Your SlideShare is downloading. ×
Barometreipea2005
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×

Introducing the official SlideShare app

Stunning, full-screen experience for iPhone and Android

Text the download link to your phone

Standard text messaging rates apply

Barometreipea2005

499
views

Published on


0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
499
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
14
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. LES FRANCAIS ET LES OBSEQUES Etude réalisée pour le compte de la Chambre Syndicale Nationale des Arts Funéraires Présentation du 17 juin 2005 Nicolas Fauconnier
  • 2. METHODOLOGIE Une étude réalisée à partir d'une investigation quantitative 1012 individus ont été interrogés par téléphone du 21 avril au 4 mai 2005 selon la méthode des quotas Un échantillon représentatif des Français âgés de 40 ans et plus Un questionnaire abordant l'univers global des obsèques et du cimetière, d'une durée d'environ 16 minutes
  • 3. Un point sur les Français âgés de 40 ans et plus Les décisions La crémation L'inhumation Les contrats obsèques Les rites Les opérateurs de pompes funèbres Le jour des défunts Le cimetière Les aspects financiers
  • 4. Un point sur les Français âgés de 40 ans et plus 15,6 millions de femmes, 13,5 d'hommes : 48,2% de la population Au 01/01/04 (France métropolitaine) Source : INSEE
  • 5. Un point sur les Français âgés de 40 ans et plus Un quart de personnes vivant seules, pour moitié veuves Des personnes en activité pour près de la moitié de cette population Des catégories socio-professionnelles et des revenus plus élevés que pour la population française des 18 ans et plus (effet d'âge) Des ménages constitués de 2 personnes également sur- représentés (décohabitation des enfants). Des personnes se disant proche de la religion catholique dans 73% des cas. Une pratique de la religion (quelle qu'elle soit) régulière pour 12% et occasionnelle pour 36% des personnes interrogées.
  • 6. Un point sur les Français âgés de 40 ans et plus Les décisions La crémation L'inhumation Les contrats obsèques Les rites Les opérateurs de pompes funèbres Le jour des défunts Le cimetière Les aspects financiers
  • 7. Les décisions Se préparer aux obsèques n'est pas encore une évidence pour tout le monde Laisserez-vous ou avez-vous déjà laissé des instructions concernant vos propres obsèques ? (N=1012) Source: Enquête-CSNAF-2005
  • 8. Les décisions L'âge est évidemment un facteur déterminant dans le fait de laisser des instructions : Une échéance qui approche... Part des personnes ayant laissé ou souhaitant laisser des instructions complètes selon l'âge (N=1012) Source: Enquête-CSNAF-2005
  • 9. Les décisions D'autres facteurs influents : Choisir la crémation : 52% * de ceux qui en souhaitent une ont laissé des instructions (parce que le choix par défaut pour les survivants reste encore l'inhumation) Résider dans le Nord ou l'Est de la France : 47% * (variable corrélée avec la précédente) Etre veuf : 41% * Avoir souscrit un contrat obsèques ou souhaiter le faire : 60% * (action étroitement associée au fait de laisser des instruction) * Rappel : moyenne pour l'ensemble des interviewés 35% ont laissé des instructions complètes ou partielles
  • 10. Les décisions Le choix incombe généralement au conjoint survivant : Qui décidera des choix ? (N=1012) * : conjoints : 39% de l'ensemble des interviewés et 54% des personnes vivant en couple ; enfants : 40% de l'ensemble des interviewés et 46% des personnes ayant encore un enfant vivant Source: Enquête-CSNAF-2005
  • 11. Les décisions L'âge de la personne interrogée est là encore déterminant, mais rien d'anormal à cela, contrairement aux évolutions sociétales, la chronologie des étapes de vie ne change pas. Identité de la personne qui décidera selon l'âge (N=1012) Source: Enquête-CSNAF-2005
