JDC N°02 VF
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Like this? Share it with your network

Share

JDC N°02 VF

on

  • 648 views

Journal du Citoyen N°2 version française

Journal du Citoyen N°2 version française

Statistics

Views

Total Views
648
Views on SlideShare
648
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
1
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

JDC N°02 VF Document Transcript

  • 1. Le Journal du cityen est édité dans le cadreNuméro 2 • 30 mars 2012 Ne peut être vendu d’un programme financé par l’Union européenne Editorial Célébration de la Journée Internationale de la FemmePour qu’on ne soit Enraciner la paix dans les espritspas marginalisé L’Association femmes Riada (Femmes Leaders) a célébré la Journée Internationale de la Femme au Palais des Congrès sous le signe « Enraciner le culture de la paix dans les esprits des hommes et des femmes après la Révolution ». Ont assisté à cet évènement Sihem Badi, Ministre de la Femme, SalouaNul doute que si la formation des journa- Charfi, Universitaire, et Lotfi Ben Sassi, artiste caricaturiste outre les membres de l’association.listes est améliorée, la qualité du paysagemédiatique national n’en sera que meil-leure. Depuis le 14 janvier 2011, la Tuni-sie est devenue un véritable atelier ouvertde formation, dont les actions ont couvertpratiquement l’ensemble des domainesrelatifs à la presse et aux médias ; leursuccès est toutefois entravé par quelquesmentalités rétrogrades, qui s’obstinentà ne pas reconnaitre l’intérêt de la for-mation et pensent qu’elle constitue uneperte de temps et d’argent, qui pourraitêtre mieux dépensés autrement. Mais y-a-t-il vraiment un objectif plus noble que La salle a été envahie par un grand nombre de de la Faculté de la Manouba. Cette allocution a étécelui d’avoir des journalistes profession- femmes venues célébrer leur journée. Un stand suivie par un chant collectif de l’hymne nationale,nels et performants, qui représentent les des livres publiés après la révolution a orné la salle, en signe de respect après avoir été insulté parvrais leaders d’opinions, les concepteurs dont un livre en français de l’artiste caricaturiste des groupes de Salafistes. Les présents ont ausside l’opinion publique et le miroir de la Lotfi Ben Sassi, intitulé : « la Femme est l’avenir salué le drapeau national, sur un fond de chantssociété ? de l’homme ». patriotiques reflétant l’amour des présents pourLa formation constitue un pilier élémen- La présence de l’artiste peintre et juge tunisienne leur patrie et leur indignation face à l’insultetaire pour le développement des médias, Najiba Guiga a été fort remarquable par ses toiles portée au drapeau, et qui signifie une atteinte à laet ne peut en aucun cas être remise en décrivant la situation de la femme tunisienne souveraineté de la République Tunisienne.question. En effet, la formation quant elle après la révolution. Les couleurs de ses toiles ont La deuxième partie a vu la projection d’unest pratique et efficace, elle peut amélio- su confondre l’esprit de la révolution, tantôt plein film réalisé par Ismahane Lahmar sur une idéerer les connaissances et, en les renforçant, de joie tantôt de tristesse. d’Amira Mimouni, qui présente des témoignagesen les développant, et en y apportant Cet évènement a aussi été marqué par une véridiques de personnes réparties sur tout le pays,des nouvelles fraîches et pertinentes. La exposition des créations de femmes artisanes, de leurs expériences et de ce qu’elles ont vécu lepresse n’étant pas une science exacte, elle dont des tapis, des couffins tunisiens, et de la 14 janvier.est sujette au changement, et c’est aux poterie artisanale. Insaf Gamoun, membre de Les participants ont exprimé leur colère et leurjournalistes et aux institutions de presse l’Association Femmes Leaders a indiqué que indignation après le discours de la Ministre