Journal du Citoyen 4

  • 341 views
Uploaded on

Le Journal du Citoyen est un nouveau rendez-vous avec l’information et l’actualité politique tunisienne. Axé sur la préparation des futures élections, ses numéros d’automne seront consacrés à la …

Le Journal du Citoyen est un nouveau rendez-vous avec l’information et l’actualité politique tunisienne. Axé sur la préparation des futures élections, ses numéros d’automne seront consacrés à la Constituante.

Fleurissante après la révolution du 14 janvier dernier, la vie politique tunisienne n’en demeure pas moins complexe par ses enjeux et le foisonnement de ses formations politiques.

Qu’il s’agisse d’analyser les questions de fond comme la place des courants religieux, la question de la parité ou encore de décrypter les aspects pratiques des processus électoraux à venir, le Journal du Citoyen cherchera surtout à écouter les attentes des Tunisiens. Il essayera d’apporter un regard critique et constructif sur cette nouvelle page de l’histoire du pays.

La rédaction, riche de journalistes issus de différents médias (presse écrite, radio, télévision) bénéficie d’un encadrement spécialisé sur les questions électorales et du soutien du Syndicat National des Journalistes Tunisiens (SNJT).

Notre équipe se déplacera à votre rencontre en région afin de rendre compte de la diversité des opinions et des initiatives qui font la force de la Tunisie d’aujourd’hui.

Disponible en arabe et en français, le journal est fait par et pour les citoyens tunisiens, bonne lecture !

L'institut Panos Paris et Le Syndicat National des Journalistes Tunisiens

Avec le soutien de l'UE.

More in: News & Politics
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
    Be the first to like this
No Downloads

