Your SlideShare is downloading. ×
Journal Club Émergence - Social Cohesion - Noah Friedkin
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×

Introducing the official SlideShare app

Stunning, full-screen experience for iPhone and Android

Text the download link to your phone

Standard text messaging rates apply

Journal Club Émergence - Social Cohesion - Noah Friedkin

846
views

Published on

Présentation pour le Journal Club Émergence du LIRIS

Présentation pour le Journal Club Émergence du LIRIS

Published in: Technology

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
846
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1
Actions
Shares
0
Downloads
6
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide
  • Transcript

    • 1. Journal Club « Émergence » Damien Clauzel LIRIS mercredi 5 mars 2008
    • 2. L'article étudié
      • titre : « Social Cohesion »
      • thème : émergence de groupes sociaux cohésifs, interactions micro-macro
      • auteur: Noah Friedkin
      • publié en 2004 dans Annual Review of Sociology
      • cité ≃ 20 fois, notamment dans Network analysis in comparative social sciences et Emergent states in virtual teams: a complex adaptive systems perspective
    • 3. Plan
      • l'auteur Noah Friedkin … 3
      • la revue Annual Review of Sociology … 4
      • idée générale … 5
      • l'article :
        • études de la cohésion sociale … 6-8
        • cohésion de groupe pour Friedkin … 9
        • Membership Attitudes and Behaviours … 10-11
        • Positive Interpersonal Ties in a Group … 12-13
        • Social Network, Attitudes and Behaviours … 14-15
        • Self-Categorization Theory Challenge … 16
        • conclusion de Friedkin … 17-18
    • 4. Qui est Noah Friedkin ?
      • université de Californie, sociologie
      • PhD en 1977
      • surtout actif depuis 1990
      • spécialisé en psychologie sociale et organisations formelles
      • plusieurs fois récompensé
      • siège dans des comités universitaires et appartient à des regroupements
      • travaux uniquement nationaux
      • chapitre en cours: « The Interpersonal Influence Systems and Organized Suicides of Death Cults » (depuis 2004)
    • 5. Qui est Noah Friedkin ?
      • université de Californie, sociologie
      • PhD en 1977
      • surtout actif depuis 1990
      • spécialisé en psychologie sociale et organisations formelles
      • plusieurs fois récompensé
      • siège dans des comités universitaires et appartient à des regroupements
      • travaux uniquement nationaux
      • chapitre en cours: « The Interpersonal Influence Systems and Organized Suicides of Death Cults » (depuis 2004)
    • 6. La revue Annual Review of Sociology
      • branche de l’éditeur américain Annual Reviews
      • but non lucratif
      • existe depuis 1932
      • orientée sciences biomédicales, physiques et sociales
      • ne soutient pas le créationnisme
      • bien située dans les classements d’éditeurs
      • pas d’action internationales
      • ne met pas gratuitement en ligne les articles (c’est mal)
      • pas de citations BibTex, mais DOI systématique
    • 7. Idée générale de l’article
      • problème de définition de la cohésion sociale :
        • conflits dans les approches
        • surabondance de la littérature
      • but de l’auteur :
        • résoudre le problème d’intégration des différents niveaux de conceptualisation existants
        • proposer une vision de la cohésion sociale basée sur les variations de l’attitude et comportement
      • Friendkin présente des approches historiques, les commente et les englobe
    • 8. Études de la cohésion sociale
      • Friedkin la fait remonter aux années 1950; prémices vers 1930
      • approches sociologiques et psychologiques
      • travaux principalement séparés, fusions partielles
      • dimensions et facteurs multiples -> complexité, peu clair
      • études cohésion de groupe:
        • soit liens individu ↔ individu
        • soit liens individu ↔ groupe
      • problème micro-macro: les interactions entre individus ont des répercutions sur l’ensemble du groupe, et inversement
    • 9. Études de la cohésion sociale
      • évolution des définitions pour dépasser les relations interindividus et intégrer la notion du groupe :
        • The forces holding the individuals within the groupings in which they are (Moreno, Jennings, 1937)
        • The total field of forces which act on members to remain in the group (Festinger et al, 1950)
        • The resultant of all forces which act on members to remain in the group (Festinger, 1950)
        • The attraction of membership in a group for its members (Back, 1951)
        • The resultant of forces acting on each member to remain in the group (Libo, 1953)
      • appartenance: la force de la volonté d’appartenir, mais aussi l’évolution de la volonté et des actions liées
    • 10. Études de la cohésion sociale
      • historiquement, dans la littérature, de très nombreux facteurs utilisés pour mesurer la cohésion sociale -> régulières tentatives de simplification
      • besoin d'un modèle causal et non pas d'une simple collection de facteurs -> prise en compte des antécédents d' attitudes et behaviours -> évolution de la sensation d'appartenance
      • pour Friedkin, l'important n'est pas les facteurs mais de s'accorder sur une possible relation causale entre facteurs permettant de mesurer la cohésion sociale
      • la cohésion sociale a des dimensions multiples dans un système complexe d'effets causals
    • 11. Cohésion de groupe pour Friedkin
      • proposition de Friedkin pour lier les définitions de relations individu-individu aux relations individu-groupe.
