Your SlideShare is downloading. ×
Evaluation de l Efficacite deux Plantes Medicinales: Vernonia Amygdalina (Umubilizi) et Leonotis Nepetaefolia (Igicumucumu) sur Les Strongles Gastro-Intestinaux Des Caprins. Cas des Districts de Huye et Gisagara
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

Evaluation de l Efficacite deux Plantes Medicinales: Vernonia Amygdalina (Umubilizi) et Leonotis Nepetaefolia (Igicumucumu) sur Les Strongles Gastro-Intestinaux Des Caprins. Cas des Districts de Huye et Gisagara

1,642
views

Published on

This report from Vétérinaires Sans Frontiéres presents the results of a study conducted in Rwanda on the efficacy of two medicinal plants: Vernonia amygdalina (Umubilizi) and Leonotis Nepetaefolia …

This report from Vétérinaires Sans Frontiéres presents the results of a study conducted in Rwanda on the efficacy of two medicinal plants: Vernonia amygdalina (Umubilizi) and Leonotis Nepetaefolia (Igicumucumu) for the gastro-intestinal strongyles Goats.

[ Originally posted on http://www.cop-ppld.net/cop_knowledge_base ]


1 Comment
1 Like
Statistics
Notes
No Downloads
Views
Total Views
1,642
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
12
Comments
1
Likes
1
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1.                                EVALUATION DE L’EFFICACITE DE DEUX PLANTES MEDICINALES : Vernonia amygdalina (Umubilizi) ET Leonotis nepetaefolia (Igicumucumu) SUR LES STRONGLES GASTRO-INTESTINAUX DES CAPRINS. Cas des Districts de Huye et Gisagara Avril 2010 i  
  • 2. Table des matières LISTE DES TABLEAUX ................................................................................................................................    vLISTE DES FIGURES  ...................................................................................................................................    . vLISTE DES ANNEXES ................................................................................................................................. vi Chapitre 1 : Introduction générale ................................................................................................... 1  I. Problématique ................................................................................................................................. 1  II. Objectifs de l’étude ........................................................................................................................ 3 Chapitre II. Matériel et méthodes  ................................................................................................... 4  . I. Matériel  ........................................................................................................................................... 4  . A. La zone d’étude ........................................................................................................................... 4  B. Matériel d’enquêtes .................................................................................................................... 7  C. Matériel de prélèvement et d’analyse des matières fécales ...................................................... 7 1. Matériel animal ................................................................................................................................... 7 2. Matériel de prélèvement, de conditionnement et d’analyse des matières fécales ........................... 8  D. Matériel de préparation des solutions médicamenteuses ......................................................... 8 1. Matériel végétal .................................................................................................................................. 8 2. Matériel utilisé dans la préparation des solutions et leur administration aux animaux .................. 10  II. Méthodologie ................................................................................................................................ 10  A. Méthodologie d’enquête .......................................................................................................... 10 1. Choix du site d’action et des enquêtés ............................................................................................. 10 2. Enquête des tradipraticiens .............................................................................................................. 11  B. Méthodologie expérimentale ................................................................................................... 12 1. Prélèvement et analyse des matières fécales ................................................................................... 12 2. Encodage des résultats et répartition des animaux dans les différents lots des groupes ................ 13 3. Production des solutions médicamenteuses .................................................................................... 15 4. Schéma de traitement et évaluation de l’efficacité des solutions médicamenteuses...................... 16  ii  
  • 3. C. Analyses statistiques ................................................................................................................. 18 Chapitre 3 : Présentation, interprétation et discussion des résultats ............................................. 19  I. Résultats d’enquête ....................................................................................................................... 19  A. Répartition des personnes enquêtées dans la zone d’étude et organisation sociale .............. 19  B. Moyenne d’âge des personnes enquêtées ............................................................................... 19  C. Activités des personnes enquêtées et leur connaissance en ethnomédecine ......................... 20  D. Expérience des personnes enquêtées en tradimédecine selon le secteur ............................... 21  E. Plantes les plus utilisées pour le traitement des verminoses ................................................... 21  II. Résultats sur la prévalence de l’excrétion fécale d’œufs de strongles et d’ookystes de coccidies  ........................................................................................................................................................... 22  A. Prévalence et niveau de l’excrétion fécale d’œufs de strongles et d’ookystes de coccidies pour  le groupe 1  .................................................................................................................................... 23  .1. Prévalence et niveau d’excrétion selon les secteurs  ........................................................................ 23  .2. Prévalence et niveau d’excrétion selon la catégorie d’âge ............................................................... 24 3. Prévalence et niveau d’excrétion selon la race ................................................................................. 26  B. Prévalence et niveau de l’excrétion fécale d’œufs de strongles et d’ookystes de coccidies pour  le groupe 2  .................................................................................................................................... 27  . III. Résultats du test de réduction des OPG ..................................................................................... 29  A. Résultats du test de réduction des OPG pour G1 ..................................................................... 29  B. Résultats du test de réduction des OPG pour G2 ..................................................................... 31  IV. Discussion des résultats .............................................................................................................. 33  A. Discussion des résultats d’enquête ........................................................................................... 33 1. Origine du savoir des tradipraticiens enquêtés ................................................................................ 33 2. Plantes utilisées par les tradipraticiens ............................................................................................. 34 3. Solutions utilisées par les tradipraticiens .......................................................................................... 34  B. Discussion sur la prévalence des strongles ............................................................................... 35  C. Discussion des résultats des tests de réduction des OPG ......................................................... 36 Chapitre 4 : Conclusions et recommandations ............................................................................... 39  iii  
  • 4. I. Conclusions .................................................................................................................................... 39  II. Recommandations ........................................................................................................................ 40 Références bibliographiques ................................................................................................................. 41   iv  
