Uruguay en la revista GQ de Francia
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Like this? Share it with your network

Share

Uruguay en la revista GQ de Francia

  • 506 views
Uploaded on

La prestigiosa revista francesa publicó una nota sobre Uruguay

La prestigiosa revista francesa publicó una nota sobre Uruguay

More in: Travel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
    Be the first to like this
No Downloads

Views

Total Views
506
On Slideshare
305
From Embeds
201
Number of Embeds
3

Actions

Shares
Downloads
0
Comments
0
Likes
0

Embeds 201

http://destino-puntadeleste.com 193
http://destinosdeluruguay.blogspot.com 6
http://131.253.14.66 2

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. Avril 2014192 VOYAGE GAstrOnOmiE Road tRip au paRadis URUGUAY Caché entre le Brésil et l’Argentine, ce petit pays d’Amérique du Sud est la nouvelle destination préférée des branchés-bohème. GQ a mordu la poussière de Montevideo à Punta del Diablo pour goûter à la dulce vida uruguayenne. Yoann stoeckelLaure Flammarion Voir le panorama sur ipad 193Avril 2014 UrUgUay luxe authentique Petite cabane de bord de mer ou palace, comme ici l’hôtel Fasano Las Piedras… L’Uruguay recèle d’atouts contrastés. P endant la très haute saison australe, de mi-décembre à mi-janvier, l’arrogante jeunesse de Montevideo se dore sur les longues plages de l’Uruguay. Cheveux longs, fesses fermes et rebondies, corps fin et musclé : l’Uruguayenne a quelques atouts et n’a qu’un objectif, se faire remarquer. L’homme, quant à lui, porte facilement la nuque longue et affecte une démarche nonchalante. Fuyez donc cette jet-set fatigante et fatiguée en privilégiant les longues et confortables mi-saisons et laissez-vous emporter par les nuées de perroquets sauvages qui traversent le ciel uruguayen. À quelques minutes du port de Montevideo, par lequel de nombreux voyageurs arrivent de Buenos Aires, des maisons défraîchies, qui donnent l’impression que rien n’a bougé depuis la Coupe du monde de 1950. Soudain, une cantine emballante, et un concept-store pointu. Montevideo est un doux mélange de nostalgie et d’énergie apportée dans leurs bagages par les nombreux artistes sud-américains installés dans la capitale. En quittant la ville, on s’arrête dans un petit marché. Parmi les combis Volkswagen, un couple de petits vieux fait frire des galettes de pommes de terre. Au-dessus de leur établi flotte le drapeau uruguayen, bleu et or. Sur les étals, les légumes sont étincelants et la viande, fierté nationale, a l’air plus qu’appétissante. Dans l’air, flotte le parfum enivrant des paraísos, arbres majestueux dont les délicates fleurs s’envolent d’un seul coup en une pluie d’étoiles. Robinson au pays de l’urbanisation De Montevideo à Punta del Este, il y a plus d’une heure de route pendant laquelle il faut fermer les yeux. Ne pas regarder ce combat d’une urbanisation déraisonnée sur la nature ambiante, faire l’impasse sur les immondes
  • 2. Avril 2014194 UrUgUay panneaux publicitaires parasitant les prairies tout en savourant les ponctuelles exclamations architecturales qui foudroient avec style et incohérence le paysage. Tantôt la cabane d’un Robinson des temps modernes, tantôt une barre d’immeubles de soixante-dix étages de béton blanc dont les fenêtres futuristes reflètent le bleu de l’océan, et soudain cette maison que Le Corbusier aurait pu signer. À la pêche aux croissants chauds La Barra est le premier village de la côte à s’être développé après Punta. Désormais infréquentable en haute saison, il abrite les restaurants préférés des vacanciers ainsi que Medialunas Calientitas, une boulangerie réputée. Les jours de pluie, toutes générations confondues s’y réfugient autour de vintage Dans certains villages du sud de l’Uruguay, à l’image de rocha, le temps semble s’être arrêté quelques décennies plus tôt. gastronomie Des cantines de Montevideo aux spécialités du chef cathodique Francis Mallmann, les gourmets sont servis. uruguay Montevideo Punta Del Diablo 195Avril 2014 UrUgUay Des plages infinies de sable fin et chaud, pas un être. Dans les terres, se trouve le Lagon noir. pyramides de croissants brûlants accompagnés de briques de lait chocolaté