Innovation : Crapauds fous à la conquête des nouveaux Far West - De l’idée à l'innovation et à la transformation - Livosphere
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Innovation : Crapauds fous à la conquête des nouveaux Far West - De l’idée à l'innovation et à la transformation - Livosphere

on

  • 878 views

Rares sont ceux qui sortent des sentiers battus partir découvrir de nouvelles voies sans toujours avoir conscience du risque. Les Gandhi, Einstein, Martin Luther Ling, Picasso et Steve Jobs font ...

Rares sont ceux qui sortent des sentiers battus partir découvrir de nouvelles voies sans toujours avoir conscience du risque. Les Gandhi, Einstein, Martin Luther Ling, Picasso et Steve Jobs font partie des « Crapauds Fous », métaphore de Pierre de la Coste, capables de transformer nos sociétés.
Pour rebondir sur cette métaphore, rappelons-nous néanmoins, que seuls, sans un entourage, un support capable de porter leurs idées, leurs valeurs, ils seraient restés des « Crapauds fous » perdus et isolés.
Cet article donne des pistes pour développer les idées de ces innovateurs à travers quelques illustrations tels que le Pony Express au Far West, les Congrès Solvay qui réunirent Einstein, Heisenberg, de Broglie, Opendata, Wolfram Alpha

by Livosphere - www.livosphere.com

Statistics

Views

Total Views
878
Views on SlideShare
871
Embed Views
7

Actions

Likes
0
Downloads
7
Comments
0

2 Embeds 7

http://www.linkedin.com 5
https://www.linkedin.com 2

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

Innovation : Crapauds fous à la conquête des nouveaux Far West - De l’idée à l'innovation et à la transformation - Livosphere Innovation : Crapauds fous à la conquête des nouveaux Far West - De l’idée à l'innovation et à la transformation - Livosphere Document Transcript

