Magazine Dedicace - Vol.1 - Mai 2011
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Magazine Dedicace - Vol.1 - Mai 2011

on

  • 1,263 views

Magazine Dedicace - Vol.1 - Mai 2011

Magazine Dedicace - Vol.1 - Mai 2011

Statistics

Views

Total Views
1,263
Views on SlideShare
1,263
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
5
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

Magazine Dedicace - Vol.1 - Mai 2011 Magazine Dedicace - Vol.1 - Mai 2011 Document Transcript

  • DÉDICACE Magazine littéraire et culturel - GRATUIT Volume 1 - Mai 2011 KOBO : le lecteur disponible au Québec SONY : de nouvelles applications FACEBOOK : ne faites pas ces erreurs ! L’ère du surmental arrive… L’interculturalité et la littérature Entrevue avec Jean-François Capelle auteur et romancier 1/8 page couverture 1
  • 2ième de couverture 2
  • SOMMAIRE 1/8 page horizontal 3
  • L'impression de livres à la demande ou en quantités L'impression de livres est un métier particulier. Deman- dant un savoir-faire et une expérience dans ce domaine - sans rapport d'ailleurs à de l'impression classique. Type brochure - flyers ou cartes de visites. Les presses numériques ou offset sont polyvalentes et assurent la fabrication des produits quasiment à la deman- de. Ce qui par contre est spécifique reste le façonnage. On peut très bien avoir un dos carré-collé pour un livre - mais aussi un dos carré-collé-cousu qui va assurer une durée de vie plus longue - ainsi qu'une meilleure résistance. ½ L'autoédition rentre dans ce cadre professionnel avec une caractéristique bien à part. La gestion de petite quantité - de un à quelques centaines d'exemplaires - jusqu'à des milliers d'exemplaires. Cette caractéristique n'a qu'un seul but - offrir la meilleure qualité au moindre coût. Page Autres-talents.fr l'a bien compris lors de la création de son site internet - en cherchant constamment ce ratio délicat à atteindre et cela sur tous ses produits et presta- tions. La recherche de la qualité aussi dans la mise en page de livres avec un service dédié exclusivement à cette tâche pour satisfaire toutes les demandes en terme de graphisme. En constante évolution - le site autres-talents.fr vous vertical réserve encore beaucoup de bonnes surprises - que ce soir en terme de coût - en terme de qualité et de graphisme. www.autres-talents.fr 1/8 page 4
  • Despentes contre Houellebecq Le choix des blogueurs n’est pas celui de l’académie ! A l’occasion de la rentrée littéraire, Price- And the winner is… Minister avait proposé à près de 80 blo- gueurs de faire la critique de deux poids Apocalypse bébé de Virginie Despentes ! lourds de la littérature française, et fina- Malgré (ou grâce à) son style trash et sa listes du prix Goncourt : Michel Houelle- vision sans concession de la société, l’au- becq avec La Carte et le Territoire, et teure a su attirer et satisfaire son public, Virginie Despentes avec Apocalypse bé- s’inscrivant dans une dynamique violente bé. Mais si l’académie Goncourt a choisit et urbaine en totale opposition avec la Houellebecq pour recevoir le précieux passivité languissante d’un Houellebecq, bandeau rouge, l’avis des blogueurs est ermite des campagnes et apôtre du terroir. plus reservé… Un choix à contrepied de l’académie Gon- court, qui a décerné son sésame à La Carte Première épreuve : popularité et le Territoire… Un choix plus littéraire- ment correct ? Au total, 76 blogueurs et blogueuses ont participé à ce match Despentes contre Rémi Gonseau Houellebecq, qui leur demandait dès le www.priceminister.com départ de prendre partie : quel livre criti- quer ? Et à ce jeu, c’est Virginie Despentes qui a remporté le prix de po- pularité : Les 2/3 des participants on choisit de chroniquer Apocalypse bébé. L’auteur s’est construit avec ses précé- - Avec Apocalypse bébé, Despentes a dents ouvrages et sa filmographie une prouvé qu’elle pouvait encore créer la réputation sulfureuse qui a attiré les ama- controverse 16 ans après Baise-moi : la teurs de lecture, alors que Houellebecq prose sans équivoque de l’auteure a dé- semble avoir payé ses prises de position concerté 7% des blogueurs, poussant largement reprises dans les médias. Dom- certains à l’abandon de la lecture en plein 1/6 mage pour Houellebecq, qui avait gommé milieu de l’ouvrage. D’autres lecteurs ses crispations les plus controversées plus endurcis n’ont pas été convaincus dans La Carte et le Territoire par rapport par les prises de position parfois gratuite- à ses précédents romans. ment ordurières et provocantes de l’au- Seconde épreuve : satisfaction teure (7% de critiques négatives). Puis viennent les supporters, qui ont apprécié le réalisme de la critique sociale proposée Page Les deux ouvrages ont reçu un accueil par Despentes (46%), et ses fervents totalement différent, même si globale- admirateurs, pour qui le livre a été un vrai ment, les avis sont plutôt positifs : coup de cœur (10% des lecteurs). Com- me pour Houellebecq, 29% des lecteurs Vertical - La Carte et le Territoire a suscité peu de ne garderont pas un souvenir impérissa- débat : 50% d’articles positifs, 30% d’avis ble de cet ouvrage. mitigés, 20% de critiques négatives, mais au final, ni cris d’orfraie, ni piédestal, 56% d’avis positifs pour Despentes, 50% comme si le calme et la morosité de la vie pour Houellebecq, la balance penche dé- de Jed Martin avait plongé les lecteurs finitivement en faveur de l’écrivaine. dans une torpeur léthargique après l’enterrement de Houellebecq (perplexe? Lisez le livre!). 5
  • Mettez un peu de poésie dans votre quotidien ! La poésie est à la langue ce que la danse est à la marche, On entend aussi beaucoup parler du slam, dont Ivy est le selon la jolie formule du poète Paul Valéry. Le langage représentant québécois le plus connu. Au départ, le slam poétique consiste en effet à détourner un mot de son sens est une compétition oratoire poétique où les membres du courant, c'est-à-dire le sens utilisé habituellement dans le jury sont choisis dans le public. Ceux qui décident de langage quotidien. Ces mots que nous employons tous les participer à cette joute oratoire improvisent des textes (la jours dans le but de la communication entre humains vont liberté d'expression est de règle) et ces derniers doivent être transformés par le poète. Grâce à des combinaisons être prononcés a cappella. Puis ce terme de slam s'est originales de mots, l'utilisation de nombreuses figures de étendu et peut désormais s'appliquer à d'autres manifesta- style et des jeux sur la musicalité des sons et des rimes, le tions comme le spoken word ou encore les one-man show poète réussit à créer de nouvelles images dans l'esprit des poétiques. Ainsi à Montréal, le festival Voix d'Amériques lecteurs. fête depuis 2002 « le spoken word et la parole audacieuse ». Au départ pure improvisation, ces performances autour des Or si cet art a pu parfois apparaître comme élitiste, la mots ont fini par devenir un art de la chanson à part poésie prend de multiples formes et elle s'invite de plus en entière. Bref, si vous aimez les mots, mais si votre seul plus dans nos espaces culturels, notamment accompagnée souvenir de poésie est la lecture forcée de certaines oeu- de musique. Il n'est qu'à voir le gros succès du disque 12 vres, sachez que de nouvelles découvertes s'offrent à vous hommes rapailles où plusieurs chanteurs (Vincent Val- ! lières, Michel Rivard, Yann Perreau, Plume Latraverse entre autres) mettent en musique les vers du poète Gaston Et n'hésitez plus à révéler le poète ou l'amateur de poèmes Miron. qui est en vous... ArticlesGratuits.net ¼ ¼ page page 6
  • L'Ère du surmental arrive... Voir l’avenir? Contrôler sa peur? Rester Jean-Claude Marie propose des solutions raisonnable ? Voire... C’est le propre des jeune plus longtemps? Éviter la maladie, pour retrouver ces facultés psychiques visionnaires d’être taxés de rêveurs ou de vaincre la dépression, maîtriser son enfouies, pour réveiller les pouvoirs du fous. stress? Jean-Claude Marie l’affirme : c’est surmental qui sommeillent en chacun de possible. Il en est la preuve vivante. nous Quête initiatique ? Désir d’absolu ? Jean- Après un traumatisme psychique violent, Claude Marie nous propose une éton- il s’est reconstruit sur de nouvelles bases Comment réveiller nante plongée dans un psychisme hors mentales. Aujourd’hui plus fort que ja- les pouvoirs du sur- normes. Dérangeant et insolite. mais, il livre son expérience au travers mental ? Pour Jean- d’un ouvrage intitulé « Développer le sur Claude Marie, il im- De l’incidence de l’attitude mentale des mental ou L’Ère du surmental arrive... » porte de se révéler individus sur les systèmes étatiques. à soi-même. Tout Il y expose ses convictions et sa vision du comme Socrate et Jean-Claude Marie est aussi le Président monde. Il nous propose aussi de nou- son injonction : de l’Association Évolution Judiciaire et velles voies, pour développer notre po- Connais-toi toi-même, Culturelle (AEJC), qui étudie et dénonce tentiel, pour devenir plus forts, et vivre Jean-Claude Marie les rigidités des systèmes éducatifs et en harmonie avec nous-mêmes et avec les invite à cette connaissance de soi. Elle est médicaux, ainsi que les comportements autres. essentielle et vitale. Car la puissance de arbitraires des institutions juridico- l’esprit s’exprime aussi bien par l’épa- administratives françaises. Qui est Jean-Claude Marie ? Jean-Claude nouissement que par la destruction. Lor- Marie dénonce le panurgisme et la dicta- sque l’esprit va bien, le corps va bien. Pour Jean-Claude Marie et son associa- ture du consensus. Il s’insurge contre la Croire qu’on est malade peut tuer. À tion, les comportements psychiques dé- toute-puissance des mandarins institu- l’inverse, être convaincu qu’on va guérir faillants des individus détenteurs de pou- tionnels et des élites scientifiques consa- peut sauver la vie. voirs, petits ou grands, sont souvent à crés et prouve leur ignorance… Il accuse l’origine des dysfonctionnements de ces l’éducation et la pression sociale d’étein- « Un innocent ne savait pas la chose impossi- institutions. dre les facultés intellectuelles et cogni- ble… Alors, il la fit. » C’est ce qui vient tives des individus. Pour Jean-Claude immédiatement à l’esprit lorsqu’on par- L’association (www.aejc-fr.com) agit en Marie, cette pression inhibe les dons na- court l’ouvrage de Jean-Claude Marie. Il sensibilisant élus et institutions à ce phé- turels et les talents innés de l’être humain. annonce en effet la survenue d’un nouvel nomène qu’ils veuillent ignorer. L’intelligence de l’homme n’évolue pas. Il Homme, plus éveillé, plus anticipateur, s’élève, ce qui engendre mal-être et mala- mentalement plus évolué et physique- die. ment plus résistant. Est-ce bien 1/3 page horizontal 7
