Investir en Méditerranée

ETUDE N° 63 / Novembre 2012

Promotion de l’innovation en
Méditerranée
Etude sur les profils et ...
Promotion
de l’innovation
en Méditerranée
Profils et attentes des incubateurs,
technopôles et centres de valorisation
E t ...
Promotion de l’innovation en Méditerranée

Références
Ce rapport a été préparé par l’équipe ANIMA, en coordination avec MI...
Promotion de l’innovation en Méditerranée

Auteurs
Etude réalisée par Sébastien Dagault et Amina Ziane-Cherif, en
collabor...
Promotion de l’innovation en Méditerranée

Acronymes


AFD : Agence Française de Développement




ANIMA : Réseau euro-...
Promotion de l’innovation en Méditerranée

Table des matières
Synthèse ......................................................
Promotion de l’innovation en Méditerranée
Gouvernance, mode de financement et choix budgétaires..............................
Promotion de l’innovation en Méditerranée
Recommandations....................................................................
Promotion de l’innovation en Méditerranée

Liste des figures
Figure 1 : innovation provenant des entreprises étrangères- e...
Promotion de l’innovation en Méditerranée

Table des cas d’études
Cas d’étude n°1 : Technopole -BiotechPole Sidi Thabet (T...
Synthèse
Le développement des économies de l’innovation est, plus que jamais en
période de crise, une course à la compétit...
Promotion de l’innovation en Méditerranée

Etat des lieux : acteurs et politiques de l’innovation en
Méditerranée
Les acti...
Promotion de l’innovation en Méditerranée
Types
d’acteurs

Profil

Focus
innovation

Attentes

Interfaces/
international

...
Promotion de l’innovation en Méditerranée

Profil des structures d’appui à l’innovation : technopôles,
incubateurs et cent...
Promotion de l’innovation en Méditerranée

Dynamiques
et
partenariats
d’innovation
Méditerranée : quelles difficultés et o...
Promotion de l’innovation en Méditerranée

12 propositions d’actions à l’échelle régionale :
Plusieurs arguments jouent en...
Promotion de l’innovation en Méditerranée
Propositions

Une plateforme de
promotion et de
collaboration en
ligne (MedIn 2....
Promotion de l’innovation en Méditerranée
Propositions

Quoi ?

Comment ?

Business
développement
international

Des « com...
Promotion de l’innovation en Méditerranée
Propositions
Coordonner les
politiques
d’attractivité,
politiques
industrielles ...
Introduction et cadre de l’étude
Introduction
Le développement des économies de l’innovation est, plus que jamais en
pério...
Promotion de l’innovation en Méditerranée
Sur le terrain, il n’existe pas, ou très peu, d’entreprises, de centres de
reche...
Promotion de l’innovation en Méditerranée
définition de l’OCDE, qui se fonde sur le Manuel d’Oslo et retient 4 grands
type...
Promotion de l’innovation en Méditerranée
Pour les entreprises, les universités et les centres de recherche publics,
l’« o...
Promotion de l’innovation en Méditerranée
7 pays 3 sont visés par cette étude : Algérie, Egypte, Jordanie, Liban, Maroc,
P...
Promotion de l’innovation en Méditerranée
Démarche et structure de l’étude
L’objectif de l’étude est double :


mettre en...
Etat des lieux : acteurs et
politiques de l’innovation en
Méditerranée
Ce premier chapitre présente les principaux indicat...
Promotion de l’innovation en Méditerranée
En 2011, une seule université de la région, l’Université du Caire, figurait
dans...
Promotion de l’innovation en Méditerranée
la rive nord de le Méditerranée : le Maroc fait mieux que la Grèce, et la
Tunisi...
Promotion de l’innovation en Méditerranée
Publications et brevets – quels résultats ?
La croissance du nombre de publicati...
Promotion de l’innovation en Méditerranée
Le diagnostic est également sévère pour ce qui est de la publication de brevets ...
Promotion de l’innovation en Méditerranée
et la Malaisie se classent respectivement 31ème et 13ème sur 142, tandis que
d’a...
Promotion de l’innovation en Méditerranée
Pratiques d’innovation au sein des entreprises MED
Une majorité de TPE tradition...
Promotion de l’innovation en Méditerranée
d’un potentiel annuel de création de 1 500 à 2 000 startups à forte valeur
(dont...
Promotion de l’innovation en Méditerranée
L’observatoire ANIMA-MIPO 16 des annonces d’investissement et de
partenariat en ...
Promotion de l’innovation en Méditerranée
Le rôle dominant des multinationales européennes et américaines
Les multinationa...
Promotion de l’innovation en Méditerranée
Tableau 9 : disponibilité du capital-risque (rang, sur 142)
Pays

Algérie

Egypt...
Promotion de l’innovation en Méditerranée

Le rôle de catalyseur des politiques nationales et
internationales
Emergence de...
Promotion de l’innovation en Méditerranée


le Club Marocain de l’Innovation, réseau social d’échanges et de
rencontres d...
Promotion de l’innovation en Méditerranée
Egypte
Une réflexion sur l’élaboration d’un système national d’innovation a été
...
Promotion de l’innovation en Méditerranée
Algérie
L’Algérie n’a pas encore développé de politique d’innovation proprement
...
Promotion de l’innovation en Méditerranée
nouvelle politique des sciences, de la technologie et de l’innovation (STIP) 26
...
Promotion de l’innovation en Méditerranée
et technologique, notamment : Maroc, Tunisie, Jordanie, Egypte et Algérie.
Le pr...
Promotion de l’innovation en Méditerranée




l’initiative ERAWIDE (plus de 15 M€ dans le cadre du 7ème PCRD) de
mise en...
Promotion de l’innovation en Méditerranée


2 initiatives à l’échelle universitaire : l’Université euro-méditerranéenne
E...
Promotion de l’innovation en Méditerranée
Autres acteurs clés internationaux
La Banque européenne d’investissement
La Banq...
Promotion de l’innovation en Méditerranée
(AUC), fondée en 1919, forme ainsi plus de 5 000 étudiants chaque année en
s’app...
Promotion de l’innovation en Méditerranée
L’OCDE a développé une compétition d’entrepreneurs à l’échelle de la région
MENA...
Profil des structures d’appui à
l’innovation : technopôles,
incubateurs et centres de
valorisation
Ce chapitre étudie les ...
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012

636

Published on

Published in: Investor Relations
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
636
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
8
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Ain cmi it1_promotion_innovation_fr_2012

