2010 10-24 jacques le boeuf - assumer sa liberté ii

485 views

Published on

Dimanche 24 octobre 2010

Published in: Spiritual, Business
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
485
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
24
Actions
Shares
0
Downloads
3
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

2010 10-24 jacques le boeuf - assumer sa liberté ii

  1. 1. ASSUMER SA LIBERTÉ Explorer les paramètres de notre liberté créationnelle et rédemptrice .
  2. 2. Mikhaïlovitch Dostoïevski (1821-1881) « Les frères Kamarazov » Le Grand Inquisiteur « Et les hommes se sont réjouis d’être de nouveau menés comme un troupeau et délivrés de ce don funeste (la liberté) qui leur causait de tels tourments. »
  3. 3. Galates 5:1 "C'est pour la liberté que Christ nous a libérés. Demeurez donc fermes, et ne vous remettez pas de nouveau sous le joug de l'esclavage."
  4. 4. I. LA LIBERTÉ COMME CONDITION DE L'HOMME ou ÉTAT DE LA CRÉATION "(La) Personne est synonyme de liberté" (Professeur Hauter, cité par Paul Tournier, Le personnage et la personne, Ed. Delachaux et Niestlé, p.162).
  5. 5. « – Le respect de la personne , c'est ce respect du droit de disposer librement de soi-même, puisque c'est, précisément, l'engagement libre et responsable de soi qui crée la personne. » (Paul Tournier, Le personnage et la personne, Ed. Delachaux et Niestlé, p.162)."
  6. 6. II. LA LIBERTÉ RETROUVÉE ou RÉSULTAT DE LA RÉDEMPTION Galates 5:13 "Frères, vous avez été appelés à la liberté; seulement ne faites pas de cette liberté un prétexte pour (vivre selon) la chair, mais par amour, soyez serviteurs les uns des autres."
  7. 7. « La seule relation que Dieu accepte est celle de l'homme qui, librement, se reconnaît créature et par conséquent attend de Dieu, demande de Dieu, ce qui est bon pour lui. Ce qui sauve sa liberté, c'est sa main tendue vers Dieu; ce qui est le signe de sa liberté, c'est sa prière. » (Jacques Ellul, Éthique de la liberté, Tome 1, ed. Labor et Fides, p.301)
  8. 8. Pris dans son ensemble, le phénomène de la chrétienté peut sembler complexe dans son histoire et ses pratiques et nous pourrions être portés à oublier que la base de la chrétienté repose sur une simple prémice; la chrétienté affirme que l’être humain existe dans un état d’aliénation (séparation). Cette aliénation entre nous et d’avec Dieu a été guérie par l’action salvatrice d’une seule personne, Jésus-Christ de Nazareth. La chrétienté alors a en son centre non une idée, mais une personne Lawrence Cunningham
  9. 9. Même ceux qui aujourd’hui critiquent le christianisme en conviennent; ils reconnaissent eux aussi que le Christ crucifié est une preuve de la solidarité de Dieu avec l’Homme qui souffre. Dieu se met du côté de l’Homme, et il le fait radicalement; il s’est abaissé lui-même jusqu’à mourir, et à mourir sur une croix. Jean-Paul II
  10. 10. « Nous essayons de montrer que Dieu accepte les détours de l'homme, et que finalement son œuvre est faite de centaines, de milliers de micro-décisions humaines, qu'il utilise et en quoi se fait sa volonté. Mais c'est Dieu qui dans sa liberté utilise, c'est à dire rend utile ce que nous avons décidé. Il est évidemment absurde de déclarer que Dieu ne peut pas se passer des hommes... Dieu peut... bien entendu. Mais il a décidé, en lui-même et lui seul, de ne pas se passer des hommes, de rester attentif à leur œuvre, à leur décision, à leurs chemins et d'entrer dans cette voie. » (Jacques Ellul, Éthique de la liberté, Tome 2, ed. Labor et Fides, p.24)

×