Fondation Économique et Sociale du Brabant wallonIntercommunale du Brabant wallon - IBWédition 2013Le Brabant wallonen chi...
La Fondation Economique et Sociale duBrabant wallon réunit les représentants desmilieux économiques et sociaux et les repr...
La Province du Brabantwallon en quelques chiffresLa Province du Brabant wallon c’est :une des 5 provinces de la Wallonie ;...
04 Le Brabant wallon en chiffresChapitre 1. PopulationLa population d’une région varie selon lesnombre de naissances et de...
Le Brabant wallon en chiffres 05La population active d’une région est la partie de la popula-tion qui a un emploi ou en re...
06 Le Brabant wallon en chiffres1.c. Répartition spatiale de la populationLa population n’est pas répartie uniformémentdan...
Le Brabant wallon en chiffres 07Répartition de la population du Brabant wallon par communeCommunes	 2013	%	 (au 01/02)Hélé...
08 Le Brabant wallon en chiffresSource des données : IWEPSChapitre 2. PIB  revenu2.a. Le PIBLe Produit Intérieur Brut (PIB...
Le Brabant wallon en chiffres 09Enfin, le secteur primairene contribue que pour 1%de la valeur ajoutée pro-vinciale. Il s’...
10 Le Brabant wallon en chiffresFigure 8 : Évolution de l’indice d’égalité des revenus en Brabant wallon et en Wallonie2.d...
Le Brabant wallon en chiffres 112.e. RÉPARTITION SPATIALE DES REVENUSLa répartition spatiale des richesses, mesurée par le...
12 Le Brabant wallon en chiffresFigure 10 : Indice d’égalité des revenuspar commune du Brabant wallon en 2008Cantonsélecto...
Le Brabant wallon en chiffres 13Un indépendant est un travailleur qui exercesa profession sans être lié à un employeur par...
3.b. EMPLOIINDÉPENDANTEn ce qui concerne les 30.093 emploisindépendants, 87 % se situent dans le secteurtertiaire (figure ...
Le Brabant wallon en chiffres 15Chapitre 4. ChômageFigure 15 : Évolution du taux de chômageen Brabant wallon et en Walloni...
4.c. RÉPARTITION SPATIALE DU CHÔMAGELa distribution du taux de chômage en Brabant wallon montre à nouveau un net clivage e...
5.a. NOMBRE D’ÉTABLISSEMENTS5.b. RÉPARTITIONSECTORIELLEET SPÉCIALISATIONChapitre 5. Activités et entreprisesUn établisseme...
5.d. RÉPARTITION SPATIALE DES ÉTABLISSEMENTSPour ce qui est de la répartition spatiale des établissements par secteur d’ac...
Le Brabant wallon en chiffres 195.e LES PARCS D’ACTIVITÉ ÉCONOMIQUEDU BRABANT WALLON1. Parcs IBWsuperficieutileen ha a cas...
20 Le Brabant wallon en chiffresEn complément de ces parcs d’activités,d’autres parcs d’affaires sont situés en Brabantwal...
Le Brabant wallon en chiffres 215.f. LES UNIVERSITÉSLa Province bénéficie de la présence del’Université Catholique de Louv...
3) Une autre zone est constituée de 5 communes plus éloignéesde Bruxelles, mais jouissant de voies de communications vers ...
Le Brabant wallon en chiffres 23ConclusionsAux vues des chiffres présentés, le Brabantwallon est d’abord une province qui ...
PrésidentM. CHAMPAGNE Jean-PierreSecrétaireM. LOUPPE Thibaut	TrésorierM. HERMANT Jean-PierreAdministrateurM. BLONDEAU Beno...
Upcoming SlideShare
Loading in …5
×

Bw en chiffre 2013

1,604 views
1,547 views

Published on

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
1,604
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
5
Actions
Shares
0
Downloads
0
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Bw en chiffre 2013

  1. 1. Fondation Économique et Sociale du Brabant wallonIntercommunale du Brabant wallon - IBWédition 2013Le Brabant wallonen chiffresCréditsphotos:OTN©AnneMarieBaccus
  2. 2. La Fondation Economique et Sociale duBrabant wallon réunit les représentants desmilieux économiques et sociaux et les repré-sentants des partis politiques siégeant auConseil provincial.L’objectif majeur de la Fondation est de contri-buer à mieux connaître et faire connaître laprovince. Dans ce but, la Fondation proposed’octroyer un ou plusieurs prix à des mé-moires de fin d’études supérieures traitantdu développement du Brabant wallon dansses aspects économiques, sociaux, environ-nementaux et culturels. En outre, des initia-tives particulièrement innovatrices émanantd’entreprises d’économie sociale pourraient sevoir attribuer un prix spécifique.Afin de mieux faire connaître le Brabant wal-lon, la Fondation publie, sous forme de com-munication à thème, une brochure intitulée« Le Brabant wallon en chiffres ».Cette année, une attention particulière estportée sur l’évolution démographique denotre province. Les principales donnéeséconomiques, notamment celles relatives àl’évolution du produit intérieur brut, du re-venu des habitants de la province, de l’em-ploi et du chômage ont été actualisées.Tabledes matièresIntroduction. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 02La Province du Brabant wallon en quelques chiffres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 03Chapitre 1 : Population . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 04Chapitre 2 : PIB & revenu . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 08Chapitre 3 : Emploi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13Chapitre 4 : Chômage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15Chapitre 5 : Activités et entreprises . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17Chapitre 6 : Carte synthétique du Brabant wallon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21Conclusions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23Conseil d’Administration . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24Sources . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24Adresses utiles. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2402 Le Brabant wallon en chiffresIntroduction