  1. 1. Investir en Méditerranée ETUDE N° 63 / Novembre 2012 Promotion de l’innovation en Méditerranée Etude sur les profils et attentes des incubateurs, technopôles et centres de valorisation
  2. 2. Promotion de l’innovation en Méditerranée Profils et attentes des incubateurs, technopôles et centres de valorisation E t u d e N ° 6 3 Novembre 2012 ANIMA Investment Network Sébastien Dagault, Amina Ziane-Cherif, Arturo Menendez
  3. 3. Promotion de l’innovation en Méditerranée Références Ce rapport a été préparé par l’équipe ANIMA, en coordination avec MIRA, dans le cadre du programme IT1. Le programme IT1 est une initiative du Centre de Marseille pour l’intégration en Méditerranée (CMI), coordonnée par la Banque Européenne d’Investissement (BEI). Il porte sur l’accompagnement de la promotion et du financement de l’innovation en Méditerranée. Son objectif est de contribuer à l’augmentation du flux de projets innovants dans la région et de renforcer la chaîne de l’innovation, dès la phase amont du cycle de vie d’un projet jusqu’au stade final du financement. Plus d’informations sur www.cmimarseille.org. ANIMA Investment Network est une plateforme multi-pays de développement économique de la Méditerranée. L’objectif d’ANIMA est de contribuer à construire un meilleur environnement des affaires et à accroître les flux d’investissement en Méditerranée. Plus d’information sur www.anima.coop. MIRA (Mediterranean Innovation and Research coordination Action) est un projet mené par la DG Recherche de la Commission européenne dans le cadre du 7ème Programme-cadre de recherche et de développement (PCRD). Il vise à créer une plateforme de dialogue euro-méditerranéenne en vue de promouvoir la coopération en science et technologie. Plus d’information sur www.miraproject.eu. ISBN 2-915719-39-X © ANIMA 2012. Reproduction interdite sans autorisation expresse. Tous droits réservés. 2
  4. 4. Promotion de l’innovation en Méditerranée Auteurs Etude réalisée par Sébastien Dagault et Amina Ziane-Cherif, en collaboration avec Arturo Menendez (Fundación Madri+D, partenaire du projet MIRA), avec des contributions de Zoé Luçon (appui méthodologique), Emmanuel Noutary (propositions et recommandations), Manal Tabet (acteurs financiers et fonds d’investissement), Samir Abdelkrim (diasporas, cas d’étude ASI). Traduction vers l'anglais de Sharon Benmussa (Transitwrite). Les personnes ayant participé aux entretiens et à l’enquête sur les acteurs de l’innovation sont chaleureusement remerciées de leur temps et de leurs idées qui ont permis d’enrichir les réflexions développées dans cette étude. Merci également à toutes les personnes qui ont contribué à illustrer cette étude d’exemples concrets. ANIMA et tous les partenaires impliqués ne peuvent être tenus responsables des données fournies. Toute erreur ou imprécision mérite d’être signalée à info@anima.coop. ANIMA est intéressé par vos commentaires, compléments d’information et mises à jour. Merci. A qui s’adresse cette étude ? Cette étude s’adresse en priorité aux acteurs clés de l’innovation en Méditerranée et dans l’Union européenne :  entrepreneurs, responsables innovation au sein des PME ou grands groupes, chercheurs porteurs de projets d’innovation, souhaitant identifier des interfaces, partenaires et points d’ancrage ;  acteurs intermédiaires de la promotion de l’innovation en Méditerranée (technopôles, incubateurs, pépinières, réseaux d’entrepreneurs), souhaitant échanger sur des bonnes pratiques et actions communes ;  organisations gouvernementales (Ministères, agences de l’innovation) et non-gouvernementales qui soutiennent des actions de transfert technologique et d’entrepreneuriat innovant et souhaitent une meilleure synergie avec des programmes existants ;  institutions financières publiques (bailleurs de fonds) et privées (fonds d’investissement, banques, capitaux-risqueurs) qui y sont associées. 3
  5. 5. Promotion de l’innovation en Méditerranée Acronymes  AFD : Agence Française de Développement   ANIMA : Réseau euro-méditerranéen d’acteurs du développement économique ANIMA-MIPO : Observatoire des annonces d’investissement et de partenariat en Méditerranée   API : Agence de Promotion de l’Investissement BA : Business Angel   BEI : Banque européenne d’investissement CMI : Centre pour l’intégration Méditerranéen (Marseille). Marseille Center for Mediterranean Integration   CRM : Centres de recherches Méditerranéens EBN : European Business & Innovation Centre Network   ERA : European Research Area GIZ : entreprise de coopération internationale pour le développement durable (Allemagne) IDE : Investissement direct étranger     IT1 : Programme d’appui à l’innovation en Méditerranée développé dans le cadre du Centre de Marseille pour l'Intégration en Méditerranée (CMI) MED : Ensemble de 11 pays du voisinage européen, soit 9 pays partenaires méditerranéens de l'UE, 1 pays avec le statut d’observateur (Libye) et 1 pays en voie d’adhésion, la Turquie MENA : Middle East - North Africa = MED + Mauritanie, Soudan, pays du GCC + Yémen, Iran, Irak, Afghanistan, Pakistan   MIRA : Mediterranean Innovation and Research Coordination Action OCDE : Organisation de Coopération et de Développement Économiques   OCEMO : Office de Coopération Economique pour la Méditerranée et l'Orient OTT : Office de transfert de technologie  PCRD : Programme cadre de Recherche et Développement, principal outil de financement de projets de recherche et innovation de la Commission européenne   PME : Petites et moyennes entreprises TIC : Technologies de l’Information et de la Communication   TPE : Très petites entreprises UE : Union européenne  WIPO : The World Intellectual Property Organization 4
  6. 6. Promotion de l’innovation en Méditerranée Table des matières Synthèse .............................................................................................. 11 Introduction et cadre de l’étude ......................................................... 21 Introduction ................................................................................................................ 21 Positionnement........................................................................................................... 22 Innovation technologique et non technologique…....................................................................22 … dans sa rencontre avec le marché...............................................................................................23 Structures, acteurs et pays ciblés ......................................................................................................24 Méthodologie.............................................................................................................. 25 Moyens mis en œuvre.........................................................................................................................25 Démarche et structure de l’étude.....................................................................................................26 Etat des lieux : acteurs et politiques de l’innovation en Méditerranée ....................................................................................... 27 Une recherche et développement très majoritairement portée par le secteur public .............................................................................................................. 27 Universités et centres de recherche .................................................................................................27 Faiblesse des moyens de recherche.................................................................................................28 Publications et brevets – quels résultats ?......................................................................................30 Le secteur privé encore peu engagé dans l’innovation ....................................... 31 Faiblesse des dépenses de R&D privées........................................................................................31 Pratiques d’innovation au sein des entreprises MED ...............................................................33 Le rôle clé des entreprises étrangères .............................................................................................34 Financement d'amorçage et de démarrage : capital risque et business angels ..................36 Le rôle de catalyseur des politiques nationales et internationales .................... 38 Emergence de politiques d’appui à la promotion de l’innovation ........................................38 Le rôle clé de la Commission européenne ....................................................................................42 Autres acteurs clés internationaux ..................................................................................................46 Profil des structures d’appui à l’innovation : technopôles, incubateurs et centres de valorisation ............................................... 49 Le développement des territoires innovants : les technopôles .......................... 49 Les technopôles, carrefours de l’innovation .................................................................................49 Panorama ................................................................................................................................................51 Positionnement sectoriel.....................................................................................................................55 5
  7. 7. Promotion de l’innovation en Méditerranée Gouvernance, mode de financement et choix budgétaires......................................................56 Services : une offre inégale .................................................................................................................59 Ecosystème .............................................................................................................................................61 La promotion de l’entrepreneuriat : les incubateurs ........................................... 64 Typologie : incubateurs, pépinières et accélérateurs d’innovation........................................64 Panorama ................................................................................................................................................65 Positionnement sectoriel.....................................................................................................................67 Gouvernance, autonomie budgétaire et moyens humains .....................................................68 Services ....................................................................................................................................................70 La valorisation de la recherche : les centres de transfert de technologies au sein des universités et centres R&D........................................... 72 Le processus de valorisation de la recherche ...............................................................................72 Panorama ................................................................................................................................................74 Positionnement sectoriel.....................................................................................................................82 Gouvernance et services .....................................................................................................................82 Ecosystème : coopération avec le secteur privé ...........................................................................83 Dynamiques et partenariats d’innovation en Méditerranée : quelles difficultés et opportunités ? ................................................... 85 Aspects culturels et humains : freins et opportunités ......................................... 87 Des freins culturels à la coopération ...............................................................................................87 Le manque de formation des managers de l’innovation..........................................................89 Révolutions et esprit d’entrepreneuriat .........................................................................................90 Un cadre administratif, réglementaire et financier peu incitatif mais en évolution ................................................................................................................ 96 Vers un meilleur accompagnement des chercheurs entrepreneurs ?...................................96 Une politique de propriété intellectuelle en construction ........................................................97 Faiblesse des outils de financement d’amorçage ........................................................................98 Aspects opérationnels : du lancement à la vente d’un projet d’innovation................................................................................................................ 101 Conception d’un projet d’innovation .............................................................................................102 Mise en œuvre d’un projet d’innovation : des équipes trop techniques et isolées .......................................................................................................................................................105 Promotion et vente d’un projet d’innovation...............................................................................106 Problématiques de coordination et de gouvernance ........................................... 109 A l’échelle des politiques nationales ...............................................................................................109 Vers des partenariats public-privé ? ...............................................................................................111 Au niveau euro-méditerranéen et international .........................................................................115 En résumé, analyse SWOT (forces, faiblesses, menaces et opportunités) ...........................118 6