  • 12. Les décisions La crémation devrait encore (beaucoup) progresser Pour vos propres obsèques, envisagez-vous plutôt une inhumation ou une crémation ? (N=1012) Si vous êtes indécis, imaginez-vous reposer plutôt dans un cimetière ou non ? (N=212) Source: Enquête-CSNAF-2005
  • 13. Un point sur les Français âgés de 40 ans et plus Les décisions La crémation L'inhumation Les contrats obsèques Les rites Les opérateurs de pompes funèbres Le jour des défunts Le cimetière Les aspects financiers
  • 14. La crémation Un choix de crémation dicté à 85% par des convictions personnelles Un argument financier (avoué) dans seulement 6% des cas sauf chez les plus jeunes (12% des 40-49 ans) et les plus pauvres (15% des revenus inférieurs à 1220 €/mois) Des réponses spontanées qui n'abordent pas l'aspect religieux pourtant : -la crémation est le choix de 61% des athées ou agnostiques (et même 77% si on exclut les indécis) -la variable la plus discriminante pour caractériser le choix de la crémation est la volonté de se passer de cérémonie religieuse lors des obsèques
  • 15. La crémation Alors qui choisira la crémation ? Profils sur-représentés des personnes choisissant la crémation (N=1012) Profils sous-représentés des personnes ne choisissant pas la crémation (N=1012) Source: Enquête-CSNAF-2005 Effet générationnel
  • 16. La crémation Alors qui choisira la crémation ? D'autres variables comportementales expliquent assez bien également le choix de la crémation : Personnes ne se rendant pas au cimetière à la toussaint Personnes ne se rendant jamais au cimetière et ce, parce que ce n'est pas dans leur tradition Personnes estimant que le prix des obsèques doit être le moins cher possible Personnes qui estiment que l' inhumation coûte plus cher que la crémation
  • 17. La crémation Des choix très hétérogènes pour la destination finale des cendres mais plutôt dispersées (50%) que conservées dans une urne (33%) Source: Enquête-CSNAF-2005 Destination souhaitée des cendres (N=398)
  • 18. La crémation Pas de consensus général pour la destination des cendres, caractéristique illustrant d'une part la nouveauté du phénomène et d'autre part la notion de liberté de choix sous-tendue dans la crémation Conservation dans une urne, solution à mi parcours entre inhumation et dispersion des cendres, qui ne plait pas car elle repose la question du "Où conserver ?" Une dispersion dans des endroits appréciés par le défunt, privés ou publics, qui domine et qui incarne vraiment le symbole de la crémation On note le rejet très net du jardin du souvenir, associant la symbolique du cimetière et celle de l'anonymat. Inexistence du choix du Columbarium
  • 19. La crémation Choisir la crémation n'implique pas de renoncer au cérémonial traditionnel 73% des interviewés ne souhaitent pas un cérémonial différent de celui pour l'inhumation (86% hors NSP). A contrario 12% le souhaitent Source: Enquête-CSNAF-2005 Type de cérémonie différente souhaité : quelque chose... (N=33) Effectif faibles
  • 20. Un point sur les Français âgés de 40 ans et plus Les décisions La crémation L'inhumation Les contrats obsèques Les rites Les opérateurs de pompes funèbres Le jour des défunts Le cimetière Les aspects financiers
  • 21. L'inhumation L'inhumation, un choix qui s'inscrit dans la tradition Profils sur-représentés des personnes choisissant l'inhumation (N=1012) Source: Enquête-CSNAF-2005 Effet générationnel
  • 22. L'inhumation La destination du corps : la tradition tient encore une grande part Lieu choisi d'inhumation (N=544) Source: Enquête-CSNAF-2005
  • 23. L'inhumation 61% des interviewés qui décident d'être inhumés disposent déjà d'un emplacement dans un cimetière (25% des Français de 40 ans et plus) Phénomène très corrélé avec l'âge (70% des 60-69 ans et 87% des 70 ans et +) et bien sûr le fait d'être veuf (96%) Le Sud-Ouest et la méditerranée plus prévoyants (respectivement 78 et 81%) A l'opposé le bassin parisien et l'ouest affichent des taux inférieurs (48 et 51%) Les personnes ayant les revenus les plus bas (<1220 euros/mois) sont également très prévoyants (75%)