Views

Total Views
341
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1

Actions

Shares
Downloads
1
Comments
0
Likes
0

Embeds 0

No embeds

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. Numéro 4 Ne peut être vendu Editorial Les Libyens à Djerba :Le transfert de la mouvance Oxygène de l’économiede l’espace et du temps L’île de Djerba a toujours été la destination d’un grand nombre de touristes venant de partout dans le monde en vertu des caractéristiques particulières de cette région unique parLes contes et les histoires que nous relatons atterrissentdans des espaces restreints et fermés pour leur assurer la beauté de la mer et la profondeur du désert. Et bien que l’île est traditionnellement unediscrétion et réserve, et ainsi permettre les sous-entendus destination importante pour les Libyens, le nombre des visiteurs Libyens a augmenté deet l’expression des symboles et ne sont divulgués ouver- façon significative après la Révolution libyenne, qui a éclaté en Février 2011. Mais en dépittement que lorsqu’il s’agit des choses courantes de la vie. du rétablissement du calme en Lybie, la reprise d’une vie normale et le retour de la sécurité,C’est comme quant on dit « il est dépourvu de tout moyen beaucoup de Libyens restent encore à Djerba ; alors à quel point ce nombre important dede survie et de dignité », une telle information n’atteint touristes Libyens est en mesure de contribuer au progrès de l’économie? Et quelle est laque les personnes qui, par dévotion, font la charité en nature de leurs relations avec les habitants de la région?étant convaincues qu’un tel acte les rapproche de Dieu.Mais avec l’avènement des médias, la vérité a petit à pe-tit fait son petit bonhomme de chemin avec une pléthored’histoires puisées dans le quotidien douloureux des genset des peuples et rapportées dans un style dramatique quiexpose différents problèmes allant du plus général au plusparticulier.L’avancée technologique contribue à la diffusion de ces his-toires parmi les membres de notre village planétaire. Uneautre culture est née dont l’essence n’est autre que la liber-té d’expression et sa forme d’interaction. Elle traverse lesbarrières sociales et démultiplie notre société en plusieurssociétés et groupes indépendants qui produisent leurspropres informations et dont les membres créent leursnouvelles dans les lieux qu’ils choisissent et au moment quileur convient bien au delà de la notion conventionnelle del’espace et du temps.Sous l’effet des blogs qui ont assigné aux médias conven-tionnels un coup fatal, la censure apparait comme une Selon les statistiques publiées par la Banque Les statistiques de la Banque Africaine dealternative ridicule et désespérée du moment où les indivi- Africaine de Développement, la Tunisie est Développement, révèlent que 2 pour centdus sont en mesure d’intervenir et de faire bouger les eaux la première destination des Libyens depuis uniquement des Libyens résident dans desstagnantes à travers des médias nouveaux et innovants. 2003, avec une moyenne d’un million et demi hôtels, et selon les analystes, en l’absenceIl s’agit d’un tremblement de terre dans la sphère de l’infor- de touristes chaque année. Les mêmes sta- de chiffres officiels, la moyenne de leursmation conventionnelle. Le citoyen publie les informations tistiques indiquent qu’un million et 800 000 dépenses varie entre 200 et 400 dinars paret les photos en utilisant divers outils sur un support diffé- libyens ont visité la Tunisie en 2010 et que ce semaine. D’après ces données et ces chiffres,rent dans un autre temps. Tout citoyen muni d’un ordina- nombre devrait atteindre deux millions en nous pouvons constater que la contributionteur et d’une connexion Internet est en mesure de relater 2013. des Libyens à l’état d’avancement de l’éco-les informations de sa région, ses soucis, ses joies et ses En ce qui concerne l’île de Djerba, selon nomie est extrêmement importante. Pourmalheurs et de couvrir des évènements qui seront par la les statistiques de la direction régionale de confirmer cette idée, nous avons fait un toursuite repris par les médias classiques. tourisme à Médenine, et compte tenu du dans l’île et on a rencontré M. Walid Kham-Je voudrais que ces vidéos et ces informations, qui nombre de nuitées passées pendant le pre- mar, gérant d’un restaurant à Houmt Souk,échappent aux circuits