Your SlideShare is downloading. ×
Réseaux sociaux, premiers pas sur Facebook et Twitter
Réseaux sociaux, premiers pas sur Facebook et Twitter
Réseaux sociaux, premiers pas sur Facebook et Twitter
Réseaux sociaux, premiers pas sur Facebook et Twitter
Réseaux sociaux, premiers pas sur Facebook et Twitter
Réseaux sociaux, premiers pas sur Facebook et Twitter
Réseaux sociaux, premiers pas sur Facebook et Twitter
Réseaux sociaux, premiers pas sur Facebook et Twitter
Réseaux sociaux, premiers pas sur Facebook et Twitter
Réseaux sociaux, premiers pas sur Facebook et Twitter
Réseaux sociaux, premiers pas sur Facebook et Twitter
Réseaux sociaux, premiers pas sur Facebook et Twitter
Réseaux sociaux, premiers pas sur Facebook et Twitter
Réseaux sociaux, premiers pas sur Facebook et Twitter
Réseaux sociaux, premiers pas sur Facebook et Twitter
Réseaux sociaux, premiers pas sur Facebook et Twitter
Réseaux sociaux, premiers pas sur Facebook et Twitter
Réseaux sociaux, premiers pas sur Facebook et Twitter
Réseaux sociaux, premiers pas sur Facebook et Twitter
Réseaux sociaux, premiers pas sur Facebook et Twitter
Réseaux sociaux, premiers pas sur Facebook et Twitter
Réseaux sociaux, premiers pas sur Facebook et Twitter
Réseaux sociaux, premiers pas sur Facebook et Twitter
Réseaux sociaux, premiers pas sur Facebook et Twitter
Réseaux sociaux, premiers pas sur Facebook et Twitter
Réseaux sociaux, premiers pas sur Facebook et Twitter
Réseaux sociaux, premiers pas sur Facebook et Twitter
Réseaux sociaux, premiers pas sur Facebook et Twitter
Réseaux sociaux, premiers pas sur Facebook et Twitter
Réseaux sociaux, premiers pas sur Facebook et Twitter
Réseaux sociaux, premiers pas sur Facebook et Twitter
Réseaux sociaux, premiers pas sur Facebook et Twitter
Réseaux sociaux, premiers pas sur Facebook et Twitter
Réseaux sociaux, premiers pas sur Facebook et Twitter
Réseaux sociaux, premiers pas sur Facebook et Twitter
Réseaux sociaux, premiers pas sur Facebook et Twitter
Réseaux sociaux, premiers pas sur Facebook et Twitter
Réseaux sociaux, premiers pas sur Facebook et Twitter
Réseaux sociaux, premiers pas sur Facebook et Twitter
Réseaux sociaux, premiers pas sur Facebook et Twitter
Réseaux sociaux, premiers pas sur Facebook et Twitter
Réseaux sociaux, premiers pas sur Facebook et Twitter
Réseaux sociaux, premiers pas sur Facebook et Twitter
Réseaux sociaux, premiers pas sur Facebook et Twitter
Réseaux sociaux, premiers pas sur Facebook et Twitter
Réseaux sociaux, premiers pas sur Facebook et Twitter
Réseaux sociaux, premiers pas sur Facebook et Twitter
Réseaux sociaux, premiers pas sur Facebook et Twitter
Réseaux sociaux, premiers pas sur Facebook et Twitter
Réseaux sociaux, premiers pas sur Facebook et Twitter
Réseaux sociaux, premiers pas sur Facebook et Twitter
Réseaux sociaux, premiers pas sur Facebook et Twitter
Réseaux sociaux, premiers pas sur Facebook et Twitter
Réseaux sociaux, premiers pas sur Facebook et Twitter
Réseaux sociaux, premiers pas sur Facebook et Twitter
Réseaux sociaux, premiers pas sur Facebook et Twitter
Réseaux sociaux, premiers pas sur Facebook et Twitter
Réseaux sociaux, premiers pas sur Facebook et Twitter
Réseaux sociaux, premiers pas sur Facebook et Twitter
Réseaux sociaux, premiers pas sur Facebook et Twitter
Réseaux sociaux, premiers pas sur Facebook et Twitter
Réseaux sociaux, premiers pas sur Facebook et Twitter
Réseaux sociaux, premiers pas sur Facebook et Twitter
Réseaux sociaux, premiers pas sur Facebook et Twitter
Réseaux sociaux, premiers pas sur Facebook et Twitter
Réseaux sociaux, premiers pas sur Facebook et Twitter
Réseaux sociaux, premiers pas sur Facebook et Twitter
Réseaux sociaux, premiers pas sur Facebook et Twitter
Réseaux sociaux, premiers pas sur Facebook et Twitter
Réseaux sociaux, premiers pas sur Facebook et Twitter
Réseaux sociaux, premiers pas sur Facebook et Twitter
Réseaux sociaux, premiers pas sur Facebook et Twitter
Réseaux sociaux, premiers pas sur Facebook et Twitter
Réseaux sociaux, premiers pas sur Facebook et Twitter
Réseaux sociaux, premiers pas sur Facebook et Twitter
Réseaux sociaux, premiers pas sur Facebook et Twitter
Réseaux sociaux, premiers pas sur Facebook et Twitter
Réseaux sociaux, premiers pas sur Facebook et Twitter
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

Réseaux sociaux, premiers pas sur Facebook et Twitter

16,074

Published on

Présentation réalisée pour les agents du Conseil régional de Picardie, afin de leur expliquer comment bien utiliser les réseaux sociaux.