  • 24. L'inhumation Des équipements déjà présents Cet emplacement est-il déjà pourvu d'un monument funéraire ? (N=245) Source: Enquête-CSNAF-2005
  • 25. L'inhumation Le monument : un choix qui s'oriente vers la simplicité mais les indécis sont nombreux Qu'imaginez-vous mettre sur cet emplacement ? (N=32) Source: Enquête-CSNAF-2005 Effectif faibles
  • 26. L'inhumation Le monument idéal : beauté et simplicité Quel est pour vous le matériau idéal pour une tombe ? (N=404) Et la tombe idéale pour vous, c'est plutôt quelque chose de... ? (N=404) Source: Enquête-CSNAF-2005
  • 27. L'inhumation La plaque, un classique qui perdure Eléments susceptibles d'être achetés pour décorer une tombe (choix multiple) (N=404) Source: Enquête-CSNAF-2005
  • 28. L'inhumation Le goût de chacun : les deux profils remarquables pour chaque objet Source: Enquête-CSNAF-2005
  • 29. L'inhumation Un choix qui illustre là encore la simplicité. Dans plus de la moitié des des cas c'est au maximum un seul type article qui est choisi. Source: Enquête-CSNAF-2005 Types d'articles différents choisis par les interviewés (N=404)
  • 30. Un point sur les Français âgés de 40 ans et plus Les décisions La crémation L'inhumation Les contrats obsèques Les rites Les opérateurs de pompes funèbres Le jour des défunts Le cimetière Les aspects financiers
  • 31. Les contrats obsèques Deux tiers des interviewés déclarent savoir ce qu'est un contrat obsèques Une proportion fonction croissante de l'âge : (N=1012) C'est en région parisienne que la connaissance est la moins marquée (mais population un peu plus jeune que la moyenne) Source: Enquête-CSNAF-2005
  • 32. Les contrats obsèques Sans toutefois égaler le succès de la crémation, le contrat obsèques est promis à un bel avenir. Déjà, de nombreux contrats ont été signés Pensez-vous souscrire un contrat obsèques ? (N=1012) Mais il reste qu'à moyen terme, ce choix restera largement minoritaire : les deux tiers y semblent opposés. Source: Enquête-CSNAF-2005
  • 33. Les contrats obsèques Profils sur-représentés des souscripteurs (contrats signés) (N=1012) Source: Enquête-CSNAF-2005
  • 34. Les contrats obsèques Profils remarquables des souscripteurs potentiels (données excluant les indécis) (N=873) Source: Enquête-CSNAF-2005
  • 35. Les contrats obsèques Si l'âge est déterminant, ce qui semble caractériser le plus les souscripteurs accomplis, c'est l'isolement Cette caractéristique ne se retrouve pas chez les futurs souscripteurs. Ces derniers constituent une clientèle plutôt &quot;haut de gamme&quot; contrairement à ceux qui ont déjà souscrit. Le souhait d'une crémation n'est pas significativement corrélé avec le fait d'avoir souscrit ou de vouloir souscrire un contrat obsèques On ne constate pas de taux de signature ou de volonté de souscrire supérieurs chez les personnes ayant déjà eu affaires à une entreprise de pompes funèbres La religion n'interfère pas ou pratiquement pas
  • 36. Les contrats obsèques Des contrats signés en premier lieu auprès des ... Assureurs. Les entreprises de pompes funèbres n'absorbent qu'un tiers du marché Auprès de quel type d'organisme avez-vous souscrit un contrat obsèques ? (N=100) Source: Enquête-CSNAF-2005
  • 37. Les contrats obsèques Un marché partagé en fonction... De l'âge. Aux assurances les &quot;jeunes&quot; (46% des moins de 50 ans), aux entreprises de pompes funèbres les &quot;moins jeunes&quot; (51% des plus de 70 ans) Le gros du marché pour les entreprises de Pompes funèbres se situe dans les agglomérations de 2 à 20.000 h (62%) ou de 20 à 100.000 h (45%), auprès des artisans commerçants (45%), des professions intermédiaires (41%) et de ceux qui souhaiteraient une inhumation (41%) Les assurances obtiennent de bons scores en milieu rural (46%), auprès des ouvriers (43%), des revenus moyens (49%) ou élevés (50%) et chez les indécis quant au choix crémation/inhumation 43%) Les banques se distinguent aussi en milieu rural (29%) auprès des professions intellectuelles (34%) et paradoxalement des revenus faibles (38%)