conventionnels, entrent sans à- mier trimestre de l’année 2012, le nombre a l’une des communes de l’île de Djerba, et ilcoups et sans aucun contrôle dans le cadre de la liberté quadruplé par rapport à la même période de nous a confirmé que les Libyens contribuentd’expression et la divulgation de la vérité. En fait, ces infor- 2011, en passant de 3954 nuitées à 32 070 fortement dans le cycle économique, à tra-mations ont constitué un tournant qui a permis de diver- nuitées. Bien qu’il est important, ce chiffre vers leur consommation à la fois en termesifier les acteurs et d’augmenter leur nombre. Des incon- n’indique pas le nombre total des Libyens quantitatif et qualitatif, et il a ajouté qu’ilsnus et des marginaux font maintenant partie de la carte sur l’île, car beaucoup d’entre eux ne font peuvent dépenser entre 80 et 150 dinarsmédiatique, normalement régie par divers us et interdits, pas de réservations dans des hôtels, mais par jour. Mais il a dit précisé que la majoritéet se voient devenir une source d’information qui est des louent des maisons et des appartements des clients du restaurant sont les familles etfois prise en considération comme elle est des fois taxée de à proximité des centres commerciaux du que les jeunes qui viennent seuls préfèrentmanque de fiabilité même si elle est véridique. centre-ville ou à proximité des cliniques. l’hôtel. Dans ce même contexte, on a posé la (Suite page 2) (Suite page 3) Coordinateurs : Mongi Aouinet, Ayari, Lotfi Touati Rédaction : Néjiba Hamrouni, Charles Secrétariat de rédaction : Manel Mejri, Ghabri Olfa, Mohamed Boughanmi, Rim Autheman et Sylvaine Petit Mohamed Drissi Raoudha Selmi, Karima Ben Frej, Marwa Sahli, Wafa Formateurs : Sabah Mahmoudi, Traduction : Ben Youssef, Melek Lakdar, Ghawari, Chokri Belhedi, Florence Al Aswad, Moncef SETRA Traductions Zahra Ben Kalma, Hattab Fezai. Mai 2012 Le Journal du citoyen est édité dans le cadre d’un programme financé par l’Union européenne http://journalducitoyen.wordpress.com/ Contact : ma.coordinateur@gmail.com Imprimerie : Imprimerie des Berges du Lac, imprimeriedulac.com
  • 2. 2 Journal du Citoyen • Numéro 4Le tourisme à Yasmine Hammamet : BilletUne reprise relative dans le secteur «Votes pour moi…du tourisme au cours de cette année Je ne te représente pas » Ils se sont assemblés devant le siège de l’Assemblée Constituante; d’autres reviennentla zone touristique à Hammamet est la destination touristique pour nombreux touristes de différentes pour la deuxième journée d’affilée après avoirnationalités. Il ya plus de 100 hôtels dans cette ville mais le tourisme n’a pas vraiment bien repris dans été épuisés par la longue attente d’hier ... Ils sontcette région jusqu’à maintenant. arrivés très tôt le matin avec beaucoup d’espoir dans la réalisation de leur aspirations ou une lueur d’espoir de voir apparaisse les représentants des parties politiques qui ont remportés les élections. Les autres sont des représentants qui n’ont fait que jouer des rôles et qui n’ont représenté que les partis au lieu de représenter Kasserine et les demandes des jeunes de la révolution qui était hier encore leur slogan de campagne électorale. Les bureaux des représentants sont fermés, puisqu’ils n’ouvrent que pour vendre des illusions et recueillir des votes pour une seule raison: “Profiter de la révolution et arriver au pouvoir.” Entre hier et aujourd’hui, un seul bureau a été ouvert pour recueillir les demandes des gens venus de parts et d’autres du pays fatigués et épuisés de l’attente: des files d’attente, des attentes de promesses qui ont confisqué les rêves des jeunes et rompu le silence des années. Wafa GhawaryLe secteur de tourisme en Tunisie est passé rétablissement de la confiance du touriste danspar plusieurs changements. En Mars de le pays. Il a ajouté que « certains hôtels ont étél’année courante, le chargé d’information et fermés après la révolution.»de communication au Commissariat Régional Comparé à l’année 2011, le secteur du tourismede Tourisme à Hammamet a indiqué qu’il y s’est détériorée en raison d’une variétéa une reprise relative du tourisme. «Le faible d’événements tels que la situation tendue surtaux d’arrivage des touristes était très marqué la frontière tuniso-libyenne, les événements enaprès la décision de certains touristes français Libye et ceux de Lampedusa qui ont conduitde