Présentation réalisée pour les agents du Conseil régional de Picardie, afin de leur expliquer comment bien utiliser les réseaux sociaux.

Published in: Technology
1 Comment
15 Likes
Statistics
Notes
No Downloads
Views
Total Views
16,074
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
28
Actions
Shares
0
Downloads
674
Comments
1
Likes
15
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. les réseaux sociaux (premiers pas)Cette présentation rapide des réseaux sociaux (limitée aux créations de comptes et premierspas sur Facebook et Twitter) a été réalisée le 14 avril 2011 à destination des agents duConseil régional de Picardie, afin de discuter avec eux des opportunités, surtoutprofessionnelles, qu’offrent ces réseaux sociaux.David TabaryResponsable de la présence en ligneRégion Picardiedtabary@cr-picardie.frIntroductionLorsqu’on entend parler des réseaux ou médias sociaux dans la presse, c’est généralementsans nuance dans le positif ou le négatif. D’une part, un réseau tel que Facebookreprésenterait un risque grave d’atteinte à la vie privée des individus. La sécurité desinformations personnelles serait une véritable passoire et permettrait au monde entier de toutsavoir de vous. D’autre part, Twitter et Facebook auraient à eux deux permis l’aboutissementde mouvements révolutionnaires en Tunisie et en Egypte. De même, ils expliqueraient lesuccès de Barack Obama aux dernières élections présidentielles américaines.Au mieux, nous verrons que si les réseaux sociaux ont joué un rôle dans l’actualité récente,c’est probablement celui de catalyseur, et ce du fait de leur grande simplicité d’utilisationpour accéder à l’information, la partager, la commenter, ou encore pour faciliter la prise deparole et l’organisation d’évènements. Nous nous focaliserons surtout sur l’intérêt que cesréseaux peuvent avoir dans votre quotidien. Et nous aborderons en détails l’aspect « respectde la vie privée et confidentialité » afin de démontrer qu’un compte bien configuré necomporte aucun des grands risques que l’on imagine.
  • 2. Quelques chiffres : • Facebook compterait 600 millions d’utilisateurs dans le monde en ce début 2011 • Facebook en France, c’est 21 millions de comptes (pour 38 millions d’internautes) • Si Facebook était un pays, il serait le 3ème en population (devant les USA, après la Chine et l’Inde) • Facebook, c’est actuellement 700.000 nouveaux inscrits par jour • Twitter : 175 millions de comptes dans le monde • 200 à 300.000 en France (mais seulement 35 à 50.000 réellement actifs) • Sur certains jours, Facebook fait plus d’audience sur Internet que Google aux USA • 1 internaute américain sur 2 est sur Facebook • 80% des internautes français sont sur les réseaux sociaux (pas forcément Facebook) • Aux Etats-Unis, l’utilisation de l’e-mail a chuté de presque 60% en 2010 chez les 12- 17 ans, remplacé par les réseaux sociaux
  • 3. 1. Facebook a. S’inscrire à FacebookLa page d’accueil de Facebook (http://www.facebook.com) se présence ainsi :Repérez le bloc d’informations obligatoires sur la droite.Pour vous inscrire, il vous faudra donc fournir votre prénom, votre nom (en théorie, lespseudonymes ne sont pas acceptés sur Facebook), une adresse e-mail valable , un mot depasse, votre sexe et votre date de naissance (vous pourrez plus tard, dans les réglages devotre compte, masquer votre année de naissance si vous le souhaitez).