  • 38. Les contrats obsèques Dans chaque secteur d'activité, un gâteau mal partagé : Entreprise de pompes funèbres : PFG 42% Assurance : Aviva 22% et AGF 17,4% Banque : Crédit Agricole (+ Crédit Lyonnais) 53% Il s'agit des réponses correctement exprimées, les effectifs sont par conséquent assez faibles et n'ont pu donner de résultats pour les autres secteurs (complémentaires et instituts de prévoyance)
  • 39. Les contrats obsèques En (courte) majorité des contrats qui se soldent par une prestation d'obsèques réelle Vers quel type de contrat vous êtes-vous orienté ? (N=100) Dans plus d'un quart des cas, il peut y avoir confusion avec une assurance décès Source: Enquête-CSNAF-2005
  • 40. Les contrats obsèques Un marché à venir plus favorable aux entreprises de pompes funèbres que l'encours &quot;signé&quot; Auprès de quel type d'organisme pensez-vous souscrire un contrat obsèques ? (N=111) Source: Enquête-CSNAF-2005
  • 41. Les contrats obsèques Le choix des opérateurs n'est pas la préoccupation majeure : si le type est bien appréhendé, des noms sont rarement cités. PFG bien sûr, mais également des sociétés d'implantation locales pour les entreprises de pompes funèbres Aviva, un peu plus cité que MAIF, AGF, Groupama, GMF pour le secteur des assurances La poste ou le crédita agricole, s'agissant des banques Là encore, très peu de données exploitables
  • 42. Les contrats obsèques Comme pour les contrats déjà souscrits, un choix qui s'oriente majoritairement vers des contrats à prestations d'obsèques réelles Vers quel type de contrat pensez-vous vous orienter ? (N=111) Source: Enquête-CSNAF-2005
  • 43. Les contrats obsèques Si on exclut les non réponses, Si on considère que les choix envisagés seront réalisés tels quels On peut estimer que dans les années à venir, le marché des contrats obsèques va se déformer au profit des contrats avec prestations d'obsèques réelles Des contrats que les Français se verraient plus naturellement contracter auprès d'un professionnel du funéraire, contrairement à ce qui s'est vu jusqu'à présent
  • 44. Un point sur les Français âgés de 40 ans et plus Les décisions La crémation L'inhumation Les contrats obsèques Les rites Les opérateurs de pompes funèbres Le jour des défunts Le cimetière Les aspects financiers
  • 45. Les rites Le recul de la religion dans la société est connu, admis, acté Pourtant 63% des personnes interrogées déclarent vouloir une cérémonie religieuse pour leur obsèques. La tradition reste donc encore très forte. Seuls les segments suivants présentent un taux inférieur ou égal à 50% : la région parisienne 49% professions intellectuelles 50% désirant une crémation 44% ... Et... Athée ou agnostiques 15% Parmi les personnes se déclarant non pratiquantes, plus de la moitié souhaitent une cérémonie religieuse
  • 46. Les rites Une cérémonie civile qui, du coup, ne se justifie pas vraiment. 23% des personnes interrogées seraient tentées. Elles ne proviennent pas toute du camp des opposants à la cérémonie religieuse (seulement 53% d'entre elles) De même sur les 30% d'opposants à la cérémonie religieuse, plus de la moitié ne souhaitent pas non plus de cérémonie civile. La cérémonie civile doit donc être décryptée plus comme un complément à la tradition que comme une substitution Comme précédemment, le désir de crémation, habiter en Ile de France, exercer une profession intellectuelles sont des facteurs amplifiant le désir d'une cérémonie civile Sans surprise, les pratiquants rejettent cette cérémonie à 76%
