Descartes par jean baptiste mary

808 views
648 views

Published on

Published in: Business
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
808
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
2
Actions
Shares
0
Downloads
0
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Descartes par jean baptiste mary

  1. 1. Le Discours de la Méthode <br />DESCARTES (1636)<br />Jean-Baptiste MARY TS6<br />
  2. 2. Biographie<br />René Descartes est né le 31 mars 1556 à Haye en Touraine. Sa mère meurt à l’âge de ses treize mois. Il est élevé par ses grands parents et son père. Dès son plus jeune âge, son père l’appelle mon petit philosophe. A l’école il étudie la philosophie scolastique qu’il rejettera par la suite. Il passe son temps libre à la réflexion, la lecture, aux mathématiques et à la physique. En physique il est considéré comme le fondateur du mécanisme et en mathématiques de la géométrie analytique.<br /> Il décède en février 1650 en Suède.<br />Descartes est un philosophe de très grande réputation, mais est avant tout un grand scientifique.<br />
  3. 3. Descartes a écrit le livre traité du monde et de la lumière (1632-1633). Il décida de ne pas le publier suite à la condamnation de Galilée pour son ouvrage Dialogue sur les deux systèmes du monde, défendant la théorie de l’héliocentrisme.<br />Il en publiera néanmoins trois extraits: La Dioptrique, les Météores, La Géométrie. Le discours de la méthode fera office de préface.<br />Le second titre du discours de la méthode est « Pour bien conduire sa raison et chercher la vérité dans les sciences ». Toute la raison d’être de cette méthode, ainsi que les questions aux réponses qu’il va apporter sont résumées dans ce titre.<br />Quelle est la raison d’être de ce discours?<br />
  4. 4. Problématiques: Quels sont les raisons de notre présence sur terre, et quelles sont les clefs de la méthode nous permettant d’effectuer un raisonnement scientifique correct? <br /> Le Discours de la méthode est divisé en six parties:<br />I) Diverses considérations touchant les sciences<br />II) Les principales règles de la méthode que l’auteur a cherché<br />III) Les trois maximes, piliers de la méthode<br />IV) Les raisons qui prouvent l’existence de Dieu <br />V) Explication du mouvement du cœur, difficultés appartenant à la médecine ainsi que la différence entre notre âme et celle des animaux.<br />VI) Les choses requises pour aller plus loin en le recherche de la nature ainsi que les raisons qui l’ont fait écrire.<br />Découpage de l’œuvre <br />
  5. 5. Descartes présente sa méthode comme le moyen d’appliquer par degrés sa connaissance.<br />Il ne la présente pas comme universelle, mais c’est simplement la façon dont il a taché de faire la sienne en toute objectivité:<br /> « Ainsi mon dessein n’est pas d’enseigner ici la méthode que chacun doit suivre pour bien conduire sa raison, mais seulement de faire voir en quelle sorte j’ai taché de faire la mienne »<br />Il explique que les cours qu’il a suivi à l’école, puis jusqu’à sa thèse lui ont simplement permis de découvrir son ignorance, car certains raisonnements ne sont pas fondés sur la raison. Pour lui les mathématiques sont une science basée sur des démonstrations très solides, mais à l’époque peu utilisée.<br /> => Il a donc le désir de faire « table rase » afin de démontrer les choses élémentaires qui permettraient aux générations futures d’avoir des raisonnements cohérents.<br />Première Partie:<br />
  6. 6. Seconde Partie:<br />
  7. 7. Dans cette partie Descartes se pose aussi une question à propos de l’élaboration des lois: <br /> « Ainsi je m’imaginai que les peuples qui ayant été autrefois demi sauvage et ne s’étant civilisés que peu à peu, n’ont fait leurs lois qu’à mesure que l’incommodité des crimes et des querelles les y a contraint »<br />Il conclut que certaines absurdités sont dues au fait que plusieurs hommes aient pris successivement des décisions , et qu’il y a donc un manque de cohérence. Il donne l’exemple suivant: Les quartiers les plus réussis d’une ville sont ceux qui sont dessinés par un même architecte. En revanche lorsque chacun rénove sa maison d’une façon différente, il règne une grand ambigüité dans la ville. <br />Suite Seconde Partie:<br />
  8. 8. Troisième Partie:<br />