  • 4. Un texte à recopier pour prouver que vous n’êtes pas une machine qui créeraitautomatiquement des comptes :Et vous voilà sur Facebook !Il vous faut à présent rechercher vos amis. Facebook vous propose d’utiliser votre adressee-mail afin d’accéder à votre carnet d’adresses et voir lesquels de vos contacts sont déjàmembres :
  • 5. Vous pouvez tout aussi bien « zapper » cette étape pour le moment et cliquer sur le lien« ignorer cette étape » en bas à droite. Pour revenir plus tard ajouter des amis, cliquez sur lelien « Amis » dans la colonne de gauche de votre profilDans l’hypothèse où vous souhaiteriez ajouter des collègues et contacts professionnels àvotre profil, vous pouvez cliquer sur le lien « autre service de courrier électronique » et entrervos adresse électronique de la Région.Facebook va vous indiquer ne pas pouvoir importer de contacts à partir de cette adresse,mais va vous proposer d’utiliser son outil d’importation de fichiers. Cliquez sur ce lien.
  • 6. C’est à ce moment que Facebook vous propose un bouton « trouver mes contactsWindows » que vous pouvez utiliser.
  • 7. Pour vos contacts qui ne seraient pas présents sur Facebook, le site vous proposeéventuellement de leur envoyer une invitation à vous rejoindre (les noms dans la captured’écran ont volontairement été floutés)
  • 8. Après la première recherche d’amis, vous êtes invités à éventuellement compléter les lycéeet université fréquentés, ainsi que votre employeur. Cela vous servira à retrouver des amis etcollègues sur le site.
  • 9. Dernière étape, Facebook vous demande de choisir une photo de profil. Vous n’êtes pasobligé(e) de mettre votre photo, mais cela peut être utile pour vous différencier de vospotentiels homonymes sur ce réseau mondial.
  • 10. N’oubliez pas d’aller faire un petit tour dans votre boîte de réception de messagerie où vousdevrez cliquer sur un lien envoyé par e-mail afin de valider votre création de compte.Tant que vous ne l’aurez pas fait, un bandeau apparaîtra en haut de votre profil Facebookpour vous demander d’accéder à vos messages :
  • 11. Et voilà ! Vous êtes maintenant sur la page de « bienvenue » de votre profil. Notez bien quecette page n’existera que pendant quelques jours, pour vous accompagner dans vospremiers pas sur le réseau. Par la suite, la page par défaut sera celle intitulée dans lacolonne de gauche « fil d’actualité ». b. Rechercher des amisUne fois votre profil créé et validé, il est probable qu’il vous reste de nombreuses personnesà demander en ami sur le réseau. Pour cela, vous pouvez par le point 3 de votre page debienvenue (voir la capture d’écran précédente) ou tout simplement utiliser le moteur derecherche présent dans le bandeau bleu en haut du site.Ici, nous avons cherché « David de la Picardie » (un ami à avoir absolument), on repère bienle bouton « ajouter à mes amis » :
  • 12. Lorsqu’on clique sur ce bouton, un encadré s’ouvre pour demander une confirmation. Il fautalors cliquer sur « envoyer une demande ».On notera la présence d’un lien « ajouter un message personnel ». En effet, s’il est decoutume sur Facebook d’envoyer simplement la « demande d’amitié » sans autre formalité, ilpeut parfois être utile de mettre un petit message pour expliquer à quelqu’un pourquoi on ledemande en ami (notamment pour les amis d’enfance qui peuvent nous avoir oublié au fildes années).De son côté, David de la Picardie voit un petit « 1 » sur fond rouge s’allumer dans la barrebleue en haut du site.
  • 13. En cliquant sur le logo, David de la Picardie peut voir toutes les demandes d’amitié enattente.Il reçoit aussi un e-mail lui indiquant les demandes envoyées :
  • 14. Une fois que David a accepté la demande d’amitié, Cogi Thé en reçoit la notification sousl’icône en forme de globe.Facebook vous proposera aussi de rechercher des amis en fonction de cases à cocher ou àcompléter : employeur, ville d’origine, ville actuelle, amis en commun, etc. Dans la capture ci-dessous, on voit la liste des personnes ayant indiqué « Conseil régional de Picardie »comme employeur (actuel ou passé).
  • 15. c. Le mur d’actualitéCréation assez récente de Facebook, inspirée de Twitter, le mur d’actualité ou fil d’actualitéest aujourd’hui un élément essentiel du réseau. C’est là où vous allez pouvoir accéder entemps réel aux publications de vos amis.Ci-dessous, on voit que Cogi Thé, depuis qu’elle est amie avec David de la Picardie, voit lesactions de celui-ci (lien recommandé, page aimée).
