French Hand Hygiene Newsletter #11

317 views

Published on

French Hand Hygiene Newsletter #11

Published in: Health & Medicine
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
317
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1
Actions
Shares
0
Downloads
2
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

French Hand Hygiene Newsletter #11

  1. 1. Volume 11, 2011Quand gants et hygiènevont de pair Ron WasikUn récent rapport de synthèse sur les avantages de l’utilisation degants dans le secteur de l’alimentation a mis en évidence quelquesfaits intéressants. Rédigé par un groupe de la Michigan StateUniversity à Lansing, ce rapport a été publié dans le numéro d’août2010 du Journal of Food Protection.Notre corps croient également que l’utilisation de gants est plus facile à superviser, àLa quantité de bactéries qui se trouvent sur notre corps et que nous véri er et à renforcer que ne le sont les pratiques de lavage des mainspropageons pourrait vous surprendre. Certains scienti ques esti- et leur fréquence. Et puis, selon eux, les gants peuvent servir à cou-ment que nos avant-bras (allant du bout des doigts jusqu’aux cou- vrir des bandages, à améliorer la préhension et à éviter e cacementdes) abritent pas moins de 10 millions de bactéries, dont 90 % sur la contamination croisée.nos mains. De leur côté, les détracteurs de l’utilisation de gants soulignent qu’ilsDe nouvelles méthodes mises au point pour déceler di érents types peuvent entraver les manipulations avec les doigts et risquent deet souches de bactéries ont permis à des scienti ques de constater contaminer les aliments s’ils ne sont pas utilisés adéquatement. Dela présence d’une grande variété de bactéries sur nos corps. Dans le plus, selon eux, les gants donnent un faux sentiment de sécurité etcadre d’une étude portant sur un échantillon de seulement 51 mains, favorisent du coup une hygiène de mains inadéquate; ils sont parfois4 742 souches di érentes de bactéries ont été trouvées, les strep- perforés et permettent ainsi aux bactéries d’aller dans les aliments; ettocoques et les staphylocoques étant parmi les plus courantes. Par ils peuvent causer des irritations de la peau, risquant alors de nuireailleurs, on retrouve une plus grande diversité de bactéries chez les à une utilisation appropriée. Et puis, selon eux, les gants pourraientfemmes que chez les hommes. se déchirer et laisser des résidus de matières étrangères qui risquent de ne pas être détectés au moyen des méthodes conventionnelles.Nous perdons sans cesse des cellules de peau. Or, chaque cellule qui Bref, ces détracteurs considèrent qu’une utilisation inadéquate desse détache de notre corps peut propager de 1 000 à 10 000 bactéries gants peut causer plus de tort que de bien. Pour utiliser les gants derevivi ables. Dans le secteur de la transformation des aliments, ce façon appropriée, il faut suivre les directives suivantes :peut être un problème de taille. • Utilisez des gants conçus pour la tâche à accomplir. • Lavez, asséchez et aseptisez vos mains avant de mettre des gants.Bien que le lavage des mains soit obligatoire dans notre domaine, il • N’appliquez pas d’antiseptique sur les gants que vous avez mis, àne règle pas tout. En fait, selon un certain nombre de publications, moins qu’ils ne soient conçus pour être aseptisés. En e et, les anti-se laver les mains avec des savons antimicrobiens ou ordinaires n’est septiques peuvent perforer les gants.pas su sant. Il semblerait même qu’un lavage minutieux ne puisse • Changez de gants régulièrement ou, à tout le moins, chaque foisempêcher le retour des bactéries en cinq à six jours. On comprend qu’il y a interruption de la procédure décrite ci-dessus.donc aisément pourquoi l’utilisation de gants dans le secteur de • Lavez toujours vos mains après avoir retiré vos gants. Une recherchel’alimentation se fait à grande échelle. a démontré que les bactéries prolifèrent dans la transpiration qui se forme sous les gants.Les gants •Des gants de latex, de caoutchouc et d’autres matières comme contrôlant