  • 5. LISTE DES TABLEAUX Tableau 1: Répartition des personnes enquêtées selon les secteurs et les sexes ................................ 11 Tableau 2: Comparaison des 3 lots du premier groupe (G1) ................................................................. 14 Tableau 3: Comparaison des 3 lots du deuxième groupe (G2) .............................................................. 14 Tableau 4: Composition des différentes solutions utilisées en traitement unique ou répété ............. 16 Tableau 5: Schéma de traitement des animaux des différents groupes  .............................................. 17  .Tableau 6 : Deux plantes médicinales les plus utilisées selon les enquêtés ......................................... 22 Tableau 7 : OPG moyen en strongles, coccidies et nematodirus selon les secteurs  ............................ 24  .Tableau 8 : OPG moyen en strongles, Nematodirus et coccidies selon les catégories d’âges .............. 25 Tableau 9 : OPG moyen en strongles, Nematodirus et coccidies selon la race .................................... 27 Tableau 10 : OPG moyen en strongles et coccidies selon l’état physiologique .................................... 28 Tableau 11 : Test de réduction des OPG pour G1 avec Vernonia amygdalina et Leonotis nepetaefolia Cas de TU1 et TC1 ................................................................................................................................... 30 Tableau 12 : Test de réduction des OPG pour G1 avec Vernonia amygdalina et Leonotis nepetaefolia. Cas de TR1 et TC1 ................................................................................................................................... 31 Tableau 13 : Test de réduction des OPG pour G2 avec Vernonia amygdalina. Cas de TU2 et TC2 ......... 32 Tableau 14 : Test de réduction des OPG pour G2 avec Vernonia amygdalina. Cas de TR2 et TC2 ......... 33  LISTE DES FIGURES Figure 1: Carte administrative du District de Huye ................................................................................. 5 Figure 2 : Carte administrative du District de Gisagara........................................................................... 6 Figure 3: Photos de Vernonia amygdalina .............................................................................................. 9 Figure 4: Photos de Leonotis nepetaefolia ............................................................................................ 10 Figure 5: Age moyen (± écart‐type) des personnes enquêtées selon le secteur .................................. 20 Figure 6 : Origine du savoir en tradimédecine et activités principales des enquêtés .......................... 20  v  
  • 6. Figure 7 : Expérience moyenne (nombre d’années ± écart‐type) en tradimédecine des personnes enquêtées .............................................................................................................................................. 21 Figure 8: Prévalence de l’excrétion fécale d’œufs de strongles, de nematodirus et d’ookystes de coccidies selon le secteur ...................................................................................................................... 23 Figure 9: Prévalence de l’excrétion fécale d’œufs de strongles, de nematodirus et d’ookystes de coccidies selon la catégorie d’âge ......................................................................................................... 25 Figure 10: Prévalence de l’excrétion fécale d’œufs de strongles, de nematodirus et d’ookystes de coccidies selon la race ........................................................................................................................... 26 Figure 11 : Prévalence de l’excrétion fécale d’œufs de strongles et d’ookystes de coccidies selon l’état physiologique ........................................................................................................................................ 28 LISTE DES ANNEXES Annexe 1: Questionnaire d’enquête sur les phytomédicaments efficaces contre les verminoses menée chez les tradipraticiens dans les districts de Huye et Gisagara ................................................. 45 Annexe 2: Fiche d’identification des animaux pour l’étude sur l’efficacité des plantes contre les verminoses ............................................................................................................................................ 48 Annexe 3: Autres plantes médicinales les plus utilisées contre les verminoses ................................... 49 Annexe 4 : Photos des plantes médicinales inventoriées lors de lenquête ......................................... 50 Annexe 5 : Dose administrable des solutions préparées à base de Vernonia amygdalina+ Leonotis nepetaefolia et de Vernonia amygdalina et fréquence de traitement pour les bovins ....................... 53  vi  
  • 7. Chapitre 1 : Introduction générale I. Problématique L’élevage est un sous secteur de l’agriculture où la production nationale ne suffit pas àsatisfaire les besoins, obligeant le Rwanda à recourir aux importations de produitssurtout laitiers. Les potentialités de développement de ce sous secteur sontimportantes, d’autant plus que cette spéculation bénéficie d’une image positive vis-à-vis du grand public. Les possibilités de développement de ce sous secteur en tantqu’activité complémentaire par les agriculteurs sont faciles à mettre en place, car cettespéculation permet de fertiliser les champs alloués à l’agriculture et de valoriser lesprairies de moindre qualité (NSHIMIYIMANA, 2006).Selon la FAO (1992), une bonne exploitation de ce sous secteur peut contribuer àassurer la sécurité alimentaire et à procurer des revenus aux populations du monderural. Pour ce faire, certaines exigences ou contraintes liées à l’élevage, notammentl’alimentation, le logement ainsi que les différentes pathologies doivent être connues etmaîtrisées.Une des contraintes de l’élevage est le parasitisme des animaux domestiques à tousles niveaux (ectoparasites, endoparasites dont les nombreux strongles gastro-intestinaux, respiratoires, etc.). Ce parasitisme est responsable d’une grande partie despertes de production, de morbidité et parfois d’une mortalité importante notées au seindes exploitations.Ce problème de parasitisme est compliqué depuis des années par l’apparition dephénomènes de chimiorésistance des parasites vis-à-vis de toutes les famillesd’anthelminthiques actuellement utilisées (LARRAT, 1988).Cette chimiorésistance se traduit par l’augmentation des porteurs sains et chroniques,la dissémination des helminthiases entre les animaux et l’homme, s’il s’agit deszoonoses helminthiques, la diminution de la production et de la reproduction due à defortes morbidités et mortalités ainsi qu’une augmentation du coût de traitement(BEUGNET, 2005). 1  
  • 8. La gestion de ce problème dans l’élevage implique une combinaison de plusieursmoyens aussi bien modernes que traditionnels. Ainsi, le développement et lavalorisation de l’ethnomédecine vétérinaire, peut avoir un réel impact au niveau de lasociété rwandaise, vu que la médecine moderne est confrontée à plusieurs contraintes(RUMENERA, 2006) notamment : le coût élevé de ces produits, comparé aux faibles revenus financiers de la majorité de la population ; une rareté de vétérinaires pour le suivi des animaux malades.Il s’y ajoute que ces produits, généralement importés, ne sont pas toujours disponibles.De plus, de nombreux problèmes de résistance liés à l’utilisation de ces produitsconventionnels (notamment les anthelminthiques) ont été rapportés.Selon PONGOMBO (2007), les bénéfices du recours à la plante médicinale sont : la contribution à la lutte contre les maladies ; le soulagement de la balance économique et commerciale des éleveurs et des tradipraticiens et du pays si l’utilisation est à grande échelle ; la diminution des problèmes liés aux résidus des médicaments synthétiques dans les produits et les sous produits d’origine animale (POA) ; la prise en compte de l’intérêt de la conservation et de la protection de la biodiversité ; l’amélioration des conditions socio-économiques des éleveurs et des tradipraticiens.C’est dans cette optique que l’étude intitulée «Evaluation de l’efficacité de deux plantesmédicinales : Vernonia amygdalina et Leonotis nepetaefolia sur les strongles gastro-intestinaux des caprins. Cas des districts de Huye et Gisagara», a été réalisée. Elle aété initiée par le projet Proxivet Sud Rwanda exécuté conjointement par l’ONG« Vétérinaires Sans Frontières Belgique » (VSF-B) et la Fédération IMBARAGA. L’undes principaux résultats de ce projet est la mise en place d’un Service Vétérinaire Privéde Proximité (SVPP). 2  
  • 9. II. Objectifs de l’étudeL’objectif global du présent travail est de contribuer au contrôle des principaleshelminthoses caprines (notamment les strongyloses) afin d’augmenter leursproductions en évaluant l’efficacité anthelminthique de deux plantes les plus utiliséesdans la région.Les objectifs spécifiques de ce travail sont les suivants : identifier les différentes espèces d’helminthes sur un échantillon de caprins de la zone d’étude et d’en étudier leur prévalence ; identifier les principales plantes médicinales utilisées dans la zone d’étude par les tradipraticiens et les éleveurs ; connaître le mode de préparation, la dose et la forme d’utilisation de certaines plantes médicinales par les tradipraticiens ; évaluer les effets de ces plantes médicinales utilisées dans le traitement des helminthoses ; Formuler des recommandations pour une utilisation efficace de ces plantes. 3  
  • 10. Chapitre II. Matériel et méthodesI. Matériel A. La zone d’étudeLe présent travail a été mené dans les districts de Gisagara (secteur de Save) et deHuye (secteurs de Ngoma, Gishamvu, Maraba et Mbazi).Huye est l’un des 8 districts qui composent la Province du Sud ; il est constitué par 14secteurs : Mbazi, Kinazi, Simbi, Maraba, Rwaniro, Rusatira, Huye, Mukura, Ruhashya,Gishamvu, Kigoma, Ngoma, Karama et Tumba.Le district est délimité par : au Nord : district de Nyanza ; à l’Est : district de Gisagara ; au Sud : district de Nyaruguru ; à l’Ouest : district de Nyamagabe.Sa superficie est de 581,5 km2 avec une population de 290.677 habitants. Soit 500habitants au km2. 4  
  • 11.   CARTE ADMINSTRATIVE DU DISTRICT DE HUYE  N W E NYANZA S  KINAZI RWANIRO  RUSATIRA  KIGOMA NYAMAGABE SIMBI RUHASHYA  MARABA MBAZI GISAGARA  Limite de distict Limite de secteur GISHAMVU HUYE HUYE KARAMA KIGOMA  KARAMA NGOMA KINAZI MARABA MBAZI MUKURA NGOMA RUHASHYA RUSATIRA TUMBA RWANIRO  SIMBI TUMBA GISHAMVU MUKURA  NYARUGURU 3 0 3 6 Kilometers  ©Institut National de la Statistique du Rwanda, Mars 2006 Figure 1: Carte administrative du District de Huye1 Le district de Gisagara, quant à lui, a une superficie de 678 km2 avec une populationde 267.161 habitants. Il est constitué par 13 secteurs : Gikonko, Gishubi, Kansi, Kibilizi,Kigembe, Mamba, Muganza, Mugombwa, Mukindo, Musha, Ndora, Nyanza et Save.Le district est délimité par : au Nord : district de Nyanza ; au Sud et à l’Est : République du Burundi ; à l’Ouest : districts de Huye et de Nyamagabe.                                                            1  Source : http://www.southernprovince.gov.rw/IMG/png/south_huye‐2.png  5  
