• Share
  • Email
  • Embed
  • Like
  • Save
  • Private Content
Le democrate n  3067 du 27 novembre  2013
 

Le democrate n 3067 du 27 novembre 2013

on

  • 1,136 views

BeesBuzz : Le Commerce Social est Né Vous avez des idées, Vous avez un certain savoir-faire, Un passe-temps, Un hobby... Vous êtes Artiste ou Artisan, Vous avez créé Votre Activité et voulez la ...

BeesBuzz : Le Commerce Social est Né Vous avez des idées, Vous avez un certain savoir-faire, Un passe-temps, Un hobby... Vous êtes Artiste ou Artisan, Vous avez créé Votre Activité et voulez la booster... Vous avez été mis sur la touche, vous êtes sans travail... Trop jeune, Trop vieux, Trop diplômé... Pas assez d'expérience, Pas le bon «Look», Pas le bon profil... Cependant... Vous avez une idée que vous avez toujours souhaité tester... Vous avez envie d'un changement, d'un nouveau défi à vous lancer. Un complément de revenus grâce à vos talents serait le bienvenu ! Vous avez envie d'être indépendant, de tenter votre chance... A temps partiel, sans prendre de «risques financiers»... Vous voulez tester le marché, en vérifier la perception, tenter de percer. Vous voulez augmenter vos revenus, arrondir vos fins de mois, ou développer une carrière. Vous aimeriez développer un réseau de prospects, éventuellement , de revendeurs potentiels pour augmenter votre puissance de vente?

INVITATION AU DÉVELOPPEMENT PERSONNEL
http://www.beesbuzz.com/invite/user_579/

VIDEO
http://snmbowebo.ning.com/video/beesbuzz-social-commerce-is-born-web-6-0

MARKETING
http://fr.slideshare.net/dabealvi/bees-buzzmktg-fra

***
QU'ATTENDEZ VOUS ? ENTREZ DANS BeesBuzz ET SON COMMERCE SOCIAL INÉDIT

Statistics

Views

Total Views
1,136
Views on SlideShare
1,136
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
4
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Le democrate n  3067 du 27 novembre  2013 Le democrate n 3067 du 27 novembre 2013 Document Transcript

    • Caroline Ngo Mbamseck Bayiha, la camerounaise qui conduira certainement Djotodia à la CPI Quotidien indépendant d’informations générales Bangui - RCA / Tel: 75 50 51 09 e-mail : le_democrate2000@yahoo.fr Site Web : http//ledemocrate.Wifeo.com N°3067 du Mercredi 27 Nov. 2013 300 FCFA Ombre et lumière Le RDC tire la sonnette d’alarme après les grandes résolutions de l’ONU. Vraiment ! El Akhrass Ali écrit au Journal Le Démocrate JeanJean-Yves Le Drian annonce le déploiement d’un millier de soldats" français
    • Politique Caroline Ngo Mbamseck Bayiha, la camerounaise qui conduira certainement Djotodia à la CPI Elle est membre d’une fondation qui lutte contre toutes formes d’abus aux Pays Bas ainsi que sur le continent Africain spécialement dans la région sub-saharienne. Cette femme a saisi le procureur de la Cour Pénale Internationale sur le cas de la République centrafricaine. Le Démocrate : Bonjour Madame, Caroline Ngo Mbamseck Bayiha, Bonjour, Mr.Thierry Anatole M’BOMBA MEBOUROU, permettez -moi tout d’abord de vous féliciter pour votre travail d’information qui est l’arme la plus puissante dans le monde. Je vous remercie de vous intéresser à ma modeste personne ainsi qu’au travail de la Stichting Lydia Foundation à La Haye aux Pays Bas, Le Démocrate : Vous êtes à la tête d’une Organisation non gouvernementale ! Présentez-la nous et dites-nous quels sont ses objectifs. Pas une organisation non gouvernementale, nous sommes plutôt une fondation qui luttons contre toutes formes d’abus aux Pays Bas ainsi que sur le continent Africain spécialement dans la région sub-saharienne. Notre mission première aux Pays Bas est de venir en aide aux sans-papiers, aux victimes de la traite humaine en leurs apportant toutes les aides nécessaires qui sont les suivantes ; aides au logement, régularisation, soins médicaux, aides judiciaires, prise en charge psychologique, aides aux rapatriements des corps de nos défunts, visite dans les prisons pour faire respecter les droits fondamentaux de nos frères et sœurs Africains. Sur le continent Africain nous initions des projets bien précis pour garder les populations dans leurs communautés par la création d’emplois dans les secteurs d’activités tels que l’agriculture, l’aviculture, aquaculture, énergie renouvelable etc.…pour éradiquer l’immigration illégale et maintenir ainsi la Paix sur le continent Africain car comme vous devez sûrement le savoir une personne active, productive, utile, génératrice de revenus pour subvenir aux besoins de sa famille ne pense pas à faire la guerre, se déplacer ou commettre des crimes. Le Démocrate : Dernièrement la Cour Pénale Internationale vous a saisi par une correspondance au sujet de la République centrafricaine, Dites-nous, c’était précisément pour quels motifs ? Non correction ; j’ai saisi la Cour Pénale de Justice par une lettre ouverte daté du 19 Octobre 2013 ci-joint copie, pour demander à Madame Fatou Bensouda Procureure de la Cour Pénale Internationale à La Haye au Pays Bas où ma fondation a son siège d’ouvrir une enquête sur les abominations commises par les membres de la SELEKA sur la population centrafricaine. Je réitère ma question à Mr. Michel Djotodia quel crime la population centrafricaine a commise envers vous pour la laisser se faire massacrer de cette manière par vos hommes ? Qui êtes-vous au juste ? Quels