Camus autobiographie
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Camus autobiographie

on

  • 299 views

 

Statistics

Views

Total Views
299
Slideshare-icon Views on SlideShare
120
Embed Views
179

Actions

Likes
0
Downloads
0
Comments
0

1 Embed 179

http://www.scoop.it 179

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Camus autobiographie Camus autobiographie Document Transcript

    • L’AUTOBIOGRAPHIE A. Camus, Le premier homme 1 Formation interne CO de Budé L’ AUTOBIOGRAPHIE Le premier homme, Camus Elisabeth Gaillard Dominique Prêtre-Buergisser Alexandre Regad
    • L’AUTOBIOGRAPHIE A. Camus, Le premier homme 2 Livre de référence : A. Camus, Le premier homme, Gallimard 1994, collection Folio Objectifs • Découverte et étude des problèmes liés à l’autobiographie. • Rencontre avec Albert Camus. Modalités de travail • Séances en plenum • Soirée de classe avec repas • Lectures à domicile • Travaux de groupes • Production d’un texte autobiographique Matériel • Camus, Le premier homme, Gallimard 1994, collection Folio • Photos / transparents • DVD • Photocopies des documents ci-joints réservés aux élèves
    • L’AUTOBIOGRAPHIE A. Camus, Le premier homme 3 Plan de la séquence I. INTRODUCTION GENERALE (45’) 1. étymologie : auto – bios – graphein 2. Exercice d’écriture a) Les élèves écrivent 10 fragments commençant par « Je me souviens ». b) Un questionnaire leur est ensuite proposé auquel ils répondent individuellement. c) Analyse du questionnaire : réflexions quant au fonctionnement de sa propre mémoire. 3. discussion générale/ questionnement a) Que peut-on vouloir écrire dans une autobiographie ? (motifs, sujets) b) Pour quelles raisons peut-on avoir envie d’écrire sa vie ? c) Peut-on tout dire dans une autobiographie ? (choix, secrets, respect des personnes) II. LES SUJETS liés au fonctionnement de la mémoire A) Introduction Rappels historiques : L’Algérie et la France (45’) (Histoire : film/DVD « Les Pieds-Noirs ») B) Analyse de différents extraits 1. Souvenirs liés aux sens (soirée + 45’) 1.1 Soirée de classe : repas nord-africain 1.2 Analyse de texte (Partie I, Chap. 6, pages 145 -148) 2.1 Souvenirs liés à la famille (3 extraits : le père, la mère, la grand-mère) 2.2 Les classes sociales : le lycée 3. Mémoire afffective et classement des souvenirs : l’instituteur
    • L’AUTOBIOGRAPHIE A. Camus, Le premier homme 4 III. L’ECRITURE Analyse de différents extraits (2 X 45’) 1. « Je / tu / il » ; auteur= ? narrateur= ? personnage principal = ? analyse de 3 courts extraits : • Le premier homme, A. Camus (il) • Le Livre de ma mère, A. Cohen (je) • Lambeaux, C. Juliet (tu) IV. OBJECTIVITE / SINCERITE 1. L’objectivité 2. La sincérité V. CONCLUSION (20’) Discussion 1. Quel message Camus voulait-il faire passer en écrivant ce livre (motivation) ? 2. A-t-il été objectif, sincère ? 3. Pourquoi a-t-il écrit son récit à la 3e personne du singulier ? 4. Qu’aurait-il changé s’il avait pu terminer son livre ? (raconter l’histoire de la publication de cette autobiographie) VI. REDACTION D’UN TEXTE AUTOBIOGRAPHIQUE : travail noté (3x 45’) Consignes précises
    • L’AUTOBIOGRAPHIE A. Camus, Le premier homme 5 ANALYSE I. INTRODUCTION GENERALE 1. Etymologie : auto – bios – graphein L’enseignant fait rechercher aux élèves, éventuellement avec l’aide des dictionnaires, l’étymologie et le sens du mot « autobiographie ». 2. Fonctionnement de la mémoire Rédaction de 10 fragments – questionnaire – analyse L’enseignant propose aux élèves d’écrire 10 fragments commençant par « Je me souviens… » Tous les souvenirs sont les bienvenus. Il précisera que ces souvenirs personnels resteront confidentiels et que les élèves n’auront pas à les divulguer. Il peut éventuellement déjà annoncer à ce moment-là qu’un questionnaire leur sera distribué plus tard qui leur permettra de procéder à une « auto-analyse » du fonctionnement de leur mémoire. Il distribue ensuite le questionnaire (voir annexes) aux élèves, leur laisse quelques minutes pour le remplir et leur demande ensuite d’échanger leurs constatations. Les élèves prennent des notes sur leur propre fonctionnement.