changer leur destination vers l’Espagne et à l’effondrement des marchés italien et libyenla Turquie.» Il a affirmé que la situation s’est et donc à la perte de marchés touristiquesglobalement améliorée en comparaison avec la importants.situation désastreuse du secteur de tourisme à Toutes ces conditions, en plus de la propagationHammamet, mais l’espoir d’une reprise d’activité du désordre et des mouvements de protestation Cependant, tous les indicateurs montrent que ladu secteur dans les prochains jours dépend du et les sit-in, ont conduit à l’effondrement du saison touristique de 2010 a connu une crise se tourisme et à la fermeture de plusieurs traduisant notamment par la faible activité du (Suite de l’Editorial) établissements touristiques. pôle touristique à Yasmine Hammamet qui n’a Le chargé de l’information et de la jamais auparavant, selon certain fournisseurs de Il est maintenant possible d’aborder des sujets tels communication au Commissariat Régional que l’éducation et la santé, les zones rurales et les res- services touristiques, connu un tel recul du taux de Tourisme à Hammamet a déclaré que de visite. ponsables, la drogue et la marginalisation ou encore l’année 2011 et la pire année dans l’histoire Il est à constater que la zone touristique de la fouille des poubelles et des égouts. Désormais, les du tourisme en Tunisie, mais cela ne nie pas Nabeul - Hammamet compte pour plus de 20% journaux de tous bords s’expriment et montrent que le fait que « notre tourisme souffre depuis nous vivons actuellement l’ère de la libre expression de la capacité d’accueil totale en 2007 selon les 2000.». Le nombre de touristes allemands mais également celle de l’expression anarchique. Qui publications de l’Office National de Tourisme qui ont visité la Tunisie en 2011 a baissé de pourra donc raisonner et indiquer le tempo ? Avec et plus de 4% du volume d’investissements 41 pour cent par rapport à 2010. l’amenuisement des distances entre les régions et dans les secteurs d’hébergement et d’animation Le ministère du Tourisme a déclaré que 270 les villages isolés au sein d’une même patrie ce n’est touristique. mille touristes allemands ont visité la Tunisie autre que le citoyen qui rapporte les nouvelles et ex- Le tourisme tunisien couvre également 60% du en 2011, contre 485 000 600 en 2010. prime son point de vue pour devenir ainsi un citoyen déficit commercial, et représente 6,5% du produit multiple et diversifié à l’image de l’information qui Mais en 2010, les statistiques publiées par l’Institut National de Statistique ont indiqué intérieur brut, en plus du fait que le secteur du nous illumine à moindre coût. une baisse du nombre de touristes visitant tourisme est un secteur à forte capacité d’emploi Le journalisme classique de proximité est-il donc en la Tunisie durant les cinq premiers mois de puisqu’il fournit 400 mille emplois directs et voie d’extinction au profit du journalisme électro- nique de proximité ? 2010 ce qui représente 1,9 pour cent (3 pour indirects, selon les statistiques de l’Office National Sabeh Mahmoudi cent des touristes venant d’Europe et 1 pour du Tourisme tunisien. cent des touristes des pays du Maghreb). Marwa Sahli
  • 3. Numéro 4 • Journal du Citoyen 3Coupure d’eau d’irrigation à Borj Ettoumi: La saison agricole, survivra-t-elle ?Un grand nombre de jeunes agriculteurs se sont réunis à Borj Ettoumi dugouvernorat de la Manouba très tôt le matin dans un des cafés populaires dela région alors qu’à cette heure là, ils étaient censés commencer à travaillerleurs terres. A l’origine de ce chômage, la coupure d’eau d’irrigation depuisenviron un mois et demi qui les a obligé à cesser l’activité agricole malgréque la saison des tomates a commencé. Quelles sont les implications dela coupure d’eau d’irrigation sur la saison agricole? Et quelles sont lessolutions proposées par les responsables régionaux pour rétablir l’eaud’irrigation et sauver la saison agricole. . Moncef Salmi Wissem Ayari Saad LekhzémiBorj Ettoumi est une région agricoledans laquelle les agriculteurs souffrent Soif et autres problèmes sont devenus incapables de payer le investisseurs de vastes terres revenantde nombreux problèmes, et la situa- Parmi les problèmes rencontrés par coût de l’irrigation, ce qui a, à son tour, à l’état ce qui leur génèrent d’énormestion s’est aggravée depuis environ un les