  • 16. Il est important de noter que par défaut, Facebook configure le fil d’actualité de telle manièrequ’il n’affiche que les publications des amis avec lesquels on interagit le plus. Au fil dutemps, le risque est de ne plus voir apparaître les informations publiées par ceux qui seconnectent à Facebook moins souvent que les autres, ou avec lesquels on échange toutsimplement moins souvent qu’avec les personnes qui nous sont le plus proche.Pour éviter cela, il faut descendre tout en bas de ce fil d’actualité pour cliquer à droite sur lelien « Modifier les options ». Un menu déroulant à côté de « afficher les publications de »permet de sélectionner « Tous vos amis et toutes vos pages ». d. Sécuriser son profilCas pratique : créer un profil « totalement privé »Cette démarche n’a, a priori, pas beaucoup d’utilité. Créer un profil totalement privé, celasignifie masquer toutes ses publications aux yeux de ses amis, et même se rendre
  • 17. impossible à retrouver dans le moteur de recherche de Facebook à tout contact ou amipotentiel.Toutefois, utiliser ce type de paramétrage peut être utile pour verrouiller toutes ses donnéesdans un premier temps, avant de définir un paramétrage adéquat à chaque informationpartagée.Ici, afin de bien isoler la démarche, nous n’utiliserons pas le profil de Cogi Thé, maiscréerons un profil spécifique appelé « David Caché ».On commence donc par s’inscrire (comme vu précédemment) :
  • 18. Une fois le profil créé, on cherche sur la page de bienvenue la zone 5 appelée « Contrôlezles informations que vous souhaitez partager » et on clique sur ce titre.
  • 19. Sur cette page, il convient d’identifier 4 liens particulièrement importants :
  • 20. On ne les suivra pas de manière linéaire, mais par ordre d’importance. On commence doncpar cliquer sur le lien numéro 2 (dans le tableau « partage sur Facebook »).On peut constater que par défaut, Facebook laisse beaucoup d’informations accessibles àtout le monde. Et « tout le monde » signifie bel bien « tous les utilisateurs de Facebook àtravers le monde ». Au sommet d’entre elles, les publications de l’utilisateur (textes, photos,vidéos, liens) sont ouvertes à tout le monde.
  • 21. On remédie donc au problème en cliquant sur chaque bouton afin de tout passer en « moiuniquement » là où cela est possible (c’est-à-dire presque partout) ou, par exemple pour lescoordonnées, on mettra par défaut « amis seulement ».Certaines cases « activer » sont à décocher et certains boutons « modifier les paramètres »sont à cliquer pour configurer a minima certaines actions.
  • 22. On arrive à une page configurée comme ci-dessous :
  • 23. On retourne en haut de la page pour cliquer sur le bouton « retour à Confidentialité », puison clique sur le lien numéro 1 (« modifier vos paramètres » concernant les informations debase).Dans cette liste, il convient de tout modifier pour remplacer « tout le monde » par « amisseulement ».
  • 24. On retourne en haut de la page pour cliquer sur le bouton « retour à Confidentialité », puison clique sur le lien numéro 3 (« modifier vos paramètres » sous le titre « Applications etsites web.Il est ici particulièrement recommandé de décocher toutes les cases. Si vous ne le faites pas,tous les jeux et applications utilisées par vos amis pourront accéder à l’ensemble desinformations, sans que vous en soyez au courant !
  • 25. On retourne de nouveau sur le bouton « Retour à confidentialité » et on, clique sur le lien 4(« modifier vos listes » sous « listes de personnes et applications bloquées ».S’il est peu probable que vous ayez un jour à bloquer un de vos amis Facebook, comme lesite vous le propose, il peut être très utile de pouvoir bloquer les invitations à utiliser desapplications (tôt ou tard, vous aurez un ami qui passe son temps libre à faire des jeux surFacebook et à vous envoyer des invitations à le rejoindre) ou à participer à des événements(vous finirez aussi par avoir un ami qui vit à l’autre bout de la France, voire du monde, et quiinvite tous ses contacts à tous les événements intéressants de sa ville).
  • 26. Une fois toute cette étape de sécurisation effectuée, il reste un dernier point à aller modifierdans les paramètres du compte.Pour cela on clique sur le lien « compte » dans la barre horizontale bleue de Facebook, et onva chercher le lien « Paramètres de compte »Puis on clique sur l’onglet « Publicités Facebook » :
  • 27. En effet, Facebook déploie de plus en plus de ce qu’il appelle des « publicités sociales »,susceptibles de faire appel à votre nom pour venter des produits à vos amis.On peut empêcher cela en cliquant sur les deux liens (« publicités tierces » et « publicitéssociales ») et déplier le menu déroulant pour le mettre sur « personne » puis cliquer sur« enregistrer les modifications ».
  • 28. Voilà, notre profil est parfaitement sécurisé !