    • L’AUTOBIOGRAPHIE A. Camus, Le premier homme 6 II. LES SUJETS liés au fonctionnement de la mémoire A) Rappel historique Remarques : Comme nous ne sommes pas autorisés à copier les photos et les documents à partir desquels nous présentons un bref rappel historique de l’histoire de l’Algérie, nous vous en indiquons ici les références. Plusieurs cartes de l’Algérie sont possibles pour une photocopie ou un acétate à projeter en classe. Ex : L’Algérie, Autrement, junior, p.25 P. Balta, C. Rulleau : L’Algérie, les Essentiels Milan, pp. 4-5 Pour Brève Histoire de L’Algérie, doc. – élève. 4 vignettes sont tirées des livres suivants : • 1830 : L’Algérie, Autrement, junior, p. 29 • 1870 : A.-G. Slama :La Guerre d’Algérie, Découverte Gallimard Histoire, p. 27 • 1900-1950 : L’Algérie, ibid. p.35 • 1954 : A.-G. Slama, ibid., p. 44 Correctif de ces deux pages : • 1830 : La colonisation ( + un commentaire à formuler avec les élèves) • 1870 : Assujettissement des musulmans. Mise en évidence de l’homme de type européen, l’Arabe est en retrait. L’abondance apparaît comme le fait de l’Européen. • 1900-1950 : Alger vers 1900. Deux communautés cohabitent et ne se mélangent pas. • 1954 : FLN : Front de Libération Nationale Commentaires : Les hommes musulmans sont absents, car ils ont pris le maquis.
    • L’AUTOBIOGRAPHIE A. Camus, Le premier homme 7 PETITE HISTOIRE DE L'ALGERIE Introduction Aux 19ème et 20ème siècles, la France et l'Algérie ont tenté de mêler leurs histoires et leurs espaces. L'Algérie était vue par les gouvernements français comme une prolongation de la France. Aujourd'hui les 2 pays ne peuvent plus se parler sereinement, car rejet et culpabilité interfèrent trop souvent entre eux. Antiquité L'espace algérien est occupé dès 400 000 ans av. JC. Les Phéniciens envahissent les côtes et importent l'huile d'olive et le vin. 2è s. av. JC, les Romains s'imposent, ils désignent 2 peuples: - Les Berbères à l'int. des terres parlant le tamazight - Les Maures, hab. de la côte Les Romains développent la région: ils construisent villes, routes et augmentent la culture des plaines. C'est le « grenier de Rome ». Se développent les cultures chrétienne et juive (Saint Augustin est évêque d'Hippone en 396). Moyen-Age 7è s. Conquête arabe depuis la péninsule arabique. La religion musulmane et la langue arabe s'imposent massivement, notamment par les mariages entre arabes et berbères pendant les siècles qui suivent. Seules quelques communautés juives subsistent. 9è s. Age d'or de l'Algérie médiévale. La prospérité coïncide avec l'implantation de nouvelles villes: El Djezaïr (Alger), Oran, Bougie. Dév. des sciences, de la médecine, bibliothèques, mosquées et écoles coraniques. 13è s. Les familles au pouvoir sont contestées, les Berbères se font la guerre. Alger périclite et demande l'aide des Turcs car ils craignent la conquête espagnole. Les Turcs resteront 3 siècles à travers une régence qui doit obéissance au sultan d'Istambul. Seules les côtes intéressent les Turcs. Alger redevient florissante grâce à la piraterie très active contre l'Italie, l'Espagne et même le Portugal. Elle s'enrichit également grâce au commerce des esclaves qui sont aussi revendus contre forte rançon à leur famille. On compte à Alger 15 000 esclaves pour 100 000 hab.! 18è s. Les nations européennes font pression et bombardent même Alger pour qu'elle renonce peu à peu à ce commerce. On assiste à une reconversion vers l'artisanat, le commerce et l'agriculture. Déclin de la présence turque mais la contrée reste prospère. Epoque contemporaine 1830 A la suite d'accrochages entre la France et le gouverneur d'Alger, 500 navires + 37 000 hommes conquièrent Alger. Le régent capitule. C'est le début de la Colonisation