sont vos soutiens et/ou les commanditaires de ce génocide ? Que gagnez-vous Mr Michel Djotodia ? Le Démocrate : Qu’attendez-vous du peuple centrafricain pour la suite de vos démarches auprès de la Cour Pénale Internationale ? J’aimerai tout d’abord au nom de mon pays d’origine le Cameroun, que je sais profondément triste de voir le génocide de notre pays frère et ami en mon nom propre présenter toutes mes condoléances aux familles des défunts du peuple centrafricain. Si je pouvais donner chaque cellule de mon corps pour faire revenir vos proches sans hésiter je le ferai car je sais ce que c’est de perdre un être qui vous est cher. Ce que j’attends du peuple Centrafricain LE DEMOCRATE N° 3067 du 27 Nov. 2013 aujourd’hui c’est de revenir à la raison pour une réconciliation nationale, l’implication massive de la vraie diaspora CENTRAFRICAINE et AFRICAINE résident en OCCIDENT pour le rétablissement de la PAIX en Centrafrique. J’aimerai l’implication des avocats centrafricains pour CONSTITUER un dossier sur les exactions perpétrées par la SELEKA contre la population que nous transmettrons pour complément d’informations à la Cour Pénale Internationale aux fins d’honorer la mémoire de notre frère et confrère qui travaillait aussi sur ce dossier avec nous. Le Démocrate : Peut-on s’attendre à ce que vous descendez un jour pour vous rendre compte personnellement de ce qui se passe sur le terrain en Centrafrique ? Je ne vois aucune objection ; à cela j’aimerai seulement que Mr Michel Djotodia REALISE le mal qu’il fait à son pays, qu’il prenne exemple sur la sagesse de notre Président S.E. Monsieur Paul Biya, à la manière dont il a géré le dossier la péninsule de Bakassi. Pensez-vous qu’il aurait accepté une guerre, un génocide de cette ampleur dans notre pays ? NON car il aime son peuple. Nul n’est parfait mais que Mr Michel Djotodia reconnaisse son erreur, demande pardon au peuple Centrafricain et démissionne. Je n’abandonnerai pas le dossier de la CPI, je sais que ma tête est mise à prix par les membres de la SELEKA l’important pour moi c’est la protection des civils, le maintien de la PAIX en Centrafrique et dans la sous-région. J’appelle les chefs d’états Africains à boycotter la conférence de Paix qui doit se tenir à Paris le 06-07 Décembre 2013. J’estime qu’elle devrait plutôt se tenir au siège de l’Union Africaine à Addis-Abeba car c’est une affaire de sécurité Africaine et non le renouveau de la Françafrique. Quant aux Conseil des Nations Unies l’envoi des casques bleus doit être immédiat. Que Dieu/ Allah fasses revenir la Paix en Centrafrique, nous ne voulons pas de guerre en Afrique Centrale ! Le Démocrate : Merci ! Interview réalisée par le Rédacteur en Chef Thierry Anatole M’bomba Mebourou P.2
    • Nation Le calvaire et le suspense se prolongent pour les Centrafricains déjà au bord du tombeau Que de bonnes prédispositions en faveur de la République centrafricaine ? Des milliers de promesses qui embaument les cœurs centrafricains meurtris par les agissements assassins des éléments de la coalition Séléka, mais qui tardent à se concrétiser dans les faits et les actes. Malgré cela, ces promesses et gesticulations de la communauté internationale semblent avoir un temps soit peu, freiner les ardeurs de ces mécréants de la Séléka. Si les Centrafricains chrétiens tremblent de peur devant les actes assassins des éléments de la Séléka, les musulmans eux, tremblent de peur quant à l’après éléments belliqueux de la Séléka. Un paradoxe quand on sait que ces deux communautés qui jadis vivaient dans une parfaite complicité d’esprit, sont aujourd’hui divisée par des sujets Séléka venus du Tchad et du Soudan qui se sont amusés à assassiner gratuitement les chrétiens résidant sur ce sol béni de Dieu. Ces assassinats dont celui du magistrat Modeste Martineau Bria ont profondément secoué la communauté internationale qui s’est in fine, mise en branle pour aider le pays de Boganda de se sortir de cette situation. Au moment où le Conseil de sécurité des Nations unies étudie la possibilité du vote d’une Résolution en faveur d’une intervention en Centrafrique, une résolution proposée par le Secrétaire général des Nations unies, le Coréen Ban Ki Moon, la France, elle promet l’augmentation de son effectif en Centrafrique et un soutien adéquat aux troupes de l’Union africaine. Mais toutes ces actions, notamment le vote de la Résolution et le déploie- ment des troupes augmentées françaises et de la MISCA ne pourront démarrer qu’à la mi décembre. Encore plus de 3 semaines de calvaire et de suspense pour le peuple centrafricain qui se meurt. Bien évidemment toutes ces actions sont conditionnées au vote de la Résolution présentement en discussion au Conseil de Sécurité des Nations Unies. Ce qui énerve encore plus, c’est le fait qu’au niveau national, toutes les autorités semblent complètements dépassées par les événements et ne savent même pas par quel bout les prendre pour les traiter comme il se doit. Pendant ce temps, les êtres cornus qui se sont mis en tête de couper celle des chrétiens en Centrafrique, continuent leur sale besogne sous leurs yeux hébétés. Les départements en charge de la question sont tous totalement inexistants. On ne sent plus les gesticulations du Pasto Josué Binoua depuis qu’il s’est à mainte