  • 29. e. Interactions Facebook : aimer, recommander, partager, commenterProfil créé, amis retrouvés, il convient désormais d’agir, ou plutôt d’interagir en fonction desmessages que vous voulez faire passer à vos contacts.Dans une démarche professionnelle, la première chose à faire est de trouver des pagesauxquelles vous abonner, et ce afin de voir leurs publications dans votre fil d’actualité.Sur beaucoup de sites internet, on reconnaît assez facilement le lien ou le bouton quirenvoie vers la page Facebook.C’est le cas sur la page de la Région (à droite sous le bandeau d’images défilantes) :
  • 30. Voir aussi sur la page des carnets d’Esprit de Picardie :
  • 31. On peut aussi rechercher des pages via le moteur de recherche de Facebook. Ici celle duCourrier Picard :
  • 32. Pour s’abonner, il suffit alors de cliquer sur le bouton « j’aime » (à côté du titre de la page) :
  • 33. Une fois ce bouton cliqué, on peut poster des éléments sur le mur, commenter lespublications, les aimer, ou les partager.Il est important de noter que le moteur de recherche de Facebook est assez mal fait, d’autantqu’il existe parfois des pages ou profils multiples pour un même sujet ou une même marque.Ci-dessous, si on cherche « le courrier picard » au lieu de « courrier picard », on ne trouvepas la page officielle mais on obtient des résultats tout de même…
  • 34. Sur certains sites, on trouve directement sous chaque article des boutons Facebook quipermettent l’interaction entre le site et le réseau social. Exemple : sur la plateforme de vidéosDailymotion,il existe un bouton « j’aime » sous chaque vidéo (qui permet accessoirement desavoir le nombre de personnes qui ont aimé la vidéo, et si des amis en font partie ou non) :Si on clique sur « j’aime », voilà comment cela est représenté sur notre profil Facebook :
  • 35. Prenons l’exemple de la Région Picardie à présent. Sur www.picardie.fr, on trouve souschaque article une zone qui permet de laisser un commentaire (picardie.fr est le premiermédia social de la Région) ou de partager du contenu sur les réseaux sociaux. PourFacebook, la Picardie a opté pour un bouton « recommander » :Lorsqu’on clique sur le bouton, ceci apparaît sur picardie.fr :
  • 36. Et sur Facebook, le rendu est le suivant :Sur un site tel que www.lemonde.fr, il existe un bouton de partage situé sous le titre, et unbouton de recommandation sous l’image d’illustration :
  • 37. Si le bouton de recommandation, fonctionne comme celui du site de la Région, le bouton departage ouvre une nouvelle fenêtre. Vous pouvez y saisir un texte qui explique pourquoivous jugez intéressant le contenu que vous partagez. Il vous reste ensuite à cliquer sur lebouton « partager ». Notez que Facebook vous laisse aussi l’option d’envoyer l’article par e-mail plutôt que publiquement sur votre profil.Repérez le cadenas dessiné en bas. Nous y reviendrons.
  • 38. Après avoir cliqué sur « partager », l’article et son texte d’accompagnement apparaissent surle mur de Cogi Thé, juste au dessus de son dernier lien recommandé.
  • 39. Vous pouvez aussi partager un article repéré sur le profil Facebook d’un ami ou sur unepage à laquelle vous êtes abonnés. Il suffit de repérer le lien « partager » comme ci-dessous :Une fenêtre s’ouvre comme celle vue sur le site du Monde. Une fois le bouton « partager »enfoncé, on retrouve l’actualité publié sur le mur avec la mention « via » et la personne ou lapage où l’information a été trouvée.
  • 40. Dernier moyen de partager un lien : on peut aussi copier le lien dans la barre d’adresse dunavigateur (on sélectionne l’adresse puis clic droit sur la souris puis « copier »)Puis on vient dans la barre de publication en haut de son profil, on clique sur « lien » et oncolle l’adresse (clic droit sur la souris et « coller ») puis on clique sur « Joindre ».
  • 41. Facebook reprend alors les informations du lien et nous offre la possibilité de commenter lelien avant de cliquer sur « partager ».Et voilà : f. Faire des listes d’amisPar défaut, Facebook considère tous nos contacts comme des « amis ». Pourtant, nousn’avons pas les mêmes relations avec nos amis d’enfance, amis proches, collègues oumembre de notre famille. Et il est donc assez logique de ne pas avoir envie de partager lesmêmes choses avec les uns et les autres. Facebook a donc ouvert la possibilité à chacun declasser ses amis dans des listes.
  • 42. Pour cela, il faut aller dans la colonne de gauche sur sa page d’accueil et cliquer sur le lien« amis » puis sur le bouton « modifier la liste d’amis ».Puis encore sur le bouton « Créer une liste » :
  • 43. Une fenêtre s’ouvre alors. On donne un nom à la liste, puis on sélectionne les amis (ouéventuellement les pages) que l’on veut ajouter à cette liste. Les amis sélectionnésapparaissent cochés en bleu. Une fois tous les amis choisis, on clique sur « Créer uneliste ».