  • 47. Les rites Une tradition encore bien ancrée pour les obsèques : on s'en remet au cérémonial habituel Seulement 12% des personnes interrogées ont déclaré avoir une exigence particulière en matière d'obsèques Cette proportion est relativement stable d'un segment à l'autre Seules les personnes ayant laissé des instructions se démarquent puisque 17% ont une exigence particulière... ... raison d'ailleurs pour laquelle ils ont laissé des instructions
  • 48. Les rites Des exigences qui ne revêtent aucun caractère d'originalité Thème sur lequel porte les exigences (N=118) Source: Enquête-CSNAF-2005
  • 49. Les rites associés aux obsèques ne semblent guère évoluer, comme si, au moment de la mort, le retour vers la tradition était nécessaire, avec une dose d'humilité et de simplicité Le développement de la crémation n'entraîne pas de bouleversements au niveau des cérémonies (d'ailleurs, les contrats obsèques non plus) La religion n'est pas oubliée. Souvent occultée durant la vie, elle ressurgit pour le repos éternel, par conviction pour certains par tradition pour d'autres Les rites
  • 50. Un point sur les Français âgés de 40 ans et plus Les décisions La crémation L'inhumation Les contrats obsèques Les rites Les opérateurs de pompes funèbres Le jour des défunts Le cimetière Les aspects financiers
  • 51. Les professionnels du funéraire jouissent d'une bonne image auprès des Français Les opérateurs de pompes funèbres 81% d'images positives (90% hors NSP) Quelle image avez-vous des professionnels du funéraire ? (N=1012) Source: Enquête-CSNAF-2005
  • 52. Plus de la moitié des Français de 40 ans et plus ont déjà eu à faire personnellement à un opérateur de pompes funèbres. Cette proportion grimpe à deux tiers dès que l'on atteint la cinquantaine Les opérateurs de pompes funèbres Part des individus ayant eu affaire à un opérateur funéraire selon l'âge (N=1012) A 91% il s'agissait seulement d'organiser des obsèques. La souscription ou la demande de renseignements concernant des contrats obsèques ne représentent que 3% des cas. Source: Enquête-CSNAF-2005
  • 53. La déréglementation n'a pas bouleversé la donne économique : les entreprises de pompes funèbres privés conservent leur suprématie Les opérateurs de pompes funèbres A quel type d'opérateur vous êtes-vous adressé ? (N=583) Source: Enquête-CSNAF-2005
  • 54. La région parisienne se démarque du reste du territoire, le poids du service municipal est important Les opérateurs de pompes funèbres A quel type d'opérateur vous êtes-vous adressé ? (Région parisienne) (N=102) Source: Enquête-CSNAF-2005
  • 55. Dans ce métier, la prescription est essentielle, le bouche à oreille est le premier vecteur de connaissance d'une entreprise Les opérateurs de pompes funèbres Comment avez-vous connu ce prestataire ? (N=583) Le bouche à oreille est particulièrement élevé dans les villes de taille moyenne (50%) et paradoxalement assez peu en milieu rural (38%) Source: Enquête-CSNAF-2005
  • 56. Si déjà l'image était jugée bonne, pour ceux qui en ont fait l'expérience, la satisfaction est par ailleurs très grande Les opérateurs de pompes funèbres Avez-vous été satisfait de sa prestation ? (N=583) Le cumul des réponses exprimées positives donne un indice de satisfaction proche de la perfection : 96% Source: Enquête-CSNAF-2005
  • 57. C'est d'ailleurs parce que l'on a été très satisfait qu'on déclare avoir une excellente image de la profession La satisfaction est plus élevée pour les entreprises de Pompes funèbre privées que pour les régies municipale ou les SEM (64% de très satisfaits pour les premiers contre 59% pour les secondes) Les opérateurs de pompes funèbres Il en est de même lorsque l'opérateur a été recommandé plutôt que choisi autrement Taux de personnes très satisfaites selon le mode de choix de l'opérateur (N=583) Source: Enquête-CSNAF-2005