  • 12.   Figure 2 : Carte administrative du District de Gisagara2Ces deux Districts sont situés dans la région d’altitude moyenne. Ils connaissent unclimat de type tropical doux par leur altitude. La température moyenne varie entre 15et 20oC. Le climat se caractérise également par l’alternance de deux saisons sècheset deux saisons de pluie.- la grande saison des pluies (GSP) : de Mars à fin Mai ;- la grande saison sèche (GSS) : de Juin à Août ;- la petite saison des pluies (PSP) : de Septembre à Décembre- la petite saison sèche (PSS) : de Janvier à FévrierLes précipitations moyennes enregistrées varient entre 1.200 mm et 1.500 mm paran.                                                            2  Source : http://www.southernprovince.gov.rw/IMG/png/south_gisagara‐4.png  6  
  • 13. Ce travail a été financièrement, matériellement et techniquement appuyé par le projetde promotion d’un service vétérinaire privé de proximité au Sud du Rwanda (ProxivetSud Rwanda) et l’Institut de Recherche Scientifique et Technologique au Rwanda(IRST). Proxivet Sud Rwanda est un projet de l’ONG VSF-B et de la FédérationIMBARAGA qui a pour entre autres ambitions, l’installation de SVPP. Il a démarré sesactivités depuis janvier 2008. L’IRST est un institut étatique qui a beaucoup travaillédans le domaine de la médecine traditionnelle humaine. Dans une de ses activités,Proxivet Sud Rwanda a prévu la promotion des phytomédicaments vétérinaires encollaboration avec l’IRST. Ces deux partenaires et l’Université Nationale du Rwanda(UNR), ont élaboré un document de promotion des phytomédicaments. C’est dans cecadre que ce travail, qui s’est voulu pionnier, s’est intéressé à l’évaluation de l’efficacitéde deux plantes médicinales contre les verminoses.  B. Matériel d’enquêtesDes tradipraticiens des deux districts ont été enquêtés. A ce propos, un questionnaired’enquête a été élaboré (voir annexe 1). C. Matériel de prélèvement et d’analyse des matières fécales 1. Matériel animal Les animaux de l’expérience appartiennent à des agri-éleveurs identifiés dans les 5secteurs (Save, Maraba, Ngoma, Gishamvu et Mbazi) et sont élevés dans le milieuréel. Au total, 63 animaux ont composé le groupe 1 et 49 le groupe 2. La prévalence del’excrétion fécale d’œufs a été déterminée en considérant tous les animaux desgroupes. Pour l’estimation du taux de réduction des œufs dans les matières fécales,seuls 45 animaux ont été utilisés dans chacun des 2 groupes (2 lots traités et 1 témoinde 15 animaux chacun). 7  
  • 14. Un numéro de code a été attribué à chaque animal pour éviter toutes confusionspendant la prise et l’analyse d’échantillons sauf pour les animaux de Mbazi dontl’identification était faite à partir des numéros de leurs boucles.Pour la bonne marche du travail un contrat de collaboration a été signé entre les agri-éleveurs retenus dans les cinq secteurs et le projet PROXIVET Sud Rwanda.  2. Matériel de prélèvement, de conditionnement et d’analyse des matières fécales Le prélèvement des matières fécales chez les animaux a été fait par l’utilisationd’emballages plastiques. La contention des animaux a été assurée par les propriétairesdes animaux. Au cours de chaque prélèvement, des fiches d’identification des animaux(numéro, sexe, race, âge, état physiologique…) et de leur propriétaire ont été remplis(annexe 2).Après prélèvement, les échantillons de matières fécales ont été transportés aulaboratoire de l’Ecole Agri-vétérinaire de Kabutare (EAVK) et conservés auréfrigérateur, à une température de +2 à +4°C.L’analyse coprologique a été faite par la méthode de Mc Master, une méthodequantitative basée sur le principe de la flottation (THIENPONT et al., 1995). D. Matériel de préparation des solutions médicamenteuses 1. Matériel végétal Le matériel végétal est composé de deux plantes, Vernonia amygdalina (nomvernaculaire : Umubilizi) et Leonotis nepetaefolia (nom vernaculaire : Igicumucumu).Vernonia est originaire dAfrique, et plus particulièrement au sud du Sahara. Elle estprésente à l’état naturel le long des rivières et des lacs, à la lisière des forêts, dans lessavanes boisées et les savanes herbeuses, jusqu’à 2.000 mètres d’altitude. On la 8  
  • 15. rencontre souvent dans les milieux perturbés, comme les terres agricolesabandonnées, et on la trouve spontanément dans la forêt secondaire.Elle fait partie de la famille des Astéracées et est un arbuste pouvant sélever jusquà 6mètres de haut avec une écorce brun-gris, rugueuse et écaillée. Ses branches sontcassantes. Ses feuilles vertes, veinées et lancéolées sont couvertes de poils sur leurface inférieure. Les fleurs, blanches, petites, duveteuses sont regroupées en bouquets.Les fruits sont des petites nucules parsemées de duvet (MARIAM, 2009). C’est surtoutles racines et les feuilles de vernonia qui sont valorisées en ethnomédecine. Selon lesrecherches déjà faites, la plante aurait des propriétés vermifuges et fébrifuges car sonutilisation dans le contrôle des diarrhées, de la distomatose, des maux de tête, del’asthénie et de la fièvre a été démontrée (BUTTLER et al., 1973). Figure 3: Photos de Vernonia amygdalina3Leonotis nepetaefolia pousse dans le sud-est de lAfrique. Elle produit de la "léonurine"ayant un effet relaxant. C’est une plante euphorique africaine. Cette plante est trèsrobuste. Elle pousse en Afrique dans la savane, elle a donc besoin de peu d’eau. Sacroissance est très rapide en été (10 cm par semaine si l’arrosage est quotidien). Ellefleurit en mi-septembre en faisant de très belles fleurs orangées. Elle accepte tous lestypes de terre même lourde (NICOLE, 1990).La Leonotis était employée depuis longtemps par les hommes en Afrique. Elle estlargement répandue dans la médecine traditionnelle et était employée pour traiter lesfièvres, les maux de tête, les toux, les dysenteries et beaucoup d’autres maux aussibien chez les animaux que chez les humains.                                                            3   Source : http://chezmarie.nuxit.net/plantes/vernonia.htm: (Page consulté le 21/10/2009)  9  
  • 16. Figure 4: Photos de Leonotis nepetaefolia4 2. Matériel utilisé dans la préparation des solutions et leur administration aux animaux Différents matériels ont été utilisés, à savoir : couteaux, sacs en plastique (transportdes plantes), sheeting (étalement des feuilles), peson, mortier et pilon, casseroles etjerricans, cuisinière électrique, réfrigérateur, bouteilles de 33 cl.II. Méthodologie  A. Méthodologie d’enquête  1. Choix du site d’action et des enquêtés L’enquête a été réalisée dans les districts de Gisagara et Huye, dans les secteurs deGishamvu, Kinazi, Maraba, Save, Tumba, Huye, Mukura, Ngoma et de l’IRST. Cesdeux districts ont été choisis parce que les tradipraticiens y résidant ont été identifiés(action menée par VSF-B et l’IRST).Au total, 24 guérisseurs ont été interviewés au cours de l’enquête. Ils ont étérencontrés dans leurs associations ou à titre individuel et ils sont de toutes catégories                                                             4   Source : http://www.tout partout.com/annonce,vends,leonotis‐nepetifolia‐wild‐dagga‐,32549.htm  (Page consulté, le 21/10/2009)  10  
  • 17. d’âge. La majorité des personnes enquêtées sont des hommes (70,8%) contre 29,2%pour les femmes.  Tableau 1: Répartition des personnes enquêtées selon les secteurs et les sexes Secteurs  Femmes  Mâles  TOTAL  %  Gishamvu  1  1  2  8,3  IRST*  1  2  3  12,5  Kinazi  1  1  2  8,3  Maraba  1  3  4  16,6  Save  1  1  2  8,3  Tumba  2  1  3  12,5  Huye  0  3  3  12,5  Mukura  0  2  2  8,3  Ngoma  0  3  3  12,5  TOTAL  7  17  24  100  %  29,2  70,8  100    *= Il représente l’association des tradipraticiens de l’IRST  2. Enquête des tradipraticiens Au regard des objectifs définis, une enquête a été menée chez les tradipraticiens de larégion d’étude. Ce sondage, qui a permis de récolter les informations sur les plantes àpropriétés vermifuges, a été réalisé grâce au questionnaire soumis à chacun des 24guérisseurs traditionnels pris dans les marges de l’étude. Dans la plupart des cas etchaque fois que possible, l’entretien a eu lieu soit au domicile de l’enquêté soit à unendroit approprié (bureaux de cellule ou de secteur). La durée maximale du temps mispar individu ne dépassait généralement pas une heure.  11  
  • 18. B. Méthodologie expérimentale  1. Prélèvement et analyse des matières fécales Les fèces ont été prélevées directement dans le rectum sur chaque animalexpérimental à deux jours avant le traitement (J-2), puis à sept jours (J7), quatorze jours(J14), vingt-un jours (J21) et vingt-huit jours (J28) après traitement. Après prélèvement,les matières fécales ont été transportées jusqu’au laboratoire vétérinaire de l’EAVKpour les examens coproscopiques.Au laboratoire, des coproscopies individuelles ont été réalisées et l’excrétion des œufsde nématode et d’ookystes de coccidies a été quantifiée par la technique de Mc Master(THIENPONT et al., 1995). Cette technique permet de compter les œufs de nématodeset les ookystes de coccidies. Par contre, pour les œufs lourds, tels que ceux destrématodes, il faut utiliser des solutions plus spécifiques.Alors, le nombre d’œufs excrétés par gramme de matières fécales (OPG) est donnépar la formule suivante : OPG = y*100 Où y = nombre d’œufs comptés dans les deux cavités de la cellule.Les analyses à différentes périodes avaient comme objectifs : A J (-2) avant le traitement : détermination des animaux naturellement infestés par les strongles gastro-intestinaux. Ceci a également permis une randomisation des animaux dans les différents lots. A J (7), J (14), J (21) et J (28) : appréciation du taux de réduction des OPG après traitement des animaux avec les plantes médicinales. 12  