      • Groups are cohesive when:
        • group-level conditions are producing positive membership attitudes and behaviors;
        • Group members’ interpersonal interactions are operating to maintain these group-level conditions.
    • 12. Membership Attitudes & Behaviours
      • pour Friedkin, 2 indicateurs :
        • attitudes : la volonté de rester dans le groupe; les liens avec les autres membres
        • behaviours: les actions entreprise pour faire évoluer l’appartenance au groupe ou les liens avec d’autres membres
      • à comparer aux autres indicateurs habituels ( turnover , taux de contribution, niveau d’identification, etc) qui présente comme des agrégats
      • la cohésion se présente et se construit de différentes façons; pas de facteurs clés
      • concentre son analyse sur les antécédents des facteurs (motifs, force, nombre de relations…) de la cohésion parmi les membres du groupe
    • 13. Membership Attitudes & Behaviours
      • Les consensus d'attitudes et homogénéité de comportements sont les résultats d'interactions
      • influence mutuelle parmi les membres du groupe qui doivent être suffisamment réceptifs
      • les influences les plus efficaces sont le renforcement positif et les attitudes positives (montré par de nombreux travaux)
      • le sentiment d'appartenance renforce l'intérêt pour les opinions des autres et la capacité d'évolution de prises de position -> autorenforcement du couple individu-groupe
      • relation réciproque entre interinfluences des membres et le maintien du sentiment homogène d'appartenance des membres au groupe
    • 14. Positive Interpersonal Ties in a Group
      • présentation d'une approche classique : l e renforcement positif des interactions interpersonnelles est supposé être au cœur des processus sociaux de la dynamique des groupes
      • les relations membre-membre construisent les relations membre-groupe
        • étude de la force et du nombre de relations pour déterminer la cohésion
        • donc la cohésion est la résistance du groupe aux forces disruptives
      • importance de comprendre les conditions permettant à la cohésion de se former au sein des groupes
    • 15. Positive Interpersonal Ties in a Group
      • la cohésion d'un groupe ne nécessite pas une clique
      • étude des sous-groupes pour définir la cohésion d'un groupe
        • le sous-groupe se comporte comme un individu atomique
      • la structure du groupe participe à sa cohésion
      • le groupe ne doit pas nécessairement être homogène pour être fortement maintenu si la production de consensus est bonne et qu'il y a une concordance des comportements
    • 16. Social Network, Attitudes and Behaviours
      • les liens affectifs ne prédisposent pas à la cohésion du groupe
      • les interactions entre membres engendrent des « récompenses » et « punitions » sociales qui influent sur la cohésion membre-membre et membre-groupe
      • les influences peuvent êtres locales (sous-groupe) ou globales
      • les influences peuvent être plus ou moins actives en fonctions des situations au sein du groupe
      • les influences jouent sur l'attractivité du groupe, et donc sur la cohésion
      • sans influences, pas de cohésion possible
    • 17. Social Network, Attitudes and Behaviours
      • les influences doivent être entretenues via les interactions
      • beaucoup de facteurs peuvent faire évoluer ces influences
        • difficile de contrôler
      • influences (par interactions) permettent de coordonner attitudes et behaviours , donc de limiter les conflits et de favoriser la cohésion
      • il semblerait y avoir un lien entre les positions des personnes dans des interactions positives et leur satisfaction dans l'activité du groupe. Mais ce n'est pas sur ???
      • tous les liens n'ont pas la même importance (accès à des ressources clés)
      • les membres font volontairement (et intuitivement) de la recherche de consensus et du renforcement positif pour soutenir la cohésion du groupe
    • 18. Self-Categorization Theory Challenge
      • pour Hogg, la cohésion sociale apparaît quand les individus s'identifient eux-mêmes comme membre d'un groupe et non pas comme membre d'un autre groupe -> construction par opposition
      • Friedkin: les normes d' attitudes et behaviours du groupe prennent le pas sur les normes de l'individu
        • rapprochement de l'état actuel de l'individu vers l'état supposé idéal du groupe
        • les interactions ne sont plus au centre de cette approche
      • problème pour définir la norme du groupe
    • 19. Conclusion de Friedkin
      • il y a de nombreuses façon d'approcher la cohésion sociale
        • ensemble de forces, modèle causale, etc.
      • travail à différents niveaux: individu, groupe, micro, macro…
      • 1) les théories de la cohésion sociale devraient être fondées sur l'explication des attitudes et comportements des individus, tout en considérant leurs distributions dans le groupe
        • (donc en gros, tenir compte de tout ?)
      • 2) les recherches sur les réseaux sociaux devraient être plus claires sur les processus du groupe qui affectent les attitudes et comportements des individus
        • (ben tiens…)
    • 20. Conclusion de Friedkin
      • 3) Il faut développer les théories de la cohésion sociale jusqu'à ce qu'elles intègrent les éléments au niveau du groupe pour déterminer les attitudes et comportements des individus
      • sans oublier les effets de la structure d'un groupe sur les conflits entre les membres qui le compose, ainsi que l'arrivée et le départ de membres