Guide technique fiap 2012

1,138 views
1,033 views

Published on

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
1,138
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
3
Actions
Shares
0
Downloads
2
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Guide technique fiap 2012

  1. 1. FESTIVAL D’ART PYROTECHNIQUE 2012Guide technique des feux d’artifice
  2. 2. L’histoire des feux d’artificeL’origine du premier feu d’artifice demeure assez floue. L’arme dévastatriceserait apparue entre le IIe siècle avant J.C. et le Ve siècle après J.C. Sesinventeurs étaient loin de s’imaginer qu’ils avaient mis au point le dispositifà l’origine d’un des plus beaux spectacles terrestres. Aujourd’hui plusencore, la pyrotechnie est devenue une réalisation visuelle stupéfiante : lafusion des substances donne naissance à de magnifiques couleurs et lesnouvelles technologies créent des effets époustouflants et des graphismestrès élaborés. Chaque feu possède désormais une identité propre selon lemélange qui a été utilisé et appartient à une catégorie bien définie.Les feux d’artifice nous rappellent les armes du Moyen-Age qui, bien querudimentaires, projetaient du feu liquide sur les adversaires (dans lesannées 670). Aux VIIIe et IXe siècles, les Chinois auraient commencé àutiliser la poudre noire dans le même esprit : lorsqu’elle s’enflammait, lasubite et considérable expansion des gaz permettait de propulser unprojectile.C’est au XIIIe siècle que la poudre noire arrive en Europe, importée deChine par le Vénitien Marco Polo, et est énormément utilisée lors desguerres et des fêtes qui s’ensuivaient. Le premier feu, à proprement parler, aété tiré Place des Vosges à Paris, encore appelée Place Royale, pour célébrerl’union d’Anne d’Autriche et de Louis XIII en 1615.La chimie fit avancer la pyrotechnie, qui jusqu’au début du XIXe siècle étaitencore très simple, et permit de produire une panoplie de couleurs et deformes originales en développant toute une gamme de nouveaux produitsperformants et sécurisants.De nos jours, la poudre noire est toujours utilisée dans la fabrication desfeux d’artifice : placée à la base des fusées, elle permet de propulser lesbombes miniatures contenues à l’intérieur jusqu’à leur explosion entre 50 et250 mètres du sol. Grâce à elle, les fusées éclatent et dispersent les milliersd’étincelles multicolores qui font la magie des feux d’artifice. Son utilisationprésente des avantages certains : peu onéreuse, la poudre noire estégalement peu toxique, ses composants naturels sont abondants et leurmélange est stable lorsque placé à l’abri de l’humidité. De plus, sonmaniement lors des spectacles est facilité par sa grande inflammabilité.
  3. 3. Il existe plusieurs sortes de pièces pyrotechniques, chacune produisant uneffet qui dépend de la composition ou de la structure de l’explosif. Qu’ils’agisse de cascades, fontaines, soleils, feux de Bengale, chandellesromaines, comètes, serpentins ou bombes, elles sont toujours construites àpartir du même principe : emmagasiner un maximum d’énergie dans unminimum d’espace.Un phénomène d’oxydoréduction est à la base des réactions chimiques quipermettent la pyrotechnie. Cette réaction est très simple et ne nécessitequ’un oxydant (qui capte les électrons d’un corps qui s’oxyde) et unréducteur (qui cède les électrons au corps qui est réduit). Ceci est souventaccompli par le magnésium et l’oxygène.Les feux d’artifice nécessitent également une combustion qui enflammerales produits afin de créer une explosion pour projeter la fusée dans le ciel.Pour permettre à l’explosion d’être à la hauteur de la demande, lesmélanges utilisés en pyrotechnie se présentent le plus souvent sous formede poudre, un mélange liquide s’enflammerait trop vite.Lorsqu’ils explosent, les feux d’artifice dégagent une odeur et sont bruyantsmais c’est principalement leur lumière qui les rend attrayants. L’obtentiondes couleurs s’expliquent à trois niveaux : L’émission atomique consiste en l’excitation des électrons de l’atome par une source d’énergie extérieure (par exemple, la chaleur dégagée par la combustion) : lorsque l’atome absorbe l’énergie de la réaction, un électron passe au niveau d’énergie supérieur et subit une excitation qui le rend instable et le conduira rapidement à revenir à son état initial. Cette désexcitation se traduit par l’émission d’un photon, particule élémentaire composant la lumière. Selon la longueur d’onde, la nature du gaz et l’énergie libérée, les photons donneront des couleurs différentes. L’émission moléculaire est un phénomène similaire mais se situe au niveau des molécules. L’incandescence est le simple rayonnement d’un corps chauffé.