agriculteurs dans la région de Borj accumule leurs dettes causant la cou- profits. Lasaad Khézami, expliquemois et demi quand l’eau d’irrigation Ettoumi, est celle de l’aggravation de pure d’eau d’irrigation. » Le directeur dans ce sens : «le petit agriculteur louea été coupée surtout que la saison est la dette qui est la raison principale du Groupement de l’eau affirme que le la terre d’un grand agriculteur moyen-très sensible vu que c’est la saison de des coupures d’eau d’irrigation. La taux de dette est très élevé et que les nant une somme très élevée pour latomates produites en grandes quanti- plupart des agriculteurs ne paient agriculteurs doivent payer vingt pour culture de tomates ou de pommes detés dans cette région. Najem Essafi, 32 pas leurs dettes dues du coût de l’eau cent de leur dette, estimée à 68 mil- terre, tandis que l’investisseur obtientans, agriculteur de la région affirme: d’irrigation, et dans ce contexte Saad lions de dinars tunisiens pour rétablir la terre pour une somme modique,«Nous sommes dans une situation Lekhzémi, 40 and, agriculteur indique l’eau d’irrigation. ne l’exploite pas, et n’emploie pas lescritique en raison de l’interruption de : «parmi les raisons pour lesquelles La coupure de l’eau d’irrigation à Borj jeunes de la région ce qui cause unel’eau d’irrigation qui aura des réper- les dettes se sont accumulées est le Ettoumi implique l’interruption de la perte pour le petit agriculteur et aug-cussions dramatiques sur la saison manque de facilités prévues pour vie, parce que l’activité principale de mente le chômage».agricole et qui provoquera une grande l’agriculteur modeste et le faible taux la plupart des familles est l’agricul-perte pour l’agriculteur, car il a dépen- d’indemnisation pour les dommages ture. A propos des raisons de l’inter- Solutions impossiblessé beaucoup d’argent pour acheter des causés aux agriculteurs par les inon- ruption de l’eau d’irrigation pour cette En ce qui concerne des solutions quimatières premières mais il est encore dations ainsi que le coût très élevés région dans cette période sensible de peuvent aider les agriculteurs à sur-jusqu’à aujourd’hui incapable de tra- des matières premières et du matériel la saison de tomate, M. Moncef Salmi, monter ces obstacles, le directeur duvailler et n’a même pas commencé la d’irrigation «goutte à goutte», malgré président du Groupement de l’eau groupement M. Moncef Salmi indiquecultivation en raison de la coupure de sa modeste qualité. Ces problèmes ont «al wifaq» à Borj Ettoumi explique: que les autorités régionales sontl’eau d’irrigation». alourdi le fardeau des agriculteurs qui «L’accumulation des dettes n’est pas la conscientes de ces problèmes et sur- seule raison, mais la corruption finan- tout du problème de l’eau d’irrigation, cière de l’ancienne assemblée du grou- mais la solution, reste cependant, dans pement de l’eau et des investisseurs la main de l’agriculteur et elle consiste est aussi l’une des principales raisons à payer la dette. de la détérioration de la situation qui a Dans ce contexte, le maire de Borj aussi conduit à la coupure d’eau d’irri- Ettoumi, M. Wissem Ayari, affirme que gation pour les agriculteurs pendant la les problèmes de l’agriculture dans la saison de pointe». région ont été soulevées avec le préfet Les agriculteurs de Borj Ettoumi sont du Battan mais en ce qui concerne le confrontés à de nombreux problèmes, problème de l’eau d’irrigation, la déci- et parmi les facteurs qui ont contri- sion du ministre de l’Agriculture reste bué à la détérioration de la situation claire à ce sujet : « il faut absolument et à l’aggravation du chômage parmi payer vingt pour cent de la dette pour les jeunes, dont la solution est lié au chaque agriculteur pour restituer l’eau secteur agricole dans la région, est d’irrigation. le problème de l’exploitation par les Olfa Gharbi/Photos: Hattab Fazai (Suite de la page 1)question à M. Kamal, vendeur de fruits secs, qui a général, ils sont pacifiques et bons, mais les pro- souligné fermement que les Libyens sont le mo-confirmé que les Libyens sont le véritable moteur blèmes sont en général causés par les jeunes, en teur de l’économie. Mais en dépit de cette reprisedu commerce, soulignant leur forte consomma- particulier à cause de leur conduite irresponsable relative, les parties prenantes dans le secteur dution par