  • 44. Ici, Cogi Thé à créé une liste « collègues » et souhaite publier un message à destination deses seuls collègues.Ella va donc écrire son texte (ou statut), puis cliquer sur le cadenas dessiné à gauche dubouton « partager » et choisir « personnaliser »Une fenêtre s’ouvre où on va pouvoir choisir de ne montrer son statut qu’à certainespersonnes. On tape les premières lettres du nom de la liste et « collègues » apparaît. On lasélectionne. Une case à cocher nous permet éventuellement d’en faire un paramètre depublication par défaut (pour toutes les publications ultérieures).
  • 45. Ci-dessous on voit comment la liste apparaît (encadrée avec une croix pour supprimeréventuellement la liste sélectionnée).Ensuite on clique sur le bouton « Enregistrer le paramètre » :
  • 46. g. Le module de discussion instantanéeDernier point : Facebook propose par défaut un module de discussion instantanée, pourpouvoir parler en direct à ses amis connectés. Quand on utilise Facebook dans uneperspective professionnelle, ou tout simplement quand on est au travail, on n’est pas surFacebook pour faire de la discussion instantanée ou être interpelé à tout va par des« Bonjour, comment vas-tu ce matin ? ».On peut désactiver le module en cliquant sur « discussion instantanée » (en bas à droite deFacebook) puis « options » puis « passer hors-ligne ». Notez qu’il est possible d’apparaîtreen ligne pour certaines listes d’amis et pas d’autres. Ci-dessous, on est hors ligne pour lescollègues et en ligne pour les autres amis.Remarquez le cercle vert tout en bas entre le personnage et « discussion instantanée ». S’ilapparaît, c’est que vos êtes en ligne, disponible pour discuter.
  • 47. h. Aller plus loin sur FacebookQuelques lectures recommandées au sujet de Facebook :http://redaction.blog.regionsjob.com/index.php/post/2011/04/14/Comment-rester-pro-sur-son-profil-FacebookLe blog « Inside Facebook » : http://www.insidefacebook.com/ (en anglais) et sa déclinaisonfrançaise plus rarement mise à jour : http://fr.insidefacebook.com/Le blog « All Facebook » : http://www.allfacebook.com/ (en anflais) et sa déclinaisonfrançaise plus rarement mise à jour : http://fr.allfacebook.com/La Picardie sur Facebook : http://www.facebook.com/la.picardieDavid de la Picardie, un ami qui vous veut du bien : http://www.facebook.com/david.picardie
  • 48. 2. Twitter a. Les notions à connaître• Tweet : le tweet, c’est le message que vous envoyez sur Twitter. On pourrait traduire « tweet » en français par « gazouillis ». Quoi qu’il advienne, votre tweet ne doit pas faire plus de 140 caractères.• Following (ou abonnements) : ce sont les gens que vous suivez sur Twitter. Vous vous abonnez à leur compte et recevez ainsi tous leurs tweets• Followers (ou abonnés) : ces sont les gens qui vous suivent sur Twitter. Ils se sont abonnés à votre compte pour recevoir toutes vos informations.• Mention : tweet qui parle de quelqu’un, qui mentionne un pseudo. Pour mentionner quelqu’un, il faut faire précéder son pseudonyme d’un @ Il existe deux types de mentions, nous les aborderons plus loin.• Retweet : un retweet consiste à diffuser le tweet de quelqu’un que l’on suit (que l’on follow) à l’ensemble de ses propres abonnés (followers). Là aussi, deux styles de retweets, sur lesquels nous reviendrons.• Hashtag : mot clé inséré dans un tweet. Un hashtag commence toujours par le signe #
  • 49. b. S’inscrire sur TwitterOn se rend sur la page daccueil de Twitter à ladresse : http://www.twitter.comRepérez le bloc jaune à droite comportant la mention « sinscrire » et cliquez dessus.
  • 50. Complétez le formulaire dinscription avec votre prénom et votre nom (vous pouvez rentrezun pseudonyme sans aucun problème), un nom dutilisateur (ex : davidpicardie, cogithe), uneadresse e-mail, un mot de passe, et choisissez si vous souhaitez pouvoir être retrouvé(e) pare-mail ou non (si vous acceptez, les personnes de votre carnets dadresse pourront vousretrouver plus facilement).
  • 51. Au fur et à mesure que vous compétez le formulaire, Twitter vous indique si vos informationssont ok ou non (ce qui permet par exemple de savoir immédiatement si votre nomdutilisateur est déjà pris ou pas).Avant de cliquer sur « créer mon compte », il vous reste à choisir si vous voulez recevoir lanewsletter de Twitter (envoyée de manière très sporadique, elle permet de rester au courantdes nouveautés du service).