  8. 8. Promotion de l’innovation en Méditerranée Recommandations............................................................................... 119 Mobiliser les communautés de l’innovation (2012-2013).................................... 120 MedIn 2.0 : une plateforme de promotion et de collaboration en ligne ...............................120 4 task forces sectorielles régionales..................................................................................................122 Mutualiser des actions à l’échelle transnationale (2013-2015)............................ 125 Des FormActions ..................................................................................................................................125 Des services de veille ...........................................................................................................................127 Des actions de promotion et de prospection ................................................................................128 Mettre en place une continuité euro-méditerranéenne des services d’appui à l’innovation (2013-2020) ......................................................................... 130 Business développement à l’international ....................................................................................131 Parrainage et accompagnement managérial................................................................................132 Financement d’amorçage...................................................................................................................133 Prototypage de projets d’innovation ..............................................................................................134 Faire évoluer la gouvernance pour appuyer des dynamiques d’innovation à long terme (2013-2020) ................................................................... 136 Développer une culture entrepreneuriale au sein des technopôles, incubateurs, centres de valorisation................................................................................................136 A l’échelle des pays : coordonner politiques d’attractivité, politiques industrielles et d’innovation en lien avec le secteur privé........................................................137 A l’échelle transnationale : favoriser la mobilité des innovateurs..........................................138 Bibliographie ....................................................................................... 141 Annexes ............................................................................................... 145 Annexe 1 : liste des personnes interviewées ......................................................... 145 Annexe 2 : questionnaire distribué aux acteurs de l’innovation ....................... 150 7
  9. 9. Promotion de l’innovation en Méditerranée Liste des figures Figure 1 : innovation provenant des entreprises étrangères- en nombre de projets sur 545 projets d’innovation .............................................................. 35 Figure 2 : IDE et partenariats innovants par région d’origine et pays de destination ............................................................................................................. 36 Figure 3 : cartographie des technopôles dans les pays MED .......................... 51 Figure 4 : positionnement sectoriel des technopôles dans les pays MED ..... 55 Figure 5 : processus et étapes d’incubation ....................................................... 64 Figure 6 : cartographie des incubateurs dans les pays MED .......................... 65 Figure 7 : positionnement sectoriel des incubateurs dans les pays MED...... 67 Figure 8 : processus de valorisation des résultats de la recherche ................. 73 Figure 9 : début des activités de valorisation .................................................... 74 Figure 10 : cartographie des centres de valorisation dans les pays MED ..... 75 Figure 11 : positionnement sectoriel des centres de valorisation de la recherche ................................................................................................................ 82 Figure 12 : utilisateurs des services de valorisation ......................................... 83 Figure 13 : types de collaboration recherche-industrie dans le transfert de technologie ............................................................................................................. 84 Figure 14 : facteurs à l’origine d’établissement de liens universitéindustrie ................................................................................................................. 84 Figure 15 : dynamique de l’innovation en réseau ............................................ 85 Figure 16 : étapes d’un projet d’innovation .................................................... 102 Figure 17 : l’innovation en Méditerranée, analyse SWOT ............................. 118 8
  10. 10. Promotion de l’innovation en Méditerranée Table des cas d’études Cas d’étude n°1 : Technopole -BiotechPole Sidi Thabet (Tunisie).................. 57 Cas d’étude n°2 : Technopole HSC - El Hassan Business Park (Jordanie) .... 60 Cas d’étude n°3 : Berytech (Liban) ...................................................................... 68 Cas d’étude n°4 : T.I.E.C (Egypte) ...................................................................... 71 Cas d’étude n°5 : Unité de Développement de la Technologie du Silicium -UDTS (Algérie) .................................................................................................... 76 Cas d’étude n°6 : Grants, Innovation & Technology Transfer Center – GITTC (University of Alexandria, Egypte) ....................................................... 77 Cas d’étude n°7 : Intellectual Property Commercialization Office -IPCO (Jordanie) ............................................................................................................... 79 Cas d’étude n°8 : Centre de Recherches et des Technologies des Eaux - CERTE (Tunisie) .................................................................................................................. 81 Cas d’étude n°9 : Algerian Start-up Initiative –ASI (Algérie) ......................... 93 Cas d’étude n°10 : Technopark (Casablanca, Maroc) ..................................... 100 Cas d’étude n°11 : Soft Centre (Rabat, Maroc) ................................................ 104 Cas d’étude n°12 : Pôle de compétitivité Monastir-El Fejja - Mfcpole (Tunisie) ............................................................................................................... 107 Cas d’étude n°13 : PICTI (Palestine)................................................................. 112 9
  11. 11. Synthèse Le développement des économies de l’innovation est, plus que jamais en période de crise, une course à la compétitivité engagée par quasiment tous les pays, dans le but de créer de la valeur ajoutée et de générer des emplois à long terme. L’essor d’activités industrielles d’avenir dans des domaines d’excellence, le pari sur l’entrepreneuriat et la création de futurs champions économiques, l’attraction d’investissements étrangers sur des activités haut de gamme, l’insertion dans les flux mondiaux d’échanges de connaissance par la promotion de technopôles et de vitrines d’innovation sont autant de priorités de développement pour tous, et pour les pays MED notamment. Pourtant, face à ces enjeux, un décrochage des pays du bassin méditerranéen se dessine à plusieurs niveaux : problèmes de masse critique des investissements et équipements, manque de visibilité internationale, faibles performances de la valorisation de la recherche et difficulté à mettre en place des partenariats public-privé. L’étude Promotion de l’innovation en Méditerranée s’appuie sur un travail de terrain, un recensement des programmes existants, des ateliers avec les « acteurs méditerranéens du changement » pour proposer un état des lieux des écosystèmes de l’innovation qui se développent au sud de la Méditerranée. Trois types de structures d’appui à l’innovation sont ciblés : technopôles, incubateurs et centres de valorisation. 7 pays MED sont concernés : Algérie, Egypte, Jordanie, Liban, Maroc, Palestine et Tunisie. Au-delà des analyses macro-économiques, l’ambition de cette étude est de proposer des éléments clés pour l’émergence de nouvelles dynamiques de développement de l’innovation en Méditerranée : mise en valeur des bonnes pratiques, identification et implication d’acteurs moteurs et mise en réseau de communautés et pôles d’innovation à l’échelle régionale.
  12. 12. Promotion de l’innovation en Méditerranée Etat des lieux : acteurs et politiques de l’innovation en Méditerranée Les activités de recherche et développement (R&D) en Méditerranée sont très largement concentrés dans les centres de recherche et universités publiques (plus de 90%, contre 54% en moyenne dans l’Union européenne). Les investissements en R&D représentent des montants faibles comparés aux moyennes internationales : entre 0,2% et 0,7% du PIB dans les pays MED (excepté la Tunisie avec environ 1%), contre près de 2% en Europe. D’une manière générale, il existe un manque significatif de moyens (chercheurs, équipements) et une faible efficacité des systèmes d’innovation en Méditerranée, que ce soit en termes de vision stratégique, d’excellence de la recherche, de visibilité internationale, de valorisation des publications et des brevets, ou d’environnement de l’innovation. Les pays MED sont par ailleurs tous affectés par un phénomène de fuite des cerveaux. Il existe cependant des différences entre certains pays : les performances de la Jordanie ou de la Tunisie sont proches ou supérieures à celles de l’Europe du Sud (France ou Italie par exemple), tandis que l’Algérie est en retard sur quasiment tous les tableaux. Le secteur privé est encore relativement peu engagé dans l’innovation mais traverse une phase de profonde mutation, avec notamment l’arrivée d’une nouvelle génération d’entrepreneurs et de PME innovantes, le développement d’une industrie du capital risque, l’implication croissante de grands groupes et la multiplication de programmes d’appui à la promotion de l’innovation à l’échelle nationale et internationale. Profils des acteurs clés de l’innovation en Méditerranée Types d’acteurs Profil Focus innovation Attentes Interfaces/ international TPE/PME traditionnelles Structures informelles Management familial Low tech Services Agro Management de l’innovation Formalisation d’offres Chambres de commerce Fédérations Clusters locaux 12
  13. 13. Promotion de l’innovation en Méditerranée Types d’acteurs Profil Focus innovation Attentes Interfaces/ international Start-ups/ nouvelles PME Forte innovation Equipes internationales Mid tech Services High tech Coaching Financement d’amorçage Accès aux marchés locaux et mondiaux Grands groupes locaux / internationaux Position dominante dans l’innovation Faible interaction avec les réseaux locaux Infrastructures Energie Banque Telecoms Sourcing de talents Promotion de produits Partenariats R&D High Tech Environnement Agro Santé TIC Marketing Meilleure gouvernance Cofinancement et partenariats public-privé Programmes d’appui Internationaux Centres de valorisation Biens de consommation Infrastructures Services High Tech Sourcing de projets Baisse des coûts de due diligence Réseaux de coaching Réseaux de business angels Fonds de capital risque régionaux Universités et centres R&D publics Acteurs financiers Faibles moyens de recherche Manque de visibilité sur les domaines d’excellence Fuite des cerveaux Fort développement du capital risque depuis 10 ans Timide émergence de business angels Clusters innovants Compétitions de business plans Incubateurs, technopôles Fédérations professionnelles Clusters innovants Agences gouvernementales et/ou de promotion 13