  4. 4. La composition des artifices Couleurs Eléments Composés Formules chimiques Nitrate de potassium KNO3 Violet Potassium Chlorate de potassium KClO3 Cuivre Chlorure cuivreux CuCl Bleu Sulfate de cuivre CuSO4 Zinc Poudre de zinc Zn Nitrate de baryum Ba(NO3)2 Vert Baryum Chlorure de baryum BaCl2 Chlorate de baryum Ba(Cl3)2 Oxalate de sodium Na2C2O4 Jaune Sodium Oxyde de sodium Na2O Nitrate de sodium NaNO3 Orange Calcium Nitrate de calcium Ca(NO3)2 Nitrate de strontium Sr(NO3)2 Hydroxyde de strontium Sr(OH)2 Rouge Strontium Chlorure de strontium SrCl2 Oxyde de strontium SrO Carbonate de strontium SrCO3 Magnésium Poudre de magnésium Mg Blanc Aluminium Poudre d’aluminium Al Titane Poudre de titane Ti Argent Aluminium Poudre d’aluminium Al Etincelles Aluminium Granules d’aluminium AlIl existe plusieurs formes de feux d’artifice : Fusée ordinaire : Largement remplie de poudre Fusée volante : A une « âme » qui met en mouvement différentes substances Feu chinois : Forme une gerbe d’étincelles Lance : Longue fusée de couleur très variable Chandelle romaine : Fusée volante abandonnant progressivement des étoiles derrière elle Feu de Bengale : Mélange de combustion facile et rapide qui disperse une lumière très vive, souvent blanche, ou diversement coloréeLa pyrotechnie se divise en quatre classes (de K1 à K4) destinées à identifier lesproduits dont on se sert lors de la fabrication du feu. Elles ont chacune desdispositions légales. Chaque classe identifie la masse de matière active permisepour chaque feu et la distance de projection (force d’impact).Commençant comme simple projectile, le feu d’artifice a dû subir plusieurstransformations avant de devenir l’art pyrotechnique moderne que l’on connaîtaujourd’hui et qui nous offre de si magnifiques spectacles. La science a permisd’ajouter des composantes qui ont rendu les feux de plus en plus « intelligents » etaudacieux. Depuis des siècles, ils sont toujours aussi magiques pour chacun, quelque soit l’âge.
  5. 5. Le détail des bombes d’artifice Intérieur d’une bombe Schéma simplifié d’une bombe Le mortier Le mortier est un tube, généralement en carton, servant à tirer les bombes d’artifice. Ces mortiers peuvent être Batterie des mortiers montés en batterie pour des tirs en rafale et leur calibre varie de 20 mm jusqu’à plus de 600 mm. Coupe schématique d’une fusée Batterie de fusées
  6. 6. La barge d’embarcation. Un radeau d’où seront tirées des chandelles. Le chantier est le lieu intermédiaire entre le centre de stockage et l’embarquement sur les barges. Le montage des chandelles et des fusées.