  • 19. 2. Encodage des résultats et répartition des animaux dans les différents lots des groupes Les résultats issus de l’analyse des MF sont encodés sur l’ordinateur, sur un fichierEXCEL pour une analyse quantitative du niveau d’infestation des animauxexpérimentaux.Deux groupes d’animaux (G1 et G2) ont été identifiés. Le G1 a été utilisé pour testerl’efficacité de la combinaison de Vernonia amygdalina + Leonotis nepetaefolia sur lesstrongles. Le G2 a permis de tester l’efficacité de Vernonia amygdalina seul sur lesstrongles. Chaque groupe était constitué de 3 lots et pour éviter des biais quipourraient être liés à une forte variabilité entre ces différents lots, la répartition desanimaux s’est faite de la manière suivante :Constitution du groupe 1 :  Le G1 était composé de 45 chèvres provenant dessecteurs de Ngoma, Maraba, Gishamvu et Save. Sur le fichier Excel, pour chaquedistrict, les animaux ont été classés par ordre croissant selon le secteur d’abord, puis larace, l’âge et ensuite le sexe. Trois bouts de papier où était marqué TC1 (lot decontrôle), TU1 (lot traité avec une dose unique) ou TR1 (lot à traitement répété pendant3 jours) ont été confectionnés.En commençant par le premier animal sur le fichier Excel, une répartition au hasarddes 45 animaux dans les 3 lots a été faite par le système de tirage au sort sans remise.Les 6 mâles du groupe se sont retrouvés dans les lots TR1 et TU1. Dans la mesure oùaucune influence du sexe sur le niveau et l’évolution des infestations par les stronglesn’a été trouvée dans une étude épidémiologique précédente sur les mêmes animaux(HITIMANA, 2009), la répartition a été laissée telle quelle est.La différence d’âge et d’OPG entre les trois lots n’est pas significative (p > 0,05).  13  
  • 20. Tableau 2: Comparaison des 3 lots du premier groupe (G1) Lots Age moyen OPG moyen Nombre de Nombre de (mois ± DS) (± DS) croisés mâles TC1 (n= 15) 26 ± 12a 600 ± 546b 3 0 TR1 (n= 15) 20 ± 23a 517 ± 413b 6 3 TU1 (n= 15) 22 ± 19a 612 ± 585b 5 3 Moyenne 23 ± 18 582 ± 520Les moyennes ayant une même lettre dans une même colonne ne sont pas significativementdifférentes (p > 0,05)n : nombre d’animauxDS = déviation standard Constitution du groupe 2 : Pour la répartition des animaux du deuxième groupe (G2),le même principe a été respecté. Les animaux ont été classés en ordre croissant selonl’âge, le sexe et l’état physiologique et trois lots TC2, TR2 et TU2 ont été constitués. Ladifférence d’âge et d’OPG entre les trois lots n’est pas significative (p > 0,05)Tableau 3: Comparaison des 3 lots du deuxième groupe (G2) Groupe Age moyen OPG moyen Nombre de femelles Nombre de (mois ± DS) (± DS) gestantes mâles TC2 (n= 15) 32 ± 8a 313 ± 453b 6 1 TR2 (n= 15) 32 ± 8a 307 ± 363b 6 1 TU2 (n= 15) 35 ± 9a 293 ± 303b 5 1 Moyenne 33 ± 8 304 ± 370Les moyennes ayant une même lettre dans une même colonne ne sont pas significativementdifférentes (p > 0,05).n : nombre d’animauxDS = déviation standard 14  
  • 21.   3. Production des solutions médicamenteuses Quatre formulations de solutions médicamenteuses ont été préparées : deux (Su1 etSr1) préparées à base d’une combinaison de Vernonia amygdalina + Leonotisnepetaefolia et deux autres (Su2 et Sr2) à base de Vernonia amygdalina. Elles sontdifférentes en concentration et en modalités de traitement (traitement unique ourépété). Le tableau ci-dessous indique les quantités de plante prises pour lesdifférentes solutions selon la modalité de traitement. Ces formulations ont étépréparées sur base des réponses obtenues des tradipraticiens en ce qui concerne lesconcentrations (rapport quantité de plante sur eau), la fréquence et l’intervalle detraitement. Ainsi, les moyennes des quantités de plante et d’eau utilisées, de lafréquence et du rythme de traitement ont été calculées. Toute proportion étant égalepar ailleurs, la dose proposée par les tradipraticiens a été ramenée à 0,33 l. 15  
  • 22. Tableau 4: Composition des différentes solutions utilisées en traitement unique ourépété Vernonia amygdalina Vernonia amygdalina et Leonotis nepetaefoliaDose unique / 15 animaux Solution Su1 Solution Su2% de tradipraticiens 33 9Quantité moyenne Vernonia 2,5 kg 22,5 kgQuantité moyenne Leonotis 1,7 kgQuantité moyenne eau 6l 7,5 lDose unique 0,33 l 0,33 lDose répétée / 15 animaux Solution Sr1 Solution Sr2% de tradipraticiens 67 91Quantité moyenne Vernonia 1,81 kg 56,5 kgQuantité moyenne Leonotis 1,63 kgQuantité moyenne eau 6l 22,5 lDose journalière 0,33 l 0,33 lNombre moyen de fois 3 3Intervalle moyen de traitement 1 1 4. Schéma de traitement et évaluation de l’efficacité des solutions médicamenteusesLe tableau ci-dessous décrit le schéma de traitement adopté. 16  
  • 23.   Tableau 5: Schéma de traitement des animaux des différents groupesGroupes Lot selon le type de Nombre Solutions Durée dud’animaux traitement animaux administrées traitement par lotGroupe 1 TC1 : lot de contrôle 15 N’ont rien reçu Pas de traitement TU1 : lot traité avec une 15 Solution 1 (Su1) préparée 1 jour dose unique à base de Vernonia amygdalina + Leonotis nepetaefolia TR1 : lot traité avec une 15 Solution 2 (Sr1) préparée 3 jours dose répétée à base de Vernonia amygdalina + Leonotis nepetaefoliaGroupe 2 TC2 : lot de contrôle 15 N’ont rien reçu Pas de traitement TU2 : lot traité avec une 15 Solution 1 (Su2) préparée à 1 jour dose unique base de Vernonia amygdalina TR2 : lot traité avec une 15 Solution 2 (Sr2) préparée à 3 jours dose répétée base de Vernonia amygdalina   Le test de réduction des OPG a été utilisé pour tester l’efficacité des différentes solutions contre les strongles digestifs des caprins. Le test de réduction des OPG a été longtemps utilisé pour tester l’efficacité des anthelminthiques conventionnels face aux problèmes de résistance notés depuis des décennies. Plusieurs formules ont été proposées et au cours de cette étude, celle adoptée par la « World Association for The Advancement of Veterinary Parasitology – WAAVP » (COLES et al., 1992) a été utilisée. 17   
  • 24. ⎡ ⎛ ⎞ ⎤ Pourcentage de réduction = 1 0 0 ⎢1 − ⎜ X t ⎟ ⎥ ⎢ ⎜ ⎟ ⎥ ⎢ ⎣ ⎝ X c ⎠ ⎥ ⎦ Xc = moyenne arithmétique des OPG du groupe de contrôle (C) entre 10 et 14jours après traitement. Xt = moyenne arithmétique des OPG du groupe traité (T), entre 10 et 14 joursaprès traitement.Si le pourcentage de réduction est supérieur ou égale à 95% et la limite inférieure deconfiance supérieure à 90%, la solution est efficace. La solution est inefficace si lepourcentage de réduction est inférieur à 95% et la limite inférieure de confianceinférieure à 90%. Le résultat est douteux si seulement un des critères est respecté.La moyenne arithmétique est préférée à la moyenne géométrique pour les raisonssuivantes (FAO, 2004) : 1. Elle est plus facile à calculer 2. Elle donne une meilleure estimation de l’excrétion fécale d’œufs de vers 3. Elle est une mesure plus conservatrice de l’activité anthelminthique  C. Analyses statistiques Toutes les données d’enquête et d’OPG ont été encodées sur un tableur EXCEL. Cetableur a permis de produire les tableaux et de calculer les moyennes arithmétiques etécart-types. L’analyse de variance faite avec le logiciel SPSS 14.0 a permis decomparer la prévalence de l’excrétion fécale d’œufs et la valeur des OPG desdifférents groupes. Les valeurs des OPG ont subi une transformation logarithmiqueavant d’être analysées statistiquement. Le logiciel FECR4 (CAMERON, 2004) a étéutilisé pour calculer les taux de réduction des OPG. Les résultats de ces tests deréduction des OPG basés sur les critères fixés permettent de statuer sur l’efficacité ounon du traitement utilisé. 18  
  • 25. Chapitre 3 : Présentation, interprétation et discussion des résultatsI. Résultats d’enquêteLes enquêtes réalisées auprès des tradipraticiens ont permis d’avoir des données etinformations sur leur âge, sexe, activité et expérience, organisation sociale ainsi queles plantes médicinales à propriétés vermifuges les plus utilisées. A. Répartition des personnes enquêtées dans la zone d’étude et organisation sociale La médecine vétérinaire traditionnelle apparait comme une activité essentiellementmasculine avec 70,8% d’hommes et 29,2% de femmes (Tableau 1). Le nombre depersonnes interviewées selon le secteur ou la zone varie de 2 à 4. L’enquête révèleque 87,5% des personnes interviewées travaillent individuellement alors que 12,5%des personnes restantes sont organisées dans une association. Il s’agit ici destradipraticiens organisés par l’IRST. B. Moyenne d’âge des personnes enquêtées La moyenne d’âge des personnes enquêtées selon les secteurs est donnée à la figureci-après.  19  
  • 26.   Figure 5: Age moyen (± écart-type) des personnes enquêtées selon le secteurLes tradipraticiens interviewés sont généralement d’âge avancé. L’âge varie entre 33 et90 ans avec une moyenne de 61 ± 12 ans. La tradimédecine se révèle être une activitépratiquée par les adultes. C. Activités des personnes enquêtées et leur connaissance en ethnomédecine Parmi les enquêtés 87,5%, font de l’agriculture alors que seulement 12,5% ont commeactivité principale la médecine traditionnelle. La majorité (87,5%) des tradipraticiens onthérité leur connaissance de leurs parents.    Figure 6 : Origine du savoir en tradimédecine et activités principales des enquêtés 20  
  • 27.   D. Expérience des personnes enquêtées en tradimédecine selon le secteur L’expérience des tradipraticiens varie de 8 à 53 ans et est liée à l’âge. Plus la personneest âgée et plus elle est expérimentée.Les personnes enquêtées ont une expérience moyenne de 30 ans qui correspond, enmoyenne, à 51% de leur âge moyen. Ceux qui ont le plus d’expérience (53 ans) ontconsacré 75% de leur vie à cette activité contre 15% pour ceux qui ont le moinsd’expérience.     Figure 7 : Expérience moyenne (nombre d’années ± écart-type) en tradimédecine des personnes enquêtées   E. Plantes les plus utilisées pour le traitement des verminosesL’enquête menée auprès des tradipraticiens a révélé que pas mal de plantes sontutilisées dans la lutte contre les verminoses des ruminants domestiques. A peu près 33espèces de plantes à propriétés anthelminthiques ont été citées par les interviewés. 21  
