Infobesity, a fast spreading disease - Women's Forum October 17th 2013

1,538 views

Published on

http://www.womens-forum.com/meetings/global-meeting-2013/6/session/infobesity-a-fast-spreading-disease/109
Lost in information. Plaguing the corporate world, Infobesity is compromising performance and actually making it more difficult than ever to decide and deliver. This workshop will give you tips to control the epidemic and develop your strategy to manage.

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
1,538
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
2
Actions
Shares
0
Downloads
4
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide
  • CHAQUE JOUR* (CHIFFRES 2012)822 MILLE NOUVEAUX SITES 100 MILLE HEURES DE VIDÉOS UPLOADÉES SUR YOUTUBE500 MILLIONS DE SMS1 SALARIÉ SUR 2 ESTVICTIME D’INFOBESITY90% des données numériquesexistantes ont été crées durant les 2 dernières années
  • A couple of years ago the British journalist John Naish released a book titled Enough (I don’t think it ever made it in substantial numbers to this side of the Atlantic). He subtitled the book, “Breaking free from the world of more.” He uses the book to encourage people to stop when they have enough—enough stuff, enough food, enough work, enough information. The book is a bit uneven with some parts being much better than others; one part I thought was particularly strong was his discussion about information and the near-ridiculous volume of information we are exposed to today. In  part of this chapter he writes about his approach to tackling information overload. I was writing on this very topic earlier in the week and I thought I’d share a short quote from Naish:
  • Our consumption of information can be likened to our consumption of food, as they have demonstrably similar neural circuits for reward inresponse to theirconsumption.The brain rewires and attenuates itself in response to pervasive presentation of reward-driving “high calorie” information stimuli in the same way it does to high-energy food. This leads to a cycle of increased need for reward and a decreased response to stimuli, which is the basis for addiction. http://distworkshop.files.wordpress.com/2012/01/dist2012_submission_8.pdf64% des gens consulte leur messagerie toutes les heureshttp://www.topsante.com/medecine/addictions/ecrans/vivre-avec/addiction-l-infobesite-un-nouveau-stress-32013
  • TOO MUCH MAILSCHAQUE JOUR* (CHIFFRES 2012)144 MILLIARDS DE MAILSEN MOYENNE UN SALARIÉ REÇOIT 100 MAILS PAR JOURUN CADRE PASSE 30% DE SON TEMPS À RÉPONDRE À DES MAILSBEAUCOUP DE MAILS SERVENT SOIT À SE VALORISER AU SEIN DE L’ENTREPRISE (C’EST MOI LE MEILLEUR), SOIT À SE COUVRIR (CE N’EST PAS DE MA FAUTE) = PEU SONT RÉELLEMENT INFORMATIFSCONSEQUENCE : RELATIONS DE TRAVAIL SE DÉTÉRIORENT
  • THE ENEMY OF GOOD DECISIONInfobesity—or information overload, to use the more general term—has been around for a while. Consider the Reuters report Dying for Information, first published in 1996, in the early days of the Web. Here are the startling statistics, as summarized by Reuters:Two-thirds of managers report that tension with work colleagues and loss of job satisfaction arise because of stress associated with information overload.One-third of managers suffer from ill health as a direct consequence of stress associated with information overload. This figure rises to 43% among senior managers.Almost two-thirds (62%) of managers testify that their personal relationships suffer as a result of information overload.43% of managers think that important decisions are delayed and of having too much information.One in five senior managers believes that substantial amounts of time are wasted collecting and searching for information.Almost half (48%) think that the Internet will be a prime cause of information overload over the next two years.And indeed, the condition has almost certainly grown worse. In early 2010, the research firm Basex conducted a survey asking knowledge workers to describe their workday. Among the study’s findings, according to Basex:66% of knowledge workers feel they don't have enough time to get all of their work done.More than 50% of knowledge workers feel that the amount of information they are presented with on a daily basis is detrimental to getting their work done.94% of those surveyed at some point have felt overwhelmed by information to the point of incapacity.30% of knowledge workers have no time at all for thought and reflection during their day, while 58% had only between 15 and 30 minutes.http://www.bain.com/publications/articles/infobesity-the-enemy-of-good-decisions.aspx