  • Vrais et faux agents littéraires Qu’est-ce qu’un agent littéraire ? Je vous invite à réfléchir avec moi à cette grave question. L’agent littéraire, notons le bien, est une profession qui 1/6 Page n’existe pas en France. Dans les pays anglo-saxons et en Allemagne, personne ne songerait à se faire éditer sans passer par un agent littéraire, alors qu’en France et dans de nombreux pays francophones, les éditeurs privilégient le contact direct avec les auteurs, sans passer par aucun intermédiaire ; ce comportement se rencontre avant tout parmi les plus grands : le grand Galligrasseuil et ses pareils, bien entendu ! Vertical Cependant, les éditeurs plus modestes peuvent accepter l’avis d’un intermédiaire qu’ils connaissent au point de faire confiance à son jugement littéraire. Il faut dire que les moyens ou petits éditeurs ne disposent généralement pas d’un comité de lecture très important : composé avant tout de l’éditeur lui-même, éventuellement de ses associés, il s’occupe en fait de tout dans la maison, aussi bien de lire les manuscrits que de toutes les tâches administratives et techniques qui entrent dans le domaine éditorial – à l’exception de l’impression des livres. C’est pourquoi l’aide d’un élément extérieur peut leur être précieuse, en ce sens que la plus grande partie du travail à été faite par l’agent littéraire : lecture, analyse, corrections éventuelles… Par conséquent, le comité de lecture reçoit un travail fini et peut ainsi mieux l’apprécier. En outre, la recommandation d’un agent littéraire reconnu est un plus pour l’auteur, puisqu’elle lui permet ainsi de ne pas arriver comme un inconnu et d’être lu en priorité, au lieu d’attendre sous une pile d’autres ouvrages à lire. Tel est, en tous cas, l’engagement moral que l’entreprise SCRIBO - www.scribomasquedor.com - demande à ses parte- naires éditeurs et qui justifie le paiement des frais forfaitaires demandés par devis à tout auteur qui accepte ses services. 1/6 Cela, bon nombre d’entre vous le savent déjà, certes. Par contre, ce qu’ils ignorent peut-être, c’est qu’un litterary agent, c'est-à-dire un agent littéraire à l’américaine est rémunéré grâce au pourcentage qu’il prend sur les droits versés à l’auteur. Les auteurs qui le savent estiment que c’est ainsi que tout agent littéraire, même français, devrait fonctionner. C’est pourquoi je reçois parfois des courriers d’auteurs qui souhaitent que leur agent littéraire « sache prendre des risques » en adoptant ce mode de rémunération. Page Je les informe alors qu’un agent littéraire à l’américaine privilégie les auteurs dont il a su, avant tout, apprécier le potentiel de « personne publique », sachant paraître dans des émissions publicitaires et apte à parler en public pour se vendre. Ainsi, ils Vertical connaissent l’auteur en personne. Ils s’acoquinent alors avec des éditeurs qui recher- chent ce même potentiel afin de réaliser des best-sellers. Lorsque ce duo agent littéraire-éditeur en a trouvé un, ils le publient et le vendent, c’est tout, et souvent au détriment du talent littéraire, remplacé par les capacités commerciales de ce trio auteur-agent littéraire-éditeur. Cela se conçoit d’autant mieux que les éditeurs anglo- saxons n’ont pas de comité de lecture, ce rôle étant entièrement joué par l’agent littéraire seul. (suite à la page 9) 8
  • (suite de la page 8) C’est ce qui fait immédiatement comprendre qu’un agent littéraire à l’américaine ne prend aucun risque, en vérité, puisqu’il n’est que l’un des rouages d’une machine à fabriquer des best-sellers. Dans ce cas, le nombre des auteurs délaissés, déclassés, refusés même quand leur copie est bonne, ne peut être qu’effarant ! Par conséquent, ne vaut-il pas mieux privilégier la conception de SCRIBO, qui demande une rému- nération forfaitaire au départ et plus rien ensuite ? Dans ce cas, bien entendu, SCRIBO est astreint à une obligation de résultat : trouver un éditeur. Certes, encore faut-il que publiable. SCRIBO offre l’ouvrage présenté soit alors ses services pour 1/6 Page améliorer le manuscrit, grâ- ce à la « fiche de lecture » qui donne de précieux con- seils de correction. Il est vrai qu’ils sont rarement suivis d’effets puisque la plupart des auteurs qui en font l’objet ne donnent aucune suite à ces conseils. Par contre, tous ceux qui l’ont fait ou ceux, nettement était publiable dès l’abord Même s’ils ne sont pas de- plus rares, dont le livre ont tous été publiés. venus des best-sellers – Vertical quoique certains aient fait un très honorable résul- tat – ils ont été publiés, et ont confirmé à SCRIBO que c’est bien à ses services tels que l’entreprise les conçoit qu’ils devaient cette heureuse issue. Je ne peux que souhaiter conti- nuer ainsi. ATTENTION : comme il existe des brebis galeuses partout, certaines entreprises qui s’intitulent « agents littéraires » gâchent le métier en escroquant les auteurs. Si leurs prix sont encore raisonnables, on peut reprocher à ces gens de faire croire aux auteurs qu’une présentation « professionnelle » du texte assortie d’une recom- mandation est une garantie absolue d'être publié. Certes, c’est important mais SCRIBO, en tant qu’agent littéraire, tient à rappeler cette clause essentielle qui figure sur la page d’accueil du site scribomasquedor.com et sur sa publicité : « Bien entendu, c’est l’éditeur qui décide de publier ou non le manuscrit, SCRIBO ne pouvant s’engager à sa place. » SCRIBO s’appuie ici sur des faits contrôlables et non sur des promesses ou des garanties imaginaires. Les faux agents littéraires n’oublient pas d’ailleurs de préciser qu’ils peuvent aussi recommander les auteurs à des «partenaires» mais quand on sait que ceux-ci sont des éditeurs à compte d’auteur abusif, cette «recommandation» se passe de commentaires… ! 1/6 D’autres, plus honnêtes, s’organisent en association loi de 1901. Bonne idée mais pas forcément de bons services : l’auteur reçoit une analyse et une « liste d’éditeurs susceptibles de l’éditer »… et c’est tout. Même pour un tarif modique, c’est loin d'être suffisant : un agent littéraire digne de ce nom se doit non seulement de conseiller Page mais aussi de trouver un éditeur pour les ouvrages publiables, et non pas d’en donner seulement une liste. En effet, si tous les éditeurs de la liste refusent, l’auteur aura payé pour rien… ou pour pas grand-chose ! Vertical SCRIBO s’est toujours astreinte à trouver un éditeur : c’est son devoir. Si l’entreprise n’en trouvait pas, l’ouvrage publiable serait édité au Masque d'Or. « SCRIBO tient cependant à préciser que les auteurs qu’elle a recommandés, même après corrections, ont tous été publiés. » Encore une fois, voici des faits contrôlables. C’est la fierté de SCRIBO. Thierry ROLLET www.scribomasquedor.com 9
  • Quand une maison d’édition parie sur les ebooks… Par Florent Taillandier - Je dois l’avouer: je suis plutôt .Tout cela ne serait finalement pas si exceptionnel que cela pour critique en général avec les maisons d’édition. Je les trouve les auteurs si Dédicaces n’avait pas une véritable stratégie de souvent dépassées par l’enjeu des ebooks, incapables d’enten- distribution. Et sur ce point aussi, cette maison d’édition a de dre la demande des utilisateurs (en termes de prix entre autres), l’avance…. peu aptes à prendre des risques et de se positionner pour anticiper au lieu de freiner. J’ai peut-être trop souvent entendu Une réseau de distribution qui prend de l’ampleur... de leur part: « L’ebook ? ça ne marchera jamais ! » Encore un point positif pour les Éditions Dédicaces : la straté- Alors quand j’ai découvert les Éditions Dédicaces, une jeune gie de distribution de ses ebooks. Les ebooks peuvent en effet maison d’édition de Montréal, différente, j’ai été séduit et j’ai eu être vus partiellement sur : Google livres (et peut-être bientôt envie d’en parler. J’ai d’abord été attiré par un slogan assez distribués?), Docstoc, Scribd, Calaméo (tous les liens renvoient inhabituel pour un éditeur: « Pour un rapprochement entre les auteurs à la section dédiée à Dédicaces). Mais le plus important, ce sont et les lecteurs ». Le slogan, ce n’est pas tout, mais quand même…. les sites avec lesquels Dédicaces travaille déjà pour la distribu- Mais c’est en réalité un positionnement ouvert et positif envers tion de ses titres : Smashwords, qui fournit une partie du l’ebook qui m’a plu… catalogue d’ebooks de Sony, Amazon qu’on ne présente plus, Payloadz, moins connu en France, mais très important aussi. Un dynamisme rare et déjà remarqué… Et comme cela n’est qu’un début, on trouvera les ebooks de Dédicaces très bientôt sur I-Kiosque. Le moins qu’on puisse dire, c’est que le positionnement inter- net de dédicaces est à la pointe alors que c’est une toute jeune Et je ne parle là que des versions ebooks… car Dédicaces est maison d’édition. En effet, lorsqu’on parle des Éditions Dédi- tout aussi dynamique quand il s’agit de faire distribuer les caces, on parle : d’ un site, d’un blog nominé au grand prix des versions papier. blogues canadiens, d’un compte Twitter très dynamique (@Dedicaces), d’une page Facebook, d’un magazine, d’une Dédicaces partenaire du enTourage eDGe ? webTV, d’une boutique de produits dérivés et même d’une barre d’outils internet. J’ai eu l’autorisation de vous en parler : les ebooks des Éditions Dédicaces devraient normalement distribués sur le catalogue Dédicaces pourrait donc donner des leçons à bien des grands du lecteur enTourage eDGe assez rapidement. Ceux qui me éditeurs sur ce qu’on appelle une stratégie internet. Ajoutons-y lisent régulièrement savent que je crois beaucoup en ce lecteur la lecture