  • De l’idée à l’innovation,de l’innovation à la transformationde nos sociétés … Dimitri Carbonnelle Dimitri Carbonnelle - Crapauds fous à la conquête des nouveaux Far West ®–2011 1/13
  • IntroductionRares sont ceux qui sortent des sentiers battus partir découvrir de nouvelles voies sans toujours avoirconscience du risque. Les Gandhi, Einstein, Martin Luther Ling, Picasso et Steve Jobs font partie des« Crapauds Fous », métaphore de Pierre de la Coste, capables de transformer nos sociétés.Pour rebondir sur cette métaphore, rappelons-nous néanmoins, que seuls, sans un entourage, un supportcapable de porter leurs idées, leurs valeurs, ils seraient restés des « Crapauds fous » perdus et isolés. Technology Review - Pierre de La Coste, Infographie : sciencegraphiqueDimitri Carbonnelle - Crapauds fous à la conquête des nouveaux Far West ®–2011 2/13
  • Origine du « crapaud fou »A l’image d’un gène dans l’ADN, le « crapaud fou » est une mutation de l’ADN de notre société,imprévisible et aléatoire. Sera-t-elle bénéfique, délétère ou sans conséquence ? Il est impossible apriori de le déterminer. Parfois dormante, elle pourrait se réveiller à n’importe quel moment selonles variations et bouleversements de son environnement et sauver une espèce en se reproduisant.Toute société génère des « crapauds fous », des éclaireurs illuminés, des aventuriers cherchantfortune, des explorateurs à la quête d’un nouvel Éden ou de simples quidams ayant perdu leurchemin… avec chacun des motivations propres. Un « crapaud fou » n’a de sens que le sien, il estindépendant des autres quel que soit les conséquences de ses choix. Il peut ouvrir des portes quenul autre n’oserait pousser, enfoncer des portes ouvertes ou se précipiter dans le vide.Il serait autant capable de sauver l’espèce en montrant le chemin à travers champs aux« crapauds normaux » que de lanéantir sil était suivi en traversant une route fréquentée. Commepour les mutations, parmi toutes les voies tracées par tous les « crapauds fous » seules quelques-unes subsisteront et nous aideront à faire face à une transformation profonde de notreenvironnement. Enfin, si la majorité des crapauds étaient des « crapauds fous », l’espècerisquerait l’extinction à long terme, car elle n’aurait aucune direction cohérente.Le « crapaud fou » est souvent un être solitaire, sa folie effraie plus qu’elle n’attire.Il doit faire preuve d’une rare persuasion, d’une volonté sans faille et d’une capacité à trouverécho auprès de ceux qui ont le pouvoir et les ressources de transformer des idées en grandesréalisations. Les Christophe Colomb et Léonard de Vinci auraient-ils foulé l’Amérique, été unpeintre, ingénieur, inventeur de génie, sans respectivement Isabelle de Castille ou Laurent deMédicis.La conquête de l’Ouest aurait-elle été si rapide si le Congrès américain n’avait pas favorisélimplantation des fermiers à louest du Mississippi et s’il n’avait pas investi massivement dans laconstruction du chemin de fer transcontinental ?Les « crapauds fous » ont besoin de leur mécène pour que leurs idées prennent vie.Après la question est : Quels crapauds soutenir : les plus hardis, les plus courageux ou les plusconsensuels ?Dimitri Carbonnelle - Crapauds fous à la conquête des nouveaux Far West ®–2011 3/13
  • En 1845, un message pouvait prendre 6 mois pour être acheminé de la côte est à la côte ouest ducontinent américain. Début 1860, 25 jours en diligence sont encore nécessaires.Le 3 avril 1860, « trois crapauds fous » William Hepburn Russell, William B. Waddell etAlexander Majors décident de lancer le Pony Express. Grâce à un réseau de 160 relais et 400chevaux, ils parviennent à relier l’Atlantique au Pacifique à la vitesse d’un cheval au galop, soiten seulement 10 jours.Dimitri Carbonnelle - Crapauds fous à la conquête des nouveaux Far West ®–2011 4/13
  • Le 24 octobre 1861, le dernier poteau d’un télégraphe est planté et le soir même, seules quelquessecondes suffisent pour qu’Abraham Lincoln reçoive le premier télégramme transcontinental.Deux jours plus tard, le Pony Express cessera toutes ses activités et ruinera ses fondateurs.Il n’est pas toujours évident de miser sur le bon cheval. Il est plus facile de creuser une piste déjàtracée plutôt que de sortir des rails. Pourtant, il est indispensable de savoir séloigner des sentiersbattus et chemins balisés et de ne pas attendre l’approbation de la majorité pour soutenir les idéesdes « crapauds fous ». Les Hommes qui ont le plus marqué notre Histoire sont ceux qui ont refuséde suivre son cours et ont eu la volonté inébranlable de le changer, non de le suivre. Galilée,Gandhi, Martin Luther King ont défendu leurs idées et leurs idéaux au péril de leur vie. Nossociétés digèrent leurs idées à leur rythme, lentement ou par à-coups avant qu’elles ne coulentdans nos veines.Actuellement, nous avons provoqué de changements si profonds à notre planète et société que lesproblèmes auxquels nous allons nous heurter ne pourront plus être résolus par de vieilles recettes.Nous devons soutenir et développer la bio-diversité des idées si nous souhaitons que parmi ellesen sortent quelques solutions iconoclastes et salvatrices. Au minimum nous devons les tolérer etnon les pourchasser systématiquement au nom d’une doctrine commune ou parce qu’elles nerentrent pas dans le cadre.Dimitri Carbonnelle - Crapauds fous à la conquête des nouveaux Far West ®–2011 5/13
