Livre blanc nouveautés média digitaux
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Like this? Share it with your network

Share
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
    Be the first to like this
No Downloads

Views

Total Views
1,339
On Slideshare
1,339
From Embeds
0
Number of Embeds
0

Actions

Shares
Downloads
62
Comments
0
Likes
0

Embeds 0

No embeds

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide
  • Le Live Marketer https://controlroom-eu.ignitionone.com/users/login/fr Identifiant: demo Mot de passe: demon Puis clic sur Livemarketer, premier onglet.
  • Exemple d’un chemin d’expositions avant une conversion. 100% attribué au dernier clic avec les outils actuels.

Transcript

  • 1. Livre blanc, nouveautés média digitaux Juin 2012
  • 2. Sommaire 1- Nouveautés Adwords 2012-2013 (p.3-6) 2- Search Alliance Bing & Yahoo! : La transition est terminée (p.9-10) 3- Google mobile (p.11-18) 4- Optimisation des achats Display (p.19-31) 5- Evolution des systèmes de Tracking (p.32-38) 6- Modèle d’attribution: Etude de cas Center Parcs (p.39-44) 7- Les grands changements du SEO (p.45-57) 8- Recherches personnalisées : Google Search plus Your World (p.58-63) 9- Affiliation (p.64-70)2
  • 3. 1- Nouveautés Adwords 2012-20133
  • 4. Modification du format des annonces - Février  Le titre des annonces affichées dans les 3 premières positions s’est allongé en fonction de la ponctuation de la description 1  cette dernière remonte dans le titre si un point est intégré à la fin de la description 1  L’URL du site s’affiche désormais à droite du titre  L’URL d’affichage apparait entre le titre la description  Avant :  Après :4
  • 5. Possibilité de cibler les tablettes  Google a ajouté un nouveau support de ciblage : les tablettes.5
  • 6. Nouveaux emplacement en bas de Page Novembre  Google a modifié la présentation et le mode d’utilisation de la recherche. Depuis le mois de Novembre, dans certains cas, 3 annonces s’affichent en bas plutôt que sur le côté6
  • 7. Extension d’application pour campagne mobile  Les annonceurs diffusants sur mobile ont désormais la possibilité d’intégrer une nouvelle extension à leurs annonces : lien de téléchargement de leur application. L’annonceur a la possibilité de comptabilisé le nombre de téléchargement générés par sa campagne, son groupe d’annonces, son mots clés ou son annonce. Liens vers Google Play7
  • 8. Les différents type d’extension d’annonce  Extension de lieu : les annonceurs ont la possibilité de lier leur compte Google Adresse et Google Adwords afin d’intégrer une extension de lieu au sein de leur annonce. Le magasin ou l’agence la plus proche de l’internaute apparait alors directement dans l’annonce.8
  • 9. 2- Search Alliance Bing & Yahoo! : La transition est terminée9
  • 10. Deux moteurs : Une seule technologie  Les annonceurs peuvent désormais leurs campagnes de liens sponsosirés sur Bing et Yahoo via une plateforme unique, le Microsoft Advertising adCenter.  Aux Etats-Unis où lalliance est effective depuis fin 2010, le ROI des campagnes opérées sur Yahoo et Bing a progressé de 8 % sur un an alors que celui des campagnes de Google a baissé de 7 %.  Leur part de marché a gagné + 3,4 points entre le quatrième trimestre 2010 et le deuxieme trimestre 2011. Rste à voir quels seront les résulats sur la France...  Performance et Influence préconise toujours de lancer ses campagnes sur ces moteurs car il permettent de générer des visites supplémentaires et ces moteurs restent ROIste10
  • 11. 3- Google mobile11
  • 12. Avant propos : usage du mobile L’internet mobile en révolution Depuis 2 ans, les smartphones sont dans toutes les poches et au cœur de toutes les ambitions ! En 2011, le téléphone sert autant à accéder à des services, via des apps dédiées, à acheter en ligne, à jouer, qu’à téléphoner.  17,7 millions de mobinautes au 2ème trimestre 2011*  Le surf mobile sancre dans le quotidien Au 1er trimestre 2011, 94,1% ont consulté au moins un site ou un portail mobile à partir de leur téléphone ; 70,7% se connectent à linternet mobile tous les jours.*  Volume de requêtes Google Mobile Search et CPC plus faible que sur Ordinateur (slide suivante). * Médiametrie, Mobile Consumer Insight12