  • 28. Selon les informations reçues, une espèce de plante peut être active contre une ouplusieurs espèces d’helminthes, et une combinaison d’une ou plusieurs espèces deplantes est recommandée pour avoir une action synergique contre les verminoses. Laliste de certaines de ses plantes est présentée en annexe 3 et 4.Au cours de cette enquête Vernonia amygdalina seule ou associée à Leonotisnepetaefolia sont ressorties comme les deux formules les plus utilisées pour traiter lesverminoses des ruminants. En effet, la combinaison d’umubilizi + igicumucumu(Vernonia amygdalina + Leonotis nepetaefolia) est la plus utilisée pour cet effet(87,5%) et est suivie par umubilizi seul (Vernonia amygdalina) à 66,7% selon lesinformations issues des guérisseurs interviewés.Tableau 6 : Deux plantes médicinales les plus utilisées selon les enquêtés No Nom vernaculaire Nom scientifique Nombre de % répondants sur 24 enquêtés 1 umubilizi+igicumucumu Vernonia amygdalina 21 87,5 + Leonotis nepetaefolia 2 Umubilizi Vernonia amygdalina 16 66,7 Pour la combinaison Vernonia amygdalina et Leonotis nepetaefolia, 33% des enquêtésutilisent la dose unique et les 67% autres traitent de manière répétée pendant 3 jourssuccessifs. Pour le cas de Vernonia amygdalina, 9% des interviewés font recours à ladose unique alors que 91% traitent de manière répétée pendant 3 jours successifs.II. Résultats sur la prévalence de l’excrétion fécale d’œufs destrongles et d’ookystes de coccidies Avant le traitement, le taux d’infestation par les nématodes et le niveau d’excrétionfécale d’œufs (valeurs des OPG) sont déterminés et ceux-ci pour les deux groupes G1et G2. Les facteurs de variation éventuels considérés pour G1 sont : les secteurs, l’âge, 22  
  • 29. la race alors que pour le G2, c’est surtout l’état physiologique car les chèvres étaient demême âge, sexe et de même secteur.Au total, 63 échantillons de matières fécales ont été analysés pour G1 et 49 pour G2pour évaluer la prévalence des strongles chez les caprins faisant partie de l’étude. Apart les œufs de strongles gastro-intestinaux détectés, il a aussi été mis en évidenceles ookystes de coccidies. Nematodirus appartient à l’ordre des Strongylidae mais aété identifié séparément car son œuf se différencie facilement de celui des strongles. A. Prévalence et niveau de l’excrétion fécale d’œufs de strongles et d’ookystes de coccidies pour le groupe 1  1. Prévalence et niveau d’excrétion selon les secteursLes prélèvements de matières fécales pour G1 ont été réalisés au mois d’août 2008correspondant à la fin de la grande saison sèche. La prévalence moyenne del’excrétion fécale d’œufs de strongles pour les 3 secteurs est assez élevée pour lapériode, soit 78%. Il en est de même pour celle des ookystes de coccidies qui s’élèventà 73%. La prévalence de l’infestation par nematodirus est relativement faible (13%). Encomparant les trois secteurs, une différence significative a été notée entre Maraba etNgoma pour le cas de Nematodirus (p = 0,025) ainsi que pour le cas des ookystes (p =0,039). Figure 8: Prévalence de l’excrétion fécale d’œufs de strongles, de nematodirus et d’ookystes de coccidies selon le secteur 23  
  • 30. L’OPG moyen des strongles pour l’ensemble des secteurs est de 451 ± 517 etaucune différence significative n’a été notée (p > 0,05). Concernant les nematodirus,l’OPG moyen a été de 22 ± 66 et la différence observée entre les secteurs de Ngomaet de Maraba a été significative (p = 0,03). Egalement, l’OPG moyen des ookystespour l’ensemble des secteurs est de 565 ± 986 avec une différence significative entreles secteurs Maraba et Save (p = 0,008).  Tableau 7 : OPG moyen en strongles, coccidies et nematodirus selon les secteurs Secteurs Nombre des animaux OPG Strongles Nematodirus Ookystes de coccidies Gishamvu 19 468 ± 419 26 ± 81 600 ± 1.464 Maraba 18 378 ± 402 0a ± 0 800a ± 639 Ngoma 15 420 ± 483 53b ± 92 467 ± 902 Save 11 582 ± 841 9 ± 30 255b ± 345 Total 63 451 ± 517 22 ± 66 565 ± 986 a significativement différent de b (p < 0,05).  2. Prévalence et niveau d’excrétion selon la catégorie d’âge Les animaux du groupe 1 ont été répartis en 2 catégories : Ceux âgés de 0 à 12mois et les autres qui ont plus de 12 mois d’âge. L’âge de 8 animaux excréteursuniquement d’ookystes de coccidies n’était pas connu.Aucune différence de prévalence d’excrétion fécale d’œufs de strongles oud’ookystes de coccidies selon la catégorie d’âge n’a été enregistrée. 24  
  • 31. Figure 9: Prévalence de l’excrétion fécale d’œufs de strongles, de nematodirus et d’ookystes de coccidies selon la catégorie d’âge L’OPG des différents parasites selon les catégories d’âge est présenté au tableau ci-dessous. Aucune différence significative n’a été enregistrée entre les différentescatégories.Tableau 8 : OPG moyen en strongles, Nematodirus et coccidies selon lescatégories d’âges Catégories Nombre des OPG animaux Strongles Nematodirus Ookystes de coccidies Age inconnu 8 0±0 0±0 163 ± 185 > 12 mois 36 569 ± 581 31 ± 79 628 ± 1152 0-12 mois 19 416 ± 379 16 ± 50 616 ± 821 Total 63 451 ± 517 22 ± 66 565 ± 986 - OPG : Œufs par gramme de matière fécale - > 12 mois : Supérieur à 12 mois - 0-12 mois : Entre 0 et 12 mois  25  
  • 32. 3. Prévalence et niveau d’excrétion selon la race Le nombre des caprins concernés par l’analyse est de 14 pour la race croisée et de 49pour la race locale. La prévalence de l’excrétion fécale d’œufs de strongles estsignificativement plus élevée chez la race croisée (100%) comparée à la race locale(71%) (p = 0,04). Il en de même de la prévalence de l’infestation par Nematodirus (p =0,003). Aucune différence significative n’a été démontrée quant à la prévalence del’infestation par les ookystes chez la race croisée comparée à la race locale (50% et78% respectivement, p > 0,05).    Figure 10: Prévalence de l’excrétion fécale d’œufs de strongles, de nematodirus et d’ookystes de coccidies selon la race Selon les indications du tableau ci-dessous, l’influence de la race s’est montréesignificative pour l’excrétion d’œuf de nematodirus (p = 0,004) et pas pour les strongleset les ookystes (p > 0,05). 26  
  • 33.  Tableau 9 : OPG moyen en strongles, Nematodirus et coccidies selon la race Race Nombre des animaux OPG Strongles Nematodirus Ookystes de coccidies Croisées 14 457 ± 480 57a ± 94 586 ± 932 Locales 49 449 ± 532 12b ± 53 559 ± 1011 Total 63 451 ± 517 22 ± 66 565 ± 986 a significativement différent de b (p = 0,004).  B. Prévalence et niveau de l’excrétion fécale d’œufs de strongles et d’ookystes de coccidies pour le groupe 2 Les autres facteurs étant constant ou les mêmes, l’analyse de la prévalence et duniveau d’excrétion d’œufs de strongles et d’ookystes de coccidies pour le groupe 2 aété fait selon l’état physiologique. Les prélèvements de matières ont été faits au moisd’octobre, ce qui correspond à la petite saison des pluies. La prévalence moyennede l’excrétion fécale d’œufs de strongles et d’ookystes de coccidies estrespectivement de 77,4% et de 39%. Selon l’état physiologique, la prévalencemoyenne de l’excrétion fécale d’œufs de strongles est de 71% pour les chèvresgestantes alors qu’elle est de 86% pour les vides. La prévalence de l’excrétion fécaled’ookystes est légèrement plus élevée chez les caprins gestants comparés aux vides(41% contre 36%). Les prévalences de l’excrétion fécale d’œufs de strongles etd’ookystes de coccidies entre les femelles gestantes et celles vides ne sont passignificatives (p > 0,05).  27  
  • 34.   Figure 11 : Prévalence de l’excrétion fécale d’œufs de strongles et d’ookystes de coccidies selon l’état physiologique  L’OPG moyen en strongles et coccidies est respectivement de 332 ± 397 et de 513 ±1.381. Aucune différence significative n’est notée sur l’excrétion fécale des œufs destrongles et d’ookystes entre les femelles gestantes et les vides (p > 0,05). Néanmoins,l’OPG des strongles tend à être plus élevé chez les femelles vides (464 ± 452)comparées aux gestantes (224 ± 319). Il en est de même pour l’OPG des ookystes decoccidies qui est plus élevé chez les femelles vides (843 ± 1.978) comparées auxgestantes (241 ± 473).Tableau 10 : OPG moyen en strongles et coccidies selon l’état physiologique Etat physiologique Nombre des animaux OPG Strongles Ookystes Gestantes 17 224a ± 319 241b ± 473 Vides 14 464a ± 452 843b ± 1.978 Total 31 332 ± 397 513 ± 1.381 - a et b : Les moyennes ayant une même lettre dans une même colonne ne sont pas significativement différentes, (p > 0,05). 28  
  • 35. III. Résultats du test de réduction des OPGAussi bien pour les groupes d’animaux traités que témoins, l’analyse des matièresfécales a été réalisée à J7, J14, J21 et à J28, et la formule du test de réduction des OPGa été utilisée pour évaluer le degré d’efficacité des solutions utilisées.  A. Résultats du test de réduction des OPG pour G1L’association de Vernonia amygdalina et Leonotis nepetaefolia, en traitement unique(TU1) ou répété (TR1), a été testé chez le groupe 1.Selon le principe du test de réduction, un traitement unique à base de la solutionutilisée pour TU1 n’a pas été efficace. Cependant, à J7, il y a eu une réduction del’excrétion des œufs jusquà 82%. Pour les jours suivants, il y a eu une rechuteconsidérable et à J28, le % de réduction était de 55% avec une limite inférieure deconfiance (95%) de 82%.Au cours de cette période, deux chèvres expérimentales ont été perdues, l’une a connuune météorisation le jour de l’administration des médicaments alors que l’autre estmorte de diarrhée deux semaines après. 29  
