• Save
Comte-sponville synthèse capitalisme et philo damien theillier
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Comte-sponville synthèse capitalisme et philo damien theillier

on

  • 628 views

 

Statistics

Views

Total Views
628
Views on SlideShare
161
Embed Views
467

Actions

Likes
0
Downloads
0
Comments
0

2 Embeds 467

http://nicomaque.com 464
http://translate.googleusercontent.com 3

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Microsoft PowerPoint

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

Comte-sponville synthèse capitalisme et philo damien theillier Comte-sponville synthèse capitalisme et philo damien theillier Presentation Transcript

  • Synthèse de philosophie 3e trimestre A partir d’un extrait du livre : Le capitalisme est-il moral ? Damien Theillier
  • Blaise Pascal « Le cœur a son ordre, l’esprit a le sien, qui est par principe et par démonstration. Le cœur en a un autre. On ne prouve pas qu’on doit être aimé en exposant l’ordre des causes de l’amour ; cela serait ridicule. » « le cœur a ses raisons que la raison ne connaît point ». Le capitalisme est-il moral ?
  • « La tyrannie consiste au désir de domination universel et hors de son ordre (…) La tyrannie est de vouloir avoir par une voie ce qu’on ne peut avoir que par une autre. » « Le fort et le beau se battent sottement à qui sera le maître l’un de l’autre, car leur maîtrise est de divers genre. Ils ne s’entendent pas. Et leur faute est de vouloir régner partout. Rien ne le peut, non pas même la force. Elle ne fait rien au royaume des savants. Elle n’est maîtresse que des actions extérieures. » Pascal
  • Les hommes se distinguent entre eux de deux manières selon les qualités réelles de l'esprit ou du corps (grandeurs naturelles) Des qualités comme la science, la vertu ou la force L’estime selon l'institution de rangs sociaux, de titres et de préséances (grandeurs d’établissement) Les dignités attachées à certain états : la naissance,ou le pouvoir. Le respect Justice et injustice selon Pascal
  • Les corps ou la chair La raison ou l’esprit Le cœur ou la charité
  • La fonction critique de la notion d’ordre La notion d’autonomie des ordres et de disproportion entre les ordres a une double fonction critique : - Désacralisation du politique contre le despotisme - Désacralisation de la science contre le cléricalisme.
  • Structuration Limites Apports Ordre de l’éthique Joie/tristesse Il complète les autres ordres mais ne les régule pas et n’est pas auto-suffisant Désir/Motivation Amour de la liberté, de la vérité et du prochain Ordre de la morale Bien/mal Devoirs/interdits On ne peut pas être trop moral mais on peut faire son devoir sans amour Résiste à la sauvagerie et à la barbarie Vertus morales Ordre juridico- politique Légal/Illégal La démocratie n’a pas de limites démocratiques D’où le salaud légaliste Fixe des fins collectives (intérêt général), d’où cohésion, confiance et paix civile Ordre techno- scientifique Possible/impossible Les frontières se déplacent, pas de limites internes D’où le salaud compétent Trouve des moyens d’agir efficacement Progrès
  • La morale - l'ensemble des devoir (obligations ou interdictions) que nous nous imposons à nous-mêmes - indépendamment de toute récompense, de toute sanction, et même de toute espérance. Ce qu’on fait par devoir L’éthique - Amour de soi - Amour de la liberté, de la vérité et du prochain Ce qu’on fait par amour
  • L’ordre de la morale L’ordre moral
  • Adam Smith Karl Marx Donnée anthropologique fondamentale Les individus poursuivent d’abord leur intérêt particulier
  • Le capitalisme est-il moral ?
  • « Seule la forme sous laquelle [le] surtravail est extorqué au producteur immédiat, l'ouvrier, distingue les formations sociales économiques, par exemple la société esclavagiste, de celle du travail salarié. » Karl MARX (1818 - 1883)