reprise recoupé dans ces déclarations, recoupement relevé par la diplomatie étrangère et surtout depuis que, lors de sa rencontre avec les leaders des partis politiques (Binoua n’est pas leader politique, mais religieux), le Président Djotodia a annoncé la refonte du gouvernement. Pareil pour son collègue de l’administration du territoire qui gère des fantomatiques préfets, sous préfets, maires et chefs de village. Tous ses administrés sont ainsi devenus des fantômes depuis que les éléments de la Séléka ont fait intrusion dans leur vécu quotidien et il continue d’en nommer, sachant qu’ils ne prendront jamais le poste qui leur est attribué. Peut-il seulement valablement nous dire, combien de ces fonctionnaires dont les sous préfets ont regagné leur poste ? Pour couronner le tout, leur collègue de la justice ne peut même dire clairement au peuple où est-ce qu’on en est avec les arrestations des assassins Séléka qui circulent d’ailleurs librement comme du vent, étant beaucoup plus libre même que les dits ministres. C’est dans ce contexte que les Centrafricains sont tous suspendus au vote de la résolution encore en examen au Conseil de Sécurité des Nations unies. Ainsi, le calvaire et le suspense continuent pour eux. Wazado SYG Intervention française en Centrafrique: une manœuvre logistique sur quinze jours Par Olivier Fourt Après le Mali, la France s'apprête à intervenir en Centrafrique avec un millier de soldats et un projet de résolution à l'ONU proposant à terme l'envoi de casques bleus dans ce pays en proie au chaos. Prés de 800 soldats sont en route pour renforcer les 400 militaires français déjà présents dans ce pays. Cela fait des mois que l'armée française travaille sur un déploiement en Centrafrique, zone qu'elle connaît bien. Bangui est une ville enclavée difficile d'accès. Premier objectif de l'intervention française : ramener le calme dans la capitale, aux côtés des éléments de la Misca, transférer certaines responsabilités aux troupes africaines et porter l'effort dans d'autres régions déstabilisées de la RCA. Les opérations pourraient débuter dans une quinzaine de jours, date à laquelle les renforts auront été acheminés. L'aéroport de la capitale est ouvert et la piste parfaitement utilisable, ce qui facilite l'acheminement du matériel par la voie aérienne. Une douzaine de vols de gros porteurs affrétés depuis la France sont déjà programmés. Ils partent de Pau, base située à proximité des éléments constituant la 11e brigade parachutiste (8e RPIMA de Castres et 3e RPIMA notamment) et d'Istres pour acheminer les hommes et le matériel lourd (25e RGA entre autres). Renforts venus des autres théâtres d’opération en Afrique Dans l'immédiat, il s'agit de remonter une base projetable à Bangui pour accueillir le flux logistique : installer des soutes à carbu- LE DEMOCRATE N° 3067 du 27 Nov. 2013 rant pour les avions, mettre en place un dispositif médical avancé. D'autres rotations par avions à hélices (Dash 400 et Antonov 12 loués) ont déjà débuté depuis le Mali, mais aussi, probablement, depuis le Gabon où le ministre de la Défense JeanYves Le Drian était en visite le vendredi 22 novembre. A ce stade, les avions de transport tactique Transall présents en Afrique seront, autant que possible, préservés pour les futures opérations de combat en RCA ou au Mali. Les hélicoptères viendront des théâtres d'opération en Afrique. Quatre hélicoptères de transport Puma et deux Gazelles ont été embarquées sur le BPC Dixmude qui a quitté Toulon dimanche avec environ 300 hommes à bord. Il faudra un peu moins de deux semaines de mer pour rejoindre le port de Douala, au Cameroun. Au moins un autre bateau cargo est programmé. Ensuite, le transfert s'effectue par le train vers la République centrafricaine pour terminer le trajet vers Bangui par la route. P.3
    • Nation Le RDC tire la sonnette d’alarme après les grandes résolutions de l’ONU . Vraiment ! DÉCLARATION RELATIVE A LA SITUATION SÉCURITAIRE DE LA RCA Le Bureau politique du Rassemblement Démocratique Centrafricain (RDC), Parti qui attache du prix à la Paix, à la Démocratie, à la Stabilité de notre pays et à son principe philosophique de « SO ZO LA », réuni en séance extraordinaire le samedi 23 novembre 2013, rend publique la déclaration suivante : Premièrement : Des assassinats et agressions C’est avec consternation que le Rassemblement Démocratique Centrafricain (RDC) observe ces dernières semaines la recrudescence d’actes odieux perpétrés par les éléments de la coalition SELEKA sur la paisible population du Centrafrique. Il ne se passe plus de jour sans que le Centrafricain médusé assiste impuissant au décompte macabre que lui impose la barbarie de la SELEKA. C’est ainsi que le RDC relève entre autres : L’agression au stade « 20 000 places » perpétrée sur le ressortissant français Ludovic HOREL atteint par balle et depuis lors évacué en France ; Le jet d’une grenade le lundi 11 novembre 2013 par les éléments de la SELEKA à l’occasion d’une tentative de vol de moto ayant occasionné la mort d’une jeune fille de 18 ans et des blessures graves à cinq (5) autres compatriotes ; des tirs des éléments de la SELEKA sur la population civile sans armes, cette même nuit à Gbakondja et aux Castors ; De nombreux tirs, le 13 novembre 2013, aux quartiers