  • 13. Avant propos : usage du mobile Volume de recherche comparée / mobile vs ordinateur : Données Ordinateur Keyword Local Monthly Searches Approximate CPC (EUR) assurance 5 000 000 3,46 € mutuelle 1 830 000 4,85 € devis assurance habitation 8 100 5,05 € assurance moto 110 000 2,26 € mutuelle sante 165 000 8,05 € assurance scooter 40 500 2,79 € assurance auto 550 000 6,77 € assurer habitation 320 4,18 € assurance d auto 27 100 4,62 € assurer voiture 14 800 4,76 € complementaire sante 201 000 7,78 € assurance scooter 50cc 6 600 2,79 € assurance pour voiture 8 100 4,95 € direct assurance auto 12 100 1,40 € devis assurance auto comparatif 1 900 4,29 € Données Smartphone Keyword Local Monthly Searches Approximate CPC (EUR) Différence CPC Smartphone / Laptop assurance 246 000 1,59 € -54,05% mutuelle 74 000 2,68 € -44,74% devis assurance habitation 320 2,95 € -41,58% assurance moto 6 600 1,46 € -35,40% mutuelle sante 6 600 4,53 € -43,73% assurance scooter 2 400 1,70 € -39,07% assurance auto 22 200 3,64 € -46,23% assurer habitation - 2,03 € -51,44% assurance d auto 720 2,53 € -45,24% assurer voiture 880 2,59 € -45,59% complementaire sante 8 100 4,38 € -43,70% assurance scooter 50cc 390 1,76 € -36,92% assurance pour voiture 390 2,68 € -45,86% direct assurance auto 590 1,21 € -13,57% devis assurance auto comparatif 58 2,39 € -44,29%13
  • 14. Utilisation du mobile14
  • 15. La recherche mobile15
  • 16. Ce que veulent les mobinautes16
  • 17. Exemple de mise en place Une approche tactique  Assurer une présence tactique afin de pouvoir répondre aux demandes des mobinautes en déclinant un mini site mobile optimisé avec au minimum :  Un formulaire de demande de contact.  Acquisition  La Génération de trafic se fait par l’achat de mots clés sur le moteur de recherche Google mobile de la même manière que sur ordinateur.  Le trafic ainsi généré est redirigé directement sur une page comportant un formulaire Macif. Mesure des retours  La mécanique est identique à celle du web classique. Nous posons simplement un tag sur la page de confirmation du formulaire, et trackons les conversions post clic. Un test de tracking est réalisé avant mise en ligne, et toutes les données remontent sur l’interface.17
  • 18. Observation marché Une concurrence déjà présente :Etape 1 : Acquisition Etape 3 :(liens google ou bannière Etape 2 : Formulaire Confirmationsur appli) :18
  • 19. 4- Optimisation des achats Display19
  • 20. La révolution Real Time Bidding (RTB) Touchez le bon internaute, au bon moment, au bon emplacement…  Accédez à tous les inventaires publicitaires directement en temps réel  Achetez une impression publicitaire correspondant à une audience précise  Achetez via un système d’enchères  Optimisez de façon algorithmique les performances de vos achats20
  • 21. Les avantages du RTB … et bénéficiez du meilleur prix… tout en conservant la qualité des supports de diffusion!  Baissez ses coûts d’achat en achetant la valeur réelle de l’impression  Arrêtez l’arrosage massif et incontrôlé en ciblant au plus précis  Collectez et utilisez la donnée pour toucher le bon internaute  Maîtrisez son image de marque21
  • 22. Pourquoi est-ce une révolution ? Année 0 du web : Un annonceur achète du CPM premium sur un site 0 déterminé Année 1 du web : L’inventaire invendu grandissant, des Adnetworks le 1 rachètent et le revendent avec une forte marge L’inventaire invendu explose, les annonceurs et leurs agences peuvent 2 acheter directement les espaces en temps réel via les trading desks ! L’achat de cet inventaire est de surcroit ciblé et aux enchères22
  • 23. La Révolution RTB L’explosion des espaces invendus a forcé les éditeurs a trouver des sources de revenus plus pertinentes En 2011 : 65 % des espaces sont commercialisés en invendus Etude 2011 Forrester Research23
  • 24. Ciblage d’audience  Le prisme d’achat a changé, les annonceurs ont la possibilité d’acheter une audience, un profil d’internaute, et non plus un emplacement sur un site internet. On achète un internaute et non un site internet24
  • 25. RTB - Le système d’enchères  L’acheteur qui remportera l’enchère paiera le montant de l’enchère précédente + 1 centimes d’€ L’annonceur paiera toujours le meilleur tarif possible en fonction de l’offre et de la demande25
  • 26. Reach par Pays 89% de reach 92% de reach 92% de reach 98% de reach 100% de reach 100% de reach 25-49 ans 25-49 ans 25-49 ans26
  • 27. Exemple d’éditeurs27
  • 28. Reach dans le monde Les pays accessibles directement via le RTB28
