la chercher jusquà de vingt kilomètres de leurPort au Prince, « notre » envoyé spécial a enquêté maison. Elle est parfois amenée par "tuyautage,", mais plus souvent par des camions. Le tremblementsur le sujet... de terre à énormément abimé les tuyaux et leau neEn Haïti, il y a une seule et unique station passe pas bien.dépuration, qui se trouve à Port-au-Prince.Elle a été construite suite à lépidémie de choléra. A Port-au-Prince, il ny a pas dégouts et tout est àIl y a plusieurs processus, mais pour linstant cest le ciel ouvert. Cela produit une forte insalubrité et"lagunage" qui est utilisé en Haïti... Il fonctionne transmet les maladies de plus de 2 millionscomme ceci : un camion passe pour faire les vidanges dhabitants. Dautant plus que les habitants de cettedans les toilettes des gens et emmène leau usée ville, faute de ramassage organisé, jettent leursdirectement à la station. Une fois arrivé là-bas, il déchets dans la rue avec leurs eaux usées.verse leau sale dans des bassins où lon a planté desroseaux. En effet, cette plante a la propriété de filtrer Zoïaleau grâce à ses racines. Eau potable Les Haïtiens achètent presque tout dans la rue : un marché La nourriture et leau potable en HaïtiLa vie en Haïti est difficile parce que les gens fruits ou de légumes. Certaines mères abandonnentnont pas beaucoup dargent pour acheter de leau leurs enfants à lorphelinat parce quelles nont pas lespotable ou de la nourriture. A cause du séisme du moyens de les nourrir.12 janvier 2010, les Haïtiens ne peuvent presque Malnutritionplus manger, ni boire, ni vivre normalement. Les enfants souffrent souvent de malnutrition. AEau potable et nourriture cause du séisme, ils ont encore moins dargent pourLeau potable est précieuse et économisée. acheter de la nourriture ou de leau potable. AffaiblisIl y a de leau potable mais elle coûte très cher. On par la faim, certains enfants haïtiens souffrent detrouve de bons fruits et légumes, mais eux aussi malnutrition et des maladies que cela entraîne.coûtent très cher. En Haïti, il est donc compliqué de Le pays entier est touchése nourrir. Les Haïtiens ne mangent pas assez de Wissam 22
  25. 25. Cacao et matières premières Le cacao peut-il aider Haïti ?La production Les Dominicains achètent le cacao des Haïtiens pourLa production cacaoyère haïtienne est de 5000 le vendre aux touristes et le revendre en Europe.tonnes de cabosses par an. Mais la production de Ce sont les bourses de Londres et de News-York quicafé est plus importante que celle de cacao. fixent les prix du cacao.La production de cacao est défavorisée parce que lesproducteurs ninvestissent pas d’argent pourproduire plus. En milieu rural les producteurs Petit problème de mathématiquesabandonnent leur production pour s’établir en ville, En 2001, les producteurs de cacao du Nord dHaïtiparce quils n’ont pas assez d’argent pour rester et n’étaient pas associés. Les négociants leur achetaientque leur production ne leur permet pas de vivre la livre de cacao à 3 gourdes.décemment : cela s’appelle lexode rural. Ces producteurs ont décidé de créer la FECCANO (Fédération des Coopératives Cacaoyères du Nord). Lexique En 2012, ils vendent la livre de cacao non fermenté- Cabosse : fruit du cacaoyer, de couleur rougeâtre ou à 40 gourdes et à 54 gourdes pour la livre fermentée.jaune et de la forme dun petit ballon de rugby- Cacaoyer : petit arbre cultivé en zone tropicale Est-ce que les producteurs gagnent désormais pluspour la production du cacao d’argent pour 1 livre de fèves de cacao ? Combien ? ATTENTION : la monnaie locale a été dévaluée. Histoire antique - En 2001, 1 dollars équivalait à 25 gourdes.La culture des cacaoyers est très ancienne. Il semble - En 2012, 1 dollar vaut 40 gourdes.que les Mayas les cultivaient déjà dès le Vème siècle.Ils servaient notamment à élaborer une boisson,ancêtre de notre chocolat. A cette époque, seuls lesnobles pouvaient le consommer chez eux car lechocolat était une boisson sacrée aux multiplesvertus. Les Aztèques connaissaient, eux aussi, lesfèves de cacao et les utilisaient pour se confectionnerune boisson à base de farine de maïs, de poivre et depiment. Mais ils utilisaient également les fèvescomme monnaie et comme médicament contre lesmorsures de serpent. Un cacao pas comme les autresLa production du cacao commercialisée par lesréseaux de commerce équitable permet aux membresdes coopératives dobtenir un meilleur prix de leur http://fournisseurcafecacao.centerblog.net/production et donc dinvestir dans le développementde leur production et léquipement de leur Les Haïtiens consomment du chocolat en poudre : lesenvironnement : accès à leau potable, accès aux parents donnent du chocolat au lait à leurs enfantsmédicaments et créations demplois... chaque matin. 23
