1                    Note du groupe de travail GO-HF du 8 avril 2011               Tableau général de l’utilisation       ...
2l’utilisation de micros filaires. On peut estimer la taille du parc de micros sans fil en France à640 milliers d’unités (...
Nombre de                                                                                                                f...
4
5    Adéquation des bandes de fréquences disponibles à compter du 1 er décembre 2011 pour                       les microp...
6              Technicien de régie, de plateau,...               Ordres ou Liaisons de coordination              Intervena...
7Le dividende numérique, une menace pour la production françaiseLe choix de la bande UHF entre les canaux 62 et 65 pour de...
82 - Les risques d’un second dividende numériqueEn limitant à nouveau la bande UHF pour les micros HF, les risques suivant...
9et déjà à environ une cinquantaine de canaux localement, soit la demande moyenne enfréquence pour une seule production au...
10                  Exemple de l’usage des liaisons audio HF par Radio France        De son côté Radio France indique qu’i...
11     14 fréquences dédiées à lintercom dont 4 spare (Telex)     1 scanner de fréquences comme outil de base.     Il faut...
12est simple, la bande de fréquences HF du 2,4 Ghz offre, à des puissances faibles comme cellesutilisées en spectacle (ent...
13qu’il y a nécessité d’ouvrir ces équipements sur d’autres bandes. Ces systèmes (PMSE) sontemployés largement et de plus ...
14Le GO-HF constate que les équipements numériques qui pourraient permettre de mieuxoptimiser le spectre HF via le princip...
15Attention les liaisons Intercom « large bande » ne peuvent se satisfaire d’une bande HFétroiteConcernant les microphones...
16Conclusions     -   L’impact économique liés aux coûts de migration des équipements audio HF hors de         la bande HF...
Upcoming SlideShare
Loading in …5
×

Note de synthèse sur l'usage du spectre radio HF réalisé par le groupe de travail GO HF (date 08/04/2011)

14,790 views
14,502 views

Published on

Voici une note de synthèse sur l'usage du spectre radio HF réalisé par le groupe de travail GO HF (date 08/04/2011)

Published in: Technology, Business
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
14,790
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
52
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Note de synthèse sur l'usage du spectre radio HF réalisé par le groupe de travail GO HF (date 08/04/2011)

  1. 1. 1 Note du groupe de travail GO-HF du 8 avril 2011 Tableau général de l’utilisation des équipements audio sans fil en France Note rédigée sous la direction de la FESAC par la FICAM, le PRODISS et le SYNPASE, en collaboration avec les principaux équipementiers du secteur (Audio-technica, WisyCom, Overline, Sennheiser, Shure, …) et en partenariat avec les services techniques de France TV et Radio France Rédacteur : Marc Bourhis (Ficam)IntroductionQui sont les utilisateurs de micros sans fil ?Les utilisateurs de micros sans fil sont des professionnels de l’audiovisuel qui utilisentquotidiennement ces produits pour produire un spectacle, une émission de télévision, uncongrès, une comédie musicale, une émission de radio, un long métrage, un documentaire,un reportage, des concerts, des tournées d’artistes… Les captations s audiovisuelles (imageet son) sont assurées par des sociétés de prestation comme le groupe AMP-Visual ou legroupe Euromedia (SFP-VCF-Euromédia TV), ainsi que par des diffuseurs TV (Francetélévisions pour l’essentiel), ou encore des producteurs directement, notamment dans encas de réalisation de fiction. Pour le spectacle vivant, les captations sont réalisées par desprestataires ou des producteurs de tournées. Les producteurs louent généralement lesmicros HF à des loueurs prestataires (Tapages, Silence, Dispatch) qui leur fournissent unmatériel correspondant à leur besoin. Les micros sans fil font partie intégrante de laproduction. On ne peut produire la quasi-totalité des émissions de télévision sans moyensaudio sans fil aujourd’hui.On estime que la demande des productions en moyens HF est montée de 10 % tous les ans.Les constructeurs d’équipements audio HF annoncent 5% d’augmentation par an. Latendance à l’utilisation secondaire de la HF est donc à la hausse.Dans le même temps depuis dix ans il a été rogné deux tiers du spectre radio HF pour lesapplications liées aux « utilisateurs secondaires » tels que les prestataires techniques duspectacle vivant et de l’audiovisuel.Taille du parc de micros sans fil existantAu troisième trimestre 2010, le marché français des microphones HF était estimé à 11,6millions d€ (statistique provenant de l’association PAMA Pro Audio ManufacturerAssociation en 2010) pour un volume annuel de micros vendus de 48 885 micros HF. Lesventes en Europe sont quant à elle de l’ordre de 600 000 micros HF par an. La tendance est àl’augmentation régulière depuis de nombreuses années, les productions récentes limitant