régulièrement les mains gantées de travailleurs dele nitrile et le vinyle sont couramment utilisés dans le secteur de l’alimentation.l’alimentation. Ils o rent certes une protection accrue, mais leur • Renforcez constamment les connaissances et les pratiques enef cacité dépend d’un certain nombre de facteurs. Les partisans matière de saine hygiène des mains.de l’utilisation de gants considèrent qu’ils protègent les mains contreles produits chimiques puissants et les situations dangereuses, en Ron Wasik, Ph. D., MBA, est président de RJW Consulting Canada Ltd.plus d’éviter un contact direct des mains avec les aliments. Ils rwasik@rjwconsultingcanada.com 1
  2. 2. L’importance du lavage et du séchage des mains chez les travaileursde l’alimentation pour réduire la contamination microbienneProfesseur Ewen Todd, Michigan State University les méthodes de travail étaient approuvées par la direction, avaient contaminé des produits de viande cuite. Le lavage Di érentes agences dans le monde recommandent un lavage des mains d’une durée de 15 à 30 secondes. Pendant de nombreuses années, les hygiénistes ont invité les travailleurs de l’alimentation à se laver et à se rincer les mains à l’eau chaude pour réduire les risques de contamination croisée et de transmission de maladie. Cepen- dant, cette recommandation n’est étayée d’aucune recherche. En fait, lorsque les mains doivent être lavées fréquemment, l’utilisation d’eau chaude peut non seulement abîmer la peau, mais également décourager de saines pratiques d’hygiène des mains. Pour réduire le risque de contamination bactérienne, les travailleurs de l’alimentation doivent se laver les mains plus longtemps que 15Nous avons souvent les mains contaminées par des micro-organismes secondes et plus souvent. Ils doivent également les rincer soigneu-entériques, et les travailleurs de l’alimentation n’y échappent sement pour éliminer toute présence possible d’irritants cutanés etpas. D’ailleurs, ces derniers risquent davantage d’être contaminés d’allergènes de contact provenant d’aliments, de savons, de métauxen raison des ingrédients alimentaires crus qu’ils manipulent et des et de décontaminants pouvant causer des dermatites. Le triclosane,contacts fréquents qu’ils ont avec des collègues et le public. Contrai- le triclocarban-trichlorocarbamide et le parachlorometaxylenol-rement aux staphylocoques provenant du nasopharynx, les entébac- chloroxylenol sont des agents antibactériens couramment utiliséstéries qui contaminent les mains de ces travailleurs sont plus souvent pour le nettoyage des mains. Toutefois, les chercheurs Gillespy etassociées aux aliments crus d’origine animale qu’à une piètre hygiène Thorpe ont constaté que les savons germicides n’étaient pas beau-des mains après l’utilisation des toilettes. coup plus e caces que le savon ordinaire pour réduire le nombre de bactéries pouvant être transférées de la peau à des objets. Les épidé-Les pratiques d’hygiène des mains dans le secteur des aliments au mies de maladies infectieuses sont également liées aux travailleursdétail sont inadéquates. En fait, elles devraient être fonction du genre ayant des ongles longs ou arti ciels. Il est très di cile de nettoyer dede travail e ectué par les travailleurs de l’alimentation, ainsi que du tels ongles sans l’utilisation régulière d’une brosse conçue à cet ef-type et de la nature des saletés sur leurs mains. De saines pratiques fet, même si des savons, des antiseptiques pour les mains et d’autress’amorcent par un engagement de la direction à privilégier la sécu- produits appropriés sont utilisés.rité dans son établissement et à mettre en place des programmes deformation réguliers axés sur une production alimentaire sécuritaire Le séchageainsi que sur un lavage des mains e cace, fait en temps opportun. Le séchage des mains vise à supprimer l’humidité par absorption etNombreux sont les gens, y compris les travailleurs de l’alimentation, les micro-organismes par friction. Il est encore plus important de sequi croient que leurs mesures d’hygiène sont