  • Pour y parvenir, nous devons dabord OUVRIR. Ouvrir nos yeux, nos oreilles, nos livres,favoriser les rencontres et la fertilisation croisée des idées.Ce n’est pas un hasard si la mécanique quantique a fait des bonds spectaculaires dès les premièresdécennies du XXe siècle. Des physiciens tels que Bohr, Heisenberg, Einstein, Schrödinger, deBroglie se retrouvaient et partageaient leurs idées à l’occasion notamment des congrès Solvaygrâce au mécénat dErnest Solvay, un chimiste et industriel belge.À une échelle beaucoup plus large et dans lesprit de sites comme Wikipedia, nous pouvonsutiliser le puissant levier du citizen-sourcing sur des sujets nous touchant tous tels que la maîtrisede lénergie, léducation, laccès au numérique, les soins ou tout simplement la gestion de notreville. Ce nest évidemment pas exclusif des autres moyens pour trouver des solutions, mais celaapporte du sang frais.Que nous manque-t-il pour que cela réussisse réellement ? Dabord, les données.Dimitri Carbonnelle - Crapauds fous à la conquête des nouveaux Far West ®–2011 6/13
  • Nous les avons de manière parcellaire et souvent partisane avant les élections ou lorsque le sujetarrive sur le devant de la scène.Or, comment viser juste si nous ne savons pas où se trouve la cible ? Comment savoir quune idéeest bonne, si nous ne pouvons suivre son impact dans le temps et de le comparer avec ce qui étaitespéré ?Donner accès aux données publiques (comme le programme data.gov aux États-Unis), exposer endétail les problématiques de sa ville, sa région, son pays avec ses contraintes et indicateursassociés et en les mettant en perspective constituent la première brique. Par exemple, desprogrammes comme See-It développé dans la ville d’Albuquerque (Etats-Unis), donnent enfin dela visibilité aux citoyens pour suivre et évaluer les efforts de la ville sur le plan écologique.Dimitri Carbonnelle - Crapauds fous à la conquête des nouveaux Far West ®–2011 7/13
  • Ensuite, nous devons donner à chacun la possibilité de commenter, réagir sur ces données etmême de les produire et participer à la recherche de solutions. Des villes comme Boston, SanFrancisco et New York ont déjà mis en place des applications permettant à tous de remonter tousles problèmes urbains comme les graffitis, les routes dégradées, les feux rouges en panne…découverts dans leurs villes. La prochaine étape pourrait être de donner à chacun la possibilitéd’apporter ses idées sur l’aménagement de la ville, les transports, la sécurité…Cela incite chacun à être acteur et non spectateur, de participer à la solution plutôt quedentretenir le problème.La deuxième étape après Ouvrir est de CHOISIR.Il est impossible de prendre en compte les idées de tous, il est donc nécessaire de choisir. Ouimais lesquelles et par qui ?Chaque idée au départ est comme une clé qui n’a pas trouvé sa serrure. L’objectif n’est pasqu’une entité choisisse pour tous les meilleures idées, mais que chaque entité trouve l’idée quil’aidera le mieux à résoudre son problème.Communiquer clairement et largement sur ses priorités et critères de sélection est une forme dechoix a priori.En donnant ses lignes directrices, un État, une ville, une organisation ou une entreprise va inciterles multiples « crapauds fous» à se concentrer sur un domaine, car ils auront plus de chancesd’être choisis pour bénéficier dun support financier, logistique, médiatique.....Néanmoins, l’Internet participatif, le Web 2.0, l’explosion du « Many to Many » ouvrent uneformidable fenêtre qui favorise la rencontre croisée dinnombrables problèmes et dune multitudede solutions...Dimitri Carbonnelle - Crapauds fous à la conquête des nouveaux Far West ®–2011 8/13
  • *Les moteurs de recherche comme Wolfram Alpha, les forums Internet, Wiki sont les ancêtres decette révolution en permettant de trouver facilement une réponse à des problèmes simples. Déjàcommencent à émerger des sites webs comme Crowd Spirit et en particulier Hypios permettantde réaliser le « match-making » entre problèmes et solutions.Une entreprise, une organisation, une collectivité territoriale peuvent exposer un cahier descharges de leur problème en restant anonymes s’ils le souhaitent. Toute personne porteuse desolutions peut facilement y répondre.Avec l’expansion de ces plateformes de solutions, un mode « pull » complétera certainement lemode « push ». A l’image des sites de recherches d’emploi, chacun pourra publier des solutionset les problèmes qu’elles résolvent indépendamment des problèmes déjà soulevés par d’autres. Larecherche sémantique associant par analogie des problèmes et des solutions démultiplierait mêmeles échanges. Un problème publié aujourdhui pourrait trouver une solution proposée bien avantet provenir d’un domaine très différent.Dimitri Carbonnelle - Crapauds fous à la conquête des nouveaux Far West ®–2011 9/13