  2. 2. 2l’utilisation de micros filaires. On peut estimer la taille du parc de micros sans fil en France à640 milliers d’unités (chiffres 2010). En réduisant comme aujourd’hui le spectre UHF utilisable par les systèmes audio sans fil, nous risquons d’appauvrir la production artistique et télévisuelle française et mettre les professionnels de l’audiovisuel en grande difficulté.Rappel du fonctionnement d’un micro sans filLes micros sans fil sont des dispositifs mobiles qui émettent en analogique (et bientôt ennumérique) dans la bande UHF avec une puissance faible comprise entre 10mW et 50mW,sur une largeur de bande de l’ordre de 100kHz maximum. Il s’agit d’une puissance de sortied’émetteur et non de P.A.R. limitée réglementairement en France à 50mW. Ils doiventpermettre de transporter un son de qualité audio professionnelle sur une large bandepassante de 20 à 20kHz avec une dynamique de plus de 120 dB. Leur portée est d’unecentaine de mètres. De part leur faible puissance émise, ils sont très vulnérables à touteémission dans leur plage de fréquence. Ils émettent de façon permanente et ne peuventdonc partager leur fréquence d’émission avec un autre dispositif de façon simultanée.Rappel sur les liaisons Intercom « ears monitor »En matière d’intercoms, il faut séparer deux cas de figure utilisés sur le terrain qui expliqueque l’intercoms a tantôt besoin de large bande HF et tantôt de bande étroite. En effet, sontutilisés sur un même évènement à la fois des liaisons Intercom Duplex permanentes quiservent au réseau d’ordre vers la régie (la qualité est alors monophonique avec une bandepassante 20-15KHz) et des liaisons Intercom Simplex (ears monitor), intermittente et decourte portée, qui servent à analyser le rendu à l’antenne des sons captés. Il s’agit dans cedernier cas d’un véritable retour « casque antenne » stéréo de qualité qui nécessite unelarge bande passante 20-20KHz et par la même un canal HF d’une largeur quasi-équivalenteà celle d’un microphone HF.A noter aussi que pour des liaisons sans fil dites « point à point » de plusieurs kilomètres,(Circuits automobile, parcs d’attractions, départs de course à la voile, arrivées du Tour deFrance, sites olympiques), ou des zones de couverture denses en béton (Musées, Centres decongrès et d’expositions, salles de concert) ou étendues (champs de course, braderie deLille, enduro du Touquet, Défilé 14 Juillet), les sociétés de production ou de télévision sontamenées à utiliser des liaisons plus puissantes. Ces liaisons font partie de la famille desliaisons de reportage et auxiliaires de radiodiffusion, la où puissance et largeur de bande sejustifient.1 - Analyse de l’impact de la réduction actuelle du spectre HF vis-à-vis del’utilisation en audio des fréquences HFLa TNT, un premier obstacle à l’utilisation des micros sans filLa Télévision Numérique Terrestre qui bascule depuis la fin 2009 vers une diffusionentièrement numérique jusqu’à décembre 2011 (avec le basculement notamment de Parisen mars 2011), a sérieusement compliqué l’utilisation des micros sans fil en utilisant des
  3. 3. Nombre de fréquences HF 100 Mhz 200 Mhz 300 Mhz 400 Mhz secondaires entre 470/830 Mhz 32010 Télé analogique uniquement : la TNT. 6 canaux X 8 MHz = 48 MHz Bande UHF= 470/830 MHz = 360 MHz et 790 MHz. Reste 312 MHz pour les micros HF Télé analogique + TNT avant Mars 2011 : - 15 % du 12 canaux X 8 MHz = 96 MHz spectre HF Mars 2011 Bande UHF= 470/830 MHz = 360 MHz Reste 264 MHz pour les micros HF - 0 % du spectre HF2011 TNT entre le 1er Mars et le 1er décembre 2011: 6 canaux X 8 MHz = 48 MHz Bande UHF= 470/830 MHz = 360 MHz Reste 312 MHz pour les micros HF - 13 % du spectre HF Déc 2011 Télé numérique après le 1er décembre 2011 dans la bande 470-830 Mhz avec la 4G : 6 canaux X 8 MHz = 48 MHz Bande UHF= 470/790 MHz = 320 MHz Reste 272 MHz pour les micros HF - 30 % du spectre HF TNT totalement déployée avec la 4G : Evolution des fréquences HF utilisables par les utilisateurs « secondaires » 13 canaux X 8 MHz = 104 MHz ressources spectrales supplémentaires en UHF. En plus des 6 canaux de télévisions Bande UHF= 470/790 MHz = 320 MHz 2012 analogiques déjà inutilisables par les micros HF, la TNT a ajouté 6 canaux de télévision Reste 216 Mhz pour les micros HF Le déploiement final de la TNT comprend 13 multiplex de 8 MHz soit 104 MHz occupé. Il ne numériques supplémentaires : 48 MHz disponibles en UHF ont donc disparu avec l’arrivée de reste donc que 216 MHz de libre pour les liaisons HF, dites « secondaires », situées entre 470
  4. 4. 4
  5. 5. 5 Adéquation des bandes de fréquences disponibles à compter du 1 er décembre 2011 pour les microphones sans fil (source Radio France) Bande de Catégorie dutilisateurs Adéquation des fréquences disponibles en fréquences terme de contrainte technique (taille des utilisable à antennes, qualité de transmission, nombre de compter du canaux, consécutifs ou non, effectivement 01/12/2011 utilisables sur un même site,...)174 - 223MHz Intervenants plateau : artiste dramatique, Bande mal adaptée à du micro cravate du fait lyrique, chorégraphique,... de la taille de l’antenne. Technicien de régie, de plateau,... Réseaux d’ordre uniquement du fait de la taille des antennes. Utilisation en bande étroite (talkie) ou bande large possible Intervenants événementiels salon, meeting Liaisons