Developpement local et gestion locale des ressources naturelles en regions arides
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Developpement local et gestion locale des ressources naturelles en regions arides

on

  • 3,719 views

Dans le cadre de la journée du 30 septembre 2008 au Conseil régional Ile de France, organisée par l'ARENE et le GTD, Marc Bied-Charreton, président du CSFD, a exposé de manière synthétique et ...

Dans le cadre de la journée du 30 septembre 2008 au Conseil régional Ile de France, organisée par l'ARENE et le GTD, Marc Bied-Charreton, président du CSFD, a exposé de manière synthétique et didactique le développement local et la gestion locale des ressources en gestions arides en 39 diapositives.

Statistics

Views

Total Views
3,719
Views on SlideShare
3,707
Embed Views
12

Actions

Likes
1
Downloads
80
Comments
0

2 Embeds 12

http://www.slideshare.net 9
http://1280054855.nvmodules.netvibes.com 3

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Microsoft PowerPoint

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

Developpement local et gestion locale des ressources naturelles en regions arides Developpement local et gestion locale des ressources naturelles en regions arides Presentation Transcript

  • DEVELOPPEMENT LOCAL ET GESTION LOCALE DES RESSOURCES NATURELLES EN REGIONS ARIDES GTD/ARENE/CONSEIL REGIONAL ILE DE FRANCE 30/09/2008 Marc BIED-CHARRETON
  • GTD/ARENE/CR IDF 30/09/2008 La désertification un obstacle majeur au développement en zones arides Dr. Marc BIED-CHARRETON Professeur émérite IRD/UVSQ Président du Comité Scientifique Français de la Désertification (CSFD ) Président de l’association des amis de Bada en France
  • GTD/ARENE/CR IDF 30/09/2008 LA DESERTIFICATION
    • Désigne « la dégradation des terres dans les zones arides, semi-arides et sub-humides sèches par suite de divers facteurs, parmi lesquels les variations climatiques et les activités humaines » (Article 1, UNCCD 1992).
    • Porte sur les différentes composantes des écosystèmes et des agro-écosystèmes
    • Conduit à une détérioration des services fournis par ces écosystèmes
    • Et à une péjoration des conditions de vie des populations qui en dépendent
    View slide
  • Liens entre services des écosystèmes et bien-être humain View slide
  • GTD/ARENE/CR IDF 30/09/2008 Désertification et Populations : Quelques chiffres
    • Superficie totale des zones sèches = 40% des terres soit 5200 Mha dont 10 à 20% sont fortement dégradés (1)
    • Population vivant dans les zones sèches = 35 % de la population globale soit environ 2,3 Milliards de personnes (1) (2)
    • 1 à 6% de cette population serait gravement affectée par la désertification (1)
      • Report of the Millennium Ecosystem Assessment 2005
      • Poverty and the dry land P. DOBIE 2001
  • GTD/ARENE/CR IDF 30/09/2008 Causes de la désertification
    • Les activités Humaines
      • Accroissement de la population et des besoins sans changement de système d’exploitation des ressources
      • Pression accrue sur l’espace et les ressources naturelles
      • Règles d’accès aux ressources inopérantes
      • Pratiques inadaptées et néfastes
    • Les Crises Climatiques
      • Les sécheresses facteurs aggravant de la dégradation
  • GTD/ARENE/CR IDF 30/09/2008 Causes de la désertification
  • GTD/ARENE/CR IDF 30/09/2008 La Désertification un problème d’environnement
  • GTD/ARENE/CR IDF 30/09/2008 La Désertification un problème d’environnement
    • Elle affecte l’environnement local et le mode de vie des populations
    • Elle a des effets plus globaux au niveau:
    • - De la Biodiversité,
      • - Des changements climatiques
      • - Des ressources en eau
  • GTD/ARENE/CR IDF 30/09/2008 Désertification et biodiversité
    • La désertification et les modifications des modes d’utilisation des terres en zones sèches constituent le principal facteur de perte de la biodiversité, en raison:
      • De la surexploitation des populations d’espèces
      • De la destruction des habitats .
    • Sécuriser les ressources naturelles : produire en préservant les habitats et les écosystèmes.
    • Associer les stratégies de conservation de la diversité biologique et leur valorisation par les communautés.
    • Reconnaître un rôle important aux communautés et aux agriculteurs, comme acteurs majeurs de la préservation .