  • TOO MUCH SOCIAL MEDIACHAQUE JOUR* (CHIFFRES 2012)4 MILLIARDS D’ACTIONS SUR FACEBOOK500 MILLIONS DE TWEETS40 MILLIONS DE PHOTOS SUR INSTAGRAM40 MILLIONS DE POST SUR TUMBLREACH YEAR, NEW SOCIAL MEDIAS = PINTEREST, VINE…HOW TO FILTER INFORMATIONS ON SOCIAL MEDIA?NO FILTER FOR TWITTERALGORYTHM FOR FACEBOOK : EDGE RANK = EdgeRank is an algorithm developed by Facebook to governwhat is displayed—and how high - on the News Feed.À LIRE : http://www.whatisedgerank.com/
  • CONTRADICTION!CE TROP PLEIN D’INFORMATIONS A OBLIGÉ GOOGLE, FB ET LES AUTRES À CRÉER DES FILTRES QUI PRENENT EN COMPTE AVANT TOUT NOS PROPRES ACTIVITÉS DIGITALES ET NOS GOÛTS ET CELA NOUS COUPENT DU RESTE DU MONDEOn appelleça la Filter Bubble : plus le web estpersonnalisé, plus vousvousretrouvezenfermé, prisonnier de vosproprestendances. Vous ne voyez plus le monde qu’avec des œillères et vous le remarquezd’autantmoinsqu’ellesontétéfaites pour vouscachercequevous ne voulez pas voir. Même les réseauxsociauxvousrenferment : sivousn’interagissez pas beaucoup avec un « ami » sur Facebook, s’il propose du contenu qui ne vous « engage » pas suffisamment, Facebook le fait disparaître de votre newsfeed.http://owni.fr/2011/05/07/referencement-personnalise-social-search/
  • FOMOFear of Missing Out or FoMO is a form of social anxiety — a compulsive concern that one might miss an opportunity for social interaction, a novel experience, profitable investment or other satisfying event.[1] This is especially associated with modern technologies such as mobile phones and social networking services.http://en.wikipedia.org/wiki/Fear_of_missing_out
  • LES SOLUTIONS : hormis les choses évidentes comme time boxer nos temps de réponse, étiqueter nos contacts « importants » se fixer des plages horaires précises pour répondre aux mails « non importants » s’octroyer des diètes digitales optimiser ses notifications et alertesIl faut s’organiser selon 2 axes : 1/ OPTIMISER LE TEMPS QUE JE PASSE À ENVOYER DES INFOS2/ FILTRER PUIS ARCHIVER CE QUE JE REÇOIS1/ OUTILS D’OPTIMISATION DE MES ENVOIS/POSTS…SOLUTIONS TO MANAGE SOCIAL MEDIAHOOTSUIT OR TWEETDECK OR “IF THIS THEN THAT”…• Manage multiple social networks• Schedule messages and tweets• Track brand mentions• Analyze social media traffic2/ OUTILS DE FILTRAGE, ARCHIVAGE ET SYNTHÈSE (PARLE DE CE QUE TU UTILISES/CONNAIS LE MIEUX…)APPLICATIONS DE LECTURE DIFFÉRÉE = READABILITY OR INSTAPAPER : tool for saving web pages to readlater on youriphone, ipad, android, computer…EVERNOTE.COMESSENTIAL SUMMARIZER = LOGICIEL DE RÉSUMÉ AUTOMATIQUELe logiciel de résumé automatique de texte Essential Summarizer a étéconçu pour vouspermettred'obtenirrapidement des résumés de documents multilingues, de pages Internet et de messages écrits divers.https://essential-mining.com/summarizer/index.jsp?ui.lang=frET UNE MULTITUDE DE NOUVEAUX OUTILS QUI -ET C’EST TOUTE L’IRONIE DE CETTE PRÉSENTATION – APPARAISSENT ET DISPARAISSENT CHAQUE JOUR, NOUS AIDENT PARFOIS, NOUS AMUSE SÛREMENT, ET CONTINUENT DE NOUS RENDRE ADDICT DÉFINITIVEMENT!
  • DIET (exemples Orange + IBM)Face au stress engendré, les entreprises ont pris des mesures parfois drastiques. En Allemagne, Volkswagen a interdit l'envoi de mail après 18 heures. Canon et Sodexo ont lancé des journées "sans e-mail". Des opérations coups-de-poing sur lesquelles les entreprises ont largement communiqué.+ réseaux sociaux d’entrepriseCes nouveaux réseaux sociaux permettent de créer des groupes par centre d'intérêt (en fonction des métiers ou sur des thématiques transversales), d'échanger sur des sujets communs de manière conviviale, de travailler sur des documents partagés, de converser en direct. Mécaniquement, l'entreprise peut constater la baisse du nombre d'e-mails envoyés.De leur côté, les managers doivent donner l'exemple. "Il faut montrer que ces outils apportent quelque chose. Pour féliciter un salarié, plutôt qu'envoyer un e-mail, je le fais maintenant sur le réseau. Comme ça, tout le monde le voit", avance Huguette Ranc, vice-présidente réseaux sociaux d'IBM.SOURCE : http://www.lemonde.fr/economie/article/2013/04/14/comment-sortir-du-piege-de-l-e-mail_3159309_3234.htmlNO EMAIL FRIDAYS = PEOPLE CENTRIChttp://business.time.com/2013/02/21/give-up-email-for-a-day-and-communicate-better/EXEMPLES DE CANON + ATOS ORIGINCanon France organise, tous les trois mois, une "journée sans mails" qui lui a valu le label "Top employeurs 2012" de l'institut CRF et le trophée "Mieux vivre en entreprise" du groupe RH & M.Pour Philippe Le Disert, le bilan est positif. "Pendant cette journée où le nombre de mails baisse de 20 % à 30 %, les salariés peuvent se consacrer mentalement à une activité continue sans être perturbés par l'arrivée continuelle de messages. Et beaucoup redécouvrent une certaine convivialité : ils revoient des collègues qu'ils n'avaient pas croisés depuis des années alors qu'ils sont installés à deux étages de distance !" D'autres entreprises semblent suivre le mouvement : Atos Origin, une société de services informatiques, a annoncé en 2011 qu'elle souhaitait devenir, d'ici à trois ans, une entreprise "zéro e-mail". "Nous produisons massivement des données qui polluent notre environnement detravail et, de plus, empiètent sur nos vies privées", affirme le PDG, Thierry Breton, qui souhaite lutter contre l'invasion du mail en développant les plates-formes communautaires et les réseaux sociaux.Source : http://www.lemonde.fr/culture/article/2012/09/20/mal-de-mail_1763230_3246.html
  • DIET (exemples Orange + IBM)Face au stress engendré, les entreprises ont pris des mesures parfois drastiques. En Allemagne, Volkswagen a interdit l'envoi de mail après 18 heures. Canon et Sodexo ont lancé des journées "sans e-mail". Des opérations coups-de-poing sur lesquelles les entreprises ont largement communiqué.+ réseaux sociaux d’entrepriseCes nouveaux réseaux sociaux permettent de créer des groupes par centre d'intérêt (en fonction des métiers ou sur des thématiques transversales), d'échanger sur des sujets communs de manière conviviale, de travailler sur des documents partagés, de converser en direct. Mécaniquement, l'entreprise peut constater la baisse du nombre d'e-mails envoyés.De leur côté, les managers doivent donner l'exemple. "Il faut montrer que ces outils apportent quelque chose. Pour féliciter un salarié, plutôt qu'envoyer un e-mail, je le fais maintenant sur le réseau. Comme ça, tout le monde le voit", avance Huguette Ranc, vice-présidente réseaux sociaux d'IBM.SOURCE : http://www.lemonde.fr/economie/article/2013/04/14/comment-sortir-du-piege-de-l-e-mail_3159309_3234.htmlNO EMAIL FRIDAYS = PEOPLE CENTRIChttp://business.time.com/2013/02/21/give-up-email-for-a-day-and-communicate-better/EXEMPLES DE CANON + ATOS ORIGINCanon France organise, tous les trois mois, une "journée sans mails" qui lui a valu le label "Top employeurs 2012" de l'institut CRF et le trophée "Mieux vivre en entreprise" du groupe RH & M.Pour Philippe Le Disert, le bilan est positif. "Pendant cette journée où le nombre de mails baisse de 20 % à 30 %, les salariés peuvent se consacrer mentalement à une activité continue sans être perturbés par l'arrivée continuelle de messages. Et beaucoup redécouvrent une certaine convivialité : ils revoient des collègues qu'ils n'avaient pas croisés depuis des années alors qu'ils sont installés à deux étages de distance !" D'autres entreprises semblent suivre le mouvement : Atos Origin, une société de services informatiques, a annoncé en 2011 qu'elle souhaitait devenir, d'ici à trois ans, une entreprise "zéro e-mail". "Nous produisons massivement des données qui polluent notre environnement detravail et, de plus, empiètent sur nos vies privées", affirme le PDG, Thierry Breton, qui souhaite lutter contre l'invasion du mail en développant les plates-formes communautaires et les réseaux sociaux.Source : http://www.lemonde.fr/culture/article/2012/09/20/mal-de-mail_1763230_3246.html
  • Infobesity, a fast spreading disease - Women's Forum October 17th 2013

    1. 1. INFOBESITY INF@BESITY A fast spreading disease Lost in information. Plaguing the corporate world, Infobesity is compromising performance and actually making it more difficult than ever to decide and deliver. This workshop will give you tips to control the epidemic and develop your strategy to manage. Women’s Forum Deauville, October 17th 2013 Delphine Remy-Boutang @delphineRB founder & CEO the social bureau @thesocialbureau #WF13
    2. 2. ENOUGH!
    3. 3. Breaking free from the world of more
    4. 4. DIGITAL BOULIMIA ?
    5. 5. FILTER BUBBLE
    6. 6. FOMO
    7. 7. SOLUTIONS
    8. 8. Presentation given at Women’s Forum for Orange on October 17th with Christophe Aguiton, Research @ Orange http://www.womens-forum.com/meetings/globalmeeting-2013/6/session/infobesity-a-fast-spreadingdisease/109

    ×