  • 36. Tableau 11 : Test de réduction des OPG pour G1 avec Vernonia amygdalina et Leonotis nepetaefolia Cas de TU1 et TC1 Lots TU1 TC1Jour d’analyse J7 J14 J21 J28 J7 J14 J21 J28Nombre d’animaux 14 14 14 13 14 15 15 15Moyenne arithmétique 264 943 700 662 1.479 840 1.260 1.480Variance des OPG 25.549 2.014.945 1.555.385 939.231 2.772.582 548.286 749.714 687.429% de réduction 82 -12 44 55Variance (réduction) 0,12 0,21 0,26 0,19Limite inférieure au 91 0 81 82seuil de confiance 95%Limite supérieure au 63 57 0 0seuil de confiance 95% - TC1 : lot de contrôle du groupe 1, - TU1 : lot du groupe 1 traité avec une dose unique, - Jn : Jour (n) après traitement OPG : Œufs par gramme de matière fécale Ce tableau ci-dessous montre qu’une réduction des OPG de 96% a été obtenue dès J7 mais la limite inférieure au seuil de confiance 95% était inférieure à 90%. La solution utilisée en TR1 n’a été efficace qu’à partir de J14 et est restée comme tel jusqu’à J28. Le nombre d’animaux a été variable au cours de cette période, du à l’absence de fèces ou de certains animaux partis aux pâturages lors des jours de prélèvement. 30   
  • 37. Tableau 12 : Test de réduction des OPG pour G1 avec Vernonia amygdalina etLeonotis nepetaefolia. Cas de TR1 et TC1 Lots TR1 TC1Jour d’analyse J7 J14 J21 J28 J7 J14 J21 J28Nombre d’animaux 12 13 15 13 13 15 15 15Moyenne arithmétique 42 46 13 8 954 840 1.260 1.480Variance des OPG 4.47 4.359 1.238 769 1.532.692 548.286 749.714 687.429% de réduction 96 95 99 99Variance (réduction) 0,34 0,21 0,50 1,02Limite inférieure au 85 98 100 100seuil de confiance 95%Limite supérieure au 99 86 95 96seuil de confiance 95% - TC1 : lot de contrôle du groupe 1, - TR1 : lot du groupe 1 traité avec dose unique, - Jn : Jour (n) après traitement OPG : Œufs par gramme de matière fécale  B. Résultats du test de réduction des OPG pour G2Vernonia amygdalina, en traitement unique ou répété, a été testé chez le groupe 2.Les résultats du test de réduction des OPG avec la solution utilisée pour TU2 n’ont pasrépondu aux principes de ce test et par conséquent, la solution a été considéréecomme non efficace. Seulement, il y a eu une réduction de l’excrétion des œufs de J7jusquà J28. 31  
  • 38. Tableau 13 : Test de réduction des OPG pour G2 avec Vernonia amygdalina. Cas deTU2 et TC2 Lots TU2 TC2Jour d’analyse J7 J14 J21 J28 J7 J14 J21 J28Nombre d’animaux 15 15 15 15 15 15 15 15Moyenne arithmétique 80 173 147 160 500 607 740 687Valeurs des OPG 14.571 37.810 19.810 19.714 118.571 112.095 109.714 114.095% de réduction 84 71 80 77Variance (réductions) 0,18 0,10 0,07 0,07Limite inférieure au 93 85 65 60seuil de confiance 95%Limite supérieure au 61 44 89 86seuil de confiance 95% - TC2 : lot de contrôle du groupe 2, - TU2 : lot du groupe 2 traité avec dose unique, - Jn : Jour (n) après traitement OPG : Œufs par gramme de matière fécalePour le cas de TR2, le tableau ci-dessous montre que la réduction des OPG a étérapide et progressive depuis J7 (88%) jusquà J28 (98%). La solution ne s’est révéléeefficace qu’à partir de J14. 32  
  • 39. Tableau 14 : Test de réduction des OPG pour G2 avec Vernonia amygdalina. Cas de TR2 et TC2 Lots TR2 TC2Jour d’analyse J7 J14 J21 J28 J7 J14 J21 J28Nombre d’animaux 15 15 15 15 15 15 15 15Moyenne arithmétique 60 27 27 13 520 15.607 740 687Valeurs des OPG 12.571 2.095 2.095 1.238 81.714 112.095 109.714 114.095% de réduction 88 96 96 98Variance (réduction) 0,25 0,22 0,21 0,48Limite inférieure au 96 98 99 92seuil de confiance 95%Limite supérieure au 67 88 91 100seuil de confiance 95% - TC2 : lot de contrôle du groupe 2, - TU2 : lot du groupe 2 traité avec dose unique, - Jn : Jour (n) après traitement OPG : Œufs par gramme de matière fécale   IV. Discussion des résultats   A. Discussion des résultats d’enquête   1. Origine du savoir des tradipraticiens enquêtés L’enquête a montré que 87,5% des guérisseurs enquêtés ont hérité leur connaissance de leurs parents alors que les 12,5% restant ont été renforcés dans le domaine de la tradimédecine par l’IRST. Au Rwanda, comme dans beaucoup d’autres pays, la transmission du savoir en tradimédecine se fait, de manière secrète, de l’ascendant au descendant. 33   
  • 40. Ces résultats sont similaires à ceux trouvés par BYAVU et al. (1980), RUMENERA(2006) et MUHIRE (2007). En effet, RUMENERA (2006) dans son enquête menée en2006 dans le district de Huye a constaté que 60% des guérisseurs de ce district onthérité leurs connaissances de leurs parents et 40% l’ont appris par des formations. Demême BYAVU et al. (1980) ont montré que la plupart des guérisseurs traditionnels ontacquis leurs connaissances de génération en génération. Selon MUHIRE (2007),87,5% des guérisseurs interviewés dans la région du Nord du Rwanda ont réponduqu’ils ont hérité leurs connaissances de leurs parents. 2. Plantes utilisées par les tradipraticiensIl est ressorti de l’enquête que les rwandais utilisent plusieurs plantes pour contrôler lesverminoses animales mais les plus utilisées sont Vernonia amygdalina + Leonotisnepetaefolia à 87,5% et Vernonia amygdalina seule à 66,7%. Les plantes peuvent êtreutilisées seules ou en combinaison. Ceci est bien illustré par un adage rwandais qui dit« IMITI IKORA IKORANYE » cest-à-dire que les médicaments ont plus d’efficacitéquant les broyats qui en résultent sont constitués d’un mélange de différentes espècesde plantes. L’ensemble (100%) des interviewés font recours aux feuilles pour préparerles solutions médicamenteuses. MUHIRE (2007) a aussi rapporté l’utilisation deVernonia amygdalina dans la lutte contre les verminoses. 3. Solutions utilisées par les tradipraticiensUne partie des personnes enquêtées (9%) ont révélé que la solution médicamenteusepréparée à base de Vernonia amygdalina (25 kg dans 7,5 litres d’eau) pouvait êtreefficace à une dose unique de 33 cl par chèvre alors que les 91% restant proposentune solution moins concentrée (60 kg de Vernonia amygdalina dans 25 litres d’eau) àune dose de 33 cl par chèvre et par jour pendant 3 jours.Quand aux solutions préparées à base de Vernonia amygdalina +Leonotisnepetaefolia, 33 % des enquêtés ont révélé qu’une solution médicamenteusecomposée de 2,7 kg de Vernonia et 1,7 kg de Leonotis dans 6 litres d’eau pouvait 34  
  • 41. être efficace à une dose unique de 33 cl par chèvre. Les tradipraticiens restant, soit67%, proposent une solution légèrement moins concentrée composée de 1,81 kg deVernonia et 1,63 kg de Leonotis dans 6 litres d’eau et donnée à une dose de 33 clpar chèvre pendant 3 jours. En dehors de ces informations chez les caprins, cesenquêtes ont permis d’avoir des doses indicatives pour la vermifugation des bovins(annexe 5).L’eau est le solvant le plus préféré par les guérisseurs dans la préparation de cessolutions et il facilite l’extraction du principe actif qui se trouve dans les broyats(PAMPLONA-ROGER, 2001). D’autres auteurs considèrent que les extraits à based’éthanol contiennent plus de produits bioactifs que ceux obtenus avec de l’eau (AL-SHAIBANI et al., 2008). Au cours de notre étude, la méthode d’extraction par l’éthanoln’a pas été utilisée du au manque de ce solvant dans le pays.Selon HAVYARIMANA (2007), Vernonia amygdalina est efficace contre les verminoseslorsqu’elle est donnée en 3 prises à une dose de 72 cl par jour chez la vache et de 33cl par jour chez les chèvres et les moutons L’utilisation de Vernonia amygdalinacomme vermifuge est en général bien documentée. Néanmoins, il n y a, dans lalittérature, aucune indication sur les quantités de plante utilisés, la concentration de lasolution (rapport quantité de plantes sur le solvant) et la dose administrée.Les résultats de l’enquête montrent que la posologie est presque imprécise à cause del’utilisation de plusieurs unités de mesure. Ceci correspond aux résultats d’enquêtemenée par MUHIRE (2007) dans la région du Nord du Rwanda et ceux deHAVYARIMANA (2007) au Burundi.Les tradipraticiens utilisent soit les bouteilles de Primus de 75 cl, les bouteilles deFanta de 30 cl et d’autre matériel d’usage habituel dans le milieu rural. Donc la doseest variable selon le matériel utilisé, l’espèce de plante, la taille, le sexe, et l’âge del’animal (LARRAT, 1988). B. Discussion sur la prévalence des strongles Les animaux d’expérience du groupe G1 ont une prévalence moyenne d’excrétionfécale d’œufs de strongles de 78%. Quant au groupe G2, la prévalence moyenne 35  
  • 42. d’excrétion fécale d’œufs de strongles est de 77,4% pour les chèvres gestantes et de86% pour les femelles vides. Ces résultats ne divergent pas des résultats récents destravaux de recherches menés dans la région. En effet, au cours d’une étudeépidémiologique d’une année, HITIMANA (2009) a trouvé chez les chèvres, dans lesdistricts de Gisagara et Huye, un taux d’infestation aux strongles de 77% en grandesaison sèche et 75% en petite saison des pluies. GASHURURU (2006) avait aussitrouvé, dans le secteur Kirehe, une prévalence de 81 à 86% selon les saisons. Quant àl’excrétion fécale d’ookystes des coccidies, la prévalence moyenne a été de 73% pourG1 alors qu’elle était de 39% pour G2. Aucune influence du sexe, de l’âge n’a étéobservée sur l’excrétion fécale d’œufs de strongles et d’ookystes de coccidies. Demême, aucune influence du sexe sur le niveau et l’évolution des infestations par lesstrongles n’a été trouvée par HITIMANA (2009).  C. Discussion des résultats des tests de réduction des OPG La méthode de coproscopie quantitative a été utilisée pour apprécier l’OPG desanimaux avant et après traitement car selon POWERS et al. (1982) cités par KADJA etal. (2005), elle reste la seule technique utilisée dans les travaux réalisés en milieu réel.L’évaluation de l’efficacité des solutions préparées à base de Leonotis nepetaefolia et /ou Vernonia amygdalina a été faite selon le test de réduction des OPG à l’imaged’autres auteurs (BEUGNET, 2005 ; GITHIORI, 2004 ; SEVERINE, 2003).A partir de ces plantes, quatre formulations de solution ont été produites à l’IRSTnotamment les solutions Su1 et Sr1, préparées à partir de Vernonia amygdalina +Leonotis nepetaefolia, utilisées en TU1 et TR1 ainsi que les solutions Su2 et Sr2produites à partir de Vernonia amygdalina et utilisées en TU2 et TR2.En TU1 et TU2, les solutions (Su1 et Su2) ont été administrées une seule fois commeindiqués par certains tradipraticiens lors de l’enquête. En TR1 et TR2, elles (Sr1 et Sr2)ont été données en 3 jours successifs, ce qui correspond aux informations issues desde certains tradipraticiens mais aussi d’auteurs comme MUHIRE (2007) et NIANG(1996) pour Vernonia amygdalina seul et HAVYARIMANA (2007) et NIANG (1996)pour Vernonia amygdalina associé à d’autres plantes. 36  