  26. 26. Les familles de cacaoLe forastero. Fruits à cabosse jaune et à amande Le trinitario. Hybride issu du croisement des deuxpourpre-violette. Le plus répandu et le plus rustique, variétés précédentes. Il est apparu au 18e siècle surses fèves donnent un goût amer et des notes acides. l’île de la Trinité. Il combine la rusticité des premiers et les arômes fins mais moins intenses des seconds.Le criollo. Fruits à cabosse verte ou rouge etamande blanche. Le plus fragile, il donne aussi lescacaos les plus fins et aromatiques, doux etlégèrement amers. Du cacao au chocolatLes producteurs récoltent le cacao. Puis ils procèdentà l’écabossage pour enlever la cabosse, ils fontfermenter et sécher les fèves de cacao au soleil.Ensuite, il y a la torréfaction, le broyage, le mélangeentre le cacao et le sucre (le conchage)... C’est finimais il faut mettre la pâte dans un moule pour enfaire du chocolat .Très bon. A lintérieur dune cabosse, il y a des fèves et de la pulpe. Avec les fèves on fait du cacao. Photo Alain Devalpo.http://www.chocolat-deneuville.com/filiere-cacao-chocolat.html Robinson 24
  27. 27. Le solénodon Le solénodon existe -t-il encore ? L’île de la NavaseLe solénodon serait un témoin oublié deces 100 derniers millions dannées, qui nedevrait sa survie qu’à son insularité !En effet, ces insectivores nocturnes en voied’extinction ne sont présents qu’à Cuba et surl’île d’Hispaniola (Haïti). On le supposaitéteint depuis 1870, jusqu’à ce qu’on enretrouve quelques spécimens en 1974-75, dansla foret du packemackaya. Les paysanslappellent le "nez long" . Ils disent que le "nezlong" est en voie de disparition parce que la Le solénodon est un petit mammifère. Il ressemble àforêt est mal entretenue et la végétation est un croisement entre le tapir et le rat : il a un museauen train de disparaître. Il vivrait dans les extrêmement allongé, une queue longue, nue etmarécages de lîle de la Navase. Il se trouve écailleuse, des yeux petits, un poil rêche allant duen voie de disparition. Il est herbivore. brun foncé au noir et de grandes pattes. Mesurant entre 70-80 centimètres de long du museau à la queue, Anthony, Jeison et Robinson quil a très longue (20 cm environ). Le solénodon fait partie des rares mammifères à être venimeux : ils produisent une salive toxique qui se propage dans le corps de leurs proies lorsquils les mordent). Zoïa 25
  28. 28. Le vaudou Le vaudou est un art de vivre, explique Mireille MamboLe Vodou était, à lorigine, la religion des où de nombreuses communautés ont vu le jouresclaves. Manbo Mireille, prêtresse et tentent de mettre ce système de croyance auVodou, va nous guider à travers les devant de la scène.sacrifices, les cérémonies, les initiations, la Comment communiquez-vous avec les dieux etcommunication avec les dieux Vodous et les esprits ?les états de transe... Pour certaines cérémonies, les pratiquantsQuelles sont les origines du culte vodou? Vodou sacrifient des animaux. Pendant uneLe vodou est une religion originaire de initiation, on ne peut pas faire léconomie delancien royaume du Dahomey (en Afrique de la force du sang. Quand on sacrifie unlOuest). Il est toujours largement répandu au animal, on verse le sang de lanimal sur la têteBénin et au Togo, comme dans le célèbre de linitié(e).marché des féticheurs, à Lomé. Les pratiquants sacrifient un animal : ilsA partir du XVIIème siècle, les esclaves sollicitent un esprit pour les aider à quelqueoriginaires de cette région dAfrique chose, pour le remercier de les avoir aidés. Etrépandirent le culte vodou aux Caraïbes et en pour se faire pardonner de lavoir dérangé, ilsAmérique. On le retrouve donc sous lui donnent une partie du sacrifice : lesprit ledifférentes formes à Cuba, en Haïti, au Brésil partage avec toute la communauté.et surtout aux Etats-Unis et en Louisiane.Le vodou sest aussi répandu en Afrique duNord, où comme à Cuba, on le retrouve sousdifférentes formes, dont la plus connue estcelle des Gnawas au Maroc et en Algérie,mélangée au folklore religieux arabo-musulman.Le culte vodou compte environ 50 millions depratiquants dans le monde.Quest-ce que le culte vodou?On trouve en 2011 de nombreusescommunautés vodouisantes, majoritairementsur le continent américain, et aux Antilles. Ilexiste en Europe des communautés plusdiscrètes, mais néanmoins actives, telles que leHoufor bonzanfé, le Lakou sans Lune, ou leHounfor Konblanmen. Au début du XXIèmesiècle, le vodou sétend également au Canada Danseuse de cérémonie vodou 26