  3. 3. La Province du Brabantwallon en quelques chiffresLa Province du Brabant wallon c’est :une des 5 provinces de la Wallonie ;un seul arrondissement judiciaire et administratifqui regroupe 27 communes dont Nivelles est le Chef-lieu ;un territoire d’une superficie de 1091 km²(soit 3,6% du territoire national et 6,5% du territoire wallon) ;une population de 389.333 habitants au 1er décembre 2012 ;une situation géographique privilégiée au cœur de l’Europe ;• limitrophe de Bruxelles, capitale européenne ;• voisine de la Région flamande ;• traversée par ou à proximité des grands axes ferroviaires et autoroutiers :E411, E40, E19, A8, N25.un cadre de vie et de travail agréable et diversifié ;une fiscalité pour certaines communes parmi les plus basses de Wallonie ;une mobilité nord/sud et est/ouest développée.Enfin, le redéploiement de l’activité écono-mique est mis en évidence au travers du rôleessentiel joué par les outils d’animation éco-nomique œuvrant sur le territoire notammentpar la mise à disposition des entreprises deterrain dans les zones d’activité.Ce travail a été réalisé sous la coordination del’IBW. Nous remercions son directeur généralBaudouin le Hardy de Beaulieu et ses collabo-rateurs Thibaut Louppe et Françoise Duplat.MerciàMmeThomasdelaFacultédeGéographiede l’UCL et à M. Delvoye qui ont synthétisé lesnombreuses informations statistiques recueilliesnotamment auprès de l’IWEPS (Institut Wallon del’Évaluation, de la Prospective et de la Statistique).Enfin, merci pour sa précieuse collaboration àM. J.P. Duprez de l‘IWEPS.Le lecteur qui souhaite avoir accès à l’ensembledes informations statistiques peut consulter lesite de la Fondation.J.P. CHAMPAGNEPrésidentLe Brabant wallon en chiffres 03
  4. 4. 04 Le Brabant wallon en chiffresChapitre 1. PopulationLa population d’une région varie selon lesnombre de naissances et de décès : la diffé-rence entre ces valeurs est le solde naturel.Mais sa population peut aussi changer selonque des habitants viennent s’y installer ou laquittent : la différence de ces valeurs est lesolde migratoire.Depuis 20 ans au moins, la population duBrabant wallon n’a cessé de croître à un rythmemoyen de 2.932 habitants par an (figure 1).En 2012, la province comptait 389.333 habi-tants. Un quart seulement de cette croissanceest due au solde naturel. La croissance de lapopulation du Brabant wallon dépend doncessentiellement de ses flux migratoires.En termes relatifs, c’est une croissance de prèsde 20% en 20 ans, soit bien plus que laWallonie(8,1%) et même que la Belgique (9,6%) sur lamême période.Cette tendance ne semble pas fléchir. Selonles projections, la population dépassera les400.000 habitants d’ici 2016, et les 420.000d’ici 2026.1.a. Population totale1992400.000370.000340.000390.000360.000330.000310.000380.000350.000320.000300.000199419961998200020022004200620082010Population(hab)Source des données : IWEPSFigure 1 : évolution de la population du Brabant wallon
  5. 5. Le Brabant wallon en chiffres 05La population active d’une région est la partie de la popula-tion qui a un emploi ou en recherche un (comprend égalementles apprentis, les stagiaires rémunérés, les membres du clergé).Le taux de remplacement des actifs d’une région est donc lenombre de personnes âgées de 15 à 24 ans, divisé par le nombrede personnes âgées de 55 à 64 ans vivant dans la région. Il estimela balance entre les personnes qui partent à la retraite et celles quiarrivent sur le marché de l’emploi.Malgré le vieillissement obser-vé, le taux de remplacementdes actifs en Brabant wallonest de 109,5% contre 103,2%en Wallonie. Actuellement iln’y a donc pas de déséquilibredémographique de ce point devue.8 7 6 5 4 3 2 1 0 1 2 3 4 5 6 7 8 (%)(%)8 7 6 5 4 3 2 1 0 1 2 3 4 5 6 7 8 (%)(%)90 ans et +85 à 89 ans80 à 84 ans75 à 79 ans70 à 74 ans65 à 69 ans60 à 64 ans55 à 59 ans50 à 54 ans45 à 49 ans40 à 44 ans35 à 39 ans30 à 34 ans25 à 29 ans20 à 24 ans15 à 19 ans10 à 14 ans5 à 9 ans0 à 4 ansFemme :WallonieFemme :BrabantWallonHomme :WallonieHomme :BrabantWallonFigure 2 : Pyramides des âges du brabant wallon et de la Wallonie en 20111.b. Pyramide des âgesLa pyramide des âges est une figure qui divise la population d’une région en tranches d’âge.Elle associe ensuite à chaque tranche la part de la population totale qu’elle occupe.La pyramide du Brabant wallon fut façonnée par l’histoire économique et sociale du mondeoccidental. L’empreinte des Golden Sixties fait ainsi des 45 ans à 49 ans la tranche d’âge la plusreprésentée en 2011 (figure 2).La situation est en réalité plus marquée encore à l’échelle wallonne. Bien que la tranche des45 ans à 49 ans soit à nouveau la plus représentée, la Wallonie dispose d’une part beaucoup plusimportante de personnes de plus de 70 ans, au détriment des générations plus jeunes (figure 2).A l’inverse, les moins de 30 ans sont bien mieux représentés en Brabant wallon.Source des données : IWEPS