  • 43. Les résultats ont montré que les traitements uniques, à base de solution Vernoniaamygdalina + Leonotis nepetaefolia ou de Vernonia amygdalina seul, ont entrainé uneréduction des OPG sans atteindre le seuil d’efficacité. En effet, de J7 à J28, le taux deréduction des œufs de strongles est resté inférieur à 95% et la limite (inférieure) deconfiance inférieure à 90%.Les résultats ont montré également que les traitements répétés, à base de solution deVernonia amygdalina + Leonotis nepetaefolia ou de Vernonia amygdalina seul, ontentrainé une baisse considérable de l’excrétion fécale d’œufs de strongles gastro-intestinaux durant la période d’étude.En effet, à partir de J7, pour TR1 et J14, pour TR2, le taux de réduction de l’excrétionfécale d’œufs de strongles a été supérieur ou égal à 95% et la limite inférieure deconfiance supérieure à 90%.En se basant sur les principes de la formule de COLES et al. (1992) cités par KADJAet al. (2005), il ressort qu’un traitement répété pendant trois jours avec les solutions Sr1ou Sr2 est efficace contre les strongles gastro-intestinaux des chèvres.Les solutions utilisées en traitement unique n’ont pas été efficaces et ceci peut être liéà la concentration du produit et au nombre de jours de traitement réduits. Ainsi ils’avère nécessaire de poursuivre les recherches pour un traitement unique efficace.Des études ont aussi rapporté une réduction significative de l’excrétion fécale d’œufsde parasites chez les poules (SIAMBA et al., 2007) et les chiens (ADEOLU et al., 2007)suite à l’administration d’extraits de Vernonia amygdalina.Les résultats des analyses chimiques réalisées par certains auteurs montrent que lesprincipaux constituants de ces plantes sont la Léonurine (NICOLE, 1990) et lesglucosides d’anthracène (Anthraquinone), les stéroïdes, les flavonoïdes, les protéines,les sucres réducteurs, les hydrates de carbone, les saponines, les tannins (NFI et al.,1999 ; HÖRDEGEN et al., 2003 cités par GITHIORI 2004 ; NWANJO, 2006)respectivement pour Leonotis nepetaefolia et Vernonia amygdalina. L’activitéanthelminthique de ces plantes, peut être attribuée a ces composés actifs,individuellement ou en combinaison. 37  
  • 44. La composition chimique ou le principe actif des plantes n’étant pas souvent connue,les risques toxiques liés à leur administration restent aussi souvent inconnus. Dans lecas de Vernonia, des études menées chez le rat (NWANJO, 2006) ont montré quel’extrait aqueux de feuilles ne modifie pas les paramètres biochimiques (aspartateamino-transférase, bilirubine conjuguée et non conjuguée) qui permettent d’évaluer lefonctionnement du foie. Ceci laisse supposer que l’extrait aqueux de feuilles deVernonia amygdalina pourrait ne pas avoir d’effets hépatotoxiques lorsqu’il est utilisédans un but thérapeutique ou nutritionnel. D’autres auteurs (ARHOGHRO et al., 2009)ont même démontré que l’extrait aqueux de feuilles de Vernonia amygdalina réduit leseffets hépatotoxiques du tétrachlorure de carbone (CCL4) sur le foie des rats. Cecirésulte d’un effet antioxydant qui a été attribué à ses principaux composants dont lesflavonoïdes.Néanmoins, pour sécuriser l’utilisation de ces plantes (Leonotis nepetaefolia etVernonia amygdalina) comme vermifuge, des études avancées sur les animaux cibless’avèrent nécessaires pour confirmer leur innocuité éventuelle. 38  
  • 45. Chapitre 4 : Conclusions et recommandationsI. ConclusionsL’étude de l’efficacité de deux plantes médicinales : Vernonia amygdalina (Umubilizi) etLeonotis nepetaefolia (Igicumucumu) sur les strongles gastro-intestinaux des caprins aété menée dans les secteurs Maraba, Gishamvu, Ngoma et Mbazi du district de Huyeet Save du district de Gisagara.L’objectif principal de cette étude était d’identifier, par une enquête auprès destradipraticiens, deux principales plantes ou combinaison de plantes utilisées dans letraitement de verminoses, d’en déterminer la dose utilisée afin d’en étudier l’efficacité.Les résultats de l’enquête ont démontré que deux plantes sont plus utilisées qued’autres ; il s’agit d’une combinaison de Vernonia amygdalina + Leonotis nepetaefoliaet de Vernonia amygdalina seul. Cette enquête a aussi permis de déterminer lesconcentrations moyennes des solutions proposées par les tradipraticiens.En fonction de la dose qu’ils administrent, les concentrations (rapport quantité deplantes sur solvant) ont été revues pour correspondre à une dose de 0,33 cl par animalfacilement administrable. Ainsi donc, à partir de ces plantes, 4 types de solution ont étépréparés à différentes concentrations et donnés à quatre lots de chèvres dont deux ontreçu la dose unique TU1 et TU2 et deux autres ont reçu la dose répétée (TR1 et TR2).Ceci, du au fait que certains tradipraticiens proposaient un traitement unique alors qued’autres prônaient le traitement répété.Se basant sur les critères fixés dans le cadre du test de réduction de l’excrétion desœufs (OPG) des strongles, les solutions utilisées en TU1 et TU2 n’ont pas été efficaces.Par contre, les solutions utilisées en traitement répété (TR1 et TR2) se sont avéréesefficaces respectivement dès J7 et J14. En d’autres termes, une dose de 0,33 litresrépétée pendant 3 jours d’une solution composée de 1,81 kg de Vernonia et 1,63 kg deLeonotis macérés dans 6 litres d’eau permet de traiter efficacement les verminoses deschèvres. Il en est de même d’une dose de 0,33 litres répétée pendant 3 jours d’unesolution composée de 56,5 kg de Vernonia macérés dans 22,5 litres d’eau. 39  
  • 46. II. RecommandationsLes résultats obtenus à l’issue de cette étude sont très prometteurs et ouvrent desperspectives intéressantes pour le contrôle des strongyloses gastro-intestinales desruminants en général et des chèvres en particulier au Rwanda. Pour arriver à cettefin, certaines actions devront être menées d’où les recommandations suivantesformulées à l’intention des différents partenaires institutionnels (Proxivet SudRwanda, IRST, RARDA) et des tradipraticiens: Intensifier les enquêtes afin de compiler et conserver le savoir détenu par les tradipraticiens ; Appuyer l’organisation des tradipraticiens en coopératives ; Encourager la valorisation de la pratique de l’ethnomédecine ; Continuer les recherches dans le domaine de la tradimédecine afin de conforter les résultats obtenus au cours de cette étude et d’aboutir à des formes efficaces contre les verminoses facilement administrables, non nocives et de conservation durable. Ces recherches pourront aussi s’intéresser aux plantes efficaces contres les autres maladies d’importance capitale au Rwanda.Pour couronner tout cela, une collaboration étroite entre les différents partenaires et lestradipraticiens s’avère nécessaire. 40  
  • 47.  Références bibliographiquesADEOLU A., ADEDAPO A., OTESILE T., AND SOETAN, K.O (2007). Assessment ofthe Anthelmintic Efficacy of an Aqueous Crude Extract of Vernonia amygdalina.Pharmaceutical Biology, 45 (7), 564 – 568. AL-SHAIBANI I.R.M., PHULAN M.S., ARIJOAND A., QURESHI A. (2008). Ovicidal andlarvicidal properties of Adhatoda Vasica (L.) extracts against gastrointestinalnematodes of sheep in vitro. Pakistan Vet. J., 28 (2), 79-83. ARHOGHRO, E.M., EKPO, K.E, ANOSIKE, E.O., IBEH, G.O. (2009). Effect ofAqueous Extract of Bitter Leaf (Vernonia Amygdalina Del) on Carbon Tetrachloride(CCl4) Induced Liver Damage in Albino Wistar Rats. European Journal of ScientificResearch, Vol.26 No.1, pp.122-130. BEUGET F., (2005). La résistance aux antiparasitaires chez les parasites des chevaux. Bull.Acad. Vét. France, Tome 159-No 1, p87. www.academic-veterinaire-France.fr (Page consultéle 11/08/2009).BUTTLER G.W. et BAILEY R.W., (1973). Chemistry and Biochemistry of Herbage,http://www.fao.org/ag/aga/AGAP/Ida/Vernonia%20amygdalina.htm (Page consultée le11/08/2009).BYAVU N. (1980). Phytothérapie traditionnelle pour les élevages des bovines dans laplaine de Ruzizi (Zaïre). Mémoire de fin d’études, laboratoire de botanique etd’écologie, Université Nationale du Zaïre, 105p.CAMERON A. (2004). FECR4: Egg Count Reduction Test Analysis. Aus.Vet. AnimalHealth Services. University of Sydney. 41  
  • 48. FAO, (1992). Petits ruminants ; production et ressources génétiques en Afriquetropicale. FAO Production et Santé animale no 104, Rome, 88 : 1014-1197.FAO, (2004). Guidelines resistance management and integrated parasite control inruminants. FAO Animal Production and Health Division, Rome, 216p.GASHURURU R., (2006). Prévalence des principales helminthoses chez les caprinsdans la zone de Kirehe. Mémoire pour le grade d’Ingénieur Technicien A1, ISAE, 61p.GITHIORI J.B., (2004). Evaluation of anthelmintic properties of ethnoveterinary plantpreparations used as livestock dewormers by pastoralists and small holder farmers inKenya. Doctoral thesis, Swedish University of Agricultural Sciences Uppsala, Swedenand International Livestock Research Institute (ILRI), Nairobi, Kenya, 72p.HAVYARIMANA D., (2007). Contribution à l’étude des plantes utilisées dans lamédecine vétérinaire traditionnelle au Burundi. Cas de la Commune Rutovu, Universitéde Burundi, 25p.HITIMANA MUHIRWA E., (2009). Contribution à l’étude de l’épidémiologie desparasites gastro-intestinaux chez les caprins : «Cas des secteurs Gishamvu, Maraba etSave». Mémoire pour le grade d’Ingénieur Agronome A0, UNR, 61p.KADJA M.C., BIAOU F.C., KANE Y., KABORET Y., PANGUI L.J. et ABIOLA F.J.,(2005). Efficacité d’une formulation d’anthelminthique injectable à base d’albendazolesulfoxide sur les nématodes gastro-intestinaux du dromadaire (Camelus dromedarus)au Sénégal. Rev. Méd. Vét., E.I.S.M.V., Dakar (Sénégal) 156, 5, 332-335 p.LARRAT R., (1988). Manuel vétérinaire des agents techniques d’élevage tropical. 2ièmeédition, Institut d’ Elevage et de Médecine Vétérinaire des pays tropicaux, Paris, p533.MARIAM G., (2009). Vernonia amygdalina. http://chezmarie.nuxit.net (Page consulté le21/10/2009). 42  
