R. Aron par quentin orieux

2,894
-1

Published on

Published in: Education
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
2,894
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1
Actions
Shares
0
Downloads
0
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

R. Aron par quentin orieux

  1. 1. Par Raymond Aron <br />26/11/2010<br />1<br />Introduction à la philosophie politique : « instabilité et corruption des démocraties » <br /><ul><li>Né le 14 mars 1905
  2. 2. 1924 : intégration de l’Ecole normale supérieur
  3. 3. 1928 :reçu premier à l’agrégation de philosophie.
  4. 4. Ami proche de Sartre jusqu’à ce que leurs convictions les séparent
  5. 5. D’abord attiré par la pensée de gauche , il devient lors de l’engouement général pour le communiste de l’élite intellectuelle française la figure de proue de la pensée anti-communiste . Il défend notamment cette position dans son ouvrage « L’opium des intellectuel »
  6. 6. Le présent ouvrage est le recueil des leçons de science politique qu’il a données en 1952</li></li></ul><li>Partie I :Instabilité des démocraties et causes d’instabilité <br />26/11/2010<br />2<br />I] L’ambition des hommes et le pouvoir de l’appel aux masses <br />A) Comment canaliser l’ambition des hommes au sein du système de compétition pour éviter l’instabilité ?<br />B)Quelles sont les conditions de stabilité et d’instabilité résidant dans le rapport du pouvoir avec les masses <br />II] Relations entre régime de concurrence démocratique et structure sociale<br />A)L’inéquation entre pouvoir politique et puissance sociale : un facteur d’instabilité <br />B) Comment remédier à ce décalage : la solution du « compromis bourgeois »<br />C) A quelles conditions peut on voir l’installation du « compromis bourgeois <br />III] La démocratie , un régime qui tolère et qui crée ses ennemis ? <br />A] Le problème de la tolérance de l’opposition anti-démocratique : entre absence de défense, limitation pratique et despotisme <br />B] La démocratie crée ses ennemis : qui sont-ils ?<br />
  7. 7. I] L’ambition des hommes et le pouvoir de l’appel aux masses A) Comment canaliser l’ambition des hommes pour éviter l’instabilité <br />3<br /> N°1, doté de pouvoirs décisionnels suffisamment forts pour susciter l’ambition politique des hommes : il est idéalement plébiscité et doit être la combinaison de la légalité et de l’autorité <br />Existence d’un cursus honorum,d’une carrière balisée par les mœurs et les coutumes politiques <br />Organisation de la constitution inscrivant l’ambition dans un cadre légal et lui conférant autorité et légitimité <br />L’ambition des hommes politiques , moteur du système de compétition démocratique qui doit être canalisée <br />Loi écrite et loi non écrite protègent le système de deux vices :l’arbitraire et l’instabilité<br />
  8. 8. B)Quelles sont les conditions de stabilité et d’instabilité résidant dans le rapport du pouvoir avec les masses <br />4<br />Système stable <br />Système instable <br />Unité de valeurs démocrati-ques<br />Solidarité <br />entre les dirigeants <br />Gouvernement , corps politique dirigeant <br />Gouvernement , corps politique dirigeant <br />Remise en cause du système de compétition<br />Désunion des dirigeants<br />Acceptation des règles du système de compétition <br />Groupes intermédiaires sachant parfois défendre certaines réformes du gouvernement , ouverture au pouvoir<br />Hostilité fondamentale des groupes intermédiaires au pouvoir en place , manipulation des masses contre celui-ci<br />Manipulation <br />Dialogue<br />Les masses , acteur pivot du système démocratique <br />Les masses , acteur pivot du système démocratique <br />La stabilité dépend aussi bien des valeurs du gouvernement que de la bonne volonté des groupes intermédiaires<br />
  9. 9. II]Relations entre régime de concurrence démocratique et structure sociale A) Inadéquation entre pouvoir politique et puissance sociale : un facteur d’instabilité <br />5<br />Accès au pouvoir d’individus socialement peu puissants . Déclassement vers le bas du personnel politique :absence de rayonnement <br />Fonctions de commandements , corps dirigeant de la nation <br />Sélection par concurrence <br />INSTABILITE<br />Société inégalitaire dans laquelle fait rage une perpétuelle lutte des classe <br />Reproduction de l’inégalité sociale et de la lutte des classes dans le corps dirigeant <br />Le système de compétition car juxtaposé à une société inégalitaire est déstabilisé par la lutte des classe <br />
  10. 10. B) Comment remédier à ce décalage : la solution du « compromis bourgeois » au démocraties reproduisant une lutte des classes au sein du système de concurrence<br />6<br />Société d’ordre , Ancien régime <br />1789<br />Aristocratie , puissance déclinante <br />Aristocratie militaire (conservatisme et maintient de l’ordre) <br />Compromis « bourgeois »<br />Instabilité<br />Pouvoir unilatéral<br />Bourgeoisie puissance montante bercée des idées démocratique <br />Masses populaires, parfois animées de sentiments révolutionnaires pour bouleverser l’ordre établi<br />Stabilité <br />Le compromis bourgeois est le fondement du fonctionnement démocratique actuel en France .<br />