  • 52. c. Premiers pas sur Twitter : s’abonner, tweeter, discuter, retweeterUne fois votre création de compte terminée, Twitter vous suggère des comptes auxquelsvous pouvez vous abonner, classés par catégories. Twitter vous conseille den choisir 10,mais cela na rien dobligatoire, vous pouvez en choisir plus ou moins (suivre trop decomptes dun coup peut néanmoins se révéler déstabilisant dans la phase dappropriation deTwitter).
  • 53. Pour suivre un compte, il suffit de cliquer sur le bouton à cet effet.Le bouton se transforme immédiatement pour passer en vert et indiquer que vous êtes« abonné »Au fil de lajout des abonnements, Twitter tient les comptes :
  • 54. Il est aussi possible de trouver des comptes à suivre via le moteur de recherche de Twitter :A noter : le survol dun compte auquel on est abonné entraîne une proposition dedésabonnement comme ceci :
  • 55. Une fois ces premiers abonnements choisis, Twitter vous propose de retrouver des amis enaccédant au carnet dadresse de votre boîte de messagerie. Vous pouvez sans problèmepasser cette étape en cliquant sur le bouton en bas à droite à cet effet. Vous pouvez aussirevenir en arrière à létape précédente.
  • 56. Une fois vos abonnements choisis, votre fil d’actualité (on parle aussi de « timeline »)ressemblera à ceci :
  • 57. Elle se met à jour en temps réel. Et vous indique régulièrement le nombre de nouveauxtweets en attente de lecture :Ensuite, que faire ?En premier lieu, pensez à vérifier vos e-mails. Cherchez un message de Twitter vousdemandant de confirmer votre compte et cliquez sur le lien.Si vous ne le faites pas, un bandeau comme ceci apparaîtra :
  • 58. Ensuite, dans la colonne de droite de votre compte Twitter, vous verrez ce bloc :Il est donc temps de passer à l’action et d’envoyer votre premier tweet. En cliquant sur lelien, une nouvelle fenêtre centrale s’ouvrira comme ceci :
  • 59. Comme vous le voyez, au fur et à mesure que vous écrivez, un compteur vous indiquecombien de caractères il vous reste. Une fois votre tweet rédigé, il n’y a plus qu’à enfoncer lebouton « Tweeter ».Votre tweet vient se placer en tête de votre timeline, accompagné d’un dessin d’œuf.Toujours dans la colonne de droite, des liens vous invitent à configurer votre profil
  • 60. Cliquez, c’est l’occasion d’ajouter un avatar (une photo de vous, un dessin, un logo, tout ceque vous voulez). Il est très important d’en utiliser un car les comptes qui gardent l’œufTwitter entraînent généralement la méfiance des autres utilisateurs (beaucoup de spamsviennent de ce genre de comptes).Indiquez aussi votre ville (ou région, ou pays, ou tout à la fois), un éventuel site web, et unecourte biographie pour vous présenter (maxi 160 caractères !) A la fin, cliquez tout en bassur « enregistrer ».
  • 61. Et voilà, Cogi Thé a un beau profil Twitter !A noter : en cliquant dans la bande noire sur « Accueil », on revient sur sa timeline et on peuttweeter en cliquant dans la zone de texte sous « Quoi de neuf ? » Mais on peut aussitweeter en cliquant sur le logo représentant un carré et un stylo dans la bande noire (àdroite).
  • 62. Si on clique dans la bande noire sur « suggestions », on accède de nouveau à des comptesrecommandés.
  • 63. Si on clique sur « profil » dans la bande noire du haut de Twitter, puis sur « @Mentions », onaccède aux tweets qui parlent de nous. Ici davidpicardie souhaite la bienvenue à Cogithé.Lorsqu’on survole un tweet, on voit apparaître plusieurs options, dont la fonction« répondre » :
  • 64. Si on clique sur ce lien, une fenêtre de tweet s’ouvre, avec le pseudo de la personne à qui onveut répondre, et le rappel du tweet auquel on répond dessous :
  • 65. Dans la barre Twitter, il existe un moteur de recherche. Sur la capture ci-dessous, nousavons recherché le terme « Picardie ». Twitter nous propose alors tous les tweets qui parlentde la Picardie, les comptes qui comportent « picardie » dans leur nom, et nous offres lapossibilité de sauvegarder la recherche pour y revenir plus tard. Sachez que la recherche sefait en temps réel, et donc que la recherche s’actualise en permanence. Cela est trèspratique pour suivre l’évolution d’un évènement : actualité, sport, conférence, ou mêmeémission de télé (certains utilisateurs s’amusent en effet à commenter toutes sortesd’évènement en direct, c’est ce qu’on appelle un « live tweet »).