  14. 14. Promotion de l’innovation en Méditerranée Profil des structures d’appui à l’innovation : technopôles, incubateurs et centres de valorisation L’étude de ces trois types de structures permet d’éclairer différents enjeux liés à la promotion de l’innovation en Méditerranée :  les technopôles sont au cœur des politiques d’attractivité des territoires en Méditerranée et de la question des synergies entre acteurs publics et privés dans l’innovation ;  les incubateurs sont face à la question de la place du financement de l’innovation et de l’implication des grandes entreprises dans les écosystèmes d’innovation ;  les centres de valorisation de la recherche posent la question de la gouvernance publique et de l’adéquation entre recherche publique et besoin du marché. 41 projets de technopôles, réalisés ou annoncés ont été recensés dans les 7 pays MED ciblés par l’étude. Près des 3/4 ont été créés après 2005, majoritairement concentrés en Tunisie (12) et au Maroc (9). Souvent éloignés des centres villes, ils pâtissent de la faiblesse des écosystèmes locaux et d’un manque de taille critique (manque d’entreprises et centres de recherche). Les technopôles sont positionnés majoritairement dans le secteur des TIC (36%). Le secteur de l’agroalimentaire est également bien représenté (18%). 90 incubateurs ont été identifiés, dont la moitié au Maroc et en Tunisie. Ils sont répartis en trois catégories : les incubateurs universitaires traditionnels (peu actifs), les pépinières (axées sur des services d’accompagnement administratif), et les accélérateurs d’innovation (durée d’accompagnement réduite, proximité avec les réseaux financiers). Une majorité des incubateurs (53%) est multisectorielle. Plus d’un tiers (37%) cible en priorité les TIC. Plus de 50 centres de valorisation des résultats de la recherche ont été répertoriés dans les pays MED. Ils sont aussi très récents (80% ont été créés après 2008) et n’ont généralement pas de structure ou d’équipes dédiées à plein temps. Ils se concentrent principalement en Egypte (14 centres identifiés) et en Algérie (13). Les services fournis sont généralement destinés à des équipes internes (chercheurs, étudiants) et peu tournés vers l’entreprise et l’international. Un quart seulement des centres de valorisation cible un secteur précis comme l’agronomie, les biotechnologies ou la santé. 14
  15. 15. Promotion de l’innovation en Méditerranée Dynamiques et partenariats d’innovation Méditerranée : quelles difficultés et opportunités ? en Dans un contexte où l’innovation se construit de plus en plus en réseau et à l’échelle internationale, de manière ouverte et autour d’écosystèmes d’innovation, le manque de proximité et de confiance entre acteurs privés et publics, la rigidité des cadres administratifs, le manque de formation des managers de l’innovation et les problèmes de gouvernance sont autant d’obstacles majeurs au développement de dynamiques d’innovation dans les pays MED. Pourtant, de nouvelles dynamiques sont à l’œuvre, comme le développement récent d’une culture de l’entrepreneuriat en Méditerranée, ou encore la mise en œuvre de partenariats Sud-Sud entre acteurs clés de l’innovation. Les pays MED disposent de leviers intéressants pour dynamiser leurs systèmes d’innovation, comme le recours aux marchés publics ou la mise à contribution de leurs talents expatriés ou issus de la diaspora, et qui souhaitent s’impliquer pour leurs pays d’origine. Forces Faiblesses  Secteurs innovants en forte croissance  Culture de l’innovation peu (TIC, Tourisme et services, agro- développée industrie, Santé)  Manque de confiance et de proximité  Talents de la Diaspora en Europe, US entre acteurs publics et privés et pays du Golfe  Faible lisibilité et visibilité à l’échelle  Success stories et modèles à suivre internationale  Cadre réglementaire rigide  Peu de fonds d’amorçage Menaces  Décrochage par rapport aux flux  mondiaux de connaissance et  d’investissement   Sous-investissement et dispersion des moyens Opportunités Envie d’entreprendre Effet de levier des marchés publics Nouveaux acteurs clés (grands groupes, business angels) souhaitant s’impliquer  Crise et baisse des investissements  Nouvelles politiques d’innovation directs étrangers  Vers des partenariats Sud-Sud ? 15
  16. 16. Promotion de l’innovation en Méditerranée 12 propositions d’actions à l’échelle régionale : Plusieurs arguments jouent en faveur d’actions à l’échelle euroméditerranéenne : la mutualisation de moyens pour l’instant trop modestes au nord comme au sud de la Méditerranée, la recherche de synergies autour de problématiques et de domaines d’expertises communs (mobilité, gestion de l’eau ou développement urbain par exemple) et la possibilité de s’appuyer sur les nombreux talents souhaitant développer des projets innovants entre Europe et Méditerranée. Les propositions qui suivent répondent à des problématiques de terrain et recherchent les synergies avec les politiques et programmes existants. Elles associent les acteurs de l’innovation autour de 4 étapes de mise en œuvre (voir tableau) : A court terme, un plan de mobilisation à l’échelle régionale (priorités, acteurs, moyens d’activation, leviers) ; propositions 1 et 2. A moyen terme, des propositions d’outils à mutualiser pour créer des effets de masse critique et des synergies entre acteurs de l’innovation en Méditerranée ; propositions 3, 4 et 5. A plus long terme, la coordination de dispositifs nationaux afin d’offrir aux innovateurs évoluant dans la région euro-méditerranéenne une continuité de service ; propositions 6, 7, 8 et 9. En parallèle, un appui à la gouvernance de l’innovation est proposé à différents niveaux pour mobiliser des acteurs clé autour de dynamiques d’innovation à long terme ; propositions 10, 11 et 12. 16
  17. 17. Promotion de l’innovation en Méditerranée Propositions Une plateforme de promotion et de collaboration en ligne (MedIn 2.0) 4 task forces sectorielles régionales Quoi ? Comment ? -Annuaire acteurs -BD 100 technologies clés -Chaînes de valeurs et domaines d’innovations prioritaires en Méditerranée -Outils promotionnels (vidéos, success stories) Economie verte Agro-industrie TIC Tourisme durable et services S’appuyer sur les travaux d’animation et mapping du groupe IT1. Décentraliser l’animation de la plateforme. Coordination avec programmes d’innovation nationaux, PCRD et compétitions régionales Task forces associant 5 types d’acteurs autour d’objectifs et plan d’actions régionaux Programme de formations 4 thèmes prioritaires : financement, promotion et transfert de technologie, communication, gestion de la propriété intellectuelle Autour de cas d’études en réunissant les acteurs de l’accompagnement, de l’environnement et du marché. En synergie avec ce qui existe déjà en termes de formation au niveau de chaque pays Services de veille Alertes et news sectorielles sur des opportunités de marché, des innovations et technologies et des opportunités de coopération Partenariats avec des médias spécialisés, plateformes de veille institutionnelle, laboratoires publics ou grands groupes Actions de promotion et de prospection Des « Pavillons Méditerranée » dans des foires internationales : stands, ateliers de promotion Utiliser les talents de la diaspora (communautés d’ambassadeurs), mobiliser des sponsors privés sur des actions récurrentes et long terme 17
  18. 18. Promotion de l’innovation en Méditerranée Propositions Quoi ? Comment ? Business développement international Des « comptoirs Méditerranée » dans des territoires cibles, mobilisant des têtes de réseau, des co-working spaces et services d’étude de marchés low-cost Cibler des territoires spécifiques : capitales européennes, pays du Golfe et USA Parrainage et accompagnement managérial Des groupes de mentoring sectoriels à dimension régionale Donner une dimension régionale à des programmes existants. Associer des grands groupes Financement d’amorçage Prototypage de projets d’innovation Développer une culture entrepreneuriale au sein des pôles d’innovation 18 Une facilité pour le financement de l’amorçage en Méditerranée: sourcing de projets, appui au cofinancement, fonds régional de coinvestissement Une mise en réseau de plateformes de prototypage et preuve de concept (living labs) à l’échelle euroméditerranéenne. Des outils d’appui à l’émergence de projets (prêt d’honneur et accompagnement) et une assistance aux meilleurs projets d’innovation Mettre en place un comité d’experts, comité d’engagement et équipe d’animation Impliquer des grands groupes dans le sponsoring de ces plateformes. Se connecter aux réseaux de living labs européens Organiser des compétitions de business plans et créer une émulation autour des fonds proposés. Mesurer l’impact de ces fonds et intéresser le personnel des structures d’appui aux résultats
  19. 19. Promotion de l’innovation en Méditerranée Propositions Coordonner les politiques d’attractivité, politiques industrielles et d’innovation A l’échelle transnationale : favoriser la mobilité des innovateurs Quoi ? Structurer et mettre en réseau au niveau stratégique des comités d’orientation de politiques d’appui à l’entreprise et au niveau opérationnel des guichets uniques de l’innovation. Des bourses Mobilité Innovation Méditerranée pour les 100 meilleurs projets d’innovation au sud de la Méditerranée Comment ? Utiliser les Points de Contacts Nationaux (PCN) mis en place dans le cadre du 7eme PCRD. Organiser une conférence annuelle sur la gouvernance de l’innovation S’appuyer sur le programme Erasmus Jeunes entrepreneurs de la Commission européenne 19
  20. 20. Introduction et cadre de l’étude Introduction Le développement des économies de l’innovation est, plus que jamais en période de crise, une course à la compétitivité engagée par quasiment tous les pays, dans le but de créer de la valeur ajoutée et de générer des emplois à long terme. L’essor d’activités industrielles d’avenir dans des domaines d’excellence, le pari sur l’entrepreneuriat et la création de futurs champions économiques, l’attraction d’investissements étrangers sur des activités haut de gamme, l’insertion dans les flux mondiaux d’échanges de connaissance par la promotion de technopôles et de vitrines d’innovation sont autant de priorités de développement pour tous, et pour les pays MED notamment. Pourtant, face à ces enjeux, un décrochage des pays du bassin méditerranéen se dessine à plusieurs niveaux 1. Les pays MED sont non seulement plutôt mal classés en matière de performance sur l’innovation, mais ils subissent une érosion de leurs positions malgré la mise en place de politiques volontaristes et d’infrastructures dans la plupart des pays. Tableau 1 : performance des pays MED dans le domaine de l’innovation Rang 2011 (sur 142) Rang 2010 (sur 139) Rang 2009 (sur 133) Jordanie 77 68 59 Liban 115 112 Non classé Tunisie 37 31 38 Egypte 103 83 74 Maroc 80 81 96 Algérie 132 107 114 Pays Source: World Economic Forum. (2011, 2010, 2009). The Global Competitiveness Report Global Competitiveness Report, Global innovation Index ou encore Classement de Shangaï 1
  21. 21. Promotion de l’innovation en Méditerranée Sur le terrain, il n’existe pas, ou très peu, d’entreprises, de centres de recherche ou d’universités reconnus mondialement, c'est-à-dire des champions de l’innovation qui ont une visibilité à l’échelle internationale ou constituent une force d’entraînement pour des dynamiques de promotion de l’innovation. L’attractivité de la Méditerranée en matière d’innovation est faible : les travaux réalisés dans le cadre de cette étude soulignent un problème de lisibilité de l’offre méditerranéenne dans le domaine de l’innovation (il est d’ailleurs difficile d’obtenir des indicateurs sur ce sujet) et un questionnement sur sa qualité. Où sont les domaines d’excellence de l’innovation en Méditerranée ? L’étude Promotion de l’innovation en Méditerranée s’appuie sur un travail de terrain avec les « acteurs du changement » méditerranéens afin de proposer un état des lieux des écosystèmes de l’innovation qui se développent au sud de la Méditerranée. Au-delà des analyses macro-économiques, l’ambition de cette étude est de proposer des éléments clés pour l’émergence de nouvelles dynamiques de développement de l’innovation en Méditerranée : revue des programmes et outils d’appui existants, mise en valeur des bonnes pratiques et identification des acteurs moteurs à associer dans la mise en œuvre d’actions. Positionnement Innovation technologique et non technologique… L’innovation, comme processus de création de valeur, comme moyen de mobilisation d’acteurs et d’énergies autour de l’élaboration de produits ou services nouveaux, est une des priorités actuelles pour le développement économique et la création d’emplois. Cette étude envisage l’innovation sous toutes ses formes. L’innovation technologique est bien sûr analysée, mais les champs de l’innovation sont bien plus variés 2, en particulier pour les pays du sud de la Méditerranée. L’étude opte ainsi pour une approche large de l’innovation et adopte la 2 Au niveau européen par exemple, seulement 4% des innovations sont construites sur des sources scientifiques. Voir SITRA. (2008). Is Finnish innovation policy utilising 4% or 96% of Finnish innovation potential? www.sitra.fi/en 22
  22. 22. Promotion de l’innovation en Méditerranée définition de l’OCDE, qui se fonde sur le Manuel d’Oslo et retient 4 grands types d’innovation : 1. innovation de produit : amélioration technique d’un produit ; 2. innovation de procédé : amélioration de méthodes de production ou de distribution ; 3. innovation en matière d’organisation : changements dans les pratiques, l’organisation du lieu de travail ou les relations extérieures de la firme (par exemple : le travail en réseau) ; 4. innovation en matière de commercialisation : changement dans la conception, le conditionnement, le placement, la promotion ou la tarification d’un produit (nouvelles approches en termes de marketing ou de design par exemple). … dans sa rencontre avec le marché Offre et demande L’étude aborde de façon très synthétique les aspects amont, relatifs à la mise en place d’un système d’innovation : définition de politique de recherche, développement d’infrastructures technologiques, statut des chercheurs, etc. Elle cible davantage l’innovation dans sa partie aval, de rencontre avec un marché, autour de questions clés liées à la promotion de l’innovation :   quelle est l’offre d’innovation ? L’étude analyse la façon dont les projets d’innovation (vente de brevets, création de startups, partenariats de recherche, vente d’expertise, etc.) sont présentés, proposés, vendus à des investisseurs, acheteurs, partenaires, sponsors, et d’une manière large à tout acteur souhaitant s’impliquer autour de pôles d’innovation en Méditerranée. où est la demande ? Il s’agit d’étudier comment est perçue l’innovation par les acteurs du marché (grands groupes, investisseurs, entrepreneurs, etc.) ; où se situe le potentiel de développement de l’innovation en termes de secteurs et de zones géographiques à cibler ; et quels sont les leviers et acteurs à impliquer pour dynamiser la demande. Rôle des interfaces et partenariats Cette étude vise en priorité les points de rencontre entre offre et demande, c'est-à-dire les interfaces et outils de coordination entre acteurs et ressources, à différents niveaux : entre chercheurs et entrepreneurs, mais aussi entre acteurs locaux et internationaux. 23