Fatima, Nzangogna et Miskine, occasionnant morts d’hommes et des blessures graves ; Des drames et pertes considérables en vies humaines dans de multiples localités de province notamment Bossangoa et sa région, Bouar et sa région, Bouca, Bozoum et sa région, Bangassou et sa région, Berberati et sa région, etc. ; Des éléments des FACA sont chaque jour enlevés et assassinés par les éléments de la SELAKA dans la plus totale impunité et l’indifférence des autorités. Pour couronner le tout, la troisième institution de la République, la Justice centrafricaine, a été touchée en son cœur le samedi 16 novembre 2013 par l’assassinat par des éléments de la SELEKA du Directeur Général des Services Judiciaires, le magistrat Modeste Martineau BRIA et son aide de camp ; cet acte a été suivi deux jours après du jet d’une grenade dans la concession du Substitut du Procureur de la République entraînant la mort de son aide de camp ; là encore en toute impunité. Un grand drame à ciel ouvert se déroule en Centrafrique. Plus personne P. 4 n’est épargnée par les affres de la SELEKA qui occupe le pays tout en imposant aux populations une logique obscurantiste d’un autre âge et d’autres lieux. Devant cette situation, le RDC adresse ses sincères condoléances et l’expression de sa sympathie aux familles de toutes les victimes des violences, meurtres, assassinats, vols, viols, braquages, pillages et toutes autres exactions, telles que privations de liberté, extorsions de fonds et occupations illicites des propriétés privées par les éléments de la SELEKA à Bangui et en province. Deuxièmement : de l’existence du Comité Extraordinaire de Défense des Acquis Démocratiques (CEDAD). Le RDC a été informé que certains des crimes et délits déplorés, notamment les arrestations et détentions arbitraires, tortures, assassinats, traitements cruels inhumains et dégradants et autres violations graves des droits de l’homme sont imputables au CEDAD. Le RDC rappelle que lors de la clôture de la session extraordinaire du 19 au 20 novembre 2013 du Conseil National de Transition (CNT), cette institution a recommandé la dissolution du CEDAD. Le RDC rappelle également que lors de la rencontre du Chef de l’Etat de Transition avec la classe politique centrafricaine le jeudi 21 novembre 2013, celui-ci a déclaré solennellement qu’il accède à la recommandation du CNT en ce qui concerne la dissolution du CEDAD. Le RDC demande donc instamment au Chef de l’Etat de la Transition la concrétisation dans un meilleur délai de la parole donnée et d’ordonner en même temps le démantèlement de toutes les structures rattachées au CEDAD, notamment de ses centres de détentions parallèles. La crédibilité des institutions de la Transition est à ce prix. Troisièmement : du rétablissement de la sécurité sur l’ensemble du territoire nationale. Le RDC fait remarquer que la solution au drame que vit le peuple centrafricain depuis l’avènement de la coalition SELEKA ne réside aucunement, au plan interne, dans des rencontres avec les formations politiques, les notables, les chefs de groupes, de quartiers et la Jeunesse. Il note par ailleurs que ces rencontres ne servent qu’à dédouaner la SELEKA et à trouver des boucs émissaires tout en faisant de la diversion alors que les témoins de la scène connaissent le degré de nocivité de la SELEKA, force négative qui a pris en otage le pays. C’est pourquoi le RDC interpelle les autorités de la transition et leur rappelle qu’un régime qui n’arrive pas à préserver la vie des citoyens, à assurer leur sécurité et leur bien-être ainsi que le respect des droits humains sur le territoire, ne peut se prévaloir d’aucune légitimité, tout comme celui qui ne parvient pas à faire assurer l’application de ses propres lois et décisions. La persistance de l’insécurité constatée est alimentée par l’absence effective des éléments de forces de défense et de sécurité équipées et déployées sur le terrain. La lutte contre l’insécurité permanente ne pourra se faire qu’avec des Centrafricains bien formés et patriote. Sans forces de défense et de sécurité comprenant de véritables fils du pays, équipées, disciplinées, organisées, pouvant assurer l’ordre, la sécurité et garantir l’application des mesures que peuvent prendre les autorités gouvernementales, l’Etat cesse d’exister. Quatrièmement : de la fête du 1er décembre Pour le Rassemblement Démocratique Centrafricain comme pour tous les fils authentiques de ce pays, la fête du 1er décembre marque la commémoration de la proclamation de la République Centrafricaine en tant qu’Etat libre et démocratique. Malheureusement, force est de constater que la RCA est un pays sous occupation de hordes armées constituées pour une grande part d’étrangers qui font leur loi, sèment partout la désolation et la mort. Il s’ensuit que le Centrafricain, depuis lors, est privé de sa dignité, de sa liberté et de la paix. Il n’a pas le cœur à de quelconque réjouissance. Aussi, le RDC, Parti de « SO ZO LA » et de « SIRIRI », annonce-t-il à l’opinion nationale et internationale qu’il ne s’associera pas aux festivités du 1er décembre 2013 organisées par les autorités de la Transition. Toutefois, il appelle ses militantes et militants à faire du 1er décembre 2013 une journée de deuil et de réflexion sur les thèmes de « SO ZO LA », de « SIRIRI », de Fraternité et de Réconciliation. Fait à Bangui, le 25 Novembre 2013 Pour le Bureau Politique, le Président Louis-Pierre GAMBA LE DEMOCRATE N° 3067 du 27 Nov. 2013