rapport aux Tunisiens, à la fois en termes des voitures. Madame Basma, employée dans un tourisme doivent assumer la responsabilité dede la valeur et de la quantité de ce qu’ils achètent, hôtel, a fait le même constat et a considéré que les leurs rôles et travailler également pour ameneret précisant qu’ ils achètent parfois ce dont ils ont Libyens, et indépendamment de leur contribution les touristes étrangers d’autres pays. En fait, àbesoin en gros, et pas en détail. à l’économie, représentent une source de préoc- cause des changements qu’ont connu la TunisieTout le monde est du même avis concernant le fait cupation en vue des problèmes qu’ils causent de et la région, on ne peut plus se contenter tout sim-que les Libyens sur l’île sont la cause de reprise plus en plus notamment le harcèlement sexuel ou plement et uniquement des touristes libyens, enéconomique, mais cela ne nie pas qu’ils causent l’exploitation de certaines filles pour des trans- particulier depuis que l’Algérie a annoncé qu’elleparfois certains problèmes. M. Abdul Aziz Al-Rais, gressions morales. Mme Basma a estimé que le allait entrer dans la compétition avec la Tunisiechauffeur de taxi, a indiqué que les Libyens repré- phénomène s’amplifie malgré la vigilance des et le Maroc pour attirer les touristes en adoptantsentent la première cause des hausses des prix, agents de la sécurité et la détection de plusieurs de nouvelles stratégies visant à améliorer la pro-en particulier dans le domaine de la location, et réseaux de prostitution récemment. motion touristique. Par conséquent, trouver deque les loyers se sont envolés à cause des Libyens Ces problèmes ne sont pas importants si on les nouvelles stratégies pour attirer les touristes estqui louent les appartements meublés. Il a ajouté compare aux aspects positifs de la présence de devenu une question d’urgence, d’autant plusque, dans plusieurs cas, ils étaient la cause de Libyens à Djerba, puisque les chiffres confirment que la Tunisie compte sur le tourisme comme unl’interruption de l’approvisionnement en certains que la reprise économique locale dans la région secteur qui, à la fois, génère des revenus pour leproduits de base sur l’île. En ce qui concerne leur de Djerba est particulièrement due aux Libyens pays et offre plusieurs opportunités d’emploi.comportement , M. Abdul Aziz a souligné qu’en et les habitant sont allés dans le même sens et ont Reportage de Manal Mejri
  • 4. 4 Journal du Citoyen • Numéro 4 Kasserine «Time for action» ! Centre des Jeunes Dirigeants d’Entreprise Les sources naturelles, meilleur allié de développement économique durableSous le thème : “Gouvernorat de Kasserine : Les avantages comparatifs naturels, sources de nord, sud et la côte.. On a créé un pôle Centredéveloppement économique et social”, le CJD (Centre des Jeunes Dirigeants d’Entreprise) a mis le cap qui englobe Sousse, Monastir, Mahdia, Kairouan,sur la ville de Kasserine, le samedi 31 mars 2012. Kasserine et bientôt Sidi Bouzid. Ce pôle permet- tra un échange au long terme entre les hommes et les femmes d’affaires de toutes ces régions avec les compétences intellectuelles des jeunes diplô- més dans les villes marginalisées.. En parlant de cette journée du samedi à Kasse- rine, qu’est ce qui a fait que vous choisissiez ce gouvernorat plutôt qu’un autre ? La journée du samedi à Kasserine est le résultat de deux mois d’échanges et de dialogues entre les CJD de Sousse et de Tunis, plusieurs repré- sentants de l’UTICA et les hommes d’affaires et les jeunes kasserinois. Nous avons tenu plusieurs réunions avant d’organiser cette journée. Notre plan d’action est de mettre en valeur les avan- tages comparatifs durables de Kasserine. Chose qu’ignorent les Tunisiens, c’est que ce gouverno- rat possède la seconde usine de papier à base de Halfa dans le monde, après les Etats-Unis. Axer sur le développement d’une agriculture durable ne pourrait que booster le développement de la région. Kasserine est aussi 30% des sites archéo- logiques tunisiens. Concrètement et au terme de cette journée à la ville de Kasserine, quel est le bilan final ? Concrètement, CJD Kasserine et tous les par-Dans la perspective de redynamiser le travail des de Halfa (démonstration de sa cueillette et visite ticipants se sont mis d’accord sur un projet àbureaux régionaux du CJD et de promouvoir le de l’usine de la