et de cafés « cortado ». Dans les terres, on roule entre les fabuleuses propriétés qui se succèdent, comme le superbe Hotel Fasano et ses 480 hectares. Le dimanche soir sur la plage du lagon de la Barra, les pêcheurs amateurs se retrouvent en famille ou solitaires. Un maté à la main, ils attendent que le courant épuise leur proie. Soudain, l’un deux monte au front en s’enfonçant dans l’eau. Les visages burinés se rapprochent et commentent le combat silencieux. La semaine se termine et le soleil se couche. Pour nous, le voyage commence seulement. Hédonisme de masse Le village en vogue est désormais José Ignacio, qu’on aime comparer à Saint-Tropez. Il se voudrait bohème, mais en vérité, il est tout aussi jet-set, si ce n’est plus. La Huella, le restaurant emblématique local, en éclaire les nuits plus encore que le phare. Tous les jours, une queue se forme devant. Une serveuse en jean blanc prend les noms en dansant sensuellement. Ici encore, on est beau, riche et cool, on mange bien et sain. On voudrait détester cet endroit mais voilà, après un impeccable poisson grillé, un nouveau pichet de clerico arrive sur la table avec un « volcan de dulce de leche et sa glace à la banane ». La musique est forte mais bonne. Il fait beau, le soleil tape doucement traDition Le dimanche, les pêcheurs s'aident de la marée pour piéger leurs prises. caLme Une chambre joliment désuète de l'hôtel Casa Zinc à La Barra.
  • 3. Avril 2014198 UrUgUay Y ALLER Toute l’année, cinq vols air France par semaine via Buenos aires. Paris-Montevideo aller-retour à partir de 1 036 € TTC (jusqu’au 28 juin) hors frais de service renseignements et réservations: 3654 ou auprès des agences air France ou des agences de voyages. SE LOGER • Fasano, La Barra Ses maisons individuelles réparties dans une propriété sublime en font l’un des plus beaux hôtels du monde. C’est indiscutable: on a trouvé le paradis. laspiedrasfasano.com, +598 4267 0000 • Estancia VIK & Playa Vik, José Ignacio Dans les terres, Estancia Vik surplombe une somptueuse nature tandis que Playa Vik signé Carlos Ott flirte avec l’océan. Un rêve. vikretreats.com, + 598 9460 5212 • Sofitel, Montevideo Ce célèbre bâtiment de la côte, fréquenté à l’époque par albert Einstein et François Mitterrand, a été formidablement restauré, devenant ainsi le premier Sofitel d’Uruguay. sofitel.com, +55 11 55478007 • Casa Zinc, La Barra Construite de toutes pièces par un chineur professionnel, cette maison au charme fou semble exister depuis toujours. casazinc.com, +598 9962 0066 Où MAnGER • Elmo, La Bota, + 598 9406 9111 Le temple des pizzas et fruits de mer au feu de bois. • La Huella, José Ignacio Sans aucun doute le meilleur restaurant de plage de la côte. paradorlahuella.com, +598 4486 2279 • Garzón, Garzón ravissant décor pour la table la plus courue de la région. restaurantegarzon.com, + 598 4410 2811 LES ADRESSES GQ éDEn Un beau jardin, un lonesome gaucho…un goût de l'exotisme uruguayen. tERRASSE Prenez donc une mousse au Club Social rocha. Ici encore les flamants roses se baignent parmi les roseaux et un carpincho profite du soleil. On atteint le Parc Santa Teresa, étonnante zone militaire qui fait office de haut lieu de tourisme. Ses belles plages et cabanons de vacances, sa réserve naturelle, son zoo et ses serres pittoresques en font une version surprenante du camp militaire. L’adieu à l’océan Sur le chemin du retour, nous longeons la palmeraie où les vaches broutent au milieu des arécacées. Rencontre inattendue de deux symboles de la culture uruguayenne, la palmeraie est sans doute la meilleure image que l’on puisse se faire de ce pays. Sur la route, des petits stands de liqueurs, miels, fromages ou dulce de leche rythment le paysage. On s’arrête pour manger une glace à Castillos, à la quiétude délicieuse, puis on s’offre une dernière escale pour voir l’océan. Ce sera Valizas, un discret village, à peine colonisé par les surfeurs. Alors que le soleil se couche, ses maisons bancales enfoncées dans les dunes, cabanes de rêve faites de morceaux d’épaves, de courage et d’utopie, sont pareilles à celles que l’on nous décrivait enfant dans les contes. Le voyage peut prendre fin. L’Uruguay a dévasté nos cœurs.