  6. 6. 06 Le Brabant wallon en chiffres1.c. Répartition spatiale de la populationLa population n’est pas répartie uniformémentdans la province. Les communes les plusdenses se situent au Nord, près de la périphériebruxelloise (figure 3). Citons Nivelles (26.412habitants en 2011), Wavre (33.104 habitantsen 2011) et Braine-l’Alleud (38.547 habitantsen 2011), toutes reliées à Bruxelles par lesautoroutes.À l’inverse, l’est de la province est caractérisépar une densité inférieure à 190 hab/km². Lescantons de Jodoigne, Perwez et Genappesemblent avoir gardés un caractère plus ruralque ceux de Nivelles et Wavre. Enfin à l’ouest,la densité moyenne élevée des communesde Tubize et Rebecq s’explique, en plus de laproximité de l’A8, par leur passé industriel.Le rapprochement flagrant des autoroutes etdes communes densément peuplées soulignel’attraction du marché de l’emploi à Bruxelles.Mais ces communes possèdent aussi les plusgrands parcs d’activités du Brabant wallon. Eneffet, le développement socio-économiquedu Brabant wallon s’explique à la fois par sondéveloppement propre, et par ses contactsavec la région de Bruxelles-capitale et avec leBrabant flamand.Ces liens vont donc se retrouver aujourd’hui. Ilsapparaîtront dans la plupart des observationsqui vont suivre.Figure 3 : Densité de population des communesdu Brabant wallon en 2011AutoroutesCantons électorauxHab/km2125 - 190191 - 393394 - 14110 10 20 30 kmSource des données : IWEPSCartographie : J. Delloye avec Qgis
  7. 7. Le Brabant wallon en chiffres 07Répartition de la population du Brabant wallon par communeCommunes 2013 % (au 01/02)Hélécine 3276 0,84%Incourt 4990 1,28%Ramilies 6161 1,58%Ittre 6494 1,66%Walhain 6661 1,7%Beauvechain 6880 1,76%Mont-Saint-Guibert 7064 1,81%Chastre 7236 1,85%La Hulpe 7487 1,92%Perwez 8434 2,16%Orp-Jauche 8499 2,18%Braine-le-Château 10031 2,57%Court-Saint-Etienne 10068 2,58%Villers-la-Ville 10305 2,64%Rebecq 10714 2,74%Chaumont-Gistoux 11650 2,98%Grez-Doiceau 12895 3,3%Jodoigne 13863 3,55%Lasne 14190 3,64%Genappe 15193 3,89%Rixensart 22018 5,65%Tubize 24669 6,33%Nivelles 27170 6,97%Waterloo 29646 7,60%Ottignies-Louvain-la-Neuve 31371 8,05%Wavre 33394 8,57%Braine-l’Alleud 39286 10,08%Brabant wallon 389645 2000 2010 2013Brabant wallon 349.884 379.515 389.645Source : SPF Intérieur (2013)
  8. 8. 08 Le Brabant wallon en chiffresSource des données : IWEPSChapitre 2. PIB revenu2.a. Le PIBLe Produit Intérieur Brut (PIB) au prix du marché est la valeur de marché de l’ensemble des bienset services finaux produits en un an dans une région. C’est une mesure de l’activité économiquecouramment utilisée.Le PIB du Brabant wallon est de 12.928 millions d’euros en 2010. Il compte alors pour 15,4% duPIB wallon et pour 3,7% du PIB belge. Son PIB par habitant était de 34.065 euros. C’était plus quela Belgique (32.692 euros) et que la Wallonie (24.003 euros). En 2000, il était inférieur à la valeurbelge mais il a connu pendant 10 ans une croissance moyenne de 1.178,8 euros par an (figure 4).La croissance du PIB par habitant au niveau belge et wallon a été plus faible. En 2008, le Brabant avu son PIB par habitant dépasser celui de la Belgique.2.b. VALEUR AJOUTÉE DES ENTREPRISESLa valeur ajoutée de la production d’une ré-gion, au prix du marché, est la valeur de mar-ché de la production régionale de laquelle ona déduit les consommations intermédiaires.Le secteur primaire est le domaine des activi-tés productrices de matières non transformées(agriculture, pêche, industries extractives, etc.).Le secteur secondaire est le domaine des ac-tivités productrices de matières transformées.Le secteur tertiaire est le domaine des activi-tés non directement productrices de biens deconsommation (services, etc.).En 2010, la province génére une valeur ajoutée de11,5 milliards d’euros. Le secteur tertiaire a généré àlui seul 72% (figure 5). La plus grosse contributionestcelledel’activitécommercialequigénére1.615,3millions d’euros. Vient ensuite l’activité immobilière,à hauteur de 1.090,5 millions d’euros. Le secteur se-condaire reste bien présent en générant 27% de lavaleur ajoutée du Brabant wallon. Plus de la moitiéde cette valeur ajoutée vient de l’industrie phar-maceutique (1.852,6 millions d’euros). Ces chiffress’expliquent par la présence d’entités remarquablescomme l’entreprise GSK.Figure 4 : Évolutiondu PIB par habitantdu Brabant wallon,de la Wallonieet de la Belgique2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010PIB/hab(eur)Brabant wallonBelgiqueWallonie35.00030.00025.00020.00015.000