de Reportage ou retours scène Bande : journaliste, homme politique, large 15KHz analogique pour des liaisons technicien,... mobiles, point à point, ou des retours d’enceintes de sonorisation etc. Intervenants, Journaliste, Homme Liaisons de Reportage ou de retour Bande politique en mobilité sur véhicule de moyenne 8KHz audio ou large 15KHz reportage, moto, avion, etc analogique disponible à l’international pour des OP de type Tour de France sur des Motos de reportage ou pour des liaisons point à point.470 - 790MHz Intervenants plateau : artiste dramatique, Talkies de 450 à 512MHz avec ordres 2W lyrique, chorégraphique,... bande large duplex 470 558 avec 685 790 Micros HF 50mW 512-692 Technicien de régie, de plateau,... Talkies de 450 à 512MHz avec ordres 2W bande large duplex 470 558 avec 685 790 Intervenants événementiels salon, meeting Planification sur site pour éloigner les : journaliste, homme politique, puissances >à 50mW des liaisons technicien,... microphoniques dans les bandes 174 à 865MHz retours de scène stéréo mode analogique sur stand. Liaisons duplex 3W, même bande pour couvrir les différents Halls type salon porte de Versailles. Talkies et liaisons de coordination en plus823 - 832MHz Intervenants plateau : artiste dramatique, idem lyrique, chorégraphique,... Technicien de régie, de plateau,... Intervenants événementiels salon, meeting idem : journaliste, homme politique, technicien,...863 - 865MHz Intervenants plateau : artiste dramatique, Retours de scène lyrique, chorégraphique,...
  6. 6. 6 Technicien de régie, de plateau,... Ordres ou Liaisons de coordination Intervenants événementiels salon, meeting idem : journaliste, homme politique, technicien,...1785 - Intervenants plateau : artiste dramatique, Pas d’équipement actuellement répondant1800MHz lyrique, chorégraphique,... aux besoins de la profession. Technicien de régie, de plateau,... idem Intervenants événementiels salon, meeting idem : journaliste, homme politique, technicien,... Exemple d’utilisations des équipements audio HF dans la bande 470-830 Mhz : Radio Francedans la bande 710-750 le N° d’équipements est de 38dans la bande 750-790 le N° d’équipements est de 48dans la bande 750-790 le N° d’équipements est de 38
  7. 7. 7Le dividende numérique, une menace pour la production françaiseLe choix de la bande UHF entre les canaux 62 et 65 pour des services mobiles de typeinternet est donc problématique pour les utilisateurs de micros sans fil. Le haut du spectreUHF de 700 à 830 MHz représente la grande majorité du parc de micros sans fil français. Cechoix de fréquence a été dicté par le fait que la télédiffusion est rarement présente danscette plage de fréquence, et que les caractéristiques de propagation sont favorables à cesfréquences pour garantir une transmission fiable.Quelques éléments chiffrés mesurés avant la migration imposée par le 1er Dividendenumérique permettent de mesurer l’impact d’un tel choix de fréquence :• La société Sennheiser France commercialisait 30 % des micros HF Sennheiser dans cesplages de fréquence.• La société Audia (Algam) commercialisait 80% des micros HF Shure dans ces fréquences.• La société SCV Audio vend 80% des micros AKG dans ces plages de fréquences.• La société Audiopole commercialise 95% des micros Beyer dans ces fréquences.• La société Audio-Technica commercialisait avant le 1 er dividende numérique 100 % de sesmicros HF dans les plages de fréquences 790-862MHz. Aujourd’hui, tous les modèles de lamarque sont commercialisés dans les fréquences en-dessous.• La société VDB vend 10 % des micros Audio Limited dans ces fréquences.Les conséquences financières de l’amputation actuelle de la bande HFL’amputation du haut de la bande 790 Mhz → 830 Mhz par la 4G, en compliquanténormément l’utilisation des fréquences radio pour les systèmes audiovisuels, a uneincidence financière lourde : les changements de fréquences et/ou le remplacement dessystèmes HF.L’encombrement du spectre UHF a conduit les fabricants de micros HF à réagir et à proposeraux utilisateurs professionnels des produits de plus en plus agiles en fréquence. Pour lesprestataires, il est devenu indispensable de disposer d’équipements HF, capables des’adapter souvent en temps réel aux besoins HF d’une production, afin d’harmoniser enfonction des utilisateurs, les puissances et les fréquences les mieux adaptées.Les matériels actuels permettent généralement un choix de fréquence sur une plage de plusde 20 MHz et des matériels récents lancés sur le marché proposent même jusqu’à 90 MHzde bande passante RF avec en contrepartie une augmentation du coût de l’ordre de 20%.Pour le moment, les prestataires et loueurs de matériels HF qui se dotent actuellement deces nouveaux équipements plus « agiles » par rapport aux générations précédentes sontdonc contraints dans la plupart des cas d’imputer ce surcoût sur les productionsaudiovisuelles et de spectacle vivant.Dans l’optique d’une demande d’aide financière concernant la perspective proche d’undeuxième dividende numérique, il y a nécessité à mesurer l’impact financier du premierdividende numérique pour les prestataires du spectacle vivant et de l’audiovisuel.