Sihemde suivre ses changements, ou de régres- l’objectif de cet évènement était de montrer la Badi, et le lui ont fait savoir haut et fort en criantser jusqu’à disparaitre. La presse, de par sa réussite de la femme tunisienne dans tous les « Vide - Vide, Bois de l’Eau de Mer, les Acquis denature, est un métier. Comme tout métier, domaines professionnels, artistiques, culturels la Femme sont en Danger ». la Ministre a alorselle nécessite la présence de techniques et politiques, ajoutant qu’au vu des dangers quitté le podium plutôt effrayée et n’a pas vouluélémentaires et d’innovation. Le journa- qui pèsent sur les acquis de la femme après la engager le débat avec le public pour éviter que révolution, « nous avons voulu y faire face ». cela dégénère. En quittant la salle, la Ministreliste doit s’engager à entretenir et déve- Dans le hall de la salle de congrès, on a affiché les s’est confronté avec un jeune qui a essayé delopper les outils de son « métier » selon noms des nombreuses tunisiennes ayant marqué lui signifier que les acquis de la femme étaientles contextes sociaux, politiques et éco- l’histoire à l’instar de Saida Manoubia, Sarra Halbia, vraiment en danger contrairement à ce qu’ellenomiques en constante mutation, tout en Fatmar Othmania et beaucoup d’autres encore. venait de prétendre dans son discours.s’adaptant aux évolutions technologiques Dans son allocution d’ouverture, l’association a Cet évènement a été conclu par un spectacle dequi laissent les retardataires à la marge de célébré la fête de la femme et a remercié la jeune musique MALOUF intitulé « Fella », ce qui a apaisél’histoire. Faites gare aux marges. fille qui a défié avec bravoure les Salafistes en les tensions et apporté de la joie à l’audience. Moncef Ayari remettant le drapeau tunisien au dessus du toit Marwa Sahli Coordinateurs : Mongi Aouinet, Ayari, Lotfi Touati Rédaction : Néjiba Hamrouni, Charles Secrétariat de rédaction : Manel Mejri, Ghabri Olfa, Mohamed Boughanmi, Rim Autheman et Sylvaine Petit Mohamed Drissi Raoudha Selmi, Karima Ben Frej, Marwa Sahli, Wafa Formateurs : Sabah Mahmoudi, Traduction : Ben Youssef, Melek Lakdar, Ghawari, Chokri Belhedi, Florence Al Aswad, Moncef SETRA Traductions Zahra Ben Kalma, Hattab Fezai. http://journalducitoyen.wordpress.com/ Contact : ma.coordinateur@gmail.com Imprimerie : Imprimerie des Berges du Lac, imprimeriedulac.com
  • 2. 2 Journal du Cityen • Numéro 2 • 30 mars 2012Association « ANNASIHA - Le Conseil »Une Tente qui Célèbre les « Caravanesdes Revenants » En passant par la Place Bab Assal en ce samedi 3 mars, on ne peut que remarquer les quelques passants rassemblés pour observer l’agitation qui remplissait la place. Des posters et des banderoles ayant envahi les poteaux et les murs des deux stations du métro, alors que des mégaphones ont été placés des quatre côtés de la place.Des drapeaux qui ne paraissent pas trop a été réservée aux femmes alors quedifférentes : des drapeaux noirs portant une les hommes sont restés dehors. Deécriture en blanc « Il n’ya d’autre divinité que la musique et des chants religieuxDieu », ou des drapeaux blancs portant une sortaient des mégaphones, jusqu’àécriture en noir, également « Il n’ya d’autre ce que la voix encore plus forte dudivinité que Dieu ». En tout cas, elles donnaient Muezzen appelant à la prière les aitl’impression aux passants que l’organisateur arrêtés.ne peut être qu’un Parti Islamiste, alors que la Tout le monde dans la place venaitvérité est toute autre d’après Azza Benzarti, une et partait, les femmes ont rejoint laétudiante en Informatique Industrielle, qui dit mosquée alors que les hommes sontque « ce drapeau est celui du Prophète Mohamed, restés pour faire la prière sur place.et que ce symbole n’a de relation avec aucune Non loin, des groupes de passantsidéologie ou tendance politique ». se sont arrêtés pour voir ce qui seUne tente a