  9. 9. Suite de la Troisième Partie<br /><ul><li> Nous avons vu que Descartes remettait tout en cause. Il ne veut pas douter pour douter comme le font les sceptiques, mais pour bâtir des bases plus certaines:</li></ul>« Et comme en abattant un vieux logis, on en réserve ordinairement les démolitions pour servir à en bâtir un nouveau, ainsi en détruisant toutes celles de mes oignons que je jugeais mal fondées, je faisais diverses observations et acquérais plusieurs expériences, qui m’ont servi depuis à en établir de plus certaines. » <br /><ul><li> Il veut de plus mettre en revu les occupations des hommes de toute la terre pour choisir la meilleure. Descartes voyagera en Suède, en Italie, en Allemagne, ce qui lui permettra de prendre du recul face à la civilisation occidentale et ainsi de généraliser sa méthode.</li></li></ul><li>Quatrième Partie:<br />Afin d’aller à la recherche de la vérité, et par la suite aller à la découverte de Dieu. Descartes va rejeter comme faux tout ce en quoi il a croit, jusqu’à redémontrer son existence.<br />Il pense aussi par là que l’âme est distinct du corps.<br />
  10. 10. « Les choses que l’on conçoit très clairement et distinctement sont toutes vraies, n’est assuré qu’à cause que Dieu est ou existe, et qu’il est un être parfait, et que tout ce qui est en nous vient de lui »<br />Pour lui les gens qui ne croient pas en Dieu n’élèvent jamais leur esprit au delà des choses sensibles. <br />Il fonde tout son raisonnement sur l’existence de Dieu. « il est pour le moins aussi certain, que Dieu qui est cet être parfait, est ou existe, qu’aucune démonstration de géométrie le saurait être ».<br />La maxime du philosophe est: « rien dans l’entendement qui n’est d’abord été dans le sens ». <br />Suite de la quatrième Partie:<br />
  11. 11. « Je me résolus de laisser tout ce monde [les savants et les doctes] ici à leurs disputes et de parler seulement de ce qui arriverait dans un nouveau, si Dieu créait maintenant quelque part, dans les espaces imaginaires, assez de matière pour le composer, et qu’il agitât diversement et sans ordre les diverses parties de cette matière […] par après, il ne fit autre chose que de prêter son concours ordinaire à la nature et de la laisser agir suivant les lois qu’il a établies. »<br />Pour Descartes l’univers fut crée par Dieu. C’est la seule explication qui lui permette de justifier notre existence et celle de l’Univers: « Sans appuyer mes raisons sur aucun autre principe que sur les perfections infinies de Dieu… »<br />Cinquième Partie:<br />
  12. 12. Suite de la cinquième partie:<br />Dans la seconde moitié de cette partie Descartes nous décrit le fonctionnement du cœur animal qui est le même que celui de l’homme. Cependant l’homme diffère de toutes les créatures car il possède une âme. <br />
  13. 13. Dans cette partie Descartes nous présente comment aller plus loin dans la recherche de la nature. Pour lui au commencement, il vaut mieux se servir des expériences qui se présentent d’elles-mêmes à nous, afin de ne pas entrer dans des considérations trop compliquées et de bien cerner le problème. Les expériences sont de plus en plus nécessaires, plus on acquière des connaissances. Ainsi lorsqu’il a commencé ces recherches, il a déduit:<br />Sixième Partie:<br />
  14. 14. Nous allons voir les raisons qui l’ont poussé à élaborer cette méthode ainsi que son rapport avec la philosophie. <br />Premièrement l’auteur nous partage qu’il a beaucoup attendu pour publier son œuvre, car il pense qu’elle peut figer son image de la philosophie, et que pour lui la philosophie est une science continuellement en évolution et que ces idées sont susceptibles de changer. Il dénonce les disciples de certains auteurs, comme ceux d’Aristote, qui veulent suivre une doctrine au pied de la lettre et ainsi, ils ne s’élèvent, pas pour aller eux-mêmes à la recherche de l’approfondissement de la philosophie et du savoir.<br />Descartes ne prétend pas connaitre la Vérité, ni de ne pas avoir fait d’erreur dans ces écrits. Il invite ses lecteurs à le contacter, pour demander plus d’explication ou pour expliquer en quoi ils ne sont pas d’accord. Il pense pouvoir être éclairé par eux.<br />Suite de la Sixième Partie:<br />
  15. 15. « Au reste, je ne veux point parler ici en particulier des progrès que j'ai espérance de faire à l'avenir dans les sciences, ni m'engager envers le public d'aucune promesse que je ne sois pas assuré d'accomplir; mais je dirai seulement que j'ai résolu de n'employer le temps qui me reste à vivre à autre chose qu‘à tâcher d'acquérir quelque connaissance de la nature, qui soit telle qu'on en puisse tirer des règles pour la médecine, plus assurées que celles qu'on a eues jusqu’à présent; et que mon inclination m'éloigne si fort de toute sorte d'autres desseins, principalement de ceux qui ne sauraient être utiles aux uns qu'en nuisant aux autres, que si quelques occasions me contraignaient de m'y employer, je ne crois point que je fusse capable d'y réussir. »<br />J’ai pu découvrir la modernité et l’avance de Descartes sur son siècle. Dans son discourt, j’ai apprécier son soucis d’exactitude, ainsi qu’il ne prétends connaitre la vérité. En conséquent, il invite son lecteur à ne pas être le disciple d’un grand philosophe, mais de lui-même philosopher. Sa méthode est là pour nous éclairer dans notre recherche de la vérité. <br />Conclusion:<br />

×