gratuite de certains ouvrages en ligne, et vous verrez qui n’est pas un simple lecteur d’ebooks mais qui met en avant qu’il est difficile d’être plus dynamique. Et ce dynamisme ne se la prise de notes. Il sera selon moi une des futures références fait pas au détriment de la proximité, au contraire. Il suffit de dans la lecture d’ebooks. jetter un oeil à la webTV (ou au reste) pour s’en rendre compte. J’avais déjà noté qu’« entourage » préparait son propre catalo- Une maison d’édition qui mise aussi sur l’ebook gue. Alors savoir que Dédicaces sera un des fournisseurs de ce catalogue me fait particulièrement plaisir et prouve que Dédi- Voici une des rares maisons d’édition qui propose des ebooks, caces se positionne avec les meilleurs. et pas seulement pour quelques-uns de ses ouvrages. Guy Boulianne, PDG de Dédicaces, m’a lui-même confirmé que Que dire de plus ? l’ebook n’était pas secondaire pour Dédicaces : Les Éditions Dédicaces donnent, je pense, un signal fort de ce JE CITE : « La diffusion de nos livres au format électronique que pourrait devenir une édition à la fois moderne, consciente prend une place de plus en plus importante dans notre stratégie des enjeux du numérique, à taille humaine, écologique (impres- de marketing puisque nous croyons que ce sera la façon de lire sion à la demande), et qui remet l’auteur au centre du proces- pour la jeune génération montante ». sus. Un exemple à suivre et à méditer... Et non seulement, Dédicaces propose des ebooks, mais ils sont disponibles à 50 % du prix du papier, qui déjà n’est pas exagéré. On a donc une offre solide ici, et vraiment intéressante. On est loin des politiques françaises qui cherchent à imposer un prix 1/16 page horizontal proche de celui du livre pour les ebooks. Et ça devrait plaire aux utilisateurs 10
  • Rencontre et entretien avec Florence Loireau, écrivain biographe Librairie Essentiam : Plutôt que nous présenter votre activité stricto sensu, vous préférez évoquer votre conception de sa pratique. Pourquoi ? Florence Loireau : Parce que si la métho- de est connue et varie peu d’un Biographe à l’autre : prise de contact informative, succession d’interview, puis rédaction de celles-ci en amont, l’écriture d’un livre pour autrui étant une aventure éminemment hu- Oui, absolument. En dehors d’œuvres de maine, le savoir être est déterminant dans la fiction, roman ou théâtre, que je refuse, car sincérité et la qualité du texte. il est délicat de rendre justice à l’imagina- tion d’autrui, j’ai déjà travaillé à des carnets 1/3 En quoi consiste ce savoir être ? Sans de voyage, des interprétations de généalo- être philanthrope, il s’agit avant tout de ne gies et de pages d’Histoire, ainsi qu’à plu- pas réduire un projet d’écriture à la simple sieurs récits de guerre. Si la biographie expression du profit. Ne serait-ce déjà par- familiale reste la plus courante, il est aussi page ce que tout le monde sait que l’Ecriture ne légitime d’avoir envie de s’exprimer sur paie pas, donc autant changer tout de suite d’autres sujets, aussi variés soient-ils et de métier ! Plus sérieusement, les gens cette fois davantage destinés à l’édition, investissent tellement dans l’écriture de leur comme témoigner d’une époque au nom livre, et donc en vous, qu’ils débordent vite du devoir de mémoire, restituer l’histoire vertical largement du cadre contractuel. Mais en d’une entreprise ou assurer la transmission même temps, si cette sollicitation demande d’un savoir-faire. du temps, elle est aussi la récompense d’au- tres aspects du savoir être, comme ceux En somme vous couvrez presque la d’installer une solide relation de confiance palette d’un écrivain. Quelles sont alors et de montrer un réel intérêt pour l’Autre et les motivations qui vous incitent à écri- son histoire, notamment par une disponibi- re pour les autres ? Des histoires déjà lité psychique et par une écoute active. toutes trouvées ! Non je plaisante. Mais il n’en n’est pas moins vrai que certaines vies Est-ce à dire que ce métier ne requiert défient l’imagination. D’autres sont très pas de savoir-faire particulier ? Si bien instructives, comme les récits de guerre par sûr ! C’est même son fondement ! La Bru- exemple. On apprend énormément à yère, dans ses Caractères, n’a-t-il pas dit: l’expérience des autres. Plus largement, «C’est un métier de faire un livre, comme mon choix d’écrire pour des tiers répond de faire une pendule.» ? Ici ni roues dentées d’abord à l’intérêt général que je porte à ni ressorts, mais d’abord une prescience du mes contemporains, de même qu’il me texte – son canevas, son visage -, ensuite permet d’assouvir une « curiosité sociolo- une habileté du verbe, une facture dans le gique » au travers de la diversité des univers style et le ton, de la grammaire et de la rencontrés. Je mets aussi dans mon métier syntaxe, ainsi que le sens du rythme et de la une notion de service, au sens où ma plume nuance. Sans oublier la capacité à exploiter se fait l’instrument de la concrétisation de d’éventuelles archives, à recueillir le témoi- l’objet livre désiré. Et puis il y a le plaisir, les gnage de tierces personnes pouvant éclairer plaisirs devrais-je dire : exercer ma passion le récit et, si possible, celle d’un apport d’écrire – et en vivre -, faire des rencontres, personnel littéraire, historique ou factuel le et le plus gratifiant sans doute, le plaisir de cas échéant. lire la joie et la fierté dans les yeux de celui qui tient pour la première fois son livre En tant que Biographe et donc spécia- dans ses mains. liste du « récit de vie », vous arrive-t-il aussi de répondre à des demandes re- Librairie Essentiam couvrant d’autres genres littéraires ? www.essentiam.fr 11
  • DOSSIER : b/- Définition linguistique: Parler de l'interculturel ne va pas de soi car cette dénomination L'interculturalité et la littérature prête à équivoque. Selon la définition la plus courante sans recourir au sens ancien du mot qui se veut par lui-même contenant de l'individu dans sa totalité. Le qualifiant "culturel" recouvre donc à la fois : ses croyances, sa religion, sa person- nalité et un ensemble complexe de valeurs socioculturelles (ses La discrimination, le racisme et la marginalisation ou toute goûts, ses affects, ses attitudes et sa manière de réagir vis-à-vis sorte de rejet nécessite une autre vision de soi, une autre de l'Autre). Le préfixe "inter" désigne à lui-même un ensemble reconnaissance de ses propres valeurs. Apprendre à compren- de toutes les propriétés principales que nous portons pour ce dre l'Autre c'est savoir-juger sa propre pensée. S'adapter avec type d'approche, "il renvoie au contact, au dialogue, à l'accep- un autre système de valeurs nécessite une compétence à la fois tation et à la tolérance, de telle manière que chacun offre à linguistique et réactionnelle. Comme le souligne M. Giraud, chacun l'harmonie d'un enrichissement réciproque"2. "savoir-vivre en diversité nécessite l'ouverture sur le monde"1. Cela signifie que l'acceptation de l'Autre passe par le seul Critères du respect de L'Autre: pouvoir de la tolérance. Si l'acte communicatif est relatif à la présence des interlo- Qu'est ce que l'interculturalité? cuteurs, le dialogue culturel exige à la fois une compétence de pureté spirituelle et un savoir-communiquer sans stéréotypes. a/- Définition épistémologique: Niveaux de dialogue: L'intercultualité est la compétence d'entreprendre une discus- sion avec un Autre ou d'interagir positivement d'une façon On peut distinguer trois niveaux de dialogue: cognitive, comportementale et émotionnelle à un acte perlo- 1- Dialogue individuel (interne) est celui qui existe entre le cutoire. On peut considérer l'ouverture sur le monde comme subconscient et le conscient de l'être (le moi et le sur moi). Ce un deuxième code de la réussite énonciative. dernier relève d'une pensée profonde à l'intérieur de la physique. ¼ ¼ page page 12
  • 2- Dialogue collectif : on constate deux types: entre l'auteur et le lecteur qui fera surgir cet objet concret et a- une discussion entre des interlocuteurs d'une même commu- imaginaire"3. Le travail fondamental du lecteur est de décrypter nauté (même référent culturel). le message du créateur de ce monde à partir des éléments de b- une discussion entre deux interlocuteurs, d'un référent cul- signification. turel distinct. L'effet du sens provenant de cet échange se La compétence interculturelle: nourrit des représentations culturelles et des quelle valeur, pour quelle représentation? connaissances personnelles du co-créateur, qu'elles soient structurelles, culturelles et af- L'appropriation de la « compétence intercul- fectives. Dans une conception plus instru- turelle » est évoluée diachroniquement dans le mentale réside l'effort du décodage du messa- cadre du perfectionnement discursif qui n'est ge produit par les relations qu'entretiennent jamais parfait pour avoir un bon locuteur inter- les mots entre eux à partir d'un déjà-là de la culturel compétent. La première explication culture maternelle. Notant que le passage d'un que l'on puisse attribuer à ce phénomène est la niveau de lecture à un autre exige une forma- suivante : en effet, il est utopique de connaître tion des apprenants à ce style d'écriture. Il par prévision quelle va être la compétence nous semble que les difficultés de la lecture indispensable à une interaction avec des individus appartenant dans le degré supérieur du style proviennent du déficit culturel. à d'autres groupes sociaux. Les cultures en question évoluent Il ne sera pas efficient de donner à lire du littéraire si régulièrement ; de plus, on ne peut prédire avec quel type de l'apprenant ne comprend pas ce qui se joue dans cet exercice locuteur on sera confronté à l'utilisation de telle perception. La scolaire au-delà d'une évaluation. En d'autres termes C. Re- seconde explication pour la compétence interculturelle est celle ichler souligne: "La compréhension résulte tout à la fois des du développement constant de valeurs sociales de chacun; caractéristiques du texte et de celles du lecteur"4. chaque personne acquiert de nouvelles conceptions et de nou- velles valeurs tout au long de son parcours, au fur et à mesure Aborder un texte littéraire exige une réelle connaissance du qu'il est en contact avec d'autres groupes sociaux; et les concep- contexte socioculturel pour en comprendre textuellement le tions, les attitudes qui y sont réunis, deviennent intrinsèque- message encodé par l'auteur. Cette compréhension progressive, ment établis en chacun. De plus la découverte d'une autre passant de globale, à la plus profonde nous semble-t-il incon- culture dans sa complexité (croyances, valeurs et comporte- tournable pour un bon déroulement des échanges établis entre ments). La méconnaissance des représentations d'autrui peut l'auteur, le texte et le lecteur-chercheur (l'apprenant).Parmi les constituer un choc et une remise en cause de la culture ancrée enjeux de la pratique littéraire, l'intégration même de profondément dans la personne quel que soit son degré l'apprenant dans cette communication culturelle entre un au- d'ouverture sur le monde et d'acceptation de l'Autre. Donc teur possédant une représentation qui peut être différente de chacun doit être conscient de la nécessité de s'adapter, de celle de l'apprenant-lecteur. vouloir relativiser ses conceptions et ses représentations. 