été érigée au milieu de la place, et non passait sans oser y entrer, et avecloin de là une table et des chaises ont été installés la fin de la prière, les chants ontoù ses ont regroupés des Salafistes scandant repris de plus belle, et la place s’estdes slogans religieux célébrant « les Caravanes remplie peu à peu. Une femmedes Revenants 1», une cérémonie organisée par portant le niqab, qu’on a connul’Association « Annasiha » ou le Conseil. plus tard sous le nom d’Om Bara’Les visiteurs de la place se sont divisés ; une tente s’est enlisée dans la tente. Elle s’est adressée à nous pour dire: « l’Islam est revenu portant avec lui le conseil et la conscience, sans peur et sans intimidation ». Cette tente organisée pour célébrer les « Caravanes des Revenants» a été dressée pour « collecter des fonds de soutien aux familles nécessiteuses », comme rappelé par Hassen Benzarti, étudiant et membre de l’association. Pour sa part, Aymen Benzarti, Président de cette Bab Assal est une des vieilles portes de la association a ajouté « nous essayons d’accueillir ville de Tunis. Elle a été désignée ainsi ou les gens jadis égarés dans cet éveil islamique Porte de Miel du temps des Ottomans à l’hommage d’une riche famille résidant à proximité du nom de Beni Assal. pour les sensibiliser, car la religion est un éternel conseil ». Tandis qu’un disciple tenait un micro à la main et s’engageait dans des chants religieux, un autre distribuait les bouteilles d’eau et des plats de Makroudh pour accueillir les nouveaux arrivants, et encore d’autres se sont placés à l’entrée pour assurer la bonne organisation de cette cérémonie. Soudain, un silence régna sur la place, et l’Emir des Salafistes s’est installé au milieu de la table pour commencer sa séance de conseil et de prédication ; les femmes écoutaient alors qu’une femme portant le voile et une longue robe Jelbab bleue s’est procurée une pile de livres religieux pour les distribuer aux présentes, annonçant la fin de la cérémonie de la tente du 3 mars dernier. C’est une cérémonie hors normes et qui peut marquer le début d’une nouvelle série jusque là inconnue aux Tunisiens. Wafa Ghaouari
  • 3. 30 mars 2012 • Numéro 2 • Journal du Cityen 3 Carte Quand les hommes se taisent...? Il enjambe la clôture de la Faculté des Lettres, des Arts, et des Sciences Humaines brandissant la bannière de l’Islam « Dieu est Unique »… il se dresse et contemple les étudiants qui se sont rassemblés devant leur Faculté, il tend les bras et EN-LE-VE le drapeau de mon pays. Un lourd silence et un profond sentiment de tristesse s’abattent sur les présents… tout le monde retient son souffle… mais la folie de ce Salafiste ne s’arrête pas avant qu’il ne jette le drapeau sur le sol. La tristesse remplit encore les esprits. Mais… alors que les hommes se retenaient en silence encore sous le choc de ce qu’ils regardent, une étudiante se précipite, elle escalade le mur et s’empresse de remettre en place le drapeau d’un pays qui a réuni autant de civilisations, séparées par les guerres mais unies sous le drapeau tunisien. Tout le monde acclame Khaoula Rachidi, qui a su écrire l’histoire en ce jour, pour restaurer une image qu’on a voulu détruire. Wafa Ghaouari Centre Al Kawakibi pour les Transitions Démocratiques Les objectifs du Centre Al KawakibiAtelier de Suivi des Outils de Justice Transitionnelle sont : 1. Diffuser la culture et pratique démocratiques à travers lesLe Centre Al Kawikibi pour les Transitions Démocratiques a récemment profit de toutes les spécialités, afin débats et les échanges pacifiques;organisé dans la capitale un atelier de suivi des outils de la justice de sensibiliser le public à ce nou- 2. Former des compétences localestransitionnelle, en se basant sur les résultats des ateliers précédents veau concept, et former des experts de haut niveau dans le domaineayant réuni un grand nombre d’experts tunisiens de différentes à même de fournir le meilleur enca- des transitions démocratiques,spécialités, pour les former aux différents aspects de ce nouveau concept. drement dans l’avenir. Le directeur de l’atelier a aussi indi- décrire leurs prérogatives, lesPlusieurs formateurs tunisiens et férents experts (justice, police, qué que les participants à cet atelier encadrer et développer desétrangers ont assisté à cet atelier avocats, etc…) aux outils de la mais aussi aux ateliers précédents alternatives ;pour aider les compétences tuni- justice transitionnelle et au pro- ont fait preuve de beaucoup de 3. Encourager le dialogue entresiennes à réussir le processus de cessus démocratique, pour que dynamisme et ont positivement les décideurs politiques et lesjustice transitionnelle et de démo- ces valeurs ne soient pas dissoutes réagi aux sujets de justice transi- composantes de la sociétécratisation. L’atelier a été animé par dans les transformations politiques tionnelle, et ont pu comprendre ses civile autour de la transitionDr. Chawki Benayoub, un avocat et actuelles, et aussi de permettre à différents outils et techniques en démocratique dans le cadre duexpert en droits de l’homme et en ces experts de jouer le rôle de for- dépit du manque de temps et de la respect de l’avis opposé ;justice transitionnelle, et ancien mateurs dans l’avenir, chacun en pression des sujets proposés. 4. Encourager l’échangemembre de la Commission Justice fonction de ses spécialités et de ses M. Ahmed Chawki Benayoub a d’expériences entre les expertset Réconciliation du Maroc. prérogatives. encore ajouté que cet atelier et les et les représentants desM. Amin Ghali, Directeur de Pro- M. Chawki Benayoub, directeur de sessions précédentes ont souligné sociétés civiles et politiquesgrammes au Centre Kawakibi de l’atelier, a ajouté que le processus le besoin pour construire une fon- dans le domaine des transitionsTransitions Démocratiques a pour de transition démocratique en Tu- dation et un référentiel pour des démocratiques à l’échelle arabesa part indiqué que l’objectif prin- nisie nécessitera du temps et encore sujets de très grande importance. et internationalecipal de l’atelier est de former dif- plus de sessions de formation au Olfa Gharbi
  • 4. Grands EspoirsFormation Professionnelleet Accès au Marché de Travail - Le Centre Sectoriel d’El Omrane, Modèle de Formation dans des Spécialités PrometteusesLa formation professionnelle représente une opportunité pour ceux qui veulent en profiter, car ellepermet de renforcer les connaissances et d’acquérir de nouvelles compétences pratiques dans plusieursdomaines, la clé d’accès rapide au marché du travail. poursuivre cette spécialité académique. Après une année blanche, elle a préféré rejoindre un centre de formation professionnelle. Rania raconte « qu’un proche lui a parlé de Centre Sectoriel des Industries Electriques qu’elle a rejoint en octobre 2011 » ; elle ajoute que «c’est grâce à son baccalauréat technique qu’elle a pu profiter de cette formation de deux ans, et qu’elle espère décrocher son diplôme de technicien supérieur dans une spécialité qu’elle a elle-même choisie, à savoir Automatisme et Informatique industrielle». Rania pense que sa spécialité lui permettra d’acquérir des compétences professionnelles et d’intégrer le marché de l’emploi en décrochant un poste respectable. De son côté, Jihène Oueslati, 29 ans, raconte qu’elle a achevé avec succès deux ans de formation en Design Électronique au sein du Centre Sectoriel des Industries Électriques. Elle a intégré ce Centre en Février 2010 après avoir mis fin à ses études universitaires en génie électrique à Sidi Bouzid, car cette ville était trop loin de son village natal. Elle s’est alors adressée aux organismes chargés de la formationLe secteur de la formation professionnelle n’a ouvertes des fonctionnaires penchés sur leurs professionnelle, dont l’Agence Tunisienne decessé de se développer dans notre pays depuis dossiers, et j’ai cherché des yeux un fonctionnaire Formation professionnelle, afin d’identifier desles années quatre vingt dix, par la construction pour me renseigner. cycles de formation dans leurs guides respectifs.de nouveaux centres, la création de nouveaux Un responsable occupait l’un des bureaux. Après Jihène vient de décrocher son diplôme voilà àprogrammes et la multiplication des spécialités. les saluts d’usage, et à peine avons-nous engagé peine quelques semaines (janvier 2012), et c’esUn budget conséquent lui a été octroyé par l’Etat notre discussion, qu’un groupe d’élèves s’est avec un large sourire plein d’optimisme qu’ellepour la diversification des secteurs de formation précipité dans son bureau rapidement transformé déclare « je suis impatiente de retirer monet la mise à niveau de ses centres. en une ruche d’abeilles. J’ai essayé de capter les certificat de réussite pour pouvoir présenterLe nombre de centres de formation questions et les réclamations de ces élèves pour ma candidature auprès de la société Martekprofessionnelle atteint aujourd’hui 133 centres connaitre et comprendre leurs soucis et leurs Power, auprès de laquelle j’ai effectué monrépartis dans toutes les régions du pays, offrant attentes. C’était pour moi une occasion en or pour stage entre Décembre 2011 et Janvier 2012,193 spécialités pour le marché du travail. parler à certains d’entre eux. et qui s’est engagée à recruter des diplômés en Design Electrique cinq moins après la fin de leurs études». Le Centre Sectoriel d’El Omrane : Formation Excellente – Promesses Jihène croit fermement qu’elle sera capable un modèle de formation d’Emploi d’intégrer le marché de l’emploi « les opportunités professionnelle en Tunisie Rania Laouene, est une jeune fille de vingt ans sont là et l’offre est disponible » dit-elle enLe Centre Sectoriel en Industries Electriques de qui a arrêté ses études à la Faculté des Arts et ajoutant que la formation était excellente, et queTunis représente un des centres les plus convoités des Métiers de Mahdia car elle ne voulait pas sa spécialité est assez recherchée par rapportpar un grand nombre de jeunes ayant à d’autres branches, car le programmequitté les bancs de l’école ne souhaitant de formation produit des techniciens trèsplus poursuivre des études supérieures. Le Technicien Supérieur en Automatisme et en compétents au niveau assez élevé.Ce centre propose aux jeunes un grand Informatique de Gestion peut travailler dans plusieurs Jihène a rejoint les groupes des diplôméschoix de spécialités avec des formations secteurs industriels, comme l’agroalimentaire, la des écoles de formation professionnelle,ne dépassant pas deux années, production et la distribution d’énergie, l’industrie et dont le nombre augmente d’année enpermettant aux diplômés de pouvoir année, suscitant une grande interrogation: ydécrocher rapidement un emploi. agricole, ou l’industrie pétrochimique, où il s’occupe aurait-il assez de travail pour tout le monde,Je me suis introduite dans le centre par de l’entretien et de l’amélioration de systèmes. sachant que le nombre de demandeursla Rue de l’Armée Nationale à El Omrane Quant aux diplômés en Design et en Industries d’emploi parmi les diplômés de formationà Tunis. J’ai parcouru du regard ses Electriques, ils peuvent travailler dans des cabinets professionnelle était de 18643 personnesdifférents espaces, et j’ai surtout remarqué à la fin de Décembre 2011 ? Ensuite, il d’études spécialisés, ou en tant que sous-traitants enle grand silence qui y régnait. Au premier faut aussi savoir si le bon environnementétage se trouve l’Administration, j’ai pu industrie électronique, dans la conception de cartes d’investissement a besoin de ces spécialités.apercevoir à travers des portes entre- selon les cahiers de charges. Par Zahra Ben Kamla