  23. 23. Promotion de l’innovation en Méditerranée Pour les entreprises, les universités et les centres de recherche publics, l’« open innovation » est une nécessité, c'est-à-dire à l’ouverture et l’interaction permanente vers d’autres marchés et d’autres acteurs, le partage de ressources (échange d’informations, cofinancement de projets, etc.) et de moyens (plateformes technologiques, « living labs », etc.). Comment les acteurs méditerranéens s’insèrent-ils dans ces dynamiques de partenariat dans le domaine de l’innovation ? Quels sont les leviers à utiliser et les obstacles à surmonter ? Ces questions sont au cœur des analyses et recommandations finales de l’étude. Structures, acteurs et pays ciblés L’étude cible trois types de structures d’appui à l’innovation :  les technopôles, qui ont pour mission de constituer des vitrines de la Méditerranée sur des domaines d’excellence et des catalyseurs des dynamiques d’innovation sur un espace donné ;  les incubateurs et pépinières, qui sont des outils d’accompagnement et de mise en réseau pour l’entrepreneuriat innovant ;  les centres de valorisation des résultats de la recherche, qui ont pour mission de faire le lien entre le monde de la recherche et le marché. A l’heure où l’innovation s’organise en réseaux, clusters et écosystèmes, l’étude s’attache à mettre en lumière les dynamiques qui se construisent autour de ces 3 types de structures qui fédèrent des acteurs diversifiés, dont les profils, attentes et rôles possibles seront analysés :  acteurs de terrain au centre des projets d’innovation : universités et centres de recherches, entrepreneurs ;  acteurs du marché, à la fois clients et producteurs d’innovation : PME, grands groupes, investisseurs, etc ;  gouvernements et structures d’appui, dans un rôle attendu d’impulsion et de facilitation ;  investisseurs étrangers et talents expatriés (Diaspora), apporteurs de savoir faire et de débouchés. 24
  24. 24. Promotion de l’innovation en Méditerranée 7 pays 3 sont visés par cette étude : Algérie, Egypte, Jordanie, Liban, Maroc, Palestine et Tunisie. L’étude dresse un état des lieux de l’innovation et des recommandations à l’échelle régionale. Le choix des 7 pays se base sur la démarche de l’étude qui vise à dégager des besoins communs parmi les acteurs des 7 pays MED, et ce dans le but d’alimenter la réflexion à l’échelle régionale et de proposer des recommandations qui contribueront à développer des solutions communes. Méthodologie Moyens mis en œuvre La rédaction de cette étude s’est appuyée sur l’élaboration d’une base de données des acteurs de l’innovation recensant et qualifiant plus de 200 structures (technopôles, incubateurs et centres de valorisation des résultats de la recherche), dont certaines ont fait l’objet d’une analyse plus poussée (13 cas d’études). Pour cela, ANIMA et la Fondation Madri+D/ MIRA ont mis en œuvre les moyens suivants :      revue bibliographique 4 ; participation à des ateliers de travail et capitalisation des résultats de plusieurs projets euro-méditerranéens : atelier Innovation du Groupe de travail sur la coopération industrielle, Projet Medibtikar, ateliers et initiatives liés à l’innovation menés dans le cadre du projet Invest in Med ; envoi d’un questionnaire 5 en français et en anglais à 150 contacts (25% de taux de réponse) ; missions de terrain en Egypte, Jordanie, Maroc, Tunisie et Algérie ; réalisation de plus de 100 interviews d’acteurs clés de l’innovation en Méditerranée 6 : directeurs de technopôles, d’incubateurs ou de centres de valorisation, chercheurs, acteurs institutionnels de la promotion de l’innovation, structures non gouvernementales d’appui à l’entrepreneuriat et à l’innovation, capitaux-risqueurs et réseaux de business angels. 3 Israël, dont la performance en matière d’innovation n’est plus à démontrer, n’a pas été inclus pour des raisons de cohérence et d’homogénéité des problématiques rencontrées. 4 Voir bibliographie page 141 5 Voir liste des personnes interrogées page 145 6 Voir questionnaire page 150 25
  25. 25. Promotion de l’innovation en Méditerranée Démarche et structure de l’étude L’objectif de l’étude est double :  mettre en avant des bonnes pratiques, tendances, points de blocage et dynamiques positives pour la promotion de l’innovation en Méditerranée ;  identifier des besoins communs et proposer des pistes de coopération précises à l’échelle régionale. L’étude se structure ainsi en quatre parties :  le premier chapitre donne une photographie des acteurs situés au coeur de l’innovation en Méditerranée (centres de recherche, universités, entreprises, acteurs financiers) et des principales politiques d’appui en cours.  le deuxième chapitre est consacré aux 3 types de stuctures dédiées à l’animation et la promotion de l’innovation en Méditerranée : technopôles, incubateurs et centres de valorisation. Quelles sont leurs caractéristiques, positionnements, bonnes pratiques et attentes ?  le troisième chapitre analyse de façon non exhaustive les interfaces et dynamiques de mise en relation et de coordination entre acteurs de l’innovation. Il répertorie les principaux points de blocage et opportunités aux niveaux culturel, organisationnel et opérationnel, ainsi que les pistes de développement.  à partir de ces constats et analyses, le dernier chapitre propose des recommandations d’actions à mettre en place à court et moyen terme : quels acteurs clés mobiliser ? Autour de quelles priorités ? Comment développer des actions concertées au niveau régional ? 26
  26. 26. Etat des lieux : acteurs et politiques de l’innovation en Méditerranée Ce premier chapitre présente les principaux indicateurs de performance des pays MED, un panorama des acteurs de l’innovation : universités, centres de recherche publics, grandes entreprises, acteurs financiers, et un tour d’horizon des politiques associées. Une recherche et développement très majoritairement portée par le secteur public Universités et centres de recherche Il existe plus d’une centaine d’universités publiques dans la région MED 7 (la plupart créées après les années 1960), les plus importantes étant celles du Caire et d’Alexandrie, qui dépassent les 150.000 étudiants (voir Tableau 2). Tableau 2 : nombre d’universités publiques dans les 7 pays MED étudiés Algérie Universités publiques Egypte Jordanie Liban Maroc 27 19 11 1 15 Palestine Tunisie 11 13 Source : MIRA. (2012) Ces universités publiques se sont construites autour d’une priorité initiale exclusive sur l’éducation : les missions de recherche et développement sur des thématiques prioritaires, l’ouverture sur le monde privé et le rayonnement à l’international n’ont été pris en compte que timidement, à partir des années 1990. Ainsi en Jordanie, toutes les universités, publiques ou privées, doivent depuis quelques années consacrer au moins 5% de leurs budgets à la recherche et développement. S’y ajoutent les universités privées, écoles techniques, écoles d’ingénieurs ou de management, non comptabilisées ici. 7
  27. 27. Promotion de l’innovation en Méditerranée En 2011, une seule université de la région, l’Université du Caire, figurait dans la liste des 500 premières universités du monde, produite par l'Université Jiao Tong de Shanghai (ARWU, 2011). Dans un autre classement international reconnu (Webometrics, 2012), les universités des pays MED se situent entre la 770ème et la 6002ème place à l’échelle mondiale. Les centres de recherches sont quant à eux à plus de 90% publics. Seuls le Maroc et la Tunisie ont développé une recherche privée légèrement plus importante (en comparaison, la recherche privée représente en moyenne plus de 54% de la recherche globale dans les Etats de l’Union européenne). La plupart des centres de recherche ont été créés à partir des années 70, essentiellement dans les domaines de l’agro-alimentaire, l'eau, l'énergie et la santé, et plus récemment dans les biotechnologies, la microélectronique et les nanotechnologies. Le chiffrage exact du nombre de centres de recherche en Méditerranée est difficile, du fait d’une absence de données homogènes. Les centres de recherche se sont développés selon un schéma de planification intégrée faisant de l’Etat son principal client, en particulier dans des domaines à marchés publics comme la santé, l’agriculture et l’énergie. Quelques organismes jouent un rôle de coordinateur sectoriel de politiques publiques de valorisation de l’innovation : c’est le cas du Centre de Développement des Energies renouvelables (CDER) en Algérie, ou encore de l’Institution de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur Agricoles (IRESA) en Tunisie. L’IRESA a pour missions la promotion de la recherche, l’élaboration et le suivi des programmes de recherche agricole, et veille à la complémentarité entre les établissements de recherche, d'enseignement supérieur et les pôles régionaux. De nouveaux modèles basés sur un partenariat public-privé apparaissent depuis peu, avec par exemple la création de la fondation MAScIR au Maroc ou celle de l’Egypt Nanotechnology Center, à l’initiative des pouvoirs publics, de l’agence ITIDA (Information Technology Industry Development Agency) et du groupe IBM. Faiblesse des moyens de recherche Les investissements en R&D représentent des montants faibles comparés aux moyennes internationales : entre 0,2% et 0,7% du PIB dans les pays MED (excepté en Tunisie avec 1,1% du PIB), contre près de 2% en Europe. Cependant, la tendance est à l’augmentation, et les dépenses totales en R&D dans les pays MED se rapprochent des niveaux (faibles) de certains pays de 28
  28. 28. Promotion de l’innovation en Méditerranée la rive nord de le Méditerranée : le Maroc fait mieux que la Grèce, et la Tunisie se situe quasiment au niveau de l’Espagne ou du Portugal (voir Tableau 3 et Tableau 4). Tableau 3 : Dépenses R&D dans les pays MED Algérie Dépenses totales en R&D (%PIB et année de référence) Part des dépenses privées dans les dépenses totales R&D (%, est.) Egypte Jordanie Liban Maroc Tunisie 0,40 (2010, est.) 0.21 (2009) 0,42 (2008) 0,30 (2006) 0,64 (2006) 1,10 (2009) <0,10 10 3 n.a. 22,7 (2006) 14,1 (2005) Source : UNESCO. (2010) Tableau 4 : Dépenses R&D dans certains pays méditerranéens de l’UE en 2007 Chypre France Grèce Italie Malte Portugal Espagne Dépenses totales en R&D (%PIB) Part des dépenses privées dans les dépenses totales R&D (%, est.) UE 0,45 2,08 0,57 1,14 0,60 1,18 1,27 1,83 15,9 52,4 31,1 40,4 45,4 36,3 47,1 54,5 Source : UNESCO. (2010) Ce sous-investissement explique le manque de chercheurs dans certains pays : moins de 200 chercheurs par million d’habitants en Algérie, un peu plus de 600 en Egypte et au Maroc contre 3 500 en Allemagne et en France. Mais la situation n’est pas uniforme : la Tunisie ou la Jordanie se comptent respectivement 1 600 et près de 2 000 chercheurs par million d’habitants, soit plus que certains pays d’Europe du Sud comme Malte ou la Grèce. Les entretiens menés ont par ailleurs mis en lumière la faiblesse des moyens techniques dédiés au développement des projets d’innovation : vieillissement des équipements de recherche, manque de personnel technique et rareté des instruments de financement. 29
  29. 29. Promotion de l’innovation en Méditerranée Publications et brevets – quels résultats ? La croissance du nombre de publications durant la dernière décennie a été très importante : +55% pour les pays MED entre 2002 et 2008. Cependant, avec une moyenne de 53 articles par million d'habitants, la région se situe loin derrière la moyenne mondiale, qui s’élève à 147 articles par million d'habitants. Là encore, les disparités entre les pays MED sont importantes (voir Tableau 5) : la Tunisie, la Jordanie et le Liban affichent des scores proches des moyennes internationales, tandis que le Maroc, l’Algérie et l’Egypte sont bien en dessous 8. Au sein des pays même, ces disparités persistent : les publications scientifiques sont largement produites au sein de quelques leaders régionaux comme l’AUC (American University in Cairo) ou l’université Mohammed V - Agdal de Rabat. Tableau 5 : publications scientifiques par million d’habitants Algérie Egypte Jordanie Liban Maroc Tunisie 2002 15,4 35,2 101,4 80 36,3 76,4 2008 37,5 48,6 157,1 140,9 36,9 196,2 Source: UNESCO, Thomson Reuters Web of Science. (2010). Au-delà du nombre de publications se pose également la question de la qualité et du potentiel de valorisation. La plupart des pays MED, à l’exception notable de la Tunisie, affichent de piètres performances en termes de qualité des institutions de recherche, et par conséquent de production scientifique (voir Tableau 6). Ces résultats peu encourageants sont aggravés par le phénomène de fuite des cerveaux (brain-drain) : les meilleurs chercheurs quittent leurs pays pour les Etats-Unis, le Canada et dans une moindre mesure l’Europe, pour des raisons de faiblesse de moyens (équipements, salaires) mais surtout de manque de reconnaissance et d’autonomie. Tableau 6 : qualité des institutions de recherche scientifique (rang, sur 142) Pays Algérie Egypte Jordanie Liban Maroc Tunisie Rang 126 113 104 127 96 52 Source: World Economic Forum. (2011). Global Competitiveness Report 2011–2012 Les données relatives aux nombre de publication et de brevets déposés n’ont pas pu être identifiées pour la Palestine. 8 30