  • 66. Dans les résultats de personnes pour « picardie », on trouve bien entendu le compte de laRégion (@regionpicardie). En cliquant sur le nom du compte, un aperçu s’ouvre à droite quidonne quelques informations chiffrées telles que le nombre de tweets et le nombre defollowers ainsi que la courte biographie. Un lien « voir le profil complet » est cliquable.
  • 67. On arrive alors sur le compte Twitter de la RégionC’est l’occasion de tester ce qu’est un retweet. On survole un tweet, et l’option « retweeter »apparaît au dessous. On clique. Une fenêtre s’ouvre avec la question « Retweeter ceci à vosabonnés ?», le tweet en question est un bouton « retweeter ».
  • 68. Quand on cliqué sur le bouton, un petit visuel vert apparaît dans le coin haut à gauche dutweet retweetéEt le tweet en question apparaît sur notre profil dans le fil de nos propres tweets.
  • 69. Autre moyen de retweeté un peu plus fastidieux mais souvent préférable. On peutaccompagné un retweet de quelques mots de commentaire pour expliquer à ses followerspourquoi on trouve intéressant de retweeter une information. Dans ce cas, il faudra copier letexte du tweet en question (on le sélectionne à la souris, puis clic droit et « copier »On clique pour écrire un nouveau tweet, on colle le texte du tweet et on fait précéder le toutde son éventuel commentaire puis on met les caractères RT et le pseudo du compte que l’onretweete. On voit ci-dessous la limite de l’exercice, car sans même ajouter de commentaire,on a dépassé le nombre maximum de caractères (le compteur indique -10 en rouge), et lebouton « tweet » n’est plus cliquable.
  • 70. d. Créer / gérer des listesComme sur Facebook, on peut se créer des liste sur Twitter. Elles y sont d’ailleurs beaucoupplus indispensables que sur Facebook dès lors que vous voulez faire une veille efficace, quipeut nécessiter de suivre des centaines de comptes. Le fil d’actualité (timeline) globaldevient alors illisible (pouvant générer des dizaines de nouveaux tweets à lire chaqueminute) et il est préférable de suivre ses comptes par liste.Pour créer une liste, il faut aller sur sa page de profil, repérer l’onglet « listes » et cliquerdessus. Un menu se déplie avec les listes existantes et un lien « Créer une liste ».
  • 71. En cliquant sur ce lien, une fenêtre s’ouvre et permet de donner un nom à la liste,éventuellement un descriptif, et choisir de créer une liste publique et privée.Ensuite, il suffit d’aller dans la liste de ses abonnements. Un bouton est visible à côté decelui qui indique « Abonné ». On clique dessus et il suffit de cocher la case de la (ou des)liste(s) où on veut classer le compte. A noter : on peut créer une liste à partir de ce menudirectement.
  • 72. Une fois nos listes créées, on peut retourner sur notre profil et cliquer sur « listes ».L’ensemble de nos listes y apparaît avec deux boutons, un pour les modifier, un pour lessupprimer.
  • 73. Si on clique sur une liste, on a l’équivalent d’un fil d’actualité, mais limité aux comptesprésents dans la liste. Ici une liste de comptes à caractère politique (dont le compte officieldu Président Barack Obama). e. Aller plus loin avec TwitterUn compte Twitter à suivre pour bien débuter sur Twitter : http://twitter.com/apprendretwiterLe compte de la Région Picardie : http://twitter.com/regionpicardieLe compte de David de la Picardie : http://twitter.com/davidpicardie
  • 74. Pour vraiment maîtriser Twitter, il est impossible de faire l’impasse sur une lecture de ce quesont les raccourcisseurs d’adresse. Voir par exemple : http://www.ballajack.com/comment-fonctionnent-raccourcisseurs-adressesEt un excellent raccourcisseur d’adresses : http://bit.ly/Impossible également de ne pas utiliser un client Twitter : http://twitteradar.com/comment-choisir-un-client-twitter/usages-twitterUn des meilleurs : http://www.tweetdeck.com/
  • 75. 3. Conclusion : au-delà, les autres médias sociauxL’infographie suivante se veut une parodie des livres de classes qui sont remis aux élèvesaméricains à la fin de leur scolarité, avec les photos et noms de tous les camarades declasse.Son texte a peu d’intérêt pour nous, mais a le mérite de lister de manière presque exhaustivele nombre très élevés de médias sociaux tels qu’ils existent aujourd’hui dans le paysage duweb, bien au-delà des uniques Facebook et Twitter.

×