  • 58. Les attentes exprimées : d'abord l'accueil puis le prix (N=1012) Les opérateurs de pompes funèbres Source: Enquête-CSNAF-2005
  • 59. Les deux profils remarquables pour chaque attente (N=1012) Les opérateurs de pompes funèbres Source: Enquête-CSNAF-2005
  • 60. L'intérêt pour un label de qualité dans la profession n'est pas négligeable Les opérateurs de pompes funèbres Seriez-vous prêt à payer plus cher une prestation d'obsèques pour bénéficier d'un label de qualité couvrant l'ensemble de la prestation ? [N 1 =1012 (10%); N 2 =927 (5%)] Source: Enquête-CSNAF-2005
  • 61. Un label de qualité &quot;payant&quot; qui séduirait les personnes aux revenus les plus élevés (37% oui certainement ou probablement vs 24% pour l'ensemble) Les 40-49 ans, ceux qui connaissent le moins la profession, sont plus attirés que les autres (35%) A l'inverse, les plus âgés (70 ans et plus) ne l'estiment pas utile (12%) C'est en Méditerranée que l'idée rencontre le moins de succès (17%) Le choix de l'inhumation ou de la crémation ne change rien à la question, les réponses sont similaires Les opérateurs de pompes funèbres
  • 62. Autre attente pouvant déboucher sur un nouveau service des professionnels du funéraires : l'accompagnement post obsèques Les opérateurs de pompes funèbres Seriez-vous intéressé par une prestation d'accompagnement post-obsèques de la part des opérateurs funéraires ? (N=1012) Source: Enquête-CSNAF-2005 22%
  • 63. Là encore, les plus jeunes des interviewés sont les premiers intéressés (37% vs 23%), Le phénomène est très &quot;parisien&quot; (29%) Succès également auprès des revenus moyens (30%) et des personnes ayant déjà &quot;enterré&quot; un parent (29%), personnes savant réellement ce que sont les tracas administratifs dus à l'accomplissement de formalités Les opérateurs de pompes funèbres Seriez-vous prêt à payer cette prestation ? (N=231) Source: Enquête-CSNAF-2005
  • 64. Un point sur les Français âgés de 40 ans et plus Les décisions La crémation L'inhumation Les contrats obsèques Les rites Les opérateurs de pompes funèbres Le jour des défunts Le cimetière Les aspects financiers
  • 65. La tradition du jour des défunts (ou plutôt de la veille, la Toussaint) est encore très largement respectée. Les deux tiers des Français de 40 ans et plus se rendent assez régulièrement au cimetière &quot;A la Toussaint&quot; Le jour des défunts Vous rendez-vous au cimetière où repose un proche au moment de la &quot;Toussaint&quot; ? (N=1012) Source: Enquête-CSNAF-2005
  • 66. Si la moitié des Français de plus de 40 ans se rendent dans les cimetière &quot;à la Toussaint&quot;, les Franciliens, eux, ne sont plus que 22% Les habitants du Nord et de l'est compensent (72% y vont systématiquement) Encore une fois, la réponse à cette question est très liée à l'âge (40% des 40-49 ans contre 62% des plus de 70 ans) Étonnamment, le veuvage n'implique que 64% de visites systématiques (2% se déclarent même ne pas être concernés... ) Les professions intellectuelles ne fréquentent pas les cimetières à la Toussaint (32%) ni les Athées (33%), ceux qui optent pour la crémation (39%) et les indécis quant au contrat obsèques (39%) Le jour des défunts
  • 67. La principale raison de ne pas se rendre au cimetière à la Toussaint relève de la conviction personnelle : ça n'est pas dans la tradition Le jour des défunts Pour quelle principale raison ne vous rendez-vous pas au cimetière à la &quot;Toussaint&quot;? (N=327) Source: Enquête-CSNAF-2005
  • 68. En se rendant au cimetière pour la Toussaint, les Français parcourent en moyenne 131 * kilomètres aller et retour (192 * en excluant du calcul les personnes qui résident à proximité directe du cimetière) On observe de fortes disparités selon les régions (surtout paris RP) Le jour des défunts * hormis ceux qui se rendent à l'étranger (2 cas avérés) Source: Enquête-CSNAF-2005 69 Distance A/R en km (N=435) 77 439 123 156 231 239 233