  30. 30. Promotion de l’innovation en Méditerranée Le diagnostic est également sévère pour ce qui est de la publication de brevets :  le nombre de brevets déposés est faible par rapport à des pays européens à tradition d’innovation technologique (8 900 brevets déposé en France en 2009), mais comparable à celui des pays du sud de l’Europe (107 brevets au Portugal et 103 en Grèce) ;  très peu de ces brevets sont actifs ou sont déposés à l’international (entre 1 et 5 par pays et par an) 9 ;  ce sont surtout des étrangers qui brevettent pour protéger leurs droits de propriété intellectuelle dans le pays, ce qui illustre le rôle prépondérant des entreprises internationales dans l’innovation. Tableau 7 : demande de dépôts de brevets à l’échelle nationale et internationale Algérie Egypte Jordanie Liban Maroc Tunisie Demande de brevets émanant de non-résidents 765 (2007) 1452 (2009) 446 (2009) n.a. 856 (2010) n.a. Demande de brevets émanant de résidents 84 (2007) 490 (2009) 60 (2009) n.a. 151 (2010) n.a. 0,4 5,6 1,4 2,8 0,8 0,6 Taux moyen de demande annuelle de dépôt de brevets auprès de l’USPTO 10 (2002-2006) Source : UNESCO. (2010) Le secteur privé encore peu engagé dans l’innovation Faiblesse des dépenses de R&D privées Plusieurs directeurs de technopôles constatent que les entreprises locales effectuent peu de R&D et préfèrent l’acquisition directe de technologies prêtes à l'emploi. Cette tendance apparaît également dans les classements internationaux sur les dépenses des entreprises en R&D (voir Tableau 8). A l’exception de la Tunisie, tous les pays MED figurent parmi les derniers du classement. A titre de comparaison, des pays émergents comme l’Indonésie 9 La mesure de la performance de l’innovation est un sujet délicat en Méditerranée, les indicateurs sur le sujet des brevets notamment sont difficiles à obtenir. 10 United States Patent and Trademark Office 31
  31. 31. Promotion de l’innovation en Méditerranée et la Malaisie se classent respectivement 31ème et 13ème sur 142, tandis que d’autres pays de la Méditerranée se situent aux rangs suivants : Italie : 34, Espagne : 47, Turquie : 62, Israël : 8. Tableau 8 : dépenses des entreprises MED en R&D (rang, sur 142) Pays Algérie Egypte Jordanie Liban Maroc Tunisie Rang 139 106 108 113 104 42 Source: World Economic Forum. (2011). Global Competitiveness Report 2011–2012 Une étude de la Banque mondiale 11 démontre également que les pays les plus performants de la région méditerranéenne exportent environ 1 500 types de biens, dont la majorité à faible contenu technologique, lorsque des pays comme la Pologne, la Malaisie ou la Turquie en exportent près de 4 000. Activités de R&D au sein des entreprises : le cas de l’Egypte En Egypte, une enquête réalisée par le Ministère de la recherche scientifique en 2010 auprès 2 943 entreprises égyptiennes a montré que près de 20% des entreprises interrogées mènent des activités de R&D 12. Ces activités se divisent en innovation de produit (13,2%), innovation de procédé (17,9%) ou les deux à la fois. La majorité des activités axées sur l’innovation sont exécutées en interne. L’enquête démontre également que l’innovation se concentre davantage dans le tertiaire, qui représente 25% de l’échantillon des entreprises sondées (soit 152 entreprises issues du secteur financier et 253 entreprises actives dans la gastronomie et le tourisme). En termes de profil d’entreprises, ce sont les grandes entreprises qui s’engagent le plus dans la R&D (50%), particulièrement dans l’innovation de procédé, tandis que les micro-entreprises (moins de 5 employés) et PME sont moins actives. 40% des entreprises interrogées indiquent que les coûts de l’innovation constituent le premier facteur dissuasif. Enfin, moins de 1% des entreprises déclarent avoir obtenu un soutien financier de la part des agences publiques. Banque mondiale. (2009). From Privilege to Competition Ministry of Scientific Research in association with Fraunhofer-Institute for Production Systems and Design Technology (IPK). (2010). Executive summary. Evaluation of the Egyptian Science, Research and Technology Landscape for the Design of the Egyptian Innovation Policy and Strategy 11 12 32
  32. 32. Promotion de l’innovation en Méditerranée Pratiques d’innovation au sein des entreprises MED Une majorité de TPE traditionnelles Le tissu industriel des pays MED est formé majoritairement de petites, voire très petites entreprises (TPE), opérant essentiellement dans les services, l’agriculture ou encore le textile. La Banque mondiale estime ainsi que plus de 90% des entreprises tunisiennes, égyptiennes, jordaniennes et marocaines comptent moins de 100 salariés, et que plus de 80% sont des TPE composées de 1 à 5 salariés. Ces TPE méditerranéennes sont encore très familiales et traditionnelles, relativement fermées à un management innovant et à des prises de risques ou projets d’innovation. La Banque mondiale 13 souligne ainsi que « les entreprises de la région MENA sont, en moyenne, deux fois plus anciennes (19 ans) qu’en Asie centrale (10,5), leurs dirigeants font partie des plus âgés dans une région à population pourtant très jeune ». Des études conduites dans le cadre du programme Medibtikar 14 démontrent qu’elles connaissent mal leurs propres besoins en termes d’innovation, et ce par manque de réflexion sur leur stratégie interne. Certaines TPE participent néanmoins à des programmes de sensibilisation à l’innovation et rejoignent des réseaux et clusters régionaux, comme les micro-clusters agroalimentaires développés par l’ONUDI en Egypte. Leurs principales attentes en matière d’accès à l’innovation se concentrent sur la formalisation d’une offre (faire évoluer des produits et services existants), le management de l’innovation et l’accès à des outils financiers. Un récent développement de startups et PME innovantes Un nouveau profil de PME et startups fortement innovantes se développe en Méditerranée, à l’initiative de cadres souvent formés à l’international. Il peut s’agir d’entreprises industrielles reprise en main par une nouvelle génération de managers, de spin-offs au sein de grands groupes publics ou de startups. D’après les travaux menés dans le cadre du programme Medibtikar et de l’étude MedFunds 15, le sud de la Méditerranée dispose Banque mondiale. (2009). From Privilege to Competition 2007-2009, voir www.medibtikar.eu 15 ANIMA. (2011). MedFunds 2011: panorama du capital investissement dans la region MED. Cette étude se fonde sur une enquête menée auprès de plus de 300 fonds d’investissement en Méditerranée. 13 14 33
  33. 33. Promotion de l’innovation en Méditerranée d’un potentiel annuel de création de 1 500 à 2 000 startups à forte valeur (dont 60% portées par des talents issus de la diaspora). Les besoins de ces startups et PME à fort potentiel d’innovation sont essentiellement centrés sur l’accès aux marchés, le coaching et le parrainage, la constitution d’équipes internationales et le financement d’amorçage. Les grands groupes nationaux relativement déconnectés La présence de quelques grandes entreprises nationales bénéficiant de positions dominantes dans leur marché local est habituelle dans les économies MED. Ces grands groupes opèrent essentiellement dans des secteurs traditionnels (énergie, pétrochimie, agriculture, immobilier, tourisme) et quelques nouveaux secteurs comme les TIC ou l’offshoring, à l’instar de l’OCP, Cevital, Sonatrach, Sonede, ou dans les TIC Maroc Telecom, Meditel, Tunisie Telecom, Orascom, etc. Rarement cités par les acteurs de l’innovation, les grands groupes nationaux semblent peu engagés dans des partenariats avec des pôles d’innovation locaux. Ils considèrent ces acteurs avant tout comme des plateforme de promotion de leurs produits et de recrutement de talents. De nouvelles dynamiques liées à des processus d’innovation plus ouverts (« open innovation ») font timidement leur apparition, dans les TIC en particulier, mais l’innovation reste avant tout portée par les grands groupes étrangers, à l’instar d’IBM, Orange ou HP au pôle Smart Village en Egypte par exemple. Le rôle clé des entreprises étrangères Investissements directs étrangers et partenariats d’innovation Les investisseurs étrangers jouent un rôle doublement essentiel car ils sont à la fois demandeurs de produits et services innovants et sources de transfert des connaissances. A titre d’exemple, Powerex, joint-venture des Américains General Electric (GE) et Westinghouse spécialisée dans les semiconducteurs et établie à Tanger depuis 2010, a été primée au Maroc en 2011, dans la catégorie « investissement et transfert du savoir-faire technologique ». Les investisseurs étrangers ont en effet un intérêt stratégique à afficher leur ancrage territorial et leur proximité avec les acteurs et pôles d’innovation locaux afin de promouvoir leurs produits et d’obtenir une reconnaissance sur leur marché d’adoption. 34
  34. 34. Promotion de l’innovation en Méditerranée L’observatoire ANIMA-MIPO 16 des annonces d’investissement et de partenariat en Méditerranée a détecté 545 projets d’investissement étranger et de partenariat 17 liés à l’innovation entre 2003 et 2010 dans les pays MED (voir Figure 1). En dehors d’Israël et de la Turquie, qui se taillent la part du lion, les projets d’innovation se concentrent en premier lieu au Maroc et en Tunisie, avec respectivement 58 et 49 projets, puis en Egypte (31 projets). Dans les 7 pays MED visés par l’étude, et notamment au Maroc et en Tunisie, une part importante des projets se rapporte à des secteurs hi-tech : TIC, aéronautique, énergie solaire ou encore biotechnologies. Plusieurs projets de création de centres R&D sont également enregistrés au Maroc et en Egypte, ainsi qu’en Tunisie. La Jordanie et l’Egypte captent pour leur part 75% des projets d’acquisition de startups locales. Enfin, les investissements en lien avec des technopôles ou des incubateurs sont faiblement représentés, tout comme les investissements effectués par ou via des fonds ciblés sur l’innovation. Figure 1 : innovation provenant des entreprises étrangères- en nombre de projets sur 545 projets d’innovation Acquisition start-up Fonds technologique Hi-tech joint venture Investisst. hi-tech R&D/ Innov. centre Technoparc /incubateur Maghreb 12 4 Machrek 16 5 12 14 19 43 51 Israël & Turquie 27 2 2 172 0 50 100 14 150 Source : observatoire ANIMA-MIPO, 2003-2010 36 200 29 82 250 300 5 350 www.animaweb.org/mipo Définis comme des projets permettant à une entreprise étrangère de se rapprocher d’un marché domestique MED, à travers un partenaire identifié, ou en ouvrant une représentation locale. 16 17 35
  35. 35. Promotion de l’innovation en Méditerranée Le rôle dominant des multinationales européennes et américaines Les multinationales semblent s’installer durablement dans le développement de l’innovation en Méditerranée : elles génèrent 45% des projets d’investissement et de partenariat dans l’innovation, détectés par l’observatoire ANIMA-MIPO, contre environ 25% pour les PME et 30% pour les grandes entreprises (500 à 10 000 salariés). Les entreprises européennes viennent largement en tête des investissements liés à l’innovation dans la région (57% du nombre total des projets, voir Figure 2), en particulier au Maroc et en Tunisie. Elles sont suivies par les entreprises américaines et canadiennes, avec 27% des projets. Les pays du Golfe sont moins présents avec seulement 6% des projets détectés, essentiellement en Egypte et en Jordanie. Figure 2 : IDE et partenariats innovants par région d’origine et pays de destination 50 40 Europe 30 USA/Canada Golfe 20 Asie-Océanie MED-11 10 Autres pays 0 Algérie Egypte Jordanie Liban Maroc Palestine Tunisie Source : observatoire ANIMA-MIPO, 2003-2010 Financement d'amorçage et de démarrage : capital risque et business angels L’industrie du capital risque s’est fortement développée depuis les années 2000, avec 534 fonds d’investissements recensés en 2011 dans les pays MED, contre moins d’une cinquantaine il y a 10 ans. Ce développement est confirmé par le classement international sur la disponibilité du capital risque (voir Tableau 9), selon lequel seule l’Algérie accuse un retard significatif. 36