  • Enfin, il sera possible de voter pour les meilleures solutions, de suivre leurs résultats, leurévolution…La troisième étape est dAGIR.Agir est rendre concret une idée afin qu’elle ne reste pas dans un placard virtuel. Il y a denombreux leviers pour entretenir un terreau favorable à l’action : développer la créationd’entreprises et l’auto-entrepreneuriat autour des solutions proposées, faciliter les échanges entrechercheurs et entreprises, entre citoyens et administrations…Pour que les innovations en rupture transforment réellement notre société et assurent notre avenir,les « crapauds fous » doivent être rejoints et soutenus par une communauté croissante de« crapauds pionniers » « colons » puis « suiveurs ».Attentifs aux nouvelles idées des « crapauds fous », les « crapauds pionniers » construisent lesroutes des voies que les « crapauds fous » ont explorées. Ce sont les premiers bâtisseurs quifacilitent l’accès aux prochains crapauds. Inciter des acteurs suffisamment importants et écoutés(collectivités, acteurs privés, organisations internationales, personnalités reconnues…) à souteniret investir du temps, des ressources dans ces idées sont autant de moyens pour les aider.Les routes une fois pavées ouvrent l’accès aux « crapauds colons » qui veulent quitter leurancienne terre pour partir vers de nouveaux cieux. Les « crapauds colons », ce sont les entreprisesqui bâtissent un écosystème autour des entreprises pionnières en fournissant la logistique, lessystèmes d’informations… Puis vient le temps des « crapauds suiveurs » qui sont prêts à venir,car l’herbe est plus verte, mais qui ne seraient jamais venus s’il n’y avait eu de « crapauds fous,pionniers et colons ». Ils représentent le volume indispensable pour faire évoluer une sociétéentière.Il y aura bien sûr des « crapauds réfractaires » qui ne quitteront jamais leur terre ancestrale, maismême eux sont importants, car parmi eux, nous trouverons peut-être les « crapauds fous » dedemain et ils resteront la mémoire de nos racines.Dimitri Carbonnelle - Crapauds fous à la conquête des nouveaux Far West ®–2011 10/13
  • Ainsi, pour innover et trouver des solutions durables, il est crucial de stimuler cet esprit deconquête qui ne repose pas uniquement sur les épaules des « crapauds fous », mais aussi sur tousles autres « crapauds ».Dimitri Carbonnelle - Crapauds fous à la conquête des nouveaux Far West ®–2011 11/13
  • La dernière étape est de REAGIRRéagir, c’est être capable de déterminer très rapidement si une solution est adéquate et quand ellene lest plus, la faire évoluer voire de revenir en arrière et changer de cap si nécessaire. Lacomplexité croissante des problèmes et la vitesse de changement de notre société rendent lessolutions peu prévisibles et rapidement périssables si elles névoluent pas. Il est d’ailleurspréférable de l’anticiper en évitant les choix définitifs et en gardant toujours plusieurs optionsouvertes. Le temps entre l’action et la réaction est devenu quasi nul.Pour répondre à cet état, nous devons changer de perspective. Les idées qui apporteront lessolutions de demain n’auront, à terme, pas de propriétaires. Elles seront autonomes, « opensource », capables dévoluer très rapidement, de sadapter aux changements de leurenvironnement, de se mélanger entre elles à l’image des mèmes grâce aux révisions,améliorations de chacun.Dimitri Carbonnelle - Crapauds fous à la conquête des nouveaux Far West ®–2011 12/13
  • ConclusionFaut-il intégrer ces idées à la vitesse de leurs évolutions ?Le danger est d’être entraîné dans une course de vitesse effrénée où nous perdrions le cap.D’autre part, notre société n’est pas constituée d’un seul bloc. Elle évolue à plusieurs vitessesalors qu’il y a une intrication de plus en plus grande entre ses composantes. Pour éviter ladislocation, il est crucial de ne pas perdre de vue ce que nous avons en commun, qui noussommes, quelles sont nos valeurs et ce à quoi nous aspirons. Nous pouvons donc intégrer cesidées mais à un rythme que nous sommes capables de soutenir.Plus généralement, en facilitant lenchaînement : Ouvrir, Choisir, Agir et Réagir, nous feronsémerger les meilleures idées des crapauds fous afin qu’ils répondent aux transformations de notrefuture société en tenant compte de ceux qui la composent.L’avenir de notre communauté repose bien sur les « crapauds fous » qui découvriront denouvelles voies, mais aussi sur toute la communauté des crapauds avec qui ils vivent.Dimitri Carbonnelle - 2011Dimitri Carbonnelle - Crapauds fous à la conquête des nouveaux Far West ®–2011 13/13