2- Le texte littéraire : une vision de l'Autre Le texte littéraire et l'interculturel 1- Le texte littéraire: un rapport de création Bien que définie comme une une notion essentielle, la lecture littéraire, vue sous l'optique de la pluralité interprétative, dési- Il nous semble que l'approche textuelle devrait être estimée gne une certaine liberté imaginative, un rapport produit d'un comme l'interaction permanente entre l'auteur et le lecteur. C. savoir-être culturel lui permettant de comprendre les effets Sorel a défini ce contact interactionnel comme "l'effort conjugué socioculturels et historiques propres à un pays donné. L'enjeu 1/8 1/8 page page 13
  • littérature impliquera l'émergence d'une véritable pratique de ce savoir-penser interculturel où l'enseignant donnera la liberté à l'apprenant d'émettre des hypothèses de lecture, et de s'exprimer face à la situation singulièrement profonde ou exclu- sivement extériorisée par le texte. Le niveau de compréhension et d'interprétation du lecteur face à un texte littéraire dépend de la suprématie qu'il aura de ses connaissances culturelles antérieures. Prendre en considération de l'enjeu didactique et culturel d'un texte littéraire n'autorise pas une "dictature" culturelle de l'enseignant face à la propre vision de l'apprenant. Corrélativement à cette conception fonc- tionnaliste il ne faut à aucun moment négliger le statut on- tologique du lecteur-participant et son autonomie imaginaire et interprétatif qui sont les primordiaux catalyseurs permettant l'acceptation du monde dans sa diversité. té conduite du lecteur qui sera ainsi un monde de création et d'échange culturel. Prendre conscience de la culture d'autrui, Par TIFOUR THAMEUR "c'est donc déjà prendre conscience de ce que la langue et la Titulaire d'un diplôme de Magistère en langue française culture se décodent l'une à travers l'autre et que du contexte de culture dépend la signification. (…) En second lieu, (cela) Conclusion: signifie que l'on s'engage dans une démarche inductive afin de Selon Martine Abdallah-Prétceille, la compétence intercultu- relier un signifiant culturel plus vaste"5. relle est "la connaissance des différences culturelles (dimension ethnographique), [...] une analyse en termes de structures et Contrairement à une conception traditionnelle du sens d'un d'états"6. Cette compétence, telle qu'elle est définie est en texte littéraire formant l'apprenant à un savoir-faire explicite, évolution permanente. La question de l'ouverture sur le monde bien plus qu'à un savoir-faire implicite, la pratique de la litté- est un véritable travail sur les représentations aussi bien pour rature implique un savoir-penser culturel. Ainsi, apréhender les élèves que pour les enseignants. Une tentative de préparer culturellement un texte littéraire exige une constante compé- les élèves à cette nouvelle approche textuelle constitue un tence de savoir-accepter la culture cible comme échange entre repère par rapport aux textes choisis et les méthodes explica- langue-culture, condition nécessaire de la compréhension pro- tives employées pour didactiser un tel texte littéraire. gressive de plus générale à la plus profonde d'un texte. Bibliographie: Ce savoir-penser interculturel sera plus accompli que le croise- 1- Giraud, M. et Marie, C., "L'interculturel en question", Bruxelles- Paris, Labor-Nathan, 2000, p. 17. ment des visions qui seront multipliées. L'intérêt de cette nou- 2- Martine, Abdallah-Pretceille et Porcher, Louis, "Éthique de la velle approche ne se focalise plus sur la conscience de l'auteur diversité et éducation", Paris, PUF, 1998, p. 17. ni sur le texte considéré en lui-même et pour lui-même, mais sur 3- Sorel, C., "De la connaissance des bons livres", Genève, Slatkine, les conditions de son énonciation. L'énoncé littéraire implique 1971, p. 23. une "institution discursive", véritable nœud d'échange entre le 4- Reichler, C., "L'interprétation des textes", Paris, éd., Minuit, 1989, texte, la culture et la représentation du lecteur. p. 72. 5- Giust-Desprairies, F. et Müller, B., "Se former dans un contexte La littérature francophone présente un monde ou une vision de rencontres interculturelles", Paris, Anthropos, 1997, p. 92. panoramique de plusieurs représentations et de plusieurs cou- 6- Martine, Abdallah-Pretceille et Porcher, Louis, "Éthique de la tumes. Cette mutation permanente des morceaux choisis de diversité et éducation", Paris, PUF, 1998, p. 32. 1/8 1/8 page page 14
  • Guillaume Musso, l'homme qui écrivait comme un joueur de poker Guillaume Musso, auteur français du mo- 1/6 ment, vient de sortir son nouveau roman Que serais-je sans toi ?. Il a de plus en plus de succès. D'ailleurs, sa première œuvre Et après… a été adaptée au cinéma (sortie en Page salle le 14 janvier 2009) et les droits de Seras-tu là et Parce que je t'aime ont étés achetés récemment. Les amateurs de po- ker attendent plutôt l'adaptation de Je reviens te chercher qui consacre 5 pages au Vertical célèbre jeu de cartes. Le poker a semble-t- il beaucoup inspiré l'écriture de Guillaume Musso. Explications. Guillaume Musso, un bluffeur né Dans ces cinq premiers romans, Guil- laume Musso a prouvé qu'il aimait jouer avec les nerfs de ses lecteurs. Il bluffe comme un grand joueur de poker et crée un suspense déroutant pour les déstabili- ser. Les cartes qu'il dévoile tout au long de ses ouvrages sont parfois des leurres et le dénouement reste mystérieux jusqu'à la révélation finale, toujours surprenante et bien pensée. Personne n'oserait miser son tapis sur la chute d'un roman de Guillaume Musso tellement celui-ci maîtrise l'art du suspense. Son écriture est semblable à l'attitude d'un joueur de poker qui décèle petit à petit les failles de ses adversaires pour récolter le nombre d'indices nécessaire pour remporter le pot final. Le poker semble l'avoir inspiré. Gageons qu'il a du largement se documenter sur le poker pour créer ce style d'écriture si unique. 1/6 Je reviens te chercher : une partie poker épique Il n'est pas impossible que Guillaume Musso ait foulé les tapis de poker régulièrement Page dans sa vie. Dans son œuvre Je reviens te chercher, il décrit une partie de poker des plus incroyables de l'histoire de la littérature. Cette partie de poker est un élément important de l'intrigue du roman. Elle est si bien racontée qu'elle semble avoir été vécue par Guillaume Musso. Sa plume experte nous invite à prendre place autour de la table de poker. « Autour d'une immense table laquée, sept hommes et une femme Vertical s'affrontent au poker. » Un pot d'une valeur incommensurable est en jeu et Ethan, le personnage principal, risque de perdre toute sa fortune. La partie se joue en No Limit Hold'em et lors de la dernière main, Ethan se retrouve seul face à Maxine avec une pair d'as entre les mains. Elle, joue cartes fermées et mise jusqu'à son tapis. Le flop dévoile un six, un roi et un valet. Le turn est un 10. Si la dernière carte est une dame, Ethan possède une quinte flush. Le dénouement ? Découvrez-le en lisant ce bijou de Guillaume Musso. Passion ou simple élément de l'intrigue, le poker est au centre de l'histoire et saura plaire aux amateurs. par Julien C © 15
  • Les joies du bon sens : revue de livre Cherchez à méditer autant que vous vou- problèmes de l'Europe médiévale sont drez sur l'écoulement d'un nouveau jour, encore de la politique contemporaine et À propos rien ne changera. Vous en serez d'autant ne font encore partie de l'histoire. Cette plus frustré que vous serez prisonnier de réalité persistante est sérieuse et doulou- de l'auteur : votre humeur, de la lente érosion de vos reuse. Quelque part dans une épaisse Bernard (Bruce) Kriger est un auteur sci- pensées et des obscures raisons qui régis- forêt des amoureux s'embrassent et leur entifique prolifique dont le travail a été sent l'univers ; rien ne changera jamais, sentiments sont les mêmes que dans nos édité dans un certain nombre de langues. précisément comme l'a prédit le roi Salo- temps modernes, temps qui n'ont pas Il est membre de plusieurs associations mon. perdu leur romance en dépit de l'avène- comprenant : l'Association des Auteurs ment de l'ère électronique. L'imagination Canadiens de la Science, l'Association Philosophique Canadienne, l'Académie Ce serait d'ailleurs remarquable s'il était est une excellente planque pour les Internationale de la Science, Société du possible de tirer profit de l'expérience des poètes, les philosophes et autres aliénés. Monde la Future, la Société Nationale de longs chemins de l'oubli, de leurs nuan- l'Espace et la Société Astronomique ces et de leur grâce. Il ne s'agit bien sûr Un jour, notre réalité sera la même danse Royale du Canada et Société Planétaire. pas d'en tirer des images aussi plates que pâle d'une autre imagination, notre his- En 1996 il a fondé sa propre organisation appelée le Groupe de Recherche de Kriger des films, mais bien un monde réel dans toire et son importance reléguée suivant http://www.kriger.com. toute sa splendeur, avec des vues, des leurs intérêts. Parfois, je sens que je bruits, du goût et de l'odeur, et le sens du respire l'air de ces temps oubliés, que je Bernard Kriger a dynamisé le groupe en temps. Quel temps ? N'importe lequel ; lis leurs pensées, que je découvre leurs rassemblant d'autres organismes de re- cherches et en formant des établisse- peu importe ! Par exemple comment émotions et leurs rêves comme s'ils ments pour différents projets scientifi- étaient colorés les vêtements aux temps étaient miens. Je sens que je suis une part ques comprenant, entre autres, la recher- médiévaux ? Il est difficile d'imaginer principale de leur passé ou de leur futur à che et le développement cliniques des sereinement un ciel ordinaire, passable- dévoiler. Je me sens comme si j'étais prêt médicaments. ment nuageux évoluant lentement au- à commencer la journée de cette patrie Une critique à formuler, vous pouvez con- dessus des châteaux forts de l'époque oubliée et qui portent le nom de “Les tacter l'auteur directement : emplis des sons de mots oubliés. Évidem- joies du bon sens”. bruce@kriger.ca ment, quand un combat est à son apogée, le sang est rouge, les épées sont pointues par : Bernard Kriger www.krigerland.com et la mort est réelle. Malheureusement, les 1/8 1/8 page page 16