de l'Algérie par la France. Au début les buts de la France ne sont pas clairs, elle veut surtout contrecarrer les ambitions anglaises en Méditerranée et elle ne s'intéresse qu'aux côtes algériennes. Dans cette 1ère période, La France tient Alger et quelques villes côtières. A l'intérieur des terres elle rencontre une forte résistance sous l'impulsion des confréries musulmanes. Cependant quelques chefs signent des traités de paix. A cette époque l'agriculture autour d'Alger est très florissante. Plus à l'intérieur, la région de la Mitidja est laissée à l'abandon car elle subit régulièrement les attaques berbères et d'autres tribus de l'Atlas. Plus tard, la Mitidja deviendra le fleuron de la réussite coloniale française! 1847. Le pays est dévasté par des guerres incessantes entre le chef Abd-el-Kader (appelé émir des croyants) et d'autres tribus rivales soutenues par la France. La guerre devient totale, la France dévaste le pays (massacres et saccages des récoltes) pour venir à bout de la résistance. Finalement Abd-el- Kader s'enfuit. Il restera le symbole de la résistance à la
    • L’AUTOBIOGRAPHIE A. Camus, Le premier homme 8 France. Les conséquences sont lourdes car il y a beaucoup de morts dans les 2 camps. Au fur et à mesure de ses conquêtes, la France crée des communes sur le modèle français sur sol algérien. Elle accapare de grands territoires qu'elle redistribue aux premiers colons européens. Après 17 années de guerre, le pays est dévasté et les colons qui arrivent pensent souvent qu'avant eux, il n'y avait rien là où ils s'installent! En 1848, il y a déjà 110 000 Européens installés en Algérie, dont seulement une petite moitié est française, les autres sont Italiens, Espagnols, Maltais, Suisses , Irlandais. Cette population se superpose à celle des musulmans mais ne s'y mélange pas. L'Algérie est intégrée au territoire de la France. On crée 3 départements, on développe routes, chemin de fer, communes. Les colons s'installent durablement et prospèrent. Pour les musulmans , les conditions de vie sont devenues misérables. En 1865 les musulmans et les juifs qui le demandent deviennent français, on essaie de développer des écoles dont l'enseignement est en français et en arabe. Cependant l'entreprise rencontre peu de succès car les musulmans ne veulent pas être assimilés aux Français et les colons veulent s'imposer. Le climat, les mauvaises récoltes achèvent de précipiter les musulmans dans la misère. Dès 1870, intensification d'une politique française d' assimilation totale. – Création de 300 villages de colons avec église, école, maire élu. – Là où les musulmans sont majoritaires, création de communes mixtes avec un maire français – Ailleurs les communautés musulmanes dépendent d'un commandement militaire. – Les Juifs et les colons européens non-français sont naturalisés. Toutes les décisions importantes dépendent d'un ministère à Paris! 1930 : 80% des Français vivant en Algérie y sont nés. Peu à peu, les Européens se « créolisent ». Le brassage de cette population donne naissance à un véritable peuple passionnément attaché à la terre algérienne. (Albert Camus est le fils d'un père français d'origine alsacienne et d'une mère d'origine espagnole). 1939 : on assiste au développement économique et culturel sans précédent de l'Algérie (université, bibliothèque, musées). Ce développement favorise un processus où petits exploitants colons disparaissent pour émigrer vers les villes et au développement de grandes exploitations. La majorité musulmane continue de s'appauvrir d'autant plus qu'elle augmente sur le plan démographique. Les Français d'Algérie considèrent que cette terre qu'ils ont durement travaillée leur appartient. La plupart ne connaissent pas la France! On assiste à une politique d'assujettissement des musulmans. L'école est ouverte à tous mais les musulmans s'y rendent peu. Leurs libertés sont restreintes (permis pour se déplacer par ex.) Seulement 11 % d'entre eux vivent en ville. 