  9. 9. Le Brabant wallon en chiffres 09Enfin, le secteur primairene contribue que pour 1%de la valeur ajoutée pro-vinciale. Il s’agit en grandemajorité de l’agriculture.Comme cité auparavant, lescantons de l’est du Brabantwallon ont préservé un ca-ractère rural, tant dans leurpaysage que dans leur acti-vité économique.Figure 5 : Répartition sectorielle de la valeur ajoutéedu Brabant wallon en 20101%27%72%Secteur primaireSecteur secondaireSecteur tertiaire2.c. REVENU DES HABITANTSLe revenu moyen par dé-claration d’une région estle rapport entre le revenutotal de cette région et lenombre de déclarationsfiscales. Entre 2000 et 2004,le revenu moyen par décla-ration du Brabant wallon sesitue entre 28.000 et 29.000euros. Dès 2004, il connaitune croissance continue de904,3 euros par an jusqu’en2008. Cette croissance s’estralentieparlasuiteetilatteintfinalement 32.025 euros en2010 (figure 6). Le revenumoyen par déclaration de laWallonie a suivi la même ten-dance, mais reste plus faible.En 2010, il était à 25.872 eu-ros, soit un peu plus de 80%de la valeur brabançonne(figure 6).Source des données : IWEPSFigure 6 : Évolution du revenu moyen pardéclaration en Brabant wallon et en Wallonie2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010Revenumoyenpardéclaration(eur)Brabant wallon Wallonie34.00032.00030.00028.00026.00024.00022.000Source des données : IWEPSLe revenu médian par habitant est le revenu qui divise la distribution régionale des revenus endeux sous-populations d’effectifs égaux. C’est-à-dire que c’est le revenu tel qu’une moitié deshabitants gagnent moins, et l’autre moitié gagne plus.Entre 2005 et 2010, le revenu médian par déclaration du Brabant wallon a aussi vu sa croissanceralentir. En 2010, le revenu médian par déclaration du Brabant wallon est de 22.260 euros, et celuide laWallonie de 19.447 euros. L’écart est donc plus faible qu’avec le revenu moyen par déclarationpuisque la valeur wallonne est cette fois à 87,5% de la valeur provinciale.
  10. 10. 10 Le Brabant wallon en chiffresFigure 8 : Évolution de l’indice d’égalité des revenus en Brabant wallon et en Wallonie2.d. INÉGALITÉS DES REVENUSL’indice d’égalité des revenus est le rapportentre le revenu médian d’une région et sonrevenu moyen. C’est un indice grossier qui sebase sur le fait que si les revenus sont très iné-galement distribués dans la région, le revenumoyen s’écartera du revenu médian vers lesvaleurs extrêmes.Entre2005et2010,l’indicemoyend’égalitédesreve-nus du Brabant wallon vaut 0,69. C’est près de 10%demoinsquelavaleurwallonne(figure8).Quoiqu’ilen soit, en 2007, l’accélération de la croissance desrevenus moyens et médians par déclaration s’estaccompagnée d’une amélioration de l’égalité desrevenus, tant en Brabant wallon qu’enWallonie.Source des données : IWEPSFigure 7 : Évolutiondu revenu médianpar déclarationen Brabant wallonet en Wallonie2005 2006 2007 2008 2009 2010Revenumédianpardéclaration(eur)Brabant wallonWallonie250002300021000190001700015000Source des données : IWEPSBrabant wallonWallonie2005 2006 2007 2008 2009 2010Indiced’égalitédesrevenus(sansunité)0,760,740,720,70,680,66
  11. 11. Le Brabant wallon en chiffres 112.e. RÉPARTITION SPATIALE DES REVENUSLa répartition spatiale des richesses, mesurée par le revenu moyen par déclaration, meten évidence deux groupes de communes aux revenus relativement élevés. C’est-à-diredont la force contributive est supérieure à la moyenne provinciale.Un groupe compact se trouve à proximité de Bruxelles, autour de Lasne, avec Waterloo,La Hulpe et Rixensart. Un autre groupe s’étend sur un axe nord-sud à hauteur deChaumont-Gistoux, avec Beauvechain, Grez- Doiceau et Walhain (figure 9).En calculant les indices d’égalité des revenus pour nos 2 groupes de communes auxrevenus élevés, Il apparaît que 6 de ces 8 communes se distinguent également par leurinégalité des revenus particulièrement forte (figure 10). À l’inverse, les communes dela périphérie comme Tubize, Orp-Jauche ou Villers-la-Ville ont un revenu mieux réparti.Plus généralement, toutes les communes du Brabant wallon ont une distributionde revenu telle qu’une majorité de la population se trouve sous le revenu moyen.Les valeurs élevées de revenu moyen semblent donc provenir de quelques revenusparticulièrement élevés. Il n’empêche que le revenu médian communal le plus faiblereste supérieur à celui de la Wallonie en 2008.Figure 9 : Revenu moyen par déclarationpour les communes du Brabant wallon en 2008Cantonsélectorauxeuros25 599 - 29 89029 891 - 33 35133 352 - 41 7940 10 20 30 kmSource des données : IWEPSCartographie : J. Delloye avec Qgis
  12. 12. 12 Le Brabant wallon en chiffresFigure 10 : Indice d’égalité des revenuspar commune du Brabant wallon en 2008Cantonsélectoraux(sans unité)0,53 - 0,650,66 - 0,710,72 - 0,780 10 20 30 kmSource des données : IWEPSCartographie : J. Delloye avec Qgis