  • Des vrais livres numériques Cela Fait longtemps que j'attendais l'invasion des e-books (livres numériques) ; je rêvais de ce jour, où les progrès technologiques, à savoir l'équipe- ment informatique, nous permettrait de réduire la coupe d'arbres. Je rêvais aussi de cette nouvelle démocratisation de l'écriture, celle où le lecteur, seul jury, aurait de fait remplacé les « caprices, exigences et phénomènes de mode » de la grande édition. Force est de constater que, si le e-book est très présent sur Internet, ce n'est pas ce à quoi je m'attendais. Ce ne sont pas les auteurs en attente de publication qui sont présents, ce ne sont pas les pamphlétaires trop radicaux qui publient ni les jeunes talents désireux de faire découvrir leurs créations, non, ce sont les vendeurs de méthodes de vente qui sont en train de prendre toute la place de ce marché. L'autre espoir de l'ère numérique était de voir les prix diminuer, espoir légitime quand on regarde l'économie de papier, stockage, distribution et personnel à tous les niveaux. Espoir 1/3 déçu : le e-book de marketing est beaucoup plus cher en moyenne que le livre papier. Renommée, expérience de l'auteur ? Que nenni ! Et maintenant, comme en librairie ou sur Amazon par exemple, puis-je lire le synopsis, avoir page accès à un extrait, voir l'avis des lecteurs ? Non, rien de tout cela. Je n'ai accès qu'à une page de « capture » (vous aimez ça, vous être capturé ?), qui me vante, non pas ce que je vais lire, mais qui me dit, achetez-le, faites comme moi et vous gagnerez 20 000 dollars en 3 semaines (et si vous n'y arrivez pas, c'est de votre faute…). Quand à l'opinion des lecteurs, je n'y trouve que des avis de vente inclus et triés inclus dans la page de capture, jamais de nuance ! vertical Mais venons-en au meilleur : le prix ! Dans ce genre de e-book, ce n'est pas le talent qui fait le prix ni le contenu (invérifiable), c'est le soi-disant profit à en tirer, nous nous retrouvons alors avec des redites décevantes, des informations partielles, certes très utiles, mais, valent- elles ce prix qui est proche du prix d'un ouvrage didactique complet ? J'ai dit que le prix était le meilleur morceau, j'ai été un peu vite en besogne, il faut parler du contenu. Il est parfois difficile de penser que ce ne sont pas des « copiés collés », ou pire, des réécritures d'ouvrages de quelques auteurs. Mais non, je ne suis pas biaisée ou négative, j'ai lu des choses très intéressantes dans certains de ces e-book, mais il n'en demeure pas moins que la technique de mise en marché est toujours la même, certaines publications méritent beaucoup mieux que cela, alors, pourquoi si le contenu a réussi à se démarquer, ne pas poursuivre en trouvant des méthodes originales de marketing ? À mon avis la saturation de ce genre de méthodes est proche, mais de grâce ne remplaçons pas une technique éculée par une autre (quelques-unes semblent se pointer) aussi peu transparente. Ce que nous exigeons d'autrui – honnêteté, transparence, etc…, exigeons-le dans ce domaine aussi. EMELIE DE SARTIGES, adepte de de la libre pensée www.marketing-opportunites.over-blog.com 1/12 page horizontal 17
  • Le lecteur de livres numériques Kobo avec Wi-Fi est disponible au Québec Bonne nouvelle pour les gens du Québec : Le lecteur de livres numériques Kobo avec connexion Wi-Fi est maintenant disponible dans les magasins Wal- Mart, au Québec au prix de 149 $CA. Conçu par des passionnés de lecture pour des passionnés de lecture, le lecteur Kobo se lit comme s’il s’agissait d’un livre 1/8 imprimé. La technologie E-Ink et la taille réglable des polices de caractères rendent la lecture électronique moins exigeante pour les yeux. Élégant et mince, le lecteur Kobo est aussi mince que la plupart des romans en format de poche. page Comme il ne mesure que 10 mm d’épaisseur, le lecteur Kobo se range facilement dans votre poche ou votre sac à main. Le lecteur Kobo contient 100 livres électroniques préchargés gratuits, ainsi que l’application de bureau Kobo qui vous permet de consulter un catalogue de livres électroniques, d’organiser votre bibliothèque et de télécharger du contenu vers votre lecteur électronique. vertical Voici un tableau comparatif des différents eReaders : Sony® Reader Les Options Kobo Wireless eReader Barnes & Noble nook Amazon Kindle Touch Edition $149 incluant $149 USD Non $139 USD + expédition Prix $249 + expédition Expédition Gratuite disponible au Canada & importation Porcelaine, Argent, Couleurs disponibles Noir, Rouge, Argent Blanc Noir, Blanc Lilas, Onyx Extraits limités eBooks compris 100 eBooks GRATUITS de eBooks 100 eBooks gratuits ― Emprunt de livres de votre bibliothèque • • ― ― Connexion Wi Fi, USB USB Wi Fi, USB Wi Fi, USB Recevoir et lire des journaux & magazines • • • • DRM ePub, PDF, DRM ePub, PDF, BBeB DRM ePub, PDF, PDB, AZW, AZW1, TXT, Formats de eBooks Adobe DRM Book, Text, RTF Adobe DRM MOBI, PRC, AA, AAX Importation de livres • • • ― Signets automatiques sur plusieurs appareils • ― ― • iPad™, iPhone®, PC et iPad™, iPhone®, PC et iPad™, iPhone®, PC et Lire vos eBooks sur MAC OS®, BlackBerry®, PC and MAC OS® MAC OS®, BlackBerry®, MAC OS®, BlackBerry®, plusieurs appareils Android™ Smartphones Android™ Smartphones Android™ Smartphones 1/8 Grandeur de l’appareil Épaisseur de l’appareil 184mm x 120mm 10mm 168.3 mm x 130.7mm 9.65 mm 196mm x 124mm 13mm 190.5mm x 121.9mm 8.5mm page Poids 221g 224g 343g 241g Affichage 6” E Ink 6” E Ink 6” E Ink 6” E Ink vertical Niveau de l’écran Mémoire 16 niveaux 1 GB 16 niveaux 2 GB 16 niveaux 2 GB 16 niveaux 4 GB Stockage de eBooks Plus de 1000 eBooks Jusqu’à 1200 Jusqu’à 1500 Jusqu’à 3500 Extension de 10,000 eBooks avec une Extensible avec une la Mémoire carte mémoire SD 32GB carte mémoire SD 32GB Extensible microSD slot ― Police ajustable • • • • Choix de couleur de la police • • • • Canada, Australie, USA, Marché visé Canada, USA USA USA. UK UK, Nouvelle Zélande 10 jours ou 2 semaines ou Durée de la pile 10 jours Jusqu’à 1 mois 10,000 pages tournées 10,000 pages tournées 18
  • Présentation des nouveaux readers de Sony Le communiqué de presse de Sony est PRS-650 / Le Touch Edition tombé : nous en savons désormais plus sur Certes, le terme de Touch Edition ne veut plus dire grand chose les nouveaux lecteurs de la gamme PRS. alors que toute la gamme est désormais tactile, mais bon. Dans sa L’ensemble de celle-ci a été mise à jour et nouvelle version, le reader Touch Edition garde son écran six des applications sont désormais propo- pouces, désormais un écran Pearl tactile, comme l’ensemble de la sées. gamme. Le Touch Edition proposera désormais 2 Go de mémoire Les nouveautés qui concernent l’ensemble de la gamme : intégrée. Mais contrairement au Pocket Edition, il intégrera deux Ÿ Ecran tactile infrarouge, et sans reflets (normalement). emplacements pour stocker jusqu’à 32 Go de mémoire addition- Ÿ Passage à l’écran Pearl, le même qui équipe le Kindle (le nelle. vrai progrès). On se demandait si la connectivité Wifi serait disponible sur cette Ÿ Réduction de l’épaisseur des lecteurs et de la taille des lec- version. Ce ne sera pas le cas, le Wifi étant réservé au Daily Edition teurs (mais pas des écrans). (la version 7 pouces), lui même reservé aux Etats-Unis. Le Touch Ÿ Meilleure prise en charge des PDF et des documents per- Edition permettra aussi de lire les fichiers audio. Enfin, il sera sonnels. disponible en noir argent rouge au prix de 229 dollars. Ÿ Zoom intuitif de contenu, contraste et luminosité réglables. Ÿ Options de personnalisation plus nombreuses. PRS-950 / Le Daily Edition Sur ce point, le communiqué de presse ne laisse aucun doute : le Sony PRS-350 / Le Pocket Edition reader sept pouces ne sera disponible qu’aux États-Unis. Il inté- La nouvelle mouture du Pocket Edition, anciennement PRS-300, grera désormais l’écran Pearl tactile, toujours au format sept est plutôt intéressante : il devient pouces. Il intégrera aussi une le lecteur le plus mince et le plus connexion Wifi et 3G avec léger du marché. Un très bon l’opérateur AT&T. point pour commencer et surtout C’est peut-être l’absence de part- pour ceux qui cherchent un appa- enariats (pour l’instant en tout reil idéal en termes de mobilité. cas) avec un opérateur de télé- Sony explique que l’appareil ren- phonie hors des Etats-Unis qui a tre dans le sac à main ou dans la amené Sony a cantonner ce lect- poche de veston, et propose des eur à ce territoire. En effet, un couleurs ‘chic’, preuve qu’il vise des aspects importants du Daily une clientèle féminine souvent Edition est l’accès à de nom- oubliée. breux contenus, à ce jour tous en Son écran est toujours d’une anglais. taille de cinq pouces, mais désor- mais tactile, utilisant la technologie Pearl, la même qui équipe Coté spécifications, ce modèle voit sa mémoire augmentée à 4 Go, désormais le Kindle. Enfin, ce sont désormais 2 Go de mémoire et propose aussi, comme sur le Touch Edition, un double em- intégrée qui permettront de transporter 1200 livres. placement pour étendre la mémoire à 32 Go. Aux Etats-Unis, il sera proposé à 299 $. Enfin, pour ce qui est du prix, comptez 179 $ Par FLORENT TAILLANDIER www.actu-des-ebooks.fr 1/4 page horizontal 19