adéquates, puisqu’elles frictionner les mains pendant le séchage que lors du lavage, poursont en place depuis plusieurs années et n’ont jamais eu de con- éliminer les micro-organismes que le savonnage a détachés de laséquences négatives. Un concessionnaire alimentaire peut long- peau. L’étape du séchage permet de transférer dans une serviettetemps faire de graves entorses à l’hygiène, et ses manquements ne les micro-organismes qui se trouvent dans la pellicule d’eau sur lesseront constatés que lorsqu’ils provoqueront des problèmes de santé mains. En fait, une bonne hygiène des mains doit combiner un lavagePar exemple, deux établissements de restauration au Royaume-Uni e cace (savon, eau, friction et rinçage) et un séchage des mains.(soit en Écosse et au Pays de Galles) ont fait l’objet d’examens ap-profondis dans le cadre d’enquêtes publiques déclenchées à la suite Comme elle permet de se sécher les mains rapidement, la servietted’importantes vagues de maladies et de décès. Les travailleurs, dont en tissus est fort appréciée, mais elle nit par être contaminée 2
  3. 3. après plusieurs utilisations. En e et, les agents pathogènes qui se personne à la fois, requièrent jusqu’à une minute d’utilisation, ne sontretrouvent dans la serviette survivent assez longtemps pour pas pratiques et amènent les gens à ne pas se sécher les mains ou àcontaminer les mains d’autres utilisateurs. La bre cellulosique est la ne le faire que partiellement. Selon plusieurs études, les gens prennentprincipale composante des papiers essuie-mains institutionnels, qui en moyenne 22,5 secondes pour se sécher les mains, et 41 % d’entresont habituellement plus résistants que les papiers essuie-mains eux s’essuient tout simplement les mains sur leurs vêtements, ce quidomestiques. Plus le grain du papier utilisé est épais, plus la friction qu’il n’est pas hygiénique. Plus récents et rapides, les dispositifs de séchagepermet d’exercer élimine e cacement les organismes. Toutefois, les à débit d’air sont maintenant davantage utilisés, mais leurs qualitéspapiers essuie-mains rugueux et non absorbants sont moins attrayants sanitaires n’ont pas encore fait l’objet d’évaluations complètes.que les papiers essuie-mains plus doux. Par ailleurs, les distributeursde papiers essuie-mains à commande manuelle présentent des À cause de l’e cacité incertaine ou restreinte de l’hygiène des mains,inconvénients. En e et, dans le cadre d’une enquête portant sur le recours à plusieurs moyens pour réduire la contamination et la prodouze établissements de transformation des aliments ou de services lifération des agents pathogènes, ainsi que l’utilisation de gants et-alimentaires, des chercheurs ont décelé des coliformes, des colibacilles un lavage adéquat des mains, devraient ensemble réduire les risqueset des staphylocoques dorés sur les distributeurs de papiers que des agents pathogènes atteignent les aliments préparés.essuie-mains. Les dispositifs de séchage à air qui se trouvent dansnombre de toilettes publiques ne peuvent être utilisés que par une La salubrité des aliments dans les services d’aliments ns au détail Tom Bannon, directeur national des ventes, Deb Canada lavage des mains. Plus particulièrement, les employés de restaurants qui doivent manipuler des aliments se soucient de faire preuve d’une bonne hygiène, surtout dans les cuisines où ils peuvent être vus des clients. De plus, sachant que les clients regardent s’ils se lavent les mains, ils sont plus portés à le faire. L’un des problèmes les plus graves mis en évidence par les auteurs de l’étude est la fréquence à laquelle les employés ayant les mains gantées touchent de l’équipement et des ustensiles potentiellement contaminés avant de manipuler des aliments prêts-à-manger. ParDans le cadre d’une récente étude du Journal of Food Protection exemple, les employés touchaient souvent la poignée du contenant(volume 73, no 10, 2010, pages 1849 à 1857), les auteurs ont regardé d’aliments ns du magasin avant de manipuler les aliments prêts-à-travailler 33 employés de neuf magasins d’alimentation