  11. 11. C) A quelles conditions peut on voir l’installation du « compromis bourgeois » dans nos les sociétés démocratiques modernes<br />7<br />Privilégiés actuels <br />Chef des masses populaires <br />Acceptation de la lenteur du système, de la progressivité des réformes <br />Ecoute des revendications des masses , des déçus du système<br />COMPROMIS<br /> ouverture de l’élite gouvernante aux masses <br />Confiance en le système de compétition<br />Stabilité <br />Valeurs démocratiques communes <br />Le compromis assure la stabilité des démocraties modernes: il est le résultat d’une ouverture de part et d’autre des forces opposées<br />
  12. 12. III] La démocratie , un régime qui tolère et qui crée ses ennemis ? A] Le problème de la tolérance de l’opposition anti-démocratique :entre absence de défense et despotisme <br />26/11/2010<br />8<br /> Démocratie idéale Despotisme au nom de <br /> Démocratie instable la liberté :excès de défense<br />FONCTIONS DE COMMANDEMENTS<br />FONCTIONS DE COMMANDEMENTS <br />FONCTION DE COMMANDEMENTS<br />Système de compétition <br />Groupes hostiles à la démocratie et militant pour la fin du système de compétition <br />Groupes hostiles à la démocratie et militant pour la fin du système de compétition <br />Limitation pratique inaccessibilité<br />à certains postes<br />Refus théorique de l’existence <br />de groupes hostiles à la démocratie <br />« Pas de libertés pour les <br />ennemis de la liberté »<br />Acceptation théorique<br />Acceptation théorique <br />et pratique <br />
  13. 13. B] La démocratie crée ses ennemis : qui sont-ils ?<br />9<br />Reproduit la lutte des classes<br /> et les inégalités sociales <br />Réduit les pouvoir ,<br />destitue <br />Marginalise les extrême ,<br />encadre les carrières politiques <br />Instaure le règne du compromis <br />La démocraties crée au moins quatre type d’ennemis important dont il convient de surveiller la puissance <br />
  14. 14. Partie 2: La corruption des démocraties <br />26/11/2010<br />10<br />I] Une corruption intrinsèque au système de compétition par l’exagération des ses principes <br />A ]La corruption par l’exagération du principe de compromis et par l’esprit de faction <br />1)La démocratie a du mal à faire des choix en politique étrangère<br />2) La recherche d’un compromis place les démocraties en position de faiblesse par rapport aux régimes totalitaires en politique étrangère <br />3) L’esprit de faction corrompt la vie politique<br />B) La démagogie excessive : lorsque gouverné et gouvernants se confondent<br />1)Le respect abusif des intérêts privés aux dépends des intérêts collectifs <br /> 2) Critique de du parlementarisme et philosophie maurassienne <br />II] Corruption liée à la relation entre puissance sociale et puissance politique <br /> 1) Corruption des démocraties par inadéquation entre pouvoir politique et relative faiblesse sociale <br />2) ) Corruption par la corrélation trop étroite entre puissance sociale et le pouvoir politique<br />III] Corruption des démocraties par la puissance trop importante accordée aux groupes hostiles à la démocratie <br />Les Solutions pour mettre fin à la corruption des démocraties <br />
  15. 15. A] La corruption des démocraties par l’exagération du principe de compromis et par l’esprit de faction1) L’impossibilité de faire des choix clairement définis en politique étrangère <br />11<br />Démocratie corrompue par l’excès de compromis <br />A perd de sa force,<br /> sa cohérence et <br />de son efficacité <br />Politique A<br />Problème diplomatique nécessitant une prise de position <br />Forte probabilité <br />d’échec de la politique<br /> de compromis (A+B)<br />compromis entre<br /> A et B<br />B perd de sa force, <br /> de sa cohérence et<br /> de son efficacité <br />Politique B<br />La tendance au compromis est nuisible en politique étrangère : il faut que le régime démocratique soit capable de faire des choix <br />
  16. 16. 12<br />2)La recherche d’un compromis parait d’autant plus infructueux lorsqu’il s’agit de traiter avec un avec un régime totalitaire <br />Objectifs diplomatiques non-atteints , échec de la volonté du régime démocratique <br />Solution de compromis entre sa propre volonté et celle du pays totalitaire <br />Proposition d’un compromis<br />Problème diplomatique <br />Acceptation du compromis <br />Revendications supplémentaires<br />Réalisation totale des objectifs diplomatiques<br />poursuivis <br />Refus du compromis <br />Philosophie totale<br />La philosophie totale du régime totalitaire rejette à terme tout compromis : la démocratie ne peut imposer ses vues<br />