  • Nouveau chez Sony : des applications Depuis plusieurs mois, des groupes comme Amazon (Kindle), Apple (iPad), Barnes & Noble (Nook), Borders (Kobo)…. ¼ proposent tous les applications pour PC, Mac, iPhone, androïd, etc.… Or Sony était en retard sur ce point. C’est désormais chose faite avec l’annonce de l’application gratuite Reader Desktop Edition pour Mac et Windows, qui devrait pro- poser une nouvelle version en décembre et Reader Mobile Edi- page tion pour l’iPhone et pour les smartphones sous android, qui devraient apparaître en novembre. Sony veut permettre aux lecteurs de synchroniser leur lecteur entre divers appareils, exactement com- me le proposent ses concurrents. Après avoir pris du retard, Sony essaie donc de se repositionner sur les applications. Il est vrai que depuis peu, avec entre autres l’arrivée de l’iPad, avoir une stratégie de diffusion de ses contenus sur différentes applica- tions est devenu essentiel. Sony rejoindra-t-il ses collègues sur l’iPad : rien ne permet aujourd’hui de le savoir. Quelles sont les chances de Sony ? Sony à une très bonne image de marque. La qualité de ses lecteurs n’est d’ailleurs pas à prouver. Mais Sony aura fort à faire face au Kindle, que ce soit en termes de prix ou de design ¼ (quoique sur ce dernier point, c’est une question de goût !) En France, les choses pourraient être différentes et pencher en faveur de Sony, qui pourra s’appuyer sur l’accès à différents magasins et leur offre de contenu en ligne, comme Fnac, ou plus récemment via numilog, Darty et Carrefour, qui se lancent eux aussi dans l’aventure livre numérique. Par FLORENT TAILLANDIER page www.actu-des-ebooks.fr 1/16 page horizontal 20
  • Entrevue avec Jean-François Capelle auteur du roman "La Traque. De Montréal à Katmandou" sionnante et constructive. En disant cela je J’ai le privilège et le plaisir de recevoir pour une entrevue Jean-François pense au nombre effarant de jeunes gays CAPELLE, auteur du livre La Traque de Montréal à Katmandou, qui a accepté qui se suicident par manque d’estime d’eux- de répondre à ces quelques questions. mêmes ou en raison du rejet de leur entou- rage. En relation avec Jean-François CAPELLE depuis quelques mois – nous nous sommes rencontrés au Salon du Livre de Paris le 27 mars 2010 –, je suis heu- Ce choix fait aussi partie de ma volonté de reux de lui donner ici l’occasion de s’exprimer et d’éclairer les auteurs quant promouvoir la diversité. aux caractéristiques de son ouvrage, dont l’originalité le dispute à une vérita- ble vocation du voyage. On s’aperçoit au cours du roman que le voyage y tient une grande place. Dites- Mais il est temps de le laisser se présenter et de parler de son livre. nous en quoi il peut être considéré comme un des éléments moteurs de Thierry ROLLET : Jean-François, de pas les gens qui se prennent trop au sérieux, l’intrigue ? Le voyage est effectivement un quand date votre vocation d’écrivain ? je ne voulais pas écrire quelque chose qui élément moteur de La Traque. Il caractérise ressemble à des mémoires et j’ai opté pour mon personnage principal qui se définit Jean-François CAPELLE : Plutôt que de un récit romancé inspiré des techno-thril- lui-même comme étant nomade et arpen- vocation je parlerai de besoin d’écrire. lers. Cette approche me permet d’insérer teur de paysages. Il justifie aussi la rencon- Comme beaucoup de personnes j’avais en- beaucoup de faits vécus, et quelques idées, tre avec des individus peu ordinaires et vie d’écrire mais ne m’en donnais pas le tout en essayant de ne pas ennuyer les permet de transporter l’intrigue dans di- temps. Au fil des ans j’avais toutefois lecteurs. Le milieu de la construction des verses sociétés et cultures. En fait le voyage rempli de nombreux carnets de notes avec barrages, qui est un de ceux pour lesquels est pour moi un élément essentiel pour des remarques et des descriptions de gens j’ai travaillé, c’est imposé naturellement. J’ai dépeindre la diversité du monde, sujet qui et de lieux. Ce n’est que récemment, ayant choisi l’Inde et le Népal comme premiers m’est très cher. pratiquement cessé mes activités profes- terrains de jeu parce que ce sont des pays sionnelles, que le projet d’écrire s’est réelle- que j’aime et qui m’ont beaucoup apporté. Quelle place le voyage tient-il dans ment imposé ; initialement pour me donner votre propre existence ? Vous compare- un nouveau défi, puis si j’ose l’avouer pour Vous désignez comme principaux pro- riez-vous à Joseph Kessel, par exemple, laisser une autre trace. tagonistes de ce roman des personnag- dont l’œuvre littéraire s’inspire de ses es appartenant à une minorité sexuelle. voyages et de ses reportages ? Je n’aurais Quel est la genèse de votre roman? Ses Pour quelles raisons ? La première raison pas la prétention de me comparer à un sources d’inspiration notamment? À est que je connais particulièrement bien ce auteur tel que Joseph Kessel, mais j’aime- plusieurs reprises des amis m’avaient sug- milieu. La seconde est que j’avais l’inten- rais réussir à faire voyager et rêver mes géré de raconter mes expériences dans les tion de montrer que son appartenance n’est lecteurs comme il le fait, ainsi que d’autres différents pays où j’avais séjourné. N’aimant pas un obstacle à la réalisation d’une vie pas- auteurs que j’admire, comme Blaise Cen- 1/3 page horizontal 21
  • de La Traque. En ce qui a trait à l’usage de chapitres courts, j’ai été influencé par la notion qu’il est difficile de retenir l’attention d’un lect- eur ou d’un téléspectateur plus que quel- ques minutes sans risquer de l’ennuyer… ma grande crainte. Au début, j’écrivais à la main dans des cahiers, au milieu de l’agitation de terrasses 1/6 de café et je retranscrivais ensuite mes drars ou Henry de Monfreid. notes sur l’ordinateur. Maintenant mes sé- ances d’écriture ont lieu à la maison, direct- Ce sont effectivement les expériences que ement au clavier. Page j’ai vécues lors de mes voyages qui sont ma principale source d’inspiration. Pouvoir cô- La Traque est-elle votre premier ro- toyer dans le cadre de mon travail des gens man? Avez-vous déjà publié aupara- d’autres cultures, m’a appris à relativiser vant? La Traque est mon premier roman l’importance que l’on donne à son mode de édité. Auparavant j’avais écrit deux récits Vertical vie et à ses « certitudes ». romancés : le premier traitant de mes sou- venirs de jeunesse vus à travers des yeux J’ai ainsi pris conscience que la notion de d’enfant, et le second concernant les tabou, voir même les frontières entre le dernières années vécues auprès de mon bien et le mal, variaient d’un endroit du compagnon d’alors, décédé du sida. Dans globe à l’autre. En parcourant le monde on les deux cas j’ai donné ces écrits à des réalise mieux que nous sommes tous pas- proches, famille et amis, seulement. sagers d’un même vaisseau, et que les problèmes des autres sont aussi les nôtres. Par ailleurs j’ai publié de nombreux articles techniques ou scientifiques dans des publi- Le voyage est pour moi une formidable cations spécialisées internationales. école de tolérance. Parlez-nous de vos thèmes ro- Parlez-nous de vos techniques d’écritu- manesques de prédilection, si vous en re, de composition romanesque… ? avez, ainsi que de vos projets littérai- Ayant une formation technique et non litté- res… ? Je suis un passionné de géographie raire, je me suis lancé dans l’écriture d’un et de géopolitique et suis très conscient de roman sans aucune méthode ou idée pré- la chance que j’aie eue d’exercer un métier conçue. qui m’a amené à parcourir le monde à maintes reprises. Les grands ouvrages de Je me suis tout d’abord essayé à écrire à génie civil sur lesquels j’ai travaillé étant travers les yeux d’un seul personnage qui généralement construits dans des lieux hors 1/6 aurait été un « je » déguisé. Toutefois je me des sentiers battus, j’ai envie de faire par- sens plus à l’aise avec un narrateur externe tager le plaisir que j’ai eu à découvrir ces non omniscient. Cela permet d’exposer endroits uniques. plus facilement des pensées marginales, par Page la bouche de personnes fictives. J’avais dès En dehors de la beauté de la nature et de la le début une idée claire du sujet et j’ai place primordiale de l’eau dans notre vie, échafaudé un plan, comme les thèmes qui me sont chers, sont la tolé- rance et l’importance de protéger la diversi- Vertical j’avais l’habitude de faire pour les écrits té dans tous les domaines. Ceci m’amène à techniques, plan que je n’ai évidemment m’insurger de plus en plus fortement face pas suivi. J’ai eu en écrivant le curieux aux conventions et dictats ex-cathedra des sentiment que certains de mes personnages religions et au fanatisme. Je trouve très vivaient vraiment en dehors de moi, et inquiétante la montée en puissance des m’entrainaient dans leurs propres aven- mouvements religieux réactionnaires. tures sans respecter mon plan initial. Comme je n’ai pas la notoriété pour en faire le thème central de mon écriture, je glisse Plus concrètement je me suis aussi inspiré ces idées dans des dialogues à bâtons rom- de la technique de Zola avec ses cinq dos- pus entre mes protagonistes. siers initiaux avant de commencer l’écriture (.....) 22