2 sociétés cohabitent mais ne partagent presque plus rien. 1930 : début de l'affirmation d'une identité algérienne qui réclame parfois l'indépendance: – un courant arabe + islam – un courant laïc gagné aux idées de la rév fr (droits de l'homme) souvent le fait de musulmans ayant étudié en métropole – un courant communiste 1939 – 1945 : les musulmans comme pendant la 1ère guerre soutiennent la France. 1944: allègement de la discrimination, on donne le droit de vote et la citoyenneté française à plusieurs dizaines de milliers de musulmans. 1947 : dév du courant indépendantiste car la discrimination continue. 1.11. 1954 : Début de l'insurrection orchestrée par le FLN (Front de Libération Nationale) qui revendique des attentats anti-français et qui aboutira à l'indépendance de l'Algérie en juillet 1962 et au départ de la majorité des Français d'Algérie vers la France métropolitaine.
    • L’AUTOBIOGRAPHIE A. Camus, Le premier homme 9 BREVE HISTOIRE DE L'ALGERIE correctif pour le maître 1830 A la suite d'accrochages entre la France et le gouverneur d'Alger, 500 navires + 37000 hommes conquièrent Alger. A partir de la côte méditerranéenne, c'est le début de : La Colonisation ........................................................................ La supériorité militaire sera déterminante à ce moment-là. 1870 Les Français veulent une assimilation totale du territoire algérien à la France. Ils accaparent de grands territoires, les colons s'installent durablement et prospèrent. (En 1930, 80% des colons sont nés sur sol algérien). Commentaires de la vignette : Mise en évidence du personnage de type européen. L'Arabe est en retrait. L'abondance est le fait des Européens. Assujettissement des musulmans 1900 – 1950 Une partie des colons profitent d'un développement économique sans précédent (surtout agricole) et d'un développement culturel (écoles, bibliothèques, théâtres...) Les musulmans continuent de s'appauvrir et ne profitent pas de ces développements. Commentaires : Alger vers 1900. Costumes et postures différentes des 2 communautés. Ils cohabitent mais ne se mélangent pas. ........................................................................... 1954 Début de l'insurrection dirigée par le FLN Front de Libération nationale Commentaires de la vignette : Les hommes arabes sont absents, car ils ont pris le maquis. 1962 Indépendance de l'Algérie La grande majorité des Français d'Algérie quittent le territoire algérien et se rendent en France métropolitaine.
    • L’AUTOBIOGRAPHIE A. Camus, Le premier homme 10 B) Analyse de différents extraits 1. Souvenirs liés aux sens 1.1 En introduction à ce sujet, on pourra imaginer une soirée autour d’un repas nord-africain durant lequel on écoutera de la musique arabe (et berbère). A la suite de cette soirée, on demandera aux élèves quels sont leurs souvenirs liés aux sens. (Voir annexes) 1.2 Extrait. : Première Partie, chapitre 6 « La famille - Etienne », pages 145 – 148 Après la lecture de cet extrait, les élèves entourent tous les mots relevant du champ lexical des sens. Ils surlignent ensuite, avec des couleurs différentes, les mots liés à la vue, l’ouïe, l’odorat, le toucher et le goût. (Copie de l’extrait en annexe) Questions : Quels sont les sens les plus et les moins sollicités ? Pourquoi ? Quelle ambiance se dégage de ce passage ? S’agit-il, pour Camus, de souvenirs heureux, tristes ou qui l’ont laissé indifférent ? (Justifier la réponse.) Variante : On peut également reprendre le texte après en avoir effacé tout le champ lexical des sens. Par groupe de deux ou trois, les élèves le complètent. Suivent alors la lecture et la comparaison des différentes propositions. 