  • 29. La gestion de la data • Exchange : RMX, AdX, Adnexus, • Donnée comportementale etc. client : Click, entonnoir, vente • Publisher ID : Anonyme ou connu • Data DSP : Donnée comportementale issue du DSP • Secteur : News, Sante, Technologie, Finance • Data tierce partie : Démographique, contextuelle, • Jour de la Semaine : Semaine / comportementale Week End, jour • Geographie : Ville / Pays • Horaires • Connexion : 56k, Cable, ADSL, • Format : 728*90, 300*250, etc. Fibre • Navigateur / OS : Chrome, Explorer, Windows, Apple, Iphone, Ipad, Android, etc.29
  • 30. Comment nous ciblons ? Cibler l’audience clef30
  • 31. Comment ça marche ?31
  • 32. 5- Evolution des systèmes de Tracking32
  • 33. Ignition One  Modification de notre outil de tracking pour votre campagne :  Toutes les campagnes peuvent être pilotées sous une seule et même plateforme  Possibilité d’intégrer le tracking du référencement naturel, du RTB, des campagnes facebook, liens sponsorisés, affiliation, emailing, ...  Analyse multicanal : nous pouvons analyser le poids de chaque canal sur la conversion. Grâce à cette analyse, nous mettons en place des modèles d’attribution qui permettent d’optimiser vos allocations budgétaires.33
  • 34. IgnitionOne Digital Marketing Suite (DMS)34
  • 35. LiveMarketer  Chaque bulle représente un utilisateur sur le site: visualisation en temps réel Intérêt  Score d’intention d’achat déterminé par plus de 15 facteurs (algorithme et non des règles)  Recible les visiteurs qui ont un score d’intérêt élevé mais qui n’ont pas encore converti  Reciblage par catégorie de produits ou avec des bannières dynamiques35
  • 36. Enchères CPM segmentées en temps réel en fonction des données Enchère: €1,8 Score trop faible, pas d’enchère Enchère: €1 Enchérir en temps réel sur les ad exchanges en fonction du score d’intérêt établi par l’algorithme de profil d’audience ou des données tiers.36
  • 37. Tableau de bord  Vue globale multi canal / multi éditeur (dont éditeurs Display)  Gestion multidevises  Comparaison de périodes  Accès client37
  • 38. Paramètres d’attribution  Visualisation des courbes de distribution par nombre d’expositions  Laps de temps vs. Séquence d’exposition  Priorités des canaux dans des niveaux  2 canaux pour Display: Clics et vues; Déduplication des données (vues et clics)  Pondération des Voir étude de cas canaux Center Parcs  Ajustement des Royaume-Uni fenêtres de conversion38
  • 39. 6- Modèle d’attribution: Etude de cas Center Parcs39
  • 40. Le modèle traditionnel d’attribution au dernier clic 16 Août 18 Août 23 Août 29 Août 2 Sept. 15 Sept. 15 Sept. 15 Sept 30 jours 28 jours 23 jours 17 jours 13 jours 10 5 minutes minutes Display Lien sponso. Rés. naturel Lien Sponso. Facebook Email AffiliéImpression Générique Générique Marque Modèle d’attribution traditionnel attribuant les conversions au(x) dernier(s) clic(s)/vue(s) Conversion 0% 100% 0% 0% 0% 0% 0% 100% Défis: Duplication des conversions et attribution au dernier clic (principalement des mots clés de la marque) et dernière vue40
  • 41. 1Exemples d’analyses des points de contacts* * Données fournies à titre d’exemple 68% des chemins de conversions comprenaient plus d’une exposition41
  • 42. 1. Analyse inter-canal* * Données fournies à titre d’exemple42
  • 43. Définir le poids de chaque canal  Suivi de 6 canaux:  Liens sponsorisés  Display clic  Display vue  Réseaux Sociaux  Résultats naturels  Trafic balisé (Emails, Affiliés, etc)  L’outil permet de:  Définir les canaux prioritaires  Pondérer chaque canal (principalement utilisé pour le canal Display Vue)  Définir la fenêtre de l’historique des conversions43
  • 44. Définir le modèle de distribution  Plus de 30 modèles de distribution disponibles sur une échelle de -15 (première exposition) à +15 (dernière exposition)  Prise en compte du laps de temps entre chaque exposition possible  Visualisation de la courbe de distribution par nombre d’expositions (clics ou vues) Une fois le profil d’attribution modifié, toutes les données rapportées sont réattribuées et sont utilisées pour l’optimisation média44
  • 45. 7- Les grands changements du SEO45
  • 46. Google Panda46