  8. 8. 82 - Les risques d’un second dividende numériqueEn limitant à nouveau la bande UHF pour les micros HF, les risques suivants sont encourus :• Une saturation de la bande UHF conduisant à des parasitages entre les différents micros,en direct pendant les diffusions télévisées, on imagine mal un homme politiqued’importance ne pouvant faire son discours pour cause de limitation de fréquences.• Une réduction du nombre de productions de spectacles montées en France par manque demoyen techniques à disposition : une comédie musicale utilise fréquemment 50 liaisons• Impossibilité d’organiser techniquement de grands évènements sportifs ou médiatiques(14 juillet, Grands concerts, Tour de France, etc…)• Augmentation des coûts de production par l’utilisation de nouvelles technologies, nondisponibles à ce jourImpossibilité de gestion de la HF dans certaines zones urbaines et sur les grandsévènementsConcernant certaines situations locales où les plans de fréquences HF sont déjà surchargéscomme les studios EMGP à la Plaine Saint Denis (Département 93) et dans certaines zonesdes grandes villes où sont concentrés les lieux de spectacle, un deuxième dividendenumérique est inenvisageable pour les prestataires techniques de l’audiovisuel présent ausein du groupe GO-HF.A titre d’exemple, sur Paris où ont lieu beaucoup de prestations utilisant des micros HF, lescanaux de 21 (471,25 MHz) à 35 (583,25 MHz) sont inutilisables à cause de la télédiffusionhertzienne numérique. En enlevant les canaux de 62 (802 Mhz) à 65 (826 Mhz) commeaujourd’hui, on limite l’espace théorique utilisable à la plage de 590 à 798 Mhz, soit 208MHz. Le nombre maximal de liaisons HF utilisables dans cette plage HF se limite donc d’ores
  9. 9. 9et déjà à environ une cinquantaine de canaux localement, soit la demande moyenne enfréquence pour une seule production audiovisuelle. Il est donc déjà très compliquéaujourd’hui de répondre aux besoins des studios de tournage comme ceux de la Plaine SaintDenis.S’agissant des grands évènements sportifs ou célébrations, les premières réactions desparticipants à GO-HF confirment quun Deuxième dividende numérique et donc la réductiondrastique des canaux utilisables pour l’audiovisuel professionnel qui sen suit, rendraitquasiment impossible l’exploitation des moyens HF sur des grosses opérationsévénementielles (Tour de France, Défilé du 14 juillet …) et localement sur des zones densesen HF.Sur une manifestation comme le Tour de France, en 2009 le plan de fréquences planifié par l’ANFR, comprend 717 fréquences, dont 430 sont situées entre 470 et 860 Mhz. A noter aussi qu’entre le Tour de France 2009 et la grande boucle 2008 le nombre de fréquences utilisée par les prestataires techniques de production a augmenté de 20 %. Exemple de la retransmission du Défilé du 14 Juillet aujourd’huiCette manifestation se déroule sur un site qui compte parmi les plus denses en termes despectre HF. Il nécessite, pour sa réalisation et sa retransmission télévisée, un nombre trèsimportant de fréquences HF tant dans la bande 470-830 MHz que dans les bandes PMR VHFet UHF, à cela s’ajoutent les fréquences utilisées pour la sécurité, police, armée, etc…A la demande du ministère de la défense, La société BS Technology est en charge de la prisede Son et diffusion des prestations musicales des différentes armées. Le groupe AMP-VisualTv est en charge de la captation du défilé pour les deux chaines TF1 et FranceTélévisions. Depuis 2008 le Défilé entre dans le cadre « grand évènement » et bénéficie à cetitre de la gestion du spectre par l’ARCEPLe dispositif Audiovisuel/Spectacle nécessite l’utilisation d’environ 220 fréquences dans labande broadcast. La densité du spectre HF, à l’occasion de la cérémonie, générant denombreux produits d’intermodulation, ne nous permet pas une pleine utilisation descanaux disponibles, réduisant de façon notable le nombre de fréquences « propres ». Nousparvenons, jusqu’à présent, à réaliser cette opération grâce à une plus longue préparation,de plus nombreux tests, à la mise en œuvre de 10 à 20 % de matériel supplémentaire deremplacement sur site. Retransmission du Défilé du 14 Juillet à l’avenir…Dès 2012, nous devons migrer environ 53 liaisons de la bande 800 MHz vers la bande 470-790 MHz déjà saturée. Pourrons-nous répondre toujours favorablement à la demande denos producteurs ?En l’absence de connaissance du plan de fréquences des multiplex, de l’influence de ladiffusion de la 4G, il est très difficile aujourd’hui d’y répondre. Un « rognage »supplémentaire de la bande 470-790 MHz ne nous permettrait plus d’assurer ce genred’évènement, en tout cas tel que le souhaitent les organisateurs de la cérémonie ainsi queles diffuseurs de télévision jusqu’à présent.
