• Share
  • Email
  • Embed
  • Like
  • Save
  • Private Content
Benjamin Constant et le rôle de la loi
 

Benjamin Constant et le rôle de la loi

on

  • 100 views

 

Statistics

Views

Total Views
100
Views on SlideShare
100
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
0
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Microsoft PowerPoint

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Benjamin Constant et le rôle de la loi Benjamin Constant et le rôle de la loi Presentation Transcript

    • Benjamin Constant (1822)
    •  L’Auteur. • 1767-1830 • Etudes internationales en Allemagne et en Ecosse. • Rencontre et se lie à Madame de Staël dès 1794 • Principal opposant de Bonaparte • Est l’auteur de grands romans d’inspiration romantique comme « adolphe » ou « Cécile ».
    •  1. La conception de la législation et de la société selon Filangieri. 1) La loi et le législateur. 2) Le cadre de l’application de la loi. 3) La Question de l’Etat primitif de la société. 2. La critique et la thèse de benjamin Constant. 1) Les erreurs de Filangieri. 2) La conception de la loi selon Constant. 3) La moralité et la création de la loi.
    •  I.1) La loi et le législateur. La loi et les gouverneme nts BIEN OU MAL La loi peut être bénéfique comme maléfique, produire le bien comme le mal. Le législateur doit être « un être à part, au- dessus du reste des hommes , nécessairement meilleur et plus éclairé ». AUTORITE SANS BORNE POUR GARANTIR LE BIEN
    •  Seul le législateur peut distinguer le bien du mal. Il est donc le seul à même de légiférer Son autorité est sans borne mais il est censé défendre la liberté et adapter la législation à la maturité des nations. 2) Le cadre de l’application de la loi. LA LOI, COMME l’AUTORITE, N’A PAS DE LIMITE
    •  3) La Question de la société. L’HO MME LA SOCIE TE. « Il ne vit point en société, parce qu’il a calculé les avantages que la société lui procurerait car pour calculer ces avantages, il eût fallu qu’il connu déjà la société. »
    •  PETITION DE PRINCIPE Toute chose est causante et causée.
    •  II.1) Les erreurs de Filangieri. AUTORITE SANS BORNE UNE ABSENCE DE LIBERTE Une conception binaire de l’état, ce qu’ils sont et ce qu’il devrait être.
    • Il traite très sévèrement les systèmes. Il les expose à l’indigantion publique. Il met en valeur artificiellement son option. Jugement trop sévère Emploi d’impersonnel Perte de contact avec la réalité Constant en vient alors à dire qu’à force d’employer des impersonnels pour dire ce que la loi devrait faire, les philosophes en ont oublier que c’était les hommes et non Dieu qui légiféraient, et que de fait, La loi ne peut être parfaite.
    •  Poursuite de ce raisonnement. Emploi d’impersonnels Conception trop large de la loi. Oublie de la nature humaine qui est cupide et imparfaite Le pouvoir ne peut être confié dans les mains du seul législateur et son autorité, de même que les lois doivent avoir un cadre.
    •  2) Le cadre de la loi Selon Constant. Garantir la Tranquillité Protéger kes frontières. Assurer un cadre pour la production des richesss. Mise en place d’impôt et d’armée.
    •  La loi La redistribution des richesse. Protectionnisme. (On ne peut pas défendre Une loi rendant l’homme vertueux ne pourrait être que le fruit de dieu.
    •  Si les lois sont justes et correctement appliquées Alors les richesses se produisent naturellement et justement. Au lieu de créer des lois censées contrebalancer des déséquilibres, il vaut mieux détruire les lois à l’origine de déséquilibres.
    •  3) La moralité et la création de la loi. Il faut distinguer deux types délits, les actions nuisibles en elle même et les actions qui ne sont nuisibles qu’en tant que rupture de contrat. L’état se doit de punir les premières pour la sécurité mais ne peut le faire pour les deuxièmes sinon cela reviendrait à du despotisme. Si la loi représente la volonté générale et la morale. Alors la volonté individuelle des être n’existe plus et ils n’ont plus à être moraux puisque la loi s’en charge.
    •  Les lois ne sont pas la cause de ces relations Il est dans la nature de l’homme d’entretenir des relations. Elles sont la déclaration et la mise en lumière de ces faits.
    •  Conclusion.