cellulose pour découvrir la pro- plusieurs valeurs, écologiques, économiques,développement économique et social de la ville, duction du papier noble à partir de cette plante), touristiques et culturels. Grâce aux avantagesCJD Kasserine et CJD Sousse, avec la participa- des sites archéologiques et de la montagne de comparatifs durables de Kasserine, nous allonstion de Konrad Adenauer Stiftung, ont organisé Chaambi. lancer une entreprise des jeunes du CJD Kasse-une journée de partenariats visant à faire décou- rine pour promouvoir le circuit chez les écoliers. Témoignage de Sadri Ben Ahmed, CJD Nous travaillons à travers une convention avecvrir les avantages durables de la région.Insérée dans le plan d’action 2011-2013, la jour- Sousse trois ministères, le ministère de l’Enseignement, Pourriez-vous présenter le CJD à nos lecteurs? le ministère de l’Agriculture, le ministère du dé-née Kasserine a mis en exergue les points forts Sadri Ben Ahmed : Nous sommes un centre qui veloppement régional et l’INP (Institut Nationalstratégiques de la région et qui contribueront réunit les jeunes dirigeants d’entreprises et tra- du Patrimoine). Nous avons 2 millions d’élèvesà la promotion de l’économie durable. Il est à vaillant pour l’instauration d’une économie libé- en Tunisie et au lieu de miser sur le touriste alle-rappeler que ledit séminaire vient après que les rale responsable. Nous sommes parrainés par mand très exigeant, pourquoi ne pas miser plutôtdeux bureaux du CJD (Kasserine et Sousse) avec l’UTICA et avons 13 centres répartis sur tout le sur nos enfants ?la participation de l’UTICA, aient organisé du- territoire tunisien. On est un rassemblement de Abolir les embuches régionalistes et promouvoirrant deux mois des réunions et des débats entre jeunes hommes et de femmes d’affaires et on la synergie entre les régions. Sur quels critères sedes chefs d’entreprises de la zone côtière et les n’est pas syndicalisés. Au sein du CJD, on ne se base le CJD pour cibler les régions et quelle estjeunes kasserinois. focalise pas sur un secteur spécifique. Notre visée votre prochaine destination ? Avantages comparatifs inestimables est, tout simplement, de promouvoir un système Le CJD a pour principe d’encourager les compé-Possédant 30% des richesses archéologiques économique libéral et responsable qui se base tences juvéniles en matière de développement ettunisiennes, le sommet le plus haut de la Tunisie sur l’équité sociale. de business, à condition que cela soit respectueux(Chaambi) et la seconde usine de cellulose dans Quelle stratégie adopte le CJD pour la promotion envers l’environnement et que cela soit durable.le monde grâce à la Halfa, Kasserine a à son actif du développement économique régional ? On tient à ce que cette complicité nouvellementplusieurs atouts qui, une fois combinés, redres- On travaille dans le cadre des commissions et on née entre les villes côtières et le centre de la Tuni-seraient la ville sur le plan économique, archéo- part d’un thème précis. D’ailleurs, nous accor- sie soit effective et riche. Les partenariats entrelogique, écologique et touristique. D’ailleurs, dons la primauté au développement régional du les jeunes hommes d’affaires, les chefs d’entre-l’une des visées de cette journée est d’en faire point de vue du privé. Certes, l’Etat fait de grands prise des zones côtières avec les jeunes kasseri-«un produit touristique à caractère écologique- efforts pour rééquilibrer le tissu économique nois aideront à mieux promouvoir le développe-archéologique». entre les régions. Il n’en demeure pas moins que ment. L’échange du savoir, des expériences, desQuant à la manière de procéder, elle est simple et c’est en-deçà des demandes et des besoins ; cela stratégies d’entreprise présentera un businesefficace. Instaurer la culture du tourisme écolo- prendra une dizaine, voire une vingtaine d’an- model aux futurs jeunes dirigeants d’entreprisesgique chez les jeunes (on vise tous les établisse- nées pour que cela florisse ! En fait, notre straté- kasserinois. Quant à notre prochaine destinationments universitaires et scolaires) avec la partici- gie est de rompre avec cette stratégie économique c’est le gouvernorat de Séliana.pation des agences de voyages en organisant des régionale archaïque qui se base sur trois axes, Melek LAKDARsorties, des randonnées et des visites aux champs