  13. 13. Le Brabant wallon en chiffres 13Un indépendant est un travailleur qui exercesa profession sans être lié à un employeur parcontrat, et qui dispose d’une sécurité sociale àpart entière. A l’inverse, un salarié est un tra-vailleur qui reçoit son salaire d’un employeur.En 2010, le Brabant wallon regroupe 147.235emplois. 79,6 % d’entre eux sont des emploissalariés, et 20,4 % sont indépendants.La part d’indépendants est donc bien plus im-portante que dans la Wallonie, où 17,4 % seule-ment des emplois sont indépendants.Si la répartition des genres tient du 50-50 par-mi les salariés, les hommes constituent prèsde 70% de l’effectif indépendant. Les indépen-dants sont toutefois souvent assistés dans leurtravail par leur conjoint. Ces derniers prennentle statut « d’aidant ».3.a. EMPLOI SALARIÉEn ce qui concerne les salariés, près de trois quarts setrouvent dans le secteur privé, le reste est évidemment dansle secteur public (figure 11).Des 29.951 emplois salariés publics, 13.665 sont dédiésà l’enseignement (45,6 %) et 10.450 à l’administration pu-blique (34,9 %). La contribution importante de l’enseigne-ment s’explique notamment par la présence de l’UniversitéCatholique de Louvain-la-Neuve (UCL).Quant aux 87.191 emplois salariés privés, le secteur tertiaireen occupe à lui seul 71 % (figure 12). Une structure prochede la répartition sectorielle de la valeur ajoutée (figure 5). Laplus grosse contribution est celle de l’activité commercialequi générait 19.112 emplois. Viennent ensuite les activitésde service administratif et de soutien, avec 9.085 emplois.Le secteur secondaire générait tout de même 28 % desemplois salariés privés. L’activité la plus importante de cesecteur est l’industrie pharmaceutique avec 9.419 emplois.A nouveau, l’influence de grosses entreprises comme GSKse retrouve dans les chiffres.Enfin le secteur primaire ne générait qu’1 % des emplois sa-lariés privés. Mais ce secteur est constitué de près de 70%d’indépendants, dont la grande majorité sont des exploi-tants agricoles. Son importance est donc réduite dans leschiffres sur l’emploi salarié.Chapitre 3. EmploiFigure 11 : Répartitionsectorielle de l’emploi salariéen Brabant wallon en 2010Figure 12 : Répartitionsectorielle de l’emploi salariéprivé en Brabant wallon en 201026%74%SecteurpublicSecteurprivéSource des données : IWEPSSource des données : IWEPS1%28%71%SecteurprimaireSecteursecondaireSecteurtertiaire
  14. 14. 3.b. EMPLOIINDÉPENDANTEn ce qui concerne les 30.093 emploisindépendants, 87 % se situent dans le secteurtertiaire (figure 13). L’activité la plus importantedu secteur est décrite par le NACE-BEL1commel’ensembledesactivitésjuridiques,comptables,degestion, d’architecture, d’ingénierie, de contrôle etd’analyses techniques. Elle génère 13.225 emplois.C’est bien plus que la deuxième activité en termesd’emplois indépendants : les activités pour la santé humaine, qui génèrent 3.121 emplois. Le secteursecondaire ne regroupe que 9% de l’emploi indépendant. L’activité la plus courante est la construction, quigénère1.937des2.795emploisindépendantsdecesecteur.Enfin4%desindépendantsduBrabantwallontravaillent dans le secteur primaire. Ils se regroupent tous dans la même activité : l’agriculture.3.c. RÉPARTITION SPATIALEDE L’EMPLOI INDÉPENDANTEn ce qui concerne la répartition des indépendants dans le Brabant wallon, elle est à nouveau trèsinégale. On retrouve en outre deux zones de concentration d’indépendants autour de Lasne et àChaumont-Gistoux (figure 14). Outre ces 2 centres, les communes de la moitié est de la provincesemblent avoir une plus grande part d’indépendants. Excepté les communes d’Orp-Jauche etHélécine, dont la proximité avec l’autoroute A3 attire les salariés travaillant dans la province de Liège.Figure 13 : Répartition sectorielle de l’emploiindépendant dans le Brabant wallon en 2010Source des données : IWEPS4%9%87%Secteur primaireSecteur secondaireSecteur tertiaireFigure 14 : Part d’indépendants dans l’emploides communes du Brabant wallon en 2010AutoroutesCantons électoraux%11,3 - 18,919,0 - 25,425,5 - 44,10 10 20 30 kmSource des données : IWEPSCartographie : J. Delloye avec Qgis1Nomenclature européenne des activitéséconomiques (NACE) pour la Belgique.D’après statbel.fgov.be
  15. 15. Le Brabant wallon en chiffres 15Chapitre 4. ChômageFigure 15 : Évolution du taux de chômageen Brabant wallon et en WallonieTauxdechômage(%)2008 2009 20101211109876Brabant wallon Wallonie Source des données : IWEPSSource des données : IWEPSFigure 16 : Pyramide des âgesdes demandeurs d’emploi15% 10% 5% 0% 5% 10% 15%Plus de 49 ansDe 40 à 49 ansDe 30 à 39 ansDe 25 à 29 ansMoins de 25 ansFemme :WallonieFemme :BrabantwallonHomme :WallonieHomme :Brabantwallon4.b. PYRAMIDE DES ÂGESDES DEMANDEURS D’EMPLOILa structure de la population sansemploi reste quant à elle stable. D’aprèsles données du Forem, 22,3 % desdemandeurs d’emploi ont moins de 25ans en octobre 2012 (figure 16). Parmices jeunes demandeurs, 57 % étaientdes hommes. Par contre, 24,3 % desdemandeurs ont plus de 49 ans et parmieux, 44,9 % seulement sont des hommes.Le Brabant wallon a globalement unepopulation plus âgée de demandeursd’emploi que laWallonie (figure 16). Dansles deux cas, la proportion de femmeaugmente avec la classe d’âge.4.a. TAUX DE CHÔMAGELe taux de chômage est la partde la population active donton retire les étudiants qui esten âge de travailler et qui enest capable, mais qui n’a pasd’emploi.En 2010, Le taux de chômagedu Brabant wallon est de 7,6%(figure 15). C’est moins que letaux wallon qui était à 11,5%la même année. Entre 2008et 2010, les deux taux ontaugmenté de 1,4 point. Ce qui,en valeur relative, correspondà une croissance de 22,6% enBrabant wallon, contre 13,9% enWallonie.