  • Marx reprend la théorie de la valeur travail de Ricardo et précise que la valeur d'une marchandise est égale à la quantité ou temps de travail socialement nécessaire à sa production. Le travail est une marchandise qui possède cette particularité de créer de la valeur. Le point fondamental est que le salaire reçu en échange du travail vendu ne correspond pas à la valeur créée par ce travail. Il existe donc un écart constant entre la valeur créée par le travail et le salaire : c'est la plus-value. Lorsque la marchandise produite sera vendue, la plus-value se matérialise en monnaie et se transforme en profit.
  • « Ce n'est pas de la bienveillance du boucher, du marchand de bière ou du boulanger, que nous attendons notre dîner, mais bien du soin qu'ils apportent à leurs intérêts. Nous ne nous adressons pas à leur humanité, mais à leur égoïsme ; et ce n'est jamais de nos besoins que nous leur parlons, c'est toujours de leur avantage. » Adam SMITH (1723 - 1790)
  • « En préférant le succès de l'industrie nationale à celui de l'industrie étrangère, [l'individu (…)] ne pense qu'à son propre gain ; en cela, comme dans beaucoup d'autres cas, il est conduit par une main invisible à remplir une fin qui n'entre nullement dans ses intentions ; et ce n'est pas toujours ce qu'il y a de plus mal pour la société, que cette fin n'entre pour rien dans ses intentions. Tout en ne cherchant que son intérêt personnel, il travaille souvent d'une manière bien plus efficace pour l'intérêt de la société, que s'il avait réellement pour but d'y travailler. »
  • Capitalisme de marché libre Libre concurrence Droits de propriété Intérêt personnel Personne ne vole personne Loi de l’offre et de la demande Amoral Lois civiles, justice pénale, gouvernement.
  • Le capitalisme n’est ni moral ni immoral mais amoral Les notions de politique économique ou de moralisation du capitalisme sont donc des abus de langage En revanche personne ne peut échapper à la responsabilité morale Principe de la différenciation des ordres
  • Parce que le capitalisme n’a pas de morale… …nous avons besoin, individuellement, d’en avoir une. Parce que la morale ne suffit pas… … nous avons besoin, collectivement, de politique.
  • Confusion des ordres Barbarie = tyrannie de l’ordre inférieur sur le supérieur Angélisme = tyrannie du supérieur sur l’inférieur Religion Intégrisme, fanatisme Éthique Humanisme antireligieux Utopie de l’amour universel, idéalisme Morale Moralisme, puritanisme Utopie humanitaire, marxisme Politique et droit Totalitarisme, paternalisme Volontarisme, politisation de l’économie ou de la science Sciences et techniques Technocratie, scientisme et économisme 2 3 4 5
  • BARBARIE ÉCONOMIQUE
  • Le capitalisme est-il moral ?
  • Le capitalisme de copinage ou de connivence
  • Le capitalisme est-il moral ?
  • La vie Les libertés Le bien commun L’amitié La vérité Il y a des choses qui ne sont pas à acheter ni à vendre :
  • Lénine, en 1920 dans un discours aux Jeunesses communistes russes : « La morale, c’est ce qui est au service de la destruction de l’ancienne société d’exploiteurs… » BARBARIE TOTALITAIRE
  • « Le ressort du gouvernement populaire en révolution est à la fois la vertu et la terreur : la vertu sans laquelle la terreur est funeste ; la terreur sans laquelle la vertu est impuissante »
  • BARBARIE DÉMOCRATIQUE Tout ce qui est légal n’est pas moral pour autant
  • Lois mémorielles La loi Gayssot (1990) délit d’opinion sur l’histoire la Shoah contradictoire avec le concept même de science la science remet en cause les certitudes précédemment acquises. Lois de censure ? Criminalisation de la pensée ?
  • Fautes internes = péchés Fautes externes = crimes
  • Peut-on voter sur tout ? Sur le vrai et le faux ? Sur le bien et le mal ? Sophistique « On peut démontrer tout et le contraire de tout » Nihilisme « Tout est permis »
  • Angélisme moral Versus
  • Le capitalisme est-il moral ? Angélisme politique
  • Le capitalisme est-il moral ?
  • Démocratie Individualisme Despotisme doux Gouvernement local Initiative privée Religion ALEXIS de TOCQUEVILLE
  • Le capitalisme est-il moral ? État Individu État Individu
  • Religion Associations Pouvoir local État Individu Société civile