  • GTD/ARENE/CR IDF 30/09/2008 Désertification et Changements Climatiques
    • ENCORE DES CONTROVERSES mais:
    • Un accroissement de l’aridité aggraverait la dégradation des terres
    • La désertification réduirait les capacités d’adaptation
    • Interactions au niveau du climat global (aérosols,…)
    • Cycle du carbone : Gestion des sols et de la biomasse pour stocker du carbone
    • Vulnérabilité et adaptation des écosystèmes et des populations aux changements climatiques
      • Mesures et fonds d’adaptation, coupler les PNA et les PAN
  • GTD/ARENE/CR IDF 30/09/2008 Désertification et ressources en eau
    • Modification du cycle de l’eau : infiltration réduite, ruissellement et évaporation en hausse.
    • Dégradation des bassins versants : modification des écoulement et des crues.
    • Envasement des retenues , ensablement des périmètres irrigués.
    • Surexploitation des nappes
  • LA LUTTE CONTRE LA DESERTI FICATION UN PROBLEME DE DEVELOPPEMENT
  • GTD/ARENE/CR IDF 30/09/2008 Désertification et Développement
    • Dans les pays affectés, Environnement et Développement sont interdépendants
    • Exploitation des Ressources naturelles renouvelables = principal facteur de production
    • Impact fort des activités humaines sur l’environnement
    Destruction des ressources naturelles + perte de productivité des terres  Obstacle majeur au développement
  • GTD/ARENE/CR IDF 30/09/2008 Désertification et Développement
    • La satisfaction de besoins pressants à court terme associée avec des crises climatiques, démographiques et économiques, débouchent sur des pratiques néfastes et conduisent aux processus de désertification
    • Les mécanismes de contrôle d'accès et de gestion des ressources naturelles mis en place par les sociétés traditionnelles deviennent alors obsolètes
    PAUVRETE
  • GTD/ARENE/CR IDF 30/09/2008 Désertification et Pauvreté
    • La proportion de pauvres dans les populations est plus élevée dans les zones sèches
    • Par manque de capital et d’ opportunités économiques, les populations pauvres sont conduites à surexploiter leurs ressources limitées
    • Liens entre dégradation environnementale et pauvreté
      • Dégradation des ressources
      • Vulnérabilité des populations humaines
      • Droits d’accès aux ressources
  • GTD/ARENE/CR IDF 30/09/2008
    • Désertification et Migrations
    • La migration est souvent présentée comme le coût social principal de la désertification mais il y a peu d’études spécifiques
    • Les Mouvements de population:
    • - Modalités de régulation des besoins en fonction des disponibilités
    • - Concernent l’ensemble du groupe ou seulement certains membres
    • - Liés à la précarité : réponse aux aléas climatiques et économiques
    • - Recouvre diverses formes de migration:
    • - Migration « non forcée » : économique, de travail
      • - Migration obligatoire : exode face aux crises, déplacements de population
  • GTD/ARENE/CR IDF 30/09/2008 Conditions Climatiques Population et contexte social Conditions Economiques ETAT DE L’ ENVIRONNEMENT ET DES RESSOURCES Désertification Dégradation des terres Contraintes Climatique Contraintes Economiques Diminution des ressources Baisse des revenus Dégradation des conditions de vie PAUVRETE CRISES Climatiques CRISES Economiques Migrations Economiques progressives Perte des revenus Destruction du capital Productif Extrême pauvreté Migrations brutales EXODE Abandon des terres
  • GTD/ARENE/CR IDF 30/09/2008
    • Désertification et Migrations
    • Quelques chiffres
    • En 2000 (Banque Mondiale)
      • - 175 M de migrants dans le monde
      • - 25 M de déplacés du fait de la dégradation de l’environnement
      • - Prévision entre 1997 et 2020:
        • > 60M de personnes devraient abandonner les zones désertifiées d’Afrique sub-saharienne
        • > La population des villes côtières serait multipliée par 3,5 et devrait atteindre 271 M d’hts
  • GTD/ARENE/CR IDF 30/09/2008
    • Désertification et Migrations
    • La mobilité spatiale et les migrations
    • Permettent:
    • - Un relatif équilibre entre ressources et besoins
    • - Amélioration des conditions de vie des populations restantes
    • - Une augmentation de l’investissement au travers des envois de revenus des migrants
    • Provoquent :