  16. 16. 4.c. RÉPARTITION SPATIALE DU CHÔMAGELa distribution du taux de chômage en Brabant wallon montre à nouveau un net clivage est-ouest. Lestaux les plus bas se concentrent dans la moitié est de la province, tandis que le centre et la moitié ouestregroupent les valeurs les plus élevées commeTubize, Nivelles et Ottignies-Louvain-la-Neuve (figure 17).La carte ci-dessous, reprenant les données du nombre d’emplois, propose une structure très simi-laire à la population, confirmant le fait que l’accès à l’emploi est une variable clé du choix résiden-tiel en Brabant wallon (figure 18). En outre, les 3 communes citées pour avoir un taux de chômageélevé sont toutes trois dans le top 6 des pourvoyeuses d’emplois.Figure 17 : Taux de chômage pour les communes du Brabant wallon en 2010%5,5 - 6,66,7 - 8,08,1 - 10,10 10 20 30 kmSource des données : IWEPSCartographie : J. Delloye avec QgisCantonsélectorauxNombres d’emploi1 346 - 3 0003 001 - 6 0006 001 - 16 1960 10 20 30 kmSource des données : IWEPSCartographie : J. Delloye avec QgisCantonsélectorauxFigure 18
  17. 17. 5.a. NOMBRE D’ÉTABLISSEMENTS5.b. RÉPARTITIONSECTORIELLEET SPÉCIALISATIONChapitre 5. Activités et entreprisesUn établissement est un lieu d’activité éco-nomique, géographiquement identifiable parune adresse, où s’exerce au moins une activitéde l’entreprise ou à partir duquel elle est exer-cée. En 2010, le Brabant wallon compte 9.888établissements (figure 19). C’est le résultatd’une augmentation de 3,3% depuis 2008.L’indice de spécialisation (is) mesure lerapport entre la part locale de la valeur ajou-tée d’une branche d’activité dans le total dela valeur ajoutée locale et cette même partmesurée au niveau régional. Ainsi, un indicesupérieur à 1 signifie une représentation re-lativement plus forte de la Province dans labranche d’activité considérée.Une fois encore, il apparait que les activités enBrabant wallon sont largement dominées parle secteur tertiaire : il regroupe 83% des 9.888établissements en 2010 (figure 20). C’est 4% deplus qu’en Wallonie. La contribution principalevient de l’activité commerciale avec 2.550établissements.Cette contribution ne s’écarte pas beaucoupde la valeur wallonne puisque son indice deconcentration n’est que de 1,31. Par contrele secteur tertiaire de la province est trèsspécialisé dans l’informatique et les servicesd’informations (is = 2,88)Le secteur secondaire regroupe 16 % desétablissements, c’est-à-dire 4% de moins qu’enWallonie. L’activité la plus répandue est lesecteur de la construction qui occupe 1.019établissements. Comme précisé, le secteursecondaire est spécialisé dans l’industriepharmaceutique (is = 3,59). Enfin le secteurprimaire comprend, en Brabant wallon commeen Wallonie, 1 % des établissements. Il est ànouveau dominé par l’activité agricole.Figure 19 : Évolution du nombred’établissements dans le Brabant wallonNombred’établissements2008 2009 20101000099009800970096009500Brabant wallonSourcedesdonnées :IWEPSSourcedesdonnées :IWEPSFigure 20 : Répartition sectorielle desétablissements du Brabant wallon en 2010Brabant wallon Wallonie100%90%80%70%60%50%40%30%20%10%0%SecteurprimaireSecteursecondaireSecteurtertiaire82,47%16,3%79,04%19,49%Le Brabant wallon en chiffres 17
  18. 18. 5.d. RÉPARTITION SPATIALE DES ÉTABLISSEMENTSPour ce qui est de la répartition spatiale des établissements par secteur d’activité, les établissementstertiaires se concentrent massivement à proximité de Bruxelles (figure 22). Cela s’explique d’abord parla densité de population qui y est plus forte qu’ailleurs dans le Brabant wallon. Mais c’est aussi parceque la région de Bruxelles-Capitale offre en soi une forte population de clients potentiels pour lescommerçants. A l’inverse, les communes moins tertiaires se situent au bord de la province.5.c. NIVEAUTECHNOLOGIQUELe Brabant wallon possède plus d’industries« haute-technologie » que la Wallonie(figure 21). C’est dû à la proximité de pôlesd’innovation, comme l’UCL et les parcsscientifiques environnants, qui profite auxindustries de pointe. En outre, le Brabantwallon est spécialisé dans certaines de cesindustries « haute-technologie » commel’industriepharmaceutiqueetl’informatique.Les secteurs compris dans les 4 niveauxtechnologiques de ce graphique sontrepris sur le site www.ibw.beFigure 21 : Répartition technologiquedes industries du Brabant wallon en 2010Brabant wallon Wallonie100%90%80%70%60%50%40%30%20%10%0%BassetechnologieTechnologieintermédiaire basseTechnologieintermédiaire élevéeHautetechnologie32,13% 36,57%Sourcedes données :IWEPS14,62%5,6%47,65%13,94%2,2%47,27%Figure 22 : Part du secteur tertiaire dans les établissementspour les communes du Brabant wallon en 2010%61,1 - 73,373,4 - 82,582,6 - 90,70 10 20 30 kmSource des données : IWEPSCartographie : J. Delloye avec QgisCantonsélectoraux