  7. 7. Les autorisations nécessairesPour réaliser un feu d’artifice, certaines autorisations sont nécessaires pourun tir de feux d’artifice. Dans tous les cas, qu’il s’agisse d’un feu privé ouprofessionnel, il est impératif de faire parvenir une information écrite auMaire de la ville ou de la commune qui donnera son accord par écrit etprendra toutes les dispositions de sécurité jugées nécessaires.Pour le Festival d’Art Pyrotechnique (feux K4), sont rédigés : Une déclaration auprès du Préfet dans un délai de 15 jours avant la date du tir Une déclaration auprès du service des Douanes, si les artifices proviennent de l’étranger, incluant la liste des artifices et la demande d’autorisation d’importation Un courrier d’information auprès du Ministère de l’Ecologie et du Développement Durable incluant le certificat de qualification des artificiers, la liste des artifices, le plan de tir détaillé ainsi que l’attestation d’assurance de chaque firme Une demande d’autorisation de mouillage (immobilisation des barges) auprès de la Direction Départementale des Territoires et de la Mer des Alpes-MaritimesLa livraison et le stockageLe stockage provisoire à moins de 4 kilomètres du lieu de tir est autorisédans un local adapté, sans ouverture, sans prise de courant ni éclairage, aurez-de-chaussée et non accessible à tout public, fermé à clef, sans passageet à l’abri de l’humidité. Les cartons ne doivent en aucun cas être ouvertsavant d’être disposés sur le site de tir.L’accueil des camions transportant les artifices s’effectue en présence durégisseur technique durant la première nuit de montage entre minuit et 5hdu matin. La circulation et le trajet du véhicule sont strictementrèglementés selon un Arrêté Municipal.Les normes de sécuritéLe plan de la zone des tirs est déposé à la Préfecture Maritime de laMéditerranée par les organisateurs. Les services municipaux de la PoliceMaritime sont en charge de la surveillance du bassin à partir du momentoù les barges des pièces d’artifices sont positionnées sur la zone de tir.L’installation du parc de montage sur le site du Port de Cannes est faiteconjointement avec la Chambre de Commerce et d’Industrie afind’observer toutes les normes de sécurité dues à la zone portuaire, interditeau public.
  8. 8. Le plan de tir
  9. 9. Les critères de classementdes artifices de divertissementChaque classe est soumise à des dispositions légales. Ce classementrepose sur des tests pratiqués sur les nouveaux produits et dépend de ladangerosité des produits. La classe du produit et son agrément sontconsentis après un avis de la Commission des substances explosives.Les produits pyrotechniques destinés aux feux d’artifice dedivertissement sont divisés en 4 classes : K1 : Artifices ne présentant qu’un risque minime K2 et K3: Artifices dont le maniement doit s’effectuer avec précaution, avec connaissance des règles de base K4 : Artifices nécessitant la qualification d’artificier classe C4-T2 Masse de matière active supérieure à 500 grammes pour les pièces d’artifice. Calibre supérieur à 50 millimètres pour les marrons d’air et 105 millimètres pour les autres artifices. Un feu d’artifice est également classé en catégorie « K4 » s’il contient au total plus de 35 kg de matière active. Le tir d’un feu d’artifice dans cette catégorie nécessite la présence d’au moins un artificier possédant un certificat C4-T2 sur le site de tir.Les grands feux d’artifice utilisent du matériel sophistiqué et dangereuxclassés en K4. Ces produits ne sont pas soumis à un agrémenttechnique, mais le marquage obligatoire doit indiquer :- La désignation générique de l’artifice- La désignation commerciale- Le groupe de classement- La mention « vente aux mineurs interdite »- Le numéro d’agrément- « Vente et mise en œuvre soumises aux dispositions des articles 12 à 16 du décret n°90-897 du 1/10/90 portant sur la réglementation des artifices de divertissement. »Dispositions particulières pour les artifices du groupe K4 :L’organisateur d’un spectacle pyrotechnique des artifices du groupe K4doit en faire la déclaration au préalable au Préfet quinze jours au moinsavant la date prévue. La déclaration décrit les conditions d’exécution,notamment le lieu, la date, l’horaire du tir, le nom de la personne quidirige l’exécution du feu et les dispositions destinées à limiter lesrisques pour le public et le voisinage avec l’obligation d’établir unschéma de mise en œuvre (décret n°90-896 du Journal Officiel du 6octobre 1990).