  • 49. MUHIRE L., (2007) Contribution à l’étude de la phytothérapie appliquée aux animauxdomestiques dans les zones riveraines du Parc National des volcans. Cas du secteurde Kinigi. Mémoire pour le grade d’Ingénieur Technicien A1, ISAE, 75p.NICOLE M., (1990). Arbres et arbustes des régions de l’ Est du Rwanda. ISAR,MINAGRI, Kigali, 140p.NSHIMIYIMANA J., (2006). Cours de parasitologie et maladies parasitaires. Inédit.,ISAE Busogo, 98p.NWANJO H., (2006). Effect of aqueous extract of Vernonia amygdalina leaves onbiochemical indices of liver function in rats. Journal of Medical Laboratory Science, Vol15, No 1.PAMPLONA-ROGER G., (2001). Guide des plantes médicinales. Volumes1, Edition vieet santé, MARPA Artes Graficas-E-50172 Alfajarin, Zaragoza, Espagne, 398p.PONGOMBO S.E.M., (2007). Cours d’ethnomédecine vétérinaire. Inédit., ISAE, 48p.RUMENERA J., (2006). Contribution à l’étude de l’ethnomédecine vétérinaire dans ledistrict de Huye. Mémoire pour le grade d’Ingénieur Technicien A1, ISAE, 75p.SEVERINE P.T., (2003). Données récentes sur la résistance aux anthelminthiques desstrongles gastro-intestinaux des ruminants. Thèse, Ecole Nationale Vétérinaire deToulouse, 95p.SIAMBA D.N., OKITOI L.O., WATAI M.K., WACHIRA A.M., LUKIBISI F.B. andMUKISIRA E A (2007) : Efficacy of Tephrosia vogelli and Vernonia amygdalina asanthelmintics against Ascaridia galli in indigenous chicken. Livestock Research forRural Development. Volume 19, Article #176. Retrieved April 6, 2010, fromhttp://www.lrrd.org/lrrd19/12/siam19176.htm. 43  
  • 50. THIENPONT D., ROCHETTE F., VANPARIJS O.F.J., (1995). Le diagnostic desverminoses par examen coprologique. 2ième édition. Janssen Research Foundation,Beerse, Belgique 205p. 44  
  • 51. Annexe 1: Questionnaire d’enquête sur les phytomédicaments efficaces contre lesverminoses menée chez les tradipraticiens dans les districts de Huye et GisagaraI. GénéralitésProvince : ………………………………… District :……………………………Secteur :…………………………………. Cellule :…………………………….Village :…………………………………… Date :………………………………. Enquêteur :…………………………..II. Identification du tradipraticienNom:…………………………… Sexe :…………………………Age :…………………………… Niveau d’éducation :……………..III. Principales activités du tradipraticienMédecine traditionnelle : ………….. Salarié :………………………Elevage :…………………………………. Agriculture :……………………Commerce :……………………………… Autres :………………………… 45  
  • 52. IV. Origine du savoir et expérience en médecine traditionnelleEcole :………………………………….. Expérience :………………………Formation :…………………………….. Commentaire :…………………….Héritage :………………………………..V. Organisation des tradipraticiens Association :………………………. Individuel :………………………...  46  
  • 53. VI. Plantes utilisées dans le traitement des verminoses NO Nom Nom Parties utilisées vernaculaire scientifique Racine Tige Graine feuille EcorceVII. Quels problèmes rencontrez – vous dans votre métier : 1. ……………………………………………………………………………………… 2. ……………………………………………………………………………………… 3. ……………………………………………………………………………………… 4. ……………………………………………………………………………………… 5. ……………………………………………………………………………………… 6. ……………………………………………………………………………………… 7. ……………………………………………………………………………………… 8. ……………………………………………………………………………………… 9. ……………………………………………………………………………………… 10. ………………………………………………………………………………………X. Disposition à collaborer dans le cadre de l’étude qui sera menéeOUI : NON : 47  
  • 54. Annexe 2: Fiche d’identification des animaux pour l’étude sur l’efficacité des plantescontre les verminoses Date : Espèce : Secteur :ELEVEUR VILLAGE NO SEXE RACE ROBE AGE NOMBRE ETAT VELAGE PHYSIOLOGIQUE 48  
  • 55. Annexe 3: Autres plantes médicinales les plus utilisées contre les verminosesNo Nom Nom scientifique Partie utilisée Quantité (*) vernaculaire Bovin Caprin et ovin (adulte) (adulte) 1 Igicumucumu Leonotis Feuilles 0,72 l/ jr x 3 0,33 l/ jr x 3 nepetaefolia 2 Umuko Erythrina Feuilles 1 l/ jr x 2 0,5 l x 3 jrs 3 Gitinywa Feuilles 2 l / jr 1 l/jr4 Umuno Clausena anisata Feuilles et ½ l /jr x 7 ¼ l x 4 jrs racines 5 Umusabanyama Rytigynia beniensis Feuilles ½ l /jr x 3 0,33 l/ jr x 36 Umukuzanyana Clerodendrum Feuilles - - myricoides7 Umubuza Dichrocephala Feuilles et ½ l /jr x 3 0,33 l/ jr x 3 integrifolia racines 8 Umwicanzoga Cassia occidentalis Feuilles - -9 Umwishywa Momordica Feuilles ½ l /jr x 5 ¼ l x 3 jrs charantia10 Kanyamapfundo _ Feuilles ½ l /jr x 7 ¼ l x 2 jrs11 Umuravumba Tetradenia riparia Feuilles ½ l /jr x 2 ¼ l x 3 jrs12 Igicunshu Coleus Feuilles 1 l/ jr x 2 ½ l x 3 jrs kilimandschari13 Indarama Basella alba Feuilles ½ l /jr x 7 ¼ l x 4jrs14 Igifurarinda Gynura scandenses Feuilles ½ l /jr x 3 0,33l/ jr x 315 Imigwegwe Agave sisalana Feuilles - - Perr.16  Igishangi _ Feuilles, racines 1½ l/jr x 6 0,75 l/jr x 417  Umuhoko Phytolacca Feuilles 0,72 l/jr x 3 0,33 l/jr x 3 dodecandra18  Umudwedwe Plumeria alba Feuilles 1 l/ jr x 2 0,5 l/jr x 319  kamenamaseke polygola luteoviridis Feuilles 2 l /jr 1 l/jr20  Kazibannyo Lycopodium Feuilles ½ l/jr x 5 ¼ l x 3 jrs clavatum L.21  Ubushohera Azolla sp. Feuilles ½ l/jr x 7 ¼ l x 2 jrs22  Umutarishonga Cluytia abyssinica Feuilles ½ l/jr x 2 ¼ l x 3 jrs23  Umusave Markhamia lutea Feuilles et ½ l/jr x 5 ¼ l x 3 jrs racines24  Umusasa Dodonea viscosa Feuilles ½ l/jr x 7 ¼ l x 2 jrs25  Umuzigangore Ludwigia abyssinica Feuilles ½ l/jr x 2 ¼ l x 3 jrs26  Igifashi Cyathula uncinulata Feuilles ½ l/jr x 2 ¼ l x 3 jrs27  Umubogera - Feuilles 1 l/ jr x 2 0,5 l x 3 jrs28  Umunamba - Feuilles, écorces ½ l/jr x 3 0,33l/jr x329  Umwenya Ocimum Feuilles ¾ l/ jr x 3 0,33l/ jr x 330  Umushikili - Feuilles 1 l/ jr x 2 ½ l x 3 jrs31  Bambuwa - Feuilles 1½ l/jr x 6 ¾ l/jr x 432  Umwembe Mangifera indica Feuilles, écorces 1½ l/jr x 6 ¾/jr x 4l : litre jr : jour 49  
  • 56. Annexe 4 : Photos des plantes médicinales inventoriées lors de lenquête N0  Nom  Photos et sources 1  N.S. :   Leonotis  nepetaefolia    N.V.:                                  Igicumucumu  http://www.ethnopharmacologia.org/default.asp?page=prelude2008&action=prelude Nom&med=v&plante=Leonotis%20nepetaefolia%20(R.%20Br.)%20Ait.%20f. 2  N.S.:   Erythrina  abyssinica.                                          N.V. :   http://www.ethnopharmacologia.org/default.asp?page=prelude2008&action=prelude Nom&med=h&plante=Erythrina%20abyssinica%20Lam.  Umuko 3  N.S. :   Clausena  anisata    N.V. :                     Umuno  http://www.ethnopharmacologia.org/default.asp?page=prelude2008&action=prelude Nom&med=v&plante=Clausena+anisata+(Willd.)+Hook.+f.+ex+Benth. 4  N.S. :  Clerodendrum  myricoides                   N.V. :  http://www.google.fr/#hl=fr&source=hp&q=Clerodendrum+myricoides&btnG=Recherc Umukuzanya  he+Google&meta=&aq=f&oq=Clerodendrum+myricoides&fp=26f21cbdbeb3d18b   N.S. : Nom scientifique       N.V. : Nom vernaculaire  50  
  • 57. 5  N.S. :   Cassia  occidentalis  N.V. :                     Umwicanzoka  http://fr.search.yahoo.com/search?rd=r1&p=Cassia+occidentalis+L&toggle=1&cop=mss&e i=UTF‐8&fr=yfp‐t‐703 6  N.S. : Momordica  charantia L    N.V. :             Umwishywa  ttp://www.google.fr/#hl=fr&q=Momordica+charantia+L&meta=&aq=&oq=Momordica+ch arantia+L&fp=26f21cbdbeb3d18b 7       N.S. :  Tetradenia  riparia  N.V. :  Umuravumba             http://www.ethnopharmacologia.org/default.asp?page=prelude2008&action=preludeN8       N.S. :  Coleus  Kilimands‐ chari  Guerke    N.V. :  Igicunshu  http://www.ethnopharmacologia.org/default.asp?page=prelude2008&action=preludeNo9       N.S. :  Agave  Sisalana  N.V. :Umug‐                           wegwe  http://www.google.fr/#hl=fr&q=Agave+sisalana+&meta=&aq=&oq=Agave+sisalana+&fp=2   6f21cbdbeb3d18b  N.S. : Nom scientifique       N.V. : Nom vernaculaire  51  
  • 58.  10  N.S.:   Basella alba     N.V. :  Indarama          http://fr.search.yahoo.com/search;_ylt=A1f4cfkBAVdLbSoBe2BjAQx.?p=indarama&fr2=sb‐ top&fr=yfp‐t‐703&rd=r1&sao=0 11  N.S.: Plumeria  alba    N.V. :         Umudwedwe  http://www.ethnopharmacologia.org/default.asp?page=prelude2008&action=preludeNom &med=v&plante=Tabernaemontana+stapfiana+Britten 12  N.S. :  Lycopodium  clavatum L.  N.V. :        Kazibannyo  http://www.ethnopharmacologia.org/default.asp?page=prelude2008&action=preludeFami lle&med=v&famille=Lycopodiaceae 13  N.S. :  Phytolacca  dodecandra          N.V. :  http://www.google.fr/#hl=fr&q=Phytolacca+dodecandra&meta=&aq=&oq=Phytolacca+do decandra&fp=26f21cbdbeb3d18b  Umuhoko N.S. : Nom scientifique       N.V. : Nom vernaculaire   52  
  • 59. Annexe 5 : Dose administrable des solutions préparées à base de Vernoniaamygdalina+ Leonotis nepetaefolia et de Vernonia amygdalina et fréquence detraitement pour les bovins Vernonia amygdalina Vernonia amygdalina et Leonotis nepetaefolia 1. VACHES DOSE UNIQUE Quantité moyenne Umubilizi (kg) 4,5 3,5 Quantité moyenne Igicumucumu (kg) 2 Quantité moyenne d’eau (l) 12 3 Dose journalière (l) 12 DOSE REPETEE Quantité moyenne Umubilizi (kg) 2,4 3 Quantité moyenne Igicumucumu (kg) 1,4 Quantité moyenne d’eau (l) 7,1 3 Dose journalière (l) 2,1 Nombre moyen de fois 2,2 2,6 Intervalle moyen de traitement 1 2’5 2. VEAUX DOSE UNIQUE Quantité moyenne Umubilizi (kg) 0,9 1,6 Quantité moyenne Igicumucumu (kg) 0,6 Quantité moyenne d’eau (l) 2,6 2,7 Dose journalière (l) 2 DOSE REPETEE Quantité moyenne Umubilizi (kg) 1,8 1,9 Quantité moyenne Igicumucumu (kg) 1 Quantité moyenne d’eau (l) 3,8 2,5 Dose journalière (l) 0,9 Nombre moyen de fois 2,3 1,7 Intervalle moyen de traitement 0,8 1,3  53