  19. 19. Le Brabant wallon en chiffres 195.e LES PARCS D’ACTIVITÉ ÉCONOMIQUEDU BRABANT WALLON1. Parcs IBWsuperficieutileen ha a casuperficiedisponibleen ha a casuperficiedisponibleéquipée enha a caNombred’entreprisesNombred’emplois(estimé)Nivelles Sud 174 63 00 1 05 00 0 150 4 406Nivelles Sud Extension 38 26 74 28 84 55 22 58 43 22 264Vallée du Hain 114 30 00 0 0 75 2 839Jodoigne 27 91 00 1 97 71 1 56 72 32 291Perwez 29 00 00 0 0 43 564Tubize - Saintes 43 77 00 0 0 55 1 495Nivelles Portes de l’Europe 79 50 76 56 72 08 31 72 08 25 8472. Parc IBW-UCLsuperficieutile enha a casuperficiedisponibleen ha a casuperficiedisponibleéquipée enha a caNombred’entreprisesNombred’emplois(estimé)Ottignies - LLN 126 30 00 23 24 02 23 24 02 119 5 3903. Parcs communauxgérés par l’IBWsuperficieutile enha a casuperficiedisponibleen ha a casuperficiedisponibleéquipée enha a caNombred’entreprisesNombred’emplois(estimé)Wavre Nord 43 94 50 0 0 190 1 491Wavre Nord - Les Collines 67 74 30 0 0 59 3 278Wavre Nord - Noire Épine 55 00 00 0 0 42 7 0474. PartenariatParcsprivés(équipement)superficieutile enha a casuperficiedisponibleen ha a casuperficiedisponibleéquipée enha a caNombred’entreprisesNombred’emplois(estimé)Axis ParcMont-Saint-Guibert 16 00 00 4 50 00 4 50 00 100 1 6005. Sarsisuperficieutile enha a casuperficiedisponibleen ha a casuperficiedisponibleéquipée enha a caNombred’entreprisesNombred’emplois(estimé)Fabelta - Tubize 2 41 10 0 0 14 150source : IBW au 31/12/2012Le nombre d’entreprises et d’emplois sont des estimations établies pas l’IBW sur base des chiffres de vente de terrains.
  20. 20. 20 Le Brabant wallon en chiffresEn complément de ces parcs d’activités,d’autres parcs d’affaires sont situés en Brabantwallon comme le Parc de l’Alliance à Braine-l’Alleud ou le le Waterloo Office Park. Ces parcscomprennent près de cent hectares au total etplusieurs milliers d’emplois, dont bénéficie ledéveloppement économique de la Province.De plus, d’autres sites sont encore en phasede reconversion (ex : site de la sucrerie deGenappe, le site des forges de Clabecq) etpourront accueillir à terme des entreprises etde nouveaux emplois.Les Parcs d’Activité Économique (PAE) sontde véritables poumons pour la Province. Eneffet, au 1erjanvier 2012, pas moins de 29.662emplois du Brabant wallon se situaient dansces PAE. Notons que le Parc le plus importanten termes d’emplois est celui de Wavre Nord- Noire Épine tandis que le plus important entermes de superficie est celui de Nivelles-sud.On le constate, les terrains disponibles pourl’activité économique deviennent rares enProvince du Brabant wallon. L’extension prévueà Saintes II, les projets d’aménagements deParcs à Hélécine ou encore la révision deplans de secteur à Louvain-la-Neuve dansle cadre des travaux du RER, prévoyant ledéveloppement de nouvelles zones d’activitééconomique mixte sont donc importants pourl’avenir du développement de la Province.Figure 23 : Parcs d’activité économique
  21. 21. Le Brabant wallon en chiffres 215.f. LES UNIVERSITÉSLa Province bénéficie de la présence del’Université Catholique de Louvain (U.C.L)à Louvain-la-Neuve et d’une antenne del’Université Libre de Bruxelles (U.L.B)L’U.C.L, année académique 2011-2012 totalise :• 27 310 étudiants de 127 nationalités,• un staff de 5 570 enseignants,chercheurs et collaborateurs administratifset techniques,• 11 facultés réparties entre les domainesdes sciences humaines, des sciencesde la santé, des sciences et technologies,• un parc scientifique et de nombreusesspins-off.L’U.L.B, présente à Nivelles :• un centre d’hébergement etd’accompagnement d’entreprises (CapInnove).