  10. 10. 10 Exemple de l’usage des liaisons audio HF par Radio France De son côté Radio France indique qu’il réalise pour ses chaines de programmedes captations audio dans le domaine de l’événementiel, du spectacle et de laproduction audiovisuelle au sens large pour des événements sportifs ou d’actualitémajeurs, qui nécessitent sur des zones de couverture étendue (enduro du Touquet,braderie de Lille, parcs d’attractions, salons porte de Versailles Arrivées Tour de France)des technologies HF de plus en plus lourdes et sophistiquées. Cette lourdeur et cettesophistication vient notamment du fait du nombre d’utilisateurs sur un mêmeévènement qui nécessite une harmonisation des fréquences entre les équipements deproduction et les équipements sans fil (micros HF, retours de scène, retours ordre,talkies, liaisons de reportage) rencontrés sur les différents lieux d’exploitation (salles despectacles, stades, parcs d’attractions, musées, centres de congrès et d’expositions,sites olympiques). Pour ce type de productions, Radio France est amené à faire cohabiter sur unmême site :- 2 à 6 liaisons multidirectionnelles permanentes de coordination ou d’antenne Fullduplex 2W bande large UHF entre nos cars régies mobiles et le ou les lieux decaptation : studios salles de concert. Catégorie d’utilisateurs (Sonorisateurs,Coordinateur Technique, Réalisateur, Chef de car, Metteur en ondes, journalistes)- Rack(s) de 12 à 32 micros HF avec 4 à 8 retours ordre stéréo. Catégorie d’utilisateurs(artistes, sportifs, hommes politiques)- 3 à 6 liaisons de reportage bande 174-865 Mhz. Catégorie d’utilisateurs (journalistes,invités, sportifs, hommes politiques)- 5 à 10 liaisons talkies walkies via base régie ou base plateau. Bande 400-512 Mhz.Catégorie d’utilisateurs (techniciens, journalistes) Exemples d’occupation du spectre HF dans le spectacle vivant : les productions de Stage Entertainment « Le Roi Lion » considéré comme une grosse production française en matière de spectacle vivant mobilise les moyens audio HF suivants : 44 fréquences dédiées aux micros artistes dont 4 spare (Sennheiser) 8 fréquences talkie déclarées (Motorola) 20 fréquences dédiées à lIntercom (Telex) « Mamma Mia » en résidence (production moyenne) : 20 fréquences dédiées aux micros artistes dont 3 spare (Sennheiser) 2 fréquences talkie (Motorola) 10 fréquences dédiées à lintercom (Telex) « Mamma Mia » en tournée (production moyenne) 25 fréquences dédiées aux micros artistes dont 8 spare (Sennheiser) 4 fréquences talkie dont 2 spare (Motorola)
  11. 11. 11 14 fréquences dédiées à lintercom dont 4 spare (Telex) 1 scanner de fréquences comme outil de base. Il faut noter concernant ce dernier exemple d’une comédie musicale en tournée, que le producteur est contraint à chaque installation dans un lieu nouveau de s’insérer dans le plan de fréquences existant sans parasitage, ce qui peut générer parfois des problèmes complexes à résoudre sur certaines zones sensibles Concert de Variété française en tournée (production moyenne) 4 à 8 systèmes de micros artistes dont 1 à 2 spare (Shure ou Sennheiser) 8 à 12 systèmes in Ear artistes, ingénieur du son retour, assistant(s) et backliner(s) Rarement des talkies Rarement dintercom sans fil « Mozart Opéra Rock » au Palais des sports de Paris et en tournée France, Belgique, Suisse, 2009‐2011. Producteurs : Albert Cohen et Dove AttiaIl y a 10 ans, on n’utilisait guère plus de 8 microphones HF sur une comédie musicale comme« Notre Dame de Paris » ou « Roméo et Juliette ». Mais, face au succès grandissant des comédiesmusicales, les producteurs de ce genre de spectacles ont déployé des moyens techniques ethumains de plus en plus importants, nécessitant toujours plus de liaisons audio HF. De sorte,quaujourdhui le nombre de seconds rôles chantant ayant augmenté un spectacle comme Mozartutilise 32 micros HF.La machinerie de scène elle aussi a pris un essor exponentiel. Aujourdhui, il nest pas rare sur latournée du spectacle « Mozart » davoir des liaisons HF en grand nombre (25 intercoms), afindassurer une communication entre les différents métiers techniques avant et pendant le spectacle.Exemple, sur la tournée Mozart », chacun des 14 machinistes disposait dune liaison HF pourlintercom. Et, il est invraisemblable sur le plan de lorganisation et de la sécurité quune personnesur scène, artiste ou technicien, puisse être équipé en micro filaire du fait des nombreuxdéplacements en coulisse et sur scène ainsi que lors des manoeuvres de décors de plus en plusnombreuses.A lintercom, il faut ajouter sur « Mozart » 20 fréquences supplémentaires pour le Ears monitor, carlorsquune comédie musicale est en tournée, elle nutilise plus de retours scène sous formedenceintes, mais des écouteurs stéréo reliés en HF à la console de mixage.Une optimisation des fréquences déjà poussée à son maximumCompte tenu des difficultés déjà depuis plusieurs mois vécues par les techniciens HF travaillant surces spectacles pour caler de gros plans de fréquences HF dans certaines villes ou plusieurs canauxsont occupés par différents sites d’émission allant parfois jusquà 12 canaux de TNT, des problèmesd’intermodulation, des fréquences parasites ou des perturbations extérieures… et la présenceencore parfois de la télévision analogique sur certaines zones, tout a été fait sur scène et dans lescoulisses des comédies musicales pour réduire au minimum le nombre de fréquences HF utiliséespour les besoins dun spectacle.Exemple, le responsable de la HF de « Mozart, lOpéra rock » utilise pour linterphonie, le pluspossible la bande HF haute du 2,4 Ghz. Ainsi, tous les postes d’interphonie des différents métiersprésents sur une comédie musicale sont maintenant câlés en 2,4 GHz (soit 23 postes). Seuls 4 postesimportants sont dans la bande des 650 et 500 Mhz : Régisseur général/Topeur, Régie Plateau, unposte de chaque côté sur scène pour une meilleure qualité sonore et meilleure portée. La raison en