  • 47. Google Panda est arrivé  Déploiement final : le 12 Août 2011  C’est une mise à jour à la fois algorithmique mais aussi manuelle et à partir de données fournies manuellement par les utilisateurs (formulaire Google Panda)  C’est une mise à jour récurrente (6 déploiements)  C’est le retour du contenu de qualité et l’avènement des critères sociaux et comportementaux47
  • 48. Les critères les plus visés par Google Panda  La duplication de contenu, scraping + content spinning  Le manque de maillage externe et de trafic vers les pages profondes  La sur-optimisation du référencement (maillage interne, mots clés noms de domaine, …)  Le manque d’activité sociale sur les pages (commentaire, retweet, I like, +1)  L’absence ou le manque de liens sortants !  Le Pogo Sticking (proportion d’internautes qui reviennent sur Google pour faire une recherche), taux de rebond élevé sur le site et faible durée de visites  L’omniprésence de publicités (plus de 3) sur une page  Les fautes d’orthographe et de grammaire ! Google devient professeur…48
  • 49. Les sites plus particulièrement visés par Google Panda  Les comparateurs de prix :  Sont concernés par Google Panda les comparateurs de prix et sites intermédiaires tels que les opinions de consommateurs qui n’apportent pas de valeur ajoutée à l’internaute.  Les techniques utilisées par les comparateurs de prix :  L’indexation des pages du moteur de recherche interne : Consiste à créer dynamiquement (à la volée) des pages à partir des recherches par mots clés des internautes depuis le moteur de recherche interne au site ou depuis une liste de mots clés prédéfinis.  La sur-optimisation du maillage interne : Consiste à développer un script qui fait automatiquement des liens dans le contenu d’une page à partir d’une liste de mots clés définis49
  • 50. Les sites plus particulièrement visés par Google Panda  Les fermes de contenu:  Il s’agit de sites créés uniquement dans une optique de référencement naturel, qui consiste à identifier les mots clés les plus porteurs en terme de trafic, pour créer du contenu de faible qualité, à la volée, dans l’objectif de monétiser l’audience générée par la publicité (aussi appelés sites MFA = Made For Adsense)  Les techniques utilisées par les fermes de contenus  Le scraping : Consiste à récupérer du contenu sur d’autres sites via les flux RSS ou en direct sur le site et sans indiquer la source, ni faire un lien vers celle-ci.  Le content spinning : Consiste à remplacer dans un texte, un mot par un autre afin d’avoir un contenu « unique » pour éviter le filtre duplication de contenu.  La rédaction de contenu low cost : Faire appel à des rédacteurs (souvent à l’étranger) pour produire rapidement du contenu pas cher, de faible qualité.50
  • 51. Optimisation  Interdire l’indexation des pages à faible valeur ajoutée pour l’internaute : les pages d’un moteur de recherche interne, les mentions légales et les pages avec peu de contenus (moins de 200 mots), par la mise en place d’un robots.txt ou META ROBOTS : NOINDEX, ou encore les pages dupliquées en utilisant l’attribut REL=CANONICAL  Si vous récupérez légitimement du contenu depuis un autre site, réécrire le titre de l’article, proposer un résumé original de l’article et mettre un lien vers la source.  Dans le cas de gros sites portails multi-thématiques, diviser le site en différents sous-domaines ou noms de domaines par grandes thématiques.  Optimiser le maillage interne ET le temps de chargement des pages pour favoriser un nombre de pages vues plus important et travailler sur le principe d’ergonomie incitative et de call-to-action sur chaque page  Ne pas créer ou acheter de liens depuis des sites ayant un voisinage douteux et utilisant des techniques Black Hat SEO (scrapping, content spinning, linking massif,etc.)51
  • 52. Optimisation  Encourager la socialisation de chaque page par la possibilité de laisser un commentaire, cliquer sur un bouton « J’aime », Retweet, +1  Développer le netlinking (liens externes), de chaque page du site, diffuser des communiqués de presse utiles pour faire connaitre ses nouveaux produits et services  Vérifier l’orthographe et la grammaire des contenus et filtrer les commentaires mal écrits ou en SMS  Ne pas tomber dans la sur-optimisation en répétant le même mot clé trop de fois dans les éléments à optimiser : URL, attribut ALT, balise H1, balise TITLE, etc  Développer l’e-réputation de son site et de ses auteurs en s’impliquant auprès de sa communauté : participer sur les blogs, forums et réseaux sociaux.52