    • Lu pour vous Michel Djotodia : Partira ? Partira pas ? La dernière tentation du chef Les présidents finissent souvent par croire que ce qui est bon pour eux l'est aussi pour leur pays. La loi fondamentale de leur pays leur interdit en principe de se représenter. À moins qu'elle ne change... Douze présidents africains sont concernés par la tentation du mandat de trop. © DR/Montage J.A. Mandats présidentiels : onze hommes, une femme... un même dilemme MOZAMBIQUE Armando Guebuza 70 ans Échéance électorale avril 2014 Article 147 : la durée du mandat du président de la République est de cinq ans. Le président de la République ne peut être réélu qu'une seule fois. Réélu en 2012 à la tête du Frelimo, parti au pouvoir, Armando Guebuza a annoncé qu'il ne briguera pas de troisième mandat. Pourtant, beaucoup, y compris dans son entourage, lui prêtent des intentions contraires, entretenant ainsi le doute. NAMIBIE Hifikepunye Lucas Pohamba 78 ans Échéance électorale novembre 2014 Article 29 : Le mandat du président est de cinq ans. Une personne ne peut exercer les fonctions plus de deux mandats. Son prédécesseur Sam Nujoma avait brigué et remporté un troisième mandat, après avoir modifié la Constitution. Mais Hifikepunye Lucas Pohamba apparaît comme un homme respectueux des lois qui, semble-t-il, n'envisage pas de prendre le chemin contesté de son aîné. CENTRAFRIQUE Michel Djotodia 64 ans Échéance électorale début 2015 Accords de Libreville. Article 1 : Le président de la République en fonction ne peut se représenter pour un autre mandat. Article 6 : le Premier ministre ainsi que les autres membres du gouvernement de transition ne peuvent être candidats à la prochaine élection présidentielle. Pas question pour Michel Djotodia de succéder à luimême en 2015. Il est sous très haute surveillance de la communauté internationale et il sait qu'en toute hypothèse il n'aurait aucune chance d'être élu, tant la Séléka est impopulaire. TANZANIE Jakaya Kikwete 63 ans Échéance électorale octobre 2015 Article 40 et 42 : Le président occupe le poste pour une période de cinq ans. Nul ne peut être élu plus de deux fois. Élu en décembre 2005, Jakaya Kikwete a acquis une stature nationale et sous-régionale. Il pourrait être tenté de rester, soutenu par ses partisans qui avancent son "jeune âge" (63 ans) et ses bons résultats. L'escale du président américain Obama lors de sa tournée de juillet en Afrique a été perçue par ses proches comme un feu vert. BURKINA FASO Blaise Compaoré 62 ans Échéance électorale novembre 2015 Article 37 : Le président est élu pour cinq ans au suffrage universel direct, égal et secret. Il est rééligible une fois. Blaise Compaoré esquive toute question sur ce sujet brûlant. Selon de bonnes sources, après avoir longtemps hésité, il serait presque décidé à se représenter. Au forceps ? BÉNIN Thomas Boni Yayi 61 ans Échéance électorale mars 2016 Article 42 : Le président de la République est élu au suffrage universel direct pour un mandat de cinq ans, renouvelable une seule fois. Thomas Boni Yayi a juré au pape, à François Hollande et à Barack Obama qu'il LE DEMOCRATE N° 3067 du 27 Nov. 2013 ne se représenterait pas. Quelles que soient ses envies, il lui sera difficile de se dédire après de tels serments - publics qui plus est. CONGO-BRAZZAVILLE Denis Sassou Nguesso 70 ans Échéance électorale juillet 2016 Article 57 : Le président de la République est élu pour sept ans au suffrage universel direct. Il est rééligible une fois. Denis Sassou Nguesso ne s'est pas prononcé. Mais sa candidature est de plus en plus considérée comme probable. Via un référendum constitutionnel sur un changement de régime ? RDC Joseph Kabila 42 ans Échéance électorale décembre 2016 Article 70 : Le président de la République est élu au suffrage universel direct pour une durée de cinq ans renouvelable une seule fois. Joseph Kabila a affirmé qu'il respecterait "l'esprit et la lettre" de la Constitution. Mais un report de deux ans de l'élection présidentielle est envisagé. RWANDA Paul Kagamé 56 ans Échéance électorale juillet 2017 Article 101 : Le président de la République est élu pour un mandat de sept ans renouvelable une seule fois. Nul ne peut exercer plus de deux mandats présidentiels. Paul Kagamé a toujours répété qu'il se soumettrait à la Constitution. Mais il a laissé s'ouvrir un débat national sur la paix, la sécurité et le développement du Rwanda dont devrait découler l'identité (secondaire à ses yeux) de la personnalité le P. 5