  12. 12. 12est simple, la bande de fréquences HF du 2,4 Ghz offre, à des puissances faibles comme cellesutilisées en spectacle (entre 10 et 100 milliWatts) une portée limitée, aléatoire et elle est viteparasitée. Elle nest donc utilisable quen appoint, les réseaux dordre les plus importants utilisant labande des 600 Mhz qui offre la meilleure propagation.A la recherche permanente doptimisation du spectre HF dans son contexte actuel de raréfaction,sur « Mozart » : certains ears monitor sont en monophonie pour limiter le nombre de fréquences utilisées. des fréquences sont communes à plusieurs personnes les packs micro Hf servent à plusieurs rôles pour limiter leur nombre le choix du matériel HF a été fait en privilégiant du matériel large spectre et si possible dans le bas du spectre permettant au loueur d’avoir encore ce matériel utilisable après 2 ans selon les évolutions de la loi. A terme, une solution technologique est envisagée qui consisterait en une commander à distance de manière agile des changements de fréquences sur les microphones HF sans avoir besoin de reprogrammer manuellement chacun des microphones HF. Toutefois, cette technologie ne semble pas encore au point, en particulier chez les grands fabricants de microphones HF actuels comme Sennheiser ou Shure.Moyens HF et Plan de fréquences de Mozart32 micros hf, 20 liaisons In-ear monitors, 25 liaisons intercom, 12 TalkiesEn dessous de 500 MHz : quelques télécommandes moteurs 440 MHz à 460 MHz : 8 canaux deTalkies Walkies.Canaux 25,26,27,28 : 2 fréquences pour la base principale d’interphonie HFPuissance de 250mW et 100mwCanaux 32 à 40 : 8 fréquences de ears. (558--‐628 MHz)Canaux 34 à 41 : 12 fréquences micros de puissance 10mW (578--‐638 MHz)Canaux 42 à 49 : 12 fréquences de micros de puissance 10mW (638--‐698 MHz)Canaux 40 à 49 : 6 fréquences de Ears de puissance 30mW (626--‐698MHz)Canaux 44 et 45 : 2 fréquences d’interphonie de 50mW à 100mWCanaux 52 à 60 : 6 fréquences de ears (718--‐790 MHz)Canaux 54 à 63 : 8 fréquences micro (740--‐814 MHz)Canaux : 64 : 2 fréquences earsCanal 70 : 1 base interphonie + 5 postes 2,4 GHz : 2 bases + 18 postes interphoniemachinerie 2,4 GHz : 1 base + 5 postes3 - Les possibilités liées aux autres bandes de fréquences HF utilisables (VHF,fréquences hautes) et au passage des équipements au numériqueLe cadre réglementaireDepuis 1997, des réunions régulières à l’ART et l’ANFR avaient pour but de faire un bilan surl’utilisation des équipements sans fil en France pour la fabrication de programmes ou lacouverture d’événements spéciaux. Les synthèses de ces réunions au niveau européen(CEPT) ont fait l’objet de rapports remis à jour régulièrement. Documents traitant le sujetdes mic HF et des liaisons de reportage.Ces rapports montrent qu’il y a des intérêts forts (intérêt économique, culturel et politique)pour assurer une continuité d’utilisation majeure des PMSE dans les bandes UHF IV et V, et
  13. 13. 13qu’il y a nécessité d’ouvrir ces équipements sur d’autres bandes. Ces systèmes (PMSE) sontemployés largement et de plus en plus sur des émissions en différé ou en direct : productionde divertissements scéniques, théâtrale, production de radio, de films, de TV, productionsportive, événements régionaux ou nationaux, acteurs en tournée, systèmes de distributionaudio et vidéo, conférences. Que ce soit, le secteur de la réalisation de programme TV ou lespectacle vivant ont des destins étroitement liés sur cette question; car beaucoupdévénements par exemple sont compris comme une production commune. Des chaînes deproduction entières multimédia sont maintenant totalement dépendantes des applicationsHF. Certaines productions ont été conçues autour des technologies sans fil. Les liaisons sansfil sont incontournables sur des émissions de ce type qui ne pourraient pas exister sans elles. - ERC/REC 70-03 [10] Electronic Communications Committee (ECC) Version du 6 oct 2010 des mises à jour du document de 2005 et 2007. - ERC/REC 25-10 [11] FREQUENCY RANGES FOR THE USE OF TEMPORARY TERRESTRIAL AUDIO AND VIDEO SAP/SAB LINKS (INCL.ENG/OB) - CEPT rapport 32 du 30 octobre 2009Libération de la bande HF 174-223 MhzLa libération de la bande VHF 174–223 MHz (deux bandes existent en VHF entre 175,5/178,5et 183.5 /186.5 MHz) utilisée dans le passé pour des utilisations semi-professionnelles estenvisagée par les pouvoirs publics, afin de compenser les pertes de canaux HF actuels.L’ERC/REC 25-10 recommandent aux Administrations CEPT dassigner des fréquences pourdes liaisons de SAP/SAB audio et vidéo dans ces gammes de réglage