• Un centre de recherches industrielles etagronomiques.Signalons qu’outre ses institutions universi-taires, le Brabant wallon profite de réseauxd’enseignement secondaire et supérieur trèsdenses.Chapitre 6.Cartesynthétiquedu Brabantwallon5 thèmes ont été abordés : Population,PIB Revenu, Emploi, Chômage etActivité des entreprises. En lesconsidérant tous à la fois, il est possible demettre en évidence des zones, à l’intérieurdu Brabant wallon qui se ressemblent d’unpoint de vue socio-économique.1) Ainsi, Lasne constitue une exception(figure 24 ; zone 1). Elle jouit dela proximité de Bruxelles. Elle estcaractérisée à la fois par un revenumoyen au-dessus de la moyenneprovincial (+30%) et une densité depopulationsouslamoyenneprovinciale(-27%). Même si le revenu moyen estélevé, les inégalités entre les revenussur cette zone restent importantes (cfrfig.10). La part d’indépendants dansl’emploi y est presque deux fois plusélevée que la moyenne provinciale.2) Les communes adjacentes de Rixensartet Waterloo ont toutes deux unestructure de revenus similaire. Le revenumoyen y est moins élevé qu’à Lasne(-12,5%) mais les inégalités sur cettezone y sont plus faibles. La densité depopulation équivaut au triple de lamoyenne provinciale (figure 24 ; zone 2).
  22. 22. 3) Une autre zone est constituée de 5 communes plus éloignéesde Bruxelles, mais jouissant de voies de communications vers lacapitale (figure 24 ; zone 3). Il s’agit de Tubize, Braine-l’Alleud,Nivelles, Ottignies-Louvain-la-Neuve et Wavre. Cette zone aune structure de revenus similaires à celle de la Province et pluségalitaire que les zones 1 et 2. La présence des axes de communica-tion favorise l’habitat : la densité y est en moyenne 77% plus élevéequ’ailleurs dans la province. La caractéristique de ces communes estsurtout le nombre d’emplois qu’elles génèrent : plus du double quela moyenne provinciale (12.353 contre 5.786).4) Enfin, le reste du Brabant wallon peut être regroupé en une caté-gorie unique (figure 24; zone 4) qui comprend plusieurs communesdont la classification n’était pas statistiquement déterminée dansune des 3 catégories précédentes. De ce fait, cette zone est plushétérogène. Il s’agit de communes plus éloignées de Bruxelles(exception faite de La Hulpe) ou des voies de communication quiy arrivent.Figure 24 : Groupes socio-économiquesAutoroutesLignes de train ICCantons électoraux%12340 10 20 30 kmSource des données : IWEPSCartographie : J. Delloye avec Qgis22 Le Brabant wallon en chiffres
  23. 23. Le Brabant wallon en chiffres 23ConclusionsAux vues des chiffres présentés, le Brabantwallon est d’abord une province qui a sescaractéristiques propres et qui entretient sadynamique de développement. En résumé,sa population croît plus vite et les moins de30 ans y occupent une part plus importante.Son PIB par habitant est supérieur à celui dela Belgique, et ses revenus moyens et médianssont plus élevés que ceux de la Wallonie. Soneffectif relatif d’indépendants est plus élevéqu’en Wallonie et son secteur tertiaire occuperelativement plus d’emplois. Le Brabant wallona aussi un taux de chômage plus faible que laWallonie. Enfin le nombre d’établissements esten croissance et la province est spécialiséedans l’industrie « haute-technologie ».Aux vues des cartes présentées, l’hétérogénéi-té socio-économique du Brabant wallon estinfluencée par la mobilité vers Bruxelles et sapériphérie. Les communes les plus singulièresse concentrent à l’ouest de la province, où leréseau routier et ferroviaire est le plus dense.Tant le dynamisme du Brabant wallon par rap-port à la Wallonie que sa structure interne sontinfluencés par la proximité de Bruxelles et duBrabant flamand. La dynamique qui a menéà cet état est la périurbanisation. La capitales’étend sur sa périphérie, dont le Brabant wal-lon fait partie. Les ménages y profitent d’uncadre de vie plus verdoyant, et les entreprisesd’une accessibilité plus élevée pour leurs em-ployés ; tout en restant connectés à Bruxellesvia un réseau de transport adéquat, entreautres.
  24. 24. PrésidentM. CHAMPAGNE Jean-PierreSecrétaireM. LOUPPE Thibaut TrésorierM. HERMANT Jean-PierreAdministrateurM. BLONDEAU BenoîtAdministrateurM. SENGIER Jean-MarcAdministrateurM. VERTENUEIL RobertAdministrateurM. TRUSSART AlainAdministrateurMmeDEMEUSE FrançoiseAdministrateurM. THOREAU Benoît Sourceswww.iweps.bewww.ibz.rrn.fgov.beAdresses utileswww.ibw.bewww.ccibw.bewww.brabantwallon.bewww.fwa.bewww.csc.bewww.fgtb.bewww.forem.beConseil d’Administration FESBWMiseenpage :doubleclic.be

×