  • Un autre sujet qui m’interpelle est la façon celui-ci peut comporter des faits imag- Parlez-nous maintenant de votre par- inique avec laquelle des pays occidentaux inaires et cela est le cas pour La Traque en cours aux Éditions Dédicaces. Com- ont annihilé l’âme des populations qu’ils ce qui concerne les meurtres évidemment. ment êtes-vous entré en contact avec colonisaient. Le retour à l’avant-scène de Mais même là, je me suis inspiré d’un acci- elles et quelles furent les suites ? Lors- ces peuples dans plusieurs régions du dent mortel réel qui est survenu suite à une que j’ai commencé à écrire La Traque je monde est un thème qui m’intéresse. chute de l’échafaudage spectaculaire du n’avais pas l’idée de le faire éditer. Voyant barrage de Supa, où je travaillais… mais ce la nouvelle passion qui m’habitait, un de Comme projet en cours j’ai un autre ro- n’était pas un meurtre ! mes amis m’a suggéré d’envoyer mon ma- man-récit qui est une suite de la La Traque. nuscrit à quelques éditeurs. J’avais aupara- Il se déroule sur les hauts plateaux andins vant eu un long entretien avec une auteure du Pérou, dans le cadre d’une exploitation qui m’a raconté son long chemin de Damas minière et d’arnaque financière, avec en qui avait duré presque 4 ans. Avec l’âge, le filigrane le réveil des Indiens de l’Altiplano. temps m’étant devenu très important, je ne Il est très avancé et j’espère le terminer cet pouvais me résigner à un tel délai et automne. j’envisageais éventuellement de me faire publier à frais d’auteur, comme beaucoup. Un troisième roman-récit commence à mi- J’ai eu la surprise de recevoir très rapide- joter. Cette fois je compte amener les lect- ment une réponse positive de la part des eurs en Chine, sur le chantier de Éditions Dédicaces. Ensuite tout a été très construction du barrage des Trois Gorges vite, et 3 mois après avoir soumis mon sur le Yangzi Jiang. manuscrit, mon livre était publié. Je n’ai pas aussi abandonné l’idée de com- Je tiens à remercier Guy Boulianne, le pré- pléter un des récits dont je parlais précé- sident et directeur des Éditions Dédicaces demment et qui traite de l’accompagne- pour son talent et son efficacité dans la ment vers la mort d’un être cher, victime du Quant à l’élément déclencheur de l’action conception finale de mon livre, ainsi que sida. Malgré les 15 ans qui se sont écoulés qui est le remord d’avoir abandonné pour la réalisation de la vidéo qui l’illustre, depuis l’écriture des premières lignes des quelqu’un par sotte convention, il est aussi diffusée sur Youtube et Kewego. Randonnées avec Atropos, j’ai toujours basé sur un fait réel. autant d’émotion quand je relis certains Les copies des livres que j’avais remises aux passages et j’ai de la peine à le compléter. Le terrible fléau du sida, évoqué dans magazines Fugues et Être m’ont values par votre ouvrage, est-il lui aussi l’un des la suite des critiques plutôt élogieuses qui Là encore il est aussi beaucoup question de éléments moteurs de l’intrigue? L’action ont été visionnées des milliers de fois sur le voyages. de La Traque se déroule au milieu des site de lepost.fr. années 80. L’épidémie de sida faisait alors En fait, vous définissez la Traque com- des ravages terribles dans la communauté Participez-vous volontiers à des con- me un récit et non comme un roman. gay et ayant alors perdu plusieurs de mes cours et prix littéraires ? En avez-vous Pour quelles raisons ? Le terme de récit, amis proches j’ai été personnellement très obtenu ? Non je n’ai pas l’intention pour le au lieu de roman, a été choisi par l’éditeur affecté. J’ai voulu parler de la façon dont ce moment de participer à de tels concours. et je suis d’accord avec ce choix. En effet fléau était vécu à cette époque : l’ignorance J’ai d’ailleurs un certain malaise à accepter j’ai vécu la majorité des faits relatés dans La de la cause, les amis qui disparaissent, la que la compétition envahisse tous les Traque et j’ai visité tous les lieux qui y sont rage de continuer à vivre ou encore, pour champs d’activité et en particulier la culture. décrits que ce soit le petit hôtel du Vieux certains, le refus d’affronter la vérité. C’est Delhi, refuge des moines tibétains en exil, en fait le thème qui est développé dans Les (lire la suite à la page 24) le temple souterrain et l’imprimerie de Kat- Randonnées avec Atropos, le récit inachevé mandou. Selon la définition d’un récit, dont je vous parlais précédemment. 1/4 page horizontal 23
  • (suite de la page 23) Que privilégiez-vous pour la promotion Pourquoi partir en d’un livre : les salons et fêtes du livre ou les séances de dédicaces en librairie ? Je séjour linguistique suis parfaitement d’accord avec la politique des Éditions Dédicaces de privilégier la pendant les vacances? diffusion des livres en version électronique, même si comme la majorité des lecteurs, je Par SOPHIE MAZA : Le séjour linguistique est aujourd'hui une manière parfaite de préfère la version papier. Étant donné le réunir voyage et formation. Les jeunes Français parlent très mal anglais ou une autre nombre considérable de parutions chaque langue par rapport à leurs confrères européens. Les étudiants ont tendance à mois, il est utopique de penser qu’un auteur délaisser les langues au profit d'autres matières comme les mathématiques ou le inconnu puisse aisément trouver une place commerce. Pourtant, l'internationalisation nous prouve que nous avons besoin de sur les étagères des grandes librairies. De parler couramment au moins une autre langue. plus le système actuel de rétribution des distributeurs et des libraires laisse peu de Nombreux sont ceux qui préfèrent apprendre une langue dans des organismes chance aux nouveaux éditeurs qui sont les privés: c'est le cas notamment de la formation à distance qui est une solution seuls à vraiment prendre un risque financier. personnelle avec ses avantages... et ses désavantages. Mais rien de plus efficace que de de partir pratiquer la langue dans le pays où elle est parlée. Être dans le bain 24 Ceci dit je n’abandonne pas l’idée d’être heures sur 24 nous fait progresser de manière surprenante. Les avantages que les visible dans des librairies spécialisées in- jeunes acquièrent pendant cette période permet de commencer une activité profes- dépendantes, ce que j’ai fait moi-même à sionnelle plus facilement. Montréal et à Paris. La présence dans des salons de taille modeste me semble par Tout jeune doit penser à son avenir professionnel. Quel que soit le monde dans ailleurs une bonne approche. lequel il souhaite exercer plus tard - être employé ou créer son entreprise - une deuxième langue lui sera indispensable pour se démarquer. Le séjour linguistique Le mot de la fin sera… ? Tout d’abord peut être très varié: il allie découverte d'un pays et de sa culture avec l'apprentissage Thierry, je tiens à vous remercier pour cette obligatoire de sa langue, mais aussi de sa manière de fonctionner, de ses relations entrevue. Vos questions m’ont amené à avec les autres pays, ainsi que de la manière dont pensent et vivent les gens. Partir réfléchir aux raisons qui me poussent à en séjour linguistique revêt plusieurs formes. Selon vos économies et les envies, écrire. En premier lieu, et en plus du désir vous pouvez: de faire rêver comme certains auteurs l’ont fait pour moi, je cherche à promouvoir la Ÿ partager la vie d' une famille d'accueil diversité ainsi qu’un certain humanisme Ÿ travailler pour gagner un peu de sous laïc. Ensuite j’ajouterai que je vois la vie Ÿ faire une formation dans une société comme une course de relais dont on ne Ÿ être simplement en vacances, en habitant avec une famille ou en parta- connait pas le but, et qu’écrire un livre geant une maison avec d'autres jeunes. s’inscrit comme une des façons de trans- mettre le flambeau. Je me souviens en effet L'idéal bien sûr est de pouvoir prendre des cours de langue sur place pour rencon- avoir lu, mais je ne sais plus où, que pour trer plus facilement d'autres jeunes et ne pas se sentir seul. Bien sûr, il est fondamen- laisser une trace on peut : avoir un enfant tal de profiter du voyage pour visiter le pays et ses ressources variées. Le séjour et/ou planter un arbre… et/ou écrire un linguistique a de nombreux avantages pour toute personne, quoiqu'il gagne dans la livre. vie. Il existe des solutions pour tous. Ce n'est plus le moment d'hésiter, il est temps de préparer votre départ pour un séjour linguistique qui est fait pour vous. Entrevue par THIERRY ROLLET 1/8 1/8 page page 24
  • Les deux sortes d'écrivain Lorsqu'un trop plein d'émotion se fait sentir et devient envahissant, prendre un peu de temps pour écrire permet de se libérer l'esprit. Si trop de soucis flottent dans ma tête quand vient le ¼ soir, les coucher sur le papier me per- met de retrouver le sommeil. Certains écrivains cherchent donc les mots jus- tes pour exprimer un ressentis précis et puissant. Ils désirent ardemment re- page transcrire une réalité qui s'échappe, se dépérit avec le temps. C'est un moyen de revivre avec intensité des morceaux de vie, de les figer à jamais dans toute leur beauté du moment. La tenue d'un journal intime aide à développer son art et à connaître ses émotions, à se connaître soi-même. Une autre passion d'écrire peut, au contraire, se développer dans le but de ressentir des émotions plus fortes que ce que la vie peut nous offrir. L'écriture devient alors une quête pour imaginer des situations, des scénarios qui nous enflammeraient l'esprit. Un simple stylo devient alors un formidable laboratoire permettant toutes les mises en scènes possibles. De quelques mots vous créez votre amant idéal ou affublez de malheurs tout ceux que vous détestez. Le monde vous appartient car vous le forgez en alignant les mots un à un comme un fil qui vous permet de tisser et donner corps à une nouvelle réalité, la vôtre. Cette dernière façon d'utiliser l'écriture est celle que j'affectionne. Elle permet de comprendre intimement com- ment naissent les impressions dans l'esprit des gens et le mien. Chaque jour, je découvre quels sont les détails insignifiants, les minuscules signaux qui nous font penser qu'une situation est réelle, qu'une personne est charmante ou qu'il vaut mieux prendre les jambes à son cou sans délais. J'ai ainsi l'impression, ¼ petit à petit, de percer le secret de la nature humaine, de maîtriser l'opinion du lecteur, d'être capable de convaincre. par FRANCK SUBLUM page 1/8 page 25