  • 53. Google Penguin53
  • 54. Google Penguin est arrivé  Déploiement final : Avril 2012  À linverse de Google Panda, filtre qui a comme objectif le « nettoyage » de la toile, nettoyage du contenu de faible qualité de lindex du moteur de recherche, le Penguin lui, est là pour nettoyer les backlinks (liens) de faible qualité et pour pénaliser les sites suroptimisés en SEO.  Penguin = Manchot en Français54
  • 55. La guerre contre le spamdexing  Dune manière générale, Penguin lutte contre toute méthode de spamdexing cest-à-dire toute méthode utilisée pour tromper et détourner les algorithmes de Google. Il sagit des techniques de SPAM, spam de contenu (keyword stuffing, hidden texte, contenu dupliqué) et le spam de linking (liens artificiels et de mauvaise qualité)Le manque de maillage externe et de trafic vers les pages profondes  Les sites ayant de mauvais liens ou étant suroptimisés verront une chute importante de positions dans les résultats naturels, donc une perte de visibilité dans Google .Par contre, iI paraitrait que Google Penguin ne désindexe pas complètement un site internet ou des pages web. Il ny a pas donc de blacklistage.55
  • 56. Echapper à la pénalité de la suroptimisation et le spam de contenu :  Offrez un contenu unique, de qualité, riche et intéressant pour linternaute. Apportez si possible une valeur ajoutée par rapport aux autres articles traitant du même sujet !  Rédigez vos contenus pour vos internautes, ensuite pensez aux moteurs !  Optimisez les critères on-page  - Les metatags : title (très important), description (cette balise incite au clic et décrit larticle). - Soigner également lattribut ALT de vos images intéressantes et descriptives ! - Travailler les balises hn – pas de répétitions de mots clefs sans sens logique !  Utilisez le STRONG pour mettre quelques mots clefs importants en gras ! Ne mettez pas en gras un paragraphe entier ! Cest contre-productif !  Utilisez la réécriture des URL pour avoir des URL « Google Friendly » : URL optimisées et faciles à retenir pour linternaute.  Pas de bourrage de mots clefs – keywords stuffing  Les techniques utilisées par les comparateurs de prix :  L’indexation des pages du moteur de recherche interne : Consiste à créer dynamiquement (à la volée) des pages à partir des recherches par mots clés des internautes depuis le moteur de recherche interne au site ou depuis une liste de mots clés prédéfinis.  La sur-optimisation du maillage interne : Consiste à développer un script qui fait automatiquement des liens dans le contenu d’une page à partir d’une liste de mots clés définis56
  • 57. Echapper à la pénalité sur le netlinking  Essayer dobtenir des liens naturels  La qualité des liens prime sur la quantité  Attention à lobtention dun nombre important de liens en lespace dune courte durée  Diminuez les liens en provenance des CP (communiques de presse), annuaires et Digg like – privilégiez-en quelques-uns qui vous semblent les mieux adaptés à votre thématique ou alors ceux ayant une forte notoriété  Nachetez pas des liens !  Attention aux échanges de liens en masse ! Si vous voulez faire de léchange, faites le de façon professionnelle avec une approche personnalisée au cas par cas !  Attention aux ancres de vos liens (textes de vos liens). Diversifiez-les et soignez-les.57
  • 58. 8- Recherches personnalisées : Google Search plus Your World58
  • 59. Recherche Google +1  En mode connecté, Google tient compte, en plus de l’historique de recherche, des sites visités par vous ET vos amis via Google + pour changer l’ordre d’affichage des résultats.59
  • 60. Google Search Plus Your World en détails  Depuis le 11 janvier 2012, Google (réservé, pour l’instant, à google.com pour les utilisateurs dont l’interface est en anglais) a sorti une nouvelle façon de personnaliser les résultats de recherche : Google Search Plus Your World  Intégration de SPYW dans les SERP : Les résultats SPYW sont indiqués par le pictogramme représentant un humain. Deux résultats ont biaisé le classement des résultats naturels et ont été propulsés en première page SPYW désactivé : SPYW activé :60
  • 61. Google Search Plus Your World en détails  On peut aussi n’afficher que les résultats sociaux, en cliquant sur le lien « personnal results », situé sous la search-box :61