  10. 10. Le langage des artificiers Projectile aérien propulsé à l’aide d’un mortier (souvent confondu avec la fusée qui est, elle, autopropulsée). La bombe représente la partie la plus délicate du feu d’artifice. Tirée unitairement ou en salve, la bombe éclate à Bombe une altitude déterminée par son calibre : plus son calibre est important, plus l’altitude d’éclatement est élevée. Les effets colorés sont de formes géométriques : cercles, arabesques, saules pleureurs et quelquefois à éclatements multiples. Tube contenant un empilage de projectiles à tir automatique, successif et synchronisé. Les projectiles peuvent être des comètes, des pots à feu ou des bombes. Les effets peuvent être variés (bruyants, colorés, or, argent,Chandelle tourbillons, serpenteaux, mosaïques, clignotants…). C’est un élément essentiel à la composition de façades et de tableaux aériens d’un feu d’artifice harmonieux. Effet traçant plus ou moins persistant lors de l’ascension d’un projectileComètes issu d’un mortier ou d’une chandelle romaine. Tableau constitué de plusieurs engins pyrotechniques unitaires disposés à Façade une certaine distance les uns des autres, fonctionnant ensemble et destinés à utiliser un site sur la plus grande largeur possible. Engin pyrotechnique qui émet une gerbe continue or ou argent etFontaine quelquefois colorée. Utilisée pour réaliser des façades, des pièces sur mâts ou des cascades. Succession de tableaux complémentaires tirés en continuité, constituant Fresque une harmonie et une progression dans les effets, terminée en apothéose par une ponctuation forte (bombe, pot à feu). Projectile aérien autopropulsé. La fusée est propulsée par un moteur à poudre tout au long de son ascension. Sa trajectoire est stabilisée le plus souvent par une baguette qui est fixée sur le corps et qui retombe lorsque la charge a explosé à son point culminant. Leur sensibilité au vent latéral et Fusée le danger représenté par la retombée de ces baguettes expliquent que les fusées ne sont que rarement utilisées. Les effets, colorés ou bruyants, sont identiques à ceux des bombes. Elles peuvent être tirées unitairement ou en salve. Tir successif et généralement manuel de bombes unitaires entre deuxIntermède tableaux. Gerbe de feu jaillissant d’un tube en tirs unitaires ou successifs (chandelles ou batteries automatiques). Effets colorés, bruyants, mosaïques, crépitant…Pot à feu Très spectaculaire pouvant être utilisé en tableau, en façade ou ponctuellement. Caractérisé par son calibre (30 à 150 mm) et par sa gerbe (hauteur et densité originales). Figure géométrique constituée par plusieurs engins pyrotechniques Tableau fonctionnant ensemble.
  11. 11. Le bouquet final Le bouquet final, pièce maîtresse du feu d’artifice, est le moment le plus attendu par les spectateurs. Cette dernière image reste gravée dans les mémoires et se doit d’être colorée, merveilleuse, féerique, grandiose, inoubliable et tout simplement parfaite… Le prélude Préliminaire au bouquet final, il se distingue par sa cadence progressive du tir pour former la base du bouquet qui donnera ensuite naissance à l’apothéose. Assemblage de chandelles et de bombes, le prélude peut être composé de compacts ou de pièces spécifiques.Le bouquetLes batteries de mortierssont assemblées enplusieurs blocscompacts ; le départ desbombes de gros calibreest progressif etcrescendo. Le bouquetembrase le ciel etprocure à tous unegrande émotion .
  12. 12. La protection du domaine public maritime La protection du domaine public maritime est devenue un engagement fondamental pour les autorités et les organisateurs du festival, soucieux de l’environnement. Ils s’engagent à mettre en place des moyens efficaces pour contrer le risque de pollution éventuel et veillent à la propreté du littoral cannois.Pendant le Festival d’Art Pyrotechnique, la Baie de Cannes est exposée àcertains risques de pollution, notamment avec les chutes engendrées parles artifices utilisés. La Direction du Palais des Festivals et des Congrès deCannes est sensible à la protection de l’environnement et audéveloppement durable. En effet, elle s’engage à la mise en place de lapolitique des normes ISO « QSE » (Qualité, Sécurité et Environnement).Dans cette logique, le Service Prévention et Sécurité de la Ville de Canneset la Direction de l’Evénementiel mettent en place deux opérations denettoyage des fonds marins : L’une, le soir-même, après chaque feu, avec des bateaux qui récoltent les déchets en surface La seconde, dès le lendemain, par le biais de plongeurs professionnels autour de la zone de tir
  13. 13. Comète Soleil Feu de Bengale Feu chinois Chandelle romaine CascadeBombe à effet Chandelles Farfales Palmiers

×