  17. 17. 3) L’esprit de faction corrompt la vie politique<br />13<br /> L’esprit de compromis donne parfois naissance<br /> à l’esprit de faction : il consiste pour les partis <br /> à voir en l’appareil administratif un lieu ou placer<br /> ses partisans pour jouir de carrières plus rapides et <br /> dominer la concurrence .<br />Corruption de l’administration : lutte d’influences et partialité<br />Partis politiques animés par l’esprit de compromis <br />Politisation l’appareil administratif<br />Système de compétition débridé car non encadré <br />Primauté des intérêts partisans sur le bien nationale <br />Essoufflement des convictions réelles des partis<br />Corruption de la vie politique<br />L’esprit de compromis corrompt le système de compétition et cela brise « les tensions fécondes »faisant le jeu politique <br />
  18. 18. B]La démagogie excessive : lorsque gouvernants et gouvernés se confondent1) Le respect abusif des intérêts privés aux dépends de l’intérêt collectif <br />Le respect abusif des intérêts privés sape l’autorité du gouvernement , sa puissance d’action et l’intérêt général<br />14<br />Démocratie corrompue <br />Impossibilité d’action <br />
  19. 19. 2) Critique du parlementarisme et philosophie maurrassienne <br />Dans la critique de la <br />démocratie par Maurras ,<br />la tendance monarchiste <br />s’allie à l’antiparlementarisme . <br />ce qui l’effraie aussi , c’est <br />le sacrifice du sens national <br />et du patriotisme sur <br /> l’autel des intérêts <br />particuliers .<br />Maurras avance quel’unité national est souvent la première victime de la corruption des démocraties <br />15<br />
  20. 20. II] Corruption liée à la relation entre puissance sociale et puissance politique 1) Corruption des démocraties par inadéquation entre pouvoir politique et relative faiblesse sociale <br />16<br />Révolution française <br />Bourgeoisie peu assurée de son pouvoir car n’en voyant aucun fondement social <br />Privilégiés: aristocratie<br />« Les puissants »<br />Tensions sociales excessive<br />Anciens privilégiés redoutant une révolte violente <br />Représentants de la petite bourgeoisie <br />« Les petits »<br />Conflit violent et conflit ouvert<br />L’excès de tension sociale est source de corruption <br />
  21. 21. 2) Corruption par la corrélation trop étroite entre puissance sociale et le pouvoir politique<br />17<br />Démocratie corrompue <br /> ou crée « ex nihilo »<br />Fonctions de commandements<br />-détenues par l’aristocratie héréditaire , les propriétaires terriens-<br />Absence de tensions<br /> créatrices : système <br />fermé et compétition<br />biaisée <br />Révolution <br />Elections<br />Constitution<br />Frustration et perte <br />de confiance en les<br /> chances de pacifiquement le système <br />Représentants des masses populaires ou classe nouvelles <br />En conclusion la corruption est crée autant par excès de tensions que par insuffisances de celles-ci <br />
  22. 22. III] Corruption des démocraties par la puissance trop importante accordée aux groupes hostiles à la démocratie <br />18<br /> Groupes de type fasciste Groupe de type communiste <br />système de compétition <br />Partis représentants les groupes qi se croient victimes du système <br />Partis représentants les groupes socialement défavorisés en permanence<br />Revendique la primauté de l’unité nationale <br />Souhaite la fin du système au nom de <br />celle-ci <br />Revendication de la primauté de l’unité sociale <br />Souhaite la fin du système au nom de<br />celle-ci<br />Sentiment que le système démocratique<br /> ne peut perdurer tant qu’existe <br /> une société de classe inégalitaire <br />Forme de corruption caractéristique des démocraties modernes : le système de compétition n’est jamais plus désiré en lui-même par les partis de masses organisés, mais peut être tout au plus toléré <br />Les partis fascistes comme les partis communistes ont des revendications lié à l’essence même du système de compétition <br />
  23. 23. Conclusion<br />26/11/2010<br />19<br />A travers la notion phare de son ouvrage , celle de « système de concurrence pacifique » pour les fonctions de commandements , Aron propose une définition de la démocratie en s’attaquant à deux écueils que celle-ci rencontre : l’instabilité et la corruption . S’il est question de philosophie politique ,l’on est frappé par la démarche réaliste adoptée par l’auteur , qui sans faire fi de la complexité, amorce une réflexion sociologique sur le démocratie axée sur les comportements politiques des concurrents du système , sur des rapports de force concrets .Plus particulièrement sur « instabilité et corruption des démocratie » Aron distingue 3 causes majeurs de ces phénomènes qui sont les causes inhérentes à l’organisation du système de compétition , celles relevant de la relation entre pouvoir politique et puissance sociale et enfin celle qui attraient à la tolérance et à la création de l’hostilité au régime démocratique lui-même . <br />

×