    • - Une perte du capital humain
    • - L’extensification des pratiques agricoles pouvant conduire à une dégradation accrue
    • - Au niveau des zones d’accueil : aggravation du chômage, des problèmes de logement et des coûts de fourniture des services de base (eau, assainissement, école, santé…)
  • GTD/ARENE/CR IDF 30/09/2008
    • Désertification et Migrations
      • Restreindre la mobilité des personnes sans offrir des ressources alternatives de revenus provoque la surexploitation des ressources et leur dégradation
      • Les Migrations n’auront un effet positif que dans le cas où elle s’insère dans un projet de développement et une vision intégrée de l’espace et du territoire (Elloumi M. 2004)
  • La Lutte contre la Désertification: Des techniques appropriées aux changements économiques et institutionnels
  • GTD/ARENE/CR IDF 30/09/2008 La lutte contre la désertification
    • De nombreuses solutions locales sont développées : méthodes physiques, méthodes biologiques, méthodes mixtes, agriculture de conservation;
    • Pas de solution toute faite; on agit sur le contrôle des causes de la dégradation des terres; on essaie de redresser la fertilité des sols et leur capacité d’absorption de l’eau;
    • Les solutions sont spécifiques de chaque lieu et de chaque situation;
    • Existence des techniques,mais des questions liées à leur adaptation et aux mesures d’accompagnement.
  • GTD/ARENE/CR IDF 30/09/2008 La lutte contre la désertification
    • La lutte contre la désertification et la dégradation des terres s'inscrit dans une approche globale des problèmes d'environnement et de développement durable.
    • Accroître et diversifier les ressources pour permettre une élévation du niveau de vie des populations.
    • S tabiliser les équilibres entre ressources et exploitation,
    • Etablir des cadres sociaux et politiques viables de gestion des ressources naturelles: collectivités territoriales, groupements de producteurs,…
    • Intensifier l’ agriculture pour limiter les défriches, le surpâturage et la déforestation qui propagent la désertification
  • GTD/ARENE/CR IDF 30/09/2008
    • Conséquences pour la Lutte
      • Nécessité d’inscrire la LCD dans des politiques plus larges et intégrées, susceptibles de conduire à un développement local durable
      • Nécessité d’augmenter les investissements en agriculture et restauration des milieux naturels. Seulement 5% de l’APD mondiale y est consacré, soit 5 milliards de US$ en2006; sur les 200 MM$ de l’argent du retour des migrants presque rien pour l’agriculture et le capital naturel. Pas d’investissement privé, peu d’investissement public venant des budgets des Etats concernés.
  • GTD/ARENE/CR IDF 30/09/2008 Les apports de la science et de la Technologie
    • La connaissance des processus et les outils de diagnostic;
    • Les méthodes de suivi et d’évaluation: Indicateurs, les outils spatiaux, les observatoires, les systèmes d’alerte précoce;
    • La détermination des coûts économiques de la dégradation des terres et des taux de retour économique des projets;
    • L’aide à la négociation et à la prise de décision;
    • L’aide à la construction sociale et juridique de structures de gestion des ressources;
    • L’aide à la diversification des activités, des productions et des ressources; la mise en place de politiques de commercialisation et de stabilisation des prix.
  • LES COÛTS ECONOMIQUES DE LA DESERTIFICATION
  • GTD/ARENE/CR IDF 30/09/2008 Coûts Economiques de la désertification*
    • Intérêts de l’approche des coûts économiques : Montrer que la dégradation des terres est une perte économique d ’envergure et sous-estimée
      • Les évaluations monétaires de la dégradation des terres (échelle Nationale et régionale)
      • Evaluer les actions de lutte contre la désertification (échelle locale)
    • *Selon le Rapport de Mélanie Requier-Desjardins et Marc Bied-Charreton, C3ED / CSFD, Recherche financée par l ’AFD- 2005-2006
  • GTD/ARENE/CR IDF 30/09/2008 Coûts Economiques de la désertification
      • Evaluation des pertes économiques engendrées par la dégradation des terres
      • - Les Méthodes:
      • Les coûts de remplacements
      • Les pertes de productivité
      • Les pertes en sol et de production
      • Analyse de différentes études