  • 69. La visite au cimetière à la Toussaint est une visite &quot;trois en une&quot; Le jour des défunts Vous y allez à &quot;Toussaint&quot; pour...? (N=664) Source: Enquête-CSNAF-2005
  • 70. Un point sur les Français âgés de 40 ans et plus Les décisions La crémation L'inhumation Les contrats obsèques Les rites Les opérateurs de pompes funèbres Le jour des défunts Le cimetière Les aspects financiers
  • 71. Pour un tiers des visiteurs de la Toussaint, cette visite n'est pas la seule à date fixe. Le cimetière En dehors de la &quot;Toussaint&quot; y a-t-il d'autres périodes fixes dans l'année où vous vous rendez au cimetière ? (N=939) Fête religieuse 54% Fête des Mères/pères 26% au cours de vacances 12% Fêtes civiles /militaires 5% Anniversaire de mariage 2% Source: Enquête-CSNAF-2005
  • 72. Le nombre de visites annuelles au cimetière est en relation étroite avec la perte ou non de ses parents mais, en moyenne, les Français de 40 ans et plus se rendent entre 3 et 4 fois par an au cimetière Le cimetière Nombre de visites annuelles en fonction du nombre de parents vivants (N=1012) Source: Enquête-CSNAF-2005
  • 73. Un quart des Franciliens de plus de 40 ans ne vont jamais ou pratiquement jamais au cimetière, ce sont eux qui fournissent le très maigre contingent de personne confiant l'entretien de la tombe à une entreprise Les professions intellectuelles et les athées se dénotent encore du reste de la population, les cimetières ne font pas partie de leur décor (respectivement 24% et 32% n'y vont quasiment jamais) A l'opposé, les personnes âgées et les veufs affichent des fréquences de venue dans les cimetières bien plus élevées (34 et 40 % y viennent plus de 10 fois par an. Rien de surprenant... Le cimetière
  • 74. La charge d'un monument funéraire ne concerne que moins d'une personne sur deux. Elle ne devient majoritaire qu'au delà de 60 ans Le cimetière Avez-vous en charge l'entretien d'un monument funéraire quel qu'il soit ? (N=1012) Source: Enquête-CSNAF-2005
  • 75. Le recours à un tiers professionnel pour l'entretien du monument est rarissime, on s'en charge seul ou en famille Le cimetière Qui s'occupe principalement de l'entretien ? (N=405) Source: Enquête-CSNAF-2005
  • 76. Les Français dépensent en moyenne un peu moins de 85 euros par an dont seulement un tiers à la toussaint pour fleurir leurs morts Le cimetière Répartition en classes des dépenses annuelles en fleurs et plantes Source: Enquête-CSNAF-2005
  • 77. Plus d'un tiers des répondants n'ont pas été capables d'avancer un chiffre Les Franciliens dépensent peu : 21% ne dépensent rien sur l'année et 58% rien à la Toussaint. Les femmes dépensent plus que les hommes (87€ vs 79€) sauf à la Toussaint où les dépenses sont identiques (28€) C'est entre 60 et 69 ans que l'on dépense le plus (102€) Les montants dépensés ne dépendent pas du niveau de revenu Le cimetière Rapport des dépenses de la Toussaint aux dépenses annuelles (N=261) Source: Enquête-CSNAF-2005
  • 78. Grande satisfaction sur le cimetière sauf pour ses aspects sécurité/ gardiennage et leur desserte par les transports en commun (quand il en existe dans la ville) Le cimetière Que pensez-vous du cimetière dans lequel est situé cette tombe : il est... ? (N=405) Source: Enquête-CSNAF-2005
  • 79. C'est en milieu rural que la sécurité pose le plus de problèmes : seuls 36% des interviewés estiment leur cimetière sécurisé A l'opposé, en région parisienne, ce manque de sécurité est moins mis en exergue (67%) (cimetières fermés et/ou gardiennés) La contrepartie c'est qu'ils sont moins nombreux à trouver leurs cimetières arborés et fleuris (62% vs 75% pour l'ensemble) C'est dans les unités urbaines de 2.000 à 20.000 habitants qu'on semble être le plus satisfait des cimetières visités. Les problèmes de sécurité pèsent lourd pour les communes rurales Le cimetière Indices synthétiques de satisfaction sur les cimetières selon la taille de l'unité urbaine (N=405) Source: Enquête-CSNAF-2005