    • Lu pour vous Jean-Yves Le Drian annonce le déploiement d'"un millier de soldats" français Le ministre français de la Défense, Jean-Yves le Drian, a annoncé mardi sur Europe 1 le déploiement d'"un millier de soldats" français en Centrafrique. Invité sur Europe 1, le ministre français de la Défense, Jean-Yves le Drian, a annoncé mardi le déploiment d'environ "un millier de soldats" français en Centrafrique. Les troupes françaises devraient y rester pour une durée de six mois afin de rétablir l'orde dans le pays avec le soutien d'une force africaine. "La France appuiera cette mission africaine, de l'ordre d'un millier de soldats", a déclaré le ministre français. "Nous le ferons en appui et non pas en entrée en premier, comme nous avons pu le faire pour le Mali, et pour une période brève, de l'ordre de six mois à peu près", a-t-il ajouté. La France en appui de la Misca Lundi, à l'issue d'une rencontre à Paris avec le chef de la diplomatie française, Laurent Fabius, le Premier ministre centrafricain Nicolas Tiangaye avait annoncé que la France était prête à envoyer ses soldats après un vote du Conseil de sécurité de l'ONU, prévu début décembre. Laurent Fabius "a parlé de l'envoi de 800 hommes pour l'instant, qui s'ajouteraient aux 410 déjà présents", a-t-il déclaré. Il a précisé que "le rôle de la France sera d'appuyer les forces de la Misca (Mission internationale de soutien à la Centrafrique) en termes militaires, logistique et d'assistance technique". "Tout cela va se faire vers la mi -décembre, après le vote d'une résolution au Conseil de sécurité", avait estimé le Premier ministre Centrafricain. À la suite de consultations à huis clos, lundi, à New York, avec ses 14 partenaires du Conseil, l'ambassadeur français Gérard Araud a annoncé que la France allait déposer dans les prochaines heures un projet de résolution visant à renforcer la Misca. Ce texte, qui pourrait être adop- té la semaine prochaine, invitera le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon à fournir dans un délai de trois mois un nouveau rapport sur un éventuel déploiement de Casques bleus en RCA. Gérard Araud a indiqué que Paris allait "renforcer sa présence" sur place mais n'a pas confirmé le chiffre avancé par Bangui. Selon le Premier ministre centrafricain, la mise en place "d'une force de maintien de la paix de l'ONU va prendre du temps". "Dans l'immédiat, il faut un mandat sous le chapitre 7 de la charte (de l'ONU, qui autorise le recours à la force) permettant à la Misca et à la France de rétablir la sécurité sur tout le territoire", a-t -il estimé. "Il y a une insécurité généralisée", "de graves crimes de guerre et crimes contre l'humanité sont commis en Centrafrique", a-t-il insisté. Les "anti-balakas" La Centrafrique est en proie aux violences depuis le renversement, le 24 mars, du président François Bozizé par Michel Djotodia, chef de la coalition rebelle Séléka, devenu depuis président. Les mesures de sécurité ont été renforcées au cours du week-end à Bangui, où les habitants redoutent de voir la ville s'embraser après les violences qui ont secoué le nord -ouest du pays ces dernières semaines. Des rumeurs ont notamment fait état de l'infiltration de groupes armés chrétiens décidés à s'en prendre à la communauté musulmane, dont est issu Michel Djotodia. Il y a quelques mois, les chrétiens, largement majoritaires, et les musulmans vivaient en bonne intelligence. Mais les exactions à répétition de l'exrébellion Séléka, à majorité musulmane, ont rapidement généré des tensions, poussant des populations chrétiennes à former des "groupes d'autodéfense" pour s'en prendre aux musulmans. Début septembre, les attaques de ces milices paysannes surnommées "antibalakas" (anti-machettes) avaient fait près de 100 morts dans la région de Bossangoa (nord-ouest). Fin octobre, de nouveaux affrontements ont fait une quarantaine de morts à Bouar (ouest), entraînant des représailles meurtrières. "À Bangui, de plus en plus de gens craignent que des 'anti-balakas' ne soient infiltrés (...) pour s'en prendre aux musulmans", a déclaré depuis la capitale centrafricaine Bangui Roland Marchal, chercheur au CNRS et spécialiste des conflits en Afrique centrale. Il y a une semaine, Ban Ki-moon avait évoqué "un niveau alarmant de violence inter-communautaire" tandis que le département d'État américain parlait d'une situation "pré-génocidaire". De son côté, Laurent Fabius jugeait le pays "au bord du génocide". Des mots forts qui veulent justifier l'appui à la Misca. Lundi, le vicesecrétaire général de l'ONU, Jan Eliasson, a agité devant le Conseil de sécurité le spectre d'un "conflit religieux et ethnique" entre chrétiens et musulmans qui pourrait mener à des "atrocités généralisées". (Avec AFP) Michel Djotodia : Partira ? Partira pas ? La dernière tentation du chef (Suite de la page 5) mieux à même de garantir ces valeurs cardinales. Lui-même ? C'est probable. BURUNDI Pierre Nkurunziza 49 ans Échéance électorale juin 2015 Article 96 : Le président de la République est élu au suffrage universel direct pour un mandat de cinq ans renouvelable une fois. Pierre Nkurunziza, "premier président de la période post-transition", fait abstraction de son mandat de 2005 puisque élu au suffrage indirect "à titre exceptionnel". Ses détracteurs n'y voient qu'une manœuvre pour se maintenir au pouvoir. P. 6 La bataille se jouera sur le terrain juridique. SIERRA LEONE Ernest Bai Koroma 60 ans Échéance électorale 2017 Article 46 : Nul ne peut exercer les fonctions de président pendant plus de deux mandats de cinq ans chacun. Ernest Bai Koroma est déjà sur les rails d'une troisième candidature. Même s'il nie cette ambition, l'ouverture d'un vaste chantier de réforme de la Constitution en mai ainsi que les déclarations de ses plus proches collaborateurs contredisent ses propos. LIBERIA Ellen Johnson Sirleaf 75 ans Échéance électorale novembre 2017 Article 50 : Le président est élu au suffrage universel [...] pour un mandat de six ans [...] Nul ne peut siéger comme président pendant plus de deux mandats. Ellen Johnson Sirleaf a pris goût au pouvoir. À l'aube de sa réélection fin 2011, elle disait vouloir "terminer ce qu'elle avait commencé". En 2017, elle devrait toutefois respecter la Constitution, consciente des risques de troubles qui pourraient survenir si elle s'accrochait à son poste. LE DEMOCRATE N° 3067 du 27 Nov. 2013