daccord. Quelquesplages de fréquences sont effectivement disponibles, notamment pour des liaisons point àpoint via avion.La libération de cette bande de fréquences VHF représente un intérêt pour les réseauxd’ordre et le Ears monitoring, dans la mesure où la propagation du signal radio y est bonneet dans la mesure où il n’y a pas de problème sanitaire à exposer les techniciens de manièreprolongée au rayonnement des ondes dans cette gamme de fréquences, y compris à despuissances plus élevées qu’aujourd’hui pour faire de la liaison point à point. Toutefois, laVHF est problématiques pour l’usage des microphones HF en tant que tels, car l’usage de cesfréquences nécessitent une taille d’antennes plus importante que les matériels utilisésactuellement. Il faudrait étudier avec les équipements s’il y a des perspectives rapidesd’évolution technologique vers la miniaturisation des antennes dans ce domaine.En l’état, cette bande VHF est malheureusement partagée par les prestataires del’audiovisuel et du spectacle vivant avec les canaux d’expérimentation de la radio numériqueterrestre et donc à ce stade, elle ne permet pas d‘utiliser un grand nombre de micros HF…sauf à modifier « l’article 26 de la loi sur l’audiovisuel de 1986 modifié » qui stipule quel’usage de cette bande III est réservé à titre primaire à la radio numérique terrestre. Lesparticipants au GO-HF souhaiteraient donc avoir une visibilité sur la mise en place et ledéveloppement de la radio numérique sur cette bande VHF qui peut potentiellements’avérer utile dans le contexte d’une redistribution des fréquences liée aux différentsdividendes numériques.Le passage au numérique ne résout pas le problème
  14. 14. 14Le GO-HF constate que les équipements numériques qui pourraient permettre de mieuxoptimiser le spectre HF via le principe de multiplexage ne seront pas opérationnels sur leplan technique avant 4/5 ans, à cause de consommation trop élevées et de délais de latenceincompatibles avec un usage en direct sur le spectacle vivant et les plateaux de télévision !A noter, qu’à ce jour il existe un microphone audio HF numérique, sous la marque Zaxcom,qui utilise en fait une bande passante de 200 kHz, exactement identique à celle d’unmicrophone analogique. Et, de plus ce produit semble ne pas faire l’unanimité parmi lesprofessionnels quant à ces performances dans le cadre d’une utilisation professionnelle surun évènement en direct.En attendant une évolution substantielle de la vitesse de traitement des processeurs sonoresintégrés aux microphones HF, le délai de traitement du son en numérique (délai de latence)dans les équipements HF professionnels est pour le moment incompatible avec un usagegénéralisé sur la production de spectacle vivants ou d’émissions de télévision (retours descène à l’oreille pour les musiciens).Pour résoudre ces problèmes de latence dans le traitement du signal, aujourd’hui lesfabricants de microphones HF sont obligés de réaliser des microphones HF numériques (pourla plupart à l’état de prototypes) aussi gourmands en bande passante qu’un microphone HFanalogique actuel. Donc, la volonté des pouvoirs publics de s’appuyer sur les capacités deréduction de la bande passante sur la plage de fréquences en or (470-790 Mhz) grâce aupassage de l’industrie à des microphones HF numériques est illusoire. Les microphones HFprototypes qui sont à l’essai actuellement chez les constructeurs ne font pas gagner duspectre HF ! La HF numérique masque aussi les ruptures de champs radio occasionnées par desobstacles que l’on peut percevoir plus facilement en mode analogique. La densitéd’équipements sur zone, associée aux limitations de puissance, imposent pour le moment untravail en modulation analogique plus adapté aux contraintes d’exploitation des prestataires. Sur une même production le mariage d’équipements analogiques et numériques, surles artistes posent des problèmes de synchronisation.Des développements technologiques dans le 1,8 Ghz sous certaines conditionsDes bandes de fréquences supplémentaires ont aussi été identifiées au niveau Européen audessus de 1 GHz. La bande 1,750/1,800 GHz est certes vacante. Mais dans cette bande des1,8 Ghz, il n’y a pas de matériels disponibles aujourd’hui et pas avant plusieurs années. Lapropagation est compliquée en mode omnidirectionnel et la portée limitée. Peu defréquences sont donc utilisables à priori. Ces bandes HF hautes posent également desproblèmes de portée, de pertes importantes dans les câbles d’antennes.Pour être tout à fait complet, il faut noter toutefois qu’à condition que la puissancedémission puisse y être portée de 10mw à 500mW, voire 1W, cette bande du 1,8 Ghzpourrait être mise à profit pour développer des transmissions numériques, soit unilatéralesde type Ear-monitoring multicanaux ou de ponts hertziens, soit duplex tels des systèmesdintercom multiplex. Certains fabricants de matériels HF seraient prêts à envisager ce typede développements dès cette année, si nous avions lassurance, au niveau européen quecette bande de fréquences soit pérenne sur 5 à 10 ans. Dans cette plage de fréquencesélevée dans laquelle le corps humain est particulièrement absorbant se pose également unproblème de risque sanitaire lors d’une exposition prolongée des techniciens HF.