  • Les évaluations macro-économiques Dregne, 1992 1 - Surfaces en ha par type d’activités (culture irriguée, pluviale, élevage) et par continent 2 - Surfaces dégradées en ha, par type d’activités et par continent (données FAO) 70% des terres arides 3 - Coût de la dégradation par ha et par type d’activité : - études micro-économiques - perte de 40% de productivité 4 - Coût global de la dégradation par type d’activité et par continent : 42 milliards $ 1990 (mondial) 29 milliards $ 1990 (Afrique) 5 – Conclusion : - pas de prise en compte des forêts - pas de prise en compte des effets off-site - extrapolation de données localisées micro-économiques - des définitions différentes de la dégradation des terres  : «  vegetation degradation, water and wind erosion, salinization and waterlogging . » - évaluation des coûts de réhabilitation (11 milliards annuels sur 20 ans / 2)
  • GTD/ARENE/CR IDF 30/09/2008
    • Analyse de différentes études
    • Evaluation globale (Dregne, 1992) : Coût global de la dégradation par type d’activité et par continent : 42 milliards $ 1990 (mondial), actualisé à 64 milliards en 2006;29 milliards $ 1990 (Afrique)
    • Mali (Bischop & Allen,1989) : Pertes en nutriments +Perte en productivité agricole   : 7,5 M $ /an
    • Rwanda (MM, 2003) : Pertes annuelles en production agricole: 23 M$
  • GTD/ARENE/CR IDF 30/09/2008
    • Analyse de différentes études
    • Ethiopie (MM, 2003): Pertes en sol et en nutriments, la baisse des rendements, la Déforestation, Pertes fourragères: 139 M$/an
    • Tunisie (BM, 2003): Pertes en terres * rendement en blé * prix, Coûts off-site de l’envasement des barrages : 103 M$
    • Maroc (BM, 2003): Pertes agricoles et fourragères,  Coût de la déforestation, Coûts off-site de l’envasement des barrages : 195 M$
  • GTD/ARENE/CR IDF 30/09/2008
    • Résumé des conclusions
      • Homogénéité relative des résultats : de 1 à 10% du PIB agricole , des chiffres significatifs 64 milliards de US $/An
      • Sous-évaluation globale des coûts :
    • ce qui est calculé :
    • - la perte brute annuelle immédiate
      • - pas d ’évaluation du cumul des pertes dans le temps, ni du coût du passage d ’un seuil de dégradation à un autre,
      • La question du coût de la réhabilitation des terres dégradées est parfois traitée
      • La question du coût d’entretien des terres non (encore) dégradées n’est pas abordée
  • GTD/ARENE/CR IDF 30/09/2008
    • Evaluation coûts - bénéfices des projets de LCD
    • Le taux de retour économique, un indicateur classique :
    • résultat économique/actif économique*100
      • - les « success stories » de C. Reij : ce taux de retour varie entre 10 et 38% pour de nombreux projets
      • - prise en compte de l’accroissement des rendements agricoles et fourragers, de la production de ligneux, mais aussi des méthodes de gestion des ressources
      • - élargir l’ECB à d ’autres composantes que celles relatives à la production marchande: services rendus par les écosystèmes
  • La CONVENTION Désertification Et la prise en compte internationale
  • GTD/ARENE/CR IDF 30/09/2008 LA CONVENTION DES NATIONS UNIES POUR LA LUTTE CONTRE LA DESERTIFICATION
    • Elle a pour objectif de lutter contre la désertification et d'atténuer les effets de la sécheresse dans les pays gravement touchés.
    • La Convention vise à garantir un engagement à long terme des Parties par un document juridiquement contraignant
  • GTD/ARENE/CR IDF 30/09/2008 LA CONVENTION DES NATIONS UNIES POUR LA LUTTE CONTRE LA DESERTIFICATION
    • Un certain nombre de principes directeurs:
    • une approche plus globale des problèmes d'environnement et de développement.
    • l'importance de l'approche participative.
    • participation des acteurs locaux et la décentralisation des prises de décision.
  • GTD/ARENE/CR IDF 30/09/2008 LA CONVENTION DES NATIONS UNIES POUR LA LUTTE CONTRE LA DESERTIFICATION
    • Un certain nombre de principes directeurs (suite):
    • La science et la technologie constituent des outils essentiels.
    • La lutte repose sur la mise en place de projets concrets,
    • La mise en œuvre repose fondamentalement sur les Programmes d'Action Nationaux (PAN).
    • Importance du suivi et de l'évaluation.
  • GTD/ARENE/CR IDF 30/09/2008
    • MERCI
    • Pour votre attention
    • Comité Scientifique Français
    • De la Désertification
    • www.csf-desertification.org