au détail du manger. Plus souvent encore, les employés touchaient des surfacesMaryland, alors qu’ils préparaient des aliments, notamment de la non destinées aux aliments avant de trancher des produits de char-charcuterie, des fromages, des salades, des sandwichs et du poulet - cuterie et des fromages, puis de les tenir dans leurs mains gantées.frit. Leurs pratiques en matière d’hygiène des mains étaient étonnantes (pour moi, à tout le moins). Selon les observations de cette étude, si l’employé prenait des pré- cautions pour éviter de toucher avec ses mains gantées le distribu-Fait intéressant, en aucun moment au cours de l’étude il n’y a eu de teur de papier d’emballage ou le contenant des produits prêts-à-contact direct des mains avec des aliments prêts-à-manger. Cette manger et s’il veillait à toujours trancher ces aliments sur du papier -constatation va à l’encontre des résultats d’une autre étude où des - prévu à cette n, le nombre des points de contact inappropriés pouremployés de restaurants dans d’autres États manipulaient des ali rait diminuer dans une proportion allant jusqu’à 86 %. Une autrements prêts-à-manger avec leurs mains nues. Dans le premier cas, les mesure qui pourrait être prise est de nettoyer et d’aseptiser les objetsespaces de préparation des aliments ns étaient souvent à la vue des et les surfaces que les employés manipulent avant de toucher desclients, ce qui a peut-être poussé les employés à porter des gants en aliments prêts-à-manger. D’autres mesures visant à réduire le risquetout temps. En fait, des employés de l’alimentation ont a rmé que devraient être mises au point et testées a n de trouver la méthode lala présence des clients les amenait à adopter des comportements plus e cace d’améliorer les pratiques d’hygiène des mains lors de laplus propices à une meilleure salubrité des aliments, comme le préparation d’aliments. 3
  4. 4. Aperçu des produits de soins de la peau de DebMaintenant disponible, la gamme globale des produits Deb a été conçue avec soin de façon à répondre à des besoins particuliers en matièrede protection de la peau et à respecter la diversité culturelle au sein de votre organisation. Notre programme de protection de la peau combinedes produits que les établissements de transformation des aliments peuvent utiliser et compléter par des activités de soutien visant à améliorerl’hygiène des mains. Nous vous prions de consulter le tableau d’utilisation des produits ci-dessous pour déterminer ceux qui vous conviennentle mieux et de communiquer avec nous pour obtenir de plus amples renseignements. Lieu Condition de ACIA Contamination la peau Oui En attente établissements de transmormation Produits alimentaires, huiles & graisses Demande en traitement Boue de forage Goudron et bitume Ce produit peut être utilisé dans les Peau sèche et abîmée Résines et mastics Général et Industriel léger Locaux médicaux & Laboratoires Encres et colorants Hygiène générale Peintures alkydes et acryliques Rayons UV-A et UV-B Saleté et crasse générales Agro-alimentaire & Restauration Colles Peau normale Peintures à l’huile et à l’eau Industriel intensif Germes et bactéries Bureaux / Commercial / Loisirs Extérieur Laques et vernis synthétiques et à base de pétrole Huiles et graisses des aliments. PRODUIT Deb® Universal PROTECT Deb® Sun PROTECT Deb® Pure WASH Deb® Lotion WASH Deb® Hair & Body WASH Deb® Lime WASH Deb® Citrus POWER WASH Deb® Sun ower WASH Deb® Natural POWER WASH Deb® Ultra WASH Deb® Universal WIPES Deb® Ultra WIPES Debonaire ® Anti-Bacterial Foam (Unscented) Debonaire ®Anti-Bacterial Foam Florafree ® Anti-Bacterial Gel Skin Cleanser Deb® Clear FOAM WASH Deb® Azure FOAM WASH Deb® Rose FOAM WASH Deb® InstantFOAM ™ HAND SANITIZER Deb® Pure RESTORE 42 Thompson Road West, PO Box 730, Waterford (Ontario) CANADA NOE 1YO Tel: 519 443 8697 Sans frais : 1-888-332-7627 Téléc : 519-443-5160 Sans frais : 1-800-567-1652 • Courriel : debcanada@debcanada.com • www.debgroup.comLe plus grand fabricant mondial de systèmes de soins de la peau hors du domicile 4

×