  • 62. Énorme mise en avant du réseau social Google+  Cette mise à jour de Google met énormément en avant son réseau social Google+, exemple avec la requête « Google » :  Un résultat Google +1  Un résultat SPYW  Un second résultat SPYW dédié au image  Tout le bloc de droite ou il est possible d’ajouter dans le cercle un utilisateur ou une page62
  • 63. Énorme mise en avant du réseau social Google+  Lors d’une requête de type « +marque », Google Suggest affiche une miniature du logo, et bloque complètement Google Instant, la SERP ne se charge pas, mettant ainsi de facto l’accent vers la page Google+63
  • 64. 9- Affiliation64
  • 65. Contexte Marché  Avec 207 millions deuros nets investis en 2011, laffiliation a connu une croissance de 15%.  Une croissance à deux chiffres qui masque un ralentissement des différents modèles de ce levier marketing.  65
  • 66. Nombre de Programmes  En 2011, les annonceurs ont investi 226 millions deuros en affiliation. Le Collectif des Plates-formes dAffiliation (CPA) a dénombré lannée dernière 287 nouvelles opérations de communication sur ce levier portant à 6 581 le nombre de campagnes ou de programmes opérés au cours de lannée écoulée. Sil continue de progresser en 2011 de 5%,le rythme de création de nouveaux programmes et de nouvelles campagnes daffiliation connaît un certain ralentissement après des années de croissance à deux chiffres. La croissance en 2010 sélevait à +10%.  Evolution du nombre de campagnes et de programmes actifs (en milliers) © Collectif des Plates-formes dAffiliation  66
  • 67. Près de 10 milliards de visites générées en 2011  Conséquence directe du ralentissement de la création de nouveaux programmes, la progression du nombre de visites sur les sites des annonceurs générées en 2011 par laffiliation a également nettement diminué. Cette progression reste cependant soutenue (+25%) par rapport à 2010. Près de 10 milliards de visites ont ainsi été générées par les affiliés en 2011. Cette hausse repose notamment sur le développement du display à la performance et les réseaux sociaux. 166 millions deuros nets ont été investis dans des campagnes de bannières à la performance en 2011 selon le Syndicat des régies Internet. Evolution du nombre de visites générées pour les annonceurs (en millions) ©  Collectif des Plates-formes dAffiliation  67
  • 68. La génération de prospects garde la forme  Le recrutement de prospects reste la branche la plus dynamique de laffiliation. Lactivité de collecte de leads a crû de 36% en 2011, soit un ralentissement moins marqué par rapport à 2010 (+40%) que les autres modèles économiques (clics, visites et ventes). Le Collectif des Plates-formes daffiliation note un certain dynamisme des secteurs de la finance et de lautomobile en 2011. Lensemble des constructeurs automobiles utilise désormais laffiliation pour dynamiser lactivité de ses concessionnaires en générant des essais de véhicules.   Evolution du nombre de leads générés pour les annonceurs (en millions)  © Collectif des Plates-formes dAffiliation  68
  • 69. Coup de frein sur les programmes à la vente  Laffiliation a permis au secteur de le-commerce de boucler 30,4 millions de ventes en 2011, soit une croissance de 14%. Les programmes à la vente connaissent cependant un net ralentissement par rapport à 2010, année au cours de laquelle ce secteur avait progressé de 40%. Laffiliation à la vente affiche également une croissance moins forte sur lannée 2011 que lensemble du marché de le-commerce pour lequel la Fédération de le-commerce et de la vente à distance (Fevad) attend une croissance de 21%.  Evolution du nombre de ventes générées pour les annonceurs (en millions) © Collectif des Plates-formes dAffiliation  69
  • 70. 19 € de retour pour 1 € investi  Les deux tiers des investissements dans laffiliation ont été dédiés lan dernier aux opérations rémunérées à la vente, soit 147 millions deuros. Avec plus de 30 millions de ventes et un panier moyen estimé à 91 euros en 2011 par la Fevad, le CPA estime que laffiliation a généré un chiffre daffaires de près de 3 milliards deuros, soit un retour sur investissement de 19 euros pour un euros investi. Laffiliation aurait ainsi contribué à 7% des 37,4 milliards deuros que la Fevad anticipe pour lensemble de le-commerce en 2011. Evolution du chiffre daffaires généré pour le-commerce  © Collectif des Plates-formes dAffiliation70