  • 80. Le cimetière Et très logiquement, les premiers points d'amélioration demandés portent sur la sécurité et sur l'environnement Problèmes ou équipement manquants du cimetière visité (N=79) Source: Enquête-CSNAF-2005
  • 81. Un point sur les Français âgés de 40 ans et plus Les décisions La crémation L'inhumation Les contrats obsèques Les rites Les opérateurs de pompes funèbres Le jour des défunts Le cimetière Les aspects financiers
  • 82. Les obsèques coûtent cher, en réalité comme aux yeux des Français. Pour une inhumation le montant estimé est de 3150 euros (hors emplacement au cimetière, monument et maçonnerie) Pour leur propre inhumation les personnes interrogées souhaitent dépenser 3030 euros soit environ 4% de moins que le coût estimé Pour une crémation, il est de 2690 euros soit 15% moins cher Pour leur propre crémation les personnes interrogées souhaitent dépenser 2220 euros soit environ 17% de moins que le coût estimé Cette dépense moindre pour soi tend à confirmer que l'on est prêt à faire plus d'effort pour les obsèques d'autrui (respect) que pour soi même Les aspects financiers
  • 83. Des écarts très importants : de... 200 euros à 30.000 euros pour une inhumation et de 100 à 15.000 euros pour une crémation En moyenne, ceux qui souhaitent une inhumation l'estiment plus chère que ceux qui préfèrent une crémation. L'inverse est vrai. Le coût n'apparaît donc globalement pas comme la principale motivation pour la crémation Homme / femmes : mêmes estimations Plus globalement, malgré des écarts types assez élevés, on ne distingue pas de corrélations évidentes entre les moyennes des estimations et les critères socio-eco-démographiques utilisés ni pour l'inhumation ni pour la crémation Les aspects financiers
  • 84. La mise en classe des estimations confirme que les Français semblent plutôt bien informés sur ces coûts puisque la grande majorité des estimations concordent avec des tarifications existantes chez les opérateurs Les aspects financiers Coûts estimés d'une inhumation ou d'une crémation mis en classes (N=311) Source: Enquête-CSNAF-2005
  • 85. Il reste que l'inhumation est perçue beaucoup plus fréquemment plus chère que la crémation. Les aspects financiers Comparaison des estimations de coûts (N=311) Source: Enquête-CSNAF-2005
  • 86. La dépense que représente des obsèques doit être &quot;convenable&quot; Les aspects financiers Pour vous, le prix des obsèques c'est... ? (N=1012) Mais plus d'un quart estiment qu'elle pourrait être la moins chère possible, et même 37% des Athées, 36% de ceux qui souhaitent une crémation et 34% des plus bas revenus Source: Enquête-CSNAF-2005
  • 87. Un crédit pour des obsèques ? A priori non, ce n'est pas dans les mentalités Les aspects financiers Peut-on payer ses obsèques à crédit? Les profils plus favorables au crédit sont les parisiens (29%), les Professions intellectuelles (30%) et hauts revenus (29%) et bien sûr, les souscripteurs de contrats obsèques (38%) Source: Enquête-CSNAF-2005
  • 88. La crémation gagne du terrain et arrive pratiquement à égalité avec l'inhumation ; la dispersion tend à s'imposer Ce sont les nouvelles générations, urbaine, à niveau de diplôme élevé qui sont les plus adeptes de la crémation Les opérateur funéraires ont une bonne image auprès du public L'art funéraire doit rester simple et traditionnel, l'ostentatoire décline et l'originalité n'est pas encore pour aujourd'hui Les contrats obsèques ne déferleront pas, ils trouveront naturellement un public mais ne deviendront pas majoritaires Les rites des obsèques conservent un ancrage traditionnel, y compris dans la religion Les cimetières ne sont pas désertés et ont Conclusion plutôt une bonne image