1.3 Suivant le temps à disposition, les élèves rédigent un paragraphe de 10 lignes dans lequel ils relatent un moment de la soirée de classe nord-africaine ; le champ lexical des sens devra être évident. On procédera alors à la lecture des différentes productions. Les élèves comparent et font eux-mêmes la critique. N.B. Certaines étapes peuvent être évidemment données en devoirs à la maison, devoirs qui seront corrigés en classe. 2. a ) Souvenirs liés à la famille : le père (L’objectivité) Matériel : photocopies du premier chapitre du livre, rétroprojecteur, acétates de la grille en annexe 1. Devoirs à la maison En devoir à la maison, les élèves lisent le tout premier chapitre du roman Le premier homme ; ils surlignent avec des couleurs différentes les passages concernant • la situation sociale du père • la description physique du père • les attitudes du père à l’égard de la mère
    • L’AUTOBIOGRAPHIE A. Camus, Le premier homme 11 2. Correction et analyse en plenum En classe, les élèves reprennent leurs devoirs et glissent leurs résultats dans une grille (voir annexes). A tour de rôle, les élèves remplissent cette grille au rétroprojecteur. 3. Réflexion en plenum : l’objectivité Questions : • Camus peut-il se souvenir des faits qu’il relate dans ce chapitre ? Pourquoi ? • Dans ce portrait du père, quels sont les éléments qui rapportent la réalité ? Les noter d’un astérisque dans la grille. • Quel souvenir Camus veut-il garder de son père ? (Rappeler aux élèves que le père est mort à la guerre et que Camus ne l’a pas connu.) • Comment Camus a-t-il pu écrire ce chapitre concernant sa naissance ? A-t-il fait des recherches ? Où ? (Lire éventuellement le passage où Camus adulte interroge sa mère.) • Camus ment-il ? Est-il sincère ? Se ment-il à lui-même ? Quels sont les sentiments qui l’animent quand il écrit ce premier chapitre ? b ) Souvenirs liés à la famille : la mère En devoir, les élèves devront lire à la maison un passage concernant la mère aux pages 68 (« Quand il arriva… ») à 73 (« … Et de son père. »). En classe, les élèves répondent par deux à un questionnaire avec leurs propres mots. Les questions suivent la chronologie du texte. La correction est faite collectivement. 3. Souvenirs liés à l’affectivité : l’instituteur En devoir, les élèves devront lire à la maison des passages concernant l’instituteur, monsieur Bernard (pages 161 – 181 et 190 – 194). On demandera à 3 ou 4 élèves de préparer une lecture à voix haute des paragraphes qui les auraient le plus émus. Ils devront bien évidemment s’entendre pour choisir des passages différents. (Promettre un bonus dans l’évaluation finale ?) De retour en classe, les élèves pourraient aussi répondre à un bref questionnaire à choix multiple qui serait suivi d’une correction commune. Après la lecture effectuée par les élèves et/ou l’éventuel questionnaire à choix multiple, on divisera la classe en groupes de 3 ou 4 élèves. Chaque groupe essaiera de répondre à l’analyse ci–jointe (annexes). On procédera ensuite à une mise en commun, à une réflexion commune.
    • L’AUTOBIOGRAPHIE A. Camus, Le premier homme 12 III. L’ECRITURE Analyse de différents extraits. « Je / tu /il » ; auteur = ? narrateur = ? personnage principal ? Tous les élèves reçoivent trois courts extraits : « Le premier homme » d’Albert Camus (il), « Le Livre de ma mère » d’Albert Cohen (je) et « Lambeaux » de Charles Juliet (tu). Un questionnaire accompagne les trois extraits. Les élèves sont divisés par groupes de 3 élèves. Dans un premier temps, ils lisent individuellement les trois extraits. Ils doivent ensuite répondre aux différentes questions en se basant sur les extraits. A la fin, la correction se fait collectivement. (Variante : avant la correction collective, réunir les groupes par deux (= 6 élèves) pour discuter de leurs réponses.) IV. Prolongement : analyse comparative • L’égorgement de la poule, Le premier homme, A. Camus, Folio, pp. 250-254 • Le lapin du dimanche, Humanités provinciales, L’Age d’Homme, 2001, P.-O. Walzer, pp. 32-33 V. REDACTION Rédaction d’un texte autobiographique selon les consignes données dans les documents de l’élève.