  29. 29. Les pratiquants ne peuvent pas entrer en Mitra (un culte des grecs et romains, où uncommunication avec les esprits et/ou les dieux taureau était sacrifié sur la tête des adeptes,Vodous : ce sont eux qui entrent en qui entraient en transe au son des musiques).communication avec nous. Lorsquun Les cultes de Dionysos et de Cybel, quipratiquant entre en transe, il se sent saoul étaient aussi des grands dieux, sealors quil ne sest pas permis la moindre manifestaient par des transes, et toute lesgoutte dalcool depuis assez longtemps. Seul fêtes étaient des réunions de transes.un orgueilleux peut dire quil a communiquéavec Dieu, car on nentre en liaison quavec Y a-t-il des explications vodous au séisme deune seule partie de Dieu. janvier 2010 ? Pour les adeptes du vaudou, chaque élément aY a-t-il des obligations dans cette religion ? une vie, qui lui est propre. Et un élément,Y a-t-il des exclusives dans le vodou ? cest comme nous : nous pouvons être un jourLes esclaves ont déjà assez souffert pour très gentils, et le lendemain avoir envie dequils ne simposent pas beaucoup tuer tout le quartier. Cela arrive quand nousdobligations contraignantes. Par exemple, ils avons de grosses colères. Les éléments ontpeuvent décider de faire telle ou telle exactement ce comportement. Un cyclone,cérémonie du calendrier vodou parce que cela cest simplement que le vent ou la brise, queleur demande une énergie quils ont sur le nous aimons beaucoup, de temps en temps,moment. Ce sont eux qui décident de leur ont une envie de faire un petit coup déclat.calendrier vodou. Cest la même chose pour la Terre. Donc la Terre a bougé, elle a dansé. La Terre a desLe vodou na aucune exclusive. Par exemple, épines dorsales, comme nous nous avons desdans la zone où Mambo Mireille se trouve, il vertèbres. Elle a eu envie de se secouer, commey a deux grottes qui ont appartenu aux un grand dragon, et elle en a parfaitement leindiens Taïnos. Cétait des lieux sacrés. droit.Aujourdhui, un serviteur officiel est désignépour chaque jour aller y jeter un animalsacrifié, allumer une baleine, ou déposer unpetit quelque chose à manger... Tout lieu deculte abandonné sera repris par lespratiquants vodou pour continuer le culte.Depuis quand cette religion existe-t-elle?Cette religion existe sûrement depuis loriginede lhumanité. Cest une religion qui prend encompte lenvironnement, et cest une religionde transe. Une religion de transe est un cultede possession et ces cultes de possession sontattestés, y compris en Europe, dans la Tam-tam vodou de cérémonieTarentule, en Sardaigne, dans le culte de Yasmine 27
  30. 30. Fêtes et traditions La fête des morts en HaïtiEn Haïti, les haïtiens fêtent les morts les1er et 2 novembre. Dans la culturehaïtienne, ces jours là, les saintscatholiques et les loas (esprits vaudous)sont appelés par des prières et autresformes dincantations.Les fidèles catholiques, pour leur part,vénèrent leurs saints à cette occasion etégalement la mémoire de membres de lafamille qui sont décédés. Les cimetières, sontdes lieux de rassemblement pour des pratiquesmagiques et religieuses, ainsi que des rituels. Cérémonie au cimetièreLe festival des "Gedes", le 2 novembre,caractérise la religion vaudou en Haïti. Dansla mythologie vaudoue haïtienne, le "Gede"représente les esprits des morts. Selon lesethnologues haïtiens, "Gede" est symbolisé pardes couleurs traditionnelles : noir et violet oublanc et violet.Gede est lun des dieux hérités de la «pré-Columbus period», la période qui a précédé ladécouverte de l île par Christophe Colomb.Cest ainsi que les Haïtiens, dans leurscoutumes, mêlent leurs multiples cultures : Cérémonie vaudou / transechrétienne, vaudoue, pré-colombienne... Julie.M 28

×