La production de l'information sur internet, 2ème partie (séance 3)
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

La production de l'information sur internet, 2ème partie (séance 3)

on

  • 473 views

 

Statistics

Views

Total Views
473
Views on SlideShare
285
Embed Views
188

Actions

Likes
0
Downloads
5
Comments
0

1 Embed 188

http://www.scoop.it 188

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

La production de l'information sur internet, 2ème partie (séance 3) La production de l'information sur internet, 2ème partie (séance 3) Presentation Transcript

  • La production de l’ information sur internet 2ème partie - cours du 07/10/13
  • Les journalistes et le web 2.0 Lecture et analyse de l’article: "A-t-on encore besoin des journalistes ? Manifeste pour un journalisme augmenté" d'Eric Scherer Analyse SWOT de la situation: > strengths (forces) > weaknesses (faiblesses) > opportunities (opportunités) > threats (menaces)
  • Les journalistes et le web 2.0 S> le métier de journaliste: filtre indispensable et pertinent de l’infobésité W> le statu quo, la baisse des revenus, le modèle économique qui ne fonctionne plus, baisse des effectifs, déclin de leur puissance, de leur influence et de leur autorité O> Réinventer son métier, Nouvel âge d’or de l’information, la seule denrée qui croît de manière exponentielle. Le public n’a jamais autant consommé d’ information T> le web 2.0 et la disparition des barrières à la création et la distribution de contenus = tout le monde est devenu un éditeur. La fragmentation et la personnalisation des contenus. Le monopole des médias et des journalistes a disparu. La gratuité. L’information est devenue une denrée banale et abondante. Bientôt plus de distinction entre canaux de distribution TV/radio/web
  • Les journalistes et le web 2.0 Conclusion: Le plus grand ennemi des médias traditionnels n’est pas Internet, mais le temps disponible du public. Il n’y a pas de pénurie d’informations et de contenus, bien au contraire, mais un manque de temps, et donc un besoin de plus en plus urgent d’un filtrage de qualité. À force de media snacking, c’est l’infobésité qui menace ! Le journaliste, grâce à son expertise et à condition d’être porteur d’une confiance retrouvée, peut aider considérablement dans ce vaste tri sélectif. Et si le public, habitué à la gratuité, payait pour avoir… moins d’informations ?
  • Les médias traditionnels en crise > Révolution des usages + crise de la publicité qui dure et fait plonger dans le rouge les comptes de nombreux titres. > Conséquence, les plans sociaux se mutiplient depuis plusieurs mois dans le secteur. > Disparition des kiosques de France Soir et La Tribune en 2012. Le Figaro = plan de départs volontaires lancé en début d'année allait se traduire par la suppression d'environ 80 emplois dont près de 50 postes de journalistes d'ici fin 2013. Nouvel Obs = négociations pour faire partir une vingtaine de personnes en 2013 et 2014. Ouest France = plan de réduction des effectifs. Groupe Nice Matin (Nice-Matin, Var-Matin et Corse-Matin), en grande difficulté financière (perdrait actuellement 300 à 400.000 euros chaque mois). Les salariés craignent de plus en plus fortement un plan social qui pourrait concerner 150 à 200 employés.
  • Étude sur l’audience de la presse > La lecture de la presse continue à progresser: telle est - l'heureuse conclusion de l'étude One portant sur la période allant du 1er juillet 2012 au 30 juin 2013, publiée par Audipresse le jeudi 26 septembre. > En effet, en un an, le nombre moyen de titre lus a progressé, passant de 6,3 à 6,4 titres, et ce alors que les diffusions sont globalement à la baisse. > Paradoxe? «Un seul exemplaire en diffusion peut générer un nombre plus ou moins important de lectures, précise Nicolas Cour, directeur général d'Audipresse. Par ailleurs, nous travaillons à univers constant, alors que l'OJD travaille en univers courant.»
  • Étude sur l’audience de la presse > Les Français continuent à se composer un panier de lecture varié: on y trouve en moyenne 1,4 quotidien et 5 magazines, soit 6,4 titres, un chiffre qui augmente lorsqu'il s'agit des femmes et des individus âgés de 35 à 49 ans, avec respectivement 7,1 et 6,6 titres lus en moyenne. > Plus de deux tiers des Français âgés de 15 ans et plus (soit 34,4 millions de personnes) lisent la presse chaque jour: 43% au moins un quotidien (près de 22 millions) et 51% au moins un magazine (près de 26 millions).
  • Étude sur l’audience de la presse Des audiences intégrées > Ils sont de plus en plus nombreux, aussi, à faire partie de ce que l'on appelle les «hyperconnectés» (6 millions d'individus), ceux qui lisent la presse sur ordinateur, tablette et smartphone, et se montrent, par ailleurs, plus consommateurs de presse papier. > Certitude: l'ère du «multi-reading» n'en est qu'à ses débuts. Au global, le volume des lectures numériques a progressé de 14% par rapport au dernier cumul One, tandis que les lectures sur mobile et tablette constituent désormais le tiers du total des lectures numériques.