  • Comment organiser un projet d’écriture en 7 étapes ? 1/6 Vous êtes vous déjà de- mandé comment les scénaristes réunissent les 120 pages qui consti- tuent un script fonction- nel? Ou comment les auteurs peuvent tout garder dans leur tête Page quand ils écrivent les 120 livre? Ce n'est pas grave, pages ou plus d’un si vous écrivez des scé- narios, des livres, des lettres, ou des articles, il existe des principes uni- versels à l'organisation Vertical de votre écriture. Com- un livre si l'écrivain a pas- ment écrire rapidement sé plus de temps à l'organisation ou à la pla- nification de leur écri- ture avant de commencer le processus d'écriture réelle. Comment pouvez- vous écrire avec des idées éparpillées partout? Comment pouvez-vous savoir ce que vous avez à dire jusqu'à ce que vous le voyez? Voici sept étapes simples pour vous aider à réunir vos idées et les transformer en produits finis de projets d'écriture. Etape N°1 - Rassembler toutes vos idées L’étape la plus importante dans l'organisation de votre écriture est de briser votre projet d'écriture en morceaux maniables. Mettre ces idées sur une page d’ordinateur en forme de puces. Elles n'ont pas à avoir de sens. Elles ne doivent pas être des phrases complètes ou placées dans un ordre quelconque. Une fois que vous avez amassé toutes vos idées, les citations, le dialogue, les descriptions ou toutes autres pensées pour ce projet, vous êtes prêt à organiser. 1/6 Etape N°2 - Faire un plan du projet Vous aurez à décider de la longueur à donner à votre projet . Vous pourrez Page modifier plus tard suivant ce que vous décidez, mais vous devez disposer d'un plan avec lequel commencer. La pluspart des écrivains pensent que l'article doit être d'au moins trois étapes, c’est un excellent moyen pour prendre un bon départ. Bien que les auteurs de livres peuvent être flexibles avec leurs Vertical pages, ils ont encore à travailler au sein du nombre de pages qu'un éditeur peut demander. (suite à la page 27) 1/12 page horizontal 26
  • (suite de la page 26) Etape N°3 - Recueillir des idées très semblables Recherchez sur votre page imprimée. Vous allez sans doute voir que plusieurs puces peuvent suivre la même ligne de pensée. Mettez en surbrillance l'ensemble de ces puces avec une seule couleur. Répétez le processus avec la prochaine série de puces en utilisant une couleur différente. Procédez ainsi jusqu'à ce que toutes vos puces soient mises en évidence. 1/6 Etape N°4 - Construire l’histoire Maintenant, nous organisons toutes les puces de même couleur dans un Page groupe en copiant et collant. Laissez un couple de lignes vides entre les groupes. Vertical Examinez un groupe de couleurs avec soin pour les puces qui sont répétitives et exprimant les mêmes pensées, mais formulées différemment. Si vous en trouvez, vous vous débarrassez de l'une des ces puces ou vous les réécrivez d’une autre manière. Faites-le avec chaque groupe de couleurs. Etape N°5 - Allez à l’essentiel Donnez à chaque groupe de couleur un titre qui décrit l'essentiel de la signification de ce groupe. Si vous deviez écrire une lettre à un paysagiste, vous pourriez voir des titres comme: l'état des plantes, programme d'arrosage en cours, calendrier de paiement, plan d'action si des améliorations ne se produisent pas, etc.... Etape N°6 - Organisez vos puces Une fois que vous avez vos titres, il est facile de comprendre exactement de quoi il s’agit pour votre lettre, scénario, livre ou un article. Maintenant, déplacez les choses. Disposez les puces sous les titres dans un ordre logique. Lorsque les professionnels rédigent des communiqués de presse, ils présen- tent l'idée la plus importante au sommet de l'alinéa. Vous devriez faire de 1/6 même. Etape N°7 - Mettez de l'ordre Page Toutes ces puces dispersées sur toute la page sont maintenant organisées en thèmes de pensée afin de créer une carte pour vous aider à suivre. La dernière étape de l'organisation est de mettre tous les titres dans un ordre logique. C’est Vertical à ce moment que vous pouvez vous rendre compte que vous avez trop de matière pour la taille de l'article que vous aviez prévu. Ceci est un moment opportun de décider quels titres sont essentiels au projet et lesquels peuvent être éliminés. C'est plus facile de le faire maintenant que plus tard, après que vous avez créé des phrases éloquantes. Une fois que vous pensez que votre matériel est plus ou moins à la taille correspondant à votre projet, vous êtes prêt à vous amuser avec l'écriture proprement dite. 27
  • Patience dans l’édition Certains auteurs, insatisfaits que leur livre 2. comprenez que beaucoup d’éditeurs nécessités de son métier – car écrire est ne soit pas un best-seller – du moins à privilégient l’impression à la demande, toujours un métier – n’hésitera jamais à leurs yeux –, n’hésitent pas à mettre en c'est-à-dire conditionnée aux commandes payer de sa personne, sur les conseils de cause la gestion, le travail, voire les capa- fermes qu’ils reçoivent; c’est notamment son éditeur si nécessaire : il participera à cités de leur éditeur. ce qui leur permet de ne pas faire faillite, des salons du livre, fera des séances de tout en maintenant de petits stocks sur- dédicaces dans les librairies, fera parler de Pour ces auteurs, le travail de l’éditeur, tout pour les services de presse ; lui dans la presse locale – car on est c’est de vendre et de tenir des stocks d’abord et surtout connu localement… prêts à la vente, sans parler des envois 3. admettez que l’éditeur a fait son travail Bref, il participera à la vie de son livre, systématiques aux libraires – on les ap- lorsqu’il a su mettre votre bébé de papier son travail n’étant pas terminé, loin de là, pelle des offices – afin que toutes les en valeur par un maximum de publicité ; lorsque le livre est sorti des presses. librairies puissent s’enorgueillir d’avoir or, malgré toute la pub que l’on peut faire dans leurs rayons et, pourquoi pas, dans au livre, qui n’est qu’un produit de con- Paraphrasant Saint-Paul, je conclurai en leur vitrine le bébé chéri de papier de tel sommation comme un autre, c’est tou- disant : auteur, souvent nouveau venu dans le jours le public qui achète ; en tant que paysage éditorial. consommateurs vous-mêmes, chers au- « Éditeurs, soyez aux petits soins pour vos teurs, achetez-vous systématiquement tel auteurs, notamment en leur démontrant que leur Chers auteurs qui raisonnez ainsi, soit produit parce qu’il a bénéficié d’une pub- travail n’est pas fini quand leur livre est publié. vous êtes irréfléchis, soit vous ignorez un licité tapageuse ? Libraires, restez les amis des auteurs et des certain nombre de règles ou d’usages. éditeurs, car c’est eux qui vous font vivre. Et Permettez-moi de vous en citer trois : Le public n’achètera jamais que les livres vous, auteurs, n’exaspérez pas vos éditeurs, de qu’il a envie d’acheter. On ne saura jamais peur qu’ils ne se découragent ! » 1. sachez que peu de libraires acceptent pourquoi tel livre a plus de succès que tel des offices ; encore faut-il négocier avec autre. Même les plus prestigieux des édi- Thierry ROLLET eux, car ils se montrent de plus en plus teurs en sont conscients, faute de quoi ils www.scribomasquedor.com agacés par les envois sauvages des ne seraient pas obligés de détruire systé- «grands» éditeurs ; bien souvent, des car- matiquement les 2/3 de leur production tons entiers issus de ces « grands » de la annuelle au terme de chaque année. place parisienne repartent sans avoir été ouverts ; Un auteur conscient et de sa valeur et des 1/8 1/8 page page 28
  • Attention – vous ne devez pas commettre ces erreurs sur Facebook Facebook est un puissant réseau social qui peut vous aider considérablement à développer votre business sur internet en employant les bonnes techniques. Dans cet article, je ne vais pas vous révéler quelles sont les techniques à utiliser, mais plutôt celles à bannir, si vous ne souhaitez pas voir tous vos efforts anéantis. Voici les choses que vous devez absolument éviter de faire sur Facebook : Ÿ Ne pas spammer les boites mails des autres utilisateurs. Les conséquences peuvent être désastreuses si vous utilisez cette méthode. En effet, vous pouvez non seulement perdre votre crédibilité, mais aussi causer la ferme- ture de votre compte Facebook. Ÿ Ne pas poster des messages sur le profil des autres utilisateurs dans le seul but d’obtenir un lien vers votre site. Au lieu de cela, essayez de fournir de précieuses informations et essayez de vous intéresser un peu aux autres utilisateurs (Facebook est un réseau social, il ne faut pas l’oublier). Si les 1/3 personnes vous trouvent intéressant, ils cliqueront sur votre nom afin d’en savoir un peu plus sur vous à partir de votre profil. S’ils arrivent jusque-là, il y a de grandes chances pour qu’ils visitent ensuite votre site. page Ÿ Si vous êtes sur Facebook, c’est pour essayer d’être plus proche de vos abonnés ou clients, mais il ne faut pas oublier que c’est avant tout du busi- ness. Faites donc attention à ce que vous dites, mais surtout aux images ou vidéos que vous pourriez ajouter sur votre profil. Ÿ Attention de ne pas ajouter toutes les applications qui vous tombent sous vertical la main. Cela ne fera qu’encombrer votre profil, ralentira son télécharge- ment et risquerait de faire perdre l’attention des visiteurs. Ÿ Essayez de garder vos esprits et de ne pas démarrer une « cyber guerre » avec un autre utilisateur. Si quelqu’un vous dérange, il suffit de le bloquer. C’est simple à faire et c’est beaucoup plus raisonnable pour vous, car lor- sque l’on est énervé, on peut dire des chances et le regretter ensuite. En fait, pour éviter de faire des erreurs qui peuvent être néfastes pour votre business, il suffit d’avoir un peu de bon sens. Toujours penser avant d’agir ou avant d’appuyer sur le bouton « soumettre ». Essayez de toujours penser à vos abonnés, prospects ou anciens acheteurs, comment vont-ils percevoir ce que vous êtes sur le point d’ajouter? Si vous suivez ces quelques conseils, vous ne risquerez rien et vous pourrez dévelop- per votre business en toute tranquillité. Article écrit par AHMED FATMI Fondateur et directeur de la maison Marketing Internet 1/12 page horizontal 29
  • Bottin des blogueurs artistes - écrivains - éditeurs - libraires - imprimeurs et plus . . . Les Éditions Dédicaces ont la tâche de faciliter les démarches de l'artiste en vue de l'édition de son oeuvre. http://www.dedicaces.ca Francine Minville, auteure Poétesse et écrivaine, elle a publié deux recueils aux Éditions Dédicaces. http://www.francineminville.com 30
  • 3ième de couverture 31
  • 4ième de couverture 32