  36. 36. Promotion de l’innovation en Méditerranée Tableau 9 : disponibilité du capital-risque (rang, sur 142) Pays Algérie Egypte Jordanie Liban Maroc Tunisie Rang 110 41 62 60 30 35 Source: World Economic Forum. (2011). Global Competitiveness Report 2011–2012 Selon l’étude MedFunds d’ANIMA (2011), l’impact de ces fonds sur l’économie est fort avec 330 000 emplois et 20 milliards de dollars de chiffres d’affaires générés par ces acteurs depuis 2000. Une partie de ces fonds vise des entreprises ou des secteurs innovants, à l’instar du fonds d’investissement en capital risque Sadara, basé en Palestine, et qui a réuni 28 M$ (19 M€) pour investir dans douze startups palestiniennes. Ses investisseurs comptent déjà Google, Cisco, George Soros et Steve Case qui ont suivi la Banque européenne d'investissement (BEI). Dans ce paysage du financement d’amorçage, un timide mais réel développement des réseaux de business angels se profile également. Ces acteurs, généralement proches des entrepreneurs, constituent des interfaces entre le monde de la finance et les acteurs de l’innovation. Les attentes des fonds d’investissement et business angels par rapport aux projets d’innovation qui leurs sont présentés en Méditerranée peuvent être résumées comme suit : 1. un appui au sourcing et à l’évaluation de projets d’innovation : assistance de réseaux d’experts ou entrepreneurs spécialisés sur des thématiques marchés ou technologiques pour l’analyse des sujets « trop » innovants ; 2. de meilleurs managers de projets d’innovation : l’insuffisance de compétences en Business Développement et en management des équipes est une remarque constante des investisseurs ; 3. des partenaires internationaux pour créer de la valeur ajoutée autour de projets d’investissements. 37
  37. 37. Promotion de l’innovation en Méditerranée Le rôle de catalyseur des politiques nationales et internationales Emergence de politiques d’appui à la promotion de l’innovation L’OCDE retient plusieurs définitions du Système National d’Innovation, dont celle de Metcalfe (1995) qui présente ce système comme étant « un ensemble d'institutions distinctes qui conjointement et individuellement contribuent à l'élaboration et la diffusion des nouvelles technologies, et qui fournissent le cadre dans lequel les gouvernements développent et mettent en œuvre des politiques visant à influencer le processus d'innovation » 18. Si des politiques d’appui à l’innovation existent dans certains pays étudiés depuis les années 90, elles se déploient aujourd’hui et se structurent autour de systèmes d’innovation (au Maroc et Tunisie en particulier). Maroc Pour renforcer la chaîne de valeur de l’innovation et afin de la mettre au service de la compétitivité des entreprises et des territoires, le gouvernement marocain a lancé en 2009 la stratégie Maroc Innovation, qui doit développer l’écosystème de l’innovation et de l’entrepreneuriat à travers la création d’ici 2014 de 1 000 brevets et plus de 200 startups innovantes. Plusieurs initiatives ont été lancées, notamment : la création du Centre Marocain de l’Innovation 19, premier guichet unique d’orientation et de sensibilisation dédié à l’innovation et à l’accompagnement des porteurs de projets innovants marocains ; la mise en œuvre de « Cités de l’Innovation », créées au sein de 4 universités marocaines et chargées de piloter des projets de R&D et d’incuber des startups innovantes ; la création de 15 clusters sectoriels, opérationnels à la fin 2013 ; de nouveaux outils de financement : Intilak (amorçage des jeunes startups marocaines à fort potentiel) et Tatwir (cofinancement des dépenses de R&D engagées par une entreprise marocaine en phase de développement) ;     18 19 OCDE. (1997). National Innovation Systems. www.oecd.org/dataoecd/35/56/2101733.pdf www.cmi.net.ma 38
  38. 38. Promotion de l’innovation en Méditerranée  le Club Marocain de l’Innovation, réseau social d’échanges et de rencontres destiné aux acteurs de l’innovation : étudiants, entrepreneurs, chercheurs, universitaires, etc. Tunisie La nouvelle stratégie industrielle nationale à horizon 2016 20 jette les bases d’une politique d’innovation à travers le plan stratégique « Tunisia, the Euromed Valley for Industry & Technology ». Il s’articule autour de 3 axes de développement : la capitalisation sur les atouts de la Tunisie en backoffice et nearshore industriel, le positionnement dans les 5 premiers hubs euroméditerranéens, et enfin l’orientation vers l’économie du savoir, avec entre autres l’introduction du label TunisiaIQ (Innovation Quotient). L’Agence de Promotion de l’Industrie et de l’Innovation a pour mission de déployer les actions de ce plan stratégique, en coordination avec d’autres acteurs comme l’Agence de Promotion des Investissements Extérieurs (FIPA). Un Régime d'Incitation à la Créativité et à l'Innovation dans le domaine des Technologies de l'Information et de la Communication (RIICTIC) a été ainsi instauré, et des instruments de financement des activités de R&D sont proposés, à savoir :     PIRD : Prime pour les Investissements de Recherche & Développement ; VRR : Valorisation des Résultats de la Recherche ; PNRI : Programme National de Recherche et d’Innovation ; ITP : Investissements Technologiques Prioritaires. L'Agence nationale de la promotion de la recherche scientifique (ANPR) et l’Institut National de la Normalisation et de la Propriété Industrielle (INNORPI) coordonnent par ailleurs leurs actions dans le cadre du projet PASRI 21. Ce projet de 12 millions d’euros (M€) est financé par la Commission européenne et contribue à soutenir le système de recherche et d’innovation en Tunisie. Agence de Promotion de l’Industrie et de l’Innovation. (2008). Stratégie industrielle nationale à horizon 2016. www.tunisieindustrie.nat.tn/fr/download/CEPI/Synthese.pdf 21 www.pasri.tn 20 39
  39. 39. Promotion de l’innovation en Méditerranée Egypte Une réflexion sur l’élaboration d’un système national d’innovation a été menée par l’Egypte 22 en 2010, à travers les travaux du programme RDI (« Research, Development and Innovation »), soutenu par la Commission européenne, et relevant du Ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique. Les conclusions de cette réflexion soulignent la nécessité de coordonner les actions des différents ministères en faveur de l’innovation, et de créer des passerelles entre recherche et industrie. Plusieurs projets ont été conduits dans ce sens par le RDI, pour lesquels le Ministère espère un retour sur investissement de 40 M€ (contre un budget de 8,5M€). Une phase II du programme RDI est en cours de préparation. Les projets menés jusqu’à présent portent notamment sur :    la création d’un consortium de recherche appliquée, mêlant laboratoires et acteurs privés égyptiens et européens, dans les domaines énergie, santé, TIC et agriculture ; la mise en place de bureaux de transfert de technologie (« Industry liaison offices ») pour appuyer la valorisation des résultats de la recherche des universités (Alexandria University, Helwan University, Assiut University) ; l’introduction de sessions de formation au management de l’innovation. De son côté, le STDF (Science and Technological Development Fund) propose des outils de financements pour les chercheurs et entreprises (prototypage notamment), souvent en partenariat avec l’agence dédiée au développement industriel : Industrial Modernization Center (IMC). Créé en 2007 sous la houlette du Ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique, le STDF a publié début 2012 une liste de recommandations pour la mise en place d’un nouvel écosystème de l’innovation en Egypte 23. Hormis ce dispositif, l’Egypte compte peu d’acteurs institutionnels ciblant l’innovation au niveau transversal. En revanche des démarches sectorielles existent, par exemple dans le secteur TIC avec l’ITIDA (Information Technology Industry Development Agency), dont l’une des missions porte sur la « recherche et innovation ». Ministry of Scientific Research in association with Fraunhofer-Institute for Production Systems and Design Technology (IPK). (2010). Executive summary. Evaluation of the Egyptian Science, Research and Technology Landscape for the Design of the Egyptian Innovation Policy and Strategy 23 STDF. (2012). Egypt’s innovation ecosystem 22 40
  40. 40. Promotion de l’innovation en Méditerranée Algérie L’Algérie n’a pas encore développé de politique d’innovation proprement dite. Le Programme quinquennal 2010-2014 mentionne bien des objectifs de développement de l’économie de la connaissance et de soutien à la recherche scientifique, mais les initiatives concrètes peinent à émerger. D’après le Ministère de l’industrie algérien, « un système national d’innovation (SNI) sera élaboré et mis en place pour soutenir une politique de promotion et de développement du progrès technique » 24. Reste donc à passer à l’action. Le pays compte ainsi créer des agences nationales et régionales d'innovation et des centres techniques. Pour l’instant, le seul acteur institutionnel visible dans le domaine de l’innovation est l’Agence nationale de promotion et de développement des parcs technologiques (ANPT), mise en place en 2007. Jordanie La Jordanie ne dispose également pas de politique officielle en matière d’appui à l’innovation, même si une prise de conscience existe. Là encore, un manque de coordination entre les différents ministères est pointé par les acteurs et les études conduites précédemment 25. Les initiatives gouvernementales portent davantage sur la R&D, et concernent moins l’activité des clusters. Pourtant, les interviews menées dans le cadre de cette étude démontrent que la société civile et le secteur privé sont très actifs sur le terrain de l’innovation, ce qui permet l’émergence de « clusters naturels » et l’apparition de réseaux de valorisation de la recherche. Pour ce qui touche plus spécifiquement à l’entrepreneuriat innovant, l’organisation gouvernementale JEDCO (Jordan Enterprise Development Corporation) fait figure d’acteur majeur à travers son engagement auprès des incubateurs, et des lignes de financement proposées aux startups. Liban Au Liban, l’innovation n’a pas trouvé sa place dans l’agenda politique, et reste un concept nouveau selon les agents du terrain interviewés. Une www.mipmepi.gov.dz Voir VDI/VDE-IT. (2009). Study on the national innovation system in Jordan. Disponible sur http://www.iit-berlin.de/Jordan.pdf 24 25 41
  41. 41. Promotion de l’innovation en Méditerranée nouvelle politique des sciences, de la technologie et de l’innovation (STIP) 26 a été lancée en 2006, mais a subi des retards, notamment à cause des conflits qui ont frappé le pays. Les seules structures pouvant jouer un rôle d’appui à l’innovation, citées lors des entretiens, sont les Chambres de commerce et le Conseil National de la Recherche Scientifique (CNRS). Ce dernier a pour mission de guider le gouvernement et les entreprises dans le domaine de l’application de la science et de la technologie, à travers ses centres de recherches ou en collaboration avec d’autres institutions académiques et scientifiques. Il fait office de point de contact national pour le 7ème Programme Cadre de Recherche et Développement de la l’Union européenne, et contribue à plusieurs projets dans le domaine de la gestion de l’eau, des ressources marines ou des TIC notamment. Palestine La Palestine est un cas particulier. Les témoignages soulignent les difficultés exacerbées par les conflits que connaît la région, et qui entravent toute tentative de créer un cadre incitatif. Seule l’agence de promotion des investissements, PIPA (Palestine Investment Promotion Agency), est mentionnée parmi les acteurs d’appui aux actions des incubateurs et autres associations dédiées à l’entrepreneuriat. Le rôle clé de la Commission européenne Innovation et politique de voisinage La mise en place d’un Espace commun de la connaissance et de l’innovation (Common Knowledge and Innovation Space, CKIS), est l’un des objectifs de la nouvelle politique de voisinage adoptée par l’Union européenne (UE) en mai 2011 et revue à la lumière des changements intervenus dans les pays du sud de la Méditerranée. Les Programmes Cadre de Recherche et Développement (PCRD) sont les principaux instruments par l’intermédiaire desquels l’UE soutient la recherche et le développement, avec plus de 40 millions d’euros accordés aux pays partenaires méditerranéens lors du 7ème programme cadre. Si tous les pays du voisinage sont impliqués dans des actions, certains pays partenaires méditerranéens ont signé des accords de partenariat scientifique Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture. (2008). Plan de la politique des sciences, de la technologie et de l’innovation (STIP) au Liban 26 42