  15. 15. 15Attention les liaisons Intercom « large bande » ne peuvent se satisfaire d’une bande HFétroiteConcernant les microphones HF pour le fonctionnement du spectacle (Intercom) dont lANFRmentionne que "pour ces usages une faible qualité suffit", les participants au groupe GO-HFmentionnent que pour le monitoring de plateau le signal utilisé est dune qualité suffisante,non pas par lubie, mais pour des raisons sanitaires, car ces signaux sont utilisés via descasques toute la journée par les techniciens et à ce titre peuvent entrainer une fatigueexcessive en cas de mauvaise qualité du signal trop compressé.En outre, Overline, en tant que fabricant précise que la solution qui consisterait à ce que lessalles s’équipent en Intercom dans la bande 1785–1800 MHz (juste en-dessous d’une desbandes de la téléphonie mobile), a déjà été envisagée et suppose - vu les problèmes depropagation de cette bande de fréquences haute - quil soit permis daugmenter de manièrelégale les puissances démission au-delà de 1 watt et même jusquà 5 watts dans certainscas, alors quaujourdhui, par défaut, ces fréquences sont limitées à un usage à 10 milliwatts.Or, là aussi risque de se poser très vite des problèmes sanitaires liés à l’utilisation prolongéed’émetteurs-récepteurs HF à ces puissances.Des outils pour faire une veille constante sur la HFLe CEPT rapport 32 fait état d’opérations sporadiques de grande échelle pouvant êtrecritiques en fréquences et en problèmes d’interférences. Il mentionne que les utilisateurs nese brouillent pas, généralement, laissant entendre que la place ne manque pas. C’est faireabstraction des moyens mis en œuvre pour éviter ces inconvénients. Les prestatairestechniques du spectacle vivant et de l’audiovisuel en fait suivent en permanence l’évolutiondu statut primaire de la HF dans les bandes III, IV, V, l’affectation des canaux TNT etl’extinction des canaux analogiques. Un recensement des fréquences installées sur les siteset établissements ou nous nous rendons et réactualisé en permanence pour faire face auxproblèmes d’interférences. Les acteurs se sont équipés d’analyseurs de spectre radioportables et de logiciels pour calculer des plans exempts d’intermodulation. Lesconstructeurs de leurs cotés ont fait évoluer leurs équipements qui couvrent maintenant (enémission) jusqu’à 120MHz de spectre en UHF. Des interfaces utilisateurs ont étédéveloppées pour prendre la main sur des équipements distants, et scanner en permanenceles plages des fréquences utilisées.Nécessité d’avoir une visibilité sur la HF à 5 ans !2016 pour le deuxième dividende numérique paraît raisonnable, dans la mesure où lebasculement à la TNT va libérer quelques plages de fréquences HF. Il y a nécessité pour lesfabricants de moyens HF et les prestataires davoir rapidement une visibilité sur le deuxièmedividende numérique, leur perte de crédibilité auprès de leurs clients est en jeu.
  16. 16. 16Conclusions - L’impact économique liés aux coûts de migration des équipements audio HF hors de la bande HF des 800 Mhz a été très important et se répercute aujourd’hui sur les coûts de production. - Il y a urgence à maintenir des zones blanches (exemptes de canaux TV) sur la plage 470 790MHz - Les « utilisateurs secondaires » du spectre HF demandent à l’ANFR d’avoir une meilleure connaissance de l’utilisation des canaux TV TNT à venir et du deuxième dividende numérique prévu en 2015-2016 - Il est nécessaire d’avoir des assurances sur les délais de mise en œuvre d’un deuxième dividende numérique, car un calendrier trop court ne permettrait pas aux industriels le développement de nouvelles technologies abordables, ni aux professionnels de les valider - Ce délai d’adaptation et de déploiement doit permettre d’amortir pour la profession le coût du premier dividende. - La possibilité d’augmenter la puissance d’émission doit être envisagé dans certains cas. - Du fait de l’évolution de la production des spectacles vivants et audiovisuels vers le sans fil, nécessité d’ouvrir une bande de spectre permettant la couverture audio d’événements comprenant d’avantage de liaisons d’ordre ou de reportage, retours de scène et de coordination multidirectionnelle.

×