  • La presse s’adapte: cas pratiques Le cas du Figaro > Dans la famille des quotidiens nationaux, Le Figaro, leader en diffusion payée, est le titre qui a gagné le plus de lecteurs en un an, avec un gain de 100 .000 lecteurs, soit une hausse de 8 %. Désormais, chaque jour, Le Figaro est lu par 1,33 million de personnes. > En mars 2013 refonte du site lefigaro.fr + des titres papier > “chaque support doit affirmer sa spécificité en s'inscrivant dans une temporalité qui lui est propre», explique Alexis Brézet, directeur des rédactions du Figaro.
  • La presse s’adapte: cas pratiques Le cas du Figaro > “Au quotidien, la qualité, la fiabilité et l'analyse. Au magazine, l'approfondissement et le plaisir de lire. Au site, le temps réel et la synthèse”. > Résumé des points importants à retenir grâce à un bloc «En bref», en introduction. Outil de lecture rapide, bien adapté à la consultation depuis un mobile + moyen de signaler les derniers développements d'une actualité, lorsque l'article est mis à jour. > Information replacée dans son contexte: au pied du texte, conseils de lecture sélectionnés par les journalistes + liste d'articles les plus populaires du moment + liens directs vers les d'autres articles de la rubrique.
  • La presse s’adapte: cas pratiques Le cas du Figaro > Dans la barre de navigation, bouton «En direct» signale les informations majeures + «Flash actu» qui prend une place plus centrale. > Chaîne de vidéos «Le Figaro TV», afin de proposer toute la palette possible de formats d’infos. Dix millions d'euros seront investis au cours des trois prochaines années pour ces développements dans la vidéo. > Importance encore plus grande des réactions/commentaires: les meilleurs sélectionnés par les journalistes et mis en valeur dans l’article. > Responsive design (adaptation automatique à tous les formats d’écran)
  • La presse s’adapte: cas pratiques Le cas de L’Opinion (lancé le 15 mai par Nicolas Beytout, ancien directeur de rédaction des Echos et du Figaro) > Extrait du site de l’Opinion: média nouvelle génération présent sur tous les supports : à la fois un site Internet, des applications pour mobiles et tablettes, une chaîne vidéo et un journal papier. > Allie l'innovation et les coûts serrés d'Internet à la puissance du papier. Il additionne l'audience que confère Internet à l'influence qui reste celle du papier.
  • La presse s’adapte: cas pratiques Le cas de L’Opinion (lancé le 15 mai par Nicolas Beytout, ancien directeur de rédaction des Echos et du Figaro) > Ce nouveau média est un média d'opinion. Engagé et ouvert, il défend ses idées en donnant aussi la parole à ceux dont l'opinion est différente. Sa ligne éditoriale est claire : libérale, pro-business, européenne. > Ce média est aussi un projet de journaliste, entièrement tourné vers la création de contenus par des journalistes expérimentés et influents. > Extrait du blog: Une audience web en forte croissance : lopinion.fr enregistre près de 400 000 visiteurs uniques en septembre., ce qui constituait son objectif au bout d’un an.
  • La presse s’adapte: cas pratiques Le cas de L’Opinion (lancé le 15 mai par Nicolas Beytout, ancien directeur de rédaction des Echos et du Figaro) > La diffusion moyenne atteint 35 000 exemplaires par jour dont 50% en diffusion qualifiée et 50% en diffusion individuelle (vente au numéro, différentes formules d’abonnements incluant le quotidien papier…). > Un chiffre d’affaires publicitaire en avance sur les objectifs : sur les quatre premiers mois, l’Opinion a réalisé 60% de son objectif publicitaire annuel, confirmant le bon accueil des annonceurs.
  • La presse s’adapte: cas pratiques Le cas de L’Opinion (lancé le 15 mai par Nicolas Beytout, ancien directeur de rédaction des Echos et du Figaro) > Extrait du blog de Renaud Revel, rédac chef spécialisé Médias à L’Express: à qui s’adresse ce titre ? Pas aux boulimiques, qui trouveront l’objet de grande qualité, mais insatisfaisant par sa maigreur. Mais sans doute à une clientèle déjà surinformée et à laquelle ce nouveau quotidien apportera ce complément ce supplément d’âme- qui peut vous rendre à la fois mieux informé et parfois plus intelligent. Reste à Nicolas Beytout de tenir la promesse: sortir chaque jour un journal qui parvienne à convaincre des consommateurs de plus en plus volatiles, nomades et écrasés de nouvelles, à faire un détour par le kiosque.
  • Pour aller plus loin, tendances: > le slowjournalism > l’info très résumée, cf Summly > le journalisme citoyen avec Rue89