  42. 42. Promotion de l’innovation en Méditerranée et technologique, notamment : Maroc, Tunisie, Jordanie, Egypte et Algérie. Le prochain programme cadre, Horizon 2020, prévoit un montant au moins égal affecté à la Méditerranée et ciblera en priorité des thématiques liées à l’environnement (réduction de la pollution en Méditerranée, gestion de l’eau). Les actions de coopérations sont principalement menées par 3 Directions générales (DG) de la Commission européenne : DG Recherche et Innovation, DG DevCo et DG Entreprise, à l’échelle régionale ou bilatérale. Coopération régionale La coopération régionale repose sur des instruments de dialogue et coopération au plus haut niveau et la mise en œuvre de programmes de mise en relation entre acteurs de terrain. La coordination de l’innovation et de la recherche euro-méditerranéenne est ainsi assurée via le MoCo, comité de suivi de la coopération euroméditerranéenne en matière de recherche et de développement technologique, qui définit des priorités et axes de travail commun. Le MoCo s’appuie sur le projet euro-méditerranéen MIRA (Mediterranean Innovation and Research Cooperation Action - INCONET) qui associe des représentants de ministères de la recherche et de grands laboratoires de recherche issus de plus de 20 pays. MIRA contribue à la sélection des thématiques prioritaires d’intérêt mutuel pour la région dans l’énergie, l’environnement, la santé, l’agriculture et biotechnologies et les TIC : 55 actions spécifiques ont été recommandées. Par ailleurs, le groupe de travail euro-méditerranéen sur la coopération industrielle, alter égo du MoCo dans le domaine de l’industrie, travaille sur plusieurs volets innovations, dont la politique de clustering. Des recommandations d’actions dans le domaine, portant essentiellement sur la formation essentiellement, ont ainsi été adoptées à la suite d’un atelier innovation organisé en novembre 2011. Sur le plan opérationnel, il existe plusieurs projets et initiatives de mise en réseau de plateformes et acteurs de l’innovation à l’échelle régionale, dont :  Medibtikar (7,4 M€), déployé entre 2006 et 2010 pour appuyer les incubateurs, technopôles et centres de valorisation en Méditerranée. Le projet a permis de recenser des acteurs clés à mobiliser, d’identifier les besoins dans ce domaine (internationalisation, management, création d’un « deal flow » de projets, etc.) et de mettre en œuvre des actions pour y répondre. Il n’existe pas de suite à Medibtikar à ce jour. 43
  43. 43. Promotion de l’innovation en Méditerranée   l’initiative ERAWIDE (plus de 15 M€ dans le cadre du 7ème PCRD) de mise en réseau d’acteurs de la valorisation de la recherche européens et méditerranéens dont le dernier appel d’offres a soutenu le lancement de 27 projets de valorisation de la recherche en Méditerranée. A titre d’exemple, le projet BioProtech, mené par le parc biotechnologique de Turin BiopMed et visant à développer de nouveaux processus d’innovation, a permis de renforcer les compétences de l’unité de valorisation créée au sein du centre de Biotechnologies de Sfax (CBS). European Cluster Collaboration Platform (ECCP), une initiative de la DG entreprise visant à développer une base de bonnes pratiques pour la formation et la mise en relation entre clusters européens et internationaux. Des accords ont déjà été signés avec des partenaires internationaux (Brésil, Japon), et devraient l’être en 2012 avec 4 pays méditerranéens : Maroc, Tunisie, Liban et Egypte ;  Invest in Med (2008-2011), un programme mis œuvre par le consortium MedAlliance dirigé par ANIMA, qui visait à renforcer les partenariats entre PME euro-méditerranéennes. Plusieurs activités ont ciblé l’appui à l’internationalisation de l’innovation et de l’entrepreneuriat, notamment via la plateforme d’actions MedVentures qui a permis d’identifier 120 startups et de les valoriser ou accompagner à l’international ;  Enterprise Europe Network (EEN), un réseau paneuropéen rassemblant une cinquantaine de pays au total, dont en Méditerranée l’Egypte, Israël, la Syrie, la Tunisie, la Turquie ainsi que le Maroc qui vient de signer son adhésion. EEN compte 600 structures de valorisation de l’innovation en Europe et propose plusieurs outils d’intégration régionale de la promotion de l’innovation : Bourses électroniques d’échanges de technologies et de partenariats, centrale d’information réglementaire, accompagnement au financement, rencontres d’affaires et salons ;  European Business and Innovation Centre Network (EBN) rassemble plus de 200 acteurs de promotion de l’innovation en Europe (incubateurs, pépinières et technopôles essentiellement). EBN a développé un service de co-incubation (« softlanding ») permettant d’accompagner des entrepreneurs entre plusieurs pays. Cette offre a été testée en 2010 en Méditerranée dans le cadre de l’initiative MedVentures avec des incubateurs palestiniens (PICTI) ou libanais (Berytech) ; 44
  44. 44. Promotion de l’innovation en Méditerranée  2 initiatives à l’échelle universitaire : l’Université euro-méditerranéenne EMUNI, installée en Slovénie, mise en œuvre dans le cadre de l’Union pour la Méditerranée, et le programme TEMPUS qui finance des programmes d’appui à la valorisation de l’innovation ;  Le programme CBC MED qui mobilise des consortiums euroméditerranéens, en particulier sur l’innovation, qu’elle soit verticale (par secteur) ou transversale (sur des thématiques « entrepreneuriat » par exemple). L’appui à la mise en place de politiques d’innovation à l’échelle bilatérale Les programmes bilatéraux d’appui (BILAT) portent sur la mise en place de politiques de recherche prioritaires communes et de points de contacts nationaux : programmes SHERACA (Egypte) et EU-JordanNet par exemple. Plus en aval et sur le terrain, l’UE appuie également la définition de nouvelles politiques d’innovation. En Tunisie par exemple, le projet PASRI vise à soutenir le système tunisien de recherche et d'innovation pour apporter des solutions aux principaux problèmes identifiés dans la chaîne de l’innovation, de l’entreprise à l’équipe de recherche. De même en Jordanie, le projet SRTD, doté de 5 M€, a permis de soutenir la recherche, le développement technologique et l'innovation et de renforcer les capacités dans ces secteurs en vue de doper l’emploi et la croissance économique. En Egypte, le programme RDI vise à moderniser le système de l’innovation, que ce soit en termes de gouvernance ou d’ouverture à l’international. Le jumelage institutionnel, initiative de la Commission européenne, a été conçu comme un instrument de coopération destiné à renforcer les capacités des pays partenaires. Par exemple une jumelage institutionnel Maroc & France-Espagne se développe actuellement pour aider au développement d’un Système National de la Recherche (SNR) au Maroc, et l’intégrer à l’Espace européen de la recherche (EER). D’autres outils européens tels que les programmes TAIEX ou European Training Foundation (ETF) permettent enfin de financer des actions de terrain dans les pays (formations, événements à dimension internationale, etc.). 45
  45. 45. Promotion de l’innovation en Méditerranée Autres acteurs clés internationaux La Banque européenne d’investissement La Banque européenne d’investissement (BEI) intervient à 3 niveaux dans la promotion de l’innovation en Méditerranée :    le développement de technopôles : un grand nombre de technopôles en Méditerranée ont été soutenus par la BEI, comme dans le Technopôle de Sousse (financement de l’infrastructure du centre de recherche spécialisé en nanotechnologie et microélectronique, du bâtiment de l’école d’ingénieurs et d’une assistance technique à la mise en œuvre) ; l’appui aux acteurs financiers, notamment capital risque et réseaux de business angels : la BEI intervient en tant que partenaire (Limited Partner) dans plus de 10 fonds dans la région (dont Sadara) et fournit une assistance technique ; la mise en réseau d’acteurs de l’innovation : la BEI pilote le groupe de travail IT1 du Centre de Marseille pour l’intégration en Méditerranée (CMI) qui vise à rassembler des acteurs de l’innovation pour travailler à l’échelle régionale pour renforcer le « deal flow » de projets d’innovation et mettre en œuvre des actions conjointes (financement notamment). Les agences de coopération bilatérales Les agences de coopération bilatérales des Etats européens (GIZ, AFD, UK Aid, CIREM, etc.) jouent un rôle important pour développer dans la durée des actions de fond liées à l’innovation. La GIZ dispose ainsi de près de 100 personnes à Tunis et dans la région, qui forment et appuient des managers de l’innovation, startups ou programmes de recherche. La GIZ Tunisie a fortement contribué à l’émergence d’une politique nationale d’innovation dans le pays. Autre exemple, l’AFD soutient le développement du pôle de compétitivité de Sousse (Tunisie), en appuyant l’émergence d’un cluster mécatronique visant à développer des projets collaboratifs. Le rôle croissant des USA Les USA jouent un rôle croissant dans l’appui à l’innovation, particulièrement depuis 2011, avec une priorité donnée à l’accompagnement de talents à fort potentiel, futurs leaders économiques de la région. Plus d’une dizaine d’universités américaines sont présentes dans les grandes métropoles méditerranéennes. L’Université Américaine du Caire 46
  46. 46. Promotion de l’innovation en Méditerranée (AUC), fondée en 1919, forme ainsi plus de 5 000 étudiants chaque année en s’appuyant sur des équipes de formation et de recherches mixtes. Ces universités jouent un rôle d’impulsion primordial pour la mise en œuvre de politiques de formation au transfert de technologie ou à l’accompagnement de l’entrepreneuriat. Le département d’Etat américain, via son unité dédiée au Moyen-Orient (MEPI - Middle East Partnership Initiative), accorde une importance particulière au soutien à l’innovation et l’entrepreneuriat, dans le cadre de sa politique étrangère dans la région. L’initiative PNB – NAPEO (partner for a new beginning- North Africa Partnership for Economic Opportunity), pilotée par l’institut ASPEN, vise ainsi à mobiliser les leaders de l’innovation dans les pays MED en associant multinationales (Intel notamment) et leaders régionaux. Deux « Advisory Boards », groupes d’actions associant entrepreneurs et chercheurs reconnus, ont été constitués en avril 2011 en Algérie et Maroc. Les 17 et 18 janvier 2012, une conférence NAPEO Maghreb s’est tenue en présence de leaders politiques tels que Madeleine Albright pour définir un plan d’actions d’appui à l’innovation et à l’entrepreneuriat, qui concerne notamment :     l’appui à des fonds d’investissement et à des réseaux de business angels tels que Casbah Business angels en Algérie ; le lancement de compétitions de business plan dans la région et la mobilisation des diasporas arabes aux USA en faveur de leurs pays d’origine (GIST – Maghreb Start-up Initiative, lancée fin 2011) ; la mise en place de réseaux d’incubateurs transnationaux : « North Africa Innovation and Technology Incubator » ; la mise en place de formation au management de l’entrepreneuriat et innovation : « North Africa Center for Excellence on entrepreneurship ». Les institutions internationales La Banque mondiale développe depuis plusieurs années un soutien aux incubateurs régionaux via le programme InfoDev : assistance technique, programmes de formations et actions de benchmarking. L’ONUDI appuie les jeunes entrepreneurs par une présence locale et des compétitions ou programmes d’appui aux incubateurs, en particulier via les programmes EDIP. 47
  47. 47. Promotion de l’innovation en Méditerranée L’OCDE a développé une compétition d’entrepreneurs à l’échelle de la région MENA, MENA 100, et anime un groupe de travail associant institutionnels et investisseurs sur l’innovation et l’entrepreneuriat en Méditerranée. L’Union pour la Méditerranée (UpM) entend jouer un rôle dans le développement d’actions régionales pour l’innovation, notamment dans la mise en place d’outils financiers et le soutien aux startups. Des politiques régionales d’innovation Sud-Sud ? Les organisations arabes d’appui à l’innovation telles l’ISESCO (Organisation islamique pour l'Education, les Sciences et la Culture) ou l’Arab Science and Technologie Foundation – ASTF, se sont longtemps cantonnées à des actions institutionnelles : organisation de conférences et séminaires de coordination entre acteurs de politiques d’innovation. Ces acteurs sont peu mentionnés lors des entretiens. En revanche, les pays du Golfe (Dubaï et Qatar notamment), sont souvent cités comme des pôles d’attraction majeurs pour les entrepreneurs des pays arabes. S’il n’existe pas de politique de coopération affichée, des acteurs majeurs tels qu’Al Maktoum Foundation ou le fonds Abraaj suivent de très près la mise en place de politiques d’appui à l’innovation dans les pays MED. 48
  48. 48. Profil des structures d’appui à l’innovation : technopôles, incubateurs et centres de valorisation Ce chapitre étudie les profils, positionnements et écosystèmes de trois types de structures d’appui à l’innovation en Méditerranée :    les technopôles, pôles d’innovation rassemblant acteurs privés et publics qui sont au cœur des politiques d’attractivité sur l’innovation ; les incubateurs et pépinières qui visent à appuyer le développement de la création d’entreprise ; les centres de valorisation des résultats de la recherche, au sein des universités et centres de recherches, dont l’objectif est de mettre en valeur les connaissances. D’autres types de structures d’animation et de promotion de l’innovation sont également mentionnés dans ce qui suit, et associés aux recommandations de cette étude : clusters, centres techniques d’appui aux entreprises, associations d’entrepreneurs, etc. Le développement des territoires innovants : les technopôles Les technopôles, carrefours de l’innovation Un lieu de fertilisation et d’accélération de l’innovation Un technopôle 27 est une concentration géographique d’entreprises et d’institutions de recherche (universités, centres R&D) sur un lieu délimité (en général quelques hectares, à la différence des clusters qui peuvent s’étaler sur un territoire, une région). Les effets de proximité (physique, organisationnelle, culturelle) visent à promouvoir la collaboration et le Cette étude privilégie le terme de technopôle. Les termes de « Parc Technologique et Scientifique (PTS) », « technopark », « technopole » (étymologiquement, cité de l’innovation -nom féminin) sont également utilisés fréquemment par les acteurs de l’innovation. 27

×