    • Nation El Akhrass Ali écrit au Journal Le Démocrate El AKHRASS Ali Super marché RAYAN BANGUI Monsieur le Directeur Quotidien LE DEMOCRATE Bangui Objet : Droit de réponse à l’article « Incendie du Super marché RAYAN Le Libanais EL AKHRASS Ali grand ouvrier du parti KNK de Bozizé serait-il en passe de mettre dans sa poche les nouvelles autorités de la transition ? » Monsieur le Directeur, LE DEMOCRATE du 15 novembre 2013 N° 3059 a publié l’article visé en marge au mépris de toutes les règles de la déontologie de votre profession et m’oblige à faire ce droit de réponse. Vous stigmatisez le fait que je suis étranger, de nationalité libanaise et que j’ai bénéficié d’une exonération de douanes et d’impôts qui m’aurait permis de bâtir mon, royaume sur les cendres des centrafricains. Vous affirmez aussi que j’incarne à moi seul tout le malheur du peuple centrafricain et, enfin je serai la tête de pont du Hezbollah. Ces affirmations sont de nature raciste et n’honore pas votre journal qui devait s’atteler à informer de manière professionnelle l’opinion nationale et internationale. Je vous informe, si vous le savez pas que je suis centrafricain au même titre que vous et je bénéficie des mêmes droits et devoirs qui incombent à tout centrafricain. Je vis depuis 32 ans dans ce pays qui m’a accueilli et j’ai toujours travaillé pour son développement contrairement à vos élucubrations stupides. Vous faites des affirmations gratuites selon lesquelles je bénéficie d’une exonération des douanes et d’impôts. Vous ne savez même pas de quoi vous parlez et je constate que votre inculture est dramatique pour un journal qui devait informer de manière exacte l’opinion. Les marchandises que j’importe sont toujours dédouanées et je paie régulièrement mes impôts et taxes. Ma comptabilité est là pour apporter la preuve de ce que je dis. Je n’ai pas bâti mon royaume sur les cendres des centrafricains comme votre journal l’affirme mais je contribue à l’épanouissement du centrafricain par l’emploi. Je fais travailler en effet plusieurs centaines de centrafricains qui vivent de leur travail ainsi que leur famille. Je ne suis pas la cause du malheur du peuple centrafricain contrairement à ce que vous écrivez. Enfin, vous affirmez que je suis la tête de pont du Hezbollah. Quelle preuve détenezvous pour faire une déclaration aussi grave ? Votre intention de me nuire est si forte que vous perdez toute lucidité et tout sens de retenue. Je me réserve le droit de saisir les tribunaux pour ces allégations qui portent atteinte à mon honneur et à mon intégrité. Aussi, je vous prie de publier le présent droit de réponse dans les mêmes conditions que l’Article incriminé. LE DEMOCRATE N° 3067 du 27 Nov. 2013 Centrafrique: l'armée française attendue pour ouvrir la voie à la force africaine Par RFI Le Conseil de sécurité s’est penché ce lundi 25 novembre sur les options possibles pour venir en aide à la Centrafrique. L’ONU dit vouloir mettre en œuvre une réponse «robuste» et «sérieuse» qui comprend la force africaine, les soldats français, puis les casques bleus. Avec notre correspondant à New York, Karim Lebhour A l’ONU, plus personne ne doute qu’il y a u r a bien une opération de maintien de la paix en Centrafrique. Reste à savoir quand et dans quelles conditions. C’est la force africaine, la mission internationale de soutien à la Centrafrique (Misca), qui va d’abord se déployer sous mandat de l’ONU à partir du 19 décembre. Elle doit aligner 3700 hommes. Un effectif très insuffisant, mais qui recevra selon Gérard Araud, ambassadeur de France aux Nations unies, le soutien des troupes françaises dont le nombre devrait tripler pour atteindre quelque 1200 soldats. « Nous considérons que les forces françaises devraient être ce que l'on appelle une 'bridging force', explique l'ambassadeur. C'est à dire pour d'abord mettre un peu d'ordre et pour apporter son soutien à la force africaine. Dans un premier temps, les forces françaises assureront un rôle de protection des civils. Mais très rapidement, ce sera la force africaine qui devra le faire ». COMITE DE REDACTION DIRECTEUR DE PUBLICATION Ferdinand SAMBA REDACTION Thierry M’Bomba Askin Bamako Ibrahim N’Tesa Cardoso Jean-Luc Désiré SAYENGA SAISIE D.A.O. Céline BENINGA MONTAGE - P.A.O Thierry M’BOMBA RESPONSABLE ADM /FINANCIER Brice OUNDAGNON COMMERCIALE Michaëlle MENOUDJOU MARKETING / DIFFUSION Saint-Cyr KODIA MACHINISTE EDDY WASSA IMPRIMERIE LE DÉMOCRATE P. 7
    • Lu pour vous Droit de l’enfant en RCA : l’Unicef et l’ONG ‘’ Idéal International’’ provoquent le déclic L’éducation est un droit essentiel, qui permet à chacun de recevoir une instruction et de s’épanouir dans sa vie sociale. Le droit à l’éducation est vital pour le développement économique, social et culturel de toutes les sociétés. Mais en République centrafricaine, ce droit semble souffrir de tous les maux face auxquels les partenaires au développement et des organisations de la société civile centrafricaine essaient d’apporter une réponse. ’éducation est un droit humain qui doit être accessible à toutes les personnes, sans aucune discrimination. Tous les enfants doivent pouvoir aller à l’école, et ainsi bénéficier des mêmes opportunités de se construire un avenir. Par ailleurs, l’enseignement doit également être gratuit afin que les enfants issus de milieux défavorisés puissent eux aussi jouir de leur droit à l’éducation. En effet, l'ONU soutient qu'en aidant les enfants à réaliser tout leur potentiel, revient également à investir en faveur du progrès même de toute l'humanité. Il se comprend sans peine, qu'investir en faveur des enfants veut dire, atteindre les OMD plus vite, car les enfants représentent un échiquier important de pauvreté sur la planète et sont prêts à se retrouver dans la rue lorsque leurs familles ne sont pas en même de leur assurer la scolarité. Etant un droit consacré par la déclaration universelle des droits de l’Homme de 1948, le droit de l’enfant à l’éducation devient imposable à tous les Etats membre des nations unies (NU). Le droit de l'enfant à l'éducation dans la Convention relative aux droits de l'enfant. L'al. 1er de l'art. 28 dispose que: « Les Etats parties reconnaissent le droit de l'enfant à l'éducation, et en particulier, en vue d'assurer l'exercice de ce droit progressivement et sur la base de l'égalité des chances : a. ils rendent l'enseignement primaire obligatoire et gratuit pour tous (...) ; e. ils prennent des mesures pour encourager la régularité de la fréquentation scolaire et la réduction des taux d'abandon scolaire ». Mais qu’en est-il de l’effectivité de ce droit en RCA ? Point de rappeler que depuis décembre 2012, le système éducatif centrafricain est frappé de plein fouet par les effets de la crise militaropolitique qui perdure, au point de provoquer une année P.8 blanche, c’est à dire sans scolarité en RCA. Pour ce qui est des infrastructures scolaires (bâtiments scolaires, mobiliers, matériels didactiques) et des ressources humaines, la RCA serait une fois de plus loin de parler d’effectivité. L’effectivité exprime la mesure dans laquelle une institution ou une règle atteigne le but qui leur a été conféré par leur auteur ; elle qualifie donc l'adaptation plus ou moins parfaite de la règle à l'objet social qui lui était assigné. Malheureusement tel n’est pas le cas de la convention relative aux droits de l’enfant en RCA. Evidemment, c’est pour répondre à la question de l’effectivité que l’Unicef est obligé de réagir en associant avec elle, quatre organisations non gouvernementales centrafricaines et étrangères pour sauver ce droit à l’éducation des enfants en Centrafrique. Parmi ces organisations l’ONG ‘’ Idéal International’’ une organisation née depuis 1983 et qui pour des raisons de ressources s’était endormie, mais a repris son flambeau en octobre 2012 en s’investissant pleinement dans les secteurs de Wash, la protection, éducation et développement local. Ainsi, grâce à un appui financier de l’UNICEF RCA d’un montant de 95 millions FCFA, l’ONG Idéal International s’est lancée depuis deux semaines dans la phase de mise en œuvre d’un projet d’appuis à la reprise des cours et des préparatifs des examens. Dans les 16 écoles primaires de Bangui, Bimbo et Bégoua. Les élèves et les enseignants des écoles retenues dans le cadre de ce projet bénéficient d’un ensemble de kits scolaires, didactiques et récréatifs. Quant à la question de la prise ne charge de ces enseignants concernés par le projet, en raison de 80 heures de cours prévues dans le cadre du contrat, l’Unicef donne à chaque enseignant qui tien la craie, la somme de 25.000 FCFA ; 20.000 FCFA pour les Directeurs d’écoles ; les chefs de secteurs 25000fcfa, ainsi que les inspecteurs. Le caractère inclusif de ce projet à travers le mode de traitement se justifie par le fait qu’aucune distinction n’est faites entre les enseignants quelque soit leur catégorie (maitres parents, instituteurs pleins ou adjoints, fonctionnaires, retraités, etc.). Ceci étant, toute personne impliquée dans le projet aura ce qu’il faut ne fut ce que pour payer le transport et assurer un minimum de besoin vital individuel. Tout le mérite est pour cette ONG national qui consciente de son statut d’humanitaire et contre vents et marrés marqués par une insécurité grandissante, n’hésite pas et prend des risques d’atteindre écoles en profondeur de la périphérie de Bangui. Quoi de plus méritant ? Kofi ANNAN nous rappelle que, c'est pour les futures générations, plus encore que pour la nôtre, que l'Organisation des Nations Unies existe. Cette allocution de l'ancien Secrétaire Général de l'ONU, nous fait comprendre l'attention que l'ONU attache à la protection de l'enfance. Il renchérit que « si nous pouvons faire ce qu'il faut pour les enfants, si nous pouvons nous acquitter de nos engagements et permettre à tous les enfants d'avoir droit à leur enfance, à la santé, à l'éducation, à l'égalité et à la protection, nous pouvons faire ce qu'il faut pour l'ensemble de l'humanité : je sais que nous en sommes capables ». Geoffroy